Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




18 octobre 2012

Nouvelles Chroniques de San Francisco saison 2, Armistead Maupin

Nouvelles Chroniques de San FranciscoNouvelles Chroniques de San Francisco est le deuxième tome des aventures des locataires du 28 Barbary Lane, initialement parues dans le San Francisco Chronicle en 1976 et réunies en roman dès 1980.

Mary Jane et Michael partis se détendre en croisière au Mexique, Mona s'ennuie et décide de s'offrir une pause. Elle part dans le Nevada sans se douter qu'elle se lance sur les traces de son histoire familiale.
Pendant ce temps, Brian entretient une relation à distance avec une femme, par fenêtre et jumelles interposées, tandis que Dede, enceinte de son précédent adultère, cherche à dire à son mari que ses futurs enfants ne sont pas les siens.

Vous vous souvenez qu'il y  a peu, je décidais de découvrir Les Chroniques de San Francisco et que je tombais sous le charme de ces aventures un peu barrées dans l'Amérique des seventies.
Le plaisir est renouvelé avec ce nouveau tome ! Armistead Maupin poursuit dans la veine des aventures rocambolesques de ses personnages attachants avec San Francisco en toile de fond. C'est rafraîchissant, drôle et très rythmé !
Si l'identification aux personnages est plutôt ardue (quoique la quête de l'amour de Mary Ann et Michael possède un côté universel), ces derniers n'en demeurent pas moins captivants. Leurs errements et leurs questions existentielles sont divertissantes au possible et loin d'être simplistes. Armistead Maupin nous offre en effet un réel panel de personnages loufoques, dignes de l'époque libérée dans laquelle ils évoluent mais aux questionnements générationnels. Sexe, drogues et fêtes en tous genres sont au programme des festivités et  chacun en profite à sa manière.
Petit plus dans ce deuxième opus : les révélations sont nombreuses et offrent un goût pimenté aux chapitres qui se succèdent tout en apportant une tonalité parfois dramatique à la pension d'Anna Madrigal. C'est bien simple : j'ai dévoré ce tome en trois jours (et en plus, je travaillais !) Cela vous donne une idée de mon addiction à cette série...
Donc conseil à ceux qui n'ont pas encore commencé : achetez (ou empruntez) le premier tome et vous comprendrez ensuite pourquoi j'en fait un tel éloge ! Sur ce, au milieu de mes lectures Halloweenesques, je me glisse dans le troisième tome de ces chroniques !

Elles l'ont lu aussi : Argali, Stephie, Leiloona, L'Ogresse...

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , ,


28 mars 2012

Le retour à la terre T.1 La vraie vie, Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet

Le retour à la terre TLe retour à la terre est une série de BD en 5 tomes parue chez Dargaud de 2002 à 2008. A l'origine ? Le déménagement de Manu Larcenet à la campagne... Et l'idée de Jean-Yves Ferri de l'adapter en BD humoristique.

Quitter Paris, le périph' et Juvisy pour les Ravenelles un charmant petit village entouré d'exploitations agricoles et de vaches... La transition est un peu rude pour Manu, sa femme Mariette et Speed, leur chat. Il faut réapprendre les codes (= abattre des arbres de 50m), s'intégrer (= boire le tord-boyaux local...) et se persuader que tout est beaucoup plus calme dans cette nouvelle vie...

A force de participer aux mercredis BD de Mango, le nom de Manu Larcenet m'est devenu familier, au point d'emprunter, sans regarder, cette BD dans mon fonds.
Le retour à la terre
est un album composé de gags courts, en 6 cases, qui se fondent sur le quotidien de Manu et Mariette. Leur emménagement, leur acclimation (et celle de leur chat !) mais aussi la venue de leurs anciens amis, sont autant de temps forts tout au long de cette BD.
L'humour émerge de cette distance entre leur quotidien parisien et celui aux Ravenelles. C'est déroutant car les codes sociaux ont changé, les habitudes aussi, et les problèmes ne sont plus liés au périph'...  
Si le trait de Manu Larcenet ne m'a pas vraiment séduite, j'ai néanmoins passé un très bon moment en compagnie de Manu, Mariette et Speed. J'ai beaucoup ri et j'ai souvent été impressionnée par la faculté de Jean-Yves Ferri de faire rire en 6 cases tout en ayant contextualisé son gag de façon bien précise.
 
Les avis de
Canel, Héloïze, Stephie et Mo'.

Et voici ma 37e participation
à la BD du mercredi de
Mango

 Et ma 28e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 15/20)

  Top BD 2012

Planche Le retour à la terre 2

Planche Le retour à la terre 3



Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

01 février 2012

Les Voisins du 109 "Vendredi", Coyotte et Nini Bombardier

Les voisins du 109 TLes Voisins du 109 est une série d'albums signée Coyotte et Nini Lombardier parue chez Le Lombard. A ce jour, deux tomes la composent, Vendredi et Samedi.

Une banlieue comme bien d'autres. Un immeuble, le 109, que rien ne distingue des autres, si ce n'est ses locataires.
Lorsque M. et Mme Moinot emménagement, ils rencontrent les autres habitants de l'immeuble : le couple de gothiques, qui vit quasiment dans le noir, la vieille dame entourée de chats, un couple de soixante-huitards nostalgiques, un comédien qui se cherche, le gardien de l'immeuble peu engageant... Une fois les préjugés mis de côté, la confiance s'installe et chacun devient acteur de ce théâtre de l'entraide. Et tout le monde apprend à vivre ensemble.

J'ai toujours beaucoup aimé Coyotte. Petite, j'ai été biberonnée à Litteul Kevin. L'humour Fluide Glacial, c'est mon truc !
Donc quand ma soeur m'a parlé il y a quelques temps de cette série que Coyotte a imaginée en collaboration avec Nini Lombardier pour le scénario, je me suis jetée dessus.Planche Les Voisins du 109
Et j'ai bien fait ! L'album se présente comme une journée, celle du vendredi, jour d'emménagement des Moinot. A chaque étage, les personnages vivent leur vie et entrent en interaction avec les nouveaux venus, un peu guindés, un peu trop propres sur eux, un peu trop lisses... L'album est scindé en plusieurs histoires qui s'étalent sur plusieurs pages. Chacune met en lumière un des habitants de ce chouette immeuble.
Et je dois dire que se plonger dans une BD comme celle-ci c'est la garantie de rire et de passer un excellent moment. Coyotte et Nini Lombardier font voler en éclat les préjugés à coup de personnages mordants, un brin piquants. Un peu caricaturaux parfois, certes, mais tellement vraisemblables ! 
Bref, un petit régal d'humour et de satire dont je ne peux que vous conseiller la lecture. Juste pour rire. Juste pour se détendre un peu. Juste pour réfléchir un tantinet sur la façon dont on vit ensemble et dont on juge ceux qui nous entourent. 
Et pour les plus récalcitrants, dites-vous que La vie mode d'emploi de Perec n'est pas si loin...

 Et voici ma 34e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 Et ma 25e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 17/20)

  Top BD 2012

Et voici les dix premiers titres du Top BD des blogueurs du mois de janvier,
calculé par
Yaneck

 

  1. Gaza 1956, Joe Saco, Futuropolis   
  2. Persépolis, Marjanne Satrapi, L'Association                         
  3. Tout seul, Christophe Chabouté, Vents d'Ouest     
  4. Portugal, Cyril Pedrosa, Dupuis            
  5. Maus, Art Spiegelmann, Flammarion               
  6. Le journal de mon père, Jiro Taniguchi, Casterman  
  7. Les ignorants, Etienne Davodeau, Futuropolis  
  8. Idées Noires, Franquin, Fluide Glacial    
  9. NonNonBâ, Shigeru Mizuki, Cornélius                                
  10. Elmer, Gerry Alanguilan, Ca et là                                                                      

...

Pour voir la suite, pour savoir ce qui a bougé ce mois-ci, pour en savoir un peu plus sur le Top BD des blogueurs, rendez-vous chez Yaneck...


Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

23 novembre 2011

Trolls de Troy T.15 Boules de poils, Arleston et Mourier

Inutile de présenter la série des Trolls de Troy, imaginée par Arleston en 1997. Le dernier né, Boules de poils, paru le 26 octobre 2011, est la première partie d'une aventure scindée en deux tomes.

Que feraient les Trolls, créatures violentes et sanguinaires, s'ils étaient réduits à la taille d'un insecte ? C'est ce qui leur arrive le jour où les frères Zip Kangrüh et Zip Tisathö, pour échapper aux assauts de Teträm et de ses comparses, leur lancent un sortilège de rétrécissement.
Les pauvres Trolls, réduit à la taille d'une libellule, partent à l'aventure pour les retrouver et les obliger à leur rendre leur taille normale.

Une nouvelle aventure de Trolls et une nouvelle fois un humour omniprésent. Chaque nom est une fois encore sujet à jeu de mot (que parfois je ne saisis pas, malgré de longues minutes de concentration...) et chaque réplique donne lieu à des illogismes dignes de ces charmantes créatures. Tout le monde sait que les Trolls sont loin d'être intelligents. Cet album le prouve une nouvelle fois avec des situations très drôles qui m'ont fait m'esclaffer plus d'une fois !

L'avantage de cet album : il fait sortir nos Trolls préférés de leur environnement habituel et les fait voyager chez les humains dans un univers à la fois médiéval et désuet très réussi.
Un tome très réussi, que j'ai aimé découvrir. Une seule hâte : avoir la deuxième partie de l'aventure au plus vite !

Un grand merci à Bénédicte et aux Éditions Soleil pour l'envoi de cet album.

 

Et voici ma 29e participation
à la BD du mercredi de
Mango

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 

Et ma 20e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 16/20)

Logo_top_bd_2011

La vidéo de présentation de la maison d'édition

pour avoir un aperçu de quelques planches.


Source : Soleil Productions

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

03 novembre 2011

Tout est sous contrôle, Hugh Laurie

9782757814123Tout est sous contrôle est un roman écrit en 1996 par Hugh Laurie, le célèbre interprête de Dr. House. Ce dernier avait soumis son manuscrit en utilisant un pseudonyme, avant d'être convaincu d'utiliser son nom pour accroître les ventes de son roman.

Thomas Lang, le personnage principal de ce roman, est engagé pour commanditer l'assassinat d'un homme. Refusant cette mission, il décide d'avertir l'homme en question. Mais sa bonne volonté lui amène bien vite des problèmes...

Je n'irai pas par quatre chemins : ce livre m'est littéralement tombé des mains. Je n'ai même pas réussi à le terminer...
Je n'ai pas réussi à m'intéresser à cette intrigue soit disant drôle et parodique, ne lui trouvant ni originalité ni humour. J'ai eu l'impression de regarder un mauvais film à suspense, savant mélange de lieux communs et d'invraisemblances toutes plus mauvaises les unes que les autres.
Quant au style, Hugh Laurie ne se rattrape même pas avec une plume un tant soit poétique ou une construction narrative qui sort de l'ordinaire.
Une déception, c'est certain, qui m'apprendra bien à succomber (c'est suffisamment rare pour le souligner) à un bandeau accrocheur et intriguant.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [23] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,


09 octobre 2011

Une femme de ménage, Christian Oster

9782707318497FSUne femme de ménage est le huitième roman de l'écrivain français Christian Oster. Publié pour la première fois en 2001 chez Minuit, il a été adapté au cinéma en 2002 par Claude Berri.

Jacques se retrouve seul après que sa compagne, Constance, l'a quitté. Depuis, il n'entretient plus son appartement et laisse la poussière s'installer. Suite à une petite annonce, il engage Laura. La jeune femme vient nettoyer chez lui une fois par semaine, alors qu'il travaille. Jusqu'au jour où son amant décide de la mettre à la porte. Laura n'a nulle part où aller et demande à Jacques de l'héberger.

J'avais très envie de lire ce roman depuis un certain temps, mais je n'y pensais jamais. J'aime beaucoup l'actrice Emilie Dequenne et je connaissais ce livre grâce à son adaptation ciné. Ainsi, quand je suis tombée sur un exemplaire de ce livre caché chez ma libraire, je n'ai pas résisté et l'ai dévoré en rentrant chez moi.
J'ai beaucoup de mal à exprimer mon ressenti face à cette lecture. Je ne m'attendais à rien. Je ne suis donc pas déçue. Je ne connaissais pas cet auteur. Je ne suis donc pas déçue. Et pourtant... Pourtant ce roman commence bien - focalisation interne au narrateur, Jacques, au point que c'est lui qui retranscrit les paroles des autres personnages , un humour particulier qui m'a fait sourire plus d'une fois, une intrigue qui sort des sentiers battus - mais il ne m'a pas conquise autant que je l'imaginais.
L'intrigue s'engage dans une direction qui m'a totalement échappé. J'ai été perdue par Christian Oster, malgré une adhésion immédiate à son style et son idée de départ. J'ai pensé à Claude Simon, à Christian Bobin, aussi. J'ai un peu perdu pied à la moitié du roman, non que je ne le comprenne pas, mais parce que j'avais cette nette sensation que l'auteur m'entraînait dans une direction que je n'attendais pas.
Une lecture en demi-teinte, donc. Ça aurait pu être un coup de coeur car Une femme de ménage est un roman furieusement intriguant à la construction réfléchie et intelligente. Mais finalement non. Ça reste un bon moment de lecture, avec un sentiment d'errance, sur la fin. Mais peut-être était-ce ce que cherchait Christian Oster ?
Challenge La littérature fait son cinéma 3e catégorie

Une nouvelle lecture pour le challenge La littérature fait son cinéma de Will et la bande-annonce du film de Berry avec Jean-Pierre Bacri et Emilie Dequenne dans les rôles-titres.

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

21 septembre 2011

Joséphine l'intégrale, Pénélope Bagieu

9782350132389_1_75Cela faisait quelques temps que je n'avais pas lu de BD de blogueuse-dessinatrice, comme Margaux Motin ou encore Diglee. J'ai donc succombé à l'appel de l'intégrale de Joséphine, regroupant les 3 tomes des aventures du personnage éponyme imaginé par Pénélope Bagieu.

Joséphine a la trentaine. Joséphine est célibataire. Joséphine se pose un milliard de questions quant à sa vie, son avenir, son chat, etc. Entre un collègue lourdingue et des copines toujours prêtes à la sortir de son célibat, Joséphine cherche l'homme de sa vie...

Dit comme ça, Joséphine semble être une BD destinée à un public féminin, à la limite de la chick-lit... Mais en réalité, et parce que je ne supporte par l'idée d'un public visé selon son sexe, malgré un personnage féminin égocentré et des préoccupations somme toutes assez superficielles, cet album aborde des thématiques plus larges que celles du célibat des femmes de trente ans et des poussières. L'humour y est omniprésent et si toutes les planches ne se valent pas, elles ont au moins le mérite de m'avoir fait sourire à plus d'un titre. josephine (1)
Le trait de Pénélope Bagieu est assez minimaliste, comme toujours, mais l'utilisation des couleurs prend tout son sens ici, créant des univers particuliers à chaque planche. Pénélope Bagieu soigne les ambiances de ses vignettes, offrant à celles-ci une atmosphère à chaque fois singulière.
Joséphine est un personnage attachant dans ses failles et ses doutes et évolue au fil de ces trois tomes (clairement distingués au sein de cet album intégral).
Si le troisième tome m'a un peu déçue - sans vous en révéler la teneur, j'évoquerais seulement le conformisme dans lequel tombe le personnage, conformisme qui ne colle pas à la psychologie développée dans les deux précédents tomes - j'ai néanmoins passé un bon moment de lecture. Rien de mémorable, certes, mais une détente appréciable parfois.

Elles ont lu aussi Joséphine : C.l!neKikine, Yoshi73, Stemilou.   

   Et voici ma 23e participation
à la BD du mercredi de
Mango !

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 

Et ma 14e au Top BD des blogueurs de Yaneck!
(note : 14/20)

Logo_top_bd_2011

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

22 juin 2011

Kaamelott tome 2 Les sièges de Transport, Alexandre Astier, Steven Dupré

Kaamelott_tome_2J'ai beaucoup ri avec la série TV et le premier tome de la BD Kaamelott. J'ai donc poursuivi ma lecture de cette série qui compte à ce jour cinq tomes (le dernier étant paru en novembre 2010), avec Les Sièges de Transport, le deuxième opus.

Perceval et Karadoc sont chargés par Arthur de chercher dans la forêt un tabouret magique qui permet de se téléporter sur un autre tabouret. Mais ils ne sont pas les seuls à la recherche de cet objet : Haki, le chef viking, veut lui aussi s'en emparer et envahir l'île de Bretagne.20080629231256_t2

Quel plaisir de retrouver l'ambiance de Kaamelott avec cette BD ! Si certains la trouvent éloignée de la série ou encore pas assez fidèle à celle-ci, je ne peux qu'affirmer le contraire.
Je trouve justement que l'intérêt de cette BD réside dans la réussite de sa transposition dans ce genre à partir de la série TV, sans toutefois utiliser les mêmes intrigues. Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre... Il n'est pas facile de changer de média, et cette fois, passer de l'écran au livre s'est fait avec brio !
Je me suis esclaffée avec cette lecture (particulièrement avec le gag de la chambre/bureau du roi Arthur) comme je ris devant la série. Le trait de Steven Dupré, tout en rondeur et en détails, offre un rendu visuel assez proche de l'atmosphère de la série, tandis que l'humour d'Alexandre Astier suinte à chaque réplique. Truculent, je vous le dis ! 
Pour être brève : Kaamelott en BD, c'est un condensé d'humour à ne pas négliger, surtout en ces temps moroses !
L'avis de Yaneck sur ce tome.

 Et voici ma seizième participation
à la BD du mercredi de Mango !

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1


Et ma huitième au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note : 15/20) !
Logo_top_bd_2011

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [19] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

09 mars 2011

J'aurais adoré être ethnologue..., Margaux Motin

j_aurais_ador_tre_ethnologue_22905441J'avais découvert Margaux Motin avec La théorie de la contorsion et, ayant beaucoup ri, j'ai décidé de lire la première BD qu'elle avait faite : J'aurais adoré être ethnologue...

Une nouvelle fois, Margaux Motin nous livre ici des planches à l'humour féroce, alternant blagues potaches et réflexions sur la vie d'une jeune femme-mère-fashion qui aurait adoré, si elle n'avait pas été illustratrice, être ethnologue... (cf. l'illustration de la couverture, très probante !)
Les illustrations sont toujours aussi réussies et donnent au texte de Margaux Motin un dynamisme certain. La jeune illustratrice avait 
déjà fait preuve de sa verve humoristique avec ce premier tome qui n'a rien à envier à sa suite évoquée plus haut.
planche_j_aurais_adore_etre_ethnologue1275482381_f115cBref, encore une fois j'ai beaucoup ri avec cette BD, peut-être un peu plus vulgaire que la seconde, mais cela participe du charme de Margaux Motin... Que c'est bon, d'ouvrir une BD comme celle-ci et de rire à gorge déployée ! Merci Margaux Motin pour ces instants précieux !
Les avis de
c.l!ne et Héloïse, enthousiastes aussi !

Et voici ma première participation au rendez-vous hebdomadaire de Mango!

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

18 janvier 2011

Cadavre exquis, Pénélope Bagieu

Cadavre_exquisJe continue sur ma lancée des BD humoristiques faites par des blogueuses-illustratrices de talent. Après Margaux Motin, je voulais vous parler aujourd'hui de Pénélope Bagieu et son fameux Cadavre Exquis. Découvert par hasard sur l'étal d'un bouquiniste (??), le titre m'avait alors intriguée, il y a quelques mois de cela.

En pause déjeuner dans un parc Zoé, hôtesse d'accueil, voit un homme l'épier par sa fenêtre. La jeune femme décide d'aller sonner chez lui pour satisfaire un besoin pressant. L'homme qui lui ouvre la porte, très charmant, semble étrangement sur ses gardes...

Je ne vous dévoilerai pas plus de cette intrigue très bien ficelée. J'ai dévoré cette BD en un clin d'œil, la trouvant à la fois drôle et satyrique à souhait.
Pénélope Bagieu signe ici un très bon one shot et permet à la lectrice que je suis d'appréhender son univers graphique et littéraire. Une excellente découverte que je ne peux que grandement vous conseiller !

L'avis de L'Ogresse , très enthousiaste aussi !

N'hésitez pas à aller faire un saut sur le blog très drôle de Pénélope Bagieu : Ma vie est tout à fait fascinante.

penelope

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,