Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

06 octobre 2015

Les Contes Macabres, Edgar Allan Poe et Benjamin Lacombe

Les contes macabresLes contes Macabres est un album de Benjamin Lacombe paru en 2009 dans la collection Métamorphoses des Éditions Soleil.

Piochant sept nouvelles dans les recueils Histoires extraordinaires et Nouvelles histoires extraordinaires publiés en 1839 par l'auteur américain Edgar Allan Poe, Benjamin Lacombe les met en scène et les illustre avec le talent qu'on lui connaît. Ainsi, c'est Bérénice, Le Chat noir, L'Ile de la fée, Le Coeur révélateur, La Chute de la maison Usher, Le portrait ovale et Morella qui prennent vie sous le crayon du jeune et talentueux illustrateur français.

L'album en lui-même est un petit bijou, comme chaque album de Benjamin Lacombe, et chaque détail est particulièrement soigné, permettant au lecteur de s'immerger dans l'imaginaire sombre et torturé de Poe. Dès la couverture, le ton est donné, et celui-ci se poursuit au fil des pages, mêlant habilement le talent de Poe et celui de Lacombe. Ce dernier joue avec les couleurs de pages, se réapproprie tout, y compris les typographies, pour mieux rendre hommage au maître du romantisme américain. La traduction de Baudelaire accompagne ce duo et parfait le tout.

A la fin de l'album, une courte biographie des trois auteurs de cet album - respectivement Poe, Baudelaire et Lacombe - mêle les genres et les époques pour un rendu savoureux.

Je ne suis pas objective en ce qui concerne Benjamin Lacombe car j'apprécie tout particulièrement son trait et même si l'on peut lui reprocher de toujours offrir la106229515 même esthétique à ses albums - ce qui par ailleurs pourrait être une grande qualité aussi - j'avoue avoir éprouvé beaucoup de plaisir à la découverte de cet album longtemps remisé dans ma PAL. Après La Petite Sorcière, Grimoire de Sorcières, Notre Dame de Paris et Léonard et Salaï, Benjamin Lacombe m'enchante toujours autant...Et voici ma deuxième participation au Challenge Halloween organisé par Lou et Hilde. (si on considère mon Read-a-Thon d'Halloween de dimanche comme la première !)

Poe par LacombeAutoportrait de Lacombe

Planche 3

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,


17 juin 2015

Reckless T.1 Le Sortilège de pierre, Cornelia Funke

Reckless TReckless est une série de fantasy imaginée par la romancière et illustratrice allemande Cornelia Funke, connue pour son best-seller Coeur d'encre. Le premier tome, Le sortilège de pierre, est paru en 2010 chez Gallimard.

Jacob Reckless a douze ans lorsqu'il découvre un monde parallèle derrière le miroir du bureau de son père. Un monde fascinant mais dans lequel rôdent des créatures maléfiques. Le garçon s'y évade toutes les nuits et devient chasseur de trésors jusqu'à son entrée dans l'âge adulte. Mais une nuit, Will, son jeune frère, le suit et faute de prudence, est victime d'un sortilège le transformant peu à peu en Goyl, une créature en pierre. Le temps compte, car Will commence déjà à se transformer et oublier Clara, celle qu'il aime. Jacob n'a que deux jours pour sauver Will avant que ce dernier ne se transforme totalement en pierre et oublie son passé d'humain.

Je ne suis pas une grande lectrice de Fantasy, en témoignent mes chroniques de lecture. Mais depuis que je suis (assidûment même !) un MOOC consacré au sujet, mon horizon littéraire s'élargit, tout comme mes envies ! Je n'ai donc pas résisté à l'appel de ce nouveau roman de Cornelia Funke que j'avais sous la main.  
Le roman s'ouvre sur la découverte du monde derrière le miroir par le jeune Jacob, puis après quelques descriptions qui plantent le décor d'un univers de fantasy, le récit fait un bond de douze ans dans le futur et le lecteur retrouve Jacob, vingt-quatre ans, en prise avec la malédiction de son frère qui le ronge peu à peu et transforme sa peau en pierre.  Cette ellipse temporelle, si elle déroute de prime abord, annonce dès le début l'enchevêtrement de l'intrigue qui se déroule de façon linéaire mais délivre au fur et à mesure des éléments du passé qui permettent de la comprendre.  
L'intrigue poursuit le schéma traditionnel de la quête d'un héros solitaire et les allusions aux contes de fées sont légion (les prénoms des deux frères n'étant pas sans rappeler ceux des frères Grimm, bien entendu). Les créatures merveilleuses se succèdent, empruntées à différents folklores, et le lecteur de suivre les aventures de Jacob et de son frère, dans cet univers onirique et inquiétant.  
Un roman qui se lit très vite, à la particularité d'être illustré par l'auteure elle-même, et qui ouvre de belles perspectives d'aventures pour le trio de personnages. Si j'ai passé un bon moment de lecture, j'avoue avoir été quelque peu déçue en comparaison de Coeur d'encre et de son hommage aux livres. Mais peut-être que le deuxième tome, que j'ai sous la main également, saura me faire changer d'avis ?

 Et hop ! Une nouvelle participation au Reading Challenge 2015 :

24. Un livre choisi pour sa couverture

10906451_613545512106612_7981170696396259077_n

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

17 janvier 2015

Le Livre de Perle, Timothée de Fombelle

Le livre de PerleLe Livre de Perle est le dernier roman de l'écrivain et dramaturge français Timothée de Fombelle paru en novembre 2014 chez Gallimard et couronné de la Pépite Roman Ado Européen au dernier Salon du Livre de Montreuil.

Trois vies tissées, trois destins liés comme trois fils emberlificotés. Celui d'un jeune garçon de quatorze ans, passionné de photo qui, lors d'une fugue, rencontre un vieil homme dans une cabane au milieu des bois. L'histoire, ensuite, de cet homme, Joshua Perle, de son silence et de sa solitude, du mystère qui entoure les étranges valises amoncelées dans sa cabane, témoins de sa vie de roi d'un conte de fées chassé de son royaume par un frère tyrannique et condamné à l'exil. Le destin, enfin, d'Olia, la fée dont il est éperdument amoureux, et qui a renoncé à ses pouvoirs pour le suivre dans notre monde.

Parler de ce livre n'est pas aisé. Je viens juste de le terminer, et pour une fois, j'ai envie vous en parler tout de suite. J'en ressors ébranlée par tant de beauté et de poésie. C'est dire...
Timothée de Fombelle signe ici un bijou. Et je pèse mes mots. Un bijou tant dans sa forme que dans son contenu. Car si mon résumé peine à rendre hommage à son intrigue, il serait dommage de passer à côté de ce roman qui dérive vers le conte de fées sous prétexte que c'est un sujet commun. Je vous l'affirme haut et fort : Le Livre de Perle ne ressemble à rien de ce que vous avez pu lire auparavant.
Dès la première page, ce roman vous entraîne dans la vie tourmentée de Joshua Perle. Sa vie dans notre monde, dans la boutique de guimauves de ses parents adoptifs avant la guerre et son entrée dans la Résistance, mais aussi sa vie dans son monde, où il se nomme Ilian, prince déchu d'un royaume pris dans la tourmente. Son amour impossible avec la fée Olia, qui le conduit à sa perte, est le lien entre ses deux destins, ses deux vies tremblantes et fragiles dans les deux mondes.

Ancien prof de lettres, Timothée de Fombelle manie les mots tel un magicien et offre à son roman une poésie enchanteresse à laquelle il est difficile de se soustraire. Ses phrases coulent, lumineuses et vibrantes, rythmées et chantantes, et portent l'intrigue de façon remarquable.
Le roman possède une construction savamment étudiée qui entraîne le lecteur dans la vie de ces trois personnages, entre ces deux mondes, à travers les époques. La narration change de point de vue, tantôt à la première personne, tantôt à la troisième. Et le lecteur de se demander qui est derrière l'ensemble...Coup de coeur
Difficile d'en dire plus si ce n'est que je comprends, enfin et après tout le monde, pourquoi Timothée de Fombelle est reconnu pour être un des auteurs pour la jeunesse les plus talentueux de sa génération. Je n'ai qu'une envie : découvrir son oeuvre au plus vite... Et je sors tellement bouleversée par cette très belle lecture que je me refrotte à l'idée de coups de coeur. Comme quoi...

"L'imaginaire de chacun est pour moi unique et impossible à dupliquer. Une réserve, un sanctuaire intime. Dans chacune de nos têtes, des bestioles étranges, un herbier et de petits peuples, mais je ne suppportais pas les fées ou les farfadets qui se promenaient d'une tête à l'autre comme des poux. Pourquoi se laisser imposer des créatures inventées par d'autres ?
Mais les histoires nous font changer. Et certaines rencontres nous retournent sur le dos comme des tortues. Elles nous obligent à nous laisser faire.
" (p.260)

"Les histoires nous inventent." (p.285)

L'avis de Faelys et de Jérome sur ce roman.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

03 mai 2014

Otto l'accessoiriste, Vincent Zabus et Renaud Collin

Otto l'accessoiriste

Otto l'accessoiriste est un album écrit par Vincent Zabus et mis en images par Renaud Collin, paru en mars 2014 aux éditions Langue au chat.

Le papa de Léo est parti avant sa naissance. Sa maman est décédée et Léo a été placé dans un orphelinat. Depuis, il ne parle plus.
Un jour, Léo décide d'aller explorer une maison dans laquelle vit un vieil inventeur solitaire qui ne sort pratiquement pas de chez lui. Otto, c'est son nom, est en fait l'accessoiriste du pays des contes. C'est lui qui fabrique tous les objets magiques des contes de fées ! A ses côtés, et malgré le peu de mots échangés, ce dernier va beaucoup apprendre.

Otto l'accessoiriste est un très bel album qui aborde avec délicatesse la question du traumatisme de l'enfant. Muré dans son silence, le petit Léo souffre d'une situation qui semble insoluble. Le monde qui l'entoure n'est que souffrances et mocheté et l'avenir est sombre.
Sa rencontre avec Otto va lui permettre de dépasser ce stade mutique grâce à la présence rassurante de ce bonhomme un peu bourru mais d'une gentillesse sans pareille. Et l'univers dans lequel ce dernier entraîne Léo offre au garçonnet un cadre épanouissant malgré les dangers qui règnent.
Les dessins de Renaud Collin complètent à merveille le texte de Vincent Zabus et entraînent le petit lecteur dans un univers riche où les contes de fées sont prétextes à des bricolages farfelus et des dépassements de soi. Chaque double page est un régal pour les yeux et offre au lecteur une jolie façon de s'évader. Une très belle lecture, dès 6 ans.

Merci aux éditions pour l'envoi de cet album dans le cadre de l'Opération Masse critique organisée par Babelio

Planche 1

Planche 2

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

21 janvier 2014

Des contes dans mon assiette, Madeleine Deny

Des contes dans mon assietteDes Contes dans mon assiette est un coffret composé d'un livre de recettes accompagné de trois emporte-pièces, paru aux éditions Tourbillon en juin 2013.

Avouez-le : n'avez-vous jamais rêvé devant les douceurs évoquées dans les contes de votre enfance ? Devant le gâteau que confectionne Peau d'Ane pour son prince, les scones que déguste Alice lors de sa rencontre avec le Chapelier ou encore la galette du Petit Chaperon rouge... Grâce à ce coffret, vous allez pouvoir vous replonger dans ces contes et réaliser facilement leurs recettes.

Comment résister à un tel coffret ? De mon côté, la tentation a été grande, même si j'ai pleinement conscience de ne pas faire véritablement partie du lectorat visé (hum hum...)
Disons que j'ai adoré découvrir ce coffret, parcourir les extraits de contes qui fragmentent l'album et tester certaines recettes et que je me suis sentie investie d'une mission d'adulte testeuse. Verdict ? J'ai été conquise et j'aurais adoré avoir ce livre de recettes il y a vingt ans. Oui, dit comme ça, ça fait vieux, mais que voulez-vous, je vais arrêter de nier que j'ai vingt ans et de très grosses poussières maintenant !
Pour les enfants, à qui s'adresse ce coffret, ce petit album coloré a tout pour plaire : un sommaire classé par contes, des précautions d'usage avant de commencer (comme laisser la cuisine propre et rangée après l'avoir utilisée... si si, c'est écrit !), des recettes claires et bien expliquées, le tout illustré par des photos très alléchantes et oniriques. De quoi permettre aux cuistots en herbe de concocter de beaux et bons petits plats aux grands ! 
Des contes dans mon assiette, ou comment prolonger le rêve des récits de l'enfance en passant en cuisine...

Un grand merci aux éditions pour cette découverte qui m'a, une fois encore, enchantée. J'inscris cette lecture dans le Challenge Des contes à rendre de Coccinelle.

Les gâteaux arc-en-ciel de Peau d'Ane Les muffins à la citrouille de Cendrillon

Les tartines-édredons de la Princesse au petit pois

Pour vous tenter une bonne fois pour toutes, voici ma recette fétiche, réellement délicieuse.


Les scones d'Alice, ou un goûter dément Les mini-scones du thé d'Alice

Ingrédients (pour une douzaine de scones)

  • 2 verres de farine (= 240g)
  • 1 paquet de levure chimique
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 50g de beurre
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère à soupe de lait

Préchauffe le four à 210° (thermostat 7)

  1. Dans un saladier, verse la farine, la levure, le sucre et le sel.
  2. Ajoute le beurre coupé en petits morceaux et écrase-le entre tes doigts tout en le mélangeant à la préparation, jusqu'à obtenir une pâte qui ressemble à du sable.
  3. Ajoute l'oeuf et le lait pour obtenir une pâte souple.
  4. Aplatis la pâte à la main sur une planche farinée, puis au rouleau à pâtisserie, sur une épaisseur de 2cm.
  5. Découpe des ronds à l'aide d'un verre et dépose-les sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.
  6. Enfourne pour 15mn de cuisson.

On comprend mieux pourquoi Alice prend le thé avec le Chapelier...  Des scones, toujours des scones...

Alors, séduits ? Affamés ?

 

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


13 juin 2013

Loup y es-tu ?, Henri Courtade

9782070449729-1Loup y es-tu ?, paru en 2010 chez Mille Saisons, est le premier roman du biologiste passionné de littérature Henri Courtade .

Imaginez un monde dans lequel les personnages de contes de fées de notre enfance existent. Cendrillon serait mannequin, le Petit Chaperon Rouge une styliste de renom, la Belle au Bois Dormant l'épouse d'un milliardaire et Blanche-Neige travaillerait dans une billeterie à New-York. Mais si ces quatre jeunes femmes n'ont aucun souvenir de leur passé, il n'en est pas de même pour les sorcières qui tentent de les tuer dans leurs contes respectifs. Et ces dernières ne se limitent pas à leur proie désignée et étendent leur influence maléfique sur le monde actuel.

Ces temps-ci, j'ai besoin de lectures qui me permettent de m'évader franchement de la réalité. Vous l'aurez peut-être remarqué au vu de mes récents billets. Être ailleurs, à une autre époque ou autrement, voilà ce qui me plaît en ce moment (et c'est suffisamment rare pour le noter). Et avec cette porosité entre contes de fées et réalité, voilà un roman qui m'a séduite dès les premières pages.
Henri Courtade possède une écriture cinématographique très visuelle qui stimule l'imaginaire de son lecteur tout au long de son roman. Moi qui ai lu ce roman sur une plage idyllique de Guadeloupe, j'ai vu émerger autour de moi des lieux très précis, des plans, des personnages, comme si je regardais un film. Une écriture aussi visuelle est assez rare et possède bien des atouts pour une intrigue merveilleuse comme celle-ci.

De plus, si les détournements de contes de fées possèdent un côté subversif et fascinant, il n'est pas rare de tomber dans certains écueils malheureux. L'auteur a ici réussi à très bien exploiter son idée, sans tomber dans la romance ni dans les clichés du genre. Les héroïnes sont dépoussiérées par rapport à leur conte originel et se sont adaptées à l'époque dans laquelle elles évoluent sans devenir des héroïnes écervelées à la recherche de leur prince charmant. Point d'oiseaux qui aident à faire une tarte ou de jeunes femmes qui frottent les sols mais des personnages à la mémoire abîmée qui peinent à retrouver leurs passés et tentent de réussir leur vie dans notre monde.
Et si tout cela semble déjà original, la véritable originalité de ce roman réside, selon moi, dans le fait de fusionner les contes de fées à l'Histoire. L'auteur a en effet imaginé que les grandes catastrophes de l'Humanité n'avaient pas été décidées que par les Hommes mais que des forces maléfiques les avaient influencés dans leurs décisions. Il n'est nullement question ici de minorer l'Histoire ou d'ôter toute responsabilité à l'Homme mais d'imaginer que les personnages maléfiques des contes ont pu avoir, à un moment ou à un autre, une influence invisible et un intérêt à inciter à tant de barbarie. Comme si le Mal rôdait entre les contes et la réalité. Cette interpénétration angoissante est source de bien des possibles.
Je n'ai pas pu m'empêcher d'établir un parallèle avec la série Once Upon a time, contemporaine de la sortie de ce roman et que j'aime beaucoup, même si cette dernière plonge plus franchement, au fil des saisons, dans le merveilleux que dans l'historique.
En tout cas, vous l'aurez compris, j'ai été happée par cette histoire merveilleuse. Si vous avez envie d'imaginer que parmi nous se cachent des personnages de contes, ouvrez Loup y es-tu ?
D'autres avis : Coralie, Karine:), Lynnae, Melisende, Mina, Petite Noisette, Phooka, etc.

Première participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans SF - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

29 mai 2013

Les Comptines malfaisantes de Billy Brouillard, Guillaume Bianco

Billy Brouillard, Comptines MalfaisantesBilly Brouillard est un héros de bande dessiné imaginé par Guillaume Bianco et dont les aventures paraissent chez Soleil. Trois albums ainsi qu'un premier coffret de Comptines malfaisantes sont déjà parus. Ce deuxième coffret de trois albums est paru en avril 2013 dans la collection Métamorphose.

Quatre nouvelles composent ce coffret. Vous croiserez la Mort incarnée dans L'Heure dernière, un nez géant dans Le Nez qui dépasse, un petit garçon très méchant dans Le Bonhomme de la pluie et un enfant au sommeil très agité dans Angoisse nocturne.

Je fais un peu les choses à l'envers : je voulais vous présenter, en bonne et due forme, le premier tome des aventures du petit Billy avant de vous présenter ce coffret, mais comme j'ai commencé par lire ce coffret, c'est celui-ci que je vous présente. Logique.
Néanmoins, ce magnifique coffret en trois volumes est une petite merveille ! J'ai adoré découvrir ces quatre nouvelles un peu grinçantes, teintées d'une mélancolie inquiétante. Les personnages sont tous des enfants pas très lisses à qui la vie joue un mauvais tour. C'est cynique, parfois cruel, mais bien fait.
Le trait de Guillaume Bianco, ainsi que ses histoires, m'ont rappelé Tim Burton par ce côté sombre et torturé déjà évoqué. Je suis amateur du genre, donc j'ai été conquise dès les premières pages !
De chacune de ces nouvelles émane une réflexion à la portée universelle qui n'est pas sans rappeler les contes populaires et la littérature orale.
Une découverte que j'ai adorée. Il me tarde maintenant de découvrir le premier tome des aventures de Billy !
Je tiens à remercier Bénédicte et les Editions pour cette très belle lecture.

  Voici ma 53e participation
 à la BD du mercredi de Mango
  

    Et ma 42e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 16/20)

  Top BD

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

11 mars 2013

Et une fournée de challenges, une !

Quelle excuse vais-je bien pouvoir trouver cette fois ? Mmmmh... aucune ? Si deux de ces challenges me permettent de piocher dans ma PAL, le troisième, en revanche, me fera plutôt télécharger sur mon Kindle des contes tombés dans le domaine public... et agrandir ma PAL ! Mais quand on aime...

ContesChallenge

Le Challenge Des contes à rendre ! organisé par Catherine

Le principe : Lire des contes, tout plein de contes ! Qu'il s'agisse des auteurs européens tels que Grimm, Perrault, Andersen, etc. ou encore du monde entier, des adaptations en albums, BD, séries TV, voire même des essais, tout est permis, et ce de façon illimitée !

Bon, pour l'instant rien dans ma Pal ne justifie l'inscription à ce challenge mais je vais trouver, ne vous inquiétez pas...

 615583379 The Alexander Mc Call Smith Challenge organisé par Emy

Le principe : Lire au moins trois oeuvres du romancier écossais Alexander Mc Call Smith, auteur, entre autres, des séries Les Chroniques d'Edimbourg, (inspirées des Chroniques de San Francisco), Les enquêtes de Mme Ramotswe (première femme détective du Botswana) et Isabel Dalhousie (dont le premier tome, Le club des philosophes amateurs, jouit d'une grande popularité sur la blogosphère).

Mais qu'ai-je dans ma PAL pour m'inscrire à ce challenge ?

Madame Ramotswe détective 44 Scotland Street, Les Chroniques d'Edimbourg

Il ne me restera qu'à trouver le troisième livre à lire pour remplir mon challenge. J'hésite encore...

 

100401111108872425749689

La 2e édition du Challeng'Ô Swap de LadyScar

Le principe : Lire les livres reçus lors des swaps. De quoi faire baisser ma PAL, c'est certain !

 Petit tour d'horizon des 12 romans reçus lors de swaps et toujours dans ma PAL

 Dans ces bras-là, Camille Laurens D'obsidienne et de sang T Incarceron T Incarceron T

Khanh, Dung et Nghiep vivent au Vietnam, Alexandre Messager La Montagne volante, Christoph Ransmayr L'équilibre du monde, Rohinton Mistry Mangez moi, Agnès Desarthe

Saison sèche, Peter Robinson Teacher Man, Frank McCourt L'Oncle Silas, Le Fanu

 Voilà donc les derniers challenges auxquels j'ai succombé.
Et moi qui croyais que 2013 rimerait avec assagissement...
Mais de belles lectures se profilent, non ?
E
t vous, des tentations à me proposer ou vous êtes plus sages que moi ?

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

02 janvier 2012

Linh et la Fleur du Bonheur, François Delecour et Sophie Adde

Linh et la fleur du bonheurLinh et la Fleur du Bonheur est un album paru en mars 2011 aux Éditions Le Buveur d'Encre.

La petite Linh aime, lorsqu'elle s'endort, que sa mère lui souffle au creux de son oreille une légende vietnamienne. L'histoire d'une fleur qui rend les gens heureux. Un jour, Linh s'endort et rêve qu'elle rencontre cette fleur.

Voici un album absolument majestueux. François Delecour nous entraîne, au gré de ses mots, dans un Vietnam onirique. La poésie éclôt, telle une fleur, dans la musicalité de sa plume, et le rêve de la petite Linh acquiert une dimension mythique. Nous voilà entraînés dans le rêve de la petite fille, un rêve fabuleux digne d'une imagination enfantine.
Pour accompagner cette légende, Sophie Adde, qui signe les illustrations de cet album, nous offre des paysages et des personnages splendides.
J'ai adoré cet album. Non seulement parce qu'il nous présente une légende d'un pays que j'aime tout particulièrement - le Vietnam - mais aussi parce que cette tradition orale est une ode au rêve et à l'enfance. Les dessins de Sophie Adde sont à couper le souffle. L'illustratrice, qui encolle des journaux ramenés de ses voyages dans ses dessins, possède un talent incroyable. Je suis sous le charme de ces couleurs chatoyantes et de ce condensé de poésie ! Mon premierCoup de coeur 2012 coup de coeur de l'année, sans aucune forme d'hésitation !

Pour en savoir plus, je vous conseille de lire l'interview de Sophie Adde, sur le blog de la maison d'édition.

Je vous laisse avec deux doubles pages pour avoir un aperçu de ce petit bijou d'album.

 

Je tiens à remercier chaleureusement Agents littéraires et les Éditions buveur pour la découverte de cet album magnifique.

Première participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/tag/Contes#sthash.NgW75Yo9.dpuf

Et voici ma douzième participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

12 décembre 2011

Petits contes à régler : les cas Rubis C., Gaël Bordet

Le cas Rubis CPetits contes à régler : les cas Rubis C. est un roman paru en février 2011 chez Bayard. Il fait partie des romans que j'ai à lire dans le cadre de mon travail. 

Le Cyclone, organisation secrète, recrute des adolescents afin d'enquêter sur des phénomènes étranges qui surgissent dans les mythes et contes de fées.
Pour sa première mission, Hector est envoyé dans la forêt de Fontainebleau où le Petit chaperon Rouge a été retrouvée inanimée.

L'originalité de ce roman réside dans son intrigue qui prend sa source dans les contes et les traditions orales populaires. Cendrillon, La Belle au bois dormant, le Marquis de Carabas et Barbe Bleue sont ainsi des personnages qui prennent vie sous la plume de Gaël Bordet.
Le mélange entre cet inconscient collectif et une modernité parfois futuriste permet aux personnages adolescents d'être en phase avec notre époque. L'auteur mêle habilement nouvelles technologies et pouvoirs magiques désuets, sur fond d'adolescence aux problématiques multiples. Confiance en soi, émois et personnalités qui s'esquissent font partie intégrante de la psychologie des personnages principaux. Les lecteurs adolescents s'identifieront facilement aux héros de ce roman..
Mais l'intrigue s'essouffle, malgré les multiples rebondissements, et perd son caractère original. J'ai eu l'impression que le rythme s'accélérait au détriment d'une cohérence générale. Les péripéties abondent, tout comme les décès de personnages et les trahisons, et l'intrigue perd en contenance.
En outre, la psychologie des personnages est trop lisse pour permettre aux questionnements des adolescentsLecture pro lecteurs de trouver des réponses ou des éclairages avec cette lecture. Tout est en accéléré, même l'intrigue amoureuse qui éclôt. Cette rapidité de traitement met en exergue une superficialité de fond fort dommage. Même l'univers merveilleux, entre contes et modernité, se perd dans les méandres de cette intrigue alambiquée.
En définitive, ce roman commence très bien et possède un potentiel qui s'effrite au fil des pages. C'est bien dommage ! Surtout que vue la longueur, bien des lecteurs risquent de se perdre dans cette histoire.

J'inscris cette lecture comme onzième participation au Challenge Des contes à rendre de Coccinelle !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,