Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

23 mars 2014

Cette chère Sylvia... Dawn French

Cette chère SylviaCette chère Sylvia... est un roman de l'humoriste britannique Dawn French paru en France le 5 mars 2014 aux éditions de L'Archipel.

Un balcon, une mauvaise chute. Une femme étendue dans le coma. Chambre numéro 5, Sylvia. A son chevet défilent ses proches : son ex-mari, sa meilleure amie qui est aussi sa maîtresse, sa soeur, sa fille, son employée de maison. A chacun de leurs passages, tous se livrent, évoquent des souvenirs, font ressurgir des rancoeurs. Qui est finalement Sylvia ? Chacun en dresse un portrait parcellaire. Son portrait d'après sa relation à cette femme.

Cette chère Sylvia... est un roman divertissant, malgré son sujet en apparence lourd, et promet de bons moments de détente à son lecteur. Dawn French met en scène une galerie de personnages à la fois attachants - bien qu'un brin caricaturaux - et souvent décapants. Ils se succèdent au chevet de cette femme qui donne son nom au roman, mais qui n'est finalement qu'un prétexte à ce que tous se confient, et évoquent leurs souvenirs.
Si l'intrigue bascule à certains moments dans l'invraisemblable, l'émotion est néanmoins là, palpable au détour d'une page, dans cette histoire familiale finalement universelle. Non-dits et déchirements, rancoeurs et reproches, les visites à Sylvia sont l'occasion pour chacun de régler ses comptes avec celle-ci, son immobilité et son silence étant propices à délier les langues. Et si la mort qui plane autour de cette chambre numéro 5 apporte une gravité à l'intrigue, elle permet à chaque personnage de jouer sa partition à la perfection.
La narration alternée apporte une dynamique toujours appréciable. Chaque chapitre, pris en charge par l'un des proches de Sylvia, amène son lot de révélations et de souvenirs et tisse le fil d'une intrigue riche en rebondissements.
Une lecture drôle et piquante. L'occasion d'un bon divertissement. Un roman dévoré en deux jours et qui m'a séduite ! 

Je tiens à remercier Sibylle de LP Langages&Conseils et les éditions de  l'archipel pour ce roman.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


14 novembre 2009

L'enfant océan, Jean-Claude Mourlevat

oc_anNormalement, ce roman de littérature de jeunesse n'a pas trop besoin de mon acharnement pour le diffuser tant il est connu.
Mais certains ne le connaissent pas encore autour de moi et ne l'ont pas lu, d'où ce billet.
L'enfant Océan est un court roman de littérature de jeunesse écrit par Jean-Claude Mourlevat et publié en 1999 aux éditions Pocket Jeunesse.

Il relate le périple de 7 frères, en fugue  vers l'Océan pour échapper à leurs parents, croyant que ceux-ci veulent les tuer.

Vous aurez sûrement deviné qu'il s'agit là d'une réécriture moderne du conte du Petit Poucet. Yann, le cadet des frères et le plus perspicace, entraîne la petite troupe vers l'Ouest, comme aimanté par l'Océan.
Le récit est une narration à plusieurs voix, chaque chapitre correspondant au récit d'un personnage ayant croisé la fratrie sur son chemin.
Dit comme ça, cet article peut laisser froid et indifférent, mais pour vous convaincre peut-être, je peux vous affirmer que l'écriture de J-C Mourlevat est poignante, que l'alternance narrative permet de maintenir un certain flou sur la fugue des enfants et que l'émotion est présente du début à la fin. Même en connaissant le conte originel, le lecteur se laisse porter par cette adaptation moderne et émouvante.
Considéré comme un classique (même si je déteste employer ce mot aux frontières floues et à la définition hasardeuse...) en littérature de jeunesse, ce roman a connu un très vif succès auprès des jeunes lecteurs et est toujours considéré comme un titre à connaître dans le domaine.
Avis aux retardataires et aux autres !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,