Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

25 janvier 2017

Le sixième Dalaï-Lama T.1, Zhao Ze et Guo Qiang

Le sixième Dalaï-LamaLe sixième Dalaï-Lama est un manhua - bande dessinée chinoise - illustré par Zhao Ze et scénarisé par Guo Qiang, paru en août 2016 aux éditions Fei, maison d'édition spécialisée dans la BD chinoise. 

Tawang, petit village du Sud de l'Himalaya, 1694. Lobsang y coule une vie paisible de paysan-esclave avec ses parents. Un matin, alors qu'il se rend aux champs avec Gelaï, son renard blanc, Lobsang fait la connaissance de Makye Ame, fille du seigneur local. Ignorant les conseils de ses domestiques, la fillette se lie d'amitié avec Lobsang, et, accompagnée de Dédi, sa fidèle servante, passe son temps libre avec lui. Les années passent et font naître une solide amitié entre les trois enfants. Mais le trio est loin de se douter que le cinquième Dalaï-Lama est mort depuis quinze ans et que les lamas se mettent en quête de sa réincarnation à travers le pays.

Je vous vois venir : "Mais elle a fini de nous ennuyer avec ses lectures autour du bouddhisme ?" Je vous arrête tout de suite : c'est un hasard, j'ai piqué cet album au boulot, attirée par sa couverture (et son sujet, je ne vous le cache pas !). Et autant vous le dire tout de suite : je suis tombée sous le charme de ses planches aussi belles que contemplatives.

Les personnages, tout en rondeur, semblent porter l'innocence de leur âge sur leurs visages, dominés par leurs grands yeux candides et leurs joues rosies par le vent qu'on imagine souffler dans ce petit village tibétain. Zhao Ze apporte tout autant de soin au traitement de ses paysages et chaque double page est un enchantement onirique porté par des couleurs douces.

L'intrigue se met en place doucement, et le suspense en est absent, mais qu'importe. La beauté réside ailleurs, dans cette amitié entre les enfants, entre Lobsang et son renard ou encore dans cette vie simple proche de la nature. Un très bel album que j'ai adoré découvrir et dont j'ai hâte de connaître la suite.

Planche 1 Planche 3

Planche 4 Planche 2

BD de la semaine saumon

Cette semaine chez Mo !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,


15 janvier 2017

La cuisinière d'Himmler, Franz-Olivier Giesbert

La cuisinière d'Himmler, Franz-Olivier GiesbertLa cuisinière d'Himmler est un roman du journaliste et écrivain franco-américain Franz-Olivier Giesbert paru en 2013 chez Gallimard.

Rose est née en juillet 1907, au bord de la mer Noire. Parce que sa famille est arménienne, elle est massacrée par les Jeunes-Turcs au nom de la turquification de l'Anatolie. Rose s'enfuit et commence pour elle un drôle de périple, une vie de fuite dans ce siècle meurtrier. Après le génocide arménien, la petite fille est vendue comme esclave sexuelle avant de s'enfuir en France. Mais la Seconde Guerre mondiale sourd. Entre amours désabusées et vengeance qui la ronge, Rose vit avec une détermination farouche et se lance dans la seule chose qui anime sa vie : la cuisine.

Roman étonnant et détonnant s'il en est, La cuisinière d'Himmler vous déroute et vous malmène dès les premières pages. L'intrigue débute alors que Rose a cent-quatre ans, une vie des plus remplies, et des souvenirs en pagaille. Quand une lettre lui parvient d'Allemagne, elle se décide à écrire ses mémoires, le récit de sa vie de bohème, "un livre pour célébrer l'amour et pour prévenir l'humanité des dangers qu'elle court. Pour qu'elle ne revive jamais ce que j'ai vécu." Dès lors, les chapitres alternent entre Marseille, en 2012 - où Rose tient son restaurant La petite Provence - et sa jeunesse sur les routes.

Car Rose a traversé le XXe siècle et toutes ses horreurs : du génocide arménien aux atrocités nazies et à l'horreur maoïste. De la France à l'Allemagne en passant par la Chine et les États-Unis, Rose fuit la violence et tente à chaque fois de se construire une vie stable et heureuse, aimant hommes et femme, célébrant la vie par le sexe.

Au crépuscule de sa vie, avec une détermination et un humour féroces, la vieille dame raconte sa vie. Et c'est drôlement prenant. Franz-Olivier Giesbert dresse le portrait d'une Tatie Danielle impertinente, vulgaire et un brin teigne, qui par ses blessures s'est construit une force de caractère et une vie des plus remplies. Extrêmement documenté sur le siècle, son récit est poignant et ne s'embarasse ni de jolies tournures ni de descriptions longues. Rose - la narratrice - est directe, parfois crue. Mais c'est son journal, sa vie, ses morts et ses amours, et personne ne peut l'empêcher de se raconter comme elle le souhaite, avec l'impertinence que son âge excuse. Un roman solidement construit à l'humour grinçant et ô combien intéressant. Une bien belle lecture qui rafraîchit la mémoire sur le siècle dernier et ses sombres heures.

En bonus de fin : les recettes de Rose (la Parmesane de Mamie Joe, le Plaki de la grand-mère de Rose ou encore le flan au caramel d'Emma Lempereur)

"Si l'Enfer c'est l'Histoire, le Paradis, c'est la vie." (p.382)

"Le bonheur ne nous est pas donné : il se fabrique, il s'invente." (p.382)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

22 décembre 2016

Le chat à l'orchidée, Kwong Kuen-Shan

Le chat à l'orchidéeLe chat à l'orchidée est un album de l'illustratrice chinoise Kwong Kuen Shan paru en octobre 2015 aux éditions de l'Archipel.

C'est un véritable voyage dans la culture chinoise, au côté de chats que propose ce petit album. A chaque double page, une aquarelle très poétique et épurée et une citation issue de la culture chinoise. Calme et sérénité enveloppent ces pages où le chat règne, en maître silencieux et inspirant, accompagné de fleurs.

J'ai beaucoup aimé cette promenade méditative et poétique en compagnie d'un animal cher à mon coeur et dans un pays que j'ai aimé découvrir. Ce qui me rappelle que j'ai Le chat zen de cette même auteure à découvrir, offert par quelqu'un qui a compris très vite mon amour des chats, il y a de cela deux ans...

Un grand merci à Ines de Langage&Projets et aux Editions de l'Archipel pour cet album.

Le chat à l'orchidée 1

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

26 janvier 2015

Opium, Maxence Fermine

Opium, Maxence FermineOpium est le quatrième roman de l'écrivain Maxence Fermine paru en 2002 chez Albin Michel.

Londres, 1838. Charles Stowe, négociant en thé, décide d'embarquer pour la Chine, afin de suivre la route du thé et découvrir les merveilles que les occidentaux ne connaissent pas encore.
En chemin, sa route croise celle de Loan, une belle chinoise qui le fascine. Mais elle croise aussi celle de l'opium et de ses dangers.

J'ai découvert Maxence Fermine avec son premier roman, Neige, une de mes grosses claques littéraires de ces dix dernières années. Je n'avais pas réouvert un de ses livres depuis et j'avais adoré découvrir Opium dans mon colis du Swap de Printemps concocté par Mrs Pepys.
Malheureusement, la magie n'a pas opéré comme pour ma première incursion dans l'oeuvre de Fermine. Opium suit le même type de construction narrative, se déroule au même siècle, et si l'écriture est tout aussi poétique et musicale,  la comparaison avec Neige est évidente.
Impossible de ne pas y penser lorsqu'on découvre ces lignes. Et malgré un dénouement inattendu et une révélation intéressante, l'intrigue n'est pas aussi accrocheuse que celle du premier roman de l'auteur.
L'ensemble reste néanmoins très agréable à lire. Maxence Fermine excelle dans le maniement des mots et dans le rythme de ses phrases, toujours aussi poétiques. Son incursion sur la route du thé et son histoire est des plus intéressantes, il faut bien l'avouer. Mais j'attendais plus.
C'est peut-être idiot. C'est toujours le problème d'un premier roman excellent et qui a fait parler de lui - Neige est traduit en dix-sept langues - qui force la comparaison.
Alors j'avoue : je ne suis pas impartiale avec Opium. Si vous n'avez lu aucun des deux, je vous conseille donc de commencer par celui-ci, pour le découvrir avec un oeil neuf, et de dévorer ensuite Neige.

Voici ma première troisième participation au Reading Challenge 2015 :

11 Un livre dont le titre n'est composé que d'un seul mot

10906451_613545512106612_7981170696396259077_n

 

Mrs Pepys

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

19 août 2012

De retour de Chine...

Après plus d'un mois d'interruption, me voici de retour ici !
J'espère que l'été a été agréable de votre côté et que le soleil
a été au rendez-vous.

Pour ma part, après un début gris et frisquet à Paris,
il fut dépaysant au possible et riche en découvertes grâce à notre voyage en Chine !
Des gens accueillants, de belles rencontres, des paysages magnifiques, des monuments incroyables 
et de beaux fous rires, nous laisseront de ce voyage un souvenir impérissable.
Je ne vous fais pas languir davantage et je cesse toute logorrhée symptomatique du voyageur qui revient au bercail...
(mais si vous avez des questions ou si vous avez envie de précisions, je suis là !)

En avant pour quelques photos, à cliquer pour les voir en grand !

P1040671  P1040751

Vue de la rivière Li à Yangshuo et une plantation de thé à Hangzhou

P1040757

Une pharmacie traditionnelle à Suzhou

P1040843

Un dessinateur dans le Jardin de la Politique des Simples, à Suzhou,
jardin classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO

P1040785  P1040799

La petite ville lacustre de Nanxun et son jardin de lotus

 

P1040082

La voie sacrée, qui mène aux treize tombeaux des Ming, près de Pékin

 

P1040145

La Grande Muraille, section Mutianyu, à 70 km au Nord de Pékin

P1040166  P1040176

P1040178

La majestueuse Cité Interdite, en plein coeur de la capitale
(visitée dans une touffeur incroyable, la veille des inondations)

P1040238

Une des échoppes où déguster un scorpion vivant en brochette,
une étoile de mer ou encore un hippocampe, à Pékin...

 

P1040246

                          P1040264 P1040266

 Le Temple des Lamas, à Pékin, plus grand temple bouddhiste en dehors du Tibet

 

P1040946  P1040972

Le Bund, à Shanghai, et le district de Pudong (quartier des affaires),
avec ses vertigineux gratte-ciel.

P1040879

Shanghai by night !

 

P1040973

Les vieux quartiers de Shanghai (Tintin et le lotus bleu n'est pas loin !)

 P1040298  P1040303

P1040323

La ville ancienne de Pingyao, petit cocon à l'abri du temps qui s'écoule

P1040317  P1040364

Boutique de calligraphie traditionnelle et le Temple des Dieux de la Cité à Pingyao

 

P1040443L'armée enterrée à Xi'an

 

Trois semaines intenses et fabuleuses qui me font revenir ici des étoiles pleins les yeux...
Pas forcément la meilleure période pour découvrir la Chine (très très chaud et humide)
mais un voyage qui nous a séduits au-delà de nos espérances.

Pour l'heure, j'ai filé faire une cure de soleil dans mon Sud afin de revenir pleine d'énergie pour septembre.
Par contre, niveau lecture, cet été ne restera pas dans les mémoires !
Les voyages, c'est bien connu, c'est épuisant...
 A très bientôt à tous et profitez bien de ce soleil d'août !
(d'aucuns diraient que nous sommes en pleine canicule, mais après la grisaille parisienne et les typhons à Shanghai, tout est relatif !)

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


07 juillet 2012

Evasion estivale...

Je m'éclipse à pas de loup pour de lointains horizons...

Je vous souhaite un bel été et je vous donne rendez-vous en août !

La Cité Interdite

 

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [38] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

26 mai 2012

Les Triades de Shanghai, Bi Feiyu

Les Triades de ShanghaiLes Triades de Shanghai est un roman du journaliste et écrivain chinois Bi Feiyu publié pour la première fois en 1995 chez Piquier.

Années 30. Le jeune Tang quitte sa campagne pour s'installer à Shanghai. Introduit dans le milieu de la mafia, son rôle est de servir Bijou, la maîtresse du patron du gang de la Tête du Tigre. Envoûtante, la jeune femme séduit tous les hommes sur son passage grâce à ses chants et ses déhanchements. Mais Tang, rebaptisée Oeuf pourri par la jeune femme, va vite s'apercevoir que la vie dans un gang est loin d'être de tout repos.

Je poursuis ma découverte de la Chine à travers sa littérature afin de me préparer pour cet été.
J'avais été séduite par la quatrième de ce roman, imaginant me plonger dans la mafia chinoise et en comprendre le fonctionnement. Peine perdue ! Je n'ai absolument pas été charmée par les histoires de Bijou et de ses acolytes. Le récit semble être constitué d'une succession de faits, sans lien entre eux si ce n'est Tang, le narrateur. Celui-ci permet un oeil naïf sur la situation, mais rien n'est expliqué au lecteur.
Pour faire court, Bijou est belle et infidèle au patron, elle noie son chagrin dans l'alcool en brûlant d'amour pour un de ses amants, les personnages meurent à tour de bras à cause des gangs, et Oeuf pourri/Tang, au milieu de tout ça, n'en saisit pas la moitié.
Bref, je me suis ennuyée avec ce roman qui n'offre rien de plus que ce que sa quatrième ne nous dit. Aucun détail sur la Chine, son Histoire, sa mafia ou ses traditions. L'intrigue pourrait se dérouler n'importe où, àShanghai Triad n'importe quelle époque, ce serait pareil. Décevant...

Une adaptation de ce roman a été réalisée en 1995 par le cinéaste Zhang Yimou sous le titre Shanghai Triad. Une fois n'est pas coutume, je vous épargne la bande-annonce qui a extrêmement mal vieillie.

 Voici ma quatrième participation au  Challenge Dragon organisé par Catherine et 
ma deuxième participation au Challenge La littérature fait son Cinéma de Will.

                                 Challenge Dragon    

                                          

Une chronique de soukee rangée dans Littérature chinoise - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

10 mai 2012

Mémoires d'une dame de cour dans la Cité interdite, Jin Yi

Mémoires d'une dame de cour dans la Cité interditeMémoires d'une dame de cour dans la Cité interdite est un récit biographique de Jin Yi. Ce dernier s'est intéressé à la vie de He Rong Er, ancienne dame de cour dans la Cité Interdite. Ce livre, paru en 1999 chez Piquier, est un témoignage rare de l'époque de la dernière impératrice, Cixi.  

Le récit de Jin Yi est scindé en quatre parties, qui sont autant de sujets abordés par sa vieille amie He Rong Er. La vie quotidienne d'une femme de cour est ainsi dépeint sous toutes ses facettes. Le style descriptif créé une distanciation avec le lecteur mais permet néanmoins de s'imaginer clairement ce qui est décrit. Pas de pathos ni de larmes sur le triste destin de He Rong Er, et plus généralement, des dames de cour, mais une description, un témoignage.

Je ne connais que très vaguement l'histoire de la Chine et ses traditions. Comme tout occidental, j'en ai certaines représentations - véhiculées notamment par les médias ou les films qui nous parviennent - mais cela reste flou, et parfois trop général. 
Ainsi, je ne savais presque rien de la condition des femmes qui travaillaient dans la Cité Interdite. Travailler... Je pense qu'on peut dire plutôt vouer son existence, car finalement peu avaient le choix et s'engager dans cette voie signifiait y consacrer sa liberté.
Jin Yi nous offre ici un récit particulièrement touchant d'une femme, à l'aube de son existence, une existence contrainte. Pas de pathos, comme évoqué plus haut, mais une pudeur tout au long du texte. Un style sobre, descriptif, qui sert le récit sans chercher à susciter une émotion. Jin Yi semble coucher sur papier ses entretiens avec son amie sans chercher autre chose qu'un témoignage.
On apprend beaucoup, sur tous les rituels qui rythmaient la journée d'une dame de cour. Du lever de l'impératrice à son coucher. L'auteur s'attarde également sur tous ces détails qui nous paraissent incensés tant ils sont ritualisés : la façon dont il faut présenter sa pipe à l'impératrice, dont il faut rentrer dans une pièce sans jamais lui tourner le dos, dont il faut annoncer chaque plat, etc. Autant de précisions qui nous sont étrangères et qui peuvent paraître futiles mais qui composent la vie de cette incroyable Empire et témoignent de son incroyable rigueur. 
Un récit lu d'une traite, pour mieux m'en imprégner et me glisser dans cette époque. Un document rare, sans fantasme ni imprécision. A lire si le destin des femmes chinoises et mandchoues vous intéresse.  
 

 Voici ma troisième participation au  Challenge Dragon organisé par Catherine et 
ma deuxième participation au Challenge  Biographie organisé par Alinéa.

                                           Challenge Dragon    Challenge Biographie

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature chinoise - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

02 février 2012

L'appel du dragon...

J'ai tenté de résister mais je me suis résignée...
Catherine
a lancé un Challenge Dragon consacré à l'Asie.
3 niveaux
(1, 3 ou 5 livres) durant l'année du Dragon,

soit du 23 janvier 2012 au 9 février 2013.


Soyons passionnés ou ne le soyons pas !
Je me suis inscrite dans la troisième catégorie,
celle du Dragon de feu (5 livres)...
Avec mon prochain voyage en Chine, ma PAL a mystérieusement grandi
de récits concernant ce vaste pays.

Challenge Dragon de feu


Alors, serez-vous du voyage ?


Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

29 décembre 2011

De retour, les valises pleines de livres !

Me voici de retour de mes vacances en famille, dans le Sud.
Noël est passé par là. Vous connaissez le refrain :
repas de fête, champagne, cadeaux, etc.
Parmi ceux-ci, il va sans dire, des livres.

Voici donc les petits nouveaux qui sont venus
remplir mes valises et, depuis mon retour, mes étagères !

 

P1030434

Pour commencer, les très stylisés livres de Monsieur Christian Lacroix :

Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll
Emma
de Jane Austen
Une vie
de Maupassant
Tendre est la nuit
de Fitzgerald
A l'ombre des jeunes filles en fleur
de Proust
Carmen
de Mérimée
La Princesse de Clèvres
de Mme de Lafayette
Lettre d'une Inconnue
de Zweig
Toute passion abolie
de Vita Sackville-West

 

P1030440    P1030441

Puis trois magnifiques livres en grand format :

*L'esprit roulotte: un petit bijou sur ces petites maisons sur roues que j'affectionne particulièrement
*Chine
: une petite merveille de texte et de photos sur ce vaste pays.
*Klimt
: pour tout savoir sur ce peintre de génie.

*************************

Mais que serait une virée à Toulouse sans un détour par la librairie
Ombres Blanches ? 
Voici donc les livres qui ont sauté d'eux-même dans mes bras à l'occasion
de mon furetage dans ce temple des livres.

P1030439

De gauche à droite :

La Muraille de Chine, récit d'un fugitif de Kaikö Takeshi
L'Opéra de la Lune
de Bi Feiyu
A la conquête du Cinématographe : Georges Méliès

Mémoires d'une dame de Cour dans la Cité interdite
de Yi Jin
Mémoires d'un Eunuque dans la Cité interdite de Shi Dan
Les Triades de Shanghai
de Bi Feiyu
China Attitude !
de Kathy Flower
Tribulations d'un stradivarius en Amérique
de Frédéric Chaudière
Une vue splendide
de Fang Fang
Lonely planet Chine

La délicatesse
de David Foenkinos
Guide du routard sur la Chine

Je vous laisse deviner sans peine
le pays que nous allons arpenter cet été...

Et vous, des livres en cadeau ?

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [38] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,