Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




07 novembre 2019

Cléopâtre, sur les traces d'une femme d'exception, Alberto Angela

Cleopatre Alberto AngelaCléopâtre, sur les traces d'une femme d'exception est le dernier livre du journaliste et vulgarisateur scientifique italien Alberto Angela. Il est paru en octobre chez Harper Collins. 

Cléopâtre, un nom mythique pour une femme qui a tout autant marqué l'Histoire. Alberto Angela se penche sur le destin de cette femme hors du commun et plus particulièrement sur les quatorze dernières années de sa vie, de 44 av. JC à 30 av. JC, alors que la souveraine égyptienne a séduit deux des plus grands noms de l'histoire romaine - César et Marc Antoine - et qu'un royaume est sur le point de s'effrondrer et une page de l'Histoire de se tourner  

J'ai découvert Alberto Angela avec cette biographie de Cléopâtre et autant vous le dire tout de suite : je me suis régalée et cet essai est un véritable coup de coeur ! Alberto Angela réussit en quelques pages à entraîner son lecteur au coeur de cette période sombre mais ô combien essentielle pour l'Occident. Il étudie de près les protagonistes de ces années, avec précaution quand les détails historiques ne nous sont pas parvenus, et n'hésite pas à utiliser le conditionnel pour des situations dont on ignore quasi tout. Les descriptions sont très soignées - Rome et ses ruelles ou Alexandrie, notamment - et permettent une immersion incroyable dans l'époque. Comme s'il portait une caméra à l'épaule, l'auteur nous entraîne dans un long travelling de la vie quotidienne des romains et des égyptiens. Le lecteur voit naître sous ses yeux des bâtiments mythiques aujourd'hui disparus - le phare et la bibliothèque d'Alexandrie en tête, mais pas que -, tandis que les effluves des différentes échoppes lui parviennent aux narines ou que le tumulte d'une journée à Rome ou à Alexandrie monte dans ses oreilles. L'effet est saisissant et l'écriture cinématographique de l'auteur n'y est pas pour rien.  La précision historique est recherchée, les thèses des différents historiens proposées, laissant le champ libre au lecteur d'adhérer davantage à l'une ou l'autre.
Cléopâtre n'est pas décrite comme une femme magnifique - pour la simple et bonne raison qu'il ne reste aucune représentation d'elle ni aucune description - mais plutôt comme une femme consciente de sa sensualité, vive d'esprit, très cultivée et au fait de la vie politique. Alberto Angela la dépeint en visionnaire, en femme indépendante et sûre de son pouvoir de séduction, mais qui pense avant tout à son peuple et à ses enfants, notamment Césarion qu'elle souhaite mettre sur le trône d'Egypte après sa mort.

Un essai aussi passionnant qu'accessible qui permet de se pencher sur ces années qui ont marqué l'Histoire, un page-turner incroyable bourré de suspense (j'ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre dès le début, alors que la conjuration contre César est en marche et que l'issue nous est déjà connue) et une très belle découverte.

Un grand merci aux éditions Harper Collins pour la découverte de ce livre qui est une très belle idée de cadeau pour les fêtes !

Une chronique de soukee rangée dans Biographies et écritures du moi - Vos commentaires [0] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,


08 août 2019

Broadway Limited T.2 Un shim sham avec Fred Astair, Malika Ferdjoukh

Broadway Limited 2Un shim sham avec Fred Astair est le deuxième tome de la série Broadway Limited écrite par Malika Ferdjoukh. Il est paru en novembre dernier dans la collection Medium + de L'Ecole des Loisirs.

Le froid est mordant en ce mois de janvier 1949 à New York, et à la pension des Giboulées, tenue par les soeurs Celeste et Artemisia, la vie suit son cours. Les six jeunes pensionnaires poursuivent assidûment leur rêve de gloire et de reconnaissance. Il y a la danseuse Manhattan, engagée comme habilleuse auprès de Uli Styner, star de Broadway poursuivi par la Commission des Activités Anti-Américaines, qui ignore qu'elle est la fille qu'il a abandonnée. Et puis il y a Hadley, qui, de son côté, élève comme son neveu son fils de trois ans Odgen, fruit d'une nuit d'amour avec Arlan, un beau soldat perdu de vue à cause d'une serviette en papier et d'une averse. Chic, quant à elle, adore le faste et les paillettes et poursuit sa carrière de comédienne jusqu'à ce qu'elle rencontre un certain Whitey. Et puis il y a aussi Page, Etchika et Ursula, mais aussi Dido, la jeune voisine très impliquée politiquement, dont est éperdument amoureux Jocelyn, le jeune pianiste français qui loge au sous-sol de la pension. Ça en fait du monde et des aventures !

J'avais adoré ouvrir le premier tome de Broadway Limited, en novembre dernier, et c'est avec le même plaisir que j'ai dévoré celui-ci.
Malika Ferdjoukh poursuit avec finesse l'exploration de ses personnages et des différentes intrigues qu'elle imagine. New York, et plus généralement l'Histoire américaine, prennent une place de plus en plus importante à mesure que la période d'après-guerre se durcit et qu'avec elle apparaissent les chasses aux sorcières. L'auteure mêle avec brio ses personnages aux anecdotes historiques en les faisant rencontrer des grands noms de cette époque - Fred Astair, Grace Kelly, Billie Holliday, Marlon Brando, Elia Kazan, Paul Newman, Lee Strasberg, etc. - et participer à l'effervescence du début des 50's. Les cabarets et autres théâtres ont le vent en poupe, tout comme les danseurs et les chanteurs, et la petite troupe de la pension des Giboulées tente de percer chacun dans son domaine.
C'est avec regret que j'ai refermé ce deuxième tome, diablement bien rythmé. L'intrigue générale gagne en épaisseur, tout comme les personnages en psychologie, et Malika Ferdjoukh est en train d'imaginer une sorte de Vie mode d'emploi un brin plus romancé, où l'intrigue déborde des murs de la pension pour mieux donner à voir la vie de ces jeunes adultes à New York. Destiné à un lectorat adolescent, la série est à la fois accessible notamment historiquement et politiquement à ce public, mais aussi largement délicieuse à découvrir à l'âge adulte. Les turpitudes des sentiments adolescents sont là, mais évitent l'écueil du sentimentalisme pour mieux donner à voir des vies plus matures, plus engagées. A l'image des vingtenaires de cette époque.
Une réussite, donc, que je ne peux que vous encourager vivement à découvrir au plus vite. De mon côté, j'attends le prochain tome avec impatience. Un grand merci
 à L'Ecole des Loisirs de me permettre de découvrir cette série que j'aurais adorée plus jeune, même si je ne boude pas mon plaisir à trente ans et des poussières.

Ma chronique du premier tome :

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

20 juin 2019

Histoires du soir pour filles rebelles, Collectif

Histoires-du-soir-pour-filles-rebelles (1)Histoires du soir pour filles rebelles est un recueil imaginé par Elena Favilli et Fancesca Cavallo et dessiné par un collectif de soixante illustratrices internationales. Il est paru en octobre 2017 aux éditions des Arènes. 

Ada Lovelace, Michelle Obama, Grace Hopper, Amelia Earhart, Brenda Chapman, Yoko Ono, les soeurs Williams, Nina Simone, Maria Montessori, Margaret Hamilton, ce sont cent femmes au destin hors du commun qui se retrouvent dans les pages de ce bel album jeunesse. Cent pionnières pour la condition féminine, qui ont lutté malgré les préjugés et les limites liées à leur genre, et qui sont entrées dans l'histoire. Chaque double page présente un portrait, accompagné d'une illustration et d'une citation. 

Magnifique album très didactique, Histoires du soir pour filles rebelles est un incontournable ! A l'image de la série Culottées de Pénélope Bagieu - qui se présentait sous forme de BD - l'album fait la part belle aux figures féminines qui ont marqué l'Histoire ou la marquent encore à travers de courtes biographies qui sont autant de point d'entrée pour creuser ensuite, selon son envie.
Sa particularité réside dans cette écriture à quatre mains et ces dessins à cent vingt ! Ce sont en effet soixante illustratrices qui se sont emparées des destins de ces femmes d'exception pour les faire renaître sous leurs crayons et pinceaux. Le résultat est tout simplement magnifique ! Ajoutez à ça une mise en page soignée, claire, indiquant clairement ce qui distingue la femme présentée (son métier, son titre, etc.), ses dates, sa nationalité, un sommaire alphabétique, une table des illustratrices avec leurs nationalités, un joli marque-page en tissu, et vous aurez un gros et bel album à glisser entre toutes les mains. 

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

06 juin 2019

La boîte de Pandore, Bernard Werber

La boîte de Pandore Bernard WerberLa boîte de Pandore est le dernier roman du toulousain Bernard Werber. Il paru en septembre dernier chez Albin Michel.

Imaginez un spectacle d'hypnose. Imaginez que vous êtes le plus sceptique dans la salle mais que c'est sur vous que tombe l'expérience d'aller sur scène. Imaginez que l'hypnotiseuse vous propose une expérience d'hypnose régressive et vous permet de franchir la porte de l'inconscient pour aller visiter une de vos vies antérieures. C'est ce qui arrive à René, professeur d'histoire en lycée. Et lorsqu'il découvre qu'il a été un soldat durant la Grande Guerre, René prend peur et s'enfuit du spectacle. Mais si pouvoir revenir dans ses vies antérieures était finalement une chance ? Et si sa mission de vie l'attendait derrière l'une de ses portes ? René décide de se pencher sur la question.

Quand j'étais lycéenne, j'aimais beaucoup Werber, mais cela faisait au moins quinze ans que je n'y étais pas revenue. L'intrigue de son dernier roman, et surtout son sujet - l'hypnose - a aiguisé ma curiosité et j'ai eu envie d'en savoir plus. Mais force est de constater que la magie n'a pas opéré. 
Si l'idée de départ est intéressante - questionner l'hypnose par le truchement d'un personnage rationnel qui envisage cette dernière uniquement comme un divertissement - mais se perd rapidement dans les méandres d'un ésotérisme qui m'a laissée de marbre. Werber plonge dans la question de l'hypnose régressive et fait visiter à son personnage toutes ses vies antérieures. Et les lieux communs pleuvent. René est prof d'histoire et parcourt les âges  à travers ses diverses vies - soldat durant la Grande Guerre, riche aristocrate du début du XXe, princesse indienne, etc.- jusqu'à sa première vie, en tant qu'atlante. Parce que oui, Werber revisite ici le mythe de l'Atlantide, que René peut parcourir tel un fantasme grâce à l'hypnose régressive. Le propos s'embrouille, la science s'éloigne, le mythe et le religieux apparaissent. Il n'est plus question de plasticité cérébrale ou vraiment d'hypnose mais d'un état hypnotique qui permet de se balader au gré de ses envies le long de son couloir de l'inconscient et de choisir une porte pour converser avec l'un de ses moi antérieurs.
L'intrigue se perd rapidement dans une quête quasi mystique dans laquelle René rameute des disciples, et les personnages - souvent caricaturaux, il faut l'avouer - de le suivre aveuglément dans son délire. 
J'ai peiné pour aller au bout de ma lecture, allant d'invraisemblances en invraisemblances. Le dénouement est à l'image de l'intrigue en elle-même, aussi abracadabrantesque que grotesque. C'est dommage. Je garde en tête le romancier qui m'a fait découvrir la vie des fourmis ou a interrogé les mystères du cerveau et préfère oublier celui qui se perd dans un ésotérisme qui m'a laissée froide. 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

15 mai 2019

Le château des étoiles T.4 Un français sur Mars, Alex Alice

Le château des étoiles 4 Alex AliceUn français sur Mars est le quatrième tome de la série Le château des étoiles imaginée par Alex Alice. Il est paru en septembre 2018 aux éditions Rue de Sèvres. 

Arrivés sur Mars, Séraphin et ses amis se mettent en quête de l'expédition prussienne qui les a précédés et qui retient en otage le Professeur Dulac. Lorsqu'ils retrouvent les restes du vaisseau sans signe de vie, le petit groupe panique. Mais ils n'ont guère le temps de s'en préoccuper car Gudden, venu avec eux, dévoile son jeu : le père de Séraphin n'est pas sur Mars et Gudden n'est ici que pour permettre de rapporter de l'etherite sur Terre. Une rixe éclate alors entre Séraphin et Gudden et Séraphin est vite assommé et perd connaissance. Lorsqu'il réouvre les yeux, il est seul. Ses amis l'auraient-ils abandonné sur Mars ? Très vite, l'adolescent se rend compte qu'il n'est pas seul et que la planète est habitée par d'étranges créatures.

Deuxième tome du diptyque consacré à la planète rouge, Un français sur Mars entraîne une nouvelle fois son lecteur dans une aventure rocambolesque. Elle est bien loin, la Bretagne du précédent tome et les temps calmes de la vie de Séraphin et ses amis. Dans ce nouvel album qui se déroule exclusivement sur Mars, la petite troupe est confrontée à la trahison, l'isolement et la folie, parfois, le tout sur une planète inconnue où la vie n'a pas encore été étudiée.  
Alex Alice poursuit l'exploration de l'univers qu'il a construit, offrant à la fois de superbes planches dignes de planches de botanique, où minéral et végétal se mélangent pour mieux se confondre, et une intrigue riche et rythmée. La palette de couleurs utilisée est chaude, ressemblant parfois à un arc-en-ciel, et malgré la guerre qui sourd pour exploiter les ressources de Mars, cette dernière semble accueillante et pacifique.  
Les héros ont bien grandi depuis le premier tome, et ce sont maintenant des adolescents qui parcourent l'espace au volant de leurs engins bricolés. Le côté steampunk est toujours bien présent, avec ces machines volantes tout droit sorties de l'imagination d'inventeurs de génie.  
L'humour est toujours présent, mais c'est un tome plus sombre que signe ici Alex Alice, en proie aux affres d'un monde qui ressemble étonnamment au nôtre. La question du racisme est évoquée sous couvert de fantastique, tout comme celles de la tolérance et du vivre-ensemble. Un nouveau chapitre aussi soigné qu'intéressant, qui ouvre encore de nouvelles portes dans les aventures de Séraphin et ses amis. Une série qui gagne en densité au fil des tomes, gardant l'onirisme de Miyazaki et le côté scientifique bien marqué qui rappelle sans cesse Jules Verne. 

Mon avis sur les trois premiers tomes : 

Le château des étoiles T image 

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres de m'avoir permis de découvrir cet album.

Planche 1 Planche 2

 

Planche 3Planche 4

La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Noukette qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,


13 février 2019

Retour à Killybegs, Pierre Alary d'après Sorj Chalandon

Retour à KillybegsRetour à Killybegs est l'adaptation par Pierre Alary du roman de Sorj Chalandon, Grand Prix du roman de l'Académie française en 2011. Elle paraît aujourd'hui aux éditions Rue de Sèvres.

Tyrone Meehan, figure de proue de l'indépendance irlandaise, a été reconnu coupable de traîtrise en 2005. Pendant 25 ans, cet activiste nationaliste a livré des informations aux anglais, trahissant l'IRA et les siens. Au crépuscule de sa vie, reclus dans un cottage à Killybegs, dans le Donegal, Tyrone décide de se raconter, non pas pour justifier son geste, mais pour expliquer ce qui l'a poussé à collaborer.

Mon traître, le premier volet de cette histoire, fait partie de mes coups de coeur de l'an dernier. Un album beau, violent, vibrant. J'avais hâte de découvrir Retour à Killybegs, car si Mon traître embrasse le point de vue de Sorj Chalandon sur son amitié avec Denis Donaldson - Tyrone Meehan dans le roman - ce nouvel album donne la parole à ce dernier pour expliquer les raisons de son geste.
Quelle claque, encore une fois ! Quelle réussite ! Pierre Alary donne à voir un album au graphisme toujours aussi prenant, dans des teintes sépia qui accentuent l'ambiance. Il fait sien le texte de Sorj Chalandon qui romance l'enfance et les débuts de Tyrone à l'IRA, les violences subies, le combat, les morts aussi. L'adaptation équilibre texte et image, ces dernières dressant l'ambiance de ces souvenirs.
L'album alterne encore une fois passé et présent, ce présent lourd et pesant dans lequel Tyrone attend que l'IRA vienne l'assassiner. Les souvenirs remontent, le sentiment d'avoir été pris en étau, aussi, d'avoir voulu le bien, la paix, la cessation de toute cette violence. Tyrone s'explique, patiemment, tout en attendant ceux qui viendront venger la cause. 
Un album qui se dévore d'une traite. Un album magnifique sur cette page de l'histoire de l'Irlande. Une belle réflexion sur les notions de duplicité, de trahison, d'honneur. Bref, encore une fois
une réussite totale.

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album.

  La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Moka qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

29 janvier 2019

Inspiration du jour : deux initiatives positives

Bonjour à tous,

En cet avant-dernier jour de notre mois consacré au Feel Good, je voulais vous présenter deux initiatives positives qui me tiennent à coeur et auxquelles je participe. L'une dans le domaine du patrimoine et l'autre dans le domaine de la protection animale. 

Rempart

Rempart 

Crée en 1966, l'association Rempart recense des missions patrimoines en France et dans le monde : chantiers de bénévoles, stages techniques, services civiques. Grâce à une recherche par mots-clés, dates, types de mission ou lieux, vous pouvez, en un coup d'oeil, trouver votre prochain projet de bénévolat ! 

Pourquoi c'est bien ? En devenant bénévole sur un chantier de restauration du patrimoine, vous offrez de votre temps à la sauvegarde de l'Histoire. Dans la majorité des cas, aucune compétence particulière n'est nécessaire (chaque chantier le précise sur sa fiche de présentation), et une lettre de motivation suffit à rejoindre une équipe le temps d'un weekend, d'une semaine ou plus. Des équipes de passionnés vous accueillent sur les sites et vous offrent la possibilité d'une parenthèse dans le temps. Le logement est souvent compris dans le prix du chantier (participation aux repas) et c'est une vie en communauté qui vous attend. Logement en tentes l'été, ou en dortoirs l'hiver, repas en grandes tablées, découverte des sites de la région, les chantiers sont l'occasion d'échanger autour du patrimoine et de passer un temps convivial et décontracté. Une belle façon de faire du bénévolat !
De mon côté, j'ai fait trois chantiers de restauration : deux au Château de Berzy-le-Sec (un chantier de moulage de tomettes pour la restauration d'une salle et un chantier de confection de costumes médiévaux pour les animations pédagogiques du site) et un chantier en Angleterre, dans les Cotswolds, pour l'entretien du Canal d'Inglesham (maçonnerie, mur en pierres sèches, etc.). Avec ma formation littéraire, je n'ai aucune compétence dans ces domaines (hormis la couture!) mais ces trois chantiers ont été l'occasion d'apprendre des techniques, de rencontrer d'autres bénévoles, de participer à un projet de restauration de grande envergure et de donner de mon temps pour la préservation de notre patrimoine. Une expérience à chaque fois très enrichissante ! 

 

 

L214

Actions Express L214

 Crée en 2008, l'association L214  - nom donné en référence à l'article L214 du code rural - est une association de protection animale qui lutte au quotidien. Les soutenir peut prendre plusieurs formes - faire un don, créer ou rejoindre une association locale, militer, adhérer, etc.- mais aussi, et de façon très simple, en participant aux Actions Express. Une fois inscrit par mail, une à deux fois par semaine, vous recevez un mail vous demandant d'interpeller un grand groupe pour qu'il prenne un engagement public en faveur des animaux, notamment pour lutter contre l'élevage des poules en cages. Une à deux minutes suffisent pour envoyer le mail pré-écrit, retwetter ou encore interpeller sur Facebook les têtes pensantes des grands groupes. Et l'action massive marche souvent très très bien !

Pourquoi c'est bien ? Parce que c'est super efficace et vraiment pas énergivore. Si la cause animale vous touche, voilà le pas le plus petit et le plus simple à faire, qui ne vous demandera ni d'arrêter d'acheter du cuir ni de vous passer de vos oeufs et vos mouillettes (même si, dans l'absolu, ça serait quand même super chouette !).
De mon côté, à chaque fois que je reçois une action express, j'ouvre le mail, je fais les actions demandées (sauf Facebook dont je me suis désinscrite) et la plupart du temps, en moins d'une minute, j'ai fait ma part.
Si vous êtes sensibilisé à la cause animale mais pas encore prêt à vous passer de vos oeufs, viande ou fromage, vous pouvez quand même agir, de chez vous, en très peu de temps. Et vous allez voir : quand le premier grand groupe que vous interpellez avec les autres bénévoles plie et publie un engagement public, ça fait tout chose. Je me souviens de ma joie quand Starbucks a publié son engagement contre les poules élevées en cages ou encore qu'une action express a à peine eu le temps d'être envoyée par mail que L214 nous a demandé d'arrêter de les interpeler car le groupe avait plié... en 15 minutes. Effet grisant garanti ! L'effet colibri prend tout son sens ici : seul, nous n'aurions aucun poids. Ensemble, nous faisons entendre notre voix. 

 

Jour 29 du Challenge Feel Good 

  Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

       

 

Rempart et L214

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

25 janvier 2019

Inspiration du jour : découvrir le yoga

Bonjour à tous,

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler d'une pratique qui est entrée dans ma vie il y a bientôt dix ans et qui l'a complètement bouleversée. Je veux parler du yoga. Il est désormais difficile de passer à côté tant la pratique s'est démocratisée jusqu'à devenir aussi un bon gros filon marketing bien loin des valeurs originelles. Avant de vous donner quelques conseils pour pratiquer, je voulais revenir rapidement sur l'histoire et les valeurs du yoga.

Né en Inde il y a plus de 2000 ans, le yoga est avant tout une discipline d'harmonisation du corps et de l'esprit et une pratique philosophique dont le but est l'évolution de l'être humain. La tradition indienne décline la discipline en huit étapes appelées aussi "les huit membres" ou en étant plus poétique, les huit pétales du yoga.

 

Les 8 pétales du yoga

Les 8 pétales du yoga

1/ Yamas ou les règles morales

- Ahimsa : la non-violence

- Satya : la vérité

- Asteya : l'honnêteté

- Brahmacharya : le contrôle de soi

- Aparigraha : la non-possession

2/ Niyamas ou les disciplines de vie

- Saucha : la propreté mentale et corporelle

- Samtosa : le contentement

- Tapas : l'ardeur, l'ascèse

- Svadhyaya : la connaissance de soi par l'étude des textes

- Ishvara pranidhana : la dévotion au seigneur divin

3/ Asanas ou la pratique corporelle

Les 84 000 postures réalisables selon les textes sacrés anciens

4/ Pranayama ou les exercices respiratoires

Contrôle du souffle et de l'énergie vitale

5/ Pratyahara ou la maîtrise des sens

6/ Dharana ou la concentration

7/ Dhyana ou la méditation

8/ Samadhi ou l'état de plénitude totale

Voilà donc, ce que recouvre le yoga. Et en lisant ces huit étapes, on se rend compte qu'on est bien loin de ce qu'on peut apercevoir sur les réseaux sociaux aujourd'hui, les posts avec le hashtag #yoga alternant entre les poses de simili fitness ou les exercices périlleux sur la tête ou un bras. Loin de moi de dénigrer les inversions ou les postures d'équilibre, mais malheureusement, dans bien souvent des cas, l'essence même du yoga s'est perdue au fil des postures savamment construites pour un résultat époustouflant mais bien loin de la réalité, où seuls les asanas sont valorisés. Le pranayama est souvent passé sous silence, sans parler des autres préceptes de la discipline.

Vous croiserez sur votre route différents types de yoga - hatha yoga, ashtanga, kundalini, etc.- jusqu'aux inventions loufoques comme le yoga avec une chèvre ou encore le bikram, inventé par un gourou du nom de Bikram Choudhury et qui se pratique dans une salle chauffée à 40,6°, discipline popularisée dans les années 70 et dont on comprend aujourd'hui les nombreux risques.

Le yoga le plus répandu en Occident est le hatha yoga (hatha signifiant en sanskrit la vigueur et l'harmonisation des contraires). Il allie la conscience du geste et du souffle, des postures - asanas- et des respirations - pranayama - dans le ici et maintenant, en pleine conscience.

***

Le yoga est donc bien plus qu'une pratique qui ressemble à du fitness, sur un tapis, avec plus ou moins d'accessoires. Parce que justement, des accessoires, vous n'en aurez quasi pas besoin. Le yoga se suffit à lui-même et n'a besoin que de très peu de matériel pour être pratiqué.

De quoi aurez-vous besoin pour débuter la pratique : 

- 1 tapis de yoga (j'utilise ceux de la marque Baya que je trouve très beaux et très confortables) : à choisir plus ou moins épais, en matière naturelle ou pas, selon votre préférence.

Et c'est tout ! Pour débuter, inutile d'investir dans d'autres accessoires. J'ai pratiqué pendant longtemps en prenant des cours et en n'utilisant rien d'autre qu'un tapis. Attention, quand on débute on est tenté d'acheter tout un tas de gadgets. Gardez à l'esprit que c'est l'industrie maketing qui vous fait croire que vous en aurez besoin pour mieux vous faire débourser un maximum d'argent. La seule chose nécessaire pour pratiquer le yoga est un tapis. Le reste est secondaire. Libre à vous de craquer avec un enthousiasme sans borne pour des gadgets en tous genres, bien entendu, mais vous vous rendrez compte rapidement que vous ne vous en servez pas et que cela encombre votre maison (penser minimalisme !).  Je vous conseille, selon la façon dont vous pratiquez, selon votre corps et sa souplesse, et vos envies, trois accessoires facultatifs mais qui ne sont pas inutiles si vous avez pensé vos besoins.

Facultatif :

- 2 briques en liège  (celles de Décathlon sont parfaites et peu onéreuses) : elles peuvent vous être utiles si vous manquez de souplesse pour certaines postures ou pour aller plus loin sur d'autres

- 1 sangle : pour étirer l'arrière du corps ou pour vous aider si vous manquez de souplesse sur certaines postures

- 1 feet up : pour aller plus loin et vous entraînez sur les postures inversées - headstand - si vous avez une faiblesse aux cervicales, au dos ou aux épaules. Personnellement, j'en ai acheté un il y a presqu'un an (donc longtemps après mon début de pratique) pour palier la faiblesse de mon épaule droite, tenir plus longtemps mes inversions et m'entraîner. Je ne regrette absolument pas mon achat mais il reste assez cher et n'est vraiment pas indispensable.

 

Comment commencer ?

Le meilleur conseil que m'ont donné mes enseignants de yoga c'est justement de suivre des cours. Pourquoi ? Tout simplement parce que sous des abords simples de gym douce (représentation extrêmement erronée comme on vient de le voir), le yoga est une pratique intense qui remue beaucoup le corps. Le muscles profonds sont sollicités, tout comme les organes. Chaque posture a été pensée de façon précise. Ainsi, les torsions sont utiles pour lutter contre la constipation ou le transit lent, la pince et l'enfant pour lutter contre les douleurs des règles, etc. Et toutes ces postures ne sont pas à manier à la légère et comportent des indications très précises sur le placement des hanches, du bassin, des angles, etc. En Inde, sur des stages assez intenses, des toilettes sont prévus pour chaque participants... Voilà voilà.
Donc non, le yoga ce n'est pas un vague fitness à la mode comme on peut le voir sur Insta, avec des postures de fifou comme certains qui passent 3h à se préparer pour un corbeau parfait. Le yoga nécessite un apprentissage avec un enseignant qui corrige vos postures, vous donne des indications de degrés de posture  (selon la souplesse de chacun) et vous indique leurs effets.
Une petite anecdote pour que vous compreniez bien les effets du yoga : durant ma première année de pratique, sur une posture assez simple en apparence, j'ai fait un malaise. Quand ma prof est venue me voir et m'a demandé si ça allait, si j'étais un peu malade ou autre en ce moment, je lui ai dit que j'avais mes règles. Elle m'a dit alors que la torsion que nous venions de réaliser était très intense au niveau du bassin et que ce n'était pas étonnant, en étant en plein milieu de mon cycle et plus fatiguée, d'avoir fait un malaise. Je garde toujours en tête cet épisode pour écouter mon corps durant ma pratique.

Si jamais vous pratiquez déjà avec un enseignant et que vous voulez aller plus loin chez vous, voici les chaînes de yoga que j'apprécie et que je vous conseille :

Carine Castet

 

My Sunny Yoga

 

Yoga coaching

 

 

 Yoga with Adrienne

 

Personnellement, je pratique chez moi soit seule, en construisant ma propre séance, soit en suivant une séance d'une de ces enseignantes que j'aime beaucoup.
En
core une fois, faites attention à ne pas faire n'importe quoi. La pratique doit se faire sans jugement, sans comparaison, en toute humilité, dans le respect de son corps à l'instant T. Votre souplesse d'aujourd'hui n'est pas celle d'hier et ne sera pas celle de demain. Celle du matin n'est pas celle de l'après-midi ou du soir. Et il n'y a pas de linéarité dans la progression !

***

Je vous disais en début de post que la pratique du yoga avait changé ma vie. Pourquoi ? Parce que je ne me suis pas arrêtée à la pratique des asanas. J'en engagé une démarche holistique pour changer peu à peu complètement ma façon de vivre.
J'ai commencé timidement par du yoga, puis me suis intéressée à la méditation, puis au bouddhisme (jusqu'à suivre des enseignements avec des maîtres tibétains et aller pratiquer dans un centre international), et enfin au véganisme. Parce que oui, yoga et véganisme sont liés. Ils sont liés par le principe numéro un du yoga, ahimsa, la non-violence. Concernée par la condition animale depuis mon plus jeune âge et en partie végétarienne, j'ai naturellement glissé vers un végétarisme total puis vers le véganisme suite à mes recherches et réflexions. Je suis toujours en transition, faisant parfois quelques écarts quand je sors, mais j'ai définitivement cessé d'acheter tout produit animal que ce soit dans ma cuisine, ma salle de bain (je fais mes cosmétiques ou n'achète que des produits vegan) ou encore dans mes produits d'entretien (là c'est facile, je n'ai plus qu'un spray multifonctions au vinaigre blanc et à l'huile essentielle d'arbre à thé !). Pour moi aujourd'hui, cela n'a pas de sens de faire du yoga et prôner la non-violence mais de continuer à manger des nuggets, acheter des chaussures en cuir ou une crème de visage avec de la gélatine de porc.

Voilà mes modestes réflexions et conseils sur cette discipline qui fait partie de mon quotidien. Tous mes propos n'engagent bien entendu que moi. Libre à vous de penser, pratiquer ou faire complètement différemment. J'espère que ce très long billet (certainement le plus long depuis l'ouverture de ce blog il y a 9 ans !) vous aura plu et donné envie de sauter le pas pour découvrir cette fabuleuse discipline qui se transforme bien souvent en art de vivre. En tout cas, j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire pour vous.

Passez une belle journée.

 

Jour 25 du Challenge Feel Good 

   Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

       

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

04 janvier 2019

Sagesse et pouvoirs du cycle féminin, Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc

Sagesse et pouvoir du féminin sacréSagesse et pouvoirs du cycle féminin est un ouvrage coécrit par Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc paru la première fois en juin 2014 aux éditions Le Souffle d'Or. Une seconde édition, revue et corrigée, est parue en juin 2017.

Des premières règles à la ménopause, ce livre accompagne chaque femme durant son cycle féminin. Sans tabou, avec bienveillance, les deux auteures délivrent des conseils pour mieux appréhender sa féminité grâce à l'usage de plantes ou des postures, mais aussi pour mieux se connaître et se comprendre. Largement illustré, ce guide permet aux lectrices de comprendre les mécanismes à l'oeuvre durant leur cycle, en reconnaître les phases, s'approprier leur corps et renouer le dialogue avec lui. Qu'il s'agisse de connaître ses périodes de fertilité, de comprendre le fonctionnement de son cycle, d'opter pour une méthode de contraception ou de protection plus naturelle, la lectrice est guidée pas à pas tout au long de ce guide.

Cela faisait quelques temps que je m'intéressais à cette question de cycle féminin, subissant le mien plus que je ne le comprenais. J'avais amorcé une réflexion sur le sujet il y a quelques années, quand j'ai cessé définitivement les protections jetables pour l'usage d'une coupe menstruelle, mais cela s'était arrêté là. Quand j'ai découvert ce guide sur le blog de Natasha Echos Verts, j'ai su que j'avais trouvé la perle rare !      
Sagesse et pouvoirs du cycle féminin aborde sans tabou
un sujet dont on parle si peu et qui concerne pourtant toutes les femmes : le cycle féminin.      
Encore une fois bien documenté et proposant une bibliographie conséquente en annexe, ce guide à la fois théorique et pratique est découpé en trois parties :      
1/Etre une femme : découverte du corps, les règles, les hormones, les peurs ancestrales liées aux règles, les bonnes habitudes pour la santé féminine, les aliments qui nourrissent le cycle féminin, les plantes alliées de la santé des femmes   
2/
Bien vivre ma fertilité : observation de son corps, les périodes de fertilité et d'infertilité, tenir un calendrier pour son cycle, les plantes amies de la fécondité, retrouver les vrais cycles après l'arrêt de la pilule ou le retrait d'un stérilet, les contraceptions non agressives et naturelles, l'avortement     
3/
Vivre en harmonie avec mon cycle ; la renaissance après les règles, le rayonnement lors de l'ovulation, l'intuition avant ses règles, le calme des règles, créer un mandala de son cycle, la mémoire des femmes.      

Une très belle découverte, un guide précieux, dans lequel j'ai pu piocher beaucoup de conseils et d'idées, et que j'aurais aimé découvrir plus tôt, pour avoir moins cette impression de subir mon cycle et mes règles et me battre avec mon corps pendant les périodes de douleurs et de fatigue. Un incontournable à avoir chez soi, un ouvrage à offrir aux femmes de son entourage, pour parler et échanger sur le sujet.

Jour 4 du Challenge Feel Good 

 Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

      

Une chronique de soukee rangée dans Documentaires - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

12 décembre 2018

Ar-Men, l'Enfer des enfers Emmanuel Lepage

Ar-Men

Ar-Men, l'Enfer des enfers  est un album d'Emmanuel Lepage paru en novembre 2017 chez Futuropolis. 

Au large de l'île de Sein, dans le Finistère, Ar-Men. Le phare le plus difficile d'accès de Bretagne. Germain en est le gardien, avec en alternance Pierrick et Louis, dans ce début des années 1960. Vingt jours en autarcie, seuls dans ce phare, à en garder le feu pour sécuriser les bateaux. Vingt jours dans le silence, les pensées, les souvenirs. Jusqu'à ce qu'une nuit de tempête mette au jour des inscriptions de précédents gardiens. Les naufrages, les nuits d'horreur. Germain découvre l'histoire de Moizez, le premier gardien d'Ar-Men, le premier à avoir choisi de délaisser la terre pour veiller sur la mer. Celui qui fit partie des courageux qui affrontèrent durant quinze ans les flots pour construire Ar-Men, au milieu des flots. 

Ouvrir un album d'Emmanuel Lepage, c'est accepter de prendre une claque, de perdre pied, de se faire happer par un dessin incroyable. Je l'avais déjà ressenti à la lecture d'Un printemps à Tchernobyl, il y a trois ans. Cet album confirme mon impression.

Emmanuel Lepage entraîne son lecteur dans le récit fascinant de la construction de ce phare et de son fonctionnement, lorsqu'il était encore géré par l'homme. La petite histoire et la grande se mêlent, l'aspect documentaire n'alourdissant en rien l'émotion suscitée par les personnages de papier. Le trait est net, les paysages bluffants de réalisme, et l'ensemble est visuellement grandiose. Les scènes de mer et de tempête permettent au talent de Lepage d'exploser et offrent un rendu terrifiant.

Amateur de phares ou non, de la mer ou non, ne passez pas à côté de cet album qui alterne les époques et les personnages pour mieux dresser l'histoire de ce monument classé, premier phare en mer depuis les années 1990. Je ne vais pas en dire plus, pour ne rien dévoiler de cette intrigue. A ceux qui sont passés à côté de Lepage, réparez au plus vite cet impair.  

Planche 2Planche 3

Planche 4 Planche 5

La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Stephie qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles ! 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [29] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,