Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

30 octobre 2013

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, Jean Regnaud et Emile Bravo

Ma Maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill est un album signé Jean Regnaud pour le scénario et Émile Bravo pour le dessin, paru en 2007 chez Gallimard Jeunesse et qui s'est vu décerner le prix Les Essentiels d'Angoulême en 2008.

Premier jour à la grande école pour Jean. L'occasion de se faire de nouveaux copains et de s'amuser dans la cour. Mais lorsque la maîtresse demande à chacun de se présenter et d'énoncer la profession de ses parents, le petit garçon angoisse. Car s'il sait pour son père - ce dernier est chef d'entreprise et travaille beaucoup - Jean ne sait pas où est sa mère. Cela fait si longtemps qu'il ne l'a pas vu... Le jour où il reçoit d'elle une carte postale lui annonçant qu'elle est en Amérique, le petit garçon est fou de joie.

Aucun doute possible : cet album est une pépite à découvrir sans attendre. Jean Regnaud aborde avec délicatesse un sujet délicat - celui de la mort d'un parent - et le traite en adoptant le point de vue de Jean, le narrateur. Alors que le lecteur adulte pressent dès les premières pages le funeste de la situation, l'album poursuit son décalage au fil des pages. Les mots de Jean résonnent innocemment et s'enthousiasment d'une situation que le garçonnet n'est pas en mesure de comprendre.
Les dessins d’Émile Bravo oscillent entre adéquation avec ce que le jeune héros croit - on voit ainsi la maman de Jean au Far West - et la triste réalité de la chose. C'est dans ce décalage que réside la force de cet album.

Planche 1, Ma maman est en Amérique

Mais une question demeure : quel est vraiment le lectorat visé par cet album ? Publié dans une collection jeunesse et clairement destiné à ce public, il peut dérouter les plus jeunes par le décalage énoncé plus haut. Parfaitement compréhensible par un lectorat plus âgé, il peut être délaissé à cause de ses dessins ou de sa collection. Ce qui est regrettable. 
Bref, quel que soit votre âge, lisez cette petite merveille. De mon côté, je m'interroge encore. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour découvrir un tel album ? Encore un grand mystère de ma vie...

D'autres avis : Antigone, Bouma, Mo', NouketteSylire, Yvan, etc.

Voilà ma 59e participation à la organisée par Mango et ma 48e au Top BD des blogueurs de Yaneck (18/20).

Top BD

de Mango et ma 47e au  Top BD des bloggueurs organisé par Yaneck (15/20). - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/bd_et_romans_graphiques/index.html#sthash.cGYx7mhY.dpuf

Et parce que l'album a été adapté au cinéma et est sorti sur les écrans le 23 octobre 2013, je vous propose d'en découvrir la bande-annonce (au moins pour écouter le timbre suave de Marc Lavoine...)

     

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


12 septembre 2013

Une bonne éducation, Sylvia Tabet [Rentrée littéraire 2013]

Une bonne éducation, Sylvia TabetUne bonne éducation est un roman de l'écrivaine et artiste parisienne Sylvia Tabet qui paraît aujourd'hui aux éditions Dialogues.

La vie semble douce, lorsqu'on grandit dans les quartiers aisés de Paris. Mais pour Anne, la narratrice, son frère et sa soeur, sous l'apparente quiétude d'un milieu bourgeois sourd la violence d'une mère. Une enfance partagée entre la peur des coups et les moments de répit, grâce à leur père, leur grand-mère, ou encore la jeune fille au pair. Une enfance noyée par l'angoisse et une vie d'adulte marquée à jamais. Anne se souvient.

Une bonne éducation est un roman dont on ne ressort pas indemne. Le sujet traité est lourd mais abordé par la narratrice avec un détachement qui évite de sombrer dans un pathos éculé. Comme si Anne portait en elle la douleur de cette enfance volée mais avait mis à distance sa peur pour mieux la donner à voir. On évite ainsi les descriptions des coups et autres brimades pour se centrer plutôt sur les souvenirs qu'elle garde de cette période. 
Sylvia Tabet possède une plume d'une finesse étonnante, dotée d'un rythme changeant, à la fois rapide et lent, semblant suivre le cours des pensées de la narratrice. Les mots coulent, avec musicalité, et offrent au regard l'histoire de ces enfants silencieux. 
J'ai été émue par cette histoire, je me suis glissée dans les mots d'Anne, comme pour l'aider à supporter sa douleur, comme pour l'aider à panser son enfance blessée.  
J'ai parfois été déroutée par la chronologie non linéaire, par ces ellipses temporelles et ces souvenirs sans date. Mais finalement j'ai eu l'impression d'écouter parler la narratrice. Et ce qui pourrait être assimilé à une confusion ressemble en réalité au cheminement de sa pensée. Son enfance enterrée, Anne relate ses souvenirs. C'est dur. Mais c'est diablement émouvant.

"Le beau fait du bien. Comme s'il renvoyait à la paix. A la douceur. Le beau fait oublier ce poids constant d'une vie décalée du bien-être et de la sécurité, c'est une forme de consolation ; une liberté, un pansement." (p.118)

"J'ai douze ans, ensemble nous pleurons sur les choses vraiment graves de la vie, ces réalités qui ont fait boule de neige sur notre histoire, sur nos jours empilés ; celles qui ne pourront jamais s'arranger et qui font que l'existence, tout à coup, devient essentiellement le passé, rendant le présent infranchissable." (p.157)

Merci à Julia et aux  Editions dialogie   pour la découverte de ce roman.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

23 juin 2013

L'école maternelle et Les bébés animaux

L'école maternelle et Les bébés animaux sont deux albums cartonnés de format carré parus en avril 2013 dans la collection Anim'Doc chez Tourbillon.

    

L'école maternelle permet au petit lecteur de découvrir comment se déroule une journée type à l'école : l'arrivée, différentes activités, le repas, la récréation, etc.
Ce qui peut être anxiogène pour l'enfant prochainement scolarisé est ici décortiqué et expliqué grâce à de nombreuses animations comme les tirettes qui coulissent. Un album très bien fait qui permet donc d'aborder le sujet en douceur et de vaincre certaines peurs enfantines.

     

Les bébés animaux permet, quant à lui, de découvrir les différents petits des animaux et leur évolution. Qui naît dans un oeuf  et qui grandit dans le ventre de sa mère ? Qui est allaité et qui doit immédiatement apprendre à se débrouiller ? A chaque double page ses découvertes et ses animations pour voir évoluer l'animal et observer son quotidien.

Mon avis :

Voilà deux albums bien solides, adaptés aux petites mains des lecteurs auxquels ils s'adressent, et qui permettent, grâce à des textes courts et des illustrations simples, d'aborder des sujets adaptés aux enfants dès 3 ans. La brièveté des textes permet à l'enfant non lecteur de s'imaginer sa propre histoire et de développer son imaginaire. Le côté ludique des tirettes offre une dynamique intéressante àla lecture et offre un rôle actif à l'enfant non lecteur dans sa découverte de l'album.
La collection Anim'doc proposent de nombreux titres : Les Chevaliers, Les engins du chantier, La ferme, Les pirates, Les dinosaures, etc.

L'avis de ma lectrice-test, Eva, 3 ans :

Ma petite lectrice-test a, de son côté, nettement préféré Les bébés animaux, découvrant grâce à cet album, des animaux qui lui étaient inconnus (notamment l'autruchon !).
Elle a adoré jouer avec les tirettes de ces deux albums et faire apparaître les dessins cachés derrière chacune d'elles.
Si L'école maternelle l'a moins passionnée, c'est que l'album reprend de façon très fidèle les journées qu'elle peut faire depuis cette année. Peu de découverte donc, et moins d'attrait. Mais c'est un album qui aurait été parfait pour la préparer à sa première rentrée scolaire en septembre dernier.
Deux très belles découvertes en tout cas, puisque notre mini-lectrice a tanné sa maman un bout de temps pour qu'elle lui relise sans cesse ces deux albums !

Un grand merci aux éditions  pour ces deux albums et cette expérience de lecture-croisée adulte/enfant.

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

15 juin 2013

Le Bal, Irène Némirovsky

Le Bal, Irène NémirovskyLe Bal est un court texte de la romancière russe d'origine ukrainienne Irène Némirovsky paru en 1930 chez Grasset. La carrière d'Irène Némirovsky fut aussi productive que brève. Déportée à Auschwitz en 1942 à l'âge de trente-neuf ans, elle laissa derrière elle un grand nombre d'oeuvres publiées à titre posthume.

Antoinette a quatorze ans et désespère d'entrer dans le monde. Ses parents, nouveaux riches, décident de donner un grand bal pour étaler leur opulence. Mais lorsque Mme Kampf, la mère d'Antoinette, interdit à sa fille d'y assister, l'adolescente sent monter en elle une profonde injustice. Et sa vengeance ne tarde pas à éclater. 

Le Bal fait partie de ces petites perles grinçantes et dérangeantes à souhait. Irène Némirovsky y dresse le tableau des tourments de l'enfance, oscillant entre cruauté et tendresse. Le personnage d'Antoinette, rejetée et méprisée par ses parents, accomplit, en un instant seulement, une vengeance aux conséquences désastreuses et se présente en vengeresse d'une enfance mise à mal.
Critique des nouveaux riches de cette époque, ce court roman de 120 pages érige les adultes en parvenus intéressés attachés au superficiel et négligeant l'essentiel. Le ridicule suinte de ces personnages qui jaugent l'autre à l'aune du paraître et c'est avec délectation que le lecteur voit le mécanisme s'enclencher sitôt la vengeance d'Antoinette accomplie.
Un petit régal pour tous, qui existe aussi en collection Biblio Collège chez Hachette.

D'autres avis : Canel, Cynthia, Choco, Mango, etc.

Challenge ABC Babelio

Challenge ABC de Babelio

 

Challenge ABC BabelioQuid ? Challenge ABC de Babelio

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2011/09/24/22063208.html#sthash.Pdn3p9XE.dpuf

Voici ma lettre N pour le challenge ABC critiques de Babelio.

Babelio

Une chronique de soukee rangée dans Littérature russe - Vos commentaires [39] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

18 décembre 2012

Je veux un vieux Noël, Irène Cohen-Janca et Caroline Dall'ava

Je veux un vieux Noël, Irène Cohen-JancaJe veux un vieux Noël est un court roman jeunesse paru en 2007 aux Editions du Rouergue, écrit par Irène Cohen-Janca et illustré par Caroline Dall'ava.

Théo adore Noël. Chaque année, il voit avec plaisir la fin de l'année arriver car elle est synonyme de décorations du sapin et de la maison, d'emballages de cadeaux, etc. Mais cette année, les parents de Théo ont une surprise : ils ont décidé, dans un soucis écologique, de changer leurs habitudes. Plus de vrai sapin mais un sapin dessiné sur le mur du salon, plus de vraies décorations mais des collages et dessins de Théo et son petit frère. Pour les deux garçonnets, et malgré l'argument en faveur de la nature, la nouvelle est rude. Ils décident de riposter...

Voilà un petit roman très réjouissant ! Court, agrémenté d'illustrations en noir et blanc, il aborde la question de la tradition de Noël et des dérives de la consommation avec beaucoup d'humour. Théo est un personnage à la limite de l'adolescence, pour qui les traditions de son enfance ont encore beaucoup de valeur à ses yeux. Scindé en dix chapitres, ce roman se révèle accessible aux plus jeunes et offre un regard singulier sur Noël. Une lecture très agréable !

Merci à Herisson de m'avoir offert ce petit livre lors du Swap Enfants de Noël !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


15 septembre 2012

Susine et le Dorméveil T.1 Dans le Monde d'Avant, Bruno Enna et Clément Lefèvre

Susine et le Dorméveil TSusine et le Dorméveil est une série d'albums prévue en trois tomes dont le premier, Dans le Monde d'Avant, est sorti en août 2012 aux éditions Soleil dans la collection Métamorphose.

Susine est une petite fille solitaire, délaissée par ses parents. Heureusement que sa grand-mère est là pour lui raconter des histoires et nourrir son imaginaire fertile ! Mais le jour où celle-ci disparaît, la petite Susine est au plus mal. Elle bascule alors dans un monde merveilleux, le Dorméveil...

Le triptyque Susine et le Dorméveil débute par ce premier tome qui est un vrai régal. Bruno Enna signe ici une histoire riche dans laquelle une enfant incomprise fantasme une réalité bien plus colorée et rassurante que son quotidien. 
Chaque page tournée est un émerveillement. Clément Lefèvre nous offre ici des ambiances chatoyantes, à la fois cosy et fantasques, et un univers singulier très onirique. Alice au Pays des Merveilles n'est pas loin, ni Miyazaki, et c'est avec délice que le lecteur suit le parcours initiatique de cette petite Susine. Le chemin est long pour la jeune héroïne isolée au milieu d'adultes qui ne l'écoutent pas, enfermée dans un quotidien qui l'étouffe plus qu'il ne lui permet de grandir. L'évasion par cet imaginaire fantasmé permet à la fillette d'accomplir son travail de deuil et de se construire et les personnages rencontrées à Dorméveil l'aident dans cette quête.
Un magnifique album, d'une richesse incroyable tant dans son texte et ses trouvailles que dans ses illustrations. A lire sans hésiter et à offrir aux plus jeunes ! Pour ma part, j'attends le deuxième tome avec impatience.

Je tiens à remercier Claire et les Éditions  de m'avoir envoyé cet album magnifique.

Planche 2 Susine et le Dorméveil Planche 3 Susine et le Dorméveil

Planche Susine et le Dorméveil

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

24 mars 2012

Mary Poppins, Pamela Lyndon Travers

Mary PoppinsMary Poppins est le premier roman de Helen Lyndon Goff, publié sous le pseudonyme de Pamela Lyndon Travers en 1934. Adapté au cinéma en 1964 par les studios Disney avec Julie Andrews dans le rôle titre, ce roman est le premier à mettre en scène la célèbre nurse anglaise. Suivront cinq aventures de Mary Poppins.

Allée des Cerisiers, chez la famille Banks. Katie, la gouvernante des enfants, est partie sans prévenir M. et Mme Banks. Ces derniers, désemparés, rédigent une annonce pour lui trouver une remplaçante. Et par un frais matin bercé par le vent d'est, Mary Poppins fait son apparition dans la famille...

Ayant été bercée par Julie Andrews et ses chansons dans l'adaptation de Disney, j'étais depuis quelques temps taraudée par le roman originel. Dans un premier temps, je me suis rendu compte que l'oeuvre avait supplanté son auteur puisque j'étais incapable de citer de mémoire le nom de cette dernière et que personne autour de moi n'a pu m'aider (pas même ma libraire !)
Cette mince difficulté contournée, j'ai acheté ce livre et j'ai plongé dans ses pages. Et force est de reconnaître que Pamel Lyndon Travers dresse dans son roman un portrait de Mary Poppins moins sympathique que le personnage de Disney. J'ai été déroutée par sa froideur, son égocentrisme et sa suffisance, et je n'ai pas retrouvé la gentillesse et la bonté qui émanaient du personnage de Julie Andrews. Bon, de la part de Disney, je ne suis pas non plus très surprise de cette édulcoration, mais j'ai été assez déroutée par le personnage...  
Au fil des pages, sa froideur s'atténue pour se transformer en rigueur professionnelle, et le brin de folie du personnage émerge. Et le mystère s'épaissit quant à sa réelle identité. Qui est finalement Mary Poppins, qui utilise son jour de congé pour rendre visite à son ami peintre de trottoir ? Cette femme qui ne manque pas une occasion de regarder sa mise dans une vitrine ? Qui fête son anniversaire au zoo en compagnie des animaux ? Qui fait faire le tour du monde aux enfants qui se lèvent grognons, en l'espace de cinq minutes ? Mystère... 
J'ai passé un très bon moment en compagnie des enfants Banks et de leur nannyPamela Lyndon Travers possède une imagination très onirique et développe dans ce roman des archétypes de rêves enfantins : voler, rentrer dans un tableau, rencontrer des animaux qui parlent, etc.  J'aurais aimé lire ce roman plus jeune, car bien des chapitres ne sont pas développés dans le film de Disney et m'auraient séduite.
Une sympathique découverte donc, qui a comblé mes attentes. Une romancière à redécouvrir, pour son univers merveilleux, son humour et son côté un brin désuet.

Je ne résiste pas à l'envie de vous ajouter la bande-annonce du film...


Mary Poppins - Bande-annonce 



Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [19] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

22 janvier 2012

Argentina, Argentina... Christophe Léon

Argentina, ArgentinaArgentina, Argentina... est un roman de Christophe Léon paru en août 2011 aux Editions Oskar.

Pascal est journaliste. Pour préparer son article sur les enfants volés par les militaires argentins durant la junte, il part à la rencontre d'Ignacio, un de ces enfants désormais adulte.
Les deux hommes vont s'apprivoiser et Ignacio va livrer à Pascal son histoire et l'histoire de sa famille, lors des heures sombres de son pays. La disparition de ses parents, son adoption par un colonel et sa femme, les retrouvailles avec sa grand-mère, des années après, et sa construction personnelle malgré une enfance brisée.

Argentina, Argentina... est un roman assez court mais d'une intensité dramatique remarquable. Christophe Léon ne s'attarde pas sur des détails inutiles - comme la vie personnelle de Pascal, le journaliste, ou son projet d'article - et prend le parti de centrer son récit sur un pan de l'histoire de l'Argentine, raconté par un personnage adulte à travers ses souvenirs d'enfant.
J'ai été très émue à la lecture de ce récit, le trouvant à la fois vibrant d'émotion et tout en pudeur. Les deux hommes s'apprivoisent progressivement et aplanissent au fil des heures leurs différences culturelles, personnelles, etc. C'est beau, c'est simple. Pas de fioriture ni de plume aux envolées lyriques. Juste une rencontre entre deux personnages et un lourd passé qui ressurgit.
J'ai vraiment passé un très bon moment avec ce roman jeunesse. Il m'a permis d'en savoir un peu plus sur un pays dont j'ignore quasiment tout. Par contre, je m'interroge sur la réception par des adolescents : comment vont-ils appréhender ces détails historiques qui ne sont pas vus en cours, qui ne sont pas médiatisésLecture pro aujourd'hui, dont on ne parle pas en France à l'heure actuelle ? Je le verrai vite, car c'est une lecture que j'ai faite dans un cadre professionnel !

Lectures communesJ'ai lu Argentina, Argentina... en lecture commune avec Eidole, rencontrée il y a peu par blogs interposés (une lecture commune qui nous a permis de mieux nous connaître !) Je m'en vais voir de ce pas ce qu'elle en a pensé !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

02 janvier 2012

Linh et la Fleur du Bonheur, François Delecour et Sophie Adde

Linh et la fleur du bonheurLinh et la Fleur du Bonheur est un album paru en mars 2011 aux Éditions Le Buveur d'Encre.

La petite Linh aime, lorsqu'elle s'endort, que sa mère lui souffle au creux de son oreille une légende vietnamienne. L'histoire d'une fleur qui rend les gens heureux. Un jour, Linh s'endort et rêve qu'elle rencontre cette fleur.

Voici un album absolument majestueux. François Delecour nous entraîne, au gré de ses mots, dans un Vietnam onirique. La poésie éclôt, telle une fleur, dans la musicalité de sa plume, et le rêve de la petite Linh acquiert une dimension mythique. Nous voilà entraînés dans le rêve de la petite fille, un rêve fabuleux digne d'une imagination enfantine.
Pour accompagner cette légende, Sophie Adde, qui signe les illustrations de cet album, nous offre des paysages et des personnages splendides.
J'ai adoré cet album. Non seulement parce qu'il nous présente une légende d'un pays que j'aime tout particulièrement - le Vietnam - mais aussi parce que cette tradition orale est une ode au rêve et à l'enfance. Les dessins de Sophie Adde sont à couper le souffle. L'illustratrice, qui encolle des journaux ramenés de ses voyages dans ses dessins, possède un talent incroyable. Je suis sous le charme de ces couleurs chatoyantes et de ce condensé de poésie ! Mon premierCoup de coeur 2012 coup de coeur de l'année, sans aucune forme d'hésitation !

Pour en savoir plus, je vous conseille de lire l'interview de Sophie Adde, sur le blog de la maison d'édition.

Je vous laisse avec deux doubles pages pour avoir un aperçu de ce petit bijou d'album.

 

Je tiens à remercier chaleureusement Agents littéraires et les Éditions buveur pour la découverte de cet album magnifique.

Première participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/tag/Contes#sthash.NgW75Yo9.dpuf

Et voici ma douzième participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

30 décembre 2011

Frogs and Owls, Michel Boucher

Frogs and OwlsFrogs and Owls est un livre-CD de comptines paru en octobre 2011 aux éditions du Merle Moqueur.
29 chansons et comptines traditionnelles en anglais sont regroupées dans cet album au format carré, suivies de leur traduction en français.

Ce livre-CD se présente comme une approche ludique de la langue de Shakespeare et je dois dire que c'est très réussi ! Une nouvelle fois avec l'Opération Masse Critique de Babelio, j'ai été comblée par le livre que j'ai reçu.
De mon stage en bibliothèques anglaises en Master 2, j'avais rapporté une foule de photocopies des chansons et animations pour les tout-petits auxquelles j'avais pu assister. Les paroles de ces comptines qu'on chantait à pleins poumons lors des séances de Baby Bounce en bibliothèque, les paroles, mais pas les airs, qui, au fil de temps, se sont estompés dans ma mémoire. Quel plaisir d'en retrouver la plupart dans cet album !
Si je n'ai pu essayer cet album sur des enfants (mes lycéens semblent un peu trop âgés pour ça...), je suis persuadée que les plus petits seront séduits par les couleurs douces des illustrations de Michel Boucher et les mélodies entraînantes de ces comptines. Une façon amusante de se familiariser avec l'anglais, un livre que j'aurais aimé avoir plus jeune. Bref, un très bel album et un CD à écouter pour la musicalité de ses textes et ses rythmes.

Je tiens à remercier   logo2   et les éditions Au merle moqueur  pour cet album reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique.

Et voici ma deuxième participation au Mois anglais de Lou, Cryssilda et Titine et ma huitième au Challenge Des notes et des mots d'Anne !

tea2       challenge-Des-notes-et-des-mots-4

 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,