Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

27 février 2011

L'homme de Kaboul, Cédric Bannel

62155866_pDécouvrir un roman qui a pour cadre l'Afghanistan d'aujourd'hui ? Voilà une idée qui m'a séduite ! Mes lectures étant assez pauvres sur ce sujet, le roman L'Homme de Kaboul a été l'occasion d'en savoir davantage.

Appelé sur les lieux d'un suicide, Oussama Kandar, chef de la brigade criminelle de Kaboul n'est pas dupe : l'homme qui gît dans son salon n'est pas mort de son propre fait par une balle en pleine tête, malgré la mise en scène astucieuse qui tend à le faire croire. Les détails, trop nombreux, soutiennent la thèse d'un crime déguisé en suicide. Oussama se lance alors dans une enquête que sa hiérarchie semble étonnement vouloir freiner...
Pendant ce temps, en Suisse, Nick, un jeune analyste travaillant pour une structure secrète du nom de l'Entité, se voit propulsé au milieu d'une chasse à l'homme au nom d'un rapport hautement confidentiel détenu par le fugitif. 

L'homme de Kaboul fait partie de ces romans dans lesquels on s'immerge complètement sans voir le temps passer. Cédric Bannel réussit avec brio à emmener son lecteur dans ce pays à la violence très médiatisée mais au quotidien souvent peu connu.
De la condition féminine aux difficultés du quotidien en passant par le régime taliban et l'histoire de l'Afghanistan ces dernières années, le lecteur appréhende ce pays par le biais de l'intrigue qui s'y déroule sans jamais avoir l'impression d'un quelconque étalage des recherches entreprises par l'auteur sur le sujet. La carte du pays, située en début de livre, abonde dans ce sens et permet de suivre les déplacements des personnages et de comprendre les nombreuses disparités du pays.

Le style de Cédric Bannel est fluide, l'intrigue haletante à souhait - grâce notamment à l'alternance des chapitres entre la Suisse et L'Afghanistan - et les deux héros crédibles.

Malgré un dénouement un peu trop rocambolesque à mon goût, L'homme de Kaboul n'en demeure pas moins un excellent roman à suspense dont la lecture m'a enchantée.

Les avis enthousiastes aussi d'
Alex-Mots-à-Mots et d'Esmeraldae sur ce roman.

Je tiens à remercier grandement Violette de Canalblog et les logo pour l'envoi de ce roman à paraître le 3 mars 2011 et la découverte de cet auteur.

Une chronique de soukee rangée dans Thrillers - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


18 février 2011

Le coeur cousu, Carole Martinez

9782070379491Hathaway m'a ravie en m'offrant, à l'occasion du Swap Nouvel An 2011, Le cœur cousu, premier roman de Carole Martinez, repéré sur son blog quelques temps auparavant...

Soledad porte bien son prénom : sa vie entière n'a été que solitude. A l'aube de sa mort, elle décide de raconter l'histoire des femmes de sa famille, à commencer par Frasquita, sa mère, couturière de génie. Ayant hérité, au sortir de l'enfance, d'une magnifique boîte à couture, leur mère a consacré des heures à coudre, broder, orner tout ce qu'elle trouvait, tissus comme plaies... Mais une fois mariée, son talent a jeté  l'opprobre sur elle et sa famille, certains l'accusant de sorcellerie et de mensonge pour renier son don.
Au fil des ans et des enfants qu'elle met au monde, Frasquita abandonne la couture pour éviter toute médisance. Mais le jour où son mari, qui se lance dans les combats de coqs,  joue et perd son épouse, la vie de Frasquita et de ses enfants bascule.

Quelle plume ! Carole Martinez m'a émue à chacune de ses pages, m'emportant loin, dans cette Espagne à la chaleur étouffante. Pour un premier roman, Le coeur cousu est une petite réussite à côté de laquelle il ne faut pas passer ! J'ai éprouvé beaucoup de sensations que la lecture [Du] Soleil des Scorta de Laurent Gaudé avait fait naître en moi...
Carole Martinez manie la langue avec une finesse rare et allie celle-ci à une intrigue romanesque et originale s'il en est, entre histoire familiale et conte.
Son récit emboîté alterne les époques et les personnages avec une aisance que j'ai rarement vue. Un récit qui coupe le souffle, émeut aux larmes et fait sourire. En bref, une petite merveille !

coup_de_coeur_2011Sans aucune hésitation, je lui décerne le titre de deuxième coup de cœur de l'année 2011. Un immense merci Hathaway pour ce roman magistral ! (son avis est ici !)

Un avant-goût de la plume fantastique de Carole Martinez :

"Mon nom est Soledad.
Je suis née, dans ce pays où les corps sèchent, avec
des bras morts incapables d'enlacer et de grandes
mains inutiles.
Ma mère a avalé tant de sable, avant de trouver un
mur derrière lequel accoucher, qu'il m'est passé dans
le sang.
Ma peau masque un long sablier impuissant à se tarir.
Nue sous le soleil peut-être verrait-on par transparence
l'écoulement sableux qui me traverse.
LA TRAVERSÉE.
Il faudrait bien que tout ce sable retourne un jour
au désert." (p.7)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [27] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

17 juin 2010

Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier

9782710331643FSJ'aime beaucoup les romans de Tracy Chevalier. Ayant perdu au concours organisé par Blog-o-Book pour recevoir l'intégralité de ses titres aux éditions de La Table Ronde, je me suis précipitée sur le partenariat proposant la lecture de son dernier roman, Prodigieuses créatures.

Au début des années 1800, les sœurs Philpot, Louise, Elizabeth et Margaret, quittent Londres pour s'installer à Lyme Regis, sur la côté du Dorset. Toutes trois vieilles filles, elles mènent chacune l'existence qui leur convient, dans le respect des codes de la société.
Ainsi, tandis que ses sœurs jardinent ou assistent à des bals, Elizabeth fait la rencontre de Marry Anning, une jeune fille frappée par la foudre dans son enfance, et qui a développé un goût passionné pour la recherche de fossiles. Parcourant à ses côtés les plages environnantes, Elizabeth sera aux côtés de la jeune fille lorsque celle-ci fera une découverte des plus incroyables pour la science...

Tracy Chevalier emmène encore une fois son lecteur dans un univers bien à elle. Dans Prodigieuses créatures, il s'agit de ces longues plages venteuses et dangereuses, où la falaise menace de s'écrouler à chaque instant tandis que la mer monte, barrant tout passage aux promeneurs distraits. Les descriptions sont précises et détaillées, et l'on est très vite immergé dans cet environnement.
La narration est à la fois lente et rapide. Lente car certains événements sont racontés avec beaucoup de détails, appelant alors le lecteur à patienter et savourer la chute, mais rapide aussi car les années défilent rapidement au gré des pages.
L'alternance de points de vue dans chaque chapitre entre Elizabeth et Mary permet au lecteur de se plonger dans deux histoires quasiment différentes. Même si les deux personnages ont la même passion des fossiles, elles proviennent  de deux classes sociales très différentes, aux préoccupations parfois antagonistes. Quand Elizabeth s'inquiète d'être vue portant des gants troués et une jupe maculée de boue, la jeune Mary se demande comment manger à sa faim et assister sa mère. Deux conditions féminines très différentes mais souffrant pourtant de codes établis par les hommes.
En somme, Tracy Chevalier donne à voir dans ce roman deux destins liés mais pourtant si éloignés tout en permettant au lecteur de réfléchir à cette époque et à ses codes.
Un régal ! Qu'il est bon de se plonger dans ce roman qui donne froid avec ses paysages venteux et violents ! Que j'aime l'atmosphère des romans de cette auteure !

Je tiens à remercier 53811911_p et les 1nava  pour ce roman reçu dans le cadre d'un partenariat.

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,