Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

21 juin 2017

Les deux vies de Baudouin, Fabien Toulmé

Les deux vies de BaudouinLes deux vies de Baudouin est un album de Fabien Toulmé paru en février 2017 chez Delcourt, dans la collection Mirages.

Baudouin, la trentaine, a une vie des plus mornes. Juriste dans un grande boîte à la Défense, il passe son temps au boulot ou dans les transports. Une fois le soir venu, c'est Morrison, son chat, qu'il retrouve en guise de compagnon. Baudouin déprime dans sa vie routinière, enfermé dans un travail qui l'accapare sans le passionner. Mais sa vie bascule lorsqu'il apprend qu'il a une tumeur et qu'il ne lui reste que quelques mois à vivre. Il décide alors avec Luc, son frère, de dresser une liste de toutes les choses qu'il souhaite vivre avant de mourir. Accompagné de ce dernier, médecin humanitaire épicurien et optimiste, Baudouin part en Afrique et commence à vivre comme jamais il ne l'avait fait jusqu'alors.

Quel album ! Quelle claque ! Je ne m'attendais à rien en l'ouvrant, je l'ai refermé en larmes, avec l'envie de le faire découvrir à plein de gens de mon entourage... Si le propos de départ m'a rendue prudente - je craignais un énième livre sur un personnage condamné qui découvre à quel point la vie est belle quand on lui annonce sienne est quasi finie - cet a priori s'est envolé au fil des pages de ce gros album (plus de 250 pages !). Fabien Toulmé - qui a fait beaucoup parler de lui avec la parution de Ce n'est pas toi que j'attendais - traite le sujet avec intelligence et ne sombre dans aucun écueil.

Oser changer de vie, vivre ses rêves, voilà qui est audacieux dans une société en crise où l'argent semble être l'unique bouée de sauvetage. C'est ce que Baudouin décide de faire quand il est acculé, quand il comprend que gagner tant d'argent, en étant rongé par le stress au boulot et incapable d'entretenir une relation amoureuse stable, est inutile. Alors Baudouin plaque tout, son appart, ses meubles, colle Morrison chez ses parents et part trois semaines en Afrique. Trois semaines pour écouler ce qu'il y a sur sa liste. Trois semaines pour s'autoriser à refaire de la musique, lui le musicos passionné mais brimé dans son choix professionnel par des injonctions parentales raisonnables. Trois semaines pour choisir le bonheur et l'insouciance plutôt que la raison et la morosité. Trois semaines pour vivre, enfin. Et c'est libérateur, pour le lecteur aussi, de voir cette vie assumée, cette vie choisie et non plus subie. Le propos est clair, mais en rien caricatural. On est loin de l'album bien-pensant et moralisateur qui prône une jolie vie. Et Fabien Toulmé est là où on ne l'attend pas...

Baudouin ressemble à plein de jeunes cadres qui, rongés par une injonction sociale écrasante, en oublient de construire leur vie personnelle au profit d'un quotidien triste et solitaire. Le personnage est émouvant, dans ses errances et ses peurs, et jamais caricatural. Son frère Luc, trublion téméraire, apparaît comme un sauveur de ces derniers mois de vie, leur donnant une saveur que Baudouin ne se serait jamais autorisé à connaître. La relation qu'entretiennent les deux frères est vibrante d'authenticité - la narration alternant présent et enfance des deux personnages - et Fabien Toulmé soigne cet aspect sans tomber dans le larmoyant. La maladie est brièvement évoquée, mais laisse rapidement la place à cette furieuse envie de vivre qui anime Baudouin.

Le trait assez minimaliste, qui ne m'a pas vraiment séduite de prime abord, accompagne finalement bien le propos. Bref, un album que j'ai dévoré d'une traite et dont je suis ressortie bouleversée. A lire, sans hésitation. Sans aucune hésitation même.

Les avis de Jerome, Mo et Noukette.

 Planche 2 Planche 3

 image

Cette semaine chez Stephie !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , ,


09 janvier 2017

Le restaurant de l'amour retrouvé, Ito Ogawa

Le restaurant de l'amour retrouvéLe restaurant de l'amour retrouvé est le premier roman de la japonaise Ito Ogawa paru en 2013 aux éditions Philippe Piquier.

Rinco rentre un jour chez elle et trouve son appartement vide. Son petit ami est parti, emportant toutes leurs affaires. La discrète jeune femme, devenue muette suite à ce traumatisme, retourne vivre chez sa mère - personnage fantasque s'il en est - dans le petit village de son enfance. Là, elle y ouvre un tout petit restaurant, qu'elle gère seule et qui propose un service unique : préparer un repas spécial pour chaque client, un repas réfléchi et pensé selon les envies et les besoins du convive. Par sa patience et son amour de la cuisine, Rinco réussit à rendre les gens heureux. Et c'est en s'occupant des autres qu'elle parvient peu à peu à panser ses blessures.

Cela faisait bien longtemps que je tournais autour de ce roman au titre alléchant et au sujet ô combien tentateur. Et j'ai bien fait de succomber (deux titres du catalogue Piquier en quelques jours, je reviens décidément à mes premières amours !).

Le restaurant de l'amour retrouvé est un petit bijou autour de la notion du partage et du don, au rythme lent et aux phrases poétiques. L'intrigue est centrée sur le personnage de Rinco, la narratrice de l'histoire, et embrasse son tempérament serein et méditatif. La cuisine comme résilience pour Rinco prend une toute autre dimension. Chaque repas est appréhendé telle une offrande et la jeune héroïne prend tout son temps pour servir les mets les plus adaptés à ses hôtes. De la soupe légère pour deux futurs amoureux au repas pour enfant pour un vieil homme sénile en passant par un tour du monde gastronomique, chaque page rend hommage à la cuisine et ses saveurs, suivant le rythme lent des saisons et de leurs produits.

La nature est très présente, comme souvent dans la littérature japonaise, et offre de très beaux moments contemplatifs. Les saisons passent, Rinco adapte ses repas aux productions locales. La vie est simple, rythmée par le restaurant et le cochon de sa mère dont elle doit s'occuper. Et Rinco se répare petit à petit. Un magnifique roman à savourer sans hésiter un instant et qu'on referme à regret.

RSS

Une chronique de soukee rangée dans Littérature japonaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

30 novembre 2016

L'éveil de Mademoiselle Prim, Natalia Sanmartin Fenollera

L'éveil de Mademoiselle PrimL'éveil de Mademoiselle Prim est le premier roman de la journaliste espagnole  Natalia Sanmartin Fenollera paru en 2013 chez Grasset. Véritable ovni littéraire, il a été publié dans plus de soixante-dix pays.

Imaginez un petit village du nom de Saint-Irénée d'Arnois dans lequel les habitants - qui ont fui le monde moderne - ont créé un petit paradis où la simplicité et le bonheur des choses simples règnent. Ici, les commerçant vendent leurs produits, l'économie est locale, l'instruction des enfants est faite par les adultes et aucune réunion ne se tient sans une théière et une montagne de délices à déguster. La lecture et l'étude tiennent une place toute particulière dans ce village où les habitants viennent d'horizons divers. C'est en répondant à une petite annonce que Prudence Prim, trentenaire érudite et qui pense être née à la mauvaise époque, atterrit à Saint-Irénée d'Arnois. Au service d'un homme un peu plus âgé qu'elle qui a en charge les quatre enfants de sa défunte soeur, Prudence organise la bibliothèque personnelle de la maison. Mais la vie dans ce petit village va bouleverser son équilibre personnel.

Repéré chez Fondant il y a quelques temps, ce roman au titre singulier (mais pourquoi donc est-il question d'éveil ?) avait attisé ma curiosité. Et je dois avouer que si je m'attendais à une intrigue un peu éculée et un brin de romance, j'ai été assez déroutée. Oui il y a de la romance, oui, il est question de livres, mais pas que.

De Prudence, le lecteur sait peu si ce n'est qu'elle a abandonné un métier dans lequel elle ne s'épanouissait pas pour s'installer à Saint-Irénée d'Arnois. Des autres personnages, l'on en apprend aussi peu au fil des pages, qui font davantage l'éloge de cette vie simple qu'ils ont choisie et de leur quotidien, que des raisons qui les ont poussés à renoncer à tout pour venir ici. Ce village fictif où le temps semble s'être arrêté fait la part belle à la culture et tous ses habitants semblent être mus par le même désir de bonheur simple. L'intrigue rend hommage à la littérature (il est question entre ces pages de Virgile, Horace, Jane Austen, Dickens, Elizabeth Gaskell ou encore Louisa May Alcott) et aux livres, véritables trésors que l'employeur de Prudence (dont le lecteur ignore jusqu'au nom) pense qu'il faut les découvrir dans un certain ordre.

C'est un véritable éveil que Prudence Prim va vivre en allant à Saint-Irénée d'Arnois, un éveil de sa conscience mais aussi un éveil sentimental. Difficile d'en dire beaucoup plus sans vous révéler trop de détails. Si j'ai passé un agréable moment en compagnie de ces personnages lettrés et ô combien stimulants, j'avoue avoir perdu un peu de vue parfois où l'auteur voulait en venir réellement. Il me reste beaucoup de questions en suspend et une gêne quant aux relents passéistes en refermant ce roman pour que je reste sur un sentiment autre que mitigé.

D'autres lecteurs : Aifelle, , Tante Fi, etc.

"Cherchez donc la beauté, mademoiselle Prim. Cherchez-la dans le silence, cherchez-la dans le calme, cherchez-la au milieu de la nuit et cherchez-la aussi à l'aurore. Arrêtez-vous pour fermer les portes tandis que vous la cherchez, et ne vous étonnez pas si vous découvrez qu'elle ne vit pas dans les musées ni ne se cache dans les palais. Ne vous étonnez pas si vous découvrez finalement que la beauté n'est pas un quoi, mais un qui." (p.330)

"Elle avait appris à fermer les portes. Elle avait appris à  les ouvrir doucement et à les refermer avec précaution et exactitude. Et quand on apprend à fermer les portes, pensa-t-elle en regardant le couple d'amoureux, d'une certaine façon on apprend à ouvrir et fermer correctement tout le reste. Lorsqu'on fait les choses correctement, le temps paraissait s'étirer indéfiniment." (p.341)

 107123471

Une chronique de soukee rangée dans Littérature espagnole - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

31 mars 2016

Quitte Rome ou meurs, Romain Sardou

Quitte Rome ou meurs, Romain SardouQuitte Rome ou meurs est un court roman épistolaire de l'écrivain français Romain Sardou paru en 2009 aux éditions XO.

62 après JC. Pour avoir offensé Néron qui règne en despote sur Rome, Marcus Scaurus est obligé de fuir la ville pour sauver sa vie. Quittant famille et amis, il part en exil, ne gardant contact qu'avec son ami Sénèque. Ils entament une correspondance secrète qui tournent autour des grandes questions métaphysiques. Aux côtés de Sénèque, le jeune Marcus s'assagit et va trouver dans son exil  une certaine forme d'apaisement.

Prêté par un de mes collègues avec qui j'avais discuté de cette époque que j'adore, Quitte Rome ou meurs s'est avérée être une lecture des plus savoureuses. Partant du flou qui règne autour des célèbres Lettres à Lucilus auxquelles s'adressent les lettres de Sénèque regroupées dans le recueil éponyme, Romain Sardou brode un roman intelligent et diablement documenté qui mêle habilement histoire et fiction. Hormis Marcus, qui est un personnage fictif, les autres personnages croisés au fil des pages sont des figures historiques politiques, littéraires ou artistiques de l'époque.

Si Romain Sardou prête attention à rendre son roman accessible et le complète par une postface intéressante, il n'en demeure pas moins que certains pré-requis sont nécessaires pour l'aborder et en saisir toute la portée. Qui ne s'est jamais intéressé à cette période risque de manquer de références pour aborder ces lettres. Ces dernières, si elles donnent assez peu de détails sur le contexte historique et culturel de l'époque, permettent néanmoins de se plonger dans la philosophie de Sénèque et d'en avoir un aperçu des plus intéressants. Donc si vous êtes comme moi passionnés par cette époque, foncez, vous vous régalerez avec cette correspondance ! Si par contre vous connaissez peu la Rome antique, je vous conseille de commencer par les romans de Steven Saylor, qui mêlent avec brio intrigue policière et aperçu complet de la vie quotidienne de l'époque. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu sur cette époque : voici une nouvelle participation au défi Au cœur de la Rome Antique que j'organise ! 

Logo_1

Une chronique de soukee rangée dans Épistolaire - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

29 octobre 2015

Demain est un autre jour, Lori Nelson Spielman

Demain est un autre jour, Lorie Nelson SpielmanDemain est un autre jour est le premier roman de l'américaine Lori Nelson Spielman paru en 2013 aux éditions du Cherche Midi.

Elizabeth Bohlinger vient de mourir, laissant ses trois enfants éplorés. Alors que Brett, sa fille, s'apprête à prendre la tête de son immense empire cosmétique, Elizabeth lui réserve une bien drôle de surprise... Certaine que sa fille n'est pas heureuse dans sa vie actuelle, elle l'oblige à remplir une liste de dix objectifs qu'elle avait dressés lorsqu'elle avait quatorze ans, faute de quoi, elle ne pourra toucher son héritage. Brett à la vie si rangée avec son copain Andrew et son emploi dans l'entreprise familiale ne voit pas d'un très bon oeil cette ultime requête. Parce qu'entre devenir enseignante, avoir un bébé, acheter une maison ou encore acheter un cheval, elle se demande bien si ces rêves correspondent à sa vie et surtout par quoi commencer...

Ce roman est un concentré de feel good et je ne voyais pas meilleur moyen pour commencer ledit Challenge Feel Good ! Sous couvert d'une intrigue qui semble simple et cousue de fil blanc, Lori Nelson Spielman interroge son lecteur, à travers le personnage de Brett : votre vie ressemble-t-elle à celle dont vous rêviez, enfant ? Parce que pour Brett, c'est tout le contraire. Et ce personnage de femme vulnérable au début du roman va se métamorphoser au fil des pages et des objectifs atteints. Et la voir ainsi évoluer, c'est diablement grisant.

Des thématiques intéressantes comme la relation mère-fille et père-fille ou encore la quête identitaire émaillent le récit. Brett part à la recherche de ses racines tout en partant à la recherche d'elle-même, abandonnant tout sur son passage, l'injonction de sa mère résonnant comme un appel à la renaissance.

Et si certaines situations sont prévisibles (notamment l'aspect sentimental de l'intrigue), que les personnages sont parfois caricaturaux et que quelques situations sont invraisemblables ou faciles, il n'en demeure pas moins que l'ensemble remplit complètement son objectif et que j'ai eu beaucoup de plaisir à accompagner Brett pendant son année de défi, jubilant à ses côtés à chaque objectif atteint. J'ai ri, j'ai pleuré (si si, je vous assure... mais je ne suis pas une référence !) et j'ai refermé ce roman avec le coeur plus léger. Comme si suivre Brett dans ses errements m'avait donné le courage d'affronter les miens. Je n'ai pas envie d'en dire beaucoup plus. Sachez simplement que Demain est un autre jour est un roman gorgé d'espoir et d'optimisme et qu'il cristallise l'essentiel du feel good book.

Je n'ai pas été la seule à succomber à l'appel de ce roman... D'autres lecteurs : George, Liliba, Noukette, Stéphie, Keisha, Lystig, Leiloona, Karine, Solenn, Clara, L'Irrégulière, FondantGrignote, Bianca, etc.

Première participation au Challenge Feel Good

Logo Challenge Feel good

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,


27 octobre 2015

Un challenge qui nous veut du bien : le Challenge Feel good

Envie d'optimisme, de bonne humeur et d'évasion face à la sinistrose ambiante ? Pourquoi ne pas succomber à un feel good book ? L'expression ne vous est certainement pas inconnue puisqu'elle pullule depuis quelques temps dans les médias et sur les tables d'exposition de nos chères librairies...

Mais que sont donc ces feel good books ? Rien de moins que des livres dont la lecture nous promet de nous rendre plus heureux, par l'entremise d'une intrigue plaisante, portée par des personnages ordinaires auxquels le lecteur peut aisément s'identifier, et qui se clôt souvent par une happy end. Ces livres qui font du bien - traduction littérale de l'expression anglaise - se sont répandus comme une traînée de poudre depuis quelques mois, en réaction peut-être à la morosité de notre époque, et des auteurs comme Gilles Legardinier, Agnès Martin-Lugand, Katarin Bivald ou encore Grégoire Delacourt ont connu de beaux succès de librairie grâce à leurs romans qui laissent leurs lecteurs le sourire aux lèvres. J'en entends qui ricanent et pensent que les feel good books appartiennent à une littérature populaire légère, longtemps pensée illégitime par bien des éditeurs, mais ça serait nier la tradition anglo-saxonne du feel good book de qualité qui se propage peu à peu et arrive en France, bouleversant par là même le paysage éditorial (observez bien autour de vous le nombre de maisons d'édition qui se sont ouvertes au genre...)

Je n'étais moi-même pas du tout lectrice de ce genre de romans - les craignants dégoulinants de bons sentiments et peut-être un peu trop légers. Mais ça c'était avant... Avant quoi ? Bonne question ! Mais force est de constater que ces derniers temps il m'est arrivé de me tourner vers des feel good books. Ai-je succombé à l'effet marketing rondement mené à coup de couvertures colorées et de titres à rallonge souvent drôles ? Ai-je été happée par ce versant littéraire aux qualités qui ne sont plus décriées ? Ai-je été contaminée par la grisaille de notre société ? Ou ai-je tout simplement eu une envie irrépressible de me détendre avec un roman divertissant ? Qui sait ? Quoiqu'il en soit, et parce que je n'ai aucune honte à avoir envie d'un peu de douceur dans mes lectures, je me suis penchée sur la question et j'ai eu envie de vous proposer un petit challenge...

Le Challenge Feel good !

107123471

Le principe de ce challenge est on ne peut plus simple : partager ensemble nos lectures feel good mais aussi les films et séries TV qui nous laissent le sourire aux lèvres, et dresser, pourquoi pas, une liste collaborative d'idées feel good. L'objectif ? Colorer nos vies et y apporter un peu de légèreté.

Pour vous inscrire, c'est très simple : il vous suffit de me laisser un commentaire à la fin de ce billet et d'apposer le logo du challenge sur chacune de vos chroniques, avec un lien vers cette page. Je verrai ensuite, selon le nombre d'inscrits, si l'on peut organiser ensemble un calendrier de lectures communes ou de rendez-vous (comme une liste de choses feel good !).

Vous êtes bien installé ? Alors prenez une tasse de thé ou de café, ouvrez un de ces livres et savourez son effet...

Romans Feel good

(n'hésitez pas à m'aider à compléter cette liste !)

  •  44 Scotland Street d'Alexander McCall Smith
  • 84, Charring Cross Road d'Helen Hanff
  • À votre santé monsieur Parpot ! d'Alain Monnier
  • Beignets de tomates vertes de Fannie Flagg
  • Café Givré de Suzanne Selfors
  • C'est toi que j'attendais de Kristan Higgins
  • Dans la brume du Darjeeling de Mikael Bergstrand
  • Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman
  • Ensemble c'est tout d'Anna Gavalda
  • Et je danse aussi de Jean-Claude Mourlevat et d'Anne-Laure Bondoux
  • Et puis, Paulette de Barbara Constantine
  • Juste avant le bonheur d'Agnès Ledig
  • L'avant-dernière chance de Caroline Vermalle
  • La bibliothèque des coeurs cabossés de Katarin Bivald
  • La délicatesse de David Foenkinos
  • La dernière réunion des filles de la station-service de Fannie Flagg
  • La dernière conquête du major Pettigrew d'Helen Simonson
  • La Femme qui décida de passer une année au lit de Sue Townsend
  • La lettre oubliée de Nina George
  • La liste de mes envies de Grégoire Delacourt
  • La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan
  • La vie est facile, ne t’inquiète pas d'Agnès Martin-Lugand
  • La vie prodigieuse de Garnet Ferrari de Maria Manilla
  • L'atelier des miracles de Valérie Tong Cuong
  • Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates d'Annie Barrows et Mary Ann Shaffer
  • Le club de la petite librairie de Deborah Meyler
  • Le coeur entre les pages de Shelly King
  • Le journal de Briget Jones d'Helen Fielding
  • Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santo
  • Le secret de la manufacture de chaussettes inusables d'Annie Barrows
  • Le sourire des femmes de Nicolas Barreau
  • Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson
  • Les beignets d’Oscar ou mes 100 jours de bonheur de Fausto Brizzi
  • Les crevettes ont le coeur dans la tête de Marion Michau
  • Les gens heureux lisent et boivent du café d'Agnès Martin-Lugand
  • Les invités de l'île de Vonne Van der Meer
  • Les quatre saisons de l'été de Grégoire Delacourt
  • Les pères et les mères sont des humains comme les autres de Paul Mesa
  • Les vacanciers d'Emma Straub
  • Les Vies turbulentes de Lady M. d’Agathe Colombier Hochberg
  • L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas
  • L'épopée du Perroquet de Kerry Reichs
  • L'éveil de Mademoiselle Prim de Natalia Sanmartin Fenollera
  • L'homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle
  • L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes de Karine Lambert
  • L'oiseau Canadèche de Jim Dodge
  • Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert
  • Mangez-moi d'Agnès Desarthe
  • Ma vie de Pingouin de Katarina Mazetti
  • Meurtres à la pause-déjeuner de Viola Véloce
  • Miss Alabama et ses petits secrets de Fannie Flagg
  • Noël en Alsaka de Kate Hoffman
  • Nora ou le paradis perdu de Cecilia Samartin
  • Pars avec lui d'Agnès Ledig
  • Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan
  • Pour un soir seulement de Thomas Raphaël
  • Quand souffle le vent du Nord de Daniel Glattauer
  • Retour à Cedar Cove de Debbie Macomber
    - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2015/10/25/32756273.html#comments
  • Si j'étais riche de Sophie Talneau
  • Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano
  • Tom, petit Tom, tout petit homme de Barbara Constantine
  • Tu me trouveras au bout du monde de Nicolas Barreau
    meTu me Tu me trouveras au bout du monde de Nicolas Barreau - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2015/10/25/32756273.html#sthash.9DulXTxs.dpufUn doux pardon de Lori Nelson Spielman
  • Un été sans toi de Karen Swan
  • Un jour de David Nicholls
  • Une collection de trésors minuscules de Caroline Vermalle
  • Wild de Cheryl Strayed

Films Feel good

  • (500) jours ensemble de Marc Webb
  • A bord du Darjeeling limited de Wes Anderson
  • Away we go de Sam Mendes
  • Be happy de Mike Leigh
  • Billy Elliot de Stephen Daldry
  • Eternal sunshine of the spotless mind de Michel Gondry
  • Forrest Gump de Robert Zemeckis
  • Good Morning England de Richard Curtis
  • Happy New Year de Gary Marshall
  • Intouchables d'Eric Toledano et Olivier Nakache
  • Je vous trouve très beau d'Isabelle Mergault
  • Julie et Julia de Nora Ephron
  • Juno de Jason Reitman
  • La cage dorée de Ruben Alves
  • La vie aquatique de Wes Anderson
  • Le fabuleux destin d'Amélie Poulains de Jean-Pierre Jeunet
  • Le journal de Bridget Jones de Sharon Maguire
  • Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris
  • Love Actually de Richard Curtis
  • Moonrise Kingdom de Wes Anderson
  • Peace, Love et plus si affinités de David Wain
  • Quand Harry rencontre Sally de Rob Reiner
  • Soyez sympas, rembobinez de Michel Gondry
  • Slumdog Millionaire de Danny Boyle
  • The Full Monty de Peter Cattaneo
  • The Holidays de Nancy Meyers
  • Tout peut arriver de Nancy Meyers
  • Un beau jour de Michael Hoffman
  • Valentine's day de Gary Marshall
  • Vous avez un message de Nora Ephron
  • Waitress d'Adrienne Shelly

Séries Feel good

  • Enlightened de Mike White
  • Entourage de Doug Ellin
  • Friends de Marta Kauffman et David Crane
  • Hart of Dixie de Josh Schwartz et Leila Gerstein
  • Gilmore Girl de Amy Sherman-Palladino
  • Men in trees de James Mangold
  • Modern Family de Steven Levitan et Christopher Lloyd
  • Sex and The City de Darren Star
  • Une nounou d'enfer de Peter Marc Jacobson et Fran Drescher
  • ... ma liste est très courte, aidez-moi à la compléter !

********

En bonus, je vous ai bricolé deux affiches Keep calm and Feel good,

à utiliser comme vous le voulez pour ce challenge !

 keep-calm-and-feel-good-247 keep-calm-and-feel-good-246

***

Les participantet le récapitulati

(mise à jour le 18 mai 2017)

Bouquineuse

Céline

  1. Son billet de présentation
  2. Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson
  3. Demain j'arrête ! De Gilles Legardinier
  4. Et aussi je danse d'Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat
  5. Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos
  6. La dernière conquête du major Pettigrew d'Helen Simonson
  7. Le club de la petite librairie de Deborah Meyler
  8. La bibliothèque des coeurs cabossés de Katharine Bivald

Faelys

  1. Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano
  2. La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan

FondantGrignote

  1. Violette taille mannequin de Mélissa Walker
  2. Familiy man
  3. A Christmas Romance
  4. A Christmas kiss
  5. Un Noël dans les Catskills de Nora Roberts
  6. Noël en Alsaka de Kate Hoffman
  7. C'est toi que j'attendais de Kristan Higgins
  8. Un billet de photos d'apparts new-yorkais
  9. Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan
  10. Le Club des ex de Hugh Wilson
  11. La Vallée des secrets d'Emily Richards
  12. Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos
  13. Les petites confidences du tea-club de Vanessa Greeene
  14. La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan
  15. Agatha Raisin :  T.1 : La quiche fatale de MC Beaton
  16. Agatha Raisin :  T.2 : Remède de cheval de MC Beaton
  17. New York Melody de John Carney
  18. Le vestibule des causes perdues de Manon Moreau 
  19. L'éveil de mademoiselle Prim de Natalia Sanmartin Fenollera
  20. Junior d'Ivan Reitman
  21. Le bonheur est sous le sapin d'Holly Jacobs
  22. Une autre idée du bonheur de Marc Lévy
  23. Suite Scarlett de Maureen Johnson
  24. Du miel pour les abeilles de Cathy Kelly
  25. Et je danse, aussi d'Evelyne Bondoux et Jean-Claude Mourlevat
  26. Martha's vineyard de Susan Branch

Hilde

  1. Minuit à Paris de Woody Allen
  2. Le hasard a un goût de cake au chocolat de Valérie Cohen

Ismérie

L'or Rouge

Le-livre-vie

Les papotis de S

Lou

  1. Son billet de présentation
  2. La bibliothèque des coeurs cabossés de Katharine Bivald

Louise

Malicia668

  1. Tu me trouveras au bout du monde de Nicolas Barreau

Myrtille lit

  1. Son billet de présentation
  2. Le club de la petite librairie de Deborah Meyler
  3. Le jour où j'ai appris à vivre de Laurent Gounelle   

Moi (Soukee)

    1. Demain est un autre jour de Lorie Nelson Spielman
    2. Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos
    3. Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert
    4. Quand souffle le vent du Nord de Daniel Glattauer
    5. Le coeur entre les pages de Shelly King
    6. Café givré du Suzann Selfors
    7. Demain j'arrête ! de Gilles Legardinier
    8. Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi
    9. Un jour de David Nicholls
    10. La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan
    11. Agatha Raisin :  T.1 : La quiche fatale de MC Beaton
    12. Nos adorables belles-filles d'Aurélie Valogne
    13. L'éveil de mademoiselle Prim de Natalia Sanmartin Fenollera
    14. Les gens heureux lisent et boivent du café d'Agnès Martin-Lugand
    15. La vie est facile, ne t'inquiète pas d'Agnès Martin-Lugand
    16. Le restaurant de l'amour retrouvé d'Ito Ogawa
    17. La fille qui lisait dans le métro de Christine Féret-Fleury
    18. Mon midi, mon minuit d'Anna McPartlin

Pativore

  1. Son billet de présentation

Sophie

  1. Dix minutes par jour de Chiara Gamberale

Syl.

Tiphanie

  1. Le nouveau stagiaire de Nancy Meyers (film)
  2. La vie est facile ne t'inquiète pas d'Agnès Martin-Lugand
  3. La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan
  4. Des pêches pour Monsieur le curé de Joanne Harris
    DeLa vie est facile, ne t'inquiète pas d'Agnès Martin-Lugand - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2015/10/25/32756273.html#sthash.xm7AQDgL.dpuf

 Bon Challenge à tous !

 ***

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [166] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

08 juillet 2014

La liste de mes envies, Grégoire Delacourt

La liste de mes enviesLa liste de mes envies est le second roman du publicitaire et écrivain Grégoire Delacourt paru en 2012 chez JC Lattès.

18 millions d'euros. C'est ce que gagne Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, à la loterie. Mais face à cette somme, elle panique. Mariée à son amour de jeunesse, menant une existence faite de bonheurs simples autour de sa mercerie, Jocelyne craint de faire voler en éclat son équilibre. Pour le préserver, elle décide de cacher à tous cette nouvelle et de dresser une liste d'envies simples pour améliorer sa vie. Mais malgré cette décision, sa vie va connaître un tournant inattendu.

Difficile d'être passé à côté de ce roman. Entre l'engouement dont il a été la cible lors de sa sortie et sa récente adaptation cinématographique, La liste de mes envies fait partie de ces titres dont il est facile d'être écoeuré avant même de l'avoir ouvert.
Mais surfant sur la vague du je-le-lis-après-tout-le-monde-et-je-m'en-fiche, comme pour Nos étoiles contraires, j'ai décidé de me plonger, un soir après le boulot, dans ce court roman.
Et force est de reconnaître que j'ai passé un moment agréable. Rien de révolutionnaire dans l'intrigue mais celle-ci possède un côté cathartique intéressant. Le postulat de Grégoire Delacourt - l'argent ne fait pas le bonheur, bien au contraire - permet de conforter le lecteur dans une vie faite de simplicité et de bonheurs sans prétention. Et dans le climat économique actuel, ce type de discours possède un côté rassurant indéniable.
Cet aspect-là mis à part, ce roman ne laisse pas un souvenir impérissable. Les personnages sont simples, parfois caricaturaux, et le décor de la mercerie, s'il possède un potentiel intéressant, n'est pas développé assez pour que le lecteur puisse s'y projeter.
Enfin, Grégoire Delacourt use ici d'un style simple, qui n'a là encore rien de mémorable. De l'oralité, beaucoup, de la simplicité, surtout, pour coller au personnage de Jocelyne qui prend en charge la narration. Il manque quelque chose à la plume de Grégoire Delacourt pour offrir à ce texte un petit quelque chose d'attachant. C'est dommage.
J'aurais néanmoins passé un bon moment avec ce roman aux allures de conte... Mais son côté un peu trop lisse me fait craindre de ne pas en garder beaucoup de souvenirs.
D'autres avis : Antigone, AriesteCajouCathulu, Clara, CottageMyrtilleJules, Liliba, Mrs Pepys, Mimipinson, NouketteNatiora, Sophielit, etc.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

05 juin 2013

Abélard, Renaud Dillies et Régis Hautières

Abélard T Abélard T

Abélard est un dyptique de BD paru chez Dargaud en 2011, imaginé par Renaud Dillies et dessiné par Régis Hautière.

Abélard est un petit poussin rêveur. Sa vie s'écoule en douceur dans son marais, en compagnie de ses amis, jusqu'au jour où la belle Epilie surgit. Sous le charme, Abélard décide d'aller voir le monde. Quitter ses amis, ses repères, pour voir l'ailleurs et conquérir le coeur de sa belle en lui décrochant la lune. En route pour l'Amérique où, paraît-il, une machine permettant de voler vient d'être inventée !

Abélard est une série de BD régulièrement chroniquée sur la blogosphère depuis sa parution. Les très nombreux avis élogieux ne m'ont pas laissée insensible. Et j'ai bien fait ! J'ai dévoré les deux tomes de cette série en un rien de temps, émue comme jamais par cet adorable poussin.
Difficile d'en parler tant ces albums m'ont touchée. Ce drôle de poussin tout rond, toujours coiffé d'un chapeau plus gros que sa tête, découvre le monde avec une naïveté émouvante.
Le dessin de Régis Hautière, que je découvrais avec cette lecture, possède un charme surrané par ses contours flous et ses couleurs chaudes. Le lecteur est plongé, dès les premières pages, dans l'univers singulier et philosophique d'Abélard.
L'intrigue de Renaud Dillies est simple sur le papier mais possède une force redoutable. Je défie quiconque de ne pas adhérer au charme d'Abélard ! La poésie qui se dégage de l'histoire de ce poussin est inouïe et porte un elle une universalité certaine. L'anthropomorphisme permet une fois encore de faire naître des émotions bien singulières.

Détail poétique supplémentaire : chaque jour, le chapeau d'Abélard lui délivre une maxime permettant à ce dernier de se construire et de réfléchir à sa vie et au monde qui l'entoure. L'amitié, la mort, le silence, les blessures de la vie, le chapeau permet au petit poussin de se nourrir de ses aventures et réfléchir.
Vous l'aurez compris, je suis sous le charme d'Abélard et ne sors pas indemne de cette lecture toute en finesse.

 Voici ma 54e participation
 à la BD du mercredi de Mango
    Et ma 43e au Top BD des blogueurs de Yaneck
(note 19/20)

Top BD

D'autres avis sur ce diptyque : ChocoFleur, Jérôme, Joëlle, Lasardine, Lire pour le plaisir, MarionMo', NouketteOliv', Yvan, Yaneck etc.

Planche 1 Abélard Planche 2 Abélard

Abélard Carte

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

13 octobre 2011

Le bonheur : la chance n'arrive jamais par hasard... Eckart Von Hirschhausen

lebonheur-zLe bonheur : la chance n'arrive jamais par hasard est un essai du physicien et comédien allemand Eckart Von Hirschhausen paru en 2011 en France.

Ce livre se présente comme un guide, une aide, pour trouver le bonheur aujourd'hui. Scindé en cinq sphères, le bonheur est présenté comme un état accessible par tous tous les jours. Qu'il passe par des rapports sociaux, une part de chance, un défi personnel ou encore la détente, le bonheur tient souvent à peu de choses.

Pourquoi avoir lu ce livre ? Je ne sais pas réellement... J'ai été intriguée par la présentation de l'éditeur, attirée notamment par l'humour sensé être omniprésent...
D'humour, je n'en ai pas vraiment décelé. Et puis je n'ai pas trouvé de réponses dans ce livre, dans ces réflexions lancées parfois de façon désordonnée.
J'aurais aimé une réflexion plus profonde, un cheminement intellectuel de l'auteur, une réelle plus-value que je n'ai pas eu l'impression de trouver ici. Faire référence au bouddhisme est attendu voire éculé, merci bien. Trop de poncifs, d'encouragements et de compassion qui m'ont littéralement, et pour un long moment, écoeurée et vaccinée contre les livres de développement personnel. S'il suffit de découper un pingouin ou de résumer sa réflexion à énoncer que le bonheur équivaut à manger du chocolat ou aimer les siens, je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'écrire un livre.
Si certains ont pu trouver quelque chose qui les a aidés dans ce livre, tant mieux. Ce n'est pas mon cas. Au mieux, je l'ai trouvé facile.

Je tiens néanmoins à remercier   logo2   et les éditions leduc  pour ce roman reçu dans le cadre de l'Opération Masse Critique

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

14 avril 2011

Le sens du bonheur, Krishnamurti

9782363940087 Je ne connaissais que de nom le sage et philosophe indien Krishnamurti (1895-1986). La découverte de cet essai n'est pas tant due à son contenu qu'à sa forme.

En effet, le buzz actuel dans le monde éditorial concerne ce nouveau format, le Points 2, une innovation que seules les Editions Points pourront commercialiser en français jusqu'en 2013.

Le principe ? Un livre plus petit qu'une main, très léger et qui tient dans la poche ; un texte imprimé sur du papier Bible, qui se lit horizontalement.    
Le résultat ? Un confort de lecture indéniable, une légèreté en main vraiment appréciable, un objet aussi facile à transporter qu'à utiliser. Le petit format n'est pas synonyme d'écriture illisible, au contraire, et l'usage des marges et des blancs permet d'organiser la page de manière harmonieuse. Les livres sont disponibles dès aujourd'hui en librairie.

Quant au contenu, j'ai découvert avec plaisir Krishnamurti et sa pensée. Si ses réflexions concernent toujours la société indienne du XXe, ses propos tendent à une forme d'universalité et permettent à tous de s'interroger.
J'ai picoré ce livre au gré des pages, m'arrêtant sur certains chapitres pour mieux passer sur d'autres. J'ai aimé suivre la pensée de ce philosophe et réfléchir en sa compagnie sur le monde qui nous entoure. Une très belle découverte ! Et vu son format, ce petit livre a tôt fait de rejoindre mon sac à main pour mettre à profit certains temps morts du quotidien...

 logo_IndeJe tiens à remercier Jérôme et Mini_livre pour la découverte de ce nouveau format qui m'a conquise de bout en bout et de ce philosophe indien.
J'inscris cette lecture dans le Challenge dédié à l'Inde et sa culture, "L'Inde en fêtes", organisé par Hilde et moi.

 

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,