Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




16 février 2016

Bem-vindo a Porto ! [Bienvenue à Porto !]

Une échappée au mois de janvier. J'en rêvais. Je vous avais dit que j'avais envie de positif et de plaisir pour cette année 2016. J'ai donc décidé de me donner les moyens d'assouvir mes envies. Alors cette idée a germé dans ma tête et a trouvé comme par magie sa concrétisation. Tout comme il y a quasi deux ans jour pour jour j'étais partie un weekend entre copines à Marrakech, j'ai programmé avec mon alsacienne préférée une échappée au coeur de l'hiver pour nous retrouver. Direction le soleil. Direction le Portugal. Direction Porto ! 

Bon, pour le soleil, c'était pas gagné ! Mais niveau retrouvailles et échappée salvatrice et ô combien régénératrice, c'était tout bon ! Nous sommes tombées sous le charme de cette ville, connue pour l'apéritif qu'elle produit au niveau mondial (non non, je ne choisis pas mes destination selon l'alcool qu'elle produit, même si comme pour l'Ecosse, nous n'avons pas pu faire l'impasse sur une petite visite-dégustation !).

Douceur de vivre et calme règnent dans cette ville perchée sur une colline, dont les rives sont baignées par le fantomatique Douro. Une parenthèse hors du temps, entre modernité et conservatisme. Une architecture disparate, mais à laquelle j'ai été des plus sensibles. Un accueil chaleureux et souriant, serviable et généreux. Une gastronomie étonnante, un peu roborative parfois, mais succulente. Une librairie dont je rêvais, aussi, et dont une photo a été un temps ma bannière de blog... Une ville à arpenter à pied, pour en percevoir vraiment l'ambiance. Un weekend entre copines, entre discussions et balades. Une parenthèses qui a illuminé ce mois de janvier un peu sombre, un peu tristounet, et qui m'a permis de recharger mes batteries. Petit retour en images sur ces trois jours à Porto (les légendes s'affichent au survol de la souris sur les photos).

Façade du café Art Nouveau le Majestic  L'intérieur du Majestic

La ligne 1 du Tramway La Capela das Almas, en azulejos

La célèbre et magnifique librairie Lello & Irmao  Dont J.K. Rowling s'est inspirée pour Harry Potter !!

Photo classiqe du blog : moi derrière un livre ! :)

Et zou ! Je vous mets même une petite vidéo de l'intérieur de Lello & Irmao (oui, je sais, il me manque un stabilisateur de caméra, c'est atroce, mais j'ai filmé avec mon téléphone à la main, en trépignant d'excitation... C'est pour ça que ça tremble tant !!)

Vue de Porto et du Pont Luis Ier Vue depuis le Ponte Luis Ier

Vue de Porto, depuis les quais de Vila Nova de Gaia

Iglesia Sao Francisco

Cathédrale Sé de Porto, de nuit Porto, ou la ville aux mille descentes

La nuit se couche sur Porto WP_20160130_053

Porto de nuit, vue des hauteurs

Caldo verde et empadas végétariens Fancesinha et bacalau (morue) frite

Le pain perdu, la spécialité du Majestic ! Visite des chais du Porto Calem

Une seule envie, après ces trois jours : découvrir le reste de ce pays si charmant !

 

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


04 janvier 2016

Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert

Mange prie aimeMange, prie, aime est l'histoire vraie de l'américaine Elizabeth Gilbert parue en 2006 aux Etats-Unis et traduite en 2008 chez Calmann-Lévy.

Elizabeth a tout pour être heureuse : un mari aimant, une belle maison, un travail passionnant. Mais elle ne l'est pas. Un sentiment de vide l'habite, des doutes l'envahissent, une angoisse sourd au plus profond d'elle. Pour s'en débarasser, Elizabeth décide de tout quitter. Mari, travail, famille, pays. Elle part un an en voyage, à la rencontre des autres, à la recherche d'elle-même. En Italie, tout d'abord, pour se délecter de la dolce vita et reprendre goût à la vie ; en Inde, ensuite, pour se nourrir spirituellement et goûter aux bienfaits de la méditation ; à Bali, enfin, pour trouver la sérénité et la paix intérieures. C'est cette année de solitude et de recherche qu'elle raconte dans ce livre.

J'avais vu il y a quelques années l'adaptation ciné de ce livre avec Julia Roberts dans le rôle-titre. Et si j'avais été divertie par l'ensemble, il ne m'avait laissé qu'un vague souvenir de beaux paysages (l'Inde et l'Indonésie étant deux endroits que je rêve de visiter...) Et parce que je l'ai conseillé à une collègue et qu'elle a été bouleversée par cette lecture, j'ai eu moi aussi envie de découvrir ce livre.

Je ne regrette absolument pas ce choix. Parce que je me retrouve beaucoup dans Elizabeth, ses doutes, ses questionnements, ses errances. Parce que, comme elle, je suis dans une quête introspective qui m'interroge beaucoup. Je me suis retrouvée de nombreuses fois dans ses réflexions et j'ai adoré vivre par procuration son changement de vie. J'adore les voyages, l'Asie m'attire irrésistiblement depuis toujours, et j'ai eu l'impression de voyager avec Elizabeth et de participer à son cheminement intérieur.

Je conviens qu'un tel livre puisse dérouter. Par sa forme, tout d'abord, proche du journal de bord (le livre est scindé en trois parties, chacune étant consacrée à un pays), mais aussi par son contenu. Disons que ses 500 pages peuvent rebuter qui n'est pas un tant soit peu intéressé par la quête de soi. Personnellement, je les ai dévorées avec plaisir, prenant le temps de méditer, parfois, entre deux chapitres, de boire un thé, de regarder par la fenêtre. J'ai pleinement accompagné Elizabeth Gilbert dans son voyage intérieur et j'ai médité à ses côtés. Et j'ai refermé le livre le sourire aux lèvres, des envies plein la tête. Une lecture marquante et inspirante à plusieurs niveaux, c'est indéniable.

La bande-annonce de l'adaptation ciné avec Julia Roberts

(j'ai largement préféré le livre, je le dis tout de suite !)



Et voici ma troisième participation au Challenge Feel Good que j'organise !

RSS 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

03 décembre 2014

Les Carnets de Cerise T.3 Le dernier des cinq trésors, Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Les Carnets de Cerise T

Le dernier des cinq trésors est le titre du troisième tome de la série Les Carnets de Cerise, imaginée par Joris Chamblain et mise en images par Aurélie Neyret. Il est paru en novembre 2014 dans la Collection Métamorphose de chez Soleil.

A dix ans et demi, Cerise n'est plus une enfant et rêve toujours de devenir romancière. En cette période de Noël, elle aimerait plus que tout arrêter le temps pour continuer à profiter de l'insouciance de son enfance. Mais pas sûr que sa lettre au Père Noël exauce ce voeu...
A l'occasion d'un atelier créatif à la bibliothèque, Cerise se lie d'amitié avec Sandra, relieuse de livres, et découvre peu à peu son métier et son univers. Lorsqu'elle déniche une partition ancienne dans l'atelier de Sandra et un mystérieux petit mot, Cerise n'y tient plus et décide de mener l'enquête. Tout porte à croire qu'un jeu de piste a été laissé à Sandra par son père. Ce dernier semble vouloir faire retrouver la mémoire à sa fille...

C'est bien simple, j'ai tout aimé dans cet album. Tout. Des couleurs pastels des dessins tout en rondeurs d'Aurélie Neyret à l'histoire en elle-même en passant par l'alternance des genres et des visuels.
Les doubles pages se suivent et ne se ressemblent pas, tour à tour journal intime de Cerise, à l'écriture tremblotante et aux dessins enfantins, planches de BD plus classiques qui relatent les aventures de la jeune fille, collages de documents dans le journal de Cerise (de partitions, de recettes de cuisine, etc.) Chaque page est un plaisir visuel et poétique qui entraîne le lecteur dans une histoire au charme suranné, tout en lenteur et en douceur.
La nouvelle aventure de Cerise (après le zoo oublié dans le premier tome et le mystère de la bibliothèque dans le deuxième) est encore une fois très bien menée et laisse la part belle à l'amitié et aux relations humaines. La jeune Cerise, si elle est entrée au collège, n'a pour autant pas perdu son empathie et sa générosité. Aider les autres semble être toujours sa priorité. Comment ne pas s'attacher à cette ado très humaine, à la psychologie bien travaillée ?   
Voilà un troisième tome tout aussi bon que les deux premiers. Je ne veux pas en dire plus, sous peine de gâcher le plaisir de la découverte. En tout cas, Les Carnets de Cerise est une série que je ne peux que vous conseiller tant elle entraîne son lecteur dans un univers singulier et apaisant.
J'ai hâte de découvrir la suite...  
Les avis enthousiastes de Yaneck et Faelys.
Et voici ma participation du jour au Challenge Il était deux fois Noël organisé par Chicky Poo, Petit Spéculoos et  Samarian. Aujourd'hui, c'était le jour des enfants, avec des albums sur le thème de Noël et/ou de l'hiver.
Vous trouverez d'autres idées chez les participants du jour : Syl, Nathchoco, Marie&Anne, Natiora, Glorifine LoquaceDawn, Elie, D. Séverine, Lauraline...

Voici ma 68e participation  à la  de Mango 
et ma 56e au Top BD des blogueurs de Yaneck (18/20)

 Top BD

Planche 1

Planche 3  Planche 2

Un grand merci à Bénédicte et aux éditions   pour cet album.

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

05 juin 2014

Mangez-moi, Agnès Desarthe

MANGEZMangez-moi est un roman de l'écrivain et traductrice française Agnès Desarthe paru en 2006 aux Éditions de l'Olivier. Il m'avait été offert lors du Swap Nouvel an 2011 par Hathaway. Il était grand temps que je le lise ! 

Myriam ment à son banquier pour ouvrir un restaurant. Chez moi, c'est son nom, est un lieu sans prétention qu'elle orchestre de façon familiale. Elle cuisine avec amour, sans extravagance, pour une clientèle d'abord rare, puis de plus en plus nombreuse. Aidée de Ben, un étudiant en sciences politiques reconverti en serveur, Myriam offre à ses habitués un refuge douillet autour d'une cuisine simple et authentique. Et c'est grâce à cette simplicité et ces partages que la quadragénaire se répare peu à peu de ses blessures et de son passé un brin compliqué.

Mangez-moi est un roman à déguster, à savourer, comme la cuisine de son héroïne. Une très belle histoire. Celle d'une femme qui a fait une erreur et que la vie n'a pas épargnée. La reconstruction personnelle par la cuisine et par la générosité, voilà le moyen qu'utilise Myriam pour se relever d'un passé douloureux. Et Agnès Desarthe de recréer une sorte de havre réconfortant dans ce modeste lieu qui n'a d'abord rien d'un restaurant mais tient davantage de la cuisine familiale.
Il y a de la beauté dans l'humilité de Myriam et des personnages qui gravitent autour d'elle. Une pudeur aussi, c'est certain, face à ce passé dévoilé à demi mots. Face à cette faute chuchotée entre deux pages. Et cela force l'admiration pour cette femme qui a tout perdu et qui accepte ses erreurs.
La narration à la première personne fait pénétrer dans l'intimité de Myriam et offre au lecteur une proximité qui a tout de la confidence. Et c'est avec plaisir que le lecteur se glisse à ses côtés et participe à ce projet un peu fou d'ouvrir seule une cantine de quartier. Les effluves de cuisine embaument les pages, la douce chaleur du four se répand, les ustensiles tintent. Quel bonheur d'être aux côtés de Myriam quant elle choie ses clients ! 
L'intrigue est simple en apparence mais explore les méandres du passé de l'héroïne et s'égare dans son présent parcellaire, cette vie dont elle n'offre au lecteur que des bribes. Comme pour se raconter avec pudeur et édulcorer ses fautes. Comme pour essayer d'avancer malgré tout, sans être jugée. 
Voilà une bien belle lecture, réconfortante comme ce que cuisine Myriam, et portée par la plume très poétique d'Agnès Desarthe. Merci Hathaway, si tu passes par là, pour ce très beau roman.
D'autres avis :  Argali, ClarabelMiss Alfie, Syl.etc.

"Comment éviter que les souvenirs refluent ? Comment détacher sa conscience du passé ? Comment faire pour que rien n'évoque, pour que rien ne dénote, pour que rien ne rappelle ? Comment abolir l'écho ? Pourquoi la vie consiste-t-elle en cet inépuisable ressassement ? Ne guérit-on jamais de nos amputations, de nos mutilations ?" (p.226)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [23] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

21 janvier 2014

Des contes dans mon assiette, Madeleine Deny

Des contes dans mon assietteDes Contes dans mon assiette est un coffret composé d'un livre de recettes accompagné de trois emporte-pièces, paru aux éditions Tourbillon en juin 2013.

Avouez-le : n'avez-vous jamais rêvé devant les douceurs évoquées dans les contes de votre enfance ? Devant le gâteau que confectionne Peau d'Ane pour son prince, les scones que déguste Alice lors de sa rencontre avec le Chapelier ou encore la galette du Petit Chaperon rouge... Grâce à ce coffret, vous allez pouvoir vous replonger dans ces contes et réaliser facilement leurs recettes.

Comment résister à un tel coffret ? De mon côté, la tentation a été grande, même si j'ai pleinement conscience de ne pas faire véritablement partie du lectorat visé (hum hum...)
Disons que j'ai adoré découvrir ce coffret, parcourir les extraits de contes qui fragmentent l'album et tester certaines recettes et que je me suis sentie investie d'une mission d'adulte testeuse. Verdict ? J'ai été conquise et j'aurais adoré avoir ce livre de recettes il y a vingt ans. Oui, dit comme ça, ça fait vieux, mais que voulez-vous, je vais arrêter de nier que j'ai vingt ans et de très grosses poussières maintenant !
Pour les enfants, à qui s'adresse ce coffret, ce petit album coloré a tout pour plaire : un sommaire classé par contes, des précautions d'usage avant de commencer (comme laisser la cuisine propre et rangée après l'avoir utilisée... si si, c'est écrit !), des recettes claires et bien expliquées, le tout illustré par des photos très alléchantes et oniriques. De quoi permettre aux cuistots en herbe de concocter de beaux et bons petits plats aux grands ! 
Des contes dans mon assiette, ou comment prolonger le rêve des récits de l'enfance en passant en cuisine...

Un grand merci aux éditions pour cette découverte qui m'a, une fois encore, enchantée. J'inscris cette lecture dans le Challenge Des contes à rendre de Coccinelle.

Les gâteaux arc-en-ciel de Peau d'Ane Les muffins à la citrouille de Cendrillon

Les tartines-édredons de la Princesse au petit pois

Pour vous tenter une bonne fois pour toutes, voici ma recette fétiche, réellement délicieuse.


Les scones d'Alice, ou un goûter dément Les mini-scones du thé d'Alice

Ingrédients (pour une douzaine de scones)

  • 2 verres de farine (= 240g)
  • 1 paquet de levure chimique
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 50g de beurre
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère à soupe de lait

Préchauffe le four à 210° (thermostat 7)

  1. Dans un saladier, verse la farine, la levure, le sucre et le sel.
  2. Ajoute le beurre coupé en petits morceaux et écrase-le entre tes doigts tout en le mélangeant à la préparation, jusqu'à obtenir une pâte qui ressemble à du sable.
  3. Ajoute l'oeuf et le lait pour obtenir une pâte souple.
  4. Aplatis la pâte à la main sur une planche farinée, puis au rouleau à pâtisserie, sur une épaisseur de 2cm.
  5. Découpe des ronds à l'aide d'un verre et dépose-les sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.
  6. Enfourne pour 15mn de cuisson.

On comprend mieux pourquoi Alice prend le thé avec le Chapelier...  Des scones, toujours des scones...

Alors, séduits ? Affamés ?

 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


19 juin 2013

En cuisine avec Alain Passard, Christophe Blain

En cuisine avec Alain Passard, Christophe BlainEn cuisine avec Alain Passard est une BD documentaire parue en mai 2011 chez Gallimard.

Christophe Blain, auteur de BD, nous entraîne dans les cuisines d'Alain Passard, chef cuisinier propriétaire du restaurant parisien trois étoiles L'Arpège. L'occasion d'une belle leçon de cuisine !

Quelle régal cet album ! Facile, mais je n'ai pas pu m'en empêcher... Ouvrir cette BD, c'est plonger à corps perdu dans les cuisines d'un restaurant étoilé, aux côtés d'un chef exigeant et perfectionniste. Alain Passard adore les légumes et décline ses recettes avec des produits frais, de saison, et, la plupart du temps, qu'il fait venir des trois potagers qu'il possède.
Envie d'épater vos invités ? Pourquoi ne pas tenter une Emotion "pourpre" au miel d'acacia, un Coeur de chou nouveau "à cru" au parmesan ou encore une Dragée de pigeonneau à l'hydromel ? Car non seulement  Christophe Blain nous entraîne dans la cuisine d'Alain Passard, mais ce dernier nous donne des leçons de cuisine illustrées ! Et quelles recettes... Une fois tournée la dernière page, vous n'aurez d'autre choix que d'en tenter une ! Jamais plus vous ne regarderez une betterave comme avant...

D'autres avis : ChiffonnetteMo, Yaneck, Yvan, etc. Et pour rêver un peu, le site de L'Arpège, le restaurant trois étoiles d'Alain Passard.

Et voici une nouvelle participation au Challenge Les Livres Gourmands de Syl.

Et ma 43e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 13/20)- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/bd_et_romans_graphiques/index.html#sthash.ywiF9qOw.dpuf

Et ma 43e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 13/20) - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/bd_et_romans_graphiques/index.html#sthash.ywiF9qOw.dpuf

 

Voici ma 55e participation
 à la BD du mercredi de Mango

Et ma 44e participation au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 18/20)Top BD

    Et ma 43e au Top BD des blogueurs de
t ma 43e au Top BD des blog

Planche 2 EnCuisineAvecAlainPassard


    Et ma 43e au Top BD des blogueurs de

Planche 3

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

25 octobre 2012

Soupes et veloutés, Mélanie Martin

Soupes et veloutés fait maisonSoupes et veloutés est un ouvrage de cuisine paru en octobre 2012 chez Hachette.

Je vous avais dit que l'automne était arrivé à Bouquinbourg ! Et qui dit automne dit, chez moi, soupes ! C'est le moment de rigoler si vous en avez envie... Après mon aveu sur Vogue, après être passée pour une fille superficielle pour certains, maintenant je joue la carte de la jeune-mais-un-peu-vieille-quand-même. Bref...

Mais que voulez-vous, je mange beaucoup de légumes, quasi pas de viande, et les soupes ont l'avantage d'être préparées rapidement et de se congeler facilement. Donc si en été, les salades priment, en hiver, ce sont les soupes !

Ce livre était donc fait pour moi ! 190 pages de recettes de soupes, que demander de mieux ? De la soupe de petits pois à la mozzarella au velouté d'asperges avec une chantilly au parmesan en passant par le phô vietnamien et la soupe de fruits rouges, les recettes proposées dans ce livre sont tout aussi étonnantes qu'appétissantes !
Classées  selon leur ingrédient principal (légumes, fromages, légumes secs, poisson, etc.), ces recettes sont complétées par des techniques (comment faire différents types de bouillon, conserver ses soupes, etc.), une table d'équivalences ainsi qu'une liste d'ingrédients élémentaires à toujours avoir chez soi. Bref, un incontournable qui a très vite trouvé sa place dans ma bibliothèque dédiée aux livres de cuisine.

Et parce que je ne pouvais pas faire un billet sans expérimenter une recette, voici une photo de la soupe butternut et confit de canard que j'ai faite la semaine dernière (on n'efface pas comme ça ses racines !) Un délice...

P1050219

Je tiens à remercier   logo2   et les éditions Capturepour ce livre reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique.

 

Une chronique de soukee rangée dans Beaux Livres - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

15 mai 2012

Julie & Julia, Julie Powell

Julie & JuliaJulie & Julia est un best-seller autobiographique américain, tiré du blog culinaire de son auteure, Julie Powell. Paru en 2005 aux États-Unis, il est sorti en 2008 aux Éditions du Seuil. En guise de résumé, le billet posté par Julie sur son blog pour annoncer au monde son projet...

"Le livre 
L'art de la cuisine française. Première édition, 1961. Louissette Bertholle. Simone Beck. Et, bien sûr, Julia Child, la femme qui a appris à l'Amérique à faire la cuisine et à manger. Nous croyons aujourd'hui vivre dans le monde créé par Alice Waters, mais à l'origine de tout il y a Julia Child, et personne ne peut l'égaler.

La candidate 
Fonctionnaire peu motivée le jour, gastronome amateur le soir. Trop vieille pour le théâtre, trop jeune pour avoir des enfants et trop aigrie pour tout le reste, Julie Powell se cherchait un défi. Elle le trouva dans le projet Julie/Julia. Risquant sa vie de couple, son emploi et le bien-être e ses chats, elle a signé pour un contrat insensé. 365 jours. 524 recettes. Une fille dans une minable cuisine de banlieue. Jusqu'où ira-t-elle, nul ne peut le dire..."(p.34-35)

J'avais aimé le film du même nom, avec Meryl Streep parfaite dans le rôle de Julia Child. J'ai eu envie de découvrir le livre à l'origine, ainsi que le projet de Julie Powell. Et FondantOchocolat, à l'occasion du Swap Chocolat et Cinéma m'a fait le plaisir de me l'offrir ! Merci beaucoup ! Julie Powell
Qu'une américaine se lance dans le défi de la cuisine française, c'est vrai que c'est audacieux ! Raconter en détails les différentes façons de tuer un homard, de retourner tout son quartier pour trouver un os à moelle, etc.... Cela peut nous paraître dérisoire, mais l'écard culturel entre nos deux pays et nos gastronomies permet à l'humour d'être très présent. Pour un américain moyen, déguster de aspics ou des oeufs pochés au vin rouge, c'est assez conceptuel ! Suivre Julie dans ses tentatives pour tenir bon son défi et réaliser l'intégralité des recettes du livre de Julia Child est un plaisir.
Je n'ai pas pu m'empêcher d'établir un parallèle assez évident sur la condition de  blogueur. Julie décrit son rapport à la blogosphère avec justesse et met en lumière ce que nous pouvons vivre au quotidien, nous blogueurs. Notre addiction à notre blog, à ceux de nos amis-blogueurs, et l'incompréhension de la plupart de nos proches quant à notre rapport à notre écran... J'ai souri, bien entendu. Et je me suis dit que depuis 2004 - année du défi de Julie - cela n'avait fait que s'accroître. 
Lectures communesJ'ai passé un très bon moment de lecture. Si j'ai craint, au début de ma lecture, un roman un peu mièvre, frôlant la chick-litt (le sous-titre Sexe, blog et boeuf bourguignon et très peu engageant...), mes craintes se sont vite évanouies grâce à un récit biographique authentique et bourré d'humour.        

 J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune avec CottageMyrtille. Je file voir de ce pas ce qu'elle en a pensé !

Et voilà ma première participation au Challenge La littérature fait son Cinéma que Will reconduit pour la deuxième année consécutive et ma troisième participation au Challenge  Biographie organisé par Alinéa.

                                              Challenge Biographie

 Edit du 23 mai : Syl. a eu raison de moi : je m'inscris à son Challenge Les Livres Gourmands,
catégorie Tutti Frutti et je commence illico avec ce roman !

Les livres gourmands de Syl

Comme d'habitude, je ne résiste pas à l'envie de vous glisser la bande-annonce du film
réalisé en 2009 par Nora Ephron.

 

Une chronique de soukee rangée dans Biographies et écritures du moi - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

09 mai 2012

Le Viandier de Polpette T.1 L'ail des ours, Olivier Milhaud et Julien Neel

Le viandier de Polpette TLe Viandier de Polpette est une nouvelle série imaginée par Olivier Milhaud et dessinée par Julien Neel, le créateur de la série Lou !. Le premier tome, L'ail des ours, est paru en mai 2011 chez Gallimard.

Imaginez un décor féerique : une petite auberge, nichée sur une falaise, avec un ruisseau qui coule, un moulin, une nature verdoyante etc. Son propriétaire, le comte Fausto de Scaramandra, y a été envoyé par son père alors qu'il était enfant. Oisif, le jeune homme profite du calme de son nid douillet et de ses occupants : Polpette, ancien cuistot dans l'armée, qui officie désormais à l'auberge du Coq Vert, Biryani, le serviteur qui s'est occupé de lui depuis son enfance, Alméria, la jeune femme qui gère la chaufferie des termes... La vie y est paisible. Jusqu'au jour où le père de Fausto décide de rendre visite à son fils qu'il n'a pas vu depuis quinze ans.

Le Viandier de Polpette, c'est une bouffée d'air frais. Les dessins, assez naïfs, entraînent le lecteur dans un univers édulcoré rassurant et fantaisiste.  
Le ton est décalé et
l'humour, omniprésent - surtout avec le personnage égocentrique et naïf de Fausto - offre à l'intrigue une note particulière. Et si cette dernière ne possède pas une profondeur extraordinaire en apparence et semble simpliste, détrompez-vous, il n'en est rien. Cet album possède une fraîcheur indéniable et offre une belle histoire d'amitié, d'entraide et de solidarité, portée, entre autres, par ses dessins enfantins aux couleurs douces.
Mais
Le Viandier de Polpette ne serait pas un viandier (référence au plus ancien livre de cuisine connu, attribué à Guillaume Tirel au 14e sièle - fin de la minute culture, bonsoir) sans les nombreuses recettes qui complètent le récit. En effet, chaque fois qu'il est fait mention d'un plat préparé par Polpette, ce dernier est présenté et sa préparation explicitée. Oeufs aux foies de volaille, prego, beignets d'épinard et d'agneau, etc. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le parallèle avec Le Gourmet solitaire de Taniguchi...
Enfin, le petit plus que j'ai adoré : la légende de l'auberge, à la fin de l'album, qui indique où chacun des personnages vit et assure ses fonctions... Une manière de prolonger l'intrigue et de visualiser davantage encore ce havre de paix qu'est l'auberge du Coq Vert !

Planche 1 Planche 2

J'ai donc été séduite par cette lecture. Les nombreux personnages croisés dans ce 1er tome laissent à penser que la suite des aventures de Polpette et de ses amis sera riche. Je serai au rendez-vous du prochain tome, sans hésiter !
Ils ont lu ce 1er tome du Viandier de Polpette :
Faelys, Jérôme, Canel, Kikine...

 Et voici ma 39e participation
à la BD du mercredi de
Mango

 Et ma 30e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 18/20)

Top BD

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [27] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

17 mars 2012

Swap Chocolat et Cinéma : les colis !

Alors que les beaux jours arrivent à grand pas,
voilà le moment tant attendu du déballage des colis reçus lors
du
Swap Chocolat et Cinéma que j'ai organisé en janvier.

La finalité de ce swap ? Cocooner sa binômette à grand
renfort de livres, films et douceurs
en attendant la fin des frimas...

Mais je ne vous fais pas languir plus longtemps !
Regardons d'abord les colis des participantes.

     Mrs Pepys SvCath

Océane    Noukette

sofynet  Yoshi73

 Nesto   Violette

Lounima   Saraswati

Sabbio  Céline


Pour ma part, ma binômette de choc n'était autre que FondantOchocolat
qui, pour son premier swap, a su tomber très juste !
                  Mon colis P1030478

Dès l'ouverture de mon colis, j'étais conquise : une multitude
de paquets, tout colorés et plein de post-it à lire... Génial !  

 P1030480 P1030487

Une fois tout sorti du joli colis, voilà le résultat...
Et c'est parti pour le déballage !

P1030490

J'avoue, j'ai été très gâtée... Merci chère binômette !!
En détail, voilà ce que ça donne :

P1030685

2 DVD
L'Histoire sans Fin, adapté du roman de Michael Ende et Odette Toulemonde, adapté du roman d'Eric-Emmanuel Schmitt

1 roman
Julie & Julia de Julie Powell (j'ai adoré le film )

1 livre de répliques cultes du cinéma
(j'ai offert  un livre similaire à ma binômette !)

1 livre de recettes
La world food des paresseuses (très drôle)

P1030687

LA recette cultissime de FondantOchocolat : 
la tarte chèvre tapenade !
Elle tombe à pic car j'adore la tapenade et le chèvre
et je suis définitivement plus salé que sucré ! Merci !

P1030689

Une adorable lettre pour tout m'expliquer, décorée avec soin...

P1030691 P1030494

Des petites douceurs pour me régaler lors de mes soirées DVD
(M&M's, hérissons guimauve, caramels, Shokons bons, thé...)

et de quoi prendre soin de moi : un gel douche à la mauve (une tuerie !),
une coccinelle pour m'avertir quand ma tarte est cuite, un aimant très gourmand et un carnet
violet pour noter de nouvelles recettes, ou mes impressions sur les films regardés...

Bref, un colis fantastique qui a su me ravir en tous points !
Merci, merci et merci encore Fondant pour toutes ces attentions et pour nos échanges.
Je me suis régalée lors de ce swap et j'espère qu'il en a été de même pour toi.

Et pour voir le colis que j'ai concocté à ma chère binômette, .
FondantOchocolat,
rendez-vous ici !

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,