Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

19 août 2012

De retour de Chine...

Après plus d'un mois d'interruption, me voici de retour ici !
J'espère que l'été a été agréable de votre côté et que le soleil
a été au rendez-vous.

Pour ma part, après un début gris et frisquet à Paris,
il fut dépaysant au possible et riche en découvertes grâce à notre voyage en Chine !
Des gens accueillants, de belles rencontres, des paysages magnifiques, des monuments incroyables 
et de beaux fous rires, nous laisseront de ce voyage un souvenir impérissable.
Je ne vous fais pas languir davantage et je cesse toute logorrhée symptomatique du voyageur qui revient au bercail...
(mais si vous avez des questions ou si vous avez envie de précisions, je suis là !)

En avant pour quelques photos, à cliquer pour les voir en grand !

P1040671  P1040751

Vue de la rivière Li à Yangshuo et une plantation de thé à Hangzhou

P1040757

Une pharmacie traditionnelle à Suzhou

P1040843

Un dessinateur dans le Jardin de la Politique des Simples, à Suzhou,
jardin classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO

P1040785  P1040799

La petite ville lacustre de Nanxun et son jardin de lotus

 

P1040082

La voie sacrée, qui mène aux treize tombeaux des Ming, près de Pékin

 

P1040145

La Grande Muraille, section Mutianyu, à 70 km au Nord de Pékin

P1040166  P1040176

P1040178

La majestueuse Cité Interdite, en plein coeur de la capitale
(visitée dans une touffeur incroyable, la veille des inondations)

P1040238

Une des échoppes où déguster un scorpion vivant en brochette,
une étoile de mer ou encore un hippocampe, à Pékin...

 

P1040246

                          P1040264 P1040266

 Le Temple des Lamas, à Pékin, plus grand temple bouddhiste en dehors du Tibet

 

P1040946  P1040972

Le Bund, à Shanghai, et le district de Pudong (quartier des affaires),
avec ses vertigineux gratte-ciel.

P1040879

Shanghai by night !

 

P1040973

Les vieux quartiers de Shanghai (Tintin et le lotus bleu n'est pas loin !)

 P1040298  P1040303

P1040323

La ville ancienne de Pingyao, petit cocon à l'abri du temps qui s'écoule

P1040317  P1040364

Boutique de calligraphie traditionnelle et le Temple des Dieux de la Cité à Pingyao

 

P1040443L'armée enterrée à Xi'an

 

Trois semaines intenses et fabuleuses qui me font revenir ici des étoiles pleins les yeux...
Pas forcément la meilleure période pour découvrir la Chine (très très chaud et humide)
mais un voyage qui nous a séduits au-delà de nos espérances.

Pour l'heure, j'ai filé faire une cure de soleil dans mon Sud afin de revenir pleine d'énergie pour septembre.
Par contre, niveau lecture, cet été ne restera pas dans les mémoires !
Les voyages, c'est bien connu, c'est épuisant...
 A très bientôt à tous et profitez bien de ce soleil d'août !
(d'aucuns diraient que nous sommes en pleine canicule, mais après la grisaille parisienne et les typhons à Shanghai, tout est relatif !)

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


10 mai 2012

Mémoires d'une dame de cour dans la Cité interdite, Jin Yi

Mémoires d'une dame de cour dans la Cité interditeMémoires d'une dame de cour dans la Cité interdite est un récit biographique de Jin Yi. Ce dernier s'est intéressé à la vie de He Rong Er, ancienne dame de cour dans la Cité Interdite. Ce livre, paru en 1999 chez Piquier, est un témoignage rare de l'époque de la dernière impératrice, Cixi.  

Le récit de Jin Yi est scindé en quatre parties, qui sont autant de sujets abordés par sa vieille amie He Rong Er. La vie quotidienne d'une femme de cour est ainsi dépeint sous toutes ses facettes. Le style descriptif créé une distanciation avec le lecteur mais permet néanmoins de s'imaginer clairement ce qui est décrit. Pas de pathos ni de larmes sur le triste destin de He Rong Er, et plus généralement, des dames de cour, mais une description, un témoignage.

Je ne connais que très vaguement l'histoire de la Chine et ses traditions. Comme tout occidental, j'en ai certaines représentations - véhiculées notamment par les médias ou les films qui nous parviennent - mais cela reste flou, et parfois trop général. 
Ainsi, je ne savais presque rien de la condition des femmes qui travaillaient dans la Cité Interdite. Travailler... Je pense qu'on peut dire plutôt vouer son existence, car finalement peu avaient le choix et s'engager dans cette voie signifiait y consacrer sa liberté.
Jin Yi nous offre ici un récit particulièrement touchant d'une femme, à l'aube de son existence, une existence contrainte. Pas de pathos, comme évoqué plus haut, mais une pudeur tout au long du texte. Un style sobre, descriptif, qui sert le récit sans chercher à susciter une émotion. Jin Yi semble coucher sur papier ses entretiens avec son amie sans chercher autre chose qu'un témoignage.
On apprend beaucoup, sur tous les rituels qui rythmaient la journée d'une dame de cour. Du lever de l'impératrice à son coucher. L'auteur s'attarde également sur tous ces détails qui nous paraissent incensés tant ils sont ritualisés : la façon dont il faut présenter sa pipe à l'impératrice, dont il faut rentrer dans une pièce sans jamais lui tourner le dos, dont il faut annoncer chaque plat, etc. Autant de précisions qui nous sont étrangères et qui peuvent paraître futiles mais qui composent la vie de cette incroyable Empire et témoignent de son incroyable rigueur. 
Un récit lu d'une traite, pour mieux m'en imprégner et me glisser dans cette époque. Un document rare, sans fantasme ni imprécision. A lire si le destin des femmes chinoises et mandchoues vous intéresse.  
 

 Voici ma troisième participation au  Challenge Dragon organisé par Catherine et 
ma deuxième participation au Challenge  Biographie organisé par Alinéa.

                                           Challenge Dragon    Challenge Biographie

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature chinoise - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,