Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

03 février 2011

La mécanique du coeur, Mathias Malzieu

9782081208162FSLa mécanique du coeur est le second roman de l'écrivain et musicien Mathias Malzieu, chanteur du groupe de rock Dionysos, et a été à l'origine d'un projet plus vaste regroupant un CD et des films d'animation en guise de clips.
J'en avais beaucoup entendu parler à sa sortie en 2007, mais il a fallu attendre qu'une lycéenne se plante devant moi en me demandant de le lire pour que je le fasse passer en priorité dans mes lectures...

Édimbourg, 1874. Par la nuit la plus froide de l'hiver, naquit le petit Jack. Sa jeune mère disparaît dans le froid tandis que Madeleine, la sage-femme qui l'a mis au monde, répare son cœur gelé. Pour permettre au petit Jack de vivre, elle lui greffe une horloge à la place du cœur.
Le petit Jack grandit, et cette bizarrerie anatomique l'empêche de se faire adopter par des parents aimants. Le jeune garçon reste avec Madeleine. Jusqu'au jour où il rencontre une petite chanteuse qui chamboule son fragile équilibre et met en péril sa santé : la mécanique de son cœur ne lui permet aucune émotion forte. L'amour lui est interdit !
Mais le jour où la petite chanteuse disparaît sur les routes pour rejoindre son Espagne natale, Jack n'écoute plus son cœur et se lance seul dans un périple amoureux...

Quel joli conte ! J'ai lu d'une traite ce court roman, me laissant entraîner dans cette histoire merveilleuse aux allures de Tim Burton.
Mathias Malzieu écrit très bien (ça, je m'en doutais vus les textes de Dionysos...) et fait preuve d'une étonnante imagination avec ce roman.
Le récit alterne entre fiction et réalité (le petit Jack croise sur son chemin le terrifiant Jack l'Éventreur et Méliès), porté par une ambiance au charme suranné.
L'histoire d'amour entre les deux personnages, Jack et la petite chanteuse, semble être frappée par le sceau de la fatalité... Je n'en dirai pas plus, promis ! Si ce n'est que je vous encourage vivement à le lire...

Edit du 10 février 2014 : en bonus, la bande-annonce 

de Jack et la mécanique du coeur, réalisé par Stéphane Berla et Mathias Malzieu,

sorti le 5 février.

 

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


22 janvier 2011

L'étrange vie de Nobody Owens, Neil Gaiman

9782226189547Voilà un autre de mes livres reçus à Noël et dévoré illico ! Depuis que j'ai commencé à lire les romans de Neil Gaiman, je me découvre petit à petit une passion pour cet auteur à l'imagination hors norme...

Nobody Owens ressemble à n'importe quel enfant... Sauf qu'il vit dans un cimetière et est élevé par les revenants qui y résident depuis que sa famille a été massacrée  alors qu'il était encore un nourrisson.
Au fil des années, le jeune Nobody ne se satisfait plus de l'enceinte du lieu et veut découvrir ce qu'il y a au-delà des grilles du cimetière, malgré les mises en garde de sa famille ectoplasmique. Mais le danger rôde dehors. Et le meurtrier de sa famille n'est pas loin.

J'ai encore une fois dévoré ce roman d'une traite, m'immergeant complètement dans l'univers paradoxalement sombre et rassurant de Neil Gaiman.
L'étrange vie de Nobody Owens est un roman ténébreux à la poésie rare mettant en scène la vie du jeune Nobody, originale à souhait et absolument imprévisible.
Il réside une part d'innocence totalement déroutante dans l'histoire de ce garçonnet entouré de fantômes.
La psychologie des personnages est très bien esquissée et l'auteur dote ses personnages fantômes d'une humanité profonde qui apporte  au roman une densité dramatique certaine.
Encore une fois, Neil Gaiman tient son lecteur en haleine dans cet univers merveilleux aux codes que lui seul détient de manière à ce que ce dernier se pose jusqu'à la dernière page la question de l'identité du meurtrier des parents de Nobody et les raisons de ce meurtre atroce.
Je n'ai pas pu m'empêcher de rapprocher l'histoire de Nobody à celle de Coraline, l'héroïne phare de cet auteur : deux enfants solitaires dans un monde étrange à la fois sombre et enchanteur qui apporte son lot de dangers...
Une très bonne lecture qui confirme mon goût pour les romans de Neil Gaiman.
Un grand merci à mes gentils donateurs de ce roman à Noël, je suis ravie !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [21] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

17 décembre 2010

Peter Pan, James Matthew Barry illustré par Benjamin Carré

couv_PETER_pan_300x334Redécouvrir l'histoire de Peter Pan en album... Chouette ! Moi qui avais salivé devant les illustrations de Benjamin Carré au Salon de Montreuil. Je suis ravie...

L'histoire de Peter Pan est connue de tous : celui qui ne voulait pas grandir, pénètre un soir dans la chambre de Wendy et ses frères pour récupérer son ombre. Il les convainc de les suivre au Pays Imaginaire, et bientôt, tous s'envolent à ses côtés rejoindre les Enfants Perdus et le Capitaine Crochet.

Les dessins de Benjamin Carré, à la fois minutieux et oniriques, sont un appel à la rêverie et illustrent parfaitement l'univers merveilleux inventé par J.M. Barrie.
Ils allient, à chaque page, réalisme et fantaisie, offrant ainsi au texte un écho très intéressant.
J'ai été ravie de découvrir cet album, et bien que je connaisse déjà le texte de J.M. Barrie, le relire avec ces illustrations a été un vrai plaisir. Je regrette seulement qu'il n'y ait pas davantage d'illustrations de B. Carré, vraiment doué dans ce domaine.

Je tiens à remercier une nouvelle fois Inès Adam et les Éditions siteon0_130x51, spécialisées en littérature de jeunesse, pour cette belle découverte !

clochette_305x370  duel2_305x370

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

08 décembre 2010

Lettres du Père Noël, J.R.R. Tolkien

NoelQuand j'ai su que Pocket éditait les lettres que Tolkien a écrites à chaque Noël à ses enfants, durant 23 ans, en se faisant passer pour le Père Noël, et que quinze de ces trente lettres étaient inédites en français, il a été impossible de me raisonner et de résister...

Je me suis absolument régalée à découvrir ce petit livre vraiment magnifique ! Illustré par les dessins de Tolkien et les fac-similés de ses lettres (avec les différentes écritures qu'il a inventées pour ses personnages), chaque page est une découverte réjouissante.
De la simple lettre écrite par le Père Noël en réponse à celles de ses enfants, en 1920 Tolkien brode au fil des ans ses histoires en introduisant des personnages aux côtés du Père Noël : l'Ours Polaire, son adjoint gaffeur, Ilbereth, son elfe secrétaire, les gobelins... Les aventures du Père Noël sont périlleuses et livrer les cadeaux aux enfants malgré les bêtises de l'Ours Polaire et le conflit mondial qui gronde, s'avère parfois difficile.

Onirique à souhait, magique et incroyablement talentueux, ce recueil a fait naître deux sentiments en moi : il a tout d'abord accru mon admiration pour ce linguiste et écrivain hors pair (qui a inventé un alphabet des gobelins pour l'occasion) mais il m'a aussi donné envie de récupérer cette idée s'il y a un jour des enfants dans mon entourage proche (pour la souffler à leurs parents ou m'en occuper moi-même !)

Pour rés
coeurumer, je serai brève : A lire ! A lire !  A lire !   A lire ! ... 
Bien entendu, j'accorde à ce recueil le titre amplement mérité de quatorzième coup de cœur de cette belle année 2010...

fatherxmas_01   tydgtdfg

Conquis ?


Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

12 novembre 2010

Le livre des choses perdues, John Connolly

livre_le_livre_des_choses_perduesUne quatrième qui évoque des similitudes avec Tolkien et Lewis Carroll et une couverture avec ce graphisme, le tout pour un roman de l'écrivain irlandais John Connolly... Il n'en fallait pas plus pour m'allécher !

Londres, au soir de la Seconde Guerre mondiale. Alors que sa mère, à l'agonie depuis quelques temps, décède, le jeune David se retrouve seul avec son père. Lorsque celui-ci se remarie quelques mois plus tard avec Rose, une jeune infirmière qui avait soigné sa mère, le jeune garçon se mure dans une colère et une tristesse indicibles. La naissance de Georgie, fruit de cette union, entérine le mal-être du garçonnet.
Celui-ci se réfugie alors peu à peu dans la lecture, et ne tarde pas à pénétrer dans un univers parallèle inquiétant, né de ses nombreuses lectures, et dans lequel sa mère l'appelle sans cesse...

Je viens de lire d'une traite ce roman, afin de pénétrer dans l'univers onirique et inquiétant à souhait de John Connoly. Et je n'ai pas été déçue !
Mêlant roman d'apprentissage et récit merveilleux, Le livre des choses perdues est un roman enivrant dans lequel on plonge pour n'en ressortir qu'à la dernière page. Empruntant aux contes sa structure et ses personnages - chevaliers, loups, monstres hybrides, chasseresse... - ce roman aborde la question du deuil et de la négation de la mort à travers un univers souvent noir et sanglant. Le jeune héros, David, murit au fil de ses rencontres dans ce monde étrange et progresse dans son acceptation de la mort de sa mère. Il se débarrasse au fil des pages des tocs qui l'enfermaient au quotidien dans une culpabilité croissante.
Une lecture onirique à souhait qui cache une réflexion bien plus profonde sur le sens de la vie. Oui, on aperçoit l'empreinte de Tolkien à travers la cartographie de ce monde parallèle, et celle de Lewis Carroll, plus prégnante, par le glissement (encore une fois) d'un héros enfant dans un univers onirique grâce à un tunnel, mais surtout par le but ultime de l'intrigue : la rencontre avec le monarque de ce royaume étrange. Mais le roman de John Connolly ne souffre pas de ces ressemblances et permet, grâce à une intrigue originale et une réflexion bien menée, de passer un très bon moment de lecture.

Un grand merci àlivraddict et à jailu pour ce roman découvert dans le cadre d'un  partenariat.

Et voici ma septième participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [21] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


27 octobre 2010

Entremonde, Hiromi Goto

Entremonde_Hiromi_Goto

Il y a quelques mois, j'ai eu la chance de gagner ce roman pour la jeunesse à un concours surlivraddict, en partenariat avec les  Éditions baam. Malgré mon récent déménagement, je l'avais mis dans mes cartons, bien décidée à me plonger dans ce cet Entremonde,dont la première de couverture  me rappelait les films de Miyazaki.

Mélanie a quatorze ans. A cause de son surpoids, elle est la risée de ses camarades. Élevée seule par sa mère, elle survit dans une misère précaire que tous ignorent. Un jour, alors qu'elle rentre de l'école, sa mère a disparu sans laisser de trace. Inquiète, Mélanie l'attend, en vain, jusqu'à la nuit. Réveillée par un coup de téléphone, elle apprend que sa mère a été enlevée par un certain M. Gluant. Ce dernier lui donne rendez-vous dans un tunnel d'autoroute. Bien décidée à sauver sa mère, Mélanie se voit propulsée dans l'Entremonde, un univers entre le Monde de la Chair et celui des Esprits où les âmes, une fois leur vie terminée, expient leurs pêchés...

Quelle imagination ! Hiromi Goto nous entraîne dans ce conte merveilleux avec aisance. En 300 pages, elle esquisse les contours d'un univers qui alterne entre onirisme et monstruosité. Cette course folle de Mélanie n'est pas sans rappeler celle d'Alice au Pays des Merveilles, toutes deux pénétrant dans un univers parallèle par un tunnel (vertical pour Alice, horizontal pour Mélanie) et rencontrant dans leur périple des personnages aussi étranges qu'absurdes. Les animaux anthropomorphes et les créatures hybrides foisonnent dans ce conte, le dotant parfois d'un caractère inquiétant. L'univers de Miyazaki n'est pas loin non plus, entre le personnage de la vieille dame qui aide Mélanie et les créatures bizarres à la physionomie changeante que l'héroïne croise.

Je me suis laissée happer par cette plongée dans l'Entremonde, charmée par l'imagination d'Hiromi Goto et suspendue au fil de son intrigue. Un excellent roman pour la jeunesse qui mérite de ne pas passer inaperçu longtemps !

Un grand merci àlivraddict et aux Éditions  baam pour ce concours et cette jolie lecture !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

12 juin 2010

Alice au Pays des Merveilles, Lewis Carroll, illustré par Arthur Rackham

ALICE_couv_241x282Redécouvrir des classiques de mon enfance adaptés en albums ? Ce sont des lectures que j'adore... Surtout quand il s'agit du célèbre Alice de Lewis Carroll, dont la lecture récente avait été un véritable plaisir...

Inutile de résumer ici l'intrigue de cette nouvelle dont la célébrité a supplanté celle de son auteur. Autant s'attacher à vous parler de cette adaptation en album, dotée d'illustrations de l'artiste britannique Arthur Rackham datant de 1907.
De format carré, ce livre est à lui seul un plaisir pour les yeux. Les pages blanc cassé font écho aux illustrations pâles au charme suranné de Rackham qui ne sont pas sans rappeler celles de Mucha ou de Doré.
On se plonge avec délice dans l'histoire d'Alice, oubliant l'interprétation édulcorée et criarde de Disney et ses raccourcis pour profiter pleinement du texte originel et de son célèbre nonsense. La plume de Carroll est autant imaginative que loufoque et c'est en lisant son texte que l'on peut en appréhender toutes les subtilités, et par là-même, le talent.
L'héroïne imaginée par Rackham au début du XXe porte en elle la douceur et l'insouciance de l'enfance tandis que les créatures merveilleuses qu'elle rencontre oscillent entre naturalisme et fantasmagorie.
Qu'il est bon de coeur
s'évader un temps avec les personnages nés de l'imagination de Carroll et portés par les illustrations de Rackham !
Allez, j'avoue, huitième coup de cœur pour moi cet année, que je vous conseille vivement de découvrir. Une petit aperçu de certaines illustrations pour vous donner l'eau à la bouche !


image2_250x357 image1_250x358 chenille 

Je tiens à remercier chaleureusement Inès Adam et les Éditions siteon0_130x51  (Cliquez ici pour découvrir le catalogue de cette maison d'édition spécialisée en littérature de jeunesse) pour cet album et cette belle découverte ! Moi qui ne connaissais pas Arthur Rackham, j'ai devant moi de belles lectures en perspectives (cet artiste a notamment illustré Peter Pan et Les Contes des frères Grimm)

50241489_pJ'inscris cette lecture dans mon Challenge Je lis aussi des albums d'Herisson. 9/11
 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

07 juin 2010

Fablehaven T.2 La menace de l'étoile du soir, Brandon Mull

9782092525647FSConquise par le premier opus de la saga Fablehaven, j'ai décidé de poursuivre ma découverte de ce sanctuaire secret pour créatures merveilleuses avec le deuxième tome, La menace de l'étoile du soir.

Le roman débute à la fin de l'année scolaire, près d'un an après les événements du premier tome. Kendra et son frère Seth ont repris une vie normale mais les deux adolescents sont encore marqués par les événements auxquels ils ont assisté avec leur grand-père.
Dès le début des vacances estivales, ils retournent à Fablehaven pour aider leurs grands-parents dans leur tentative de sauvegarder le sanctuaire face à la menace de la société de l'étoile du soir. A leurs côtés, un maître des potions, un c
ollectionneur d'objets magiques et une chasseuse de créatures maléfiques... Le temps presse ! Il  leur faut préserver l'artéfact caché dans Fablehaven des griffes de l'étoile du soir !

Autant j'ai passé un excellent moment de lecture avec Le Sanctuaire secret, le premier tome de la saga, autant ce deuxième opus m'a déçue. Le début du roman est long, très long, trop long à mon goût. Les deux héros sont au collège et attendent avec impatience la fin de l'année, tel le lecteur qui attend que les péripéties débutent et que l'action se situe de nouveau dans le fabuleux sanctuaire.
L'intrigue met du temps à se mettre en place et se perd en détails souvent inutiles. J'ai cru plusieurs fois que le livre allait me tomber des mains, tant mon entrain s'émoussait au fil des pages.
Les personnages n'ont pas gagné en épaisseur psychologique et voient leurs défauts exacerbés avec cette suite. Seth est toujours aussi inconscient malgré ses erreurs passées et le moralisme associé, tandis que Kendra, sa sœur, est un personnage insipide et fade, dont le caractère ne se révèle qu'à partir de la moitié du roman.
Je me suis ennuyée avec cette lecture, n'y trouvant ni la fraîcheur et la nouveauté du premier tome ni d'intérêt pour l'intrigue manichéenne et simpliste. Le roman semble structuré de façon caricaturale, et la scène finale n'en est que davantage un archétype. Même la révélation du dénouement n'a pas su aiguiser ma curiosité et me donner envie de poursuivre plus loin ma lecture.
C'est vraiment dommage car le premier tome était réellement prometteur, notamment avec cette idée de réserve pour créatures merveilleuses quelles qu'elles soient, bénéfiques ou maléfiques. Son côté à la fois fascinant et innovant avait su me conquérir malgré certaines lourdeurs dans la narration. Avec ce deuxième tome, j'ai eu l'impression de n'avoir que des aspects négatifs et de ne pas retrouver l'imagination et l'attrait du Sanctuaire Secret.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

14 mai 2010

Fablehaven T.1 Le Sanctuaire Secret, Brandon Mull

fablehavenIl y a quelques temps sur la blogosphère, le premier tome de cette saga a fait couler beaucoup d'encre... Laissant passer cet engouement, je me suis intéressée cette semaine au premier tome de la série Fablehaven, ou "refuge des créatures fabuleuses", intitulé Le Sanctuaire Secret.

Alors que leurs parents partent en croisière en Scandinavie Kendra, treize ans, et son frère Seth, onze ans, sont confiés à leurs grands-parents paternels. Leur vieille maison,  au beau milieu de la nature, semble d'un ennui mortel pour les deux adolescents.
Mais des phénomènes étranges se produisent peu à peu et conduisent leur grand-père à leur avouer qu'il est le gardien de Fablehaven, un refuge pour créatures fabuleuses. Fascinés, les deux enfants regardent d'un autre œil la forêt qui environne la propriété, remplie de ces êtres incroyables. Le jour où leur grand-père est enlevé et l'équilibre de la réserve remis en question par une sorcière maléfique, les deux jeunes héros passent à l'action !

Autant le dire tout de suite : j'aurais adoré ce roman plus jeune ! L'univers merveilleux de Brandon Mull n'a certes rien d'innovant puisqu'il a directement puisé dans la fantasy ses personnages, mais il est une invitation à l'évasion et à l'imagination. Les personnages boivent un lait produit par une vache géante pour voir les rares créatures fabuleuses autorisées à se promener dans le jardin de la vieille demeure, telles les fées. Sans ce lait, le jardin semble peuplé d'insectes en tous genres, mais la forêt, où toutes sortes de créatures plus ou moins bienveillantes évoluent, est moins effrayante...

L'intrigue a un schéma assez classique - deux adolescents doivent rétablir un équilibre mis à mal par des forces occultes - et est souvent assez manichéenne, mais fonctionne bien. Les trouvailles de Brandon Mull - notamment l'idée de préserver la diversité des espèces fabuleuses, ode à nos préoccupations actuelles - permet de revisiter l'aspect fantasy du roman. Les ogres côtoient les sorcières, naïades et autres satyres pour mieux vanter l'importance de cette diversité.

Petit bémol à mon goût, la psychologie des personnages qui, si elle est assez bien détaillée,  est parfois assez grossière : je n'ai pas pu m'empêcher d'être agacée par le personnage de Seth, à la fois égoïste et inconséquent. Son attitude donne trop souvent lieu, à mon goût, à des leçons de morale consensuelle dans le roman, donnant à ce dernier un ton édifiant et moralisateur parfois lourd...

Pour conclure néanmoins, j'ai passé un très bon moment de lecture, m'évadant avec plaisir à Fablehaven, et, comme je viens d'acheter le deuxième tome de la série, La menace de l'étoile du soir, vous aurez très vite mon avis sur ce roman !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

09 mai 2010

La Quête d'Ewilan tome 1 : D'un monde à l'autre, Pierre Bottero

9782700231700FSA l'occasion du challenge Livraddict, je m'étais décidée à lire le premier tome de la trilogie La Quête d'Ewilan, imaginée par Pierre Bottero et publiée dès 2002 aux éditions Rageot. 52367353_p Ce qui porte donc à 6/10 ma participation à ce challenge.

Camille est orpheline. Adoptée par une famille riche mais qui lui porte peu d'intérêt, la jeune fille partage sa vie entre le collège et son meilleur ami Salim. A treize ans, l'adolescente est dotée d'une intelligence et d'une vivacité d'esprit rares.
Un jour, alors qu'elle manque de se faire renverser par un camion, elle trébuche et se voit propulsée dans un monde parallèle étrange. L'adolescente a à peine le temps de se relever qu'elle retourne dans le monde qui est le sien, éberluée.

Elle se rend compte alors que ce qu'elle pensait être des bizarreries de son quotidien s'avèrent en réalité être des dons précieux dans cet autre monde. Ainsi, la jeune fille apprend avec Salim à dessiner mentalement des choses et les faire apparaître, ce qui lui sauve la vie lorsqu'ils sont attaqués par des immenses araignées, renvoyant alors les deux adolescents dans ce mystérieux monde parallèle.
Commence alors pour les deux héros une quête plus importante qu'il ne l'imaginait, où le danger n'est jamais loin...

A première vue vous me direz, et je me suis dit la même chose en ouvrant ce roman, cela ressemble fort à ce qu'on trouve en ce moment en littérature adolescente : un jeune héros aux pouvoirs cachés se révèle être tout puissant dans un monde parallèle, réglant par là même les injustices vécues dans le monde réel. Oui, mais... Il y a un mais... Ce schéma est assez classique ces dernières années, de Tara Duncan (qui m'avait littéralement ennuyé) à Percy Jackson en passant par Le livre des étoiles, j'ai effectivement lu beaucoup de romans de ce type ces derniers temps, m'enthousiasmant, il est vrai, assez peu. Et mon choix en littérature pour les ado se portait plutôt sur des titres plus intimistes et risqué (comme Rien de Janne Teller).
Mais, et alors que je partais avec cet a priori assez négatif, la plume de Bottero et son imagination débordante m'ont littéralement conquise !
Les personnages ont une psychologie intéressante sans être ni caricatural ni stéréotypés, l'intrigue captive par son suspense et ses révélations progressives, l'univers imaginé est fascinant... Bref, j'ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec ce premier roman. A tel point que je vais poursuivre ma lecture de cette trilogie, intriguée par la suite des événements !!

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,