Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

12 novembre 2016

Juliette, Camille Jourdy

Juliette, Camille JourdyJuliette est le nouvel album de Camille Jourdy - mise en lumière récemment grâce à l'adpatation ciné de sa géniale trilogie Rosalie Blum - paru en février chez Actes Sud.

Juliette revient chez son père. On ne sait pas trop pourquoi, ni pour combien de temps. La jeune femme est un peu perdue dans sa vie, dans ses pensées. Entre sa soeur adultère, son père qui oublie tout et sa mère fantasque, Juliette navigue dans ses sombres pensées, sans but aucun. Jusqu'au jour où son chemin croise celui de Georges, un peu paumé aussi...

J'avais adoré la poésie de Rosalie Blum, ses personnages attachants et ce petit rien qui donne le sourire, une fois la dernière page tournée. J'avais donc hâte de découvrir ce nouvel album, de découvrir la plume et le dessin de Camille Jourdy dans une autre intrigue. Et si cette rencontre fut belle, elle n'en demeure pas moins teintée d'une grosse mélancolie.

Difficile de ne pas comparer ces deux albums. Car tous deux portent le nom d'un personnage féminin et mettent en scène le quotidiens de personnages banals. Des personnages lambda, insignifiants mais justement exceptionnels par leur banalité. La force de Camille Jourdy c'est justement cette vraisemblance qui offre à ces comédies humaines leur touche singulière. Mais si Rosalie Blum donnait le sourire, Juliette ne peut se targuer d'avoir le même effet sur son lecteur. L'intrigue met en scène le même type de personnages un peu dépressifs, un peu paumés, qui semblent impuissants voire démissionnaires face à leur vie - à l'encontre même de l'idéal prôné par les valeurs de notre société. Juliette porte en elle des secrets que le lecteur ne découvre pas au fil des pages, et l'ensemble offre un sentiment de mélancolie sans réelle raison. J'ai refermé l'album avec un goût d'inachevé, avec l'envie d'en savoir plus sur ces personnages auxquels je me suis attachée au fil des pages. Une belle lecture sensible et réaliste, sans aucun doute, mais qui me laisse sur ma faim. Merci Sébastien pour cet album.

Planche 1 Planche 2

Planche 3

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,



Vos commentaires

    Je regarde à chaque fois les albums de Jourdy avec une rare envie. Très envie de les lire !

    Posté par Moka, 12 novembre 2016 à 08:42 | | Répondre
    • Je ne peux que te conseiller Rosalie Blum, une pépite d'émotions et de poésie.

      Posté par soukee, 14 novembre 2016 à 21:44 | | Répondre
  • J'avais beaucoup aimé Rosalie Blum, celui ci a tout pour me plaire !

    Posté par Noukette, 13 novembre 2016 à 22:53 | | Répondre
    • J'en attendais peut-être trop mais c'est vrai que c'est un avis en demi-teinte...

      Posté par soukee, 14 novembre 2016 à 21:46 | | Répondre
  • "Juliette" ! Une douce mélancolie, une lecture que j'ai beaucoup aimé, mais qui ne vaut pas, on est d'accord la merveilleuse trilogie "Rosalie Blum" dont le ton quelque peu décalé et humoristique est un baume au cœur. Mes ces personnages sont tellement attachants, je les aime beaucoup...

    Posté par Rougegorge, 14 novembre 2016 à 09:26 | | Répondre
    • Moi aussi je les ai beaucoup aimés, mais j'aurais tellement aimé savoir ce qui leur arrivait ensuite, les connaître plus, les comprendre aussi. Car finalement, j'ai refermé l'album avec beaucoup d'incompréhensions et c'est ce que j'ai trouvé dommage. Mais merci beaucoup de cette attention et de cette belle découverte dans tous les cas !

      Posté par soukee, 15 novembre 2016 à 21:27 | | Répondre
  • Il m'a manqué quelque chose aussi. Je crois que je me suis ennuyée

    Posté par Estellecalim, 14 novembre 2016 à 17:22 | | Répondre
    • Moi je suis restée sur ma faim...

      Posté par soukee, 14 novembre 2016 à 21:34 | | Répondre
  • Tu es restée sur ta faim mais tu sais quoi, je suis quand même très tenté (je ne suis plus à une contraction près remarque ).

    Posté par Jerome, 16 novembre 2016 à 13:38 | | Répondre
    • Dison que la comparaison avec Rosalie s'impose et que c'est ce premier album qui gagne. Mais j'aime toujours beaucoup la poésie qui se dégage des albums de Camille Jourdy.

      Posté par soukee, 16 novembre 2016 à 13:59 | | Répondre
  • je ne compare pas. et je prends chaque album comme il est, pour ce qu'il est dans son univers. j'y ai trouvé beaucoup de tendresse et de douceur. j'ai déjà relu plusieurs fois Juliette. cet album me fait rire, il m'a ému aussi. il sonne vrai. il est tendre et poétique. il prend le temps d'installer ses personnages. il ouvre à l’infini possible du quotidien. il nous révèle à nous même. bref c'est du bonheur dans un quotidien pas facile. Rosalie est une trilogie. depuis du temps a passé. Juliette c'est donc une autre histoire sans lien avec le ivre précédent. et justement cette différence renouvelle ce qu'on y trouve. j'ai quitté tous ces personnages comme on quitte des amis. ils continuent à vivre dans mon imaginaire. et j'aime ça.

    Posté par Bruno, 30 novembre 2016 à 16:51 | | Répondre
Nouveau commentaire