Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




27 janvier 2019

Yogi Food, Clémentine Erpicum

Yogi Food, Clémentine ErpicumYogi Food est un livre de cuisine écrit par l'apprentie yogi et prof de yoga Clémentine Erpicum, connue aussi pour son blog 3heures48minutes. Il est paru en octobre 2017 aux éditions La plage sur un papier recyclé.

Voilà un livre qui était fait pour moi ! Et ça tombe bien, je l'avais reçu en cadeau de Noël à sa sortie. A l'occasion du Challenge Feel Good, je l'ai ressorti et relu pour m'imprégner des conseils de Clémentine, que j'aime beaucoup.   
Divisé en quatre parties, Yogi Food aborde à la fois des aspects théoriques que pratiques de l'alimentation yogique.

1/ Se nourrir selon la philosophie du yoga : Clémentine revient notamment sur les trois gunas - les qualités d'aliments -, les principes de l'ayurveda et de doshas, l'alimentation macrobiotique et l'alimentation végétalienne. Celle-ci, en effet, est correlée en effet au concept d'ahimsa, la non-violence, qui régit le yoga.    

2/ Cuisiner comme un yogi : l'état d'esprit du cuisinier, la méditation en cuisine, le bol du Bouddha et l'utilisation d'un bol pour manger, dans cette partie, l'auteure nous enseigne les bases de l'une des soixante-quatre sciences yogiques indiennes traditionnelles, la cuisine. 

3/ Bien digérer avec le yoga : dans cette partie plus conséquente que les deux précédentes, sont abordées des bases d'ayurvéda pour reconnaître les qualités d'un ingrédient, nourrir agni, son feu digestif, mais aussi la posture du diamant pour faciliter la digestion ou encore les mudras à réaliser durant le repas. L'auteure termine cette partie en conseillant quand manger et que manger avant et après une séance de yoga.

4/Les recettes : une soixantaine de pages de recettes pour découvrir les aliments de base de la cuisine yogique, préparer des petits déjeuners, déjeuners et dîners sains et équilibrés, des en-cas de qualité et sept recettes pour stimuler chacun de ses chakras. Le lait d'or, le tofu brouillé, le kitchari,  le surya namaskar, le bol du Bouddha, le potage muladhara, le chaï, les boules ojas, le bol massala ou le dhal n'auront bientôt plus aucun secret pour vous ! Du Guatemala à la Thaïlande en passant par l'Inde, Clémentine nous livre ses recettes yogiques favorites. 

Vous l'aurez compris, ce livre de cuisine fait partie de mes chouchous depuis que je l'ai. Son papier recyclé et ses jolies photos agrémentent le texte toujours très juste de Clémentine Erpicum. J'ai adoré les trois premières parties, brèves mais qui permettent une bonne introduction à qui ne connaît pas les concepts yogiques, et je me suis régalée des recettes que j'ai déjà testées. Prochain objectif : les essayer toutes ! 

"Ahimsa pour les animaux, ahimsa pour la planète, ahimsa pour les êtres humains et le partage des ressources ; quelle qu'en soit la raison, pour beaucoup de yogis, le végétalisme c'est ahimsa mis en pratique." (p.31)

 

Planche 1

 

Planche 2

Planche 3

Jour 27 du Challenge Feel Good 

  Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

       

Une chronique de soukee rangée dans Documentaires - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


21 janvier 2014

Des contes dans mon assiette, Madeleine Deny

Des contes dans mon assietteDes Contes dans mon assiette est un coffret composé d'un livre de recettes accompagné de trois emporte-pièces, paru aux éditions Tourbillon en juin 2013.

Avouez-le : n'avez-vous jamais rêvé devant les douceurs évoquées dans les contes de votre enfance ? Devant le gâteau que confectionne Peau d'Ane pour son prince, les scones que déguste Alice lors de sa rencontre avec le Chapelier ou encore la galette du Petit Chaperon rouge... Grâce à ce coffret, vous allez pouvoir vous replonger dans ces contes et réaliser facilement leurs recettes.

Comment résister à un tel coffret ? De mon côté, la tentation a été grande, même si j'ai pleinement conscience de ne pas faire véritablement partie du lectorat visé (hum hum...)
Disons que j'ai adoré découvrir ce coffret, parcourir les extraits de contes qui fragmentent l'album et tester certaines recettes et que je me suis sentie investie d'une mission d'adulte testeuse. Verdict ? J'ai été conquise et j'aurais adoré avoir ce livre de recettes il y a vingt ans. Oui, dit comme ça, ça fait vieux, mais que voulez-vous, je vais arrêter de nier que j'ai vingt ans et de très grosses poussières maintenant !
Pour les enfants, à qui s'adresse ce coffret, ce petit album coloré a tout pour plaire : un sommaire classé par contes, des précautions d'usage avant de commencer (comme laisser la cuisine propre et rangée après l'avoir utilisée... si si, c'est écrit !), des recettes claires et bien expliquées, le tout illustré par des photos très alléchantes et oniriques. De quoi permettre aux cuistots en herbe de concocter de beaux et bons petits plats aux grands ! 
Des contes dans mon assiette, ou comment prolonger le rêve des récits de l'enfance en passant en cuisine...

Un grand merci aux éditions pour cette découverte qui m'a, une fois encore, enchantée. J'inscris cette lecture dans le Challenge Des contes à rendre de Coccinelle.

Les gâteaux arc-en-ciel de Peau d'Ane Les muffins à la citrouille de Cendrillon

Les tartines-édredons de la Princesse au petit pois

Pour vous tenter une bonne fois pour toutes, voici ma recette fétiche, réellement délicieuse.


Les scones d'Alice, ou un goûter dément Les mini-scones du thé d'Alice

Ingrédients (pour une douzaine de scones)

  • 2 verres de farine (= 240g)
  • 1 paquet de levure chimique
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 50g de beurre
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère à soupe de lait

Préchauffe le four à 210° (thermostat 7)

  1. Dans un saladier, verse la farine, la levure, le sucre et le sel.
  2. Ajoute le beurre coupé en petits morceaux et écrase-le entre tes doigts tout en le mélangeant à la préparation, jusqu'à obtenir une pâte qui ressemble à du sable.
  3. Ajoute l'oeuf et le lait pour obtenir une pâte souple.
  4. Aplatis la pâte à la main sur une planche farinée, puis au rouleau à pâtisserie, sur une épaisseur de 2cm.
  5. Découpe des ronds à l'aide d'un verre et dépose-les sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.
  6. Enfourne pour 15mn de cuisson.

On comprend mieux pourquoi Alice prend le thé avec le Chapelier...  Des scones, toujours des scones...

Alors, séduits ? Affamés ?

 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

21 février 2010

Meurtres à la pomme d'or, Michèle Barrière

9782253125143FSJe viens de terminer mon premier roman gastronomique (catégorie littéraire dont j'ignorais l'existence avant de participer au Challenge A lire et à manger de Chiffonnette !!) : Meurtres à la Pomme d'or de Michèle Barrière, historienne militant pour allier le plaisir de la table au respect de l'environnement et de la production agricole en faisant partie du mouvement "Slow Food".

L'intrigue débute à Montpellier en 1556. François, étudiant en médecine dans la prestigieuse Université de la ville, est passionné de cuisine. Délaissant ses études, il s'intéresse davantage aux nouvelles épices et aux condiments qui font leur apparition en France.
Mais d'étranges meurtres inquiètent la ville : de malheureuses victimes, sans lien apparent entre elles, meurent empoisonnées dans d'affreuses souffrances, le corps recouvert de tâches jaunes...
Quand Laurent Catalan, l'aphothicaire d'origine juive qui loge François, est accusé de ces crimes, le jeune homme décide de mener l'enquête.
Dans un climat de suspension religieuse, François et Felix, son acolyte et futur médecin, vont enquêter jusqu'en Italie pour résoudre ce mystère...

Très agréablement surprise par ce roman, je l'ai été encore plus en découvrant le carnet de recettes de la Renaissance en fin d'ouvrage !
Le jeune François nous entraîne dans une aventure haute en couleurs où la cuisine et les mets ont le beau rôle. Entre la gastronomie française et italienne de cette époque, le lecteur est transporté dans des descriptions qui donnent l'eau à la bouche ! Les détails historiques et gastronomiques sont nombreux, complétant l'intrigue sans lourdeur.
Les personnages sont attachants, l'époque bien retranscrite. L'intrigue en elle-même sert plus, selon moi, de prétexte aux personnages à voyager et découvrir de nouvelles saveurs.  Mais qu'importe ! La plume de Michèle Barrière nous entraîne avec brio dans cette époque fascinante qu'est la Renaissance... Je ne vais m'arrêter là : je viens d'acheter Souper Mortel aux étuves et Natures mortes au Vatican, en attendant la sortie de son prochain opus en avril : Meurtres au potager du Roy...
La critique de Latite, qui m'a conseillé ce livre, et que je remercie !!
338856901

Et parce que cette lecture s'inscrit dans le cadre du Challenge A lire et A manger de Chiffonnette voici deux recettes extraites de ce roman gastronomique !!

La Dariole

Pour 6 personnes :

*1 fond de tarde brisée
*
6 jaunes d'œufs
*50 gr de crème épaisse

*200 gr de sucre en poudre

*1 cuillère à café de cannelle

*1 cuillère à soupe de gingembre en poudre

*5 filaments de safran

Faire cuire le fond de tarte à blanc garni de haricots secs pendant 15 min à 200° (Th.7)
Battre les jaunes d'œufs avec le sucre.
Ajouter la crème et les épices.
Garnir le fond de tarte de ce mélange et faire cuire pendant 30 min à 180°.

L'Hypocras

Dans 1 litre de vin (blanc pour l'apéritif, rouge pour le dessert), ajouter 20 gr de gingembre frais pilé, 1 clou de girofle écrasé, 1 cuillère à café de cannelle et 100 gr de sucre.

Mixer pour bien dissoudre le sucre.
Laisser macérer 2h* puis filtrer...
Boire frais.

P1000295

Verdict : l'hypocras est une boisson divine que j'avais déjà eu l'occasion de boire à Lyon dans un resto médiéval et je suis bien contente d'en avoir la recette ! A refaire l'été et à boire bien frais !! Nous l'avions fait avec du vin blanc (c'est évident vue la photo), et laissé macéré 24 heures, comme dans le roman. Ce n'en est que meilleur : les épices ont parfumé le vin à souhait... Quant à la tarte, c'est un dessert un peu lourd et surtout fort en safran... Je ne pense pas la refaire, mais j'étais contente de tester !!

Une chronique de soukee rangée dans Polars historiques - Vos commentaires [15] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,