Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

31 mai 2018

L'amie prodigieuse T.1, Elena Ferrante

L'amie prodigieuse Elena FerranteL'amie prodigieuse est la tétralogie qui a mis sous les feux de la rampe la romancière italienne Elena Ferrante depuis la parution de son premier tome en 2011 en Italie. Il a été traduit en français et édité en 2014 aux éditions Gallimard. L'auteure, depuis sa parution, protège jalousement son anonymat et nul ne sait qui est à l'origine de cette saga mondialement plébiscitée. 

Naples, fin des années 50. Elena et Lila habitent un quartier pauvre avec leurs familles respectives. Entre les deux fillettes se noue une forte amitié. Et si Elena peine à maintenir un niveau scolaire acceptable, Lina de son côté est extrêmement douée mais décide d'abandonner l'école pour travailler avec son père et son frère dans la cordonnerie familiale. Les deux amies s'éloignent au fil des ans, car Elena poursuit ses études avec acharnement, mais demeurent proches malgré tout dans ce quartier napolitain sombre où la violence et les traditions pèsent lourd.

Voilà typiquement une saga que j'ai boudée durant longtemps vu le tapage médiatique qu'elle a suscité. Et pourtant, Elisabeth - mon ancienne libraire - m'en avait largement vantée les mérites dès sa parution (note pour plus tard : davantage suivre ses conseils !). 
J'ai donc décidé d'ouvrir ce premier tome lors de mon voyage à Lisbonne et je me suis laissé happer par cette histoire d'amitié sur fond historique. Tant a déjà  été dit sur ces personnages et ce quartier de Naples, personnage à part entière du roman, que je vais être assez concise. 
Elena Ferrante réussit le tour de force de nous plonger dans une Naples violente, patriarcale et aux traditions ancrées, aux côtés de ces deux fillettes qui se débattent pour trouver leur place. La lecture est parfois difficile, le quotidien ne laissant pas beaucoup de place à la joie et la légèreté à Elena et Lina qui sont ballottées et éprouvées au fil des pages. L
es personnages qui gravitent autour d'elles sont nombreux, les histoires secondaires pullulent, et comme dans un roman feuilleton, impossible de poser son livre. 
Criminalité, violence, corruption, adultère, folie parfois, le quartier de Lina et Lena est un microcosme qui semble refléter la dureté de la vie napolitaine de l'époque. L'emprise et la fascination que Lina exerce sur Elena, la narratrice, mettent parfois mal à l'aise le lecteur qui reçoit, telle une confession, ces souvenirs d'enfants mais rendent les personnages d'autant plus attachants dans leur amitié et leur attentes mutuelles.  
Je comprends l'engouement lié à cette saga, j'ai subi moi aussi cette force d'attraction qui m'empêchait de refermer mon livre, les personnages vibrant tellement d'authenticité que j'avais l'impression de lire une chronique d'époque.   
Il ne me reste maintenant qu'à poursuivre cette saga pour savoir ce qu'il advient d'Elena et Lina après leur adolescence.    
Les avis de HeleneEnna, Sylire, Tiphanie, Violette, Sam, etc.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature italienne - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,


30 mai 2018

La Saga de Grimr, Jérémie Moreau

La saga de GrimrLa saga de Grimr est un album signé Jérémie Moreau paru en septembre 2017 chez Delcourt. Il a reçu le Fauve d'or au Festival d'Angoulême en janvier dernier.

Islande, 18e siècle. Sous le joug de la domination danoise, l'île vit ses heures les plus sombres et ses habitants peinent à survivre. Echappant de justesse à une éruption qui tua ses parents, le jeune Grimr est adopté par Vigmar, un homme solitaire et rusé. Au fil des ans, Grimr devient un colosse infatigable et valeureux, une montagne de muscles dominée par une crinière rousse. Mais sans propriété terrienne sur l'île, et malgré leur commerce de passeur de fjord, Vigmar et Grimr vivent dans une situation à l'équilibre précaire. Surtout que les habitants environnants ne voient pas d'un bon oeil leurs affaires. 

Il en aura fallu des chroniques pour me décider à passer outre cette couverture : le visage fermé de ce personnage me rebutait et ne me donnait pas envie d'aller plus loin. Et puis, la semaine dernière, avec une ultime chronique, celle de Nathalie, je me suis décidée. Et j'ai rudement bien fait ! 
Une fois dépassée la couverture, il m'a été impossible de refermer cet album, happée complètement par l'histoire de Grimr, cet enfant qu'un volcan a rendu orphelin. Jérémie Moreau offre à chaque planche des paysages spectaculaires qui m'ont replongée dans les souvenirs de mon voyage sur cette île merveilleuse et envoûtante au possible (j'en avais mis quelques photos dans ce billet). La vie y est rude, les traditions bien ancrées, et malgré sa force et son courage, Grimr peine à y trouver sa place. La violence est là, entre la nature sauvage et les lois des hommes, leur cruauté et leur vénalité. 
J'avais déjà aimé le trait de Jérémie Moreau il y a quelques années dans Le singe de Hartlepool. J'ai retrouvé son côté flou parfois mais j'ai surtout été charmée par son traitement de la nature, les personnages me laissant davantage sur ma faim
Je n'ose en dire plus. Un simple conseil : n'attendez pas des mois comme moi pour découvrir cet album : c'est une merveille esthétique qui vous remplira d'émotions et à côté de laquelle il serait bête de passer.

Les avis de Mo', Moka, Noukette, Alice, Sabine, Hélène, Joëlle, Enna, Karine:), Blog-o-Noisette, Caro, Yvan, et le Tumblr de Jérémie Moreau.

Planche 1Planche 2

Planche 3 Planche 4

La BD de la semaine

Cette semaine chez Noukette !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [21] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

06 janvier 2018

L'île des chasseurs d'oiseaux, Peter May

L'île des chasseurs d'oiseaux, Peter MayL'île des chasseurs d'oiseaux est le premier tome de La Trilogie écossaise écrite par le romancier et scénariste écossais Peter May. Il est paru en 2009 aux éditions du Rouergue.

Alors qu'il vient de perdre son fils unique dans un tragique accident, l'inspecteur Fin Macleod est chargé de retourner sur l'île de son enfance, l'île de Lewis, afin d'y enquêter sur un assassinat.  Ce dernier ressemble à s'y méprendre à l'enquête qu'il suit à Edimbourg où un homme a été retrouvé pendu et éventré. Ce retour sur Lewis, dix-huit ans après son départ, le replonge dans son enfance. Cette enfance passée sur cette île venteuse au Nord de l'Ecosse, où l'on parle le gaélique et se chauffe à la tourbe. Fin y retrouve ses anciens camarades d'école, ceux qui sont restés sur Lewis, qui n'ont pas pu quitter l'île. Et il y retrouve aussi Marsaili, son premier amour.

Cela faisait longtemps que cette trilogie me faisait de l'oeil, moi, amoureuse ultime du Royaume-Uni en général et de l'Ecosse en particulier. Et comme je fais une pause dans la série Outlander, j'ai eu envie de me plonger dans l'Ecosse d'aujourd'hui avec cette série.
Peter May nous offre ici une intrigue sombre et violente, à l'image des éléments qui se déchaînent sur cette petite île britannique. Le meurtre qui amène Fin sur l'île est particulièrement sordide et celui-ci va baigner dans un milieu froid et peu amène, où les rancoeurs et les regrets ont pris la part belle sur l'enthousiasme et l'espoir. Rare personnage a avoir réussi à quitter l'île, Fin retrouve ses anciennes connaissances, aigries et lassées de leur vie insulaire et reculée. Il vente fort, il pleut souvent sur l'île de Lewis, et l'alcool est bien souvent l'unique remède pour oublier une vie subie. La galerie de personnages est aussi bien léchée que l'intrigue, qui avance à bon pas.
Vous savez que je suis petite nature niveau lecture (et niveau ciné aussi !), que l'extrême violence me met mal à l'aise et que je peine à me détendre en lisant le récit de tortures et de meurtres. C'est la raison pour laquelle je fuis le polar contemporain, bien souvent trop rude pour moi. Mais l'envie de me plonger dans les pages de Peter May a pris le dessus sur ma réticence. Et si j'ai eu des moments d'horreur dans ma lecture (particulièrement avec cette tradition de chasse au guga) j'ai néanmoins adoré me glisser aux côtés de Fin sur cette île écossaise et me plonger dans ses souvenirs plus ou moins heureux. Le deuxième tome, L'homme de Lewis, m'attend sagement dans ma liseuse. Mais pas pour longtemps !

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

05 avril 2017

La loterie, Miles Hyman

La Loterie Miles HymanLa Loterie est un album de Miles Hyman d'après une nouvelle originale de sa grand-mère, la romancière américaine Shirley Jackson, paru en septembre 2016 chez Casterman.

Dans un village agricole de Nouvelle-Angleterre a lieu chaque année le 27 juin la loterie annuelle. Une loterie singulière à laquelle chaque famille doit participer.

Quel album ! Et quelle chute, surtout ! Je n'en dirais pas plus pour garder le mystère entier mais je m'atterderais plutôt sur les dessins de Miles Hyman qui provoquent un choc esthétique dès la première page.

Les planches aux découpages cinématographiques ne sont pas sans rappeler les peintures d'Edward Hooper et donnent le ton d'un réalisme saisissant. Les jeux d'ombre et de lumière sont fascinants, tout comme les découpages dynamiques de cases et l'utilisation de couleurs franches. Chaque double page semble être constituée de mini tableaux interdépendants les uns des autres qui forment un tout mais qui pourraient tout aussi bien être exposés individuellement dans un musée, tant chaque détail est soigné et rappelle les techniques picturales de certains artistes peintres.

Le rythme de l'intrigue est porté par  ces cases irrégulières qui alternent segmentation horizontale et verticale et que peu de dialogues accompagnent - la narration étant souvent prise en charge dans les cartouches par un narrateur omniscient. Le lecteur progresse rapidement dans sa lecture, porté par le peu d'informations dont il dispose, sans se douter de ce qui l'attend.

Un très bel album, une intrigue fascinante - difficile d'y apposer un adjectif sans rien en dévoiler - une postface éclairante de Miles Hyman sur la vie de sa grand-mère et sur cette nouvelle, La Loterie, qui a fait grand bruit lors de sa parution en 1948 dans le New Yorker Magazine et qui continue d'être au programme scolaire aux Etats-Unis, près de soixante-dix ans plus tard. Une très belle découverte esthétique et narrative qui amène à s'interroger. 

  Planche 4 Planche 2

BD de la semaine saumon

Cette semaine chez Moka !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

05 février 2017

Touriste, Julien Blanc-Gras

Touriste, Julien Blanc-GrasTouriste est le troisième livre du journaliste globe-trotter Julien Blanc-Gras paru en 2011 aux éditions Au Diable Vauvert. 

Julien Blanc-Gras se qualifie ni plus ni moins de touriste. Ni explorateur, ni Indiana Jones des temps modernes, juste touriste. Quelqu'un qui parcourt le monde en dilettante, à la rencontre des autres, de leur culture, de leur histoire, de leur quotidien. Touriste est un récit de ses escapades diverses et variées aux quatre coins du monde.

Voyager, c'est un peu ma vie (comme H&M, Monoprix et les crêpes diraient certaines...) et comme Julien Blanc-Gras, si je reste trop longtemps à un endroit, je finis par avoir les semelles qui me démangent (c'est le cas en ce moment). Ce livre était donc fait pour moi et je me suis régalée à sa lecture.

De la Chine au Proche-Orient, du Royaume-Uni à l'Inde, de la Polynésie au Brésil en passant par Madagascar et le Mozambique, je me suis retrouvée dans beaucoup de réflexions et de situations décrites par l'auteur et j'ai éclaté de rire plus d'une fois. Car sous couvert d'un regard observateur sur les pays qu'il parcourt, cet amoureux de la géographie et de la cartographie nous livre avec un humour très fin le fruit de ses pensées sur les us et coutumes des autochtones mais aussi - et surtout - sur les touristes. Jamais hautain ni donneur de leçon mais en toute humilité, il parcourt le monde sans jamais être dupe de ce qu'il voit ou ce qu'il vit. C'est beau, souvent drôle, parfois triste, toujours finement étudié.

J'avais commencé à l'envers en lisant l'adapation de ce livre en BD par Mademoiselle Caroline chez Delcourt. Je ne regrette absolument pas d'être revenue à la source en découvrant ce texte. A mettre entre les mains des voyageurs, mais pas que. On est tous touristes...

"Le caractère magique des cartes m'offrait mon premier choc esthétique. Aujourd'hui encore, je reste persuadé que la projection de Mercator, en dépit de ses imperfections, dévoile une grâce supérieure à la Joconde." (p.10)

"Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d'art, je compte en faire un long voyage. Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas si exigeant. Touriste, ça me suffit. Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile. De s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire. Le touriste inspire le dédain, j'en suis bien conscient. Ce serait un être mou, au dilettantisme disgracieux. C'est un cliché qui résulte d'une honte de soi, car on est toujours le touriste de quelqu'un." (p.12)

"J'ai fait une expérience inédite. C'est une bonne nouvelle en soi. Certaines personnes ne font jamais rien pour la première fois. Ils naissent, ils achètent un canapé, ils meurent." (p.75)

"Dans la plupart des pays, ma couleur de peau trahit le gringo. Je trimballe l'Occident avec moi, je ne peux pas y échapper. Mes origines inspirent la fascination ou le ressentiment, et toute la palette de préjugés se situant entre les deux." (p.109)

"Je n'ai rien contre la géopolitique de comptoir, c'est un miroir grossissant des névroses d'une société." (p.123)

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,


08 décembre 2016

Un Noël sans fin, Kristen Rivers

Un Noël sans fin, Kristen RiversUn Noël sans fin est une romance de l'auteure francophone Kristen Rivers paru en auto-édition en novembre 2016.

Luka déteste Noël par dessus tout. Véritable trouble-fête, elle assène sa mauvaise humeur à ses collègues guillerets qui décorent avec entrain la médiathèque strasbourgeoise où elle travaille. Alors que la jeune femme fait tout pour oublier cette journée maudite, une distorsion du temps la contraint à rester bloquée la journée du 24 décembre... et la revivre sans cesse ! Luka va devoir comprendre pourquoi elle subit cette malédiction avant de pouvoir la briser...

Vous avez vu Un jour sans fin avec Bill Murray et Andie MacDowell ? Ce roman s'en inspire largement et en fait une sorte d'hommage - de l'émission de radio du radio-réveil aux péripéties qui égrènent la journée de Luka - pour le moins réussi. Je n'ai pas pour habitude de lire des publications auto-éditées (ma bibliothèque regorge de romans que je veux lire sans en trouver le temps !) mais j'ai eu envie de découvrir celui-ci au moment de la période de Noël. Et je ne regrette pas ce choix divertissant. 

Sur fond de période de Noël, dans un cadre enchanteur - les marchés de Noël alsaciens -l'intrigue se déroule simplement et donne à voir une héroïne un peu grincheuse et antipathique, qui s'ouvre au fil des pages et dévoile peu à peu les raisons de son aversion. Lu pendant  mon Read-a-thon de Noël le weekend dernier, ce roman est une comédie légère et bien menée autour de la distorsion temporelle. J'émettrai un petit bémol aux trop nombreuses références que l'auteure glisse à chaque page et qui alourdissent un peu l'ensemble. Au début cela prête à sourire, puis rapidement cela ralentit l'intrigue et agace un peu. Mais dans l'ensemble, j'ai passé un bon 24 décembre à répétition en compagnie de Luka à Strasbourg !

Il était quatre fois Noël

Première participation au Challenge il était quatre fois Noël chez Chicky Poo et Samarian

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

03 avril 2016

Café givré, Suzanne Selfors

Café givréCafé Givré est un roman de l’américaine Suzanne Selfors paru chez Flammarion en 2012.

A l’aube du solstice d’hiver, dans la petite ville de Norvège où elle habite, Katrina, seize ans, aide sa grand-mère dans le café traditionnel familial. Orpheline, Katrina partage son quotidien entre le lycée – avec ses deux seuls amis, Vincent et Elizabeth – et le café de sa grand-mère. Mais depuis qu’un café moderne a ouvert juste à côté, les fins de mois sont difficiles pour Katrina et sa grand-mère. Un matin, dans l’arrière-cour du café, Katrina découvre un jeune homme endormi. Emue de son sort, elle lui dépose du café et des biscuits. Touché par cette attention, celui-ci n’a alors plus qu’un objectif en tête : remercier Katrina. Mais il veut la remercie d’une façon particulière : en exauçant un de ses voeux. Mais qui est-il ? Et finalement, que veut vraiment Katrina ?

Si vous voulez une lecture de saison réconfortante au possible, poussez la porte du café Chez Anna et venez vous réchauffer auprès du percolateur en dégustant un café traditionnel norvégien à l’œuf (enfin, si ça vous tente !). Café givré est un court roman feel good, c’est sûr, mais qui aborde des questions intéressantes et convient tout à fait à un lectorat adolescent. Katrina est une jeune fille peu sûre d’elle, à l’estime d’elle en miettes et aux doutes immenses et sa rencontre avec Malcolm –le jeune homme étrange– va lui permettre de réfléchir à ce qu’elle souhaite réeellement faire de sa vie, à l’heure où les questions d’orientation et d’avenir émergent.

En lisant ce roman, je me suis clairement dit que j’aurais aimé le lire à l’âge de l’héroïne. Par identification, c’est certain, parce que les choix d’orientation sont tellements grands, à cet âge-là, qu’ils peuvent devenir paralysants pour quiconque n’a aucune idée de ce qu’il sait faire de bien. Le personnage de Katrina est une anti-héroïne par excellence, moyenne dans tout, banale et effacée, qui n’a aucun talent particulier et s’enfonce progressivement dans l’immobilisme à défaut de faire des choix et s’emparer de sa vie. L’auteure traite très bien cette délicate question adolescente et offre à ce roman un aspect des plus intéressants.

Outre ces questions adolescentes, Café givré est une belle plongée en Norvège, au moment d’un rendez-vous fort de l’année – la fête du solstice – et nous permet de partager cette tradition aux côtés des personnages. Entraide communautaire et célébration traditionnelle sont au cœur du roman et teintent l’ensemble d’un sentiment fort de lien social.

Je pensais découvrir un roman feel good léger, en ouvrant Café givré (romans vers lesquels je vais beaucoup ces derniers temps et qui me font beaucoup de bien). Alors certes, c’est clairement de feel good dont il s’agit – et l’ambiance hivernale et le café d’Anna n’y sont pas pour rien - mais pas que. Et j’ai été fort agréablement surprise par la psychologie des personnages et les problématiques adolescentes abordées. Un roman tout doux dans lequel il est bon de se plonger.

Voilà une nouvelle participation au Challenge Feel Good que j'organise

 

RSS

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

23 septembre 2015

Elle s'appelait Tomoji, Taniguchi

image

Elle s'appelait Tomoji est le dernier album de Jiro Taniguchi paru en janvier cette année chez Rue de Sèvres.  

Tomoji Uchida grandit dans le Japon rural des années 1920 avant de devenir, des années après, la créatrice du temple bouddhidste Shôjushin. Taniguchi, aidé d'une scénariste, retrace le parcours de cette femme lumineuse et charismatique, de son enfance à son entrée dans l'âge adulte. 

Pour la deuxième mise en scène d'un personnage féminin dans un de ses albums, Taniguchi a choisi de raconter l'histoire de Tomoji Uchida, en se centrant plus particulièrement sur sa construction identitaire. Tout en délicatesse et en poésie, comme à son ordinaire, Taniguchi dépeint le quotidien de la jeune fille dans le Japon rural des années 20. Un soin tout particulier est apporté aux paysages et aux scènes de la vie quotidienne, faisant de certaines planches de véritables tableaux à contempler.

Malgré la beauté et la poésie qui se dégagent de cette tranche de vie, de ces petits riens qui font le quotidien et qui marquent le temps qui passe, c'est la première fois qu'un album de Taniguchi ne me transporte pas complètement. Je suis restée relativement de marbre face au récit de la vie Tomoji et ce dernier a suscité peu d'émotions de ma part. J'ai beaucoup de mal à expliquer pourquoi car tout est fait pour me plaire, mais la magie n'a pas opéré. Moi qui avais adoré Quartier lointain, L'homme qui marche, Le journal de mon père, Le Gourmet solitaireLes Gardiens du Louvre, j'ai refermé cet album déçue de cette rencontre en demi-teinte.

D'autres lecteurs de cet album : Noukette, Mo', JacquesMarion, etc.

image image

image image

C'était ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Jacques

image

Et zou ! Une nouvelle participation au Reading Challenge 2015 ! 

40. Une BD / un roman graphique

image

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

17 février 2013

Mon premier atlas de la Terre, Cécile Jugla, Sandra Laboucarie et Julie Mercier

Mon premier atlas de la Terre

Mon premier atlas de la Terre est un album au concept original paru en octobre 2012 aux Éditions Tourbillon. Pour le cas désespéré que je suis en géographie (si si, certains pourraient en témoigner avec des anecdotes peu flatteuses...), je me suis dit que ça ne pouvait être qu'une bonne idée de m'amuser avec cet atlas ! 

Où vit l'antilope Saïga ? Dans quels pays peut-on croiser des tuk tuk ? D'où est originaire le banjo ? Et où trouve-t-on la culture du cacaoyer ? En ouvrant cet album, vous saurez tout ! C'est parti pour un tour du monde des cultures, traditions, instruments de musique et animaux !

Cet album a ceci d'original qu'il se compose de deux parties : un album à proprement parler, qui présente des particularités de chaque continent. Puis un atlas cartonné grand format, accompagné d'autocollants repositionnables, permet au lecteur, après sa lecture, de coller sur chaque pays l'animal, le moyen de transport ou encore l'habitat qui le concerne.

                      P1050892 P1050939
J'ai adoré jouer avec cet atlas (une vraie gosse, j'assume !), coller les autocollants, les recoller parce que je voulais rendre mon atlas harmonieux, en apprendre davantage sur chaque continent. Je pense que cet album pourra ravir le jeune lectorat et lui faire apprendre de façon ludique des détails intéressants sur notre belle Terre.    

J'aurai un petit bémol néanmoins : l'album est découpé en six parties (Europe, Afrique, Asie, Amérique, Océanie, Antartique) mais, hormis une carte détaillée au début de chaque partie qui reprend l'emplacement des autocollants, aucun texte de présentation n'introduit le nouveau continent développé.    
S'ajoute à cela que les animaux/instruments de musique/monuments, etc. présentés le sont dans un ordre que je n'ai pas compris (et pourtant, je suis documentaliste, les classements ça me connaît !). Aucune unité alphabétique ou thématique qui permettrait au lecteur de s'y retrouver. On passe ainsi, pour l'Europe, du sanglier au lynx puis à la Tour Eiffel et aux Matriochkas. Difficile d'en comprendre la logique !    
Hormis ce détail de présentation de l'album en lui-même, j'ai adoré le concept de carte à compléter avec des autocollants repositionnables. Si j'avais eu ça plus jeune, peut-être qu'à l'heure actuelle je ne présenterais pas de telles lacunes en géographie (oui, je sais, c'est facile..)
   

Les avis de HildeJérômeLilibookSaxaoul et Sophie LJ.

Un grand merci à Pauline et aux Éditions siteon0_130x51 pour cette découverte !

Et voilà mon atlas complété !

 P1050941  P1050940

 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

18 décembre 2012

Je veux un vieux Noël, Irène Cohen-Janca et Caroline Dall'ava

Je veux un vieux Noël, Irène Cohen-JancaJe veux un vieux Noël est un court roman jeunesse paru en 2007 aux Editions du Rouergue, écrit par Irène Cohen-Janca et illustré par Caroline Dall'ava.

Théo adore Noël. Chaque année, il voit avec plaisir la fin de l'année arriver car elle est synonyme de décorations du sapin et de la maison, d'emballages de cadeaux, etc. Mais cette année, les parents de Théo ont une surprise : ils ont décidé, dans un soucis écologique, de changer leurs habitudes. Plus de vrai sapin mais un sapin dessiné sur le mur du salon, plus de vraies décorations mais des collages et dessins de Théo et son petit frère. Pour les deux garçonnets, et malgré l'argument en faveur de la nature, la nouvelle est rude. Ils décident de riposter...

Voilà un petit roman très réjouissant ! Court, agrémenté d'illustrations en noir et blanc, il aborde la question de la tradition de Noël et des dérives de la consommation avec beaucoup d'humour. Théo est un personnage à la limite de l'adolescence, pour qui les traditions de son enfance ont encore beaucoup de valeur à ses yeux. Scindé en dix chapitres, ce roman se révèle accessible aux plus jeunes et offre un regard singulier sur Noël. Une lecture très agréable !

Merci à Herisson de m'avoir offert ce petit livre lors du Swap Enfants de Noël !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,