Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

30 décembre 2011

Frogs and Owls, Michel Boucher

Frogs and OwlsFrogs and Owls est un livre-CD de comptines paru en octobre 2011 aux éditions du Merle Moqueur.
29 chansons et comptines traditionnelles en anglais sont regroupées dans cet album au format carré, suivies de leur traduction en français.

Ce livre-CD se présente comme une approche ludique de la langue de Shakespeare et je dois dire que c'est très réussi ! Une nouvelle fois avec l'Opération Masse Critique de Babelio, j'ai été comblée par le livre que j'ai reçu.
De mon stage en bibliothèques anglaises en Master 2, j'avais rapporté une foule de photocopies des chansons et animations pour les tout-petits auxquelles j'avais pu assister. Les paroles de ces comptines qu'on chantait à pleins poumons lors des séances de Baby Bounce en bibliothèque, les paroles, mais pas les airs, qui, au fil de temps, se sont estompés dans ma mémoire. Quel plaisir d'en retrouver la plupart dans cet album !
Si je n'ai pu essayer cet album sur des enfants (mes lycéens semblent un peu trop âgés pour ça...), je suis persuadée que les plus petits seront séduits par les couleurs douces des illustrations de Michel Boucher et les mélodies entraînantes de ces comptines. Une façon amusante de se familiariser avec l'anglais, un livre que j'aurais aimé avoir plus jeune. Bref, un très bel album et un CD à écouter pour la musicalité de ses textes et ses rythmes.

Je tiens à remercier   logo2   et les éditions Au merle moqueur  pour cet album reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique.

Et voici ma deuxième participation au Mois anglais de Lou, Cryssilda et Titine et ma huitième au Challenge Des notes et des mots d'Anne !

tea2       challenge-Des-notes-et-des-mots-4

 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


17 décembre 2011

Ma petite fabrique de doudous, Lisa Sanchis et Maryse Guittet

Ma petite fabrique de doudousMa petite fabrique de doudous est un coffret paru en octobre 2011 chez Tourbillon.

Composé d'un nécessaire pour réaliser un doudou pingouin (feutrine, mousse, fils, patron) et d'un livre explicatif pour créer 16 peluches différentes, ce coffret m'a immédiatement séduite !

Certes, je n'ai pas encore d'enfant autour de moi à qui offrir mes créations, mais cela ne saurait tarder... Et ce contre-temps va me permettre de me perfectionner !
J'avais ambitionné, il est vrai, de vous montrer ma création dans ce billet... Peine perdue : armée de mes petites mains et de ma bonne volonté, je me suis rendue à l'évidence : je ne suis ni douée ni rapide. J'attends donc qu'une âme charitable, aidée de sa machine à coudre (elle se reconnaîtra sans que je lui fasse mon regard larmoyant) prenne en main les choses pour que mon vulgaire coupon de feutrine actuel se transforme en un fantastique doudou !

Un coffret qui a donc tout pour plaire, selon moi. Le tutoriel pour réaliser la peluche pingouin est bien fait et les illustrations permettent à une ultra-novice en couture comme moi de tout comprendre (c'est dire !)
Les autres modèles réalisables sont également bien détaillés (patron, réalisation, degré de difficulté) illustré à chaque fois par une photo qui met tant la création en valeur, qu'en feuilletant cet album, j'ai eu envie de plaquer mon boulot et de me lancer dans l'industrie de doudous ! Bon, vue ma grande réussite, j'ai bien fait de rester là où je suis...

Bref, si vous avez davantage des doigts de couturière que moi, une machine à coudre (ça peut aider pour aller plus vite !) et l'envie de vous lancer dans des doudous originaux faits maison, ce coffret est pour vous ! Moi je repars m'entraîner à coudre un bouton...

P1030359 P1030360 P1030356

 

Un grand merci à Inès et aux Éditions Tornade pour ce coffret fantastique ! Désolée de ne pas avoir encore réussi ma création...

Edit du 17 novembre 2012 : Et voilà  une photo du doudou réalisé par ma soeurette-aux-doigts-de-fée ! Avec une machine à coudre, c'est quand même plus simple de réaliser ce petit pingouin (surtout pour certains points, dixit ma soeurette). Pour ma part, je le trouve tout simplement parfait. D'après sa créatrice (soeurette), la patron est très bien expliqué et le doudou facilement réalisable. De mon côté, je vais attendre d'avoir une machine à coudre et des enfants sous la main pour me lancer toute seule dans une autre des créations de ce livre !

P1050679

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

14 décembre 2011

Les enfants d’Evernight T.1 De l’autre côté de la nuit, Andoryss et Yang

Le premier tome [d]es Enfants d'Evernight, De l'autre côté de la nuit, est paru chez Delcourt en août 2011.

Londres, 1899. Alors que son père veut l'envoyer à l'orphelinat, Camille s'endort agitée et souhaite ne jamais se réveiller. Son voeu est exaucé en partie, puisqu'au matin, elle se réveille dans un monde étrange, un monde de l'autre côté de la nuit, un monde peuplé de rêves et de cauchemars. Un monde dans lequel, en tant qu'humaine, elle n'a pas le droit de rester. Mais sa venue va bouleverser l'ordre des choses et les règles établies depuis longtemps...

Voilà une intrigue attrayante et bien ficelée ! Établir un parallèle avec le monde des songes n'est pas sans rappeler Miyazaki, et l'antropomorphisme mis en scène abonde dans ce sens, mais qu'importe !
Ce premier tome fonctionne comme une scène d'exposition qui amorce une histoire riche, dans cet univers onirique à souhait proche de l'univers des mangas (notamment dans les graphismes).
J'ai passé un bon moment avec cet album, même si les dessins ne m'ont pas particulièrement touchée et que certains plans et découpages m'ont fortement fait penser à un animé japonais voire à un jeu vidéo du type Final Fantasy. Mais je pense que cette série saura séduire un lectorat avide de héros adolescents et d'univers parallèles merveilleux aux dangers multiples.

Je tiens à remercier   logo2   et les éditions Delcourt  pour cet album reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique.

 Et voici ma 31e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 Et ma 22e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 15/20)

 

La vidéo de la maison d'édition pour présenter l'album.

 

 

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

23 novembre 2011

Trolls de Troy T.15 Boules de poils, Arleston et Mourier

Inutile de présenter la série des Trolls de Troy, imaginée par Arleston en 1997. Le dernier né, Boules de poils, paru le 26 octobre 2011, est la première partie d'une aventure scindée en deux tomes.

Que feraient les Trolls, créatures violentes et sanguinaires, s'ils étaient réduits à la taille d'un insecte ? C'est ce qui leur arrive le jour où les frères Zip Kangrüh et Zip Tisathö, pour échapper aux assauts de Teträm et de ses comparses, leur lancent un sortilège de rétrécissement.
Les pauvres Trolls, réduit à la taille d'une libellule, partent à l'aventure pour les retrouver et les obliger à leur rendre leur taille normale.

Une nouvelle aventure de Trolls et une nouvelle fois un humour omniprésent. Chaque nom est une fois encore sujet à jeu de mot (que parfois je ne saisis pas, malgré de longues minutes de concentration...) et chaque réplique donne lieu à des illogismes dignes de ces charmantes créatures. Tout le monde sait que les Trolls sont loin d'être intelligents. Cet album le prouve une nouvelle fois avec des situations très drôles qui m'ont fait m'esclaffer plus d'une fois !

L'avantage de cet album : il fait sortir nos Trolls préférés de leur environnement habituel et les fait voyager chez les humains dans un univers à la fois médiéval et désuet très réussi.
Un tome très réussi, que j'ai aimé découvrir. Une seule hâte : avoir la deuxième partie de l'aventure au plus vite !

Un grand merci à Bénédicte et aux Éditions Soleil pour l'envoi de cet album.

 

Et voici ma 29e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 

Et ma 20e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 16/20)

Logo_top_bd_2011

La vidéo de présentation de la maison d'édition

pour avoir un aperçu de quelques planches.


Source : Soleil Productions

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

20 novembre 2011

Une heure de silence, Michael Koryta

9782021012507FSUne heure de silence est un roman de l'américain Michael Koryta paru en octobre 2011 aux Editions du Seuil. Ce livre signe ma dernière participation au Jury Policier organisé entre le site Babelio et les éditions Seuil. Une année riche en  découvertes de littérature policière d'horizons divers.

Lorsque Parker Harrison, ancien pensionnaire de La Crête aux murmures, entre dans le bureau du privé Lincoln Perry, ce dernier ne connaît pas cette mystérieuse demeure abritant un programme de réinsertion. Alexandra Cantrell et son mari, qui s'occupaient de ce centre, ont disparu depuis une dizaine d'années. Mais Perry est suspicieux : Parker Harrison ne lui inspire aucune confiance. Mais lorsqu'il visite l'ancienne demeure aujourd'hui à l'abandon et qu'il apprend qu'Alexandra n'est autre que la soeur d'un ponte de la mafia, la curiosité l'emporte sur son bon sens et l'enquête démarre.

Un coin des États-Unis, en marge des grandes villes tentaculaires, entre nature et bitume : l'Ohio. L'hiver cède sa place à un printemps sans vigueur. La surprise ne tarde pas à émerger du récit lorsque un criminel, Parker Harrison, mandate un privé pour mener une enquête qui semble à ce dernier d'une facilité déconcertante. Mais de surprise, il n'y aura quelle celle-là, tant le détective privé s'acharne à n'être et à ne rester qu'un archétype du genre. Lincoln Perry est un déchu de la police, un déchu de la vie. Tous les ingrédients sont réunis pour tirer le livre vers le bas à coup de poncifs du genre : café noir, sandwichs et déprimes post-soûlerie s'égrennent au fil des pages, comme la recette magique d'un polar réussi... L'intrigue est désespérément prise dans une mélasse où les personnages s'empêtrent dans une course courue d'avance dans le passé et contre ce dernier.
Règnent alors de longs passages dialogués où des personnages remuent leurs méninges autour d'inévitables verres de Bourbon, grand délieur de langues. Seul surnage, dans le récit, ce lieu intriguant et rendu vivant par l'auteur : la Crête aux murmures. Mais c'est maigre pour sauver un roman.
Une lecture qui m'a laissée interdite tant elle ne m'a pas surprise. J'ai éprouvé de l'ennui, c'est certain, et un manque d'attrait pour une intrigue maladroitement ficelée.
L'avis de Sharon, peu convaincue elle aussi.

Je tiens à remercier logo2 et les seuil pour ce roman reçu dans le cadre du Jury Policier 2011.

jury_polar

 

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


18 novembre 2011

La source aux étoiles, Marie-José Segura

La source aux étoilesLa source aux étoiles est le second roman de Marie-José Segura, paru en juin aux Éditions Mic-Mac. Souvenez-vous, je vous avais parlé il y a quelques temps du Monde des Songes, premier opus des aventures des lutins de Marie-José Segura...

Le lutin Odin raconte à ses petits-enfants un pan de sa vie. Tout débute le jour où Cantalérus, le père d'Armia, son épouse, est enlevé par un étrange botaniste inventeur de lunettes spéciales permettant de voir les elfes. Armée de courage, la jeune Armia est prête à toute pour sauver son père des griffes des humains et part à l'aventure ! Mais elle n'est pas au bout de ses surprises...

Après Le Monde des Songes, ce nouvel opus de Marie-José Segura nous entraîne à nouveau dans un univers onirique à souhait. Les chapitres se succèdent rapidement et l'intrigue progresse à grands pas.
J'ai suivi avec plaisir les pérégrinations d'Armia et de ses acolytes. Les rebondissements sont nombreux et les périls bien grands pour les petites créatures. Mais l'entraide et l'amitié permettent aux personnages de surmonter les plus grandes difficultés.
La source aux étoiles
est un roman parfait pour les jeunes lecteurs en quête de merveilleux et dont l'imaginaire ne demande qu'à être stimulé. Même si certains personnages sont identiques au Monde des Songes, ces deux romans peuvent se lire indépendemment sans aucun problème de compréhension. L'auteure accorde en effet un grand soin à la description de l'univers féerique qu'elle a imaginé pour permettre aux plus jeunes une représentation très détaillée de ce dernier.

Pour terminer, bravo pour le visuel de la couverture, parfait pour illustrer les aventures des elfes et des lutins intrépides !
Je tiens à remercier Marie-José Segura pour ce roman et les Éditions Mic-Mac pour l'exemplaire que j'ai reçu.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce roman et prolonger votre lecture,
allez jeter un oeil
au blog qui lui est consacré.

La source aux étoiles

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

31 octobre 2011

Intrusion, Natsuo Kirino

IntrusionKirino

Intrusion est le vingt-cinquième roman de l'auteure japonaise Natsuo Kirino paru en 2009 au Japon avant de paraître en France en septembre 2011.

En pleine recherche pour son nouveau roman, Tamaki Suzuki se plonge dans la vie de l'auteur Mikio Midorikawa et plus particulièrement de sa maîtresse, O., héroïne de l'un de ses romans. Quête d'identité, recherches dans le passé, la jeune femme se plonge dans ces vies et oscille entre fantasme et réalité pour trouver la matière de son roman.

Je ne connaissais pas cette auteure, présentée comme une référence dans son pays, et j'étais assez curieuse d'élargir mes horizons littéraires avec ce roman.
La couverture, tout d'abord, m'a laissée supposer un roman haletant et violent. Je pressentais une claque, encore sous le choc de ma dernière lecture sur le Japon contemporain, Tokyo de Mo Hayder. De claque, il n'y en a pas eu. Pas l'ombre d'une, même. D'ennui, en revanche, j'ai été bercée.
Si la construction narrative du roman est furieusement intéressante dans l'idée - alterner les mises en abîme - elle finit par perdre son lecteur et se dénuer d'intérêt au fil des pages. Je ne sais pas si l'auteure a voulu mettre l'accent sur cette singularité, mais elle semble avoir oublié qu'une construction narrative ne peut être l'aboutissement d'un roman, à moins d'un talent tel celui de Luc Dietrich. Ici, la succession de mises en abîme semble être le point d'orgue de tout le roman,  au détriment de personnages attachants ou à la psychologie travaillée, voire d'une intrigue solidement construite.
Dernier point et non des moindres : où est le policier dans ce roman ? Je me demande encore... Intrusion est un roman sur la quête de soi et la quête de l'autre mais ces recherches menées par
Tamaki Suzuki sur l'identité de O. et les personnages de Midorikawa ne permettent pas de catégoriser ce roman dans le genre policier. Une classification qui induit le lecteur en erreur et laisse supposer que le roman s'ouvrira sur d'autres perspectives. C'est bien dommage.
Un livre qui n'a pas su aiguiser mon intérêt. Une lecture pesante, malgré la brièveté du texte. Un nouveau rendez-vous manqué. L'avis de Sharon, plus enthousiaste, mais d'accord avec moi sur la classification en policier.

Je tiens néanmois à remercier logo2  et les seuil pour ce roman reçu dans le cadre du Jury Policier 2011


jury_polar

Une chronique de soukee rangée dans Littérature japonaise - Vos commentaires [15] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

28 octobre 2011

Notre Dame de Paris, Benjamin Carré

9782848016122_1_75Publié en 1831, Notre-Dame de Paris est un des grands succès populaires de Victor Hugo. Maintes fois adapté à la télévision et au cinéma, il ne cesse d'inspirer.

Tout le monde connait l'histoire tragique de la belle Esmeralda et des hommes qui gravitent autour d'elle. L'archidiacre Claude Frollo et son sonneur de cloches le bossu Quasimodo mais aussi Phoebus, capitaine de la garde.

Parce que Notre-Dame de Paris est un roman foisonnant, Thomas Leclère l'a adapté à un jeune lectorat. Le résultat ? Un magnifique album illustré par Benjamin Carré (dont j'avais déjà admiré l'adaptation de Peter Pan).
Le texte de Thomas Leclère respecte le style hugolien tout en le rendant accessible aux plus jeunes. Les illustrations de Benjamin Carré sont une nouvelle fois majestueuses et offrent à l'intrigue des images à la fois modernes et vraisemblables. Un album magnifique, à dévorer des yeux et un jeune illustrateur à découvrir absolument.

Je remercie grandement Inès et les Éditions siteon0_130x51, spécialisées en littérature de jeunesse, pour cette belle découverte !

notre-dame-de-paris-illustration page147-305x370

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [9] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

21 octobre 2011

Séquestrée, Chevy Stevens

sequestree-chevy-stevens-L-HtyJjESéquestrée est le premier roman de Chevy Stevens paru aux Éditions de l'Archipel en septembre.

Annie O'Sullivan, agent immobilier, mène une vie tranquille sur l'île de Vancouver. Mais sa vie bascule le jour où, alors qu'elle fait visiter une maison, elle se fait enlever. Séquestrée dans une cabane isolée en pleine forêt, violée, battue et contrainte d'obéir à son ravisseur, Annie vit des jours cauchemardesques.
Pour apprendre à vivre après ce traumatisme, elle entame une thérapie. Chaque chapitre de ce roman est un monologue à son thérapeute, à qui elle raconte son calvaire de bout en bout.

Les éloges de la blogosphère ne cessent de pleuvoir sur ce thriller, et je m'attendais moi-même à un roman qui me tiendrait en haleine. Mais la magie n'a pas opéré...
L'intrigue en elle-même n'est pas très originale - la séquestration n'est pas un thème nouveau dans la littérature - et les longueurs sont pesantes. Si la construction narrative est intéressante, elle tue dans l'oeuf le suspense qui éclôt très tôt. On connaît d'avance la fin : Annie s'en est sortie puisqu'elle est là, en train de faire une thérapie. Tout le suspense réside dans le fait de savoir comment. Mais cela n'a pas suffit à éveiller mon intérêt.
Je me suis même parfois ennuyée dans la description de ces journées cauchemardesques. Chevy Stevens semble prendre un malin plaisir à décrire sévices et tortures sexuelles. Le mauvais goût n'est jamais loin et la vraisemblance s'émiette. Le personnage d'Annie relate son calvaire mais d'une manière telle qu'il est impossible de se faire à l'idée qu'elle parle à quelqu'un : les viols et autres horreurs sont racontées avec une telle distance qu'on peine à croire que le personnage les a vécus. Cela semble un détail, mais ça m'a gênée au cours de ma lecture.
Enfin, et parce que j'ai lu ce thriller jusqu'au bout, je m'attendais à un dénouement qui améliorerait mon opinion sur cette lecture. Mais je suis restée sans voix tant ce dernier était tiré par les cheveux...
Bref, un rendez-vous manqué. Peut-être que j'en attendais trop, certes, mais je ne pense pas que mon regard eût été foncièrement différent si j'avais acheté ce thriller sans le connaître.
Je tiens néanmoins à remercier Valérie et les Éditions l'Archipel pour ce roman reçu en service de presse. Les avis plus enthousiastes de Stephie, Canel et Mango

 Challenge Thriller

2/3 pour le Challenge Thriller de Cynthia

Une chronique de soukee rangée dans Thrillers - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

13 octobre 2011

Le bonheur : la chance n'arrive jamais par hasard... Eckart Von Hirschhausen

lebonheur-zLe bonheur : la chance n'arrive jamais par hasard est un essai du physicien et comédien allemand Eckart Von Hirschhausen paru en 2011 en France.

Ce livre se présente comme un guide, une aide, pour trouver le bonheur aujourd'hui. Scindé en cinq sphères, le bonheur est présenté comme un état accessible par tous tous les jours. Qu'il passe par des rapports sociaux, une part de chance, un défi personnel ou encore la détente, le bonheur tient souvent à peu de choses.

Pourquoi avoir lu ce livre ? Je ne sais pas réellement... J'ai été intriguée par la présentation de l'éditeur, attirée notamment par l'humour sensé être omniprésent...
D'humour, je n'en ai pas vraiment décelé. Et puis je n'ai pas trouvé de réponses dans ce livre, dans ces réflexions lancées parfois de façon désordonnée.
J'aurais aimé une réflexion plus profonde, un cheminement intellectuel de l'auteur, une réelle plus-value que je n'ai pas eu l'impression de trouver ici. Faire référence au bouddhisme est attendu voire éculé, merci bien. Trop de poncifs, d'encouragements et de compassion qui m'ont littéralement, et pour un long moment, écoeurée et vaccinée contre les livres de développement personnel. S'il suffit de découper un pingouin ou de résumer sa réflexion à énoncer que le bonheur équivaut à manger du chocolat ou aimer les siens, je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'écrire un livre.
Si certains ont pu trouver quelque chose qui les a aidés dans ce livre, tant mieux. Ce n'est pas mon cas. Au mieux, je l'ai trouvé facile.

Je tiens néanmoins à remercier   logo2   et les éditions leduc  pour ce roman reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,