Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




30 octobre 2019

Les Beaux étés T.2 La Calanque - 1969, Zidrou et Jordi Lafebre

Les Beaux étés TLa Calanque est le deuxième tome de la merveilleuse série Les beaux étés imaginée par Zidrou et dessinée par Jordi Lafebre. Il est paru en juin 2016 chez Dargaud.

1969. Comme chaque année, Pierre Faldérault est en retard pour rendre ses planches de BD et sa famille l'attend depuis trois jours. Mais une fois celles-ci données au coursier de son éditeur, la petite famille belge se tasse dans sa 4L rouge et file droit au soleil ! En chemin, ils confondent le potager de Rufus et Ramona avec un sous-bois et se retrouvent à camper dans leur jardin. Le couple de retraités avec qui ils sympathisent leur indiquent un petit paradis près de Marseille, d'où ils sont originaires. Une calanque privée dotée d'une petite cabane de pêche. C'est décidé, c'est là que la famille passera les vacances !

Ouvrir un tome des Beaux étés, c'est s'assurer une lecture douce, ode aux petits bonheurs et à la simplicité. Ce deuxième tome ne déroge pas à la règle en entraînant son lecteur quatre ans avant le premier tome, en 1969
La famille drôle et soudée découverte avec Cap au Sud ! n'est encore composée que de cinq membres - Paulette n'est pas encore née - et profite de cette fin des sixties en écoutant le Tour de France à la radio, en suivant les premiers pas de l'Homme sur la lune et en fredonnant les tubes à la mode
Zidrou poursuit l'exploration de la thématique familiale avec ces personnages vraisemblables, ni lisses ni parfaits, mais ô combien attachants. Du père de Pierre - surnommé Pedro - qui voue une haine farouche à Franco qui l'a obligé à quitter son pays à Madeleine, enceinte de son quatrième enfant et pressée de commencer son nouveau travail de vendeuse dans un magasin de chaussures en passant par Pierre, qui croit dur comme fer que Four, son nouveau héros, va lui apporter richesse et gloire, le lecteur suit l'évolution des personnages à rebours et connaît déjà la suite. Four ne sera pas un triomphe et Madeleine va se lasser rapidement de son nouvel emploi
Les dessins de Jordi Lafebre offrent un petit côté vintage à ces années et suivent avec rigueur la mode de l'époque et l'album est une réelle plongée dans la fin de cette décennie qui amorce déjà les 70's
Un deuxième tome absolument délicieux, une famille à laquelle il est difficile de ne pas s'attacher et une série doudou qui fait un bien fou. A ne rater sous aucun prétexte, ne serait-ce que pour rêver encore un peu à l'été qui vient de s'achever.

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Noukette qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,


27 juin 2018

Les beaux étés T.1 Cap au Sud ! 1973, Zidrou et Jordi Lafebre

Les beaux étés T1 Cap au SudCap au Sud ! est le premier tome de la série Les beaux étés imaginée par Zidrou et dessinée par Jordi Lafebre qui compte à ce jour quatre tomes. Il est paru en septembre 2015 chez Dargaud.

Août 1973. Sardou monopolise les ondes avec La maladie d'amour. Comme chaque année, la famille Faldérault part en vacances. Comme chaque année, Pierre, le père, est en retard pour rendre ses planches de BD tandis que sa femme patiente et que leurs quatre enfants trépignent. Heureusement, le départ sonne enfin ! Tous tassés dans la 4L rouge, les voilà chantants sur la route du sud sans oublier le pique-nique rituel. Des vacances pour se retrouver en famille, se chamailler, se détendre. Des vacances pour oublier aussi que Tante Lili est malade ou que le couple bat de l'aile.

J'avais découvert Zidrou l'an dernier grâce à la BD du mercredi et le diptyque L'adoption. Et j'avais adoré. Quand certains tentateurs ont commencé à chroniquer en masse cette série, je n'ai pas résisté (mais mis un peu de temps, attendant qu'elle soit disponible en prêt dans ma médiathèque !)     
Zidrou signe encore une fois une belle intrigue bien ficelée dans laquelle le lecteur plonge avec délice dès les premières planches et dont on ressort le sourire aux lèvres. L'ambiance des seventies est extrêmement bien rendue à travers les dessins de Lafebre - les couleurs conférant à l'ensemble un je-ne-sais-quoi de typique de l'époque tandis que les personnages ont des visages très expressifs - et une nostalgie joyeuse se dégage de cette histoire familiale. Les personnages se présentent dans leur authenticité, avec leurs bons comme leurs mauvais côtés et permettent à l'ensemble d'être si vrai.  Ce premier tome joue bien son rôle et campe un décor familial qu'on sait riche et inattendu. Zidrou oblige.   
C'est simple : il est impossible de ne pas s'identifier à cette famille un peu loufoque, drôle et attachante qui quitte la Belgique pour profiter du doux soleil du sud. On rit, on s'émeut à leurs côtés. On entend presque les cigales dans le lointain. Bref, c'est totalement de saison et une chose est sûre : je vais de ce pas réserver la suite !
      
D'autres avis : Jérôme, Noukette, Mo' (tomes 1&2), Moka (tomes 1&2), Jacques, Sandrine, Tamara, Yvan, etc.

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

La BD de la semaine

Cette semaine chez Moka

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

23 mai 2014

Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson

Dans les forêts de SibérieDans les forêts de Sibérie est un essai de l'écrivain et voyageur Sylvain Tesson paru en 2011 chez Gallimard et couronné du Prix Médicis la même année. 

Six mois seul dans une isba au bord du lac Baïkal. Coupé du monde, seul face à lui-même et dans l'immensité sibérienne. Voilà le défi que s'est lancé Sylvain Tesson en 2010. Pour regarder la vie différemment. Pour réapprendre la simplicité et se réapproprier la notion de liberté. Dans les forêts de Sibérie est son journal de bord.

Éloge de la lenteur et de la contemplation, cet essai est à la fois une expérience humaine intense et une lecture fascinante. Le choix de Sylvain Tesson de se retirer du monde pour mieux l'analyser est sage, certes, mais sa manière de le faire dénote d'une force de caractère inouïe qui frôle parfois l'inconscience.  
De cette quête tournée vers soi et vers le monde naît une réflexion des plus intéressantes. Sylvain Tesson s'interroge. Sur le monde, certes, mais aussi sur la notion de liberté, de bonheur, de temps. Et le lecteur, au fil des pages, entre dans la solitude de l'auteur pour mieux la contempler, à ses côtés. 
Chaque jour amène son lot de nouveautés, de réflexion. De doutes, aussi. Surtout. Car Sylvain Tesson entreprend un réel travail introspectif qui remet tout en cause. Quitte à y perdre beaucoup. Comme l'amour de la femme qu'il aime. Et c'est tout en pudeur qu'il évoque ces moments-là, sans jamais se départir de son projet fou. C'est émouvant, extrême aussi - à la hauteur du nombre incalculable de litres de vodka qu'il ingurgite ! - et pourtant, chaque phrase suinte une authenticité remarquable. Pour ce voyageur intrépide, la solitude et l'inaction sont contre-nature. Mais c'est dans cette expérience qu'il parvient à trouver une certaine forme de sérénité. 
Je me suis glissée dans l'isba, doucement, à ses côtés. J'ai regardé la neige tomber avec lui. Tremblé quand un ours s'approchait de la cabane. Souffert par empathie des longues marches dans la neige pour atteindre la première habitation. Patienté dans ce temps qui s'étire et cette lenteur qui prend le pas sur tout. Été émue, enfin, par tant de beauté.   
Conquise, c'est certain. Emphatique, je pourrais l'être, sans fin, sur cet essai très poétique. Mais je préfère vous livrer un florilège de citations qui m'ont chamboulée au fil des pages. Comme si j'avais, le temps de cette lecture, remis moi aussi le temps et la solitude à leur juste place.

"J'ai connu l'hiver et le printemps, le bonheur, le désespoir et, finalement, la paix." (p.9)

"Se lever de son lit demande une énergie formidable. Surtout pour changer de vie. Cette envie de faire demi-tour lorsqu'on est au bord de saisir ce que l'on désire. Certains hommes font volte-face au moment crucial. J'ai peur d'appartenir à cette espèce." (p.23)

"J'admire les gens mutiques, je m'imagine leurs pensées." (p.23)

"Quand on se méfie de la pauvreté de sa vie intérieure, il faut emporter de bons livres : on pourra toujours remplir son propre vide." (p.32)

"Il suffisait de demander à l'immobilité ce que le voyage ne m'apportait plus :  la paix." (p.41)

"Un jour, on est las de parler de "décroissance" et d'amour de la nature. L'envie nous prend d'aligner nos actes et nos idées. Il est temps de quitter la ville et de tirer sur les discours le rideau des forêts." (p. 43)

"Marcher sur la neige, c'est ne pas supporter la virginité du monde." (p.45)

"La cabane est un laboratoire. Une paillasse où précipiter ses désirs de liberté, de silence et de solitude. Un champ expérimental où s'inventer une vie ralentie." (p.49)

"Au réveil, mes journées se dressent, vierges, désireuses, offertes en pages blanches. Et j'en ai par dizaines en réserve dans mon magasin. Chaque seconde d'entre elles m'appartient. Je suis libre d'en disposer comme je l'entends, d'en faire des chapitres de lumière, de sommeil ou de mélancolie. Personne ne peut altérer le cours de pareille existence. Ces jours sont des êtres d'argile à modeler. Je suis le maître d'une ménagerie abstraite." (p.51)

"Une fois ankylosé dans la graisse du conformisme et enkysté dans le saindoux du confort, on est mûr pour l'appel de la forêt." (p.159)

"Penser qu'il faudrait le prendre en photo est le meilleur moyen de tuer l'intensité d'un moment." (p.194)

"Il est bon de savoir que dans une forêt du monde, là-bas, il est une cabane où quelque chose est possible, situé pas trop loin du bonheur de vivre." (p.288)

"Ici, j'ai demandé au génie d'un lieu de faire la paix avec le temps." (p.289)

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [33] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,