Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

21 mai 2013

Incarceron T.1, Catherine Fisher

Incarceron TIncarceron est une série pour la jeunesse écrite par la galloise Catherine Fisher et qui compte à ce jour deux tomes. Ma copine Héloïse m'ayant offert les deux premiers tomes lors du Swap Nouvel An 2012, j'ai décidé de les sortir de ma PAL et de les lire. Une lecture commune a précipité la chose...

Incarceron. Une prison dangereuse et vivante dont on ne s'échappe pas, régie par des luttes et des jeux de pouvoir. Une prison qui possède une âme et qui s'autogère. Finn y est prisonnier, comme bien d'autres, mais tente de s'échapper à tout prix.
De son côté,
Claudia, fille du directeur d'Incarceron, subit une existence qu'elle n'a pas voulue, à l'Extérieur. Promise à un homme qu'elle n'aime pas, la jeune fille cherche à comprendre le fonctionnement d'Incarceron.
Un jour, elle vole une clé à son père et se rend compte qu'elle peut communiquer avec Finn, retenu prisonnier dans la prison, qui possède une clé similaire.

Roman labyrinthique et complexe à souhait, Incarceron plonge le lecteur dans un univers sombre et violent, parfois anxiogène. La construction narrative alternée entre la prison - avec Finn - et l'Extérieur -avec Claudia - dynamise le récit et happe le lecteur. L'intrigue est portée par un rythme très rapide et chaque chapitre amène son lot de rebondissements qui tient le lecteur en haleine.
La prison en elle-même, entité vivante et omnisciente qui interagit avec les prisonniers, est une idée assez fascinante. Une machine dotée de conscience, dominant les prisonniers et prenant certaines décisions est à la fois inquiétante et diablement bien trouvée.
Les deux jeunes héros, Finn et Claudia, subissent tous deux une vie régie par des interditsLectures communes et des règles absurdes et tentent de s'en extirper. L'énergie qu'ils déploient à s'y employer est intéressante et participe de leur psychologie soignée. Catherine Fisher a su imaginer des personnages complexes sans sombrer dans un manichéisme facile.
Je lis de moins en moins de romans pour ado. Peut-être parce que j'en ai beaucoup lu avant et que je me suis lassée du genre. J'ai néanmoins découvert celui-ci avec plaisir. Et si j'ai eu quelques difficultés à le commencer, j'ai maintenant hâte de lire la suite !

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune avec SvCath. Je file voir de ce pas ce qu'elle en a pensé ! D'autres avis : HecleaHéloïse, Nelfe, Mina, etc.

Challenge ABC Babelio 

Ma lettre F du Challenge ABC de Babelio et 1/12 du Challeng'Ô Swap de LadyScar

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


03 avril 2013

Ekhö Monde miroir T.1 New York, Arleston et Barbucci

Ekhö Monde miroir TEkhö est une nouvelle série signée Arleston pour le scénario et Barbucci pour les dessins. Le premier tome, New York, est paru en mars 2013 chez Soleil.    

Alors qu'un vol long courrier à destination de New York est secoué de turbulences et menace de s'écraser, deux de ses passagers se réveillent miraculeusement dans un monde étrange qui semble le miroir du nôtre. L'avion est un énorme reptile, les passagers du vol sont des créatures étranges et si  New York a conservé la topographie qu'on lui connaît, la ville semble être un mélange mi-fantasy mi-steampunk. Fourmille et Yuri, les deux passagers miraculés, ne comprennent pas ce qui leur arrivent. Sont-ils morts ? Rêvent-ils ? Et comment revenir dans leur monde ?

Séduite par les dessins de cet album, j'ai plongé avec plaisir dans cette intrigue d'héroïc-fantasy. L'idée d'un monde parallèle n'est certes pas neuve et fait penser ici au roman Neverwhere de Neil Gaiman, mais Arleston réussit à lui donner une note sympathique et humoristique très appréciable.
L'intrigue se met en place très rapidement et s'ouvre en ramifications prometteuses pour la suite. Le duo de personnages, un brin caricatural, fonctionne bien et le lecteur sait d'entrée que leur répulsion réciproque n'est que le signe d'un amour naissant dans les tomes suivants.
Pour ma part, j'ai toujours été fascinée par les mondes miroirs et leurs possibilités. Le New York présenté dans ce premier tome a su me séduire par sa loufoquerie. Empruntant à diverses époques, l'architecture est soignée et certaines planches sont vraiment de toute beauté. Les détails sont nombreux, l'humour suinte à chaque planche via les dialogues ou les décors et l'ensemble est très agréable à découvrir. L'amie des animaux que je suis a adoré les petits écureuils notaires fous de thé imaginés par Arleston... Oui, je sais, j'ai un côté cucul parfois. 
Je déplore cependant que certains plans soient centrés sur la poitrine de l'héroïne ou les fesses des personnages féminins, ainsi que certaines scènes de strip-tease confèrent malheureusement une touche un brin perverse à cet album. Dommage que les auteurs oublient que leurs lecteurs ne sont pas que des hommes avides d'attributs rebondis.

 Je remercie chaleureusement Bénédicte et les Editions pour cette très belle lecture.

  Voici ma 52e participation
 à la BD du mercredi de Mango
  

    Et ma 41e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 16/20)

  Top BD

             Planche 1 Ekhö Planche 2 Ekhö

Planche 3 Ekhö

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

10 février 2013

Le Cirque des Rêves, Erin Morgenstern

Le cirque des rêves, Erin MorgensternLe Cirque des Rêves est le premier livre de la romancière et artiste américaine Erin Morgenstern. Publié en 2011, ce roman est rapidement devenu un best-seller en Angleterre et aux États-Unis. En cours de traduction dans vingt-neuf pays, il est paru en octobre 2012 en France, aux éditions Flammarion.

Célia et Marco ne se connaissent pas, mais leurs vies sont liées, liées par une étrange compétition dont leurs mentors détiennent les règles. Les deux jeunes gens, illusionnistes de leur état, vont se rencontrer et s'affronter au Cirque des Rêves. Un cirque itinérant noir et blanc qui sera le théâtre de leurs enchantements... et de leur amour.

Vous avez dû remarquer que cela fait quelques temps que j'étais plongée dans ce roman (je ne vous cache plus mes lectures en cours avec ma rubrique "Je suis plongée dans..." dans la colonne de droite). Et s'il a pu sembler à certains que je m'endormais sur ce roman, il n'en est rien. Avec l'hiver, contrairement à d'autres blogueuses, mon rythme de lecture s'est mis en hibernation. Je ne peux pas vraiment vous dire pourquoi, mais juste que je lis drôlement moins vite qu'en temps normal...
Passons. Ce roman m'a littéralement enchantée, malgré le temps que j'ai mis à le lire. Erin Morgenstern a créé un univers onirique - ce fameux cirque - dans lequel je me suis plongée avec délice. J'ai aimé m'imaginer déambulant dans ses allées sinueuses et labyrinthiques, humer le parfum du feu et des différentes confiseries, découvrir ses différents chapiteaux et me laisser entraîner au gré de mon envie, découvrant les artistes fantastiques mais aussi les mises en scènes fabuleuses de chacune des tentes noires et blanches. J'ai aimé imaginer mon propre cirque à partir des descriptions qu'en fait l'auteure, descriptions soignées et poétiques à souhait.
L'intrigue repose sur l'idée d'un combat entre enchanteurs à travers leurs élèves. Rien d'original en soi mais ce roman possède un petit quelque chose qui fait la différence. Et ce petit quelque chose, c'est ce fameux cirque. 
Et si l'intrigue amoureuse est loin d'être une surprise, elle pimente le déroulé de la compétition. Je me suis perdue, parfois, dans la chronologie non linéaire de l'intrigue, pour mieux m'y retrouver ensuite. C'est confus, parfois brumeux, mais finalement cela ressemble à ce cirque vaporeux et fantasmagorique.
Onirique et envoûtant, Le Cirque des Rêves vous emportera dans son sillage, c'est certain. En tout cas, il ne m'a pas laissée insensible et les descriptions d'Erin Morgenstern me hanteront un certain temps. A quand une adaptation ciné ?
D'autres avis : Alice, Bouchon des Bois, Caroline, Stephie...

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors que hier il ne l'était pas. » (p.7)

Un grand merci à ma soeurette pour ce cadeau de Noël !

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

15 septembre 2012

Susine et le Dorméveil T.1 Dans le Monde d'Avant, Bruno Enna et Clément Lefèvre

Susine et le Dorméveil TSusine et le Dorméveil est une série d'albums prévue en trois tomes dont le premier, Dans le Monde d'Avant, est sorti en août 2012 aux éditions Soleil dans la collection Métamorphose.

Susine est une petite fille solitaire, délaissée par ses parents. Heureusement que sa grand-mère est là pour lui raconter des histoires et nourrir son imaginaire fertile ! Mais le jour où celle-ci disparaît, la petite Susine est au plus mal. Elle bascule alors dans un monde merveilleux, le Dorméveil...

Le triptyque Susine et le Dorméveil débute par ce premier tome qui est un vrai régal. Bruno Enna signe ici une histoire riche dans laquelle une enfant incomprise fantasme une réalité bien plus colorée et rassurante que son quotidien. 
Chaque page tournée est un émerveillement. Clément Lefèvre nous offre ici des ambiances chatoyantes, à la fois cosy et fantasques, et un univers singulier très onirique. Alice au Pays des Merveilles n'est pas loin, ni Miyazaki, et c'est avec délice que le lecteur suit le parcours initiatique de cette petite Susine. Le chemin est long pour la jeune héroïne isolée au milieu d'adultes qui ne l'écoutent pas, enfermée dans un quotidien qui l'étouffe plus qu'il ne lui permet de grandir. L'évasion par cet imaginaire fantasmé permet à la fillette d'accomplir son travail de deuil et de se construire et les personnages rencontrées à Dorméveil l'aident dans cette quête.
Un magnifique album, d'une richesse incroyable tant dans son texte et ses trouvailles que dans ses illustrations. A lire sans hésiter et à offrir aux plus jeunes ! Pour ma part, j'attends le deuxième tome avec impatience.

Je tiens à remercier Claire et les Éditions  de m'avoir envoyé cet album magnifique.

Planche 2 Susine et le Dorméveil Planche 3 Susine et le Dorméveil

Planche Susine et le Dorméveil

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

01 juin 2012

Hermux Tantamoq T. 1 Le temps ne s'arrête pas pour les souris, Michael Hoeye

Hermux Tantamoq THermux Tantamoq est une série du romancier américain Michael Hoeye. Le premier tome, Le temps ne s'arrête pas pour les souris, est paru en 2002 chez Albin Michel. A ce jour, la série compte 4 tomes.

Hermux Tantamoq est horloger. Il mène une vie paisible entre son travail, son goût pour le fromage, les pauses café et sa coccinelle, Terfèle. Mais le jour où il apprend la disparition de Linda, une de ses clientes, Hermux revêt sa casquette de détective et se lance à la recherche de la belle aventurière. Mais pour une souris habituée à une vie paisible, une enquête n'est pas de tout repos et les ennuis pointent vite le bout de leur nez...

C'est Faelys qui m'avait tentée, il y a quelques temps, avec ce petit roman jeunesse. Elle évoquait, dans un billet ultérieur, l'hédonisme d'Hermux et sa drôle de manie de remercier la vie.
J'avais aimé cette idée, et m'étais procuré ce premier tome dans la foulée. Et je ne suis pas déçue. Les aventures d'Hermux ont un côté réconfortant et rassurant qu'il est bon de retrouver, parfois. Malgré une enquête mouvementée et de nombreuses péripéties, l'univers d'Hermux retrouve bien vite un équilibre et le calme est restauré. Oui, c'est un peu manichéen, mais c'est bien tourné et l'intrigue fonctionne, emmenant même son lecteur dans une direction assez étonnante...
Le héros, souris de son état, est attendrissant dans ses manies et son quotidien rythmé comme une horloge. Mais ce qui prévaut, c'est sa capacité à saisir chaque minute de bonheur dans son quotidien et s'en délecter. Une véritable ode à l'optimisme que ce roman !
Mon seul regret : ne pas avoir eu ce livre entre les mains plus jeune. Je me serais vraiment régalée... A conseiller donc aux plus jeunes !

Je ne résiste pas à l'envie de vous mettre, en guise de citation, les premiers remerciements à la vie que fait Hermux. Le concept ? Chaque soir, le héros note dans un carnet ce qui a embelli sa journée et remercie pour cela.

"Avant tout, merci pour l'amitié. Merci pour les boutons de manchette. Et pour les alouettes cantatrices costumées en noctuelles de carnaval. Merci pour les salles de théâtre obscures. Et même pour les souricières. Merci pour Terfèle. Pour les draps en coton, les oreillers moelleux et le jus de pomme. Merci pour le fromage." (p.96)

  Pour prolonger cette lecture et en savoir plus sur cet univers merveilleux,
rendez-vous sur
le site officiel d'Hermux.

Hermux

 

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


24 mars 2012

Mary Poppins, Pamela Lyndon Travers

Mary PoppinsMary Poppins est le premier roman de Helen Lyndon Goff, publié sous le pseudonyme de Pamela Lyndon Travers en 1934. Adapté au cinéma en 1964 par les studios Disney avec Julie Andrews dans le rôle titre, ce roman est le premier à mettre en scène la célèbre nurse anglaise. Suivront cinq aventures de Mary Poppins.

Allée des Cerisiers, chez la famille Banks. Katie, la gouvernante des enfants, est partie sans prévenir M. et Mme Banks. Ces derniers, désemparés, rédigent une annonce pour lui trouver une remplaçante. Et par un frais matin bercé par le vent d'est, Mary Poppins fait son apparition dans la famille...

Ayant été bercée par Julie Andrews et ses chansons dans l'adaptation de Disney, j'étais depuis quelques temps taraudée par le roman originel. Dans un premier temps, je me suis rendu compte que l'oeuvre avait supplanté son auteur puisque j'étais incapable de citer de mémoire le nom de cette dernière et que personne autour de moi n'a pu m'aider (pas même ma libraire !)
Cette mince difficulté contournée, j'ai acheté ce livre et j'ai plongé dans ses pages. Et force est de reconnaître que Pamel Lyndon Travers dresse dans son roman un portrait de Mary Poppins moins sympathique que le personnage de Disney. J'ai été déroutée par sa froideur, son égocentrisme et sa suffisance, et je n'ai pas retrouvé la gentillesse et la bonté qui émanaient du personnage de Julie Andrews. Bon, de la part de Disney, je ne suis pas non plus très surprise de cette édulcoration, mais j'ai été assez déroutée par le personnage...  
Au fil des pages, sa froideur s'atténue pour se transformer en rigueur professionnelle, et le brin de folie du personnage émerge. Et le mystère s'épaissit quant à sa réelle identité. Qui est finalement Mary Poppins, qui utilise son jour de congé pour rendre visite à son ami peintre de trottoir ? Cette femme qui ne manque pas une occasion de regarder sa mise dans une vitrine ? Qui fête son anniversaire au zoo en compagnie des animaux ? Qui fait faire le tour du monde aux enfants qui se lèvent grognons, en l'espace de cinq minutes ? Mystère... 
J'ai passé un très bon moment en compagnie des enfants Banks et de leur nannyPamela Lyndon Travers possède une imagination très onirique et développe dans ce roman des archétypes de rêves enfantins : voler, rentrer dans un tableau, rencontrer des animaux qui parlent, etc.  J'aurais aimé lire ce roman plus jeune, car bien des chapitres ne sont pas développés dans le film de Disney et m'auraient séduite.
Une sympathique découverte donc, qui a comblé mes attentes. Une romancière à redécouvrir, pour son univers merveilleux, son humour et son côté un brin désuet.

Je ne résiste pas à l'envie de vous ajouter la bande-annonce du film...


Mary Poppins - Bande-annonce 



Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [19] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

18 janvier 2012

Alice au Pays des Merveilles, David Chauvel et Xavier Colette

AliceAujourd'hui, je vous présente une adaptation en BD du célèbre roman de Lewis Carroll, signée David Chauvel pour l'adaptation du texte et Xavier Colette pour les dessins. Parue en 2010 chez Drugstore, elle a attisé ma curiosité dans les rayons de ma bibliothèque.

L'histoire de la petite Alice est bien connue : un lapin blanc, une folle course-poursuite, des personnages tous plus loufoques les uns que les autres, un procès injuste et de l'absurde à chaque page...

Cet album signe mon retour au rendez-vous hebdomadaire de Mango, que j'ai un peu déserté ces derniers temps. Par manque de temps, justement, mais surtout d'envie. J'ai eu une baisse de lecture ces derniers mois, et en particulier de BD.
Mais me voici de nouveau ! Et ce retour se fait avec un album à l'intrigue facile car connue mais aux dessins audacieux. En alternant avec brio onirisme et noirceur, Xavier Colette nous offre une adaptation très personnelle du roman de Carroll. La petite Alice n'est pas d'une blondeur candide, le Chat du Cheshire est plus inquiétant que jamais et la Reine de Coeur a tout d'une marâtre affamée sortie de l'univers d'Edvard Munch. Très loin des illustrations de John Tenniel, d'Arthur Rackham ou encore de l'univers Disney ! Les planches alternent les compositions et créent une jolie dynamique de lecture.
J'ai aimé me plonger dans cet univers ambivalent, entre rêve et cauchemar, qui fait la part belle au non-sense et à l'absurdité du rêve d'Alice au détriment du côté plus édulcoré souvent dépeint. Un album dans lequel on plonge, telle la jeune Alice de la couverture...


          Alice 1 Alice 2

               Alice 3  Alice 4   

 Et voici ma 32e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 Et ma 23e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 17/20)

Avec un peu de retard, voici les 10 premiers titres
du Top BD des blogueurs du mois de décembre :

 

  1.  Gaza 1956, Joe Saco, Futuropolis   
  2. Persépolis, Marjanne Satrapi, L'Association                         
  3. Maus, Art Spiegelmann, Flammarion                                            
  4. Tout seul, Christophe Chabouté, Vents d'Ouest                       
  5. Les ignorants, Etienne Davodeau, Futuropolis                  
  6. Le journal de mon père, Jiro Taniguchi, Casterman  
  7. Idées Noires, Franquin, Fluide Glacial                                  
  8. Elmer, Gerry Alanguilan, Ca et là                                              
  9. Black Hole, Charle Burns, Delcourt                                 
  10. NonNonBâ, Shigeru Mizuki, Cornélius                                 

...

Pour la suite, rendez-vous chez Yaneck !


Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

14 décembre 2011

Les enfants d’Evernight T.1 De l’autre côté de la nuit, Andoryss et Yang

Le premier tome [d]es Enfants d'Evernight, De l'autre côté de la nuit, est paru chez Delcourt en août 2011.

Londres, 1899. Alors que son père veut l'envoyer à l'orphelinat, Camille s'endort agitée et souhaite ne jamais se réveiller. Son voeu est exaucé en partie, puisqu'au matin, elle se réveille dans un monde étrange, un monde de l'autre côté de la nuit, un monde peuplé de rêves et de cauchemars. Un monde dans lequel, en tant qu'humaine, elle n'a pas le droit de rester. Mais sa venue va bouleverser l'ordre des choses et les règles établies depuis longtemps...

Voilà une intrigue attrayante et bien ficelée ! Établir un parallèle avec le monde des songes n'est pas sans rappeler Miyazaki, et l'antropomorphisme mis en scène abonde dans ce sens, mais qu'importe !
Ce premier tome fonctionne comme une scène d'exposition qui amorce une histoire riche, dans cet univers onirique à souhait proche de l'univers des mangas (notamment dans les graphismes).
J'ai passé un bon moment avec cet album, même si les dessins ne m'ont pas particulièrement touchée et que certains plans et découpages m'ont fortement fait penser à un animé japonais voire à un jeu vidéo du type Final Fantasy. Mais je pense que cette série saura séduire un lectorat avide de héros adolescents et d'univers parallèles merveilleux aux dangers multiples.

Je tiens à remercier   logo2   et les éditions Delcourt  pour cet album reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique.

 Et voici ma 31e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 Et ma 22e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 15/20)

 

La vidéo de la maison d'édition pour présenter l'album.

 

 

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

12 décembre 2011

Petits contes à régler : les cas Rubis C., Gaël Bordet

Le cas Rubis CPetits contes à régler : les cas Rubis C. est un roman paru en février 2011 chez Bayard. Il fait partie des romans que j'ai à lire dans le cadre de mon travail. 

Le Cyclone, organisation secrète, recrute des adolescents afin d'enquêter sur des phénomènes étranges qui surgissent dans les mythes et contes de fées.
Pour sa première mission, Hector est envoyé dans la forêt de Fontainebleau où le Petit chaperon Rouge a été retrouvée inanimée.

L'originalité de ce roman réside dans son intrigue qui prend sa source dans les contes et les traditions orales populaires. Cendrillon, La Belle au bois dormant, le Marquis de Carabas et Barbe Bleue sont ainsi des personnages qui prennent vie sous la plume de Gaël Bordet.
Le mélange entre cet inconscient collectif et une modernité parfois futuriste permet aux personnages adolescents d'être en phase avec notre époque. L'auteur mêle habilement nouvelles technologies et pouvoirs magiques désuets, sur fond d'adolescence aux problématiques multiples. Confiance en soi, émois et personnalités qui s'esquissent font partie intégrante de la psychologie des personnages principaux. Les lecteurs adolescents s'identifieront facilement aux héros de ce roman..
Mais l'intrigue s'essouffle, malgré les multiples rebondissements, et perd son caractère original. J'ai eu l'impression que le rythme s'accélérait au détriment d'une cohérence générale. Les péripéties abondent, tout comme les décès de personnages et les trahisons, et l'intrigue perd en contenance.
En outre, la psychologie des personnages est trop lisse pour permettre aux questionnements des adolescentsLecture pro lecteurs de trouver des réponses ou des éclairages avec cette lecture. Tout est en accéléré, même l'intrigue amoureuse qui éclôt. Cette rapidité de traitement met en exergue une superficialité de fond fort dommage. Même l'univers merveilleux, entre contes et modernité, se perd dans les méandres de cette intrigue alambiquée.
En définitive, ce roman commence très bien et possède un potentiel qui s'effrite au fil des pages. C'est bien dommage ! Surtout que vue la longueur, bien des lecteurs risquent de se perdre dans cette histoire.

J'inscris cette lecture comme onzième participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

18 novembre 2011

La source aux étoiles, Marie-José Segura

La source aux étoilesLa source aux étoiles est le second roman de Marie-José Segura, paru en juin aux Éditions Mic-Mac. Souvenez-vous, je vous avais parlé il y a quelques temps du Monde des Songes, premier opus des aventures des lutins de Marie-José Segura...

Le lutin Odin raconte à ses petits-enfants un pan de sa vie. Tout débute le jour où Cantalérus, le père d'Armia, son épouse, est enlevé par un étrange botaniste inventeur de lunettes spéciales permettant de voir les elfes. Armée de courage, la jeune Armia est prête à toute pour sauver son père des griffes des humains et part à l'aventure ! Mais elle n'est pas au bout de ses surprises...

Après Le Monde des Songes, ce nouvel opus de Marie-José Segura nous entraîne à nouveau dans un univers onirique à souhait. Les chapitres se succèdent rapidement et l'intrigue progresse à grands pas.
J'ai suivi avec plaisir les pérégrinations d'Armia et de ses acolytes. Les rebondissements sont nombreux et les périls bien grands pour les petites créatures. Mais l'entraide et l'amitié permettent aux personnages de surmonter les plus grandes difficultés.
La source aux étoiles
est un roman parfait pour les jeunes lecteurs en quête de merveilleux et dont l'imaginaire ne demande qu'à être stimulé. Même si certains personnages sont identiques au Monde des Songes, ces deux romans peuvent se lire indépendemment sans aucun problème de compréhension. L'auteure accorde en effet un grand soin à la description de l'univers féerique qu'elle a imaginé pour permettre aux plus jeunes une représentation très détaillée de ce dernier.

Pour terminer, bravo pour le visuel de la couverture, parfait pour illustrer les aventures des elfes et des lutins intrépides !
Je tiens à remercier Marie-José Segura pour ce roman et les Éditions Mic-Mac pour l'exemplaire que j'ai reçu.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce roman et prolonger votre lecture,
allez jeter un oeil
au blog qui lui est consacré.

La source aux étoiles

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,