Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

22 novembre 2017

L'été Diabolik, Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse

L'été diabolikL'été Diabolik  est un album imaginé par Thierry Smolderen et mis en dessins par Alexandre Clérisse, paru en janvier 2016 chez Dargaud. 

Eté 1967. Antoine, quinze ans, profite de ses vacances. Lorsqu'il gagne un match de tennis contre Eric, un adolescent de son âge, il n'imagine pas à quel point son été va prendre un tournant inattendu. Sa nouvelle amitié va lui ouvrir les portes des premières amours, du LSD, du sexe, mais sera aussi synonyme de phénomènes étranges comme la disparition de son père ou encore un tragique accident de voiture. Un été décidément bien singulier...

Quel album ! Encensé par la critique et sur la blogosphère lors de sa sortie, cet album me rebutait et j'ai dû attendre que tout s'apaise à son encontre pour l'ouvrir et me plonger dans ses pages. Et j'ai rudement bien fait ! Tourbillon psychédélique, album pop déroutant et rudement bien ficelé qui alterne thriller rétro, espionnage, romance et quête identitaire, L'été Diabolik est un petit bijou dont on ne sort pas indemne !
La mise en page aérée et inégale entraîne le lecteur dans cette intrigue fantasque à l'image du LSD so 60's, enchaînant les références chères à Thierry Smolderen, Fantomas, Diabolik (personnage imaginé par les soeurs Angela et Luciana Giussani), Le fantôme du Bengale, etc. qu'il évoque dans un carnet en fin d'album.

Si les dessins entièrement réalisés par ordinateur ne m'ont pas convaincue de prime abord (et m'ont rappelé Zombillenium), ils ont finalement réussi à me séduire en modernisant complètement ces sixties revisitées. Album barré s'il en est et pourtant savamment construit, L'été Diabolik est une lecture dont on aurait vraiment tort de se priver...

Les chroniques de MokaYvan, Noctenbule, Leil’, Noukette, Stephie, Mo, L'Irrégulière, Un amour de BD.

Planche 1 Planche 2

BD de la semaine saumon

Cette semaine chez Mo' !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


16 novembre 2017

Les Harmoniques, Gérald Tenenbaum

Les Harmoniques, Gérald TenenbaumLes Harmoniques est le dernier roman du mathématicien et écrivain Gérald Tenenbaum paru en février 2017 aux éditions de l'Aube.

Un homme et une femme se retrouvent au débarcadère du vaporetto de Venise. Ils ont rendez-vous. Leurs destins sont croisés dans une histoire plurielle dont il faudra remonter le temps pour en comprendre l'essence.

Roman mélancolique et poétique à souhait, Les Harmoniques est comme une chanson douce un peu triste que l'on écoute avec plaisir. Chassé-croisé de personnages, de sentiments, d'époques et de lieux, il emmène son lecteur au coeur d'une intrigue à tiroirs qui se joue comme une partition. L'amour éclot, pour mieux être entraîné dans un espace-temps tourbillonnant et mélodieux. Les chapitres se succèdent, alternant les années, créant une confusion savamment entretenue, pour mieux dévoiler le dénouement.

Gérald Tenenbaum possède une plume fine, mélodieuse et précise, qui entraîne son lecteur au gré des chapitres, entre la France, l'Italie, l'Argentine, illustrant le concept d'harmonique dépeint en citation liminaire. Une lecture qui transporte dans un monde de mots et de sons. Une belle découverte.

"Entre brume et lagune, la lumière éraillée de fin d'après-midi oscille à l'infini. Une pluie fine brise les formes, le ciel brouillé se ressaisit dans la densité liquide. On est charmé, donc troublé, par la texture de l'air, une épaisseur qui ne protège pas. On plisse les yeux, on réprime un frisson, on inspire prudemment, et, comme une évidence longtemps éludée, on se résout à admettre que le reflet de la clarté est aussi une clarté." (p.9)

"On cherche parce que, au fond de soi, le mystère est un défi à ce que l'on est, on cherche pour parachever l'ordre du monde, on cherche parce que le trou béant de l'incapacité à répondre aux questions que l'on porte en soi est un outrage à l'élégance." (p.70)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

09 novembre 2017

8 ans et toutes ses dents !

Avec ce titre évocateur, vous aurez sûrement deviné qu'en ce froid 9 novembre, mon blog fête joyeusement ses 8 ans !

8 ans que j'écris ici mes impressions de lecture, que j'échange autour de la littérature sous toutes ses formes, que je m'interroge, que je défends bec et ongles, parfois, que je vilipende, aussi, que je m'émeus, souvent.

8 ans que Bouquinbourg fait partie de ma vie. Bouquinbourg c'est un peu de moi sur la toile, c'est mon échappée personnelle, ma mémoire, ma bulle littéraire, ma ville fictive remplie de livres, mon lien avec des passionnés qui me ressemblent. Comme Jerome, dont l'anniversaire vient juste de passer, je suis ici parce que j'y prends du plaisir.  Ça ne sera peut-être pas éternel. Mais en attendant, je reste et je profite, je savoure.

8 ans aussi que vous faites partie de ma vie, vous qui passez ici, vous qui êtes abonnés, vous qui lisez ces lignes, vous qui commentez parfois, vous qui permettez cette interaction salutaire et donnez une dimension collective à une activité ô combien solitaire. Bouquinbourg ne serait pas ce qu'il est sans vous.

8 ans, enfin, que je fais le même style de billets à cette date anniversaire. J'ai cessé de croire que je pourrais être originale, les années passant. Cette année je n'essaie pas. Je choisis la simplicité. Celle de vous dire merci. Merci pour tout.

Home sweet home

Et je rejoins ma bibliothèque et ma tasse de thé pour me plonger dans une belle lecture !

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [40] - Lien permanent vers ce billet [#]

08 novembre 2017

Philocomix, Thivet, Vermer et Combeaud

PhilocomixPhilocomix est un album imaginé par Jean-Philippe Thivet, Jérôme Vermer et Anne-Lise Combeaud paru en août 2017 aux éditions Rue de Sèvres.

Platon, Epicure, Sénèque, Montaigne, Descartes, Pascal, Kant, Bentham, Schopenhauer, Nietzsche : dix philosophes et autant de visions du bonheur. Autant de regards singuliers sur le monde et de réflexions pour vivre de façon sereine.

Quand deux auteurs de BD s'associent à un agrégé de philosophie pour s'interroger sur la question du bonheur et en rendre compte avec un humour décapant, Philocomix apparaît ! Oubliez vos souvenirs de vos cours de philo, ici, la philosophie est accessible et envahit notre quotidien. Les auteurs reprennent les idées des dix grands philosophes et les rendent abordables sans pour autant les simplifier. Le ton est très décalé, l'humour omniprésent, et chaque chapitre se clôt sur une illustration de la mise en pratique de la théorie dans la vie de tous les jours. Du "Connais-toi toi-même" de Platon au "Deviens qui tu es" de Nietzsche en passant par le "Ne désire rien que tu ne puisses acquérir" de Descartes, le lecteur parcourt des siècles de philosophie avec un humour certain et une justesse de ton.

L'ensemble est très accessible, drôle, bien construit - à chaque philosophe un chapitre exposant une rapide biographie et les grandes lignes de sa réflexion - et finalement bien inspirant. On se rend compte - sans surprise - que nos préoccupations actuelles possèdent une portée universelle et que bien d'autres avant nous s'étaient posé ces questions... Un album à mettre entre toutes les mains, sans aucune hésitation. Chacun pourra y piocher ce qu'il voudra dedans. Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres de m'avoir permis de découvrir cet album.

Planche 1 Planche 2

BD de la semaine saumon

Cette semaine chez Noukette !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

07 novembre 2017

Bilan de lecture octobre 2017 [en retard]

Bilan de lecture

Mes lectures du mois d'octobre

(cliquez sur les couvertures pour lire mes chroniques)

 

Bilan

Un mois d'octobre placé sous le signe d'Halloween, avec le challenge organisé par Lou et Hilde, comme chaque année. Des lectures en conséquence, autour des fantômes, morts-vivants et vampires. Des vacances de la Toussaint très remplies et un voyage à Londres entre copines qui n'ont pas aidé pour que ce mois soit très productif niveau lectures, mais je suis à l'aise avec l'idée. Un mois de novembre qui s'ouvre avec moins de temps pour lire, une inspection (encore !) qui approche et des marchés de Noël - promesses de soirées bretzels/vins chauds - dès le weekend prochain. Et puis l'approche des fêtes... Je sens que je ne vais pas être très efficace non plus ce mois-ci ! Wait and see...

Bon mois de novembre à tous !

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

29 octobre 2017

Read-a-Thon Halloween 2017, me voilà ! [billet mis à jour toute la journée]

Par la barbe de Merlin, l'heure est venue de terminer en beauté le Challenge Halloween 2017 avec un weekend de Read-a-Thon ! Et si vous me connaissez un peu, vous savez à quel point j'adore ces marathons de lecture entre blogueurs... (vous pouvez voir tous mes read-a-thon ici !).

les défis,rat halloween,challenge halloween 2017

Bon, ma vraie vie étant très chargée, il m'était impossible de participer depuis vendredi, mais j'avais tout préparé pour que ce dimanche pluvieux et brumeux (météo ô combien halloweenesque !) soit un dimanche RAT (Read-a-Thon en abrégé, pour ceux qui dorment au fond...). La preuve en images : 

Le lieu du crime... Ma PAL et mes grignottes

Mon salon douillet est prêt, ma PAL et mes gourmandises aussi, je viens de remplir une théière de thé brûlant... Il ne manque que Chachat, qui aurait été parfait pour peaufiner l'ambiance (quoi de mieux qu'un chat noir en cette période d'Halloween ?), mais vous savez qu'il profite d'une vie toulousaine bien plus douce et clémente...

Je déclare donc officiellement l'ouverture de mon Read-a-Thon d'Halloween (je vous épargne le fait que je me suis trompée d'heure avec le changement cette nuit...) !

9h12 : Allez zou, pour commencer, j'ai envie de me plonger dans Le Protectorat de l'Ombrelle T.3 Sans honte de Gail Carriger, sur mon Kindle. Une tasse de thé brûlant, et c'est parti !

12h42 : Bon j'ai eu de la visite et finalement je n'ai pas lu grand chose... Ça commence bien ! Un petit tour sur les blogs des autres participants et cette fois je me plonge vraiment dans ce troisième tome des aventures d'Alexia qui me plaît beaucoup.  

WP_20171029_003[1521]

15h17 : Petite pause déjeuner rapide (avocat, champignon et galettes de riz !) et je me replonge dans Le Protectorat de l'Ombrelle. J'ai eu l'impression d'être efficace mais j'ai honte du peu de pages lues donc je vais me taire pour le moment !

20h10 : Bon, ce RAT ne restera pas dans les mémoires vues le nombre de lignes lues... Je me suis dispersée, j'ai peu lu, je crois que je vais aller creuser ma citrouille et grignoter quelque chose.

23h20 : Une barquette de frites arrosées de sauce barbecue et deux épisodes de la saison 1 de Stranger Things plus tard, jeImage associée crois qu'il faut que je me rende à l'évidence : je ne suis pas vraiment dans ce RAT, malgré toute ma bonne volonté, malgré les grignotes prévues à cet effet et les théières de thé et de roïbos pour me réchauffer. J'ai la tête ailleurs, déjà à Londres, où je pars demain pour célébrer Halloween.

Bilan de ce RAT 

Roulement de tambour... Etes-vous prêt pour le bilan de RAT le plus drôle qui soit ? J'ai hésité à vous avouer le nombre de pages lues mais je suis trop honnête pour vous faire des pirouettes (et puis Hilde a dit que l'essentiel c'était de participer alors...). J'ai donc lu 34 pages sur presque 12h. Ouais, je sais c'est impressionnant... Mais sinon j'ai aussi bu plein de thé, grignoté des noix de cajou, papillonné sur internet, regardé Stranger Things et pensé à mon trip à Londres où je pars demain entre copines pour fêter Halloween. Bref, une journée de RAT moins productive en terme de lecture que mes journées habituelles, mais je suis à l'aise avec l'idée ! J'ai comme d'habitude adoré participer, malgré mes piètres résultats. Merci aux organisatrices de choc et à tous ceux qui sont passés par là pour m'encourager.

N'hésitez pas à aller encourager les autres blogueurs qui sont en plein Read-a-thon aussi : Bidib, Chicky PooFondant, Halloween PumpkinKiona, Kobaitchi, Margotte, Samlor  et bien entendu nos sorcières organisatrices de choc, Hilde et Lou !

Edit du 5 novembre :

Zou ! Billet mis à jour pour vous montrer ma citrouille (enfin) creusée ! Cette année, pas de Jack traditionnel mais une citrouille plus décorative, plus sobre. A croire que je grandis enfin ! Halloween à Londres était moins spectaculaire que ce que je pensais, et finalement l'ambiance était déjà tournée vers Noël. C'est pas grave, on était déguisées et on en a bien profité quand même mais je n'ai pas de photo à vous montrer... Comme quoi, même mon excuse pour un RAT un peu avorté n'est pas prouvable. Et pourtant, promis, j'y étais !

Une chronique de soukee rangée dans Read-a-Thon - Vos commentaires [53] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

25 octobre 2017

Monsieur Mardi-Gras Descendres T.1 Bienvenue !, Eric Liberge

Monsieur Mardi-Gras Descendres TBienvenue ! est le premier tome de la quadrilogie Monsieur Mardi-Gras Descendres imaginée par Eric Liberge. Il est paru en 2004 chez Dupuis.

Victor Tourterelle, cartographe de son état, glisse un jour malencontreusement sur une des petites voitures de son fils et décède sur le coup. Après sa mort, il atterrit au purgatoire. Devenu un squelette et rebaptisé pour l'occasion Mardi-Gras Descendres (quelle idée de mourir entre mardi gras et le mercredi des Cendres !), il va découvrir sa nouvelle vie après la mort, dans ce monde peuplé de squelettes. Mais Victor/Mardi-Gras ne veut pas se laisser faire et quitter le purgatoire. Il n'imagine pas dans quelle aventure il se lance alors....

Album étonnant s'il en est, Bienvenue ! pose le décor d'une intrigue originale. Son postulat ? Que se passe-t-il quand on meurt ? Eric Liberge invente un purgatoire sombre, porté par un dessin en noir et blanc aux nuances intéressantes et au trait léché. L'univers est inquiétant et laisse peu d'espoir aux personnages d'en réchapper.

Un premier tome qui a su capter mon intérêt et les bases d'une intrigue que j'ai trouvée bien menée. Il faut que je trouve la suite !

Planche 1 Planche 2

Challenge Halloween image

Et voici ma sixième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

et ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Mo' !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

19 octobre 2017

Naissance des fantômes, Marie Darrieussecq

marie darrieussecq naissance des fantomesNaissance des fantômes, est le deuxième roman de l'écrivaine française Marie Darrieussecq. Il est paru en 1998 chez POL.

Parce que son épouse a oublié, un homme sort chercher du pain, un soir après son travail. Il ne reviendra pas. Sa femme va attendre, en vain, son retour. Et cette attente épaisse et lourde va contaminer toute sa vie, de son corps à ses souvenirs, de ses désirs à son entourage.

Étrange lecture que ce court roman de 160 pages... Étrange et passionnante. Naissance des fantômes entraîne son lecteur dans une narration à la première personne, mêlant monologue intérieur et compte-rendu d'un quotidien rendu douloureux par l'absence. La narratrice se retrouve seule en un instant, et ne comprend pas. Elle ne comprend pas son mari, ne comprend pas ce qui lui arrive. Elle ne comprend plus rien et le vide la submerge.

Sa vie se désagrège peu à peu, comme si en partant, son mari l'avaient emportée aussi dans son sillage. Les yuoanguis - sortes de fantômes imaginés par l'auteure - font leur apparition, sans que la narratrice ne s'en formalise. La solitude l'envahit, le vide est omniprésent. Le texte, très peu fragmenté, intègre les dialogues aux paragraphes, comme s'ils se mélangeaient à ses pensées. A l'image de sa confusion mentale. A l'image de son incompréhension.

Roman de l'absence, qui met la douleur de la perte au centre de la narration, Naissance des fantômes fait partie de ces textes forts, qui dessinent en creux le vide, et qui se lisent d'une traite.

"Mon mari a disparu. Il est rentré du travail, il a posé sa serviette contre le mur, il m'a demandé si j'avais acheté du pain. Il devait être aux alentours de sept heures et demi. Mon mari a-t-il disparu parce que, ce soir-là, après des années de négligence de ma part, excédé, fatigué par sa journée de travail, il en a eu subitement assez de devoir, jour après jour, redescendre nos cinq étages en quête de pain ?" (p.11)

 "Mon mari en s'évaporant avait emporté avec lui, comme une comète emporte sa traîne, toute l'atmosphère qui le faisait être ; de lui il ne restait que moi, et j'étais, moi, privée de cet air que je respirais autrefois et que personne ne pouvait m'insuffler à sa place." (p.142)

"L'air autour de nous prenait une étrange pureté, comme ces cieux très vifs que le soleil ne réchauffe pas, et sous lesquels on comprend que le bleu est la couleur du vide." (p.143)

"La mer dans la nuit était plus énorme que jamais, illimitée sous le ciel qu'elle avalait ; il fallait réfléchir pour décider de la place des étoiles, pour accepter de mettre un terme à sa hauteur. Que la mer soit si grande, si incompréhensiblement grande, c'était apaisant. On pouvait accepter ça, de ne pas comprendre la mer. On pouvait se raconter des histoires et s'y laisser bercer, se dire que la mer était une mémoire, que chaque molécule d'eau de mer dans la mer était une parcelle de mémoire perdue, mais retrouvée là, regroupée entre des rives, navigable et aussi vaste qu'on pouvait l'espérer." (p.152-153)

Et zou ! Cinquième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde !

Challenge Halloween

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

16 octobre 2017

L'Oncle Silas, Joseph Sheridan Le Fanu

L'oncle Silas, Sheridan Le FanuL'Oncle Silas est considéré comme le chef d'oeuvre de l'écrivain irlandais Joseph Sheridan Le Fanu. Paru en 1864, il a été traduit pour la première fois en français en 1988 aux Nouvelles Editions Oswald.

Angleterre, 19e siècle. Un gentilhomme veuf vit isolé dans son domaine avec son unique fille, Mathilde. Coupés du monde, le père et sa fille vivent en autarcie, leur quiétude uniquement troublée par les rares visites au domaine. Au décès de son père, Mathilde est contrainte de quitter la demeure familiale pour rejoindre celle de son oncle Silas, devenu son tuteur. Personnage mystérieux et énigmatique, ce dernier souffre d'une réputation entachée par une obscure histoire de meurtre. La jeune Mathilde, héritière de son nom, prudente dès son arrivée au domaine, offre rapidement sa confiance à son oncle, vieil homme souffreteux et rempli de bonté à son égard. Mais rapidement, d'étranges événements viennent troubler la jeune fille et Silas dévoile peu à peu son vrai visage...

J'avais adoré l'adaptation en album de Carmilla, autre oeuvre majeure de Le Fanu et j'étais très curieuse de découvrir ce roman, offert par Nesto (coucou si tu passes par ici !) lors du Swap Partners in Crime que j'avais organisé il y a quelques années.

Roman gothique par excellence, L'oncle Silas fait partie de ces livres qui vous happent et vous enferment dans un univers sombre et inquiétant, sans perspective de fuite. Tels Horace Walpole, Ann Radcliffe, Wilkie Collins ou encore Charles Robert Maturin, dignes représentants du genre, Le Fanu excelle dans l'art de créer une ambiance pesante à souhait. La jeune Mathilde se retrouve rapidement  prise au piège dans la demeure de son oncle et les perspectives de fuite s'amenuisent au fil des chapitres.

L'univers du roman est diffus mais suit un fil conducteur décliné au fil des oeuvres du romancier : les spectres y côtoient la science, les jeunes filles persécutées sont en proie à des personnages masculins dominateurs, la religion et la théosophie s'opposent tandis que les assassinats et amours contrariées envoûtent le lecteur.

Un classique du genre absolument délicieux, un roman gothique des plus réussis (et étonnamment moins connu que ses contemporains), une intrigue qui vous enferre et ne vous laisse aucune chance d'en sortir indemne. Bref, un coup de coeur qui me rappelle avec délices mes cours de littérature anglaise à la fac et dont il serait dommage de se priver en cette période d'Halloween...

Challenge Halloween

Et voici ma quatrième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,