Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




13 février 2019

Retour à Killybegs, Pierre Alary d'après Sorj Chalandon

Retour à KillybegsRetour à Killybegs est l'adaptation par Pierre Alary du roman de Sorj Chalandon, Grand Prix du roman de l'Académie française en 2011. Elle paraît aujourd'hui aux éditions Rue de Sèvres.

Tyrone Meehan, figure de proue de l'indépendance irlandaise, a été reconnu coupable de traîtrise en 2005. Pendant 25 ans, cet activiste nationaliste a livré des informations aux anglais, trahissant l'IRA et les siens. Au crépuscule de sa vie, reclus dans un cottage à Killybegs, dans le Donegal, Tyrone décide de se raconter, non pas pour justifier son geste, mais pour expliquer ce qui l'a poussé à collaborer.

Mon traître, le premier volet de cette histoire, fait partie de mes coups de coeur de l'an dernier. Un album beau, violent, vibrant. J'avais hâte de découvrir Retour à Killybegs, car si Mon traître embrasse le point de vue de Sorj Chalandon sur son amitié avec Denis Donaldson - Tyrone Meehan dans le roman - ce nouvel album donne la parole à ce dernier pour expliquer les raisons de son geste.
Quelle claque, encore une fois ! Quelle réussite ! Pierre Alary donne à voir un album au graphisme toujours aussi prenant, dans des teintes sépia qui accentuent l'ambiance. Il fait sien le texte de Sorj Chalandon qui romance l'enfance et les débuts de Tyrone à l'IRA, les violences subies, le combat, les morts aussi. L'adaptation équilibre texte et image, ces dernières dressant l'ambiance de ces souvenirs.
L'album alterne encore une fois passé et présent, ce présent lourd et pesant dans lequel Tyrone attend que l'IRA vienne l'assassiner. Les souvenirs remontent, le sentiment d'avoir été pris en étau, aussi, d'avoir voulu le bien, la paix, la cessation de toute cette violence. Tyrone s'explique, patiemment, tout en attendant ceux qui viendront venger la cause. 
Un album qui se dévore d'une traite. Un album magnifique sur cette page de l'histoire de l'Irlande. Une belle réflexion sur les notions de duplicité, de trahison, d'honneur. Bref, encore une fois
une réussite totale.

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album.

  La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Moka qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,


29 janvier 2019

Inspiration du jour : deux initiatives positives

Bonjour à tous,

En cet avant-dernier jour de notre mois consacré au Feel Good, je voulais vous présenter deux initiatives positives qui me tiennent à coeur et auxquelles je participe. L'une dans le domaine du patrimoine et l'autre dans le domaine de la protection animale. 

Rempart

Rempart 

Crée en 1966, l'association Rempart recense des missions patrimoines en France et dans le monde : chantiers de bénévoles, stages techniques, services civiques. Grâce à une recherche par mots-clés, dates, types de mission ou lieux, vous pouvez, en un coup d'oeil, trouver votre prochain projet de bénévolat ! 

Pourquoi c'est bien ? En devenant bénévole sur un chantier de restauration du patrimoine, vous offrez de votre temps à la sauvegarde de l'Histoire. Dans la majorité des cas, aucune compétence particulière n'est nécessaire (chaque chantier le précise sur sa fiche de présentation), et une lettre de motivation suffit à rejoindre une équipe le temps d'un weekend, d'une semaine ou plus. Des équipes de passionnés vous accueillent sur les sites et vous offrent la possibilité d'une parenthèse dans le temps. Le logement est souvent compris dans le prix du chantier (participation aux repas) et c'est une vie en communauté qui vous attend. Logement en tentes l'été, ou en dortoirs l'hiver, repas en grandes tablées, découverte des sites de la région, les chantiers sont l'occasion d'échanger autour du patrimoine et de passer un temps convivial et décontracté. Une belle façon de faire du bénévolat !
De mon côté, j'ai fait trois chantiers de restauration : deux au Château de Berzy-le-Sec (un chantier de moulage de tomettes pour la restauration d'une salle et un chantier de confection de costumes médiévaux pour les animations pédagogiques du site) et un chantier en Angleterre, dans les Cotswolds, pour l'entretien du Canal d'Inglesham (maçonnerie, mur en pierres sèches, etc.). Avec ma formation littéraire, je n'ai aucune compétence dans ces domaines (hormis la couture!) mais ces trois chantiers ont été l'occasion d'apprendre des techniques, de rencontrer d'autres bénévoles, de participer à un projet de restauration de grande envergure et de donner de mon temps pour la préservation de notre patrimoine. Une expérience à chaque fois très enrichissante ! 

 

 

L214

Actions Express L214

 Crée en 2008, l'association L214  - nom donné en référence à l'article L214 du code rural - est une association de protection animale qui lutte au quotidien. Les soutenir peut prendre plusieurs formes - faire un don, créer ou rejoindre une association locale, militer, adhérer, etc.- mais aussi, et de façon très simple, en participant aux Actions Express. Une fois inscrit par mail, une à deux fois par semaine, vous recevez un mail vous demandant d'interpeller un grand groupe pour qu'il prenne un engagement public en faveur des animaux, notamment pour lutter contre l'élevage des poules en cages. Une à deux minutes suffisent pour envoyer le mail pré-écrit, retwetter ou encore interpeller sur Facebook les têtes pensantes des grands groupes. Et l'action massive marche souvent très très bien !

Pourquoi c'est bien ? Parce que c'est super efficace et vraiment pas énergivore. Si la cause animale vous touche, voilà le pas le plus petit et le plus simple à faire, qui ne vous demandera ni d'arrêter d'acheter du cuir ni de vous passer de vos oeufs et vos mouillettes (même si, dans l'absolu, ça serait quand même super chouette !).
De mon côté, à chaque fois que je reçois une action express, j'ouvre le mail, je fais les actions demandées (sauf Facebook dont je me suis désinscrite) et la plupart du temps, en moins d'une minute, j'ai fait ma part.
Si vous êtes sensibilisé à la cause animale mais pas encore prêt à vous passer de vos oeufs, viande ou fromage, vous pouvez quand même agir, de chez vous, en très peu de temps. Et vous allez voir : quand le premier grand groupe que vous interpellez avec les autres bénévoles plie et publie un engagement public, ça fait tout chose. Je me souviens de ma joie quand Starbucks a publié son engagement contre les poules élevées en cages ou encore qu'une action express a à peine eu le temps d'être envoyée par mail que L214 nous a demandé d'arrêter de les interpeler car le groupe avait plié... en 15 minutes. Effet grisant garanti ! L'effet colibri prend tout son sens ici : seul, nous n'aurions aucun poids. Ensemble, nous faisons entendre notre voix. 

 

Jour 29 du Challenge Feel Good 

  Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

       

 

Rempart et L214

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

25 janvier 2019

Inspiration du jour : découvrir le yoga

Bonjour à tous,

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler d'une pratique qui est entrée dans ma vie il y a bientôt dix ans et qui l'a complètement bouleversée. Je veux parler du yoga. Il est désormais difficile de passer à côté tant la pratique s'est démocratisée jusqu'à devenir aussi un bon gros filon marketing bien loin des valeurs originelles. Avant de vous donner quelques conseils pour pratiquer, je voulais revenir rapidement sur l'histoire et les valeurs du yoga.

Né en Inde il y a plus de 2000 ans, le yoga est avant tout une discipline d'harmonisation du corps et de l'esprit et une pratique philosophique dont le but est l'évolution de l'être humain. La tradition indienne décline la discipline en huit étapes appelées aussi "les huit membres" ou en étant plus poétique, les huit pétales du yoga.

 

Les 8 pétales du yoga

Les 8 pétales du yoga

1/ Yamas ou les règles morales

- Ahimsa : la non-violence

- Satya : la vérité

- Asteya : l'honnêteté

- Brahmacharya : le contrôle de soi

- Aparigraha : la non-possession

2/ Niyamas ou les disciplines de vie

- Saucha : la propreté mentale et corporelle

- Samtosa : le contentement

- Tapas : l'ardeur, l'ascèse

- Svadhyaya : la connaissance de soi par l'étude des textes

- Ishvara pranidhana : la dévotion au seigneur divin

3/ Asanas ou la pratique corporelle

Les 84 000 postures réalisables selon les textes sacrés anciens

4/ Pranayama ou les exercices respiratoires

Contrôle du souffle et de l'énergie vitale

5/ Pratyahara ou la maîtrise des sens

6/ Dharana ou la concentration

7/ Dhyana ou la méditation

8/ Samadhi ou l'état de plénitude totale

Voilà donc, ce que recouvre le yoga. Et en lisant ces huit étapes, on se rend compte qu'on est bien loin de ce qu'on peut apercevoir sur les réseaux sociaux aujourd'hui, les posts avec le hashtag #yoga alternant entre les poses de simili fitness ou les exercices périlleux sur la tête ou un bras. Loin de moi de dénigrer les inversions ou les postures d'équilibre, mais malheureusement, dans bien souvent des cas, l'essence même du yoga s'est perdue au fil des postures savamment construites pour un résultat époustouflant mais bien loin de la réalité, où seuls les asanas sont valorisés. Le pranayama est souvent passé sous silence, sans parler des autres préceptes de la discipline.

Vous croiserez sur votre route différents types de yoga - hatha yoga, ashtanga, kundalini, etc.- jusqu'aux inventions loufoques comme le yoga avec une chèvre ou encore le bikram, inventé par un gourou du nom de Bikram Choudhury et qui se pratique dans une salle chauffée à 40,6°, discipline popularisée dans les années 70 et dont on comprend aujourd'hui les nombreux risques.

Le yoga le plus répandu en Occident est le hatha yoga (hatha signifiant en sanskrit la vigueur et l'harmonisation des contraires). Il allie la conscience du geste et du souffle, des postures - asanas- et des respirations - pranayama - dans le ici et maintenant, en pleine conscience.

***

Le yoga est donc bien plus qu'une pratique qui ressemble à du fitness, sur un tapis, avec plus ou moins d'accessoires. Parce que justement, des accessoires, vous n'en aurez quasi pas besoin. Le yoga se suffit à lui-même et n'a besoin que de très peu de matériel pour être pratiqué.

De quoi aurez-vous besoin pour débuter la pratique : 

- 1 tapis de yoga (j'utilise ceux de la marque Baya que je trouve très beaux et très confortables) : à choisir plus ou moins épais, en matière naturelle ou pas, selon votre préférence.

Et c'est tout ! Pour débuter, inutile d'investir dans d'autres accessoires. J'ai pratiqué pendant longtemps en prenant des cours et en n'utilisant rien d'autre qu'un tapis. Attention, quand on débute on est tenté d'acheter tout un tas de gadgets. Gardez à l'esprit que c'est l'industrie maketing qui vous fait croire que vous en aurez besoin pour mieux vous faire débourser un maximum d'argent. La seule chose nécessaire pour pratiquer le yoga est un tapis. Le reste est secondaire. Libre à vous de craquer avec un enthousiasme sans borne pour des gadgets en tous genres, bien entendu, mais vous vous rendrez compte rapidement que vous ne vous en servez pas et que cela encombre votre maison (penser minimalisme !).  Je vous conseille, selon la façon dont vous pratiquez, selon votre corps et sa souplesse, et vos envies, trois accessoires facultatifs mais qui ne sont pas inutiles si vous avez pensé vos besoins.

Facultatif :

- 2 briques en liège  (celles de Décathlon sont parfaites et peu onéreuses) : elles peuvent vous être utiles si vous manquez de souplesse pour certaines postures ou pour aller plus loin sur d'autres

- 1 sangle : pour étirer l'arrière du corps ou pour vous aider si vous manquez de souplesse sur certaines postures

- 1 feet up : pour aller plus loin et vous entraînez sur les postures inversées - headstand - si vous avez une faiblesse aux cervicales, au dos ou aux épaules. Personnellement, j'en ai acheté un il y a presqu'un an (donc longtemps après mon début de pratique) pour palier la faiblesse de mon épaule droite, tenir plus longtemps mes inversions et m'entraîner. Je ne regrette absolument pas mon achat mais il reste assez cher et n'est vraiment pas indispensable.

 

Comment commencer ?

Le meilleur conseil que m'ont donné mes enseignants de yoga c'est justement de suivre des cours. Pourquoi ? Tout simplement parce que sous des abords simples de gym douce (représentation extrêmement erronée comme on vient de le voir), le yoga est une pratique intense qui remue beaucoup le corps. Le muscles profonds sont sollicités, tout comme les organes. Chaque posture a été pensée de façon précise. Ainsi, les torsions sont utiles pour lutter contre la constipation ou le transit lent, la pince et l'enfant pour lutter contre les douleurs des règles, etc. Et toutes ces postures ne sont pas à manier à la légère et comportent des indications très précises sur le placement des hanches, du bassin, des angles, etc. En Inde, sur des stages assez intenses, des toilettes sont prévus pour chaque participants... Voilà voilà.
Donc non, le yoga ce n'est pas un vague fitness à la mode comme on peut le voir sur Insta, avec des postures de fifou comme certains qui passent 3h à se préparer pour un corbeau parfait. Le yoga nécessite un apprentissage avec un enseignant qui corrige vos postures, vous donne des indications de degrés de posture  (selon la souplesse de chacun) et vous indique leurs effets.
Une petite anecdote pour que vous compreniez bien les effets du yoga : durant ma première année de pratique, sur une posture assez simple en apparence, j'ai fait un malaise. Quand ma prof est venue me voir et m'a demandé si ça allait, si j'étais un peu malade ou autre en ce moment, je lui ai dit que j'avais mes règles. Elle m'a dit alors que la torsion que nous venions de réaliser était très intense au niveau du bassin et que ce n'était pas étonnant, en étant en plein milieu de mon cycle et plus fatiguée, d'avoir fait un malaise. Je garde toujours en tête cet épisode pour écouter mon corps durant ma pratique.

Si jamais vous pratiquez déjà avec un enseignant et que vous voulez aller plus loin chez vous, voici les chaînes de yoga que j'apprécie et que je vous conseille :

Carine Castet

 

My Sunny Yoga

 

Yoga coaching

 

 

 Yoga with Adrienne

 

Personnellement, je pratique chez moi soit seule, en construisant ma propre séance, soit en suivant une séance d'une de ces enseignantes que j'aime beaucoup.
En
core une fois, faites attention à ne pas faire n'importe quoi. La pratique doit se faire sans jugement, sans comparaison, en toute humilité, dans le respect de son corps à l'instant T. Votre souplesse d'aujourd'hui n'est pas celle d'hier et ne sera pas celle de demain. Celle du matin n'est pas celle de l'après-midi ou du soir. Et il n'y a pas de linéarité dans la progression !

***

Je vous disais en début de post que la pratique du yoga avait changé ma vie. Pourquoi ? Parce que je ne me suis pas arrêtée à la pratique des asanas. J'en engagé une démarche holistique pour changer peu à peu complètement ma façon de vivre.
J'ai commencé timidement par du yoga, puis me suis intéressée à la méditation, puis au bouddhisme (jusqu'à suivre des enseignements avec des maîtres tibétains et aller pratiquer dans un centre international), et enfin au véganisme. Parce que oui, yoga et véganisme sont liés. Ils sont liés par le principe numéro un du yoga, ahimsa, la non-violence. Concernée par la condition animale depuis mon plus jeune âge et en partie végétarienne, j'ai naturellement glissé vers un végétarisme total puis vers le véganisme suite à mes recherches et réflexions. Je suis toujours en transition, faisant parfois quelques écarts quand je sors, mais j'ai définitivement cessé d'acheter tout produit animal que ce soit dans ma cuisine, ma salle de bain (je fais mes cosmétiques ou n'achète que des produits vegan) ou encore dans mes produits d'entretien (là c'est facile, je n'ai plus qu'un spray multifonctions au vinaigre blanc et à l'huile essentielle d'arbre à thé !). Pour moi aujourd'hui, cela n'a pas de sens de faire du yoga et prôner la non-violence mais de continuer à manger des nuggets, acheter des chaussures en cuir ou une crème de visage avec de la gélatine de porc.

Voilà mes modestes réflexions et conseils sur cette discipline qui fait partie de mon quotidien. Tous mes propos n'engagent bien entendu que moi. Libre à vous de penser, pratiquer ou faire complètement différemment. J'espère que ce très long billet (certainement le plus long depuis l'ouverture de ce blog il y a 9 ans !) vous aura plu et donné envie de sauter le pas pour découvrir cette fabuleuse discipline qui se transforme bien souvent en art de vivre. En tout cas, j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire pour vous.

Passez une belle journée.

 

Jour 25 du Challenge Feel Good 

   Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

       

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

04 janvier 2019

Sagesse et pouvoirs du cycle féminin, Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc

Sagesse et pouvoir du féminin sacréSagesse et pouvoirs du cycle féminin est un ouvrage coécrit par Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc paru la première fois en juin 2014 aux éditions Le Souffle d'Or. Une seconde édition, revue et corrigée, est parue en juin 2017.

Des premières règles à la ménopause, ce livre accompagne chaque femme durant son cycle féminin. Sans tabou, avec bienveillance, les deux auteures délivrent des conseils pour mieux appréhender sa féminité grâce à l'usage de plantes ou des postures, mais aussi pour mieux se connaître et se comprendre. Largement illustré, ce guide permet aux lectrices de comprendre les mécanismes à l'oeuvre durant leur cycle, en reconnaître les phases, s'approprier leur corps et renouer le dialogue avec lui. Qu'il s'agisse de connaître ses périodes de fertilité, de comprendre le fonctionnement de son cycle, d'opter pour une méthode de contraception ou de protection plus naturelle, la lectrice est guidée pas à pas tout au long de ce guide.

Cela faisait quelques temps que je m'intéressais à cette question de cycle féminin, subissant le mien plus que je ne le comprenais. J'avais amorcé une réflexion sur le sujet il y a quelques années, quand j'ai cessé définitivement les protections jetables pour l'usage d'une coupe menstruelle, mais cela s'était arrêté là. Quand j'ai découvert ce guide sur le blog de Natasha Echos Verts, j'ai su que j'avais trouvé la perle rare !      
Sagesse et pouvoirs du cycle féminin aborde sans tabou
un sujet dont on parle si peu et qui concerne pourtant toutes les femmes : le cycle féminin.      
Encore une fois bien documenté et proposant une bibliographie conséquente en annexe, ce guide à la fois théorique et pratique est découpé en trois parties :      
1/Etre une femme : découverte du corps, les règles, les hormones, les peurs ancestrales liées aux règles, les bonnes habitudes pour la santé féminine, les aliments qui nourrissent le cycle féminin, les plantes alliées de la santé des femmes   
2/
Bien vivre ma fertilité : observation de son corps, les périodes de fertilité et d'infertilité, tenir un calendrier pour son cycle, les plantes amies de la fécondité, retrouver les vrais cycles après l'arrêt de la pilule ou le retrait d'un stérilet, les contraceptions non agressives et naturelles, l'avortement     
3/
Vivre en harmonie avec mon cycle ; la renaissance après les règles, le rayonnement lors de l'ovulation, l'intuition avant ses règles, le calme des règles, créer un mandala de son cycle, la mémoire des femmes.      

Une très belle découverte, un guide précieux, dans lequel j'ai pu piocher beaucoup de conseils et d'idées, et que j'aurais aimé découvrir plus tôt, pour avoir moins cette impression de subir mon cycle et mes règles et me battre avec mon corps pendant les périodes de douleurs et de fatigue. Un incontournable à avoir chez soi, un ouvrage à offrir aux femmes de son entourage, pour parler et échanger sur le sujet.

Jour 4 du Challenge Feel Good 

 Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

      

Une chronique de soukee rangée dans Documentaires - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

12 décembre 2018

Ar-Men, l'Enfer des enfers Emmanuel Lepage

Ar-Men

Ar-Men, l'Enfer des enfers  est un album d'Emmanuel Lepage paru en novembre 2017 chez Futuropolis. 

Au large de l'île de Sein, dans le Finistère, Ar-Men. Le phare le plus difficile d'accès de Bretagne. Germain en est le gardien, avec en alternance Pierrick et Louis, dans ce début des années 1960. Vingt jours en autarcie, seuls dans ce phare, à en garder le feu pour sécuriser les bateaux. Vingt jours dans le silence, les pensées, les souvenirs. Jusqu'à ce qu'une nuit de tempête mette au jour des inscriptions de précédents gardiens. Les naufrages, les nuits d'horreur. Germain découvre l'histoire de Moizez, le premier gardien d'Ar-Men, le premier à avoir choisi de délaisser la terre pour veiller sur la mer. Celui qui fit partie des courageux qui affrontèrent durant quinze ans les flots pour construire Ar-Men, au milieu des flots. 

Ouvrir un album d'Emmanuel Lepage, c'est accepter de prendre une claque, de perdre pied, de se faire happer par un dessin incroyable. Je l'avais déjà ressenti à la lecture d'Un printemps à Tchernobyl, il y a trois ans. Cet album confirme mon impression.

Emmanuel Lepage entraîne son lecteur dans le récit fascinant de la construction de ce phare et de son fonctionnement, lorsqu'il était encore géré par l'homme. La petite histoire et la grande se mêlent, l'aspect documentaire n'alourdissant en rien l'émotion suscitée par les personnages de papier. Le trait est net, les paysages bluffants de réalisme, et l'ensemble est visuellement grandiose. Les scènes de mer et de tempête permettent au talent de Lepage d'exploser et offrent un rendu terrifiant.

Amateur de phares ou non, de la mer ou non, ne passez pas à côté de cet album qui alterne les époques et les personnages pour mieux dresser l'histoire de ce monument classé, premier phare en mer depuis les années 1990. Je ne vais pas en dire plus, pour ne rien dévoiler de cette intrigue. A ceux qui sont passés à côté de Lepage, réparez au plus vite cet impair.  

Planche 2Planche 3

Planche 4 Planche 5

La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Stephie qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles ! 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [29] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,


11 novembre 2018

Sorcières : la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet

Sorcières Mona CholletSorcières : la puissance invaincue des femmes est un essai de la journaliste franco-suisse Mona Chollet. Il est paru en septembre 2018 aux éditions Zones.

La sorcière, cette femme âgée, ridée, au nez crochu et aux cheveux fous, volant sur son balai, hante l'inconscient collectif. Persécutée en Europe durant la Renaissance, l'image de la sorcière est aujourd'hui récupérée par les féministes actuelles et étudiée dans cet essai par Mona Chollet  sous quatre angles d'approche : celui de la femme indépendante, de la femme sans enfant, de la femme âgée mais également à travers le prisme de la guerre faite aux femmes et à la nature et la vision du monde qui en a découlé.

Sujet éminemment sensible et intéressant, la place de la femme dans l'Histoire et plus particulièrement des femmes accusées de sorcellerie a retenu toute mon attention.      
Mona Chollet décortique dans cette essai le mythe de la sorcière en le reliant aux combats féministes d'hier et d'aujourd'hui. Elle n'épargne ni l'actuel aspect mercantile de la sorcellerie (aujourd'hui, il existe un réel marché de grigris, bougies, grimoires, cristaux, etc.), ni l'influence de l'industrie cosmétique censée éviter la vieillesse aux femmes, en passant par la question de la non maternité - toujours aussi peu comprise aujourd'hui - mais aussi le désapprobation de l'indépendance féminine, la contraception ou encore la disqualification des femmes  âgées sur le plan sexuel ou amoureux ou la question des écarts d'âge dans les couples.     
Ce qui m'a le plus marqué, c'est cette construction culturelle, dès l'enfance, de la beauté et de la jeunesse comme idéal. Même Walt Disney, en opposant jeunesse et vieillesse, beauté et laideur, participe de cet élan inconscient qui fera tendre les femmes vers un idéal de beauté (et une dépréciation lorsqu'elles s'en éloigne) et de jeunesse, à grands renforts de produits miraculeux. Les références se succèdent et ne se ressemblent pas, permettant d'ouvrir les yeux sur un regard sociétal biaisé et des injonctions diverses faites aux femmes.    
L'essai est dense, Mona Chollet adjoint à sa réflexion de nombreuses et pertinentes références bibliographiques, et amène à réfléchir. Loin d'être indigeste, l'ensemble se lit avec fluidité, interrogeant sans cesse les représentations de la femme à l'aune de l'image de la sorcière. A lire absolument !

"On peut présumer que si, aujourd’hui, les femmes sont réputées se flétrir avec le temps alors que les hommes se bonifient, si l’âge les pénalise sur le plan amoureux et conjugal, si la course à la jeunesse prend pour elles un tour aussi désespéré, c’est largement en raison de ces représentations qui continuent de hanter notre imaginaire, des sorcières de Goya à celles de Walt Disney. La vieillesse des femmes reste, d’une manière ou d’une autre, laide, honteuse, menaçante, diabolique."

"Le seul destin féminin concevable reste le don de soi."

"Un homme qui ne devient pas père déroge à une fonction sociale, tandis qu'une femme est censée jouer dans la maternité la réalisation de son identité profonde."

"Celles qui refusent la maternité sont aussi confrontées au préjugé selon lequel elles détestent les enfants, telles les sorcières dévorant à belles dents de petits corps rôtis durant le sabbat ou jetant un sort mortel au fils du voisin."

Si vous voulez en savoir plus, deux podcasts dans lesquels Mona Chollet est venue parler de son livre :

Sorcières#1 de La Poudre

 


 Du bûcher à #MeToo, la revanche des "sorcières" ? dans l'émission La Grande table idées sur France Culture

Challenge Halloween 2018, Halloween, logo

 

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

17 octobre 2018

Edmond, Léonard Chemineau d'après la pièce d'Alexis Michalik

EdmondEdmond est un one-shot de Léonard Chemineau d'après la pièce éponyme d'Alexis Michalik. Il paraît aujourd'hui aux éditions Rue de Sèvres. 

Paris, décembre 1897. Edmond Rostand a vingt-neuf ans et à son actif des pièces d'un autre temps qui ne ravissent plus les foules. Presque ruiné, il essuie un nouvel échec avec La Princesse lointaine, dans laquelle Sarah Bernhardt tient le rôle-titre. Alors que ses dettes l'assaillent, Edmond tente le tout pour le tout : convaincre l'acteur en vogue Constant Coquelin de jouer dans sa future pièce. Une pièce novatrice, loin de ce qu'il a écrit avant : une comédie en vers. Coquelin s'emballe, veut la monter en trois semaines. Mais Edmond ne l'a pas encore écrite. C'est une véritable course à l'inspiration qui commence alors pour Edmond, pour sauver sa réputation, sa famille mais aussi sa pièce à laquelle peu croient et qui deviendra pourtant la pièce la plus jouée du répertoire français. 

Genèse de l'écriture de Cyrano de Bergerac, Edmond est véritablement un petit bijou ! La pièce, récompensée par cinq Molières, me tentait déjà terriblement (j'avais adoré Le Porteur d'Histoire d'Alexis Michalik) mais la découvrir adaptée par Léonard Chemineau (dont j'avais admiré le travail sur Le Travailleur de la nuit) fut une excellente surprise  
Chemineau et Michalik ont travaillé main dans la main pour cette adaptation en BD et le résultat est des plus réussis. Le scénario est fluide, la narration bien construite et la plongée dans le Paris de la fin du XIXe ébouriffante. Dur dur de vivre de sa plume quand les critiques sont assassins et que le public ne pardonne pas, que les créanciers frappent aux portes à toute heure du jour et de la nuit et que les comédiens sont capricieux, que les délais sont très courts et que l'inspiration n'est point ! Mais Edmond va surmonter ces épreuves pour écrire en un temps record - Alexis Michalik imagine ce fait là - une pièce qui marquera à jamais le paysage théâtral français.   
La galerie de personnages est diablement réussie - du meilleur ami au coeur brisé à l'épouse en proie au doute en passant par la comédienne capricieuse ou les créanciers tenanciers d'un lupanar - et drôle à souhait, le tout s'enthousiasmant dans un joyeux bordel au rythme d'Edmond et de sa pièce. Les visages sont soignées, les décors de la Belle Époque aussi et l'ensemble participe à cette immersion temporelle des plus délicieuses.  
Le rythme de l'intrigue, enfin, ne laisse pas une seconde de répit au lecteur. Un album qui se dévore d'une traite, émouvant, drôle, historiquement intéressant et à l'intrigue trépidante. Une réussite totale ! J'ai hâte de découvrir l'adaptation ciné de la pièce qui sort en janvier. 

Planche 1Planche 2

Planche 3Planche 4

Un grand merci aux Éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album ! 

  

Je ne résiste pas à vous mettre la bande-annonce du spectable d'Alexis Michalik 

(en espérant pouvoir le découvrir à Metz bientôt !) 

 La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Moka qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles ! 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

10 octobre 2018

Dracula T.1 Le Prince Valaque Vlad Tepes, Pascal Croci, Françoise-Sylvie Pauly

Dracula T

Le Prince Valaque Vlad Tepes est le premier tome du dyptique Dracula, fruit de la collaboration entre Pascal Croci et Françoise-Sylvie Pauly. Il est paru en 2005 aux éditions Emmnanuel Proust.

Londres, 1888. Bram Stoker, le père de Dracula, examine avec l'archiviste du British Museum l'histoire du Prince Valaque Vlad Tepes, à travers le testament de son épouse malheureuse, la Princesse Cneajdna. Celle qui, mariée sans inclination au cruel Prince Tepes, l'a vu lui échapper dans les bras d'une créature étrange.

S'il y a bien un album que je voulais découvrir depuis longtemps et que je gardais au chaud pour cette période de l'année, c'est bien celui-ci ! Dracula est un album hybride, qui mêle histoire et fantastique, qui fait intervenir autant Bram Stoker - le romancier de Dracula - que le Prince à l'origine de ce roman épistolaire. Les recherches des deux auteurs sont poussées, pour dépeindre le personnage de Vlad Tepes et sa cruauté légendaire (les anecdotes d'empalement sont historiquement fondées) mais teintées de fantastique. Le récit enchâssé, donne à voir une intrigue sombre et dénuée d'espoir, à l'image du destin de la malheureuse Princesse Cneajdna.   
Les dessins sont de toute beauté, les dégradés sombres offrant à l'ensemble une note angoissante qui complète cette couverture rouge sang. Les personnages émaciés, la nature quasi morte dans cette neige autant étouffante qu'étincelante, dressent un décor désolé autant que mortuaire. Un bel hommage à l'oeuvre de Stoker, au personnage aussi. Un second tome que j'aimerais découvrir rapidement ! 

Planche 1 Planche 2

 

  La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Stephie qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles ! 

Challenge Halloween 2018, Halloween, logo    

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [42] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

21 septembre 2018

Outlander T.4 Les tambours de l'automne, Diana Gabaldon

Outlander 4 Les tambours de l'automneLes tambours de l'automne est le quatrième tome de la série Outlander imaginée par Diana Gabaldon. Il est paru la première fois aux Presses de la Cité en 1995 avant d'être réédité chez J'ai Lu en 2015.

1767. Claire et Jamie ont fuit l'oppression anglaise à bord d'un navire qui les a conduits au Nouveau Monde. Il aspirent au calme, à la paix, mais l'Amérique est à l'aube de son Indépendance et les temps sont durs. Échoués en Caroline du Nord, ils décident de s'installer seuls sur des terres léguées en héritage et de recommencer leur vie. Pendant ce temps, leur fille Brianna est restée en 1967, tentant de poursuivre sa vie. Lorsqu'elle découvre que ses parents vont connaître un funeste destin, elle décide de partir les rejoindre pour changer le cours de l'histoire. 

J'adore cette série, qu'on se le dise ! Je mets peut-être pas mal de temps à lire chaque tome, l'entrecoupant d'autres lectures, mais c'est à chaque fois un plaisir de retrouver Claire et Jamie et de suivre leurs aventures.  
C'est en Amérique que Diana Gabaldon nous entraîne cette fois, et le 18e est synonyme de bien des transformations pour le pays, à commencer par les tribus d'indiens qui vont disparaître, anéanties par les colons. La romancière s'intéresse à cette question et même si Claire sait qu'elle ne peut pas changer le cours des choses - le premier tome et la bataille de Culloden en sont les parfaits exemples - elle n'en demeure pas moins horrifiée de connaître le sort qui sera réservé à ceux qu'elle côtoie.  
Ce tome est un peu plus lent que les précédents, l'intrigue alternant toujours entre passé et présent, Claire et Jamie au 18e et Brianna au 20e siècle. Le couple travaille dur pour réaménager des terres et construire une habitation décente en Caroline du Nord, et le lecteur de suivre leurs efforts. Point positif en revanche : Diana Gabaldon a cessé de ponctuer son récit de scènes de sexes simili torrides mais plutôt ridicules entre Claire et Jamie. Et ça, c'est pas plus mal ! J'avais à chaque fois vaguement l'impression de lire un 50 nuances... dix ans plus tôt. 
Un tome qui permet de balayer un nouveau pan de l'Histoire et d'entraîner le lecteur aux débuts de ce Nouveau Monde et de dynamiser l'intrigue en offrant à Brianna une place plus importante. En bref, j'ai hâte de commencer le tome 5, La Croix de feu !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

16 mai 2018

Mon traître, Pierre Alary d'après Sorj Chalandon

Mon traître, Pierre Alary d'après Sorj ChalandonMon traître est un album de Pierre Alary d'après le roman du même nom de Sorj Chalandon, paru en janvier aux éditions Rue de Sèvres.

Mon traître est l'histoire vraie de l'amitié qui lia Sorj Chalandon à Denis - Tyrone dans le roman et la BD - un combattant de l'IRA qui a trahi les siens durant vingt-cinq ans en donnant des informations à l'armée britannique. Sorj - Antoine dans l'histoire - est un luthier parisien qui découvre l'Irlande du Nord à la fin des années 70, alors que le conflit fait rage dans les rues de Belfast. Il se lie d'amitié avec un couple, Jim et Cathy, et rencontre Tyrone Meehan, un combattant de la première heure pour l'indépendance de l'Irlande.

Quelle claque cet album... Je l'ai ouvert un matin printanier, alors que le soleil tapait fort sur mes fenêtres, et en quelques minutes j'ai eu l'impression de plonger dans le Belfast des années 70, sombre, violent, mais lumineux aussi, par les liens qui unissent les personnages. Cette histoire vraie, racontée tout en pudeur et en poésie, prend aux tripes, c'est certain. Elle interroge la notion d'amitié, de solidarité, de combat, de confiance, de trahison, d'honnêteté et de duplicité. C'est brut, sans fard. Et c'est bon !

Pierre Alary fait sien le texte de Chaladon pour mieux le rendre en images. Le trait est net, parfois un peu saccadé, les tons sépias, sombres, et l'album est entrecoupé du compte-rendu de l'interrogatoire de Tyrone, interrogé par l'IRA. L'immersion est totale, l'émotion palpable. J'ai un grand tort : je n'ai pas encore lu les deux romans de Sorj Chalandon évoquant cette histoire, Mon traître et Retour à Killybegs. Je sais que je dois y remédier assez rapidement. J'ai néanmoins eu envie de découvrir cette adaptation et j'ai rudement bien fait. A lire, sans hésiter une seconde. L'avis de Mo', conquise aussi. Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album coup de poing.

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

La BD de la semaine

Cette semaine chez Stephie !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,