Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

18 avril 2018

Vies volées : Buenos Aires, Place de mai, Matz et Mayalen Goust

Vies volées Buenos Aires Place de mai, Matz et Mayalen GoustVies volées : Buenos Aires, Place de mai est un album écrit par Matz et mis en dessins par Mayalen Goust paru en janvier aux éditions Rue de Sèvres.

Buenos Aires, 1998. Santiago et Mario sont meilleurs amis mais dans la tête de ce dernier se bousculent de nombreuses questions quant à son identité. Aussi brun que ses parents sont blonds, Mario est en effet persuadé d'avoir été adopté, lorsque la dictature militaire a fait disparaître des opposants politiques et fait adopter les nouveaux-nés par des militaires ou des policiers proches du régime. Santiago à ses côtés, il décide de rejoindre les Grands-Mères de la place de Mai qui défilent chaque semaine en plein coeur de la ville pour réclamer le retour de leurs petit-enfants, et faire un test ADN pour savoir s'il fait partie de ces enfants volés.

J'avais adoré Le Travailleur de la nuit, biographie du fougueux Alxandre Jacob signée Matz, l'an dernier. J'étais très curieuse de découvrir à nouveau son travail.   
Prenant appui sur les événements qui ont défrayé l'histoire argentine, Matz raconte la vie de ces héros fictifs meurtris par ces disparitions. Personne ne semble épargné et chaque famille porte en son sein une histoire tragique. Tortures, enlèvements, meutres, les séquelles de ces 30 000  disparitions sont là, comme en témoignent les Abuelas de Plaza de Mayo, ces grands-mères qui défilent depuis 1977 en face de la demeure du chef du gouvernement pour demander justice.
Malgré un retournement de situation assez prévisible, l'intrigue possède une force et une émotion certaines. Le scénariste s'emploie à questionner la question de la filiation, du pardon et de l'acceptation au travers de personnages complexes et travaillés.    
Les dessins résolument modernes aux tons très doux de Mayalen Goust s'accordent au texte de Matz et le complètent, les visages laissant parfois place à du vide, lorsque la question de la quête identitaire submerge l'intrigue.     
Un album dur autant que poétique, qui dénonce les horreurs de la dictature  de 1976 à 1983 en Argentine. A lire, sans hésiter. Il me rappelle Argentina Argentina de Christophe Léon, un roman jeunesse sur le même sujet que j'avais lu et beaucoup aimé il y a quelques années.
La critique de Mo', très enthousiaste elle aussi. Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album.

Planche 1Planche 2

Planche 3Planche 4

La BD de la semaine

Cette semaine chez Noukette !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,



Vos commentaires

    Le sujet est très intéressant !

    Posté par Iluze, 18 avril 2018 à 09:39 | | Répondre
    • Et très bien traité.

      Posté par soukee, 19 avril 2018 à 12:26 | | Répondre
  • Les dessins sont à tomber et le scénario me plait beaucoup ! Noté !

    Posté par Noukette, 18 avril 2018 à 10:14 | | Répondre
  • Tout le monde semble unanime sur la qualité de cet album !

    Posté par Jerome, 18 avril 2018 à 12:38 | | Répondre
    • Oui, c'est une réussite.

      Posté par soukee, 20 avril 2018 à 15:34 | | Répondre
  • Noté !

    Posté par Brize, 18 avril 2018 à 13:13 | | Répondre
  • déjà repéré, je viens de lire Le travailleur de la nuit et je n'avais pas fait le rapprochement. j'ai encore plus envie de la lire maintenant !

    Posté par bouma, 18 avril 2018 à 13:26 | | Répondre
    • Héhé, tu es comme moi (et bien d'autres !) tombée sous le charme du Travailleur de la nuit ? Ce titre est fait pour toi alors !

      Posté par soukee, 19 avril 2018 à 12:29 | | Répondre
  • je l'avais trouvé diablement prenante et le contexte super bien expliqué !

    Posté par Mylene, 18 avril 2018 à 15:16 | | Répondre
    • Oui, cette histoire d'amitié, de filiation, et ce contexte historique dépeint simplement et avec pudeur... Une très belle BD !

      Posté par soukee, 19 avril 2018 à 12:29 | | Répondre
  • C'st vrai que Matz est très fort dans le genre Polar, avec un fond politique et réaliste.
    Je note ton enthousaisme, merci.

    Posté par Jacques, 18 avril 2018 à 20:36 | | Répondre
    • Avec plaisir ! Là encore, il fait mouche !

      Posté par soukee, 19 avril 2018 à 12:32 | | Répondre
  • Les dessins me plaisent bien et le contexte est intéressant, je prends note.

    Posté par Hilde, 19 avril 2018 à 09:05 | | Répondre
    • Tant mieux ! Bonne découverte !

      Posté par soukee, 19 avril 2018 à 12:32 | | Répondre
  • En effet, quelle douceur dans l'esthétique !!

    Posté par FondantGrignote, 20 avril 2018 à 07:32 | | Répondre
    • Oui, c'est très aérien dans le dessin. Vraiment magnifique !

      Posté par soukee, 25 avril 2018 à 20:09 | | Répondre
  • Ce sujet m'intéresse beaucoup et j'ai déjà noté cette BD. Il faudra que je la demande à ma bibliothécaire

    Posté par Estellecalim, 20 avril 2018 à 09:41 | | Répondre
    • Et zou ! Dans le cahier de suggestions de ta médiathèque ou BU !

      Posté par soukee, 04 mai 2018 à 10:49 | | Répondre
  • Elle me tente beaucoup, j'aimerais en savoir davantage sur cette période que je connais peu.

    Posté par Fanny, 20 avril 2018 à 14:01 | | Répondre
    • C'est une bonne façon de le faire !

      Posté par soukee, 20 avril 2018 à 21:06 | | Répondre
  • Il me tarde de le découvrir pour en savoir davantage sur cette incroyable, et horrible, page de l'histoire argentine.

    Posté par Blandine, 21 avril 2018 à 09:27 | | Répondre
    • C'est glaçant, c'est vrai. Mais c'est important de le savoir...

      Posté par soukee, 21 avril 2018 à 23:58 | | Répondre
  • Bien tentée, et je l'ai réservé en bibliothèque ! Hâte de l'avoir !

    Posté par Caro, 22 avril 2018 à 16:35 | | Répondre
    • Chouette ! Bonne lecture à venir !

      Posté par soukee, 25 avril 2018 à 20:11 | | Répondre
  • Il me la faut, cette BD. Depuis que j'ai lu Luz ou le temps sauvage d'Osorio, on dirait que cette histoire me touche particulièrement.

    Posté par Karine, 25 avril 2018 à 02:12 | | Répondre
    • Je te comprends... Tu verras, elle est très touchante.

      Posté par soukee, 27 avril 2018 à 16:26 | | Répondre
Nouveau commentaire