Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

19 mai 2017

Mon midi, mon minuit, Anna McPartlin

 Mon midi, mon minuitMon midi, mon minuit est le septième roman de l'irlandaise Anna McPartlin et le second publié en France. Il est paru en avril aux éditions du Cherche Midi.

Emma et John sont ensemble depuis leur adolescence. Dans la vingtaine, ils filent un amour sans nuage, abordant la vie main dans la main. Mais tout s'effondre le soir où John est fauché par une voiture. Emma est dévastée. Comment survivre à la perte de l'être aimé ? Comment continuer ? Heureusement, ses amis sont là. Sean, le meilleur ami de John, Clo, son amie carriériste qui enchaîne les histoires d'amour et Anne et Richard, le couple solide comme un roc. Entourée d'amour et d'attention, Emma va reprendre goût à la vie.

Non, je n'ai pas une passion pour les livres qui débutent par le décès d'un conjoint (cf. Les gens heureux lisent et boivent du café), oui entre l'Irlande et moi c'est une grande histoire d'amour et j'étais curieuse de découvrir ce roman dont j'ai eu beaucoup d'échos positifs.

Anna McPartlin plonge son lecteur au milieu d'un groupe d'amis, dans l'Irlande des 90's, touché par un drame. Si le propos est assez sombre au début, l'intrigue ne s'attarde pour autant pas sur la question du deuil et de la résilience (petit bémol du coup, l'auteure passant rapidement sur la douleur d'Emma pour se concentrer sur l'après). L'intrigue revêt assez rapidement un caractère positif parfois prévisible, en suivant le quotidien de ces jeunes irlandais à l'approche de la trentaine, leurs choix de vie, leurs doutes, leurs errances parfois.

La question du couple au sens large est finalement le centre de ce roman qui explore un large spectre de situations par  le biais de ses personnages. De ceux qui sont ensemble depuis le lycée à ceux qui ont un coup de foudre qui met à mal leurs certitudes, Anna McPartlin s'interroge. Le décès de John n'est finalement qu'un prétexte pour qu'Emma voit son bonheur imploser et réfléchisse à cette notion. La narration à la première personne permet d'explorer son intériorité et l'humour est là, malgré tout, dans cet âge des possibles. La bande d'amis fait penser à celle de Friends ou de Quatre mariages un enterrement, évidemment (notamment grâce au poème liminaire d'Auden). On rit, on sourit, on est émus parfois par les situations rencontrées.

Mais si j'ai passé un agréable moment dans ces pages (en réalité, le temps d'une après-midi, au soleil en maillot dans mon jardin !), je doute qu'elles me laissent un souvenir impérissable. J'ai été bien plus émue par la lecture d'Un jour de David Nicholls, qui aborde des thématiques similaires sur fond d'Angleterre de la même époque.

"Il était mon nord, mon sud, mon est, mon ouest,

Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste,

Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson ;

Je croyais que l'amour jamais ne finirait : j'avais tort."

W.H. Auden, Funeral Blues (p.9)

Logo Challenge Feel good

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,


21 décembre 2016

La vie est facile, ne t'inquiète pas, Agnès Martin-Lugand

La vie est facile, ne t'inquiète pas, Agnès Martin-LugandLa vie est facile, ne t'inquiète pas est le troisième roman de la psychologue de formation Agnès Martin-Lugand paru en 2015 chez Michel Lafon. Il est la suite [des] gens heureux lisent et boivent du café

Diane est revenue d'Irlande, où elle était partie quelque mois pour surmonter le décès de son mari et de sa fille. Rentrée à Paris, elle reprend les rênes de sa librairie café Les gens heureux lisent et boivent du café, aidée de Félix, son ami de toujours. Un beau matin, elle rencontre Olivier, un homme gentil et attentionné, doux et patient qui comprend que Diane ne voudra plus jamais être mère. Cette dernière y voit une manière d'oublier son histoire tumultueuse avec Edward, le photographe Irlandais dont elle s'était éprise à Mulranny et de se reconstruire. Mais l'Irlande se rappelle à son bon souvenir par un sombre coup de téléphone. Diane va vite devoir choisir entre sa vie parisienne calme et apaisée et le tumulte irlandais et ses sensations fortes.

J'avais absolument dévoré Les gens heureux lisent et boivent du café et j'ai immédiatement enchaîné sur la découverte de ce second tome, mue par le désir de savoir ce qu'il allait advenir des personnages sous la plume d'Agnès Martin-Lugand. Et je n'ai pas été déçue par cette suite. S'il ne possède pas le charme du premier tome dû à la découverte du cadre - la librairie café comme le petit village irlandais sont absolument fabuleux à découvrir - ce second opus recèle bien des richesses. Il est davantage question de maternité que de deuil, de résilience et de reconstruction que de douleur. L'ensemble se déroule avec fluidité et simplicité et la lecture est encore une fois très agréable. Pas de coup de coeur cette fois, car le cadre est posé et l'auteure semble avoir voulu donner une conclusion à ses personnages mais un plaisir que je n'aurais boudé pour rien au monde et que je vous conseille fortement !

107123471

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

07 décembre 2016

Les gens heureux lisent et boivent du café, Agnès Martin-Lugand

Les gens heureux lisent et boivent du caféLes gens heureux lisent et boivent du café est le premier roman de la psychologue de formation Agnès Martin-Lugan. Il est paru d'abord en auto-édition sur la plateforme Kindle d'Amazon en 2012 avant d'être repéré par Michel Lafon et publié par cette maison d'édition en 2013.

Diane a perdu Colin et Clara, son époux et sa fille, dans un accident de voiture un an plus tôt. La jeune femme est effondrée, en incapacité de gérer un deuil qui la dépasse. Epaulée par Felix son ami et collègue des Gens heureux lisent et boivent du café, le café littéraire dont elle est la propriétaire, Diane tente de surmonter cette épreuve. Acculée face à son chagrin, désespérée, elle décide de tout plaquer pour s'installer quelques mois en Irlande, une île que Colin souhaitait découvrir. Arrivée à Mulranny, dans le Nord-ouest de l'île, Diane loue un chalet en bord de mer à un couple de retraités accueillants. Dans la solitude et face aux éléments, elle tente de faire face à sa vie. Mais ça serait sans compter l'arrivée d'Edward, son voisin de chalet et neveu de ses propriétaires, un photographe au caractère froid et tempétueux.

Entre l'île d'émeraude et moi, c'est une grande histoire d'amour (mon road-trip en Irlande reste un de mes grands souvenirs de voyage !) et je n'ai pas pu résister longtemps à l'appel de ce titre que j'ai vu innonder les blogs il y a quelques temps, quand j'ai su que l'héroïne partait s'exiler sur ces terres que j'aime tant.

Entre PS. I love you et The Holidays, Les gens heureux lisent et boivent du café est un premier roman délicieux et positif malgré son sujet difficile. La question du deuil est omniprésente entre ces pages mais la narration, centrée sur le personnage de Diane, est une ode à la reconstruction personnelle et à la résilience. L'héroïne, écrasée par le chagrin d'avoir perdu sa fille et son mari, apprend à se reconstruire peu à peu et à survire à cette épreuve. C'est beau, jamais dégoulinant de bons sentiments, très fin psychologiquement et l'Irlande est un théâtre parfait pour ce déchaînement d'émotions. C'est simple, j'ai dévoré ce roman en un rien de temps : commencé un soir, terminé le lendemain matin. Je me suis plongée directement dans la suite, La vie est facile, ne t'inquiète pas et le dernier roman de l'auteure, Désolée je suis attendue, est dans ma PAL, mais pas pour longtemps ! Bref, vous l'aurez compris, une très belle lecture et un gros coup de coeur pour ce cadre - l'Irlande mais aussi le café librairie que je rêverais de tenir - et cette histoire de résilience.

  107123471

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

20 juin 2015

Les trois lumières, Claire Keegan

Les trois lumières, Claire KeeganLes trois lumières est un très court roman de la femme de lettres irlandaise Claire Keegan paru en 2011 aux éditions Sabine Wespieser.

Alors que sa mère est sur le point d'accoucher d'un énième enfant, la jeune narratrice est confiée à des parents éloignés, les Kinsella, un couple aimant et sans enfant.  
A leurs côtés, la jeune Pétale, comme l'homme la surnomme, va découvrir un monde bienveillant et chaleureux, où l'amour prend le pas sur les blessures anciennes.

En moins de 90 pages, Claire Keegan offre à son lecteur un roman court et dense à la fois, où chaque mot compte, où les émotions sont là, lisibles entre les lignes, perceptibles au milieu des silences.  
La vie s'étire calmement et paisiblement pour la jeune narratrice qui goûte à un quotidien aimant bien loin de la rudesse de sa vie de famille. Discrète et calme, l'enfant observe le couple qui l'accueille et démêle subtilement les écheveaux de leur douleur sous-jacente. Les deux époux sont taiseux mais hantent les pages de leur présence rassurante. Des forces tranquilles qui apaisent la fillette qui semble trouver sa place dans ce quotidien structuré qui est le leur.  
P1020611
Une belle plongée dans la campagne irlandaise au charme suranné. Un roman court, très court, trop peut-être. J'aurais aimé rester plus longtemps aux côtés de ces personnages et écouter leurs silences pour mieux les comprendre. Mais une belle immersion dans cette Irlande que j'aime tant, qui m'a fait repenser avec délice à ma découverte de l'île d'émeraude, il y a bientôt quatre ans.

D'autres avis : Alex, CanelChoco, Clara, Cynthia, Delphine, Kathel, Keisha, LeiloonaLiliba, Lili Galipette, Noukette,  PaulineSandrine, etc.

Un grand merci à celui qui a souhaité m'offrir ce livre, pour mon changement de décennie !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

01 octobre 2012

Créature de la nuit, Kate Thompson

Créature de la Nuit, Kate ThompsonCréature de la nuit est un roman de l'écrivain britannique Kate Thompson publié en 2008 au Royaume-Uni puis en 2010 en France aux éditions J'ai Lu. Gagné sur le forum Livraddict, cela faisait 2 ans que ce livre traînait dans ma PAL. L'approche d'Halloween a été une bonne occasion pour l'en sortir !

Pour protéger son fils de ses mauvaises fréquentations et lui offrir un cadre de vie plus sain, une jeune mère célibataire emmène ses deux enfants vivre dans un petit village perdue au fin fond de l'Irlande.  
Mais dans la vieille maison dans laquelle ils logent tous les trois, des bruits se font entendre. Et ce ne sont pas les racontars des voisins qui vont les rassurer. Quant à Robert, quatorze ans, la vie au grand air ne lui convient pas et l'adolescent fait tout pour rentrer sur Dublin et retrouver son ancienne bande.

Ce livre est resté très longtemps dans ma PAL car je craignais une intrigue simpliste et archétypale. Une vieille maison, des bruits la nuit, la disparition mystérieuse de l'ancien locataire... Tout ça flairait bon le thriller bon marché archi vu.  
Mais halte là ! Cessons toute insinuation. Si la quatrième laisse pressentir un ouvrage comme celui-ci, il n'en est en réalité rien. Kate Thompson réussit le tour de force de traiter de l'adolescence et de ses problèmes via une intrigue teintée de fantastique. Une couverture et un résumé qui ne collent donc absolument pas au contenu de ce livre...
Robert, le narrateur de ce roman, est un personnage torturé, engoncé dans un âge difficile où tout sentiment de limite est perçu comme un affront. Élevé par une très jeune mère célibataire qui peine à lui tenir tête, il s'égare dans la violence et la délinquance. Sa découverte de la campagne irlandaise, si elle lui déplaît de prime abord, va lui apporter un sentiment d'appaisement et de réconfort. L'auteure parvient à traiter ce sujet avec justesse, en évitant bien des écueils et se sert du fantastique pour y parvenir. Que ceux qui espèrent frissonner avec cette histoire de vieille bicoque et de bruits la nuit passent leur chemin !
Créature de la nuit est finalement la chronique d'une adolescence sacrifiée sur fond de malaise social, qui oscille entre le roman d'apprentissage et le conte fantastique. Un très bon moment de lecture, intelligent et juste.

Ils l'ont lu aussi : MyaRosa, Mr Zombi, Clara, Neph, etc.

Halloween 2012, Halloween, challenge de lecturePremière participation au Challenge Halloween organisé par Hilde et Lou !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

26 août 2011

Souvenirs souvenirs...

Que de bons souvenirs lors de ce voyage en Irlande...
Je ne vous fais pas languir plus longtemps :
comme promis en voici un petit aperçu.
 
 P1020533 P1020568

P1030004 P1030031

P1030076 P1030007

P1030155 P1020611

                                       P1020687 P1030194

P1030192 P1030193

P1030110 P1030139

 

 

 

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

22 août 2011

De retour de vacances avec le tag des mugs

Me voilà définitivement de retour après un été
loin d'être de tout repos...
Nouvellement installée dans mon appartement,
ayant retrouvé ma connexion au bout de 5 jours,
je suis désormais d'attaque
pour fureter sur vos blogs et vous présenter mes
lectures estivales.
Et je tiens à vous dire que ça m'a manqué !

Mais avant tout, voici un tag sympa, pour lequel je suis très en retard,
mais auquel je voulais répondre.

 

Val en est à l'origine, mais c'est L'Ogresse qui m'a taguée !

Le principe ? Montrer le mug préféré de ma tagueuse,
et le mien, celui qui m'accompagne durant mes lectures...
En grande buveuse de thé, mon placard déborde de mugs et tasses en tous genres...
Le choix a été ardu, mais mon récent voyage m'a permis de trancher...

Voilà le mug de L'Ogresse :

mug

Et le mien, qu'une certaine personne m'a offert en Irlande,
et qui vous en apprend long sur l'identité de ladite personne

et sur nos liens que certains qualifieront de fusionnels...

P1030290

Merci L'Ogresse pour ce tag !

De mon côté, je me dispense de taguer qui que ce soit
car je pense que ce tag a bien tourné en mon absence...

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

13 juillet 2011

Départ imminent pour l'Ile d'Emeraude...

Ile
Je vous abandonne lâchement une nouvelle fois et mets mon blog en sieste estivale...

Je pars gambader dans les vertes prairies d'Irlande, randonner dans le Ring of Kerry,

m'extasier dans la Dingle peninsula, boire des tas de Guine*s dans des pubs et

dévorer des auteurs irlandais (non, pas au sens littéral... Quoique ?)

A très bientôt !

 trefle-a-7-feuilles

ps : A mon retour, c'est un déménagement qui m'attend... C'est moins bucolique !

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [35] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

17 mars 2010

Le Swap Irlande : révélation des colis !

Voici arrivé le jour tant attendu de la Saint Patrick, où nous dévoilons les colis que nous avons reçus à l'occasion du Swap Irlande organisé 48114061_ppar Canel.

P1000321Je suis  allée chercher à la Poste mon mystérieux colis, déjà excitée à l'idée de découvrir ce que m'avait concocté ma swapeuse...

 

Sitôt rentrée chez moi, je me mets à l'ouvrage  et je commence à ouvrir le paquet (vert, ce qui est de circonstance...)

P1000322

Ma swapeuse semble m'avoir gâtée ! J'aperçois plusieurs cartes et des petits paquets...

Alors vite vite, je déballe tout ça !

P1000323Ma swapeuse se révèle : il s'agit de Caroline, ou plutôt Caro, une blogueuse que je ne connaissais pas et dont le blog Bleue et Violette m'a vraiment conquise... Je vous invite à aller y jeter un œil... Dans son joli paquet, que de belles et bonne choses, je suis ravie :

Pour la lecture :
P1000324
*Teacher Man de Franck McCourt (pour l'auteur irlandais)
*Un pas de trop de Patricia Wentworth (pour l'auteur en Pat)
*et un petit supplément : Cookies, muffins & Co, 100 douceurs à la mode anglo-saxonne, un petit livre de rece
ttes typiques...

Quant aux douceurs irlandaises (ou non, d'ailleursP1000325 !) :
*Un pot de succulente lemon curd, un de mes pêchés mignons... Cette crème au citron ne fait pas long feu quand elle passe le pas de ma porte à chaque fois... Un de mes péchés mignons typiquement anglo-saxon. Et j'ai vu que Caro y avait succombé elle aussi !!!
*Un pot de confiture aux quatre fruits rouges de Provence, petit clin d'œil de la région où vit Caro...

Et pour terminer, l'objet vert ou en rapport avec l'Irlande :

P1000326*Deux cartes postale d'Irlande

*Un set de mini cartes et enveloppes illustrées par Rebecca Dautremer, issues de l'album L'amoureux... Au début, incompréhension quand j'ai ouvert ce paquet :" Tiens, c'est bizarre, ce n'est pas vert..." En lisant  les explications de Caro, j'ai compris : elle a lu dans ma description que je n'aimais pas le vert, ni les couleurs froides (c'est ballot pour un swap Irlande...). Donc elle a choisi de contourner un peu la règle de Canel en m'offrant deux cartes postale d'Irlande (dont une verte pour l'objet vert) et un objet rouge, pour me faire plaisir... Merci beaucoup chère swapeuse de tant d'attention !!

Je remercie Canel, notre gentille organisatrice très encourageante et organisée (ça serait le comble pour une organisatrice de ne pas l'être...) Son idée de Swap Irlande pur la Saint Patrick était excellente !!
Et je remercie particulièrement Caro pour ces jolis présents très attentionnés... Je suis vraiment contente d'avoir partagée ce swap avec toi. Sache que j'ai presque terminé Un pas de trop de Patricia Wentworth, que la lemon curd et la confiture sont excellentes et que ton mini livre de recettes m'a donné envie d'en expérimenter très vite !!

Pour plus de curiosité, rendez-vous sur le blog de Canel pour voir tous les swapeurs participants, et sur celui d'Anne, que j'ai swapée !

trefle Bonne Saint Patrick à tous !!! trefle

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,