Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

28 février 2014

Moi après mois... février 2014

Un rendez-vous initié par Moka. 
Un peu de moi à Bouquinbourg. Beaucoup des autres, aussi.
 

Montre

es / P

Un gâteau de couches pour un bébé Disney / Un fabuleux weekend marocain entre filles / Du stress pour un passeport / Une perruche gentille mais envahissante / Courir pour oublier / Une avancée de plus dans une page qui se tourne / Des vacances qui ressourcent / Un nan délicieux / Des retrouvailles parisiennes et une belle nouvelle. Félicitation Emeline ! / Une expo ratée qui fait penser aux Imaginales, une semaine en avance... / Une grand-mère de 89 ans sur Skype. Merci la technologie pour lutter contre les kilomètres ! / Un nouveau projet perso plein de sérénité / " Les crêpes, c'est toute ma vie ! " / Un match de foot dans le froid... Oui oui, j'ai assisté à un match de foot. Moi. Cherchez l'erreur. On appelle ça le dévouement l'amour...  / Un dimanche dans une très belle maison et un excellent potentiel / Une lecture-croisée avec un mini-lecteur de 16 mois en perspective / Un café au soleil et des rires, beaucoup de rires. Merci sœurette ! / Du stress, beaucoup, autour de moi / Un Tour du monde en 80 jours précédé d'un gratin saumon-poireaux délicieux / Comme une envie d'organiser d'ici peu un vide-dressing à la maison. Des fringues, des copines, des gâteaux et du thé, plutôt tentant, non ? / Un voyage scolaire qui approche et des collègues sympas pour m'aider à le financer / Une brioche à la praline rose qui fait un émule / Toujours au niveau 140 de Candy Crush. Riez... / Sex and the City 2 pour la énième fois, histoire de bien se mettre dans le bain marocain / Une jupe home made pour un anniversaire / Une copine plus zen qui a vraiment tiré un trait sur le tabac. Bravo Tiphaine ! /  "Ruben, ton témoin entre en scène..." RIP / Un Chachat toujours plus câlin / Un nouveau sac, doté d'une fantastique doublure, que j'aime d'amour / Des discussions en mode Excel / Une pastilla à se damner / De précieux conseils, merci Marine ! / Une lecture dérangeante mais ô combien intéressante /  Des rêves de Spa et de massages / Une chouette soirée autour d'une pizza et d'un verre de vin. Parler, encore et encore, pour aider à se relever / La fleur d'oranger, ma saveur doudou par excellence / Un Lego Aventure en coopération sur la Xbox One. Cool ! / Un nouveau carnet de croquis / Des fins de soldes over intéressantes / Un "Joyeux anniversaire" en salle des profs, autour d'un moelleux au chocolat qui plaît toujours autant / Lawrence d'Arabie, ou l'erreur à 1000 dirhams / Des jours qui rallongent doucement / Comme une envie de m'inscrire à une course / Des chansons qui rythment mes journées / Une petite Louise née en février / Une urgence à vivre, intensément / 

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


26 février 2014

4 filles + 3 jours = 1 weekend à Marrakech

Ça s'est décidé comme ça, en un rien de temps. Autour d'une galette des rois maison, un soir de janvier un peu froid. Envie de soleil ? Envie de changer d'air ? Envie de passer 3 jours ensemble et de rigoler ? Les trois peut-être, qui sait finalement ?   
En tout cas, ce soir-là, quatre copines ont eu envie de rêver un peu, de s'évader surtout.  
L'idée a été lancée, entre deux bouchées de galette tièdie, après un verre de cidre rosé. « Et si on partait en weekend entre filles ? Rien que nous quatre »  
En quelques minutes, la destination était choisie : Marrakech. En cinq jours, les billets d'avion étaient achetés et le Riad réservé. Cinq semaines plus tard, elles y étaient, laissant conjoints, enfants et chat derrière elles. 

La place Jemma el-Fna La place Jemma el-Fna. Au loin, l'Atlas. La place Jemma el-Fna, vue du Café Chegrouni P1070110 P1070112 La Koutoubia, ou Mosquée des Libraires La medina, à la nuit tombée P1070141 La nuit tombe sur la place Jemma el-Fna Les stands d'oranges de la place Jemma el-Fna Le labyrinthe des souks Les souks, toujours très animés  P1070235 Le souk des babouches Le Jardin Majorelle P1070191 P1070195 P1070197 P1070179 P1070178 P1070184 P1070175Classique de voyage : moi derrière un livre !

Une parenthèse marocaine enchanteresse / Des rires, beaucoup / Des émerveillements à chaque coin de rue / Des phrases cultes / Des mojitos à la limite de la soupe de légumes / « Free for gazelles ! » / Des couleurs, des myriades de couleurs / Un sac en cuir négocié fermement / Lawrence d'Arabie, ou le prix à payer... / Un délicieux petit déj' au soleil / Des sourires et de la détente / Un tour en calèche mémorable et kitsch à souhait ! / Des rillettes de thon qui resteront une référence /« Foutu pour foutu... » ou notre nouvelle devise / Des déambulations dans les souks / Des pâtisseries à se damner / Une ambiance singulière / « Du reste... » ou l'expression qui fait jaser / Des keftas, pastillas, tajines et couscous délicieux / Un soleil timide mais agréable / Une amitié renforcée, merci les filles ! /

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

16 février 2014

Le club des philosophes amateurs, Alexander McCall Smith

Le club des philosophes amateursLe club des philosophes amateurs est le premier tome de la série consacrée au personnage d'Isabel Dalhousie. Imaginée par l'écrivain écossais Alexander Mc Call Smith, la série compte à ce jour neuf tomes, publiés en France aux Éditions des 2 Terres.

Isabel Dalhousie mène une vie confortable dans la capitale Écossaise. Rentière, cette quadragénaire occupe ses journées à lire des articles pour la revue philosophique dont elle est la rédactrice en chef.   
Mais un soir à l'opéra, Isabel est témoin de la chute mortelle d'un jeune homme. Le regard désespéré qu'il lui jette avant de mourir la pousse à s'intéresser à sa vie et aux circonstances de sa mort. Car si tout porte à croire qu'il s'agit d'un accident, Isabel, pour sa part, doute.

Première incursion dans l'univers d'Isabel Dalhousie, Le club des philosophes amateurs est un premier tome des plus dynamique. Alexander Mc Call Smith plante le décor de sa série et soigne ses descriptions. Isabel fait ainsi l'objet d'un portrait complexe et d'une psychologie léchée, tandis qu'Edimbourg se présente comme un personnage à part entière.
Contrairement au schéma classique meurtre / résolution par le héros qui s'érige en enquêteur, l'intrigue de ce roman met en scène l'atypique Isabel, quadra célibataire, paisible et cérébrale, bien éloignée des modèles du genre. Et si elle s'intéresse à ce crime et nous fait part de ses réflexions, ce n'est non pas pour faire régner l'ordre et rétablir une certaine idée de justice - comme les personnages-enquêteurs habituels - mais pour mieux s'interroger sur la nature humaine et sa complexité. Isabel convoque ainsi les grands penseurs pour essayer de comprendre ses contemporains et leurs actes, quels qu'ils soient. Elle qui vit dans un monde protégé de tout soucis matériel, elle se trouve ainsi confrontée à des problématiques pragmatiques qui la dépassent 
Excellent premier tome, ce roman nous ouvre la porte de la maison d'Isabel et de son mode de fonctionnement. Venez, entrez. Installez-vous dans son univers à part, venez flâner avec elle dans les rues d'Edimbourg. Vous serez conquis, je n'en doute pas une seconde.

Voici ma troisième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy.

Voici ma deuxième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy. - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2013/09/05/27959374.html#sthash.5THU75IL.dpuf
Voici ma deuxième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy. - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2013/09/05/27959374.html#sthash.5THU75IL.dpuf

615583379

.

615583379

Voici ma deuxième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy.

615583379

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2013/09/05/27959374.html#sthash.5THU75IL.dpuf

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

13 février 2014

Et si les oeuvres changeaient d'auteur ? Pierre Bayard

Et si les oeuvres changeaient d'auteurEt si les oeuvres changeaient d'auteur ? est un essai de l'universitaire Pierre Bayard paru en octobre 2010 aux éditions de Minuit.

Le postulat de départ de Pierre Bayard est simple et clairement annoncé en guise de prologue : et si nous remplacions un auteur par un autre, parce que nous le jugeons plus approprié à une oeuvre donnée ? Et si finalement la notion d'auteur était une notion mobile qui s'accorderait à un instant t à une oeuvre, pour mieux en changer ensuite, pour permettre une lecture protéiforme des oeuvres ?  
En s'appuyant sur l'analyse de différentes oeuvres auxquelles il attribue d'autres auteurs que ceux communément admis - L'Odysée aurait ainsi été écrit par une écrivaine grecque, Dom Juan par Corneille et L'Etranger par Kafka, par exemple - Pierre Bayard développe sa thèse des possibles filiations entre oeuvres et auteurs pour mieux permettre à son lecteur de réfléchir à la perception que l'on se fait d'une oeuvre selon l'auteur qui lui est attribué et comment, en changeant de paradigme, une même oeuvre peut être perçue d'une manière totalement différente.

Brillant, comme chacun des essais de Pierre Bayard, Et si les oeuvres changeaient d'auteur ? se présente une nouvelle fois comme une réflexion novatrice qui met à mal les conventions de la littérature pour mieux s'interroger.   
Son idée de réattribuer un auteur à une oeuvre pour lire cette dernière différemment permet de réfléchir à l'importance que revêt un auteur - dans toute sa complexité - sur la réception de son oeuvre. A l'aune de cette réflexion, le personnage de Dom Juan, s'il avait été écrit par Corneille et non Molière, n'apparaît plus comme un séducteur perverti, quintessence du mal, mais comme un symbole de la quête de soi et de la réalisation personnelle, envers et contre tout. Un véritable héros cornélien en somme.  
Lecture délectable, qui me replonge innocemment dans mes souvenirs d'études de lettres, Et si les oeuvres changeaient d'auteur ? demeure accessible et évite l'écueil d'un essai littéraire élitiste. Comme à chaque fois avec Pierre Bayard, je me suis régalée. Et maintenant je ne regarderai plus certaines oeuvres comme avant et je ne pourrai m'empêcher de laisser mon esprit vagabonder : et si finalement Madame Bovary avait été écrit par Tolstoï ?
  
Merci soeurette ! Tu m'avais offert cet essai pour le premier bloganniversaire de Bouquinbourg. Plus de trois ans plus tard, je le lis. Bel effort de rapidité, je sais...

"Ce droit à la fiction apparaît comme plus légitime encore quand on reconnaît que l'inconscient joue un rôle déterminant dans notre réception de la littérature et que l'activité imaginaire, de ce fait, ne constitue nullement une part secondaire de la lecture, mais le coeur même de la relation que nous entretenons avec les oeuvres." (p.13)

"Tout nom d'auteur est un roman. Loin d'être un simple mot, il attire autour de lui toute une série d'images ou de représentations, tant personnelles que collectives, qui viennent interférer avec le texte et en conditionnent la lecture." (p.27)

"C'est que la mise en perspective, si elle peut prendre la forme radicale du choix d'un pseudonyme, voire de l'invention d'une identité alternative ou d'une incarnation physique, est un mouvement beaucoup plus large de modification de sa propre image à laquelle tout écrivain participe dès qu'il entreprend de transformer tel ou tel élément de sa biographie pour la rendre plus cohérente avec la représentation qu'il souhaite laisser de lui-même et les lectures de son oeuvre qu'il entend promouvoir." (p.62)

"Préserver le dynamisme du texte et l'intérêt de la lecture en prônant le recours systématique à l'attribution mobile, c'est donc prendre la mesure de tous les mondes possibles qui se rencontrent en chaque oeuvre et de tous les auteurs qui auraient pu l'écrire, et, loin de s'arrêter à telle filiation définitive, nouer sans cesse, entre les écrivains et les textes, de nouvelles unions." (p.151-152)

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

12 février 2014

Long John Silver T.2 Neptune, Xavier Dorison et Mauthieu Lauffray

long-john-silver-tome-2- -neptune-9564Long John Silver est une série de BD en quatre tomes publiée chez Dargaud. Neptune, le deuxième album, est paru en septembre 2008. J'avais adoré le premier tome. Raison de plus pour poursuivre la lecture de cette série !

Le navire qui vogue vers l'Amérique du Sud, avec à son bord Long John Silver et ses pirates, progresse lentement. Embauché par Lady Hastings pour débusquer le trésor de son mari, Long John Silver dissimule son véritable dessein : fomenter une mutinerie et se rebeller contre le capitaine du bateau, une fois le trésor en vue. Mais Elsie, la domestique de Lady Hastings, va mettre à mal ce plan en découvrant le contrat passé entre sa maîtresse et le flibustier. Son meurtre met à jour les plans du pirate et faire peser des doutes sur ses véritables intentions. La tension monte d'un cran sur le navire, et la situation devient vite incontrôlable.

Excellente série, Long John Silver offre au lecteur une plongée des plus réussies dans l'oeuvre de Stevenson.  
Ce deuxième tome, très sombre, se présente comme un huis-clos glaçant. La vie à bord est rude et le meurtre de la jeune domestique va déchaîner les plus bas instincts des personnages.  
La palette de couleurs utilisée est très sombre et offre un rendu superbe. Le temps est à l'image de l'ambiance qui règne sur le navire : tumultueux et imprévisible. Le découpement des pages alterne des vignettes classiques et de larges planches qui dynamisent le tout et renforcent la violence du récit. La narration alterne accalmie et déchaînement de violence et le lecteur de suivre le tout avec avidité.  
Car l'intérêt de ce tome est de montrer Silver dans sa dualité et dans sa difficulté à contenir l'envie de meurtre qui sourd en lui. Son obsession : tuer le Capitaine pour prendre sa place. Mais il se doit de maîtriser sa mutinerie pour parvenir à ses fins. Cette difficulté suinte à toutes les pages et le côté torturé du pirate semble se cristalliser dans ce tome.     
Un album à dévorer d'une traite, dans un souffle. Une réussite incontestable, tant graphique que narrative. Merci C. de cette attention.

Voici ma 62e participation à la   organisée par Mango et ma 51e au Top BD des blogueurs de Yaneck.

Top BD

Planche 1 Planche 3

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

10 février 2014

Meurtre au Ritz, Michèle Barrière

Meurtre au Ritz, Michèle BarrièreMeurtre au Ritz est le septième tome de la saga consacrée à la famille Savoisy écrit par l'historienne de l'alimentation Michèle Barrière. Ce roman est paru en juin 2013 au Livre de Poche.

Paris, 1898. César Ritz fignole les travaux du célèbre palace parisien qui portera son nom. A la tête de ses cuisines, le non moins célèbre Auguste Escoffier. Mais la réputation du lieu est menacée lorsque le cadavre d'une jeune femme est retrouvé dans une des chambres froides. Heureusement, Quentin Savoisy, journaliste gastronomique en herbe, s'attèle à cette enquête, aidé de Diane sa fiancée, fervente partisane des droits des femmes.

Avec ce nouveau roman, Michèle Barrière nous entraîne dans le tourbillon du Paris de la fin du XIXe siècle. Mêlant Histoire - l'affaire Dreyfus, l'ouverture du Ritz, les mouvements féministes naissants - et fiction, la romancière réussit une nouvelle fois une intrigue très bien ficelée qui laisse la part belle à la gastronomie.
Meurtre au Ritz nous permet de pousser la porte du célèbre palace et de découvrir l'effervescence liée à son ouverture. Les cuisines y tiennent bien entendu un rôle primordial, comme toujours, et le meurtre qui ouvre le roman semble lié à celles-ci. 
M
ais l'intrigue permet également une plongée appréciable dans l'époque dépeinte. Paris est un personnage à part entière, comme toujours dans les romans de Michèle Barrière qui aime à soigner ses lieux et à conserver une cohérence historique globale. Le lecteur se promène, en compagnie de Quentin, le héros, dans les ruelles parisiennes et découvre la ville telle qu'elle était en cette année 1898.
Lire un roman de Michèle Barrière c'est perdre la notion du temps, se glisser dans une époque pour mieux en comprendre les enjeux et découvrir, au détour d'une intrigue policière, l'histoire de la gastronomie et ses subtilités. Un régal...

Intrigué par les romans noirs gastronomiques ?
Découvrez  mon interview de Michèle Barrière
ainsi que mes précédents billets sur ses romans.

 

sang-hermine

 

Une chronique de soukee rangée dans Polars historiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

05 février 2014

Bilan de lecture : janvier 2014

L'année 2014 a débuté dans la douceur. Et ce à plusieurs niveaux...
Mais qu'en est-il de mes lectures ? Souvenez-vous de ma fin d'année risible.
Voyons si janvier relève le niveau...

tumblr_mli6uiWsef1r4h5f7o1_250

Les livre déjà chroniqués

(cliquez sur les couvertures pour lire mes billets)

 Le puits des histoires perdues Certaines n'avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka

93388854  93207884

Le livre en attente d'une chronique

Le début de la fin

 Bilan

Ce mois-ci n'aura pas été synonyme de réelles retrouvailles avec mon rythme de lecture habituel. J'ai néanmoins pris beaucoup de plaisir à lire, et notamment avec la série de Jasper Fforde qui me séduit toujours autant.  

J'ai remarqué que mon article sur Des contes dans mon assiette et la fabuleuse recette de scones que j'ai partagée avec vous ne vous a pas laissés insensibles... Si certains d'entre vous l'ont testée et ont eu le temps de faire une photo avant que le tout soit englouti, dites-le moi, je mettrai les photos à la suite de ce billet !

Malgré une vraie vie bien remplie et d'autres passions qui m'accaparent quelque peu ces derniers temps, je suis bien décidée à revenir à mes premières amours et à renouer avec les livres. Surtout que j'ai sur ma table de nuit quatre livres qui me font furieusement envie : Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson, Extrêmement fort et incroyablement près de Jonathan Safran Foer, La splendeur de la vie de Michael Kumpfmüller et Le Mystère du Hareng Saur de Jasper Fforde (le tome 6 de Thursday Next !) De belles lectures en perspective !

De votre côté, comment s'est passé votre mois de janvier ? 
Livresque ? Ou pas... 
Dans tous les cas, je vous souhaite un très beau mois de février !

 

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

01 février 2014

Moi après mois... janvier 2014

n rendez-vous initié par Moka que je n'ai pas honoré depuis longtemps. 
Mais il est temps d'y revenir.  
Un peu de moi à Bouquinbourg et beaucoup des autres, aussi... - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/moi_apres_mois___/index.html#sthash.mhMH4y7y.dpuf
n rendez-vous initié par Moka que je n'ai pas honoré depuis longtemps. 
Mais il est temps d'y revenir.  
Un peu de moi à Bouquinbourg et beaucoup des autres, aussi... - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/moi_apres_mois___/index.html#sthash.mhMH4y7y.dpuf
n rendez-vous initié par Moka que je n'ai pas honoré depuis longtemps. 
Mais il est temps d'y revenir.  
Un peu de moi à Bouquinbourg et beaucoup des autres, aussi... - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/moi_apres_mois___/index.html#sthash.mhMH4y7y.dpuf
n rendez-vous initié par Moka que je n'ai pas honoré depuis longtemps. 
Mais il est temps d'y revenir.  
Un peu de moi à Bouquinbourg et beaucoup des autres, aussi... - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/moi_apres_mois___/index.html#sthash.mhMH4y7y.dpuf

Un rendez-vous initié par Moka. 
Un peu de moi à Bouquinbourg. Beaucoup des autres, aussi.

  Montre

es / P

Un Chachat en mode hibernation / Gros craquage pour les soldes / Une trachéite interminable / Une jolie jupe verte et dorée home madeDes scones à tomber et un amoureux attentionné / Intouchables, vu après tout le monde / "J'veux du soleil, rien que du soleil" / Trois jours à mille à l'heure, droguée à la cortizone, sans résultat / Enfin un festival autour du conte avec Flo en prévision / Des nouvelles bottes que j'aime d'amour / Ma première galette des rois maison ! / Une distance nécessaire pour mieux me reconstruire / Une session running pas cool pour Eugénie... Désolée... / Encore un gros craquage pour les soldes / Une longueur de jupe qui devient une appellation / Un mystérieux sms de nouvelle année qui restera anonyme / Une forêt noire démente / Un super rendez-vous autour d'un tchaï et d'un muffin / L'Ecosse, nous voilà ! / Un verre et des rencontres / Le niveau 140 à Candy Crush qui me résiste... Grrr... / De belles lectures qui me réconcilient avec les livres / Un voyage en Toscane confirmé et 18h de bus en perspective... Youhou ! / Kiffe kiffe Jasper Fforde / Une copine qui perd pied et une solidarité nécessaire / Une soirée entre filles + un innocent "Ça vous dirait de partir en weekend entre nanas ?" = une réservation cinq jours plus tard et un weekend à Marrakech à l'horizon, en mode Sex and the City / Une boîte de chocolats et une conversation qui booste / Énième craquage aux soldes et un compte en banque en berne / De nouvelles affinités et un stage de danse orientale en mars, pourquoi pas ? / Des copines super, toujours prêtes à répondre à l'appel / Une grasse mat' jusqu'à 11h, ô exploit, mais dans sa chambre. Ceci explique cela. / Un sms surprenant et qui m'a touchée. Merci Marion / Un resto indien complice / Alice,  wondercollegue forever / Des sushis, of course ! / The Host, ou comment j'ai adoré un film coréen avec des monstres ?! / Des dommages collatéraux qui prennent fin / Une chambre cocon / Une absence douloureuse / Un futur papa en stress et des mots pour le réconforter / Une ville que je découvre et que j'aime de plus en plus / Un temps de réflexion / Alice au Pays des Merveilles version acrobates chinois, très bien accompagnée, en ce fameux 9 janvier / Des gouttes de pluie sur mon velux / Berlin en train de nuit ? Soyons fous ! / Un smartphone devenu le prolongement de ma main... warning ! / Une soirée silencieuse et une mise au point / Un anniversaire placé sous le signe du rose et de l'Aubépine / Un texte écrit devant un latte et une prise de conscience / Des cat-sitters toujours plus nombreux et sympa pour Chachat / Une chouette journée en Allemagne en prévision /

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :