Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

16 avril 2014

Léonard & Salaï T.1, Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen

Léonard & Salaï, Benjamin Lacombe et Paul EchegoyenLéonard & Salaï est un album réalisé à quatre mains paru en mars 2014 dans la collection Noctambule chez Soleil. Benjamin Lacombe en signe le scénario, les dessins des personnages et le storyboard, aidé dans cette tâche par Paul Echegoyen qui signe de son côté les décors de l'album.

De Léonard de Vinci, tout le monde connaît ses oeuvres picturales emblématiques, son génie architectural et ses créations ingéniériques. Mais derrière ce mythe se cache un homme au quotidien agité par les troubles de son pays, détesté par ses pairs, profondément humaniste et végétarien avant l'heure, intensément marqué par l'histoire d'amour qu'il vécut pendant trente ans avec celui qu'il surnomme Salaï, son petit diable.
C'est le quotidien de cet homme au génie inégalé que cet album propose de découvrir. Entre amour et création, menaces et succès, Léonard de Vinci sous un autre angle. 

Ouvrir cet album, c'est plonger tel l'oiseau de la première page dans l'Italie du 16e siècle et s'immerger dans l'atelier du grand artiste de la Renaissance. Dominée par des teintes sépia et violines inspirées des travaux de l'artiste tels qu'on les connaît aujourd'hui, chaque double page est un enchantement qui permet une immersion certaine dans cette époque. 
Dans l'intimité de Léonard et Salaï, le lecteur découvre le quotidien de l'artiste, ses doutes et ses réflexions, et c'est avec brio que les deux auteurs de l'album s'approprient la vie de ce génie pour mieux nous la retransmettre.
Benjamin Lacombe excelle dans la reproduction des tableaux du maître, tout en y incorporant son style, tandis que Paul Echegoyen offre au lecteur l'opportunité de laisser de côté le XXIe siècle pour se plonger à corps perdu dans l'Italie de la Renaissance. Quelle émotion, pour moi qui reviens tout juste de Florence, de découvrir cette dernière sous la main habile de Paul Echegoyen !
L'album alterne les épisodes romancés de la vie de Léonard et reproductions des oeuvres sur lesquelles il travaille.
Oeuvre à quatre mains, certes, presque à  six mains même, tant Léonard hante ces pages et le travail autour de son œuvre est impressionnant.
Ouvrez cet album, oubliez notre époque. Glissez-vous sans bruit aux côtés du maître pour mieux le voir évoluer. Sentez l'odeur des huiles qu'il utilise. Émerveillez-vous de son talent. Écoutez-le disserter. Laissez chacun de vos sens s'imprégner de ces moments rares à ses côtés. Et une fois la dernière page tournée, accordez-vous un temps pour mieux savourer cette lecture. Un petit bijou.
A noter : à la fin de l'album, une interview des deux auteurs permet d'en savoir davantage sur leur collaboration. S'y ajoutent des visuels des différentes étapes de réalisation du projet et des repères historiques.

 

Planche 1

 

Planche 3

Planche 4

Un grand merci à Bénédicte et aux Éditions   pour cet album. Vivement le second tome de ce diptyque !

Voici ma 63e participation à la   organisée par Mango et ma 52e au Top BD des blogueurs de Yaneck.

Top BD

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,


07 avril 2014

41 élèves, la Toscane et moi et moi et moi...

Quant tu deviens prof, il y a une chose que tu as très envie d'expérimenter. Une chose sur laquelle tu fantasmes secrètement mais qui, avec tous les échos entendus, te terrifie un peu. Une chose qui t'attire irrémédiablement à cause de tes souvenirs d'élève. Cette chose, c'est le voyage scolaire.

Moment unique dans la carrière d'un prof, le premier voyage scolaire est une expérience vraiment à part. D'un côté, toi, jeune prof, tu es tout excité à l'idée de partir avec des élèves, tu portes en toi tes idéaux de transmission de savoirs, la métaphore des vases communicants te revient en mémoire et toute l'idée de la démocratisation de la culture te semble réelle. Tu touches du doigt ce bel idéal d'Ecole républicaine et tu te sens investi d'une mission. C'est beau, c'est grand. Tu y crois.

Et puis... Et puis tu te heurtes à la réalité. Tu te rends compte que c'est un peu lourd à organiser, un voyage scolaire. Que 20h dans un bus pour arriver à destination, c'est quand même un peu rude. Que les élèves, malgré toute ta bonne volonté, voient avant tout l'opportunité de passer 6 jours ensemble sans leurs parents et que tout ce que tu tentes de leur faire comprendre sur les Médicis passe vraiment au second plan. Que si tu leur laisses quartier libre dans une ville, ils vont revenir avec des sacs de fringues Z*ra et du maquillage K*ko.
C'est à ce moment-là que tu comprends qu'en fait tu es adulte. Que tu es définitivement passé du côté obscur de la force. Parce que toi, tu ne comprends pas pourquoi ils ne sont pas aussi fascinés que toi par la construction du Duomo. Parce que tu as l'impression qu'ils ne profitent pas autant qu'ils le devraient de ce fantastique voyage que tu as organisé. Parce que, finalement, tu as oublié comment tu étais à seize ans...

Bref, le premier voyage scolaire, c'est comme vieillir d'un coup et tirer un trait sur sa jeunesse. Ça surprend, ça fait un peu mal, c'est comme un sparadrap qu'on enlève. Mais après ça va mieux. Tu grandis d'un coup, et ça fait du bien aussi.

***

Pour ma part, c'était la semaine dernière.

41 élèves de Première.
Six jours.
Direction la Toscane.

Florence

La cathédrale Santa Maria del Fiore, Florence La cathédrale Santa Maria del Fiore, Florence

La cathédrale Santa Maria del Fiore

Le Campanile

Le Campanile et ses 414 marches à gravir pour admirer la vue de Florence

P1070289 P1070278

Le Duomo, Florence P1070335

La coupole du Duomo, que Michel-Ange surnomma la cage à criquet

 Le Duomo, Florence

L'intérieur du Duomo, orné de scènes du Jugement dernier

Le Campanile

Vue du Duomo sur le Campanile

Le Ponte Vecchio, Florence Le Ponte Vecchio, Florence

Le Ponte Vecchio, sur l'Arno, qui abrite des orfèvreries depuis le 16e siècle

La Fontana del Porcellino, Florence

La Fontana del Porcellino : en caressant le groin de cette statue, le visiteur aura la certitude de revenir à Florence

 

Pise

Le Campo dei Miracoli, sa cathédrale et sa célèbre Tour Le Composanto, Pise

Le Campo dei Miracoli, sa cathédrale et sa célèbre Tour

Le Composanto, Pise

Le Composanto, cimetière aux allures de cloître gothique abritant les dépouilles des plus célèbres citoyens pisans

 

Sienne

La Piazza del Campo, Sienne Le Palazzo Pubblico, Sienne

La Piazza del Campo, dominée par le Palazzo Pubblico, une des plus belles places d'Italie

Le Palazzo Pubblico, Sienne Le Palazzo Pubblico, Sienne

Le Palazzo Pubblico

Duomo di Santa Maria Assunta, Sienne

Duomo di Santa Maria Assunta, un des plus bels édifices religieux d'Italie.

San Gimignano

P1070383

La campagne toscane, fidèle à l'imaginaire collectif : vallonnée et ponctuée de cyprès

San Gimignano San Gimignano

San Gimignano, petite ville médiévale pourvue de treize tours

San Gimignano

 

Quelques douceurs...

WP_20140403_12_27_23_Smart

A chaque coin de rue, une échoppe où déguster une part de pizza.

P1070306 P1070302

Les douceurs florentines ont fait bien des émules : gelati, panforte, nougats...

 

En bref...

Déambuler dans Florence et tomber amoureuse de chaque coin de rue / La pizza, tentation ultime de la rue / Des paysages toscans à couper le souffle / Du café, constamment, exquis / Pise, ou la déception de mon voyage / Des souvenirs de mes seize ans / Une douceur de vivre qui apaise / Des élèves toujours enthousiastes, malgré la fatigue / "More vino", ou la réplique qui restera / Instant crush dans mes oreilles, en boucle / Des heures à rêver en bus en regardant la Toscane qui se déroule sous mes yeux / Des repas gargantuesques / Une responsabilité nouvelle / Assassin's Creed 2, ou comment connaître Florence au 15e siècle / Comme une envie d'y retourner.../

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [54] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,