Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

25 février 2017

Outlander T.2 Le Talisman, Diana Gabaldon

Outlander TLe Talisman est le deuxième tome de la série Outlander (ou encore Le Chardon et le Tartan ou Le Cercle de pierre) imaginée par Diana Gabldon dans les années 1990 et remis dernièrement sur le devant de la scène par son adaptation en série télé.

1968. Frank, le mari de Claire, vient de mourir. Cette dernière retourne en Écosse avec leur fille, Brianna, afin de chercher des traces de son passé. Celle qui a voyagé dans le temps grâce à un cromlech se souvient de son incursion dans le 18ème siècle écossais aux côtés de Jamie, un Highlander dont elle est tombée follement amoureuse et avec qui elle a fuit à Paris, à l'époque de Louis XV. Déterminés à empêcher la rébellion jacobite et l'accession au trône de Charles-Edouard Stuart , Jamie et Claire infiltrent la société mondaine parisienne pour éviter une répression sanglante dans les Highlands.

Souvenez-vous, j'avez adoré le premier tome des aventures de Claire et Jamie le mois dernier. Et j'ai naturellement continué sur ma lancée dans cette saga, avide de découvrir la suite des aventures de ce duo britannique dans l'Écosse de 1745.  Mais je dois avouer que le début de ce second tome a eu raison de mon enthousiasme, Diana Gabaldon décidant de planter son intrigue en 1968 et de délaisser le voyage dans le temps cher à mon coeur. Passé le premier moment de déception (j'adore la lande écossaise rabattue par les vents et les Highlanders et leur finesse légendaire, c'est vrai !), j'ai poursuivi ma lecture avec curiosité. Et force est de constater que l'auteure maîtrise son sujet à la perfection. En construisant son intrigue de la sorte, elle parvient à distiller un suspense dès les premiers chapitres et d'enferrer son lecteur dans les méandres de l'histoire. Les lieux se mélangent, les époques aussi, et le voyage dans le temps, au coeur de l'intrigue, prend toute sa dimension. Pourquoi Claire est-elle revenue dans le présent ? Et qui est donc Brianna ? Voilà des questions que le lecteur se pose très rapidement...

Les personnages gagnent en épaisseur psychologique, la romance en intensité, la trame historique est toujours aussi riche et bien traitée et l'ensemble fonctionne très bien. Je ressors de ces 950 pages enchantée, bercée par le vent écossais, sentant dans mon nez les effluves de whisky qui hantent ces pages et je n'ai qu'une envie : y retourner ! Je vais certainement intercaler quelques lectures entre la fin de ce tome et le suivant, mais je ne vais pas trop tarder : Claire et son bel écossais commencent déjà à me manquer !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,


12 janvier 2017

Outlander T.1 Le chardon et le tartan, Diana Gabaldon

Outlander T

Le Chardon et le tartan est une série imaginée par la romancière américaine Diana Gabaldon débutée en 1991. Popularisée par sa récente adaptation en série télévisée, la saga - appelée aussi Outlander ou Le Cercle de pierre - mêle à la fois le roman historique, le fantastique et la romance. 

Inverness, Ecosse, 1945. Claire, vingt-sept ans, revient du front où elle a servi en tant qu'infirmière et profite de quelques jours de retrouvailles avec son mari, Frank. Mais alors qu'elle découvre les environs, Claire est aspirée par un étrange mégalithe et se retrouve catapultée en 1743, alors que la guerre fait rage entre les anglais et les écossais. Déboussolée par ce voyage dans le temps, la jeune femme est sauvée par des Highlanders des griffes de Jonathan Randall, illustre et violent aïeul anglais de son mari. Claire impressionne rapidement les écossais par ses connaissances médicales, utiles sur le champ de bataille et fait la connaissance de Jamie, un Highlander un peu bourru et têtu. 

Complètement sous le charme de l'Ecosse depuis mon voyage en 2014, je ne pouvais que succomber à cette série, découverte par hasard en naviguant sur Netflix. J'ai hésité à la regarder mais j'ai décidé de commencer par le roman. Et j'ai rudement bien fait ! J'ai dévoré les 850 pages de ce premier tome durant les vacances de Noël, ayant moi aussi l'impression de voyager dans le temps, comme Claire, et d'être à ses côtés dans les Highlands en 1743. Diana Gabaldon esquisse dans ce premier tome les contours d'une intrigue des plus riches et documentées. L'histoire est abordée à travers le personnage de Frank, le mari de Claire, mais aussi par les événements que l'héroïne est amenée à vivre. L'Ecosse est un personnage à part entière, faisant l'objet de belles descriptions de sa nature, ses saisons ou encore ses moeurs. 

C'est bien simple : j'ai été complètement happée par cette histoire de voyage dans le temps, secouée comme Claire par la violence du 18ème siècle et ses problématiques, sous le charme moi aussi des écossais qu'elle rencontre, partagée qu'elle est entre la volonté de rentrer à son époque et de changer le cours du temps par sa connaissance des événements futurs. 

Difficile de ne pas trop en dire sur cette intrigue dense et riche. Je n'aurais qu'un conseil : venez nous rejoindre sous la bruine écossaise, au milieu des rébellions jacobites de la première moitié du 18ème. Vous ne serez pas déçus de ce voyage dans le temps... En attendant, moi je suis d'ores et déjà plongée dans le deuxième volet des aventures de Claire ! 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,

20 octobre 2016

La prophétie de Glendower T.1, Maggie Stiefvater

La prophétie de GlendowerLa Prophétie de Glendower est le premier tome d'une quadrilogie imaginée par la romancière et illustratrice américaine  Maggie Stiefvater, paru en 2013 chez Blackmoon.

Blue, seize ans, vit entourée de mediums. Toutes les femmes de sa famille possèdent un don pour l'art divinatoire. Toutes sauf Blue, qui exacerbe par sa présence le don des autres, sans n'en posséder aucun elle-même. Depuis qu'elle est petite, toutes ces voyantes se sont accordées sur un point : si Blue embrasse l'amour de sa vie, il mourra. Cette prophétie bien ancrée en elle, Blue renonce donc à tomber amoureuse. Jusqu'au jour où elle rencontre un groupe de garçons d'une prestigieuse école. Quatre garçons mus par le même objectif : trouver la dépouille du prince gallois Glendower. A la tête de ce groupe, Gansey, dont Blue a vu apparaître le fantôme lors d'une cérémonie la veille de la Saint-Marc. La jeune fille est troublée car un esprit se manifeste dans deux situations précises : soit il est l'amour de sa vie, soit elle est la cause de sa mort. Horrifiée par cette signification, Blue se greffe à  la quête des garçons pour découvrir les lignes de ley et le tombeau de Glendower et éviter que la prédiction ne se réalise.

Si vous me connaissez un tant soit peu, vous savez que ce livre n'avait aucune chance de croiser ma route. Et quand je dis aucune, je pèse mes mots. Je lis peu de young adult (je le fais essentiellement pour mon travail), la première de couverture laisse entendre une romance un peu mièvre et éculée et la maison d'édition fait partie de celles vers lesquelles je ne vais pas spontanément. Je n'ai rien contre Black Moon, cela va sans dire, mais leur ligne éditoriale ne me correspond pas du tout et le fait que ce texte soit publié chez eux m'aurait fait passer à côté. Heureusement, une collègue du club lecture du lycée (merci Amélie !) a fait l'apologie de ce texte qu'elle lisait l'année dernière en anglais, et j'avais été intriguée par son enthousiasme. Elle avait ajouté que l'édition française pouvait faire passer inaperçu ce roman, le noyant parmi des bluettes de bit-lit et des romances adolescentes et que ça serait fort dommage. Ce n'était bien entendu pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Sitôt que j'en ai eu l'occasion, j'ai acheté ce roman pour le CDI de mon lycée, et en bonne documentaliste que je suis, je me suis octroyé la primeur de sa lecture. Et j'ai rudement bien fait ! Effectivement, passez outre la couverture très Twilight, le sous-titre "Si elle embrasse l'amour de sa vie, il mourra" et partez à la découverte de ce texte extrêmement bien construit et à l'intrigue des plus prometteuses !

Maggie Stiefvater soigne le début de sa quadralogie en plantant un décor solide à l'ambiance léchée et en prenant le temps d'y installer ses personnages. Ces derniers sont bien loin d'être des caricatures de personnages adolescents et possèdent une psychologie fine que l'auteure dépeint avec attention. La narration à la troisième personne change de point de vue et permet de passer d'un personnage à l'autre, balayant ainsi le spectre de leurs préoccupations. C'est subtil, intelligent et tout se tient. L'apport historique lié au personnage de Glendower est d'autant plus intéressant et offre à la quête des quatre Corbeaux - Gansey et ses amis, surnommés ainsi car le corbeau est l'emblème de leur école - une visée culturelle intéressante.

L'intrigue se met en place doucement, chaque élément s'emboîtant patiemment jusqu'à ce que le tout s'accélère brusquement, vous empêchant de reposer le livre. C'est simple : moi qui peine à poursuivre les séries (je préfère de loin les titres isolés à quinze tomes d'une série qui n'en finit pas), une fois reposé ce roman, je n'ai eu d'autre choix que d'emprunter la suite (que j'avais heureusement achetée pour le CDI). Donc en gros, oui on dirait une romance de fantasy, oui la maison d'édition laisse sous-entendre ça mais que nenni : foncez ! Vous allez découvrir un texte étonnant, mêlant histoire et problématiques adolescentes et sociales, loin des poncifs du genre et vous n'aurez plus envie de le lâcher.

 Voici ma deuxième participation au Challenge Halloween organisé par Hilde et Lou !

image

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

13 janvier 2016

La Cité des dieux sauvages, Isabel Allende

La Cité des dieux sauvagesLa Cité des dieux sauvages est le premier tome d'une trilogie de romans jeunesse écrits par l'écrivaine chilienne Isabel Allende, paru en 2003 chez Grasset.

Sa mère gravement malade, Alexander Cold est envoyé chez sa grand-mère paternelle à New York. Pour l'adolescent, la découverte de la ville et la vie avec cette femme excentrique et froide est un choc. Mais il apprend bien vite qu'il doit suivre celle-ci, en plein coeur de l'Amazonie, pour se lancer sur les traces d'une créature gigantesque, probablement humanoïde, qui sème la mort sur son passage. Alex et sa grand-mère se joignent alors à l'expédition dirigée par un célèbre anthropologue et se lancent à la poursuite de la Bête. Alex n'est pas au bout de ses surprises.

Cela faisait quelques temps que j'avais envie de découvrir l'oeuvre d'Isabel Allende - et notamment La maison aux souvenirs - et l'occasion m'a été donnée il y a peu de découvrir ce roman, offert pour l'achat de deux autres.
Originellement destiné à un lectorat adolescent, ce premier tome combine tous les ingrédients d'un roman d'aventure : un jeune héros qui sort de son environnement habituel, une quête, un danger qui rôde sous la forme de cette étrange créature, des péripéties en chaîne et un suspense croissant quant à la loyauté des membres du groupe. La quête initiatrice est là, elle aussi, et possède des relents de Jules Verne. 
Si l'intrigue est bien ficelée, ce roman s'apparente néanmoins clairement à une cène d'exposition et joue parfaitement son rôle de premier tome d'une trilogie. Isabel Allende distille ce qu'il faut comme détails pour offrir à sa série une densité intéressante, tout en permettant à ce premier tome de fonctionner de façon indépendante.
Si j'ai apprécié l'ensemble (j'adore absolument tout ce qui a trait aux expéditions scientifiques, témoignage évident de mon désir secret de jouer à Indiana Jones !),
je n'ai pas été séduite au point de souhaiter poursuivre la lecture de cette trilogie. Cela tient peut-être à mon absence relative de goût pour les romans en série, ou au fait que le charme n'a pas opéré autant que je l'aurais souhaité avec cette intrigue et ses personnages. Je persiste néanmoins dans ma volonté de découvrir La maison aux esprits et le reste de l'oeuvre de cette auteure.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

10 février 2013

Le Cirque des Rêves, Erin Morgenstern

Le cirque des rêves, Erin MorgensternLe Cirque des Rêves est le premier livre de la romancière et artiste américaine Erin Morgenstern. Publié en 2011, ce roman est rapidement devenu un best-seller en Angleterre et aux États-Unis. En cours de traduction dans vingt-neuf pays, il est paru en octobre 2012 en France, aux éditions Flammarion.

Célia et Marco ne se connaissent pas, mais leurs vies sont liées, liées par une étrange compétition dont leurs mentors détiennent les règles. Les deux jeunes gens, illusionnistes de leur état, vont se rencontrer et s'affronter au Cirque des Rêves. Un cirque itinérant noir et blanc qui sera le théâtre de leurs enchantements... et de leur amour.

Vous avez dû remarquer que cela fait quelques temps que j'étais plongée dans ce roman (je ne vous cache plus mes lectures en cours avec ma rubrique "Je suis plongée dans..." dans la colonne de droite). Et s'il a pu sembler à certains que je m'endormais sur ce roman, il n'en est rien. Avec l'hiver, contrairement à d'autres blogueuses, mon rythme de lecture s'est mis en hibernation. Je ne peux pas vraiment vous dire pourquoi, mais juste que je lis drôlement moins vite qu'en temps normal...
Passons. Ce roman m'a littéralement enchantée, malgré le temps que j'ai mis à le lire. Erin Morgenstern a créé un univers onirique - ce fameux cirque - dans lequel je me suis plongée avec délice. J'ai aimé m'imaginer déambulant dans ses allées sinueuses et labyrinthiques, humer le parfum du feu et des différentes confiseries, découvrir ses différents chapiteaux et me laisser entraîner au gré de mon envie, découvrant les artistes fantastiques mais aussi les mises en scènes fabuleuses de chacune des tentes noires et blanches. J'ai aimé imaginer mon propre cirque à partir des descriptions qu'en fait l'auteure, descriptions soignées et poétiques à souhait.
L'intrigue repose sur l'idée d'un combat entre enchanteurs à travers leurs élèves. Rien d'original en soi mais ce roman possède un petit quelque chose qui fait la différence. Et ce petit quelque chose, c'est ce fameux cirque. 
Et si l'intrigue amoureuse est loin d'être une surprise, elle pimente le déroulé de la compétition. Je me suis perdue, parfois, dans la chronologie non linéaire de l'intrigue, pour mieux m'y retrouver ensuite. C'est confus, parfois brumeux, mais finalement cela ressemble à ce cirque vaporeux et fantasmagorique.
Onirique et envoûtant, Le Cirque des Rêves vous emportera dans son sillage, c'est certain. En tout cas, il ne m'a pas laissée insensible et les descriptions d'Erin Morgenstern me hanteront un certain temps. A quand une adaptation ciné ?
D'autres avis : Alice, Bouchon des Bois, Caroline, Stephie...

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors que hier il ne l'était pas. » (p.7)

Un grand merci à ma soeurette pour ce cadeau de Noël !

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

11 novembre 2011

Le rocher de Montmartre, Joanne Harris

le rocher de montmartreLe rocher de Montmartre (Lollipop Shoes) de Joanne Harris est la suite de Chocolat, qui fut l'objet d'une adaptation cinématographique par Lasse Hallström en 2000, avec Juliette Binoche et Johnny Depp dans les rôles titres.

Cinq ans ont passé depuis Chocolat. Ayant quitté Lansquenet, Vianne et sa fille, Anouk, se sont installées à Montmartre avec Rosette, l'enfant que Vianne a eu entre temps.
Vianne, en mère protectrice, a cessé toute forme de magie et de sortilèges. Pour paraître normale. Pour se faire accepter. Pour ne plus fuir avec ses enfants et s'installer une bonne fois pour toutes. Vianne Rocher devient ainsi Yanne Charbonneau, Anouk, Annie, et le passé est enterré.
Mais le destin bascule lorsque Zozie de l'Alba croise la route de la mère et de ses filles. La jeune femme exubérante, spécialisée dans l'usurpation d'identité, flaire le mystère de leur passé et tente coûte que coûte de lever le voile sur celui-ci.

J'avais adoré Chocolat. Son ambiance, frôlant le conte, son aspect intemporel, son microcosme à Lansquennet et sa chocolaterie, bien sûr !
J'ai aimé retrouver cette ambiance si particulière dans Le rocher de Montmartre. Et pourtant, je n'aime pas Montmartre, trouvant le quartier artificiel et touristique. Joanne Harris réussit avec brio à nous emmener dans un univers à part, comme elle sait si bien le faire, univers qui, s'il est ancré temporellement, possède néanmoins un souffle fabuleux. Le conte n'est jamais loin et le merveilleux point.
Et pourtant... Et pourtant c'est Paris, avec ses aspects positifs comme négatifs que l'auteure ne nie pas. Et pourtant Anouk est pré-adolescente et subit les inconvénients de cet âge, moqueries et autres intolérances, et se détache progressivement de sa mère. Et pourtant Yanne renie tout ce qu'elle a été et a perdu de son insouciance en devenant une mère attentive à Anouk et Rosette, son enfant un peu spéciale, qui vit dans son monde et ne parle pas. Et pourtant l'époque suinte à coup de nouvelles technologies et le souffle nostalgique qui bruissait dans le premier opus s'est envolé...
Mais le charme opère quand même. Sans se détacher réellement de l'intrigue de Chocolat, Joanne Harris nous offre ici une suite foncièrement différente mais porteuse des mêmes valeurs - entraide, amitié, etc. -, le tout porté bien entendu par l'amour des sucreries. Vianne rénove complètement la chocolaterie dans laquelle elle travaille, et, avec l'aide de Zozie, conquiert un petit cercle d'habitués qui trouvent refuge dans ce minuscule cocon aux douces senteurs. Il fait bon vivre dans le Montmarte de Joanne Harris, microcosme à l'image du Lansquennet du précédent roman, et c'est avec plaisir que j'ai tourné les pages de ce livre. L'alternance de points de vue - trois narrateurs prennent en charge la narration : Vianne, Anouk et Zozie - symbolisée par des lames de tarot en début de chapitre, jette un voile de mysticisme sur cette intrigue qui en est déjà bien teintée.
Malgré un dénouement assez fantasque et qui détonne avec le reste de l'intrigue, ce roman m'a vraiment Lectures communesconquise. Le plaisir de la découverte de l'univers de Joanne Harris en moins, par rapport à Chocolat.

"La mort est une chose banale. La vie, par contre, est un miracle quotidien. Notre existence est une chose merveilleuse. Notre hymne à la vie est d'accepter sans restriction ce miracle-là." (p.54)

Le rocher de Montmartre était une lecture commune avec L'or des chambres, Tiphanie et Fransoaz. Je vais de ce pas voir leurs avis !

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,