Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




10 septembre 2011

Pierre de lune, Wilkie Collins

9782859405526Pierre de lune, publié pour la première fois en 1868 dans la magazine All the year around, est le roman qui rendit célèbre Wilkie Collins, célèbre au point de rendre jaloux son grand ami Charles Dickens.

Le récit commence en 1799, lors de la prise de la ville indienne Seringapatam par les anglais. Un des militaires dérobe la pierre de lune, une pierre qui aurait été incrustée dans le front d'une divinité personnifiant la Lune. Mais une malédiction pèse sur cette pierre : quiconque la dérobe verra sa vie et celle des ses descendants devenir un cauchemar.
En 1848, la famille Verinder, noble famille du Yorkshire, descendante du militaire voleur, voit sa vie bouleversée par l'arrivée du diamant. Les conséquences malheureuses s'enclenchent dès lors pour la punir.

J'ai découvert Wilkie Collins grâce à Cryssilda et à son challenge dont je reparlerai plus bas. J'avais lu en novembre dernier Voie sans issue (ou L'abîme), un roman écrit à quatre mains avec son grand ami Charles Dickens.
Pierre de lune
était donc le premier livre que je lisais de Wilkie Collins. Et quelle découverte ! Je me suis laissée happer par cette intrigue à tiroirs. L'idée de génie de Collins est de confronter son lecteur à un crime - le vol de la Pierre de lune - et de ne pas proposer une narration surplombée par un narrateur unique mais de faire se succéder plusieurs narrateurs.
En effet, ce sont les membres de la famille Verinder et leurs proches qui racontent tour à tour ce qu'ils ont vu au moment des faits et prennent en charge le récit. Or, en lectrice assidue de romans policiers, je ne suis jamais certaine de ce que je lis quand il s'agit d'un personnage qui raconte des faits dont il a été témoin. Tout le monde est suspect. Le doute s'installe pour ne jamais repartir et la lecture s'étire en amenant toujours plus de questions. Où s'arrêtent les faits, où commencent les mensonges ? Et qui se dissimule derrière un masque ? Mystère...
Wilkie Collins entraîne son lecteur dans cette histoire de vol riche en rebondissements portée par une plume protéiforme très intéressante. Selon le personnage qui prend en charge le récit, Collins lui attribue plus ou moins d'humour, de facilité à raconter, de digressions, etc. ce qui dynamise grandement la narration.
Il y en a trop à dire, et pourtant, c'est difficile de ne pas gâcher la découverte de ce texte... Pierre de Lune est un roman vraiment extraordinaire, que certains considèrent comme précurseur du roman policier moderne, dans lequel on se plonge avec délice. Impossible de reposer ce livre tant son pouvoir hypnotique vous  happe dès les premières pages. Attendez-vous à du grand, à du très grand, si vous ouvrez ces pages.coup de coeur 2011
Vous l'aurez deviné depuis bien longtemps, Pierre de lune est un véritable coup de coeur pour moi. Un coup de coeur tel que mes lectures suivantes ont eu moins de saveurs... J'ai heureusement d'autres romans de Wilkie Collins dans ma PAL pour étancher ma soif d'émotions comme celles-ci...

"Il en faut peu pour pleurer quand vous êtes jeune et que vous entrez dans la vie. Il en faut encore moins quand vous êtes vieux et que vous êtes sur le point de la quitter." (p.180)

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune avec Céline.

Lectures communes

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,


15 août 2011

Raison et sentiments, Jane Austen

Raison et sentimentsParu en 1811 de façon anonyme, Raison et sentiments (Sense and sensibility) est le premier roman de Jane Austen et l'un de ses plus connus.

A la mort de son mari, Mrs Dashwood et ses filles se trouvent privées de leur héritage. Forcées de quitter leur domaine de Norland, elles trouvent refuge à Barton Cottage, dans le Devon. Les réceptions se succèdent, ainsi que les invitations. Si Elinor, l'aînée, reste fidèle à Edward, rencontré avant son départ de Norland, Marianne, la benjamine, tombe rapidement sous le charme de John Willoughby. Et les deux soeurs souffrent rapidement des affres de l'amour et de ses caprices. Tout n'est pas calme, dans le Devon..

J'ai lu il y a peu Orgueil et préjugés, et si j'avais adoré découvrir la verve de Jane Austen et sa critique sociale féroce, je dois avouer que le charme a moins opéré ici.
L'intrigue de ce roman possède de grandes similitudes avec Orgueil et préjugés - des jeunes filles à marier issues d'une petite bourgeoisie désargentée - ainsi qu'avec la vie-même de Jane Austen. Peut-être ai-je lu ces romans de façon trop rapprochée ? Peut-être ne suis-je pas assez patiente ces derniers temps pour supporter sans grincer des dents les personnages de Jane Austen, dont les seuls remous de l'existence semblent se résumer à leur vie affective ô combien tumultueuse ? Peut-être aussi que j'ai moins perçu dans ce roman l'ironie de la femme de lettres anglaise et que les personnalités qu'elle a décortiquées m'ont moins concernée que dans son précédent roman ? Toujours est il que je n'ai pas vraiment été passionnée par cette lecture aux relents parfois mièvres... Je comprends et conçois l'attrait que les romans de Jane Austen peuvent exercer sur certain(e)s lecteurs/rices, mais je pense que le moment était vraiment mal choisi pour moi pour me lancer dans cette lecture et l'apprécier, peut-être, à sa juste valeur.
Sans en nier les qualités littéraires évidentes, je ne peux décemment pas ériger ce roman en grand souvenir de lecture estivale ni le faire entrer dans le panthéon littéraire des oeuvres qui auront marqué mon parcours de lectrice. Une relecture, peut-être, me fera changer d'avis... ou pas ! Lectures communes

Raison et sentiment était une lecture commune avec : Cynthia, Marion, Sofynet, Mélusine, L'Ogresse de Paris, Frankie, Reveline, Sabbio et Missycornish.

Et comme ce roman a donné lieu à un grand nombre d'adaptations cinématographiques, j'inscris tout naturellement cette lecture comme septième participation au Challenge de Will La littérature fait son cinéma.

Et parce que j'adore Hugh Grant, je ne résiste pas à la tentation d'insérer la bande-annonce du film réalisé en 1996 par Ang Lee.

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

19 juin 2011

Calendrier des lectures communes

Lectures communesJ'inaugure un billet récapitulant mes lectures communes, que je mettrai à jour au fil du temps.

Si vous désirez vous inscrire à l'une d'elles, n'hésitez pas à le faire en me laissant un commentaire.

Et si vous souhaitez en proposer une nouvelle, allez jeter un coup d'oeil à ma PAL !

Edit : Devant de trop nombreux abandons en silence, voire de retards sans explication, les lectures communes ont moins de saveur pour moi...
L'idée étant de partager à un instant t un livre, merci de ne vous inscrire que si vous voulez vraiment le lire. Et en cas de retard, merci de me contacter (nous publierons ensemble notre billet plus tard). Sinon, les lectures communes n'ont de communes que leur appellation...

 

  • 23 avril 2011 : Le Mandala de Sherlock Holmes de Jamyang Norbu avec Hilde
  • 27 avril 2011: India Dreams T.3 de Maryse et Jean-François Charle avec L'Ogresse de Paris et Hilde
  • 7 mai 2011: Noces indiennes de Sharon Maas avec Elea 23
  • 2 juin 2011: Une passion indienne de Javier Moro avec Elea 23
  • 16 juin 2011: Geisha d'Arthur Golden Golden avec Yoshi73
  • 25 juin 2011 : Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes avec Cynthia, Emma et Marion
  • 10 juillet 2011 : Blonde de Joyce Carol Oates avec L'Ogresse et c.l!ne
  • 15 août 2011 : Raison et sentiments de Jane Austen avec Cynthia, Marion, Sofynet, Mélusine, L'Ogresse de Paris, Frankie, Reveline, Sabbio et Missycornish
  • 10 septembre 2011 : Pierre de Lune de Wilkie Collins avec Céline
  • 15 septembre 2011 : Tokyo de Mo Hayder avec Manu, estellecalim, Canel et Sophie
  • 8 novembre 2011 : Le rocher de Montmartre de Joanne Harris avec L'or des chambres, TiphanieMango et Fransoaz
  • 22 janvier 2012 : Argentina, Argentina... de Christophe Léon avec Eidole
  • 1er avril 2012 : Tarja de Jean-Noël Sciarini avec Eidole
  • 15 mai 2012 : Julie & Julia de Julie Powell avec CottageMyrtille
  • 15 octobre 2012 :  L'Historienne et Drakula T.1 d'Elizabeth Kostova avec CottageMyrtille
  • 11 novembre 2012 :  L'Historienne et Drakula T.2 d'Elizabeth Kostova avec CottageMyrtille 
  • 13 décembre 2012 :  Tante Mame de Patrick Dennis avec Manu
  • 31 janvier 2013 :  La Dame en Blanc de Wilkie Collins avec CottageMyrtille (je suis très très en retard !)
  • 21 mai 2013 : Incarceron T.1 de Catherine Fisher avec SvCath
  • 30 septembre 2013 : Pompéi de Maja Lundgren avec CottageMyrtille
  • 30octobre 2013 : Firmin
    Savage, Sam Firmin, autobiographie d'un grignoteur de livres - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2011/05/01/21017395.html#sthash.awtKi1Bw.dpuf
    , autobiographie d'un grignoteur de livres de Sam Savage avec CottageMyrtille annulé ==> abandon de lecture
  • 28 novembre 2014 :
    Retour à Little Wing,
    Retour à Little Wing de Nikolas Butler avec Tiphanie
    Pompéi de Maja Lundgren

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [36] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

16 juin 2011

Geisha, Arthur Golden

GeishaGeisha est le livre qui a rendu célèbre le romancier américain Arthur Golden. Publié aux États-Unis en 1997, il s'est vendu à plus de 4 millions d'exemplaires en anglais avant d'être adapté au cinéma en 2005 par Rob Marshall. J'avais vu et aimé ce film. J'ai eu envie de lire le roman originel.

Chiyo a neuf ans lorsqu'un marchand l'arrache à sa maison ivre, perchée sur une falaise. Sa mère est mourante, son père, trop pauvre pour les élever, elle et sa soeur. Elles sont donc vendues à Kyoto. La petite Chiyo se retrouve seule, à servir dans une okiya, lieu de vie des geishas. La vie est dure pour elle : ses incroyables yeux gris attisent la haine d'Hatsumomo, la geisha qu'elle sert, mais suscitent l'admiration des autres. Dans cet univers impitoyable, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale, la jeune fille va suivre à la lettre les instructions de celle qui va la faire devenir geisha, Mameha. Cérémonies du thé, danses et musiques sont au programme.

Quel roman ! Je n'avais que quelques images en tête en souvenir du film de Rob Marshall. J'ai donc pu débuter cette lecture comme si je ne connaissais pas l'histoire.
Je me suis laissé emporter dans ce Japon d'entre-deux guerres, bercée par le quotidien de ces femmes fantasmées autant que jalousées. Je connaissais beaucoup d'éléments de la vie des geishas, depuis ma lecture de Mon journal de Geisha de Komono, le récit vrai d'une jeune geisha de Kyoto, mais j'ai aimé me plonger dans le destin fictif de Chiyo, devenue Sayuri une fois geisha.
La discipline imposée à ces jeunes filles dès leur plus jeune âge, leurs obligations envers leurs clients, la fatigue de leur train de vie... Arthur Golden dévoile ici un pan souvent méconnu de la vie de ces femmes.

coup_de_coeur_2011Geisha est un roman extrêmement bien documenté, empreint d'une certaine poésie. Il s'inspire de réalités pour créer une fiction intelligente, sans faux-semblants ni hypocrisie. Un roman à découvrir ou à redécouvrir sans faute ! Un septième coup de coeur pour 2011, que je relirai avec plaisir dans quelques temps...

Lectures communesGeisha était une lecture commune avec Yoshi73.

D'autres avis sur ce livre : Evy, Achille49, Karine, L'Ogresse de Paris et Esmeraldae.
Voici ma quatrième participation au Challenge La littérature fait son cinéma de Will.

 

Challenge La littérature fait son cinéma 3e catégorie

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

02 juin 2011

Une passion indienne, Javier Moro

passionJavier Moro est un scénariste espagnol né en 1955 (grand cru, diraient certains...) Il est l'auteur, entre autres, d'Il était minuit cinq à Bhopal, Le sari rose et Pied de Jaipur.

Une passion indienne relate la vie d'Anita Delgado, jeune danseuse andalouse dont s'est entiché le maharajah de Kapurthala, un petit état de l'Inde du Nord. Mariée à ce dernier à dix-huit ans, la jeune fille quitte son pays pour découvrir les Indes. Nous sommes en 1908. Le pays est encore sous la domination anglaise. La Partition n'est encore qu'un projet. Pour la jeune fille, cinquième épouse du maharaja et rebaptisée Maharani Prem Kumari, se faire accepter dans ce pays aux coutumes si éloignées des siennes n'est pas une mince affaire.

Il est un point sur lequel je voulais m'arrêter pour débuter ce billet, c'est son classement dans mon blog dans la catégorie "Biographies et écritures du moi". Cette catégorisation m'a tiraillée, mais j'ai finalement opté pour ce choix. Sous-titré en effet "roman", ce livre n'est en rien une fiction et s'apparente en bien des points à une biographie de la princesse andalouse. L'auteur relate des faits de façon successive, sans parfois même prendre la peine de les lier entre eux, et n'éclaire à aucun moment son lecteur sur cet étrange sous-titre. Même si une biographie possède de façon intrinsèque une part fictionnelle due à l'interprétation de l'auteur des faits et de la vie de la personnalité à laquelle il s'intéresse, ici, rien n'est clair. Quelle est la part de fiction dans ce livre ? Mystère... Pour ma part, je n'ai à aucun moment eu l'impression de lire un roman dans la mesure où tous les éléments relatés sont historiquement avérés et que les photos présentes en fin d'ouvrage appuient ceux-ci.
Ce détail soulevé, je ne peux ensuite que vous avouer que cette lecture m'a profondément ennuyée. Je m'attendais à lire le récit haut en couleurs de cette femme, véritable jouet occidental pour le maharaja, et de sa vie romanesque s'il en est. Déception ! Javier Moro a construit son livre de manière chronologique, ce qui semble logique dans l'optique d'une biographie, mais n'a pas réussi à insuffler ce petit quelque chose qui aurait pu éveiller mon intérêt. J'ai eu l'impression de lire une énumération de faits mis bout à bout, sans réelle cohérence ni réflexion.
Dans son soucis de donner le maximum de détails sur le destin de cette femme, Javier Moro a oublié l'essentiel : intéresser son lecteur tout au long de ses 430 pages.Je ne vous cache pas ma déception. La vie d'Anita Delgado méritait une biographie davantage romanesque, à l'image de ce qu'elle a vécu, et non un documentaire présenté comme un conte de féesVignette_LC moderne sans aucune réflexion derrière...

Ce roman a été lu dans le cadre d'une lecture commune avec
Elea23. Je l'inscris bien entendu dans le cadre du Challenge "L'Inde en fêtes".

logo_Inde

Une chronique de soukee rangée dans Biographies et écritures du moi - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


07 mai 2011

Noces indiennes, Sharon Maas

nocesindiennesSharon Maas est une journaliste spécialisée dans le sous-continent indien, née en Guyane britannique en 1951. Noces indiennes est son premier roman.

L'intrigue de ce roman suit le destin de trois personnages, trois enfants confrontés aux règles d'une société qui leur échappe.
Savitri, dont le père est le cuisinier d'une famille anglaise installée en Inde, tombe amoureuse de son compagnon de jeu, David, le fils de la famille.
Nat, fils adoptif d'un médecin anglais, est partagé entre son pays, l'Inde, et sa découverte de l'Occident lors de ses études.
Saroj, enfin, papillon rieur et multicolore, subit le joug de son père, traditionnaliste à l'extrême qui souhaite la marier dès ses quatorze ans.

Trois enfants, dont l'histoire débute à trois époques différentes (1921, 1947 et 1956), avec pour dénominateur commun l'Inde. Parce qu'ils y vivent ou qu'ils sont indiens, leur vie est régie par des règles et des traditions parfois lourdes face à la modernité de leur temps.
Sharon Maas nous entraîne avec brio dans cette intrigue complexe qui se déroule à des moments charnières de l'Histoire de l'Inde. Savamment construite, elle alterne le destin des trois personnages et leur évolution personnelle au fil du temps.

Noces indiennes est un roman de toute beauté, que j'ai lu avec grand plaisir. S'il arrive, dans ce type de construction narrative, qu'un personnage soit moins intéressant qu'un autre, ce n'est pas le cas ici et chaque chapitre amène son lot de rebondissements et d'évolutions qui le rendent aussi intéressant que le précédent.

coup_de_coeur_2011

Une belle intrigue servie par une jolie plume, un rythme dense et un hommage à l'Inde tout en subtilité, mais aussi une critique de certaines traditions comme de la condition de la femme... J'ai été conquise et j'attribue sans plus tarder à ce roman le titre de cinquième coup de coeur de cette année...

"Soit on aime l'Inde, soit on la déteste, et tout ce que je suis, tout ce que tu sais de moi, c'est à l'Inde que je le dois. L'Inde véritable, l'Inde cachée derrière le chaos, la saleté, la démence, la laideur, l'Inde de l'esprit. Tu le sentiras. J'en suis sûr. Et tu l'aimeras. Tu tomberas sous le charme, tout comme moi." (p.593)

Ce roman a été lu dans le cadre d'une lecture commune avec Elea23, avec un peu de retard (ce billet devait être publié le 30 avril...) Je l'inscris bien entendu dans le Vignette_LCcadre du Challenge "L'Inde en fêtes".

logo_Inde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

27 avril 2011

India Dreams T.3 A l'ombre des bougainvillées, Maryse et Jean-François Charles

9782203392199g1Si Murena est une BD incontournable pour l'antiquité romaine, elle trouve son pendant indien avec India Dreams, véritable ode à l'Inde et à son Histoire. Je vous présente aujourd'hui le troisième tome A l'ombre des bougainvillées(voir mes billets élogieux sur le premier et sur le deuxième tome).

1965. L'indépendance de l'Inde a été proclamée depuis près de vingt ans, mais la guerre menace aux frontières. Emy et Jarawal, les deux héros du précédent tome, se retrouvent près de vingt ans plus tard. Une fille est née de leur brève union, Kamala. Celle-ci, après ses études à Cambridge, part en périple en Himalaya en compagnie d'amis hippies, à bord d'un mini bus. Mais cette quête initiatique va tourner au cauchemar.

Encore une fois porté par des dessins magnifiques aux couleurs tendres, ce nouvel opus est une réussite totale ! L'intrigue est toujours aussi intéressante et permet, grâce aux différentes générations de personnages, d'aborder des époques charnières dans l'Histoire de l'Inde.
C'est au tour des années 1960 d'être décortiquées ici, période trouble pour ce pays tout juste indépendant mais déjà en lutte avec ses voisins.
J'ai été une nouvelle fois complètement charmée par ce troisième tome, ne lui trouvant aucun temps mort. Cette série est une vraie pépite que je ne peux que conseiller à ceux qui s'intéressent un tant soit peu à ce pays.

Vignette_LClogo_IndeCe troisième tome était une lecture commune avec Hilde et L'Ogresse de Paris.
Je l'inscris bien entendu dans le cadre du Challenge "L'Inde en fêtes". 

 Et voici ma huitième participation 
au rendez-vous hebdomadaire de
Mango !

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

23 avril 2011

Le Mandala de Sherlock Holmes, Jamyang Norbu

le_mandala_de_sherlock_holmesLe Mandala de Sherlock Holmes est un pastiche écrit par un holmésien confirmé d'origine tibétaine, Jamyang Norbu, qui me narguait depuis quelques temps... Quelle idée aussi, de mêler le célèbre détective à l'Inde, pays qui me fascine ?

Sherlock Holmes vient de disparaître dans les chutes de Reichenbach. Tous le croient mort... En réalité, c'est en Inde et au Tibet qu'il s'est réfugié, pour échapper à son ennemi le Professeur Moriarty. Grâce à Hurree Chunder Mookerjee, espion et savant bengali qui l'accompagne et met par écrit leurs aventures, l'intervalle de temps entre la mort présumée de Holmes dans les chutes et sa réapparition dans La maison vide est enfin dévoilé au grand public...

Conseillé par Fabrice Bourland à l'occasion du Festival Quais du polar à Lyon l'an dernier, ce roman m'a vraiment conquise !
Jamyang Norbu mêle habilement les genres et les auteurs, faisant ainsi se rencontrer Sherlock Holmes, imaginé par Conan Doyle, et Hurree Chunder Mookerjee, né sous la plume de Rudyard Kipling.
L'intrigue développée est intéressante, ne souffre d'aucun temps mort, et illustre à merveille la solide connaissance de l'auteur de l'oeuvre de Doyle. Si une pointe de fantastique éclôt dans cette nouvelle aventure de Sherlock Holmes, ce n'est, à mon sens,
que pour adhérer davantage à la culture et aux traditions tibétaines et les faire davantage connaître aux lecteurs. La rencontre avec le Dalaï-Lama participe de cette volonté, et le glossaire présent en fin de roman aide grandement à s'immerger dans cet univers.
Cette décision de faire voyager Holmes en Inde et au Tibet si elle peut sembler cocasse, est en fait encore une fois très fidèle à l'oeuvre de Doyle puisqu'elle s'inspire d'une citation de Holmes dans La Maison vide, citation qui laisse à croire que le célèbre détective a voyagé quelques temps dans ces deux pays.
Finalement, j'ai quasiment eu l'impression de lire un manuscrit de Doyle retrouvé et édite de façon posthume, tant Jamyang Norbu réussit la prouesse d'adopter le style de celui-ci et de recréer à merveille l'ambiance de ses romans. Une très bonne lecture que je conseille aux lecteurs invétérés des aventures de Sherlock Holmes !Vignette_LC

logo_Inde

J'ai lu Le Mandala de Sherlock Holmes dans le cadre d'une lecture commune avecHilde, avec qui j'organise le Challenge "L'Inde en fêtes" dans lequel j'inscris bien entendu cette lecture.

Une chronique de soukee rangée dans Pastiches - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

07 avril 2011

L'Inde en fêtes #2 Mewar Festival d'Udaipur et Compartiment pour dames d'Anita Nair

logo_IndeHilde et moi vous proposons "L'Inde en fêtes"

Le principe ? Lire des livres sur l'Inde / de la littérature indienne tout au long de l'année, à l'occasion de 5 fêtes populaires sélectionnées (toutes les informations sont ici ou chez Hilde !)

Deuxième fête : Mewar Festival à Udaipur
(du 6 au 8 avril)

flickr_5011840324_hdUdaipur  est une ville d'Inde située dans l'état du Rajasthan, entourée de lacs et culminant à 577 m d'altitude. Chaque année, elle célèbre le Mewar Festival, qui est un festival dédié à l'arrivée du printemps, considéré en Inde comme la saison reine.
L'ouverture du festival est faite par une procession exclusivement féminine. Les femmes se parent de leurs plus beaux saris et sont considérées commes les reines du festival.
Des bateaux décorés défilent aussi, et donnent lieu à des chants et des festivités à leurs bords et sur les rives.
La ville organise de nombreuses animations culturelles à cette occasion, et une fête foraine prend place au coeur de la vieille ville, tandis que les processions défilent sur les quais du lac Pichola. Un spectaculaire feu d'artifice clôt les festivités au terme des trois jours.

Une vidéo du site Vision Rajasthan :

 

 

compartiment_pour_dames_anita_nair

A l'occasion de ce Festival, nous avions organisé une lecture commune du roman d'Anita Nair, Compartiment pour Dames.

Akhila a quarante-cinq ans. Sans mari ni enfants, elle vit avec sa soeur, son beau-frère et leurs enfants. Mais Akhila en a assez de cette vie. Un jour, elle décide de prendre un train pour l'extrémité Sud de l'Inde. Un voyage pour réfléchir à sa vie, faire un point sur sa situation.
Dans le compartiment du train, elle fait la connaissance de ses compagnes de couchette. Chacune lui raconte alors sa vie et son expérience pour la faire réfléchir à sa propre situation.

Cela faisait quelques années que ce roman me faisait de l'oeil avec sa couverture verte et son visage féminin. Et autant le dire tout de suite : j'ai vraiment adoré cette lecture. Anita Nair nous entraîne dans le quotidien des femmes en Inde. Les récits de chacune des voyageuses sont comme des nouvelles dans le roman et permettent d'aborder un éventail assez large des situations des femmes dans ce pays.
La plume d'Anita Nair possède une intensité poétique rare et donne une dimension toute particulière à ces récits très émouvants. Au coeur de cette nuit qui semble sans fin et de ce huis-clos dans ce compartiment pour dames, la solidarité entre ces femmes qui ne se connaissent pas éclot, chacune tentant d'apporter, par son expérience, un peu de chaleur et de réconfort aux autres.

Vignette_LCUn roman à lire pour découvrir la vie des femmes en Inde et la façon dont elles s'échappent d'un quotidien dicté par les traditions du pays.

Les avis de Nesto, Penelope, Sharon, Sabbio et Hilde qui participent au challenge et Ellcrys et Manu avec qui nous avions programmé cette lecture commune !

 "Des foetus ballotés à l'intérieur d'un utérus, chacun se nourrissant de la vie de l'autre, grâce à l'obscurité environnante et à l'assurance que ce qui était partagé entre ces cloisons n'irait pas au-delà de cette nuit et de ce huis-clos." (p.43)

"C'est en explorant la texture de la vie des autres, en cherchant des ressemblances, susceptibles de connecter nos vies entre elles, que nous essayons de nous libérer d'un sentiment de culpabilité à l'égard de ce que nous sommes et de ce que nous sommes devenues." (p.222)

 

L'ensemble des billets publiés à cette occasion par les participants :

Mini_Taj Hilde

 Mini_TajNesto

Mini_Taj Penelope

 Mini_Taj L'Ogresse de Paris :

Mini_TajSabbio

 Mini_TajSharon

 Mini_Taj soukee

 

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

12 mars 2011

Lectures communes pour le défi "L'Inde en fêtes"

logo_IndePour vous accompagner tout au long de cette année indienne, Hilde et moi vous proposons des lectures communes.
C'est l'occasion de vous rappeler qu'il est possible de programmer des lectures et / ou des lectures communes (LC) en  dehors des dates du chVignette_LCallenge et d'y apposer le logo du challenge pour qu'elles soient inscrites dans le récap.

Notre idée avec Hilde reste de promouvoir la littérature indienne et les livres sur ce pays en général. Donc aucune obligation de rester rivé aux dates que nous vous proposons si cela ne convient pas à votre emploi du temps.

 Je vous avais proposé dans ce billet ma PAL indienne. N'hésitez pas à proposer d'autres idées selon votre PAL et vos envies !

Calendrier des lectures communes :

 

54121291

23 avril

Hilde
soukee

 

India_dreams_V3_018

27 avril

L'Ogresse de Paris
Hilde
soukee


nocesindiennes

7 mai

Elea23
soukee

 

palais_des_miroirs

12 mai (à l'occasion du Puram à Thrissur)

L'Ogresse de Paris

 

sari

17 mai (à l'occasion Festival d'été au Mont Abu)

L'Ogresse de Paris

 

une_passion_indienne_8056244

 20 mai

Elea23
soukee

 

 

D'autres idées ? D'autres envies ?


Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,