Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




12 octobre 2010

Le Projet Bleiberg, David S. Khara

couv_4Il ne m'aura fallu qu'une après-midi pour dévorer le nouveau roman de David S. Khara (qui nous avait alléchés lors de ma petite interview du 10 septembre...), le tant attendu Projet Bleiberg. Et le résultat dépasse de loin ce que j'imaginais !

Jeremy Novacek est un jeune trader New Yorkais alcoolique et dépressif. Un matin, après un ultime réveil rendu difficile par l'alcool, il reçoit la visite de deux émissaires de l'armée venus lui annoncer le décès de son père, ancien pilote de l'US Air Force dont il n'a plus eu de nouvelles depuis sa plus tendre enfance. Parti annoncer cette triste nouvelle à sa mère dans la maison de santé où elle perd peu à peu l'esprit, le jeune homme se retrouve en possession d'une étrange clé marquée d'une croix gammée.
Entre passé et présent, Histoire et actualité, Jeremy va tenter de comprendre pourquoi son père a mystérieusement disparu quand il était jeune et ce qu'il avait découvert lors de la Seconde Guerre mondiale, qui pourrait menacer l'Humanité actuelle.

Bien loin de son premier roman, Les Vestiges de l'Aube, qui traitait de vampires, David S. Khara nous entraîne avec ce nouveau roman dans une histoire palpitante servie par un rythme trépidant. Aucun temps mort dans l'action, les événements s'enchaînent à une vitesse vertigineuse, ne laissant au lecteur que peu de temps pour les assimiler. La psychologie de ses personnages est fine et vraisemblable et permet une identification certaine.
Encore une fois, David S. Khara fonde son intrigue sur une réalité historique qu'il teinte brillamment de fiction (c'est même précisé en préambule, mais je n'ai pas pu m'empêcher d'aller vérifier au cours de ma lecture si certains personnages étaient fictifs ou non...) A partir de cette période noire de l'Histoire, la Seconde Guerre mondiale, il brode une fiction à la fois effrayante et pourtant réaliste, à la lumière de la folie humaine. Je ne serai pas plus prolixe pour ne pas dévoiler la clé de cette intrigue.

Bref, une excellente lecture qui m'a plongée au cœur des services secrets et des machinations  pol
iSans_titre_2tiques et idéologiques, le tout teinté d'humour ! Quoi de plus mérité que le titre de treizième coup de cœur de cette belle année 2010 ?
Merci David S. Khara pour ce roman (au sens propre comme au figuré...),  merci de m'avoir permis de le découvrir au plus vite. Continue de nous faire rêver avec ta plume si fine et tes intrigues toujours bien menées.

"Dans cet univers absurde, l'ignorance protégeait le sommeil et prolongeait l'espérance de vie." (p.11)

"Prenons un shaker. Versons-y une pointe d'Air Force, une lampée de CIA, deux doigts de Suisse et un zeste de Nazi. On obtient un cocktail que je suis curieux de goûter." (p.43-44)


Pour la plaisir, je vous remets la bande-annonce de ce roman :

                           


Une chronique de soukee rangée dans Thrillers - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


08 octobre 2010

Vampire Academy T.1 Soeurs de sang, Richelle Mead

Roman___Vampire_Academy_Tome_1Malgré la déferlante de romans consacrés aux vampires, je n'ai jamais ô grand jamais succombé et lu de bit lit... (enfin si, une fois, avec le premier tome de Twilight, mais c'est ma sœur qui me l'avait offert d'abord, et même que je n'ai pas continué la série ensuite, na !)
Ainsi, lorsque j'ai vu une bonne critique de Vampire Academy sur le blog de Petites Madeleines (blog que j'aime beaucoup), j'ai été intriguée et je me suis laissée tenter...

Après une mystérieuse fugue, deux jeunes filles, Rose et Lissa, sont contraintes de retourner à l'Académie de Saint-Vladimir, où de jeunes vampires apprennent la magie. Car Rose et Lissa ne sont pas deux adolescentes ordinaires : Lissa est une princesse vampire et Rose est une dhampir chargée de sa protection.
Il règne à Saint-Vladimir une ambiance pesante et Lissa se sent menacée à cause des étranges pouvoir qu'elle développe. Son amie Rose va tout faire pour l'aider et la protéger. Mais de qui ?

Je suis rentrée facilement dans ce roman, portée par son intrigue assez originale. L'amitié entre les deux héroïnes est  bien étudiée et plausible et représente à mes yeux l'intérêt de ce roman. Malgré une plume assez pauvre, Richelle Mead semble ancrer ses personnages dans la générations actuelle des jeunes, entre problématiques adolescentes et sexualité omniprésente.
L'univers qu'elle a inventé doit plaire aux fans du genre, mais ne m'a pas particulièrement séduite. Encore une énième école de magie / sorcellerie ! Depuis Harry Potter, les auteurs en mal d'inspiration semblent s'être donné le mot (comme dans Tara Duncan, Percy Jackson, Le livre des Étoiles)
Néanmoins, ce roman a le mérite de mêler du merveilleux à des problématiques adolescentes réelles et parfois lourdes. Je n'en dirai pas plus pour ne rien vous dévoiler, mais c'est ce qui m'a le plus séduite.
Bref, un moment de lecture agréable et qui m'a permis de me pencher un peu sur le phénomène lié aux vampires dans la littérature pour adolescents aujourd'hui.

Je tiens à remercier
livraddict et Capture pour ce roman reçu dans le cadre d'un  partenariat. 

Et j'inscris immédiatement cette lecture dans le cadre du Challenge Halloween d'Hilde et Lou.

1874991148

Le principe ?
Du 1er octobre au 1er novembre,
afin de pallier la morosité ambiante,
lisons et publions nos avis sur des histoires de vampires, fantômes, sorcière et autres créatures de la nuit...

Plusieurs niveaux sont proposés dans ce challenge (Petits Monstres, Scream, Hocus Pocus, Lestat...)

Plus d'info sur le blog d'Hilde et sur celui de Lou !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

04 octobre 2010

Les crimes du Dr Watson, Duane Swierczynski

couv_sherlock_370x300Je poursuis ma lancée dans l'univers holmesien (= de Sherlock Holmes pour ceux qui l'ignorent) avec ce très bel album interactif... Attention, objet rare !

Alors que Sherlock Holmes a disparu mystérieusement dans les chutes de Reichenbach, le Dr Watson est accusé d'homicide et d'incendie volontaire. Emprisonné, il écrit à son ami le  Colonel Kelsh Resmo afin de solliciter son aide.
Il revient point par point sur les mois précédents son incarcération et les différents indices qu'il a récupérés pour clamer son innocence. Au Col. Kelsh Resmo de mener l'enquête !

Avis aux amateurs de Sherlock Holmes :  lecture très amusante ! Ce livre interactif est une petite merveille !
L'intrigue avance pas à pas, et chaque page amène une nouvelle trouvaille : une env
dblwatson1eloppe, une page de journal, un catalogue d'objets érotiques, une boite d'allumettes griffonnée, un ticket de théâtre, des horaires de train, etc.
Je me suis amusée à m
ener moi aussi l'enquête, m'émerveillant à chaque page de cette très belle édition qui nous plonge complètement dans l'atmosphère des romans de Doyle.
L'idée d'intégrer de réels indices au fil des pages rend cette lecture originale et vraiment mémorable. Un sans faute, bravo ! A offrir, à s'offrir, à dévorer sans culpabilité !
dblwatson2
Je tiens à remercier une nouvelle fois Inès Adam et Tornade , pour cette belle découverte  et ce moment de lecture très appréciable !

Et si je vous dis que dans cette collection de livres interactifs existent L'Héritier de Dracula et Meurtre au Manoir Wayne (donc dans l'univers de Batman), je pense en intéresser plus d'un, non ?

couv_7_270x224  couv_6_200x250

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

29 septembre 2010

Rentrée littéraire #2 Quand blanchit le monde, Kamila Shamsie

9782283024454FSDeuxième roman reçu cet été dans le cadre de la sélection adhérents Fnac, Quand blanchit le monde est le cinquième roman de l'écrivaine Kamila Shamsie, et a été finaliste du prix Orange en 2009 en Grande-Bretagne.
Exceptionnellement, je cède la place aux éditions Buchet Chastel pour le résumé de ce roman :

"Quand le 9 août 1945 au matin, Hiroko Tanaka sort sur sa terrasse en kimono aux motifs d'oiseaux, elle est enivrée par le bleu du ciel de Nagasaki, son coeur bat à tout rompre. Sur ses lèvres, elle a encore l'empreinte de celles de Konrad Weiss, son amant allemand, et à ses oreilles résonne toujours sa demande en mariage. Mais, à peine née, leur histoire s'achève déjà.
Car, d'un coup, le monde blanchit... Contrairement à Konrad, Hiroko survit à la bombe atomique, et les graves brûlures sur son dos prennent alors la forme de grands oiseaux noirs qui lui rappelleront toute sa vie ce qu'elle a perdu..."

Roman fleuve s'il en est, Quand blanchit le monde est un livre dont on ne sort pas indemne. Je l'avais sélectionné pour qu'il fasse partie de la sélection des adhérents de la Fnac, mais d'autres ont eu ce privilège à sa place. C'est bien dommage...
D'une écriture poignante, Kamila Shamsie nous entraîne dans le sillage de ses personnages, au gré des pays et des époques, chacune apportant son lot de tragédies intimes et de joies partagées.
Très dense, ce roman est absolument bouleversant tant dans son intrigue que dans la façon dont l'auteure la relate. On tourne les pages en retenant se respiration, en priant à chaque instant que les personnages soient épargnés et leurs souffrances amoindries.
Je ne vous le cacherai pas, c'est un roman qui peut parfois être dur car les sujets abordés sont à la fois actuels et universels car historiques et nous atteignent de plein fouet sans prévenir. Mais quel plaisir ! Quelle force ! Quelle poésie au détour de chacune de ces pages !
Du Japon à l'Inde en passant par les États-Unis et l'Afghanistan, de la Seconde Guerre mondiale à nos jours, l'intrigue se déroule avec fougue sous nos yeux, riche en détails sur chacun de ces pays et leurs traditions.
Que dire de plus si ce n'est que ce roman est une excellente découverte à laquelle je ne me serais peut-être pas intéressée au détour d'un rayon ?

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

25 septembre 2010

Dwarf T.1 Wyrïmir, Shovel

couverture

Je m'intéresse tout particulièrement aux BD en ce moment, sûrement car je reconnais ouvertement mes limites dans ce domaine.
Lorsque Babelio a lancé la nouvelle édition de son opération Masse Critique il y quelques semaines, j'ai donc postulé pour cette BD, premier tome d'une série que je pense très prometteuse...

Résumé de l'éditeur :
Oth, un jeune nain, marqué le jour de sa naissance par la marque funeste, a été désigné traître à sa race. La loi aurait voulu que son père le tue de ses propres mains mais ce dernier a bravé la colère du roi et des dieux, et a été contraint de fuir dans la forêt. Élevé en secret, quelle n'est pas la surprise du proscrit lorsqu'un crapaud lui annonce qu'il est l'héritier du trône de Landée...

1
Autant vous le dire tout de suite : je suis accro à cette BD ! Je n'ai pas pu m'empêcher de la dévorer, me laissant emporter dans son intrigue riche et ses graphismes magnifiques...
Je ne suis pas experte en fantasy mais j'ai pris beaucoup de plaisir avec cette lecture qui, si elle s'inscrit directement dans cette lignée, ne manque pas pour autant d'originalité.
Shovel montre ici un échantillon de l'univers qu'il a imaginé, tout en distillant un suspense très efficace. La preuve : je guette avec impatience la sortie du deuxième tome !
Une réussite totale : l'intrigue est poignante, les graphismes soignés et oniriques, les personnages et diverses créatures drôles et dotés d'une dimension tragique.
Bref, une lecture qui vaut un grand détour et une série qui risque de faire grand bruit !

Merci encore à logo2et aux éditions delcourt_logo pour cette belle découverte !

Dwarf tome 1 Wyrimir par Shovel

Dwarf tome 1 Wyrimir
Shovel

Critiques et infos sur Babelio.com

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,


20 septembre 2010

Rentrée littéraire #1 Jardin d'hiver, Thierry Dancourt

Rappelez-vous, au mois de juin je vous avais annoncé faire partie des heureux lecteurs choisis par La Fnac pour lire en avant-première certains romans de la rentrée littéraire. Je vous avais dévoilé les quatre romans reçus en exclusivité.

Pourtant, je n'ai jamais réellement suivi l'actualité éditoriale de la rentrée littéraire, préférant picorer mes lectures au gré de mes envies et de mes trouvailles. Quoiqu'il en soit, cette opportunité a été l'occasion pour moi de lire ces romans et de donner mon avis pour participer à l'élection des Talents de la rentrée littéraire selon la Fnac.
L'heure est donc aujourd'hui venue de vous livrer mes impressions sur ces quatre lectures, en commençant par Jardin d'hiver, le second roman de Thierry Dancourt.

9782710367338
Pascal Labarthe. le narrateur de Jardin d'hiver, arrive un soir d'hiver brumeux à Royan. A l'hôtel l'Océanic, où il prend une chambre, il fait la connaissance de Serge Castel, le seul autre client. En ce lieu désolé et désertique, il prétend avoir rendez-vous. Rendez-vous avec qui, avec quoi ?

D'une lecture très rapide et porté par une écriture très fluide, Jardin d'hiver est un roman à la lenteur délectable. L'intrigue avance pas à pas, alternant passé et présent, distillant au fil des pages les clés de sa compréhension.
J'ai eu l'impression de me plonger dans un roman de Giono, un de ces romans où la lenteur est au service de l'écoulement d'un récit sans heurts.
L'ambiance générale de l'intrigue est empesée, lourde parfois tant le récit de micro événements prend le pas sur le quotidien.
J'ai beaucoup apprécié m'immerger dans cette station balnéaire mélancolique en plein hiver, et accompagner le narrateur dans sa quête. Une très bonne lecture qui me laisse, déjà deux mois après, des souvenirs très nets.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

17 septembre 2010

Les aventuriers du dimanche T.1 Le tour des donjons, Jean-Philippe Boudart

9782359760064_cgRien de telle qu'une BD pour se détendre... Surtout quand il s'agit de commencer une nouvelle série !

Les aventuriers du dimanche sont de drôles de créatures assez peu téméraires qui consacrent leurs dimanches à piller des donjons pour récupérer des trésors.
Mais ce dimanche, leur périple hebdomadaire et routinier va être bouleversé : les aventuriers se perdent dans les bois...

En voilà une lecture sympathique ! Pas besoin de lire la quatrième pour voir que l'auteur s'inspire directement des jeux en ligne tel Warcraft et autres univers d'heroïc fantasy.
Ses personnages sont comiques tant ils incarnent des anti-héros, leur témérité n'ayant d'égale que leur vénalité et leur sens de la répartie (les répliques sont souvent tordantes !)
Les9782359760064_pg illustrations, loin d'un tracé net et de détails à foison, participent de la confusion des personnages et de leur perte de repères dans la forêt. Les couleurs utilisées, souvent chaudes, donnent à l'intrigue une atmosphère réconfortante et chaleureuse, malgré les
dangers multiples.

On rigole donc e
n lisant cette BD, même si on reste sur sa faim une fois la dernière page (très frustrante !) atteinte... J'attends donc le deuxième tome avec impatience...

Je tiens à remercier grandement bob et  Manolosanctispour cette  BD reçue dans le cadre d'un  partenariat.

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [0] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

07 septembre 2010

Le thé des nuages, Mal Peet et Elspeth Graham

couv_29_307x370Touchée par l'illustration de la couverture de cet album, et comme il s'agissait d'un conte indien,  j'ai vraiment eu  envie de le découvrir...

Magnifique conte, Le thé des nuages s'inspire de nombreuses fables indiennes sur les cueilleurs de thé. Il relate l'histoire d'une enfant qui, s'étant fait accepter par des singes, se voit recevoir de leur part un panier entier de feuilles de thé très rares qui donne une boisson exquise : le thé des nuages...
Porté par des illustrations au graphisme très réaliste, cet album est un plaisir de lecture.

J'ai souvent eu l'impression de regarder un tableau quand je détaillais les illustrations aux couleurs douces de Juan Wijngaard.
dbl1_38

Ode à l'onirisme et aux traditions populaires, cet album permet d'ouvrir une fenêtre d'évasion très appréciable sur l'Inde et la boisson la plus bue au monde... Amateurs de thé, voici un album pour vous !
Je pense que je ne regarderais plus ma tasse de thé de la même façon maintenant, oscillant entre la condition des cueilleurs de thé et les fables qui leur sont associées...

Je tiens à remercier une nouvelle fois Inès Adam et les Éditions siteon0_130x51, spécialisées en littérature de jeunesse, pour cette belle découverte !

Logo

J'inscris bien entendu cette lecture dans notre Challenge Bienvenue en Inde !Que de trouvailles durant ce challenge... Et comme sixième participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle.

 


Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

05 septembre 2010

Le portrait de Madame Charbuque, Jeffrey Ford

33597747Je n'avais pas du tout prévu de découvrir ce roman, mais suite à une erreur dans un partenariat, il a atterri entre mes mains et je n'ai pas pu m'empêcher de me plonger dedans.

New York, fin XIXe. Piambo est un peintre à la mode que la haute société sollicite pour des portraits.
Lorsque une mystérieuse femme l'engage pour faire son portrait sans qu'il ne la vît, Piambo est intrigué et accepte. Débute alors une série d'entretien avec Madame Charbuque, cette mystérieuse commanditaire cachée derrière son paravent. Envoûté par cette femme manipulatrice, Piambo se trouve rapidement pris dans un jeu dangereux.

J'ai été moi aussi envoûtée par cette intrigue, dévorant ce livre en trois jours ! L'histoire de cette femme mystérieuse qui se dissimule derrière un paravent et que personne n'a le droit de voir m'a tout simplement fascinée.
La plume de Jeffrey Ford est fluide, la traduction de l'américain ne comporte pas de lourdeurs et le lecteur est très vite transporté dans cette intrigue.
Les similitudes avec Le portrait de Dorian Gray sont nombreuses, mais Jeffrey Ford a eu la bonne idée de désamorcer cette impression de déjà vu en évoquant le roman d'Oscar Wilde en l'évoquant dès la deuxième page de son roman.
Les personnage sont peu nombreux car l'auteur a décidé de centrer sa narration sur son héros et sa relation avec Madame Charbuque. C'est un procédé narratif très intelligent   car il permet au lecteur de se sentir tel un personnage dans ce simili huis-clos étouffant.
La tension monte au fil des pages et le danger devient de plus en plus prégnant, obligeant le lecteur à lire vite pour en savoir plus.
Une très bonne lecture en somme, malgré une fin peut-être un peu décevante...

Je tiens à remercier
livraddict et LDP pour ce roman reçu dans le cadre d'un  partenariat. 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

27 août 2010

La samba des Marquises, Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas

sambaDernier tome de la série des Marquises, La Samba des Marquises nous entraîne sur les traces du Jazz et de la samba, entre Paris et Rio...

Oscar, devenu journaliste au Chicago Defender,  décide de tenter sa chance au Brésil. Il part avec Flo, sa fiancée, qui espère retrouver là-bas sa mère, qu’elle n’a jamais connue. Elle a pour cela peu d’indices... seul un précieux collier pourra peut-être la guider jusqu’à elle... Quant à Oscar, c’est sur les traces du fameux bandit Lampião qu’il se lance. Mais cette enquête va lui faire courir bien des risques...

D'une lecture beaucoup plus rapide que les précédents tomes, La samba des Marquises n'a pas su me conquérir comme les deux premiers opus... Il manque de la fraîcheur et de l'originalité dans ce titre, qui semble être le prolongement des deux premiers tomes mais sans les recherches et les précisions de ces derniers.
L'histoire d'un courant musical, extrêmement bien décrit dans Le souffle des Marquises et originalité de cette série, est ici esquissée trop rapidement et souvent noyée dans une intrigue facile et prévisible. La fiction prend  trop le pas sur l'Histoire pour permettre au lecteur d'en savoir un peu plus sur  le Brésil à cette époque, contrairement aux précédents tomes.
Si on retrouve avec plaisir Oscar, le petit fils d'Éléonore, héroïne du premier opus,  je n'ai malheureusement pas réussi à trouver attachant ce personnage, ni sa compagne, Flo, leur trouvant une psychologie stéréotypée trop vite esquissée.
challenge-Des-notes-et-des-mots-4Bref, une lecture qui ne m'a pas vraiment conquise ni donné l'envie de danser la samba ou la capoeira. C'est bien dommage car la série avait très bien commencé à mon goût... Je l'inscris de façon rétroactive au Challenge Des notes et des mots d'Anne.
Je tiens néanmoins à remercier Camille Wilmot  et les éditions naive pour leur collaboration et l'envoi de ce troisième tome de la série des Marquises. 


Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,