Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

12 septembre 2014

Rosa Candida, Auður Ava Ólafsdóttir

Rosa Candida, Auður Ava ÓlafsdóttirRosa Candida est le premier roman traduit en français de la femme de lettres islandaise Auður Ava Ólafsdóttir, paru chez Zulma en 2010.

Arnljótur a vingt-deux ans et une passion : les roses. Les faire pousser sur son île, l'Islande, relève de l'exploit, et c'est avec bonheur qu'il prenait soin de la roseraie avec sa mère, avant le décès de cette dernière. C'est d'ailleurs au milieu des roses qu'Arnljótur aima Anna, une jeune fille de son âge. Mais l'arrivée de Flóra Sólt, le fruit de cette union, a transformé Arnljótur en père imprévu.
Désireux d'aller plus loin dans sa passion, Arnljótur décide néanmoins de quitter l'Islande pour se retirer dans un monastère qui possède l'une des plus belles roseraies du monde. Mais le jeune homme oscille dans cette quête initiatique, tiraillé qu'il est entre quitter les siens et se construire à travers sa passion. Jusqu'au jour où Anna décide de le rejoindre avec leur fille.

A l'image des Rosa candida, ces délicates roses à huit pétales dont il emprunte le nom, ce roman est une parenthèse de douceur et de finesse. Auður Ava Ólafsdóttir entraîne son lecteur dans un univers paisible, porté par le personnage d'Arnljótur, étonnant de maturité et de sérénité, entouré des fleurs qu'il affectionne tant. 
La décision du jeune homme de se retirer dans un monastère pour redonner vie à une roseraie abandonnée fait écho au rythme du roman, lent et aérien à la fois, comme si le temps s'était figé pour donner à Arnljótur la liberté qu'il recherche. Le jeune adulte 
s'isole des siens, dans ce monastère dont on ignore même dans quel pays il se trouve, pour mieux se trouver. Mais ce serait sans compter sur l'arrivée d'Anna et de Flóra Sólt qui bouleverse cet équilibre fragile et infléchit petit à petit la volonté de solitude du jeune homme. 
Magnifique roman contemplatif et quête initiatique dans le même temps, Rosa Candida invite le lecteur à la rêverie et à la sérénité aux côtés d'un personnage étrangement serein et déterminé face à la vie, le tout porté par une plume des plus poétiques. Une lecture à déguster et qui me rappelle avec plaisir mon voyage en Islande il y a quelques années. 

D'autres avis : Alex-mot-à-mots, Canel, ChocoClaraEnna, EstellecalimLeiloona, LilibaMimi Pinson, Miss AlfieNatioraSharon, TheomaYuko, etc.

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature islandaise - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,


06 janvier 2012

Boys don't cry, Malorie Blackman

Boys don't cryBoys don't cry est le dernier roman de l'anglaise Malorie Blackman paru en France en octobre 2011 chez Milan.

Dante, dix-sept ans, attend les résultats de ses examens de fin d'études. Son rêve ? Aller en fac. Mais le jour où son ancienne copine débarque chez lui avec un bébé dans les bras, son destin bascule. Celle-ci lui laisse la petite Emma, sa fille, et file sans lui laisser le choix. Dante se retrouve alors père, à dix-sept ans, d'une enfant d'un an. Comment gérer une paternité non désirée ? Comment apprendre, lorsqu'on vit avec son père et son frère, à s'occuper d'un enfant ? Et quel avenir, pour le jeune adolescent et sa fille ?

Attention, je le dis dès le début de mon billet, ce roman a été uCoup de coeur 2012n énorme coup de coeur ! Je sais, 2012 commence sur les chapeaux de roues car j'en suis déjà à mon deuxième coup de coeur de l'année, mais je ne peux pas laisser passer une telle lecture sans mettre l'accent dessus (et pour ma défense, je peux passer des mois sans avoir de lecture qui me ravit...)

Boys don't cry aborde avec finesse des thèmes sensibles proches des préoccupations adolescentes. Avoir un enfant à dix-sept ans, réfléchir à son orientation sexuelle (pour un des personnages secondaires) ou perdre un parent sont autant de sujets délicats à traiter en littérature de jeunesse en évitant le pathos. Malorie Blackman s'en sort haut la main, proposant avec ce roman un récit puissant à la tonalité dramatique indéniable.
L'alternance de points de vue entre le personnage principal, Dante, et son frère, Adam, offre une intrigue riche qui ne se cantonne pas à la question de la paternité. Adam, le frère de Dante, assume en effet son homosexualité malgré l'intolérance et les violences auxquelles il est confronté, offrant ainsi une réflexion sur cette question éloignée de celles que l'on peut rencontrer dans la littérature de jeunesse actuelle. 
L'originalité de ce roman réside dans la façon dont l'auteure aborde le fait de devenir parent à l'adolescence. Il n'est pas courant, en littérature en général, en littérature de jeunesse en particulier, que ce soit un garçon qui soit confronté à ce problème. L'auteure va plus loin avec cette idée en faisant apparaître la petite Emma dans un univers exclusivement masculin. Dante vit seul avec son père et son frère. A lui de s'approprier sa paternité soudaine avec l'aide de ses proches. L'auteure met à  bas tous les clichés du père absent et désintéressé et nous offre une galerie de personnages à la psychologie finement esquissée.

J'ai été conquise par la capacité de Malorie Blackman à faire une narration à la première personne avec des personnages adolescents sans démagogie ni langage jeune ridicule. C'est difficile, en tant que romancier adulte, de se mettre dans la peau d'un ado. Et elle y parvient avec succès ! Cette première découverte de son oeuvre se solde par un gros coup de coeur. Moi qui n'ai pas encore lu Entre chien et loup et ses suites, cela ne saurait tarder...

Lecture pro
Encore une lecture professionnelle qui me ravit ! J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai été émue... Bref, je ne peux que chaudement vous recommander la lecture de ce roman.

Et voici ma quatrième participation au Mois anglais de Lou, Cryssilda et Titine (et oui, Malorie Blackman est anglaise... moi aussi je croyais qu'elle était américaine !)

 

tea2

 

L'avis de Livrons-nous, qui avait adoré aussi.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,