Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




18 octobre 2018

La Somme de nos folies, Shih-Li Kow

La somme de nos foliesLa Somme de nos folies est le premier roman de la malaisienne Shih-Li Kow paru en août 2018 aux éditions Zulma. 

Lubok Sayong, bourgade fictive au nord de Kuala Lumpur coincée entre deux rivières et trois lacs, possède une particularité : une inondation annuelle qui apporte à chaque fois son lot d'anecdotes que la vieille Beevi adore raconter. Cette année-là, l'inondation atteint des records et engendre des conséquences inattendues. Beevi décide de redonner sa liberté à son poisson, la petite Mary Anne, originellement adoptée par la belle-soeur de Beevie, perd sa famille adoptive dans un accident de voiture et vient habiter à Lubok Sayong avec Beevie et cette dernière, en réinvestissant la grande maison familiale, la transforme en chambre d'hôtes et demande à Miss Bonsidik, un  lady boy excentrique et généreux,  de l'aider. C'est sous l'oeil tendre et affectueux de Auyong, le vieux directeur chinois de la conserverie de litchis de la ville, et de Mary Anne, que s'organise la vie à Lubok Sayong.  

Quel roman ! Quelle plume ! Et quelle émotion, surtout, dans cette chronique sociale douce-amère de la Malaisie d'aujourd'hui. Shih-Li Kow y aborde des thématiques graves - la mort, l'adoption, la vieillesse, les problèmes communautaires, le choc des traditions et de la modernité,  le multiculturalisme, les violences sexuelles, la précarité -  sans pathos aucun. 
Il y a du pittoresque et du fabuleux dans ces pages, une imagination loufoque qui offre à l'ensemble une légèreté certaine et un air de conte. La légende de la princesse chinoise qui donna vie au Lac de la Quatrième épouse, mais aussi le poisson de Beevie qui se transforme en peu de temps en créature terrifiante digne de celle du Loch Ness ou encore le fantôme de cet enfant qui erre dans le jardin de la Grande Maison, offrent au 
texte une fantaisie enchanteresse inoubliable.    
Le style est incisif et drôle à la fois, et l'auteure défend en filigrane des valeurs humanistes d'ouverture, de tolérance et de compréhension, le tout porté par une intrigue tendre à la portée universelle.  
La narration polyphonique prise en charge par Auyong et Mary Anne permet un double regard sur la petite ville et ses habitants, semblant faire écho au duel entre traditions et modernité qui se trame à Lubok Sayong. La galerie de personnages qui gravitent autour de Beevie et de la Grande Maison est soignée et d'une vraisemblance rare. Pas d'archétype ni de caricature mais des personnages qui semblent sortis de la vie réelle. Point de manichéisme non plus dans l'histoire, mais une chronique de la Malaisie actuelle et de son ballottement politique et social.    
Un premier roman frais et drôle mais aussi grave et engagé. Une nouvelle voix qui s'élève et que je vais suivre de très près, qui n'est pas sans me rappeler celle de Kevin Wilson dans La famille Fang pour son aspect un brin barré et décalé. Je n'ai plus de macaron coup de coeur, comme aux débuts de mon blog, mais ce roman en est indéniablement un et il figurera sans conteste dans mon bilan annuel. 

Livre reçu et lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire de Rakuten

avec Leiloona comme marraine ! 

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,



Vos commentaires

    Je note, tu en parles avec tant d'enthousiasme, ce serait dommage de se priver ! Et la Malaisie n'est pas un pas un pays que je croise souvent dans mes lectures.

    Posté par SvCath, 18 octobre 2018 à 21:41 | | Répondre
    • Tu vas voir, c'est une merveille...

      Posté par soukee, 19 octobre 2018 à 15:07 | | Répondre
  • J'ai bien aimé la folie douce de ce roman

    Posté par hélène, 22 octobre 2018 à 13:04 | | Répondre
    • Moi aussi, et tu as raison, folie douce correspond tout à fait à son ambiance qui, je pense, me hantera longtemps...
      Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

      #yiv8730984860 body {font:14px "Helvetica Neue", "Helvetica", Helvetica, Arial, sans-serif;}#yiv8730984860 a {color:#2BA6CB;}@media screen and (max-width:670px){#yiv8730984860 a[class="yiv8730984860btn"] {display:block!important;margin-bottom:10px!important;background-image:none!important;width:100%!important;}#yiv8730984860 div[class="yiv8730984860column"] {width:100%!important;float:none!important;}#yiv8730984860 table.yiv8730984860social div[class="yiv8730984860column"] {width:auto!important;}#yiv8730984860 table.yiv8730984860respfont {font-size:12px!important;}}

      Posté par soukee, 23 octobre 2018 à 07:35 | | Répondre
  • Il fait partie de ma wish-list de cette rentrée littéraire 2018 : ton billet me rappelle qu'il me faut absolument le lire ! Il m'en reste encore quelques-uns pour le Comité de lecteurs avant de découvrir ce titre.

    Posté par Itzamna, 02 novembre 2018 à 12:46 | | Répondre
    • Bonne découverte alors... De mon côté, je me suis véritablement régalée.😍

      Posté par soukee, 05 novembre 2018 à 10:00 | | Répondre
Nouveau commentaire