Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

13 janvier 2016

La Cité des dieux sauvages, Isabel Allende

La Cité des dieux sauvagesLa Cité des dieux sauvages est le premier tome d'une trilogie de romans jeunesse écrits par l'écrivaine chilienne Isabel Allende, paru en 2003 chez Grasset.

Sa mère gravement malade, Alexander Cold est envoyé chez sa grand-mère paternelle à New York. Pour l'adolescent, la découverte de la ville et la vie avec cette femme excentrique et froide est un choc. Mais il apprend bien vite qu'il doit suivre celle-ci, en plein coeur de l'Amazonie, pour se lancer sur les traces d'une créature gigantesque, probablement humanoïde, qui sème la mort sur son passage. Alex et sa grand-mère se joignent alors à l'expédition dirigée par un célèbre anthropologue et se lancent à la poursuite de la Bête. Alex n'est pas au bout de ses surprises.

Cela faisait quelques temps que j'avais envie de découvrir l'oeuvre d'Isabel Allende - et notamment La maison aux souvenirs - et l'occasion m'a été donnée il y a peu de découvrir ce roman, offert pour l'achat de deux autres.
Originellement destiné à un lectorat adolescent, ce premier tome combine tous les ingrédients d'un roman d'aventure : un jeune héros qui sort de son environnement habituel, une quête, un danger qui rôde sous la forme de cette étrange créature, des péripéties en chaîne et un suspense croissant quant à la loyauté des membres du groupe. La quête initiatrice est là, elle aussi, et possède des relents de Jules Verne. 
Si l'intrigue est bien ficelée, ce roman s'apparente néanmoins clairement à une cène d'exposition et joue parfaitement son rôle de premier tome d'une trilogie. Isabel Allende distille ce qu'il faut comme détails pour offrir à sa série une densité intéressante, tout en permettant à ce premier tome de fonctionner de façon indépendante.
Si j'ai apprécié l'ensemble (j'adore absolument tout ce qui a trait aux expéditions scientifiques, témoignage évident de mon désir secret de jouer à Indiana Jones !),
je n'ai pas été séduite au point de souhaiter poursuivre la lecture de cette trilogie. Cela tient peut-être à mon absence relative de goût pour les romans en série, ou au fait que le charme n'a pas opéré autant que je l'aurais souhaité avec cette intrigue et ses personnages. Je persiste néanmoins dans ma volonté de découvrir La maison aux esprits et le reste de l'oeuvre de cette auteure.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,


25 juin 2011

Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes

9782290312957Des fleurs pour Algernon est le roman le plus connu de Daniel Keyes. Publié la première fois en 1959 sous forme de nouvelle, il s'est vu décerner le Prix Hugo de la meilleure nouvelle en 1960 puis le Prix Nebula du meilleur roman en 1966, lors de sa sortie en roman.

Charly Gordon est simple d'esprit. Rejeté par sa famille, il travaille dans une boulangerie. Le jour où des scientifiques décident de tester sur lui une expérience censée modifier son cerveau et le rendre intelligent, la vie de Charly bascule. Comme Algernon, la souris-test de l'expérience, Charly voit son quotidien se modifier à la lueur de son acuité nouvelle. Il prend conscience que sa vie n'a été rythmée que par les moqueries des personnes qui l'entourent et la condescendance de ceux qui ne s'abaissent pas à ces railleries. Plus le temps passe, plus l'intelligence de Charly se développe et l'écart avec son entourage se creuse. Chargé de consigner son ressenti par écrit, Charly tient scrupuleusement un journal de bord de l'expérience.

Ouvrir ce roman, c'est pénétrer dès la première page dans la tête du héros, Charly Gordon. Dès la première page, dès même le premier mot ("Conte randu N°1"), nous, lecteur, prenons place dans cette expérience scientifique de grande envergure du point de vue de ce personnage simple d'esprit.
Daniel Keyes a eu l'excellente idée d'adopter la forme narrative du journal (Charly consigne par écrit ce qu'il ressent en regard de l'opération subie) ce qui permet de voir évoluer le personnage tant au niveau psychologique que dans son écriture. En effet, le premières pages du roman sont difficiles d'accès car écrite dans l'orthographe quasi phonétique du personnage. Cette brillante idée permet de suivre au fur et à mesure de la lecture les changements qui s'opèrent chez lui et déceler les étapes de cette transformation. Cette intimité avec le personnage est troublante, voire gênante, lorsque celui-ci prend conscience qu'il a constamment été rejeté voire raillé, et qu'il n'était pas capable de le percevoir.
Si l'idée de bricoler un être humain à coup de scalpels n'est pas en soi originale - pensez au docteur Frankenstein et à sa créature composée d'organes récupérés - et si l'idée d'une intelligence infinie est un des fantasmes de l'humanité, Daniel Keyes appréhende néanmoins ces thèmes avec intelligence. Charly est un personnage très finement étudié, dont la psychologie évolutive est brillament esquissée. Mais l'aspect le plus audacieux dans ce roman réside, à mon sens, dans la forme narrative adoptée, celle du journal intime, qui permet de se glisser dans l'intériorité du personnage et subir, par l'intermédiaire de la lecture, l'expérience scientifique dont il est le cobaye.

Un excellent roman qui m'a conquise et qui m'a permis de réfléchir sur la notion d'intelligence. Un classique à découvrir, sans hésitation !

Challenge La littérature fait son cinéma 3e catégorie
Et comme ce roman a donné lieu à une adaptation cinématographique par Ralph Nelson en 1966 (mais dont je n'ai pas réussi à trouver la bande-annonce), voici ma cinquième participation au Challenge La littérature fait son cinéma de Will.

Une chronique de soukee rangée dans SF - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,