Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

16 mars 2015

Nos vies désaccordées, Gaëlle Josse

Nos vies désaccordées, Gaëlle JosseNos vies désaccordées est le deuxième roman de la diplômée en droit, en journalisme et en psychologie clinique Gaëlle Josse, paru en mars 2012 chez Autrement et récompensé du Prix Alain-Fournier en 2013

François est un jeune pianiste célèbre qui parcourt le monde au gré de ses tournées. Un jour, il apprend que la femme qu'il a tant aimée et quittée subitement, Sophie, est internée depuis plusieurs années dans un hôpital psychiatrique.       
Mu par l'envie de la revoir, François met sa carrière en pause et abandonne tout pour la retrouver. Plongé dans ses souvenirs, il part à la rencontre de son ancien amour, qui passe ses journées à écouter inlassablement les enregistrements de ses concerts.

Découvert dans le colis du Swap de Printemps que m'avait offert Mrs Pepys, Nos vies désaccordées fait partie de ces romans qui vous chavire, qui vous bouleverse, qui vous hante. Cette histoire d'amour puise dans les tragédies classiques sa force et sa puissance et nul lecteur ne peut en sortir indemne.      
François se livre au fil des pages, raconte son histoire, sa carrière, ses succès, son amour pour Sophie, aussi. Son envie de la revoir, de la retrouver. Malgré son état. Malgré son mutisme. Parce que la seule chose qui la relie au reste du monde est la musique de son ancien amant, qu'elle écoute à longueur de journée.      
En 123 pages, Gaëlle Josse réussit à faire jaillir un flot d'émotions, par vagues plus ou moins intenses, à l'image de la musique de François. La narration à la première personne prise en charge par celui-ci entraîne le lecteur dans ses doutes, dans son ressenti. Et s'il était responsable de l'état de Sophie ? Et s'il avait pu agir différemment pour éviter tout cela ?      C'est beau, très beau. Mais immensément triste aussi. Un roman bouleversant porté par une très belle plume. Une excellente découverte.

"La vie légère comme une hirondelle, parfois." (p.14)

"Vit-on ailleurs qu'en exil ?" (p.22)

"J'avais choisi de partir en tournée en préférant croire que les choses allaient s'arranger et en évitant de faire face à ce qui m'était impossible d'accepter, l'effondrement de la seule femme que j'ai aimée. Trop aimée pour admettre qu'elle ne pourrait plus jamais être la même. Trop aimée pour admettre que depuis toujours, elle avançait sur un fil tendu au-dessus de ses abîmes." (p.38)

"Sophie, lente et fulgurante, volubile et silencieuse, désinvolte et grave, désarmante de sincérité. Sophie. Ma tempête."(p.64)

"Avec mes soeurs, elles constituaient une figure féminine unique, shivesque et protéiforme." (p.117)

"Je voudrais demeurer ainsi avec Sophie dans cette sensation retrouvée, sa main dans la mienne, ensemble portés par les vagues de nos existences, l'écorces de nos peurs rompue. J'ai toute la vie pour y arriver." (p.123)

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,



Vos commentaires

    Comme pour tous les romans de Gaëlle Josse, j'ai craqué pour celui-ci. Quelle superbe écriture pour un récit puissant et vibrant. As-tu lu "le dernier gardien..." ? Bises, belle Soukee

    Posté par M Littér'auteurs, 16 mars 2015 à 11:28 | | Répondre
    • Non, c'est avec ce texte que je découvre cette auteure et comme toi je suis charmée par sa plume. Je note sans plus attendre. Bizzz ma chère Martine

      Posté par soukee, 16 mars 2015 à 15:59 | | Répondre
  • une belle lecture en effet!

    Posté par eimelle, 16 mars 2015 à 12:23 | | Répondre
    • Oui, un roman très émouvant...

      Posté par soukee, 16 mars 2015 à 15:58 | | Répondre
  • Je l'ai repéré il y a longtemps celui là, mais toujours pas lu...

    Posté par Marion, 16 mars 2015 à 14:36 | | Répondre
    • Un très beau texte...

      Posté par soukee, 16 mars 2015 à 15:57 | | Répondre
  • Le titre me dit quelque chose, mais le résumé rien du tout. Alors je le renote.

    Posté par Alex mot a mots, 16 mars 2015 à 14:41 | | Répondre
    • On en a beaucoup entendu parler sur la blogosphère et pourtant le résumé ne me disait rien non plus.

      Posté par soukee, 16 mars 2015 à 15:57 | | Répondre
  • Et pourquoi pas ? Cela me tente bien, je viens de faire un tour sur le site de l'auteure pour découvrir ses autres titres. Je retiens, merci soukee !

    Posté par Sébastien, 16 mars 2015 à 21:07 | | Répondre
    • Ah ! Ravie de t'avoir convaincu. Si tu veux que je te le prête, n'hésite pas à me le dire...

      Posté par soukee, 16 mars 2015 à 22:37 | | Répondre
      • Oui, mais après La Cité des Livres qui Rêvent !!!...

        Posté par Sébastien, 17 mars 2015 à 16:51 | | Répondre
        • Je l'ai préparé : je te l'amène demain !

          Posté par soukee, 17 mars 2015 à 17:26 | | Répondre
  • Je l'ai dans ma pal ! Il me faut juste une autre vie pour tout lire !

    Posté par Syl., 17 mars 2015 à 09:09 | | Répondre
    • Moi aussi, moi aussi ! Et en même temps, n'est-ce pas ce qui fait la saveur de la lecture ? Savoir que toute une vie ne suffirait pas à lire tous les livres que l'on voudrait ?

      Posté par soukee, 17 mars 2015 à 09:24 | | Répondre
  • On va dire ça comme ça... c'est un réconfort joliment tourné.

    Posté par Syl., 17 mars 2015 à 09:27 | | Répondre
    • J'ai l'art de voir le verre à moitié plein, tu le sais bien ! Bisous Syl, et passe une belle journée !

      Posté par soukee, 17 mars 2015 à 09:29 | | Répondre
  • Tu donnes envie de découvrir le roman, je note!

    Posté par Tiphanie, 19 mars 2015 à 21:53 | | Répondre
    • Oh oui, je suis certaine que tu aimeras ce roman et qu'il te touchera.

      Posté par soukee, 19 mars 2015 à 22:06 | | Répondre
  • Lu cet après midi, j'avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans le livre, mais petit à petit je me suis laissé faire et l'histoire de ce bel amour m'a, in fine, beaucoup ému, sincèrement. Merci pour cette découverte Soukee et ce bon moment de lecture. On en parle très bientôt...

    Posté par Sébastien, 18 mai 2015 à 20:28 | | Répondre
    • Ça ne m'étonne absolument pas... On en parle très bientôt.

      Posté par soukee, 19 mai 2015 à 14:53 | | Répondre
Nouveau commentaire