Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

25 février 2018

Sauveur & Fils saison 3, Marie-Aude Murail

Sauveur et fils saison 3

Sauveur & Fils est une série de romans imaginée par Marie-Aude Murail et publiée à L'Ecole des Loisirs. Le troisième, Saison 3, est paru en juin 2017.

Au 12 rue des Murlins, à Orléans, Sauveur continue la thérapie de ses patients. Le psychologue clinicien père célibataire aide tour à tour Mme Germain, atteinte de tocs, Monsieur Kermatin, qui se croit surveillé par ses voisins du dessus à l'aide d'une caméra installée dans le plafond, mais aussi ses patients enfants et adolescents, qu'il tente d'aider du mieux qu'il peut. Ella, victime de cyberharcèlement, qui voudrait être un garçon, Maïlys, quatre ans, qui oppose à l'indifférence de ses parents une violence envers elle-même, Blandine, hyperactive parce qu'elle veille sur sa soeur Margaux, qui vient d'attenter une nouvelle fois à sa vie, ou encore Samuel, de père inconnu, qui découvre enfin qui est celui-ci. Une fois la porte de son cabinet fermée, c'est de l'autre côté de la maison que Sauveur tente d'organiser les choses. Avec Louise et ses enfants, il tente de former une famille recomposée. Mais la place manque un peu, entre Gabin, un jeune patient qui a emmenagé dans le grenier depuis que sa mère est internée en psychiatrie et Jovo, un ancien légionnaire ex-SDF... 

Ce mois de février aura été placé sous le signe de Sauveur ! J'ai en effet dévoré les saisons 2, 3 et 4 en deux semaines, bercée par la douce musique de cette maison de famille qui déborde de vie et de joie. Marie-Aude Murail réussit avec brio la poursuite de sa série, étoffant ses personnages, détaillant les histoires personnelles, reliant les unes aux autres dans un microcosme dont le cabinet de Sauveur serait le centre.  
Une série fine, pleine de tendresse et d'humour, qui aborde des sujets sensibles avec intelligence : l'adolescence et son mal-être, les relations frères soeurs, les relations parents enfants, le harcèlement, la construction identitaire, la famille. Bref, une série à mettre entre toutes les mains, petites ou grandes ! 
Un grand merci aux éditions L'Ecole des Loisirs de me permettre de pousuivre la découverte de cette série. Une lecture commune avec SvCath dont je file lire l'avis ! 

Si vous aviez raté mes chroniques sur les deux premiers tomes, les voici :

112537159 118867069

 

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [0] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,


08 février 2018

Sauveur & Fils saison 2, Marie-Aude Murail

sauveur et fils saison 2Sauveur & Fils est une série de romans imaginée par Marie-Aude Murail et publiée à L'Ecole des Loisirs. Elle compte à ce jour quatre tomes. Le deuxième, Saison 2, est paru en mars 2017.

Sauveur Saint-Yves est toujours psychologue à Orléans, père célibataire de Lazare, son fils de neuf ans. Alors qu'il poursuit la thérapie de ses jeunes patients - Ella qui voudrait être un garçon et s'appeler Elliot, Blandine, insomniaque qui veille sur sa soeur aux tendances suicidaires, Samuel, qui a cessé toute hygiène corporelle pour rompre le dialogue avec sa mère - Sauveur tente de construire son couple avec Louise, une jeune divorcée mère de Paul, le meilleur ami de Lazare. Les deux parents tentent de se retrouver le weekend et de former une famille recomposée mais entre les hamsters des enfants, Gabin, un adolescent dont la mère est internée et qui s'est installé chez Sauveur, Alice, la fille de Louise qui refuse le nouveau couple de sa mère, les journées sont décidément bien remplies ! Mais il en faut beaucoup pour amoindrir la patience et la douceur de Sauveur...

J'avais adoré découvrir la maison de la rue des Murlins où vit et officie Sauveur dans le premier tome. Et j'ai adoré retrouver cette ribambelle de personnages toujours aussi attachants, unis par Sauveur, un colosse d'1m90 aussi doux qu'il est grand. Marie-Aude Murail excelle dans l'art de créer un univers aussi vraisemblable que touchant. Chacun arrive, en toute humilité, dans le cabinet de Sauveur, et celui-ci de tenter de les aider à réparer leurs fêlures. Les histoires personnelles se succèdent, avec leur lot d'interrogations et de doutes, et permettent au lecteur de s'identifier. Une fois la porte du cabinet fermée, c'est dans la maison de Sauveur que se poursuivent les aventures, la vie réservant bien des surprises au psychologue antillais. 
La plume de Marie-Aude Murail, toujours aussi fine et précise, virevolte d'un personnage à l'autre, empruntant la voix d'un ado en colère ou d'une enseignante dépressive pour mieux revenir à son héros, Sauveur, et son calme légendaire.
Je me suis régalée à dévorer ces pages et à retrouver ces personnages que j'avais laissés à la fin du tome 1. Comme le troisième tome m'attend dans ma PAL, je le commence dès ce soir pour poursuivre l'intrigue de ce huis-clos rue des Murlins (attendez-vous donc à avoir une avalanche de cochons d'Inde sur ce blog d'ici peu !).  Un grand merci aux éditions L'Ecole des Loisirs de me permettre de pousuivre la découverte de cette série.

"La vie ne se déroulant jamais comme prévu, tout l'art de l'homme est de s'adapter." (p.209)

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

11 janvier 2018

Extrêmement fort et incroyablement près, Jonathan Safran Foer

Jonathan Safran Foer extrêmement fort et incroyablement prèsExtrêmement fort et incroyablement près est le deuxième roman de l'écrivain américain Jonathan Safran Foer paru en 2006 aux Éditions de l'Olivier. 

Oskar a neuf ans, une sensibilité extrême et une imagination débordante. Cette imagination va lui servir à surmonter le deuil de son père, disparu dans les attentats du World Trade Center. Ce dernier adorait lui poser des énigmes mais n'a pas eu le temps de lui révéler la solution de la dernière. Équipé d'un plan de Central Park et d'une mystérieuse clé, Oskar va parcourir la ville à la recherche d'indices, persuadé que la résolution de cette ultime énigme lui permettra de comprendre l'injustice de la mort de son père. 

Quel roman ! Quelle intrigue ! Et quelle quête initiatique à travers New York ! Je ressors bouleversée de cette narration à la première personne prise en charge par Oskar, personnage attachant s'il en est. L'auteur a réussi avec brio à rendre compte de l'esprit foisonnant de ce personnage hors du commun, hypersensible, extrêmement intelligent, isolé, évidemment, et en quête de sens. Les idées bouillonnent dans sa tête, tout comme les questions, et le petit garçon se lance à corps perdu dans cette quête qui semble impossible dans une ville de plus de huit millions d'habitants. Pour oublier que son papa ne rentrera pas et pour apprendre à vivre avec cette idée.

New York est un personnage à part entière, Oskar arpentant la ville et ses différents quartiers à la recherche de réponses à ses questions. L'ambiance est lourde, post 11 septembre, et elle est perçue à travers les yeux d'un enfant de neuf ans, qui n'y comprend rien si ce n'est que son père est mort. Mais comment est-il mort exactement ? C'est ce que cherche à savoir Oskar. L'intrigue alterne les époques et les personnages, l'histoire familiale du personnage s'imbriquant peu à peu pour donner à voir un tableau d'ensemble cohérent. 

L'objet livre en lui-même est un ovni hybride. Des photos y sont insérées, des pages de journaux intimes, des griffonnages, comme si le livre que le lecteur tenait entre ses mains était un des documents mentionnés dans l'intrigue. Brillant ! Je ressors enchantée de cette lecture, bercée par les quelques jours passés en compagnie de ces personnages, émue parfois aux larmes de leur histoire. Un régal que je vous encourage vivement à découvrir si ce n'est pas encore fait !

Une adaptation ciné a été réalisée par Stephen Daldry en 2012 avec Tom Hanks et Sandra Bullock mais, comme souvent, je préfère m'en tenir à mes images personnelles. 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

16 novembre 2017

Les Harmoniques, Gérald Tenenbaum

Les Harmoniques, Gérald TenenbaumLes Harmoniques est le dernier roman du mathématicien et écrivain Gérald Tenenbaum paru en février 2017 aux éditions de l'Aube.

Un homme et une femme se retrouvent au débarcadère du vaporetto de Venise. Ils ont rendez-vous. Leurs destins sont croisés dans une histoire plurielle dont il faudra remonter le temps pour en comprendre l'essence.

Roman mélancolique et poétique à souhait, Les Harmoniques est comme une chanson douce un peu triste que l'on écoute avec plaisir. Chassé-croisé de personnages, de sentiments, d'époques et de lieux, il emmène son lecteur au coeur d'une intrigue à tiroirs qui se joue comme une partition. L'amour éclot, pour mieux être entraîné dans un espace-temps tourbillonnant et mélodieux. Les chapitres se succèdent, alternant les années, créant une confusion savamment entretenue, pour mieux dévoiler le dénouement.

Gérald Tenenbaum possède une plume fine, mélodieuse et précise, qui entraîne son lecteur au gré des chapitres, entre la France, l'Italie, l'Argentine, illustrant le concept d'harmonique dépeint en citation liminaire. Une lecture qui transporte dans un monde de mots et de sons. Une belle découverte.

"Entre brume et lagune, la lumière éraillée de fin d'après-midi oscille à l'infini. Une pluie fine brise les formes, le ciel brouillé se ressaisit dans la densité liquide. On est charmé, donc troublé, par la texture de l'air, une épaisseur qui ne protège pas. On plisse les yeux, on réprime un frisson, on inspire prudemment, et, comme une évidence longtemps éludée, on se résout à admettre que le reflet de la clarté est aussi une clarté." (p.9)

"On cherche parce que, au fond de soi, le mystère est un défi à ce que l'on est, on cherche pour parachever l'ordre du monde, on cherche parce que le trou béant de l'incapacité à répondre aux questions que l'on porte en soi est un outrage à l'élégance." (p.70)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

08 novembre 2017

Philocomix, Thivet, Vermer et Combeaud

PhilocomixPhilocomix est un album imaginé par Jean-Philippe Thivet, Jérôme Vermer et Anne-Lise Combeaud paru en août 2017 aux éditions Rue de Sèvres.

Platon, Epicure, Sénèque, Montaigne, Descartes, Pascal, Kant, Bentham, Schopenhauer, Nietzsche : dix philosophes et autant de visions du bonheur. Autant de regards singuliers sur le monde et de réflexions pour vivre de façon sereine.

Quand deux auteurs de BD s'associent à un agrégé de philosophie pour s'interroger sur la question du bonheur et en rendre compte avec un humour décapant, Philocomix apparaît ! Oubliez vos souvenirs de vos cours de philo, ici, la philosophie est accessible et envahit notre quotidien. Les auteurs reprennent les idées des dix grands philosophes et les rendent abordables sans pour autant les simplifier. Le ton est très décalé, l'humour omniprésent, et chaque chapitre se clôt sur une illustration de la mise en pratique de la théorie dans la vie de tous les jours. Du "Connais-toi toi-même" de Platon au "Deviens qui tu es" de Nietzsche en passant par le "Ne désire rien que tu ne puisses acquérir" de Descartes, le lecteur parcourt des siècles de philosophie avec un humour certain et une justesse de ton.

L'ensemble est très accessible, drôle, bien construit - à chaque philosophe un chapitre exposant une rapide biographie et les grandes lignes de sa réflexion - et finalement bien inspirant. On se rend compte - sans surprise - que nos préoccupations actuelles possèdent une portée universelle et que bien d'autres avant nous s'étaient posé ces questions... Un album à mettre entre toutes les mains, sans aucune hésitation. Chacun pourra y piocher ce qu'il voudra dedans. Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres de m'avoir permis de découvrir cet album.

Planche 1 Planche 2

BD de la semaine saumon

Cette semaine chez Noukette !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,


25 octobre 2017

Monsieur Mardi-Gras Descendres T.1 Bienvenue !, Eric Liberge

Monsieur Mardi-Gras Descendres TBienvenue ! est le premier tome de la quadrilogie Monsieur Mardi-Gras Descendres imaginée par Eric Liberge. Il est paru en 2004 chez Dupuis.

Victor Tourterelle, cartographe de son état, glisse un jour malencontreusement sur une des petites voitures de son fils et décède sur le coup. Après sa mort, il atterrit au purgatoire. Devenu un squelette et rebaptisé pour l'occasion Mardi-Gras Descendres (quelle idée de mourir entre mardi gras et le mercredi des Cendres !), il va découvrir sa nouvelle vie après la mort, dans ce monde peuplé de squelettes. Mais Victor/Mardi-Gras ne veut pas se laisser faire et quitter le purgatoire. Il n'imagine pas dans quelle aventure il se lance alors....

Album étonnant s'il en est, Bienvenue ! pose le décor d'une intrigue originale. Son postulat ? Que se passe-t-il quand on meurt ? Eric Liberge invente un purgatoire sombre, porté par un dessin en noir et blanc aux nuances intéressantes et au trait léché. L'univers est inquiétant et laisse peu d'espoir aux personnages d'en réchapper.

Un premier tome qui a su capter mon intérêt et les bases d'une intrigue que j'ai trouvée bien menée. Il faut que je trouve la suite !

Planche 1 Planche 2

Challenge Halloween image

Et voici ma sixième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

et ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Mo' !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

16 octobre 2017

L'Oncle Silas, Joseph Sheridan Le Fanu

L'oncle Silas, Sheridan Le FanuL'Oncle Silas est considéré comme le chef d'oeuvre de l'écrivain irlandais Joseph Sheridan Le Fanu. Paru en 1864, il a été traduit pour la première fois en français en 1988 aux Nouvelles Editions Oswald.

Angleterre, 19e siècle. Un gentilhomme veuf vit isolé dans son domaine avec son unique fille, Mathilde. Coupés du monde, le père et sa fille vivent en autarcie, leur quiétude uniquement troublée par les rares visites au domaine. Au décès de son père, Mathilde est contrainte de quitter la demeure familiale pour rejoindre celle de son oncle Silas, devenu son tuteur. Personnage mystérieux et énigmatique, ce dernier souffre d'une réputation entachée par une obscure histoire de meurtre. La jeune Mathilde, héritière de son nom, prudente dès son arrivée au domaine, offre rapidement sa confiance à son oncle, vieil homme souffreteux et rempli de bonté à son égard. Mais rapidement, d'étranges événements viennent troubler la jeune fille et Silas dévoile peu à peu son vrai visage...

J'avais adoré l'adaptation en album de Carmilla, autre oeuvre majeure de Le Fanu et j'étais très curieuse de découvrir ce roman, offert par Nesto (coucou si tu passes par ici !) lors du Swap Partners in Crime que j'avais organisé il y a quelques années.

Roman gothique par excellence, L'oncle Silas fait partie de ces livres qui vous happent et vous enferment dans un univers sombre et inquiétant, sans perspective de fuite. Tels Horace Walpole, Ann Radcliffe, Wilkie Collins ou encore Charles Robert Maturin, dignes représentants du genre, Le Fanu excelle dans l'art de créer une ambiance pesante à souhait. La jeune Mathilde se retrouve rapidement  prise au piège dans la demeure de son oncle et les perspectives de fuite s'amenuisent au fil des chapitres.

L'univers du roman est diffus mais suit un fil conducteur décliné au fil des oeuvres du romancier : les spectres y côtoient la science, les jeunes filles persécutées sont en proie à des personnages masculins dominateurs, la religion et la théosophie s'opposent tandis que les assassinats et amours contrariées envoûtent le lecteur.

Un classique du genre absolument délicieux, un roman gothique des plus réussis (et étonnamment moins connu que ses contemporains), une intrigue qui vous enferre et ne vous laisse aucune chance d'en sortir indemne. Bref, un coup de coeur qui me rappelle avec délices mes cours de littérature anglaise à la fac et dont il serait dommage de se priver en cette période d'Halloween...

Challenge Halloween

Et voici ma quatrième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

11 octobre 2017

Vincent, mon frère mort-vivant, Jean-Marc Mathis et Thierry Martin

Vincent mon frère mort-vivantVincent, mon frère mort-vivant est un one-shot imaginé par Jean-Marc Mathis et dessiné par Thierry Martin paru en 2005 chez Soleil.

Antoine a perdu Vincent, son grand frère, un simple d'esprit tué un jour par un hoquet. Mais Vincent n'a pas totalement disparu et erre dans le cimetière dont s'occupe son père, le fossoyeur. Seul Antoine peut le voir et ainsi continuer à jouer avec lui entre les tombes. Un jour, Vincent fait une surprise à Antoine : il l'entraîne dans un caveau qui débouche directement sur le royaume des morts ! Mais qu'un vivant y pénètre n'est pas du goût de tous et très vite Antoine est pourchassé et séparé de Vincent...

J'avais lu cet album lors de sa sortie et n'en avais gardé que peu de souvenirs. J'ai eu envie de l'exhumer à l'occasion du Challenge Halloween de Lou et Hilde et de m'en refaire une opinion... 

J'avais complètement oublié la dimension poétique et fantasmagorique de ces planches, ainsi que la jolie relation qui unit les deux frères. Ces deux enfants qui ne souhaitent que jouer ensemble, alors que l'un d'eux est mort, est assez émouvante, et si l'intrigue se déroule dans un univers sombre et morbide, l'humour est quand même présent et l'ensemble est relativement gai. Pas de larmoyant, malgré la souffrance du petit Antoine qui a perdu son grand frère, mais plutôt des secrets d'enfants, des jeux, un monde à part auquel les adultes n'ont pas accès. Le monde des morts est représenté par des planches sombres, parfois sanguines, assez floues, comme si l'air se déchirait et que l'univers se désagrégeait. Il en ressort une impression d'immersion totale dans ce monde parallèle, dans les pas du petit Antoine qui fuit le danger.

L'humour est présent à travers le personnage de Vincent, notamment, mais également en la personne du diable, représenté comme un diablotin ridiculement petit mais au pouvoir non proportionnel à sa taille. Les répliques fusent, parfois faciles, mais confèrent à l'ensemble une légèreté bienvenue.

Bref, cette relecture a été très plaisante et j'ai aimé naviguer entre ces deux mondes, sur les traces de Vincent et d'Antoine. Un one-shot intéressant et bien mené qui me laissera davantage de souvenirs avec cette relecture.

Planche 1 Planche 2

Challenge Halloween image

Et voici ma troisième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

et ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Noukette !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

04 octobre 2017

Aliénor Mandragore T.3 Les Portes d'Avalon, Séverine Gauthier et Thomas Labourot

Aliénor Mandragore TLes Portes d'Avalon est le troisième tome de la série Aliénor Mandragore imaginée par Séverine Gauthier et dessinée par Thomas Labourot, paru en juin aux éditions Rue de Sèvres. Conquise par le premier et le deuxième tome, j'avais hâte de découvrir la suite des aventures d'Aliénor.

Aliénor avait provoqué l'Ankou - le serviteur de la mort - dans le tome précédent, et celui-ci est bien déterminé à se venger de la jeune fille et récupérer l'âme de son père Merlin. Aidé d'un sort, il la précipite dans le Youdig, le marais sans fond passage vers les Enfers. Mais Aliénor s'en sort miraculeusement et s'échappe par une porte qui la conduit tout droit sur l'île d'Avalon, où son père a un temps conté fleurette à la fée Viviane. Mais les vivants ne venant d'ordinaire jamais sur Avalon, Aliénor ne sait pas comment en réchapper...

Quel régal cette série ! Avec ce troisième tome, Séverine Gauthier et Thomas Labourot continuent d'explorer le cycle arthurien en se penchant cette fois sur le mythe d'Avalon, où Excalibur aurait été forgée et où le Roi Arthur aurait été exilé après sa dernière bataille. Sous couvert d'un humour féroce, les deux auteurs donnent à voir un univers riche et très bien documenté, nourri de références au mythe et porté par des dessins ronds et colorés qui le rendent accessible aux plus jeunes.

Le lecteur suit avec plaisir les aventures d'Aliénor, Lancelot, Merlin et Morgane à travers Avalon. L'intrigue est parfaitement ficelée et le suspense bien présent. Pour comprendre les relations entre les personnages et ce que l'intrigue tait ou dit à demi-mots, les auteurs ont inséré depuis le début de la série L'écho de Brocéliande à la fin de l'album, sorte de gazette d'actualités et de rumeurs du monde qu'ils ont esquissé. C'est drôle, ça permet d'aller plus loin pour comprendre le cycle arthurien et ça prouve l'inventivité des deux auteurs pour se réapproprier avec brio ce mythe. Un troisième tome de qualité égale aux deux premiers et qui laisse présager encore du bon pour la suite ! Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de découvrir cette série, succombez sans tarder.

Planche 1 Planche 2

Un grand merci aux Éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album.

Challenge Halloween image

C'était ma première participation Challenge Halloween de Lou et Hilde

et ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Moka !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

02 septembre 2017

New York Odyssée, Kristopher Jansma

new york odyssée kristopher jansmaNew York Odyssée est le deuxième roman de l'américain Kristopher Jansma paru en janvier aux éditions Rue Fromentin.

Jacob, William, George, Sara et Irène, cinq amis liés depuis l'université et que l'entrée dans la vie active a poussés à s'installer à New York. New York, la ville qui ne dort jamais, synonyme d'effervescence, de fêtes, d'excès. Brûler la vie par les deux bouts et ne pas s'en soucier, tel était le désir de ces jeunes adultes. Mais un événement brutal va les ramener à la raison et les obliger à donner une autre direction à leur vie.

J'ai pris le parti - comme la quatrième de l'éditeur - de ne pas vous spoiler sur ledit événement, au risque de ne pas suffisamment vous allécher, peut-être. Mais sa révélation participe de l'ambiance de son intrigue et je ne veux pas gâcher cette découverte à ceux qui ouvriront ces pages.

New York Odyssée m'a été offert par mes libraires, lorsqu'en sortie scolaire avec mes pioupious du club lecture (oui, je parle de mes lycéens comme des pioupious et j'assume !) je leur ai annoncé que j'avais eu ma mutation et que je quittais la région. Nous avions passé deux heures à échanger autour des livres et avant de partir, elles m'ont collé celui-ci dans les mains, certaines qu'il me plairait. Et elles ne se sont pas trompées !

Véritable plongée dans le New York effervescent et du quotidien effréné des jeunes cadres d'aujourd'hui qui s'offrent le luxe d'un mode de vie malsain avant d'en payer chèrement les pots cassés, New York Odyssée est également une magnifique histoire d'amitié. De ces histoires qui ont pour toile de fond un Manhattan désenchanté, où le vernis se fissure rapidement pour laisser voir la partie sombre de chacun. Les paillettes et la vie trépidante se craquellent et donnent à voir le drame intime et les fêlures de chacun. Le lecteur s'attache à ces personnages si vraisemblables, se prend d'empathie pour leurs blessures, leurs errements, s'identifie, parfois, à leurs interrogations. C'est beau, c'est triste, c'est vibrant. Bref, un roman à découvrir sans hésiter. Elizabeth et Céline, si vous passez par Bouquinbourg, merci beaucoup de ce très beau roman qui a accompagné mon départ d'Ile-de-France.

"Ces soirs-là, nous savions pourquoi nous étions venus en ville. Quitte à vivre vraiment, alors nous voulions ressentir ces fêlures dans la voix, ce tremblement de toutes les extrémités. Et si nos appartements étaient des cercueils, et nos bureaux des pierres tombales, et nos rêves du poison - si tous nous allions lentement vers la mort - au moins nous nous relevions ensemble de ces épreuves grandioses et terribles." (p.16)

"Que les sceptiques doutent. Que l'avenir soit incertain. Dans une ville de huit millions d'âmes, ils seraient toujours deux, ensemble, du début à la fin." (p.61)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,