Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

07 juin 2010

Fablehaven T.2 La menace de l'étoile du soir, Brandon Mull

9782092525647FSConquise par le premier opus de la saga Fablehaven, j'ai décidé de poursuivre ma découverte de ce sanctuaire secret pour créatures merveilleuses avec le deuxième tome, La menace de l'étoile du soir.

Le roman débute à la fin de l'année scolaire, près d'un an après les événements du premier tome. Kendra et son frère Seth ont repris une vie normale mais les deux adolescents sont encore marqués par les événements auxquels ils ont assisté avec leur grand-père.
Dès le début des vacances estivales, ils retournent à Fablehaven pour aider leurs grands-parents dans leur tentative de sauvegarder le sanctuaire face à la menace de la société de l'étoile du soir. A leurs côtés, un maître des potions, un c
ollectionneur d'objets magiques et une chasseuse de créatures maléfiques... Le temps presse ! Il  leur faut préserver l'artéfact caché dans Fablehaven des griffes de l'étoile du soir !

Autant j'ai passé un excellent moment de lecture avec Le Sanctuaire secret, le premier tome de la saga, autant ce deuxième opus m'a déçue. Le début du roman est long, très long, trop long à mon goût. Les deux héros sont au collège et attendent avec impatience la fin de l'année, tel le lecteur qui attend que les péripéties débutent et que l'action se situe de nouveau dans le fabuleux sanctuaire.
L'intrigue met du temps à se mettre en place et se perd en détails souvent inutiles. J'ai cru plusieurs fois que le livre allait me tomber des mains, tant mon entrain s'émoussait au fil des pages.
Les personnages n'ont pas gagné en épaisseur psychologique et voient leurs défauts exacerbés avec cette suite. Seth est toujours aussi inconscient malgré ses erreurs passées et le moralisme associé, tandis que Kendra, sa sœur, est un personnage insipide et fade, dont le caractère ne se révèle qu'à partir de la moitié du roman.
Je me suis ennuyée avec cette lecture, n'y trouvant ni la fraîcheur et la nouveauté du premier tome ni d'intérêt pour l'intrigue manichéenne et simpliste. Le roman semble structuré de façon caricaturale, et la scène finale n'en est que davantage un archétype. Même la révélation du dénouement n'a pas su aiguiser ma curiosité et me donner envie de poursuivre plus loin ma lecture.
C'est vraiment dommage car le premier tome était réellement prometteur, notamment avec cette idée de réserve pour créatures merveilleuses quelles qu'elles soient, bénéfiques ou maléfiques. Son côté à la fois fascinant et innovant avait su me conquérir malgré certaines lourdeurs dans la narration. Avec ce deuxième tome, j'ai eu l'impression de n'avoir que des aspects négatifs et de ne pas retrouver l'imagination et l'attrait du Sanctuaire Secret.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


14 mai 2010

Fablehaven T.1 Le Sanctuaire Secret, Brandon Mull

fablehavenIl y a quelques temps sur la blogosphère, le premier tome de cette saga a fait couler beaucoup d'encre... Laissant passer cet engouement, je me suis intéressée cette semaine au premier tome de la série Fablehaven, ou "refuge des créatures fabuleuses", intitulé Le Sanctuaire Secret.

Alors que leurs parents partent en croisière en Scandinavie Kendra, treize ans, et son frère Seth, onze ans, sont confiés à leurs grands-parents paternels. Leur vieille maison,  au beau milieu de la nature, semble d'un ennui mortel pour les deux adolescents.
Mais des phénomènes étranges se produisent peu à peu et conduisent leur grand-père à leur avouer qu'il est le gardien de Fablehaven, un refuge pour créatures fabuleuses. Fascinés, les deux enfants regardent d'un autre œil la forêt qui environne la propriété, remplie de ces êtres incroyables. Le jour où leur grand-père est enlevé et l'équilibre de la réserve remis en question par une sorcière maléfique, les deux jeunes héros passent à l'action !

Autant le dire tout de suite : j'aurais adoré ce roman plus jeune ! L'univers merveilleux de Brandon Mull n'a certes rien d'innovant puisqu'il a directement puisé dans la fantasy ses personnages, mais il est une invitation à l'évasion et à l'imagination. Les personnages boivent un lait produit par une vache géante pour voir les rares créatures fabuleuses autorisées à se promener dans le jardin de la vieille demeure, telles les fées. Sans ce lait, le jardin semble peuplé d'insectes en tous genres, mais la forêt, où toutes sortes de créatures plus ou moins bienveillantes évoluent, est moins effrayante...

L'intrigue a un schéma assez classique - deux adolescents doivent rétablir un équilibre mis à mal par des forces occultes - et est souvent assez manichéenne, mais fonctionne bien. Les trouvailles de Brandon Mull - notamment l'idée de préserver la diversité des espèces fabuleuses, ode à nos préoccupations actuelles - permet de revisiter l'aspect fantasy du roman. Les ogres côtoient les sorcières, naïades et autres satyres pour mieux vanter l'importance de cette diversité.

Petit bémol à mon goût, la psychologie des personnages qui, si elle est assez bien détaillée,  est parfois assez grossière : je n'ai pas pu m'empêcher d'être agacée par le personnage de Seth, à la fois égoïste et inconséquent. Son attitude donne trop souvent lieu, à mon goût, à des leçons de morale consensuelle dans le roman, donnant à ce dernier un ton édifiant et moralisateur parfois lourd...

Pour conclure néanmoins, j'ai passé un très bon moment de lecture, m'évadant avec plaisir à Fablehaven, et, comme je viens d'acheter le deuxième tome de la série, La menace de l'étoile du soir, vous aurez très vite mon avis sur ce roman !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

09 mai 2010

La Quête d'Ewilan tome 1 : D'un monde à l'autre, Pierre Bottero

9782700231700FSA l'occasion du challenge Livraddict, je m'étais décidée à lire le premier tome de la trilogie La Quête d'Ewilan, imaginée par Pierre Bottero et publiée dès 2002 aux éditions Rageot. 52367353_p Ce qui porte donc à 6/10 ma participation à ce challenge.

Camille est orpheline. Adoptée par une famille riche mais qui lui porte peu d'intérêt, la jeune fille partage sa vie entre le collège et son meilleur ami Salim. A treize ans, l'adolescente est dotée d'une intelligence et d'une vivacité d'esprit rares.
Un jour, alors qu'elle manque de se faire renverser par un camion, elle trébuche et se voit propulsée dans un monde parallèle étrange. L'adolescente a à peine le temps de se relever qu'elle retourne dans le monde qui est le sien, éberluée.

Elle se rend compte alors que ce qu'elle pensait être des bizarreries de son quotidien s'avèrent en réalité être des dons précieux dans cet autre monde. Ainsi, la jeune fille apprend avec Salim à dessiner mentalement des choses et les faire apparaître, ce qui lui sauve la vie lorsqu'ils sont attaqués par des immenses araignées, renvoyant alors les deux adolescents dans ce mystérieux monde parallèle.
Commence alors pour les deux héros une quête plus importante qu'il ne l'imaginait, où le danger n'est jamais loin...

A première vue vous me direz, et je me suis dit la même chose en ouvrant ce roman, cela ressemble fort à ce qu'on trouve en ce moment en littérature adolescente : un jeune héros aux pouvoirs cachés se révèle être tout puissant dans un monde parallèle, réglant par là même les injustices vécues dans le monde réel. Oui, mais... Il y a un mais... Ce schéma est assez classique ces dernières années, de Tara Duncan (qui m'avait littéralement ennuyé) à Percy Jackson en passant par Le livre des étoiles, j'ai effectivement lu beaucoup de romans de ce type ces derniers temps, m'enthousiasmant, il est vrai, assez peu. Et mon choix en littérature pour les ado se portait plutôt sur des titres plus intimistes et risqué (comme Rien de Janne Teller).
Mais, et alors que je partais avec cet a priori assez négatif, la plume de Bottero et son imagination débordante m'ont littéralement conquise !
Les personnages ont une psychologie intéressante sans être ni caricatural ni stéréotypés, l'intrigue captive par son suspense et ses révélations progressives, l'univers imaginé est fascinant... Bref, j'ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec ce premier roman. A tel point que je vais poursuivre ma lecture de cette trilogie, intriguée par la suite des événements !!

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

13 mars 2010

Magasin Zinzin, Frédéric Clément

couvJe suis tombée  par hasard sur cet album et l'ai emprunté pour y jeter un oeil. C'était, a posteriori, une très bonne idée !
Magasin Zinzin est un album paru en 1995
 et primé au niveau international (Grand Prix international du Livre Jeunesse à Bologne en 1996, Le Prix France Télévision en 1996, Le Prix Fantaisiste à Genève en 1996...)

" Savez-vous , Mademoiselle, que j'ai dans mon Magasin Zinzin, l'écharde qui, jadis, piqua le doigt de la Belle au Bois Dormant ...
J'ai aussi l'authentique
petit pois de la Princesse au petit pois et bien d'autres merveilles encore ...
Entrez, entrez... laissez vous tenter ...
"

Voila comment la quatrième de couverture aguiche le lecteur... Étonnant et déroutant, non ? Je me suis donc plongée avec curiosité dans la lecture de cet album.
Frédéric Clément entraîne avec brio le lecteur dans son univers merveilleux à l'imagination folle en nous ouvrant la porte de ce mystérieux magazin... Les références littéraires et culturelles sont nombreuses et amusantes.
Ses textes sont empreints d'une poésie rare, d'un rythme étudié et d'une musicalité page7époustouflante. Un réel petit bonheur à lire à haute voix pour en savourer tous les effets...

Les illustrations complètent l'imaginaire du texte tout en douceur et en couleurs tendres. La mise en page est très étudiée et porteuse de sens. On suit avec plaisir ce marchand dans sa boutique de merveilles, le laissant nous entraîner dans ses anecdotes aussi folles que fantasques.
Un petit bijou d'album, qui mérite largement d'être redécouvert aujourd'hui...

Ce sera donc ma deuxième lecture dans le cadre du Challenge Je lis aussi des albums d'Herisson08 !

challenge2

2/11

 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [9] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

29 janvier 2010

Les Enchantements d'Ambremer, Pierre Pevel

9782253115854FSÇa y est, je viens de fermer la dernière page du premier tome [Des] Enchantements d'Ambremer, de Pierre Pevel, et ce avec regret...Mais avant tout, laissez-moi vous racontez un peu l'intrigue de ce roman...

Paris, 1909.  Mais la capitale n'est pas ce que nous imaginons de la Belle Époque.  Elle est imprégnée des éléments de l'OutreMonde, ce monde merveilleux dans lequel licornes, elfes et dragons coexistent avec les humains.
Ainsi, au Paris que nous imaginons de cette époque, s'entrelacent créatures merveilleuses et autres inventions imaginaires : saules rieurs, dragons minuscules pareils à des insectes, chênes bavards etc.

Vivant au cœur de ce Paris des Merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est amené à collaborer sur une enquête de trafic d'objets enchantés. Mais à cette simple affaire de corruption s'ajoute des meurtres étranges. Des gargouilles tuent, envoûtées par une sorcière adepte de magie noire, des objets disparaissent, tandis qu'une magicienne soulève un pan de l'histoire de l'OutreMonde que même la reine du royaume souhaiterait laisser dans l'ombre... L'affaire se corse pour notre mage, qui s'obstine à découvrir la vérité.

Premier coup de cœur de l'année 2010 (et pas le dernier j'espère !), ce livre est d'une lecture Sans_titre_2très agréable. Par son écriture fluide, Pierre Pevel nous emmène avec brio dans son univers merveilleux et fascinant. Sa plume poétique et souvent bien rythmée et son écriture cinématographique permettent de rentrer facilement dans cette intrigue. Mêlant éléments historiques et imaginaires, il donne à voir dans ce court roman un monde peuplé de créatures issues de la fantasy, dont il dicte lui-même les codes. La prouesse de cet auteur réside ici en cette faculté à dépeindre en si peu de pages (350), un univers imaginaire dans lequel le lecteur se glisse avec aisance.

L'intrigue est très bien menée et permet de mêler une enquête policière aux éléments historiques. Ici, pas de logique à la Sherlock Holmes, ni de réflexion pragmatique sur l'identité du meurtrier, mais des techniques d'enquête de mage et des raisonnements issus du monde merveilleux. Le rythme de l'intrigue est rapide, les événements se succèdent et ne laissent pas de répit au lecteur, donnant souvent l'impression d'assister visuellement à la scène, tant les descriptions de Pevel, minutieuses et précises , complètent brillamment cette succession de péripéties.

Les personnages sont attachants, et leur psychologie est soignée. Parfois stéréotypés par leur fonction ou leur nature (le mage courageux, le gnome râleur, etc.), ils n'en demeurent pas moins intéressants et surprenants.

"Originaires de l'OutreMonde, les chats-ailés ne se contentent pas de parler. Ils sont savants, qualité qu'ils doivent à une longévité exceptionnelle et à une capacité unique : celle de s'imprégner de la matière des livres sur lesquels ils dorment." (p.29)

"Ambremer était une cité médiévale, telle que vous, moi et l'essentiel de nos contemporains la rêvent. A savoir pittoresque et tortueuse, avec des venelles pavées plutôt que boueuses, des maisons en belle pierre plutôt qu'en mauvais torchis, des toits de tuile rouge plutôt que de chaumes sales. (p.47)

"On évitait les mages parce qu'on les redoutait ; on les connaissait mal puisqu'on ne les fréquentait guère ; et de l'ignorance naissaient la crainte et les plus folles rumeurs." (p.134)

Seul regret, et non des moindres : le second tome de la série, actuellement introuvable et en rupture d'édition, me laisse largement sur ma faim...

En tout cas, je remercie 47286519et les Éditions Livre de Poche de m'avoir offert ce livre !!

Une chronique de soukee rangée dans Fantasy - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

23 janvier 2010

Cœur d'encre, Cornelia Funke

coeurVoila un livre que je voulais lire depuis longtemps. C'est chose faite et j'en suis bien contente !

Meggie vit seule avec son père, Mo, qui restaure des livres anciens. Tous deux passionnés de livres et de lectures en tous genres, ils courent les étals des bouquinistes et les librairies d'occasion, à la recherche de nouvelles perles.
Un soir, un homme étrange vient leur rendre visite chez eux. Doigts de Poussière, c'est son nom, vient les prévenir : Capricorne, un homme cruel et dangereux, est à la recherche de Mo est d'un livre rare  nommé Cœur d'Encre.
Débute alors pour le père et la fille une aventure incroyable et périlleuse, dans laquelle les livres tiennent un rôle à la fois important et inquiétant...


ATTENTION RISQUES DE RÉVÉLATIONS SUR LE ROMAN !!

Difficile d'en parler sans faire quelques révélations... Ce roman pour la jeunesse est d'une lecture très agréable. L'intrigue est bien menée et originale.
L'idée de faire sortir des personnages de livres est un vieux fantasme de lecteur, même si dans ce cas là, lesdits personnages sont assez inquiétants.
Le suspense met en haleine le lecteur, même si parfois l'intrigue ralentit pour se centrer sur le personnage de Meggie et sa relation avec son père.
Au fil des chapitres, le lecteur suit tour à tour plusieurs personnages, mettant ainsi en suspend ce qui arrive aux autres. Les citations liminaires en début de chaque chapitre permettent d'amorcer leur lecture en faisant écho à de nombreux livres.
Les livres sont de réels personnages du roman, portés par l'admiration que leur portent les personnages. Il s'agit véritablement d'une ode à la lecture de la part des personnages, chose très agréable dans un roman pour ado.
La traduction de l'allemand est réussie et ne souffre aucune lourdeur. Le lecteur est porté par cet univers merveilleux, emprunt de fantaisie et d'imaginaire.
Par contre, les personnages sont parfois archétypaux et sans surprise : la vieille fille misanthrope passionnée de lecture, qui vit recluse et du jour au lendemain devient philanthrope et aventurière ; les méchants qui proviennent du livre n'ont aucune psychologie ni justification autre que celle de faire régner le mal.

Cette lecture m'a fait penser à L'Affaire Jane Eyre de Jasper Fforde en bien des points, même si cette dernière va plus loin dans son idée de faire interpénétrer les mondes des livres et la réalité....
coeur_d_encre_2
En revanche, je vous déconseille fortement l'adaptation ciné qui en a été faite. Fidèle au roman pour son intrigue, elle n'en retranscrit ni l'ambiance ni les personnages. Ceux-ci sont archétypaux, souvent ridicules et grossiers. Le manichéisme se traduit par des méchants déguisés et maquillés à outrance, riant grassement à chaque scène. Bref, alors que le roman se lit avec plaisir, même avec des yeux d'adultes, il en est autrement du film...

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

17 janvier 2010

Coraline, Neil Gaiman

coralineJe viens de terminer le premier livre de Mon Challenge Livraddict  !! Il s'agit de Coraline, de Neil Gaiman, publié en 2003 aux éditions Albin Michel.

47287542       1/10

Coraline est fille unique. Elle déménage avec ses parents dans une nouvelle maison, très grande, partagée en plusieurs appartements. 
Les adultes préoccupés par leur travail, la fillette s'ennuie, et explore la vieille bâtisse. Dans le salon, une porte étrange qui ouvre droit sur un mur en pierres... Coraline est intriguée.
Un jour de désœuvrement, elle décide d'ouvrir à nouveau cette porte. Mais celle-ci ne donne plus sur un mur, mais sur un appartement qui ressemble étrangement au sien... La fillette, curieuse, s'y engouffre et découvre une nouvelle réalité, proche de celle qu'elle connaît, et pourtant si différente...


Pour une fois, j'avais vu l'adaptation ciné avant de lire le roman. Difficile donc pour moi de me fabriquer mon propre univers, envahie par les souvenirs du film d'animation.
J'ai beaucoup aimé ce roman très rapide, qui permet de s'immerger dans cet univers merveilleux à la fois inquiétant et fascinant.
La traduction de l'anglais est réussie et permet une fluidité dans la lecture.
J'ai trouvé plus prégnant avec cette lecture les références à Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll. Les deux fillettes, désœuvrées, pénètrent dans un univers parallèle merveilleux, à la fois dangereux et envoûtant. Elles rencontrent une figure maternelle tyranique (la Dame de Cœur pour l'une, l'autre mère pour l'autre), à qui elles lancent un défi afin de revenir vivante dans leur monde, le tout aidé par un chat.
L'univers de Coraline est issu de notre monde actuel. Celle-ci attend patiemment la rentrée scolaire en septembre dans cette grande maison, trompant son ennui par ses explorations. Ses parents travaillent chacun sur leur ordinateur, absorbés par leurs occupations et délaissant leur fille unique.

Neil Gaiman mêle donc ici un thème récurrent dans la littérature - le passage dans un monde parallèle via une porte, un miroir, un trou dans le sol ou autre - à des thématiques plus actuelles. Comme Alice, Coraline s'ennuie, mais c'est parce que ses parents consacrent beaucoup de temps à l'outil informatique... Belle réflexion que beaucoup d'entre nous pourraient se faire, même sans enfant...

Bref, vous l'aurez compris, il ne s'agit pas ici à proprement parler d'une réécriture au sens stricte du terme, postercoraline2mais plutôt d'une adaptation libre de l'œuvre de Carroll, très agréable à lire, effrayante et captivante.

Et pour compléter cette lecture, si vous n'avez pas vu le film d'animation  sorti récemment sur les écrans, je vous le conseille : c'est une adaptation très fidèle de ce roman, qui ne le dénature en rien et en restitue en tout point son style.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [21] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

11 novembre 2009

Graines de cabanes, Philippe Lechermeier et illustré par Eric Puybaret

cabanesPour un de mes cours de littérature de jeunesse, il avait fallu que je fasse l'analyse d'un album de mon choix.

Après de nombreuses hésitations, mon choix avait porté sur Graines de Cabanes,écrit par Philippe Lechermeier et illustré par Eric Puybaret, paru aux éditions Gautier-Languereau en 2005.

Le lecteur ouvre avec cet album le carnet de voyage du célèbre explorateur Alphonse Cagibi, qui parcourt le monde à la recherche des mystérieuses graines qui, une fois plantées et arrosées, se transforment en petites maisons.


Cet album est une petite merveille tant à lire qu'à regarder !!! Je vous aurais prévenus !!
Les illustrations sont magnifiques et permettent de se plonger avec délice dans cette histoire merveilleuse. Les cabanes sont toutes plus imaginatives les unes que les autres et sont un appel à la rêverie.
La mise en page joue sur le rapport texte / images et sur les différents styles de cabanes. pour surprendre encore plus le lecteur. Le texte donne vie à tous ces croquis aussi loufoques les uns que les autres...
A mettre entre toutes les mains, petits ou grands, pour faire une place à l'imaginaire dans sa vie !

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

09 novembre 2009

La cité des livres qui rêvent

BouquinbourgPour rebondir sur mon précédent article (vu qu'il n'y en a qu'un pour le moment, c'est facile !), voici pour ceux qui sont intéressés, quelques indications sur La cité des livres qui rêvent.

Le lecteur suit le périple d'Hildegunst Tallemythes, un jeune dragon qui entre dans les catacombes de Bouquinbourg à la recherche du manuscrit "parfait", le tout ponctué d'illustrations en noir et blanc d'une inventivité rare.

Les descriptions sont délicieuses, l'imaginaire de Walter Moers incroyable, ses trouvailles linguistiques vraiment géniales (tout du moins l'excellente traduction de François Mathieu et Dominique Taffin-Jouhaud) et les illustrations qu'il a lui-même réalisées donnent froid dans le dos.

Bref, ce livre est un petit bijou de poésie et de réflexion sur la lecture et la littérature... Il est bien dommage qu'il ne soit pas plus connu et reconnu, d'où mon acharnement à en parler autour de moi et à l'indiquer dans le cahier de suggestions d'achats des bibliothèques. Avis aux amateurs !

 

Quatrième de couverture :

"Ici commence l'histoire. Elle raconte comment je suis entré en possession du Livre sanglant, comment j'ai atteint l'Orm. Cette histoire n'est pas destinée aux lecteurs au cuir tendre et aux nerfs fragiles - à qui je recommande d'emblée de reposer cet ouvrage. (...) Oui, je parle d'un pays où la lecture peut rendre fou. Où les livres risquent de blesser, d'empoisonner et même de tuer. Seul celui qui est prêt à accepter le risque de me lire, à mettre sa vie en jeu pour avoir sa part de mon histoire doit me suivre jusqu'au prochain paragraphe.  (...) Mais ne perdons pas plus de temps et entamons notre périple. Car il s'agit bien d'un voyage qui nous mènera à Bouquinbourg, la Cité des livres qui rêvent."

 

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,