Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




01 octobre 2019

3 semaines à Bali et Gili Meno : astuces et conseils de voyage

Bonjour à tous,

Me voici de retour après un magnifique voyage de trois semaines en Indonésie, à Bali et Gili Meno. Vous avez peut-être suivi nos aventures sur Instagram (et vu que nous avons croisé un magnifique scorpion dans la salle de bain ?!) mais comme à chaque retour de voyage, je voulais vous faire un petit billet ici, un peu à la manière du billet que j'avais rédigé après nos trois semaines au Japon l'an dernier, pour aborder tout ce dont je n'ai pas eu le temps, sur Insta. Du pratique, mais aussi des impressions de voyage, des conseils et des bonnes adresses. C'est parti !

ITINERAIRE

Pour notre itinéraire, nous avons épluché notre Routard (best guide de voyage ever, qu'on se le dise !) et pas mal réfléchi. Si le Routard conseillait en 3 semaines de parcourir l'Ile de Java, Bali et Lombok, nous avons décidé de faire un voyage plus slow, moins intense que le Japon (dont nous étions ressortis sur les rotules, il faut l'avouer^^) et qui nous permette de nous ressourcer et de découvrir tranquillement Bali. Nous avons donc décidé de découper notre voyage comme suit et nous ne l'avons pas regretté une minute :

  • Sanur (4 nuits) : peu d'intérêt si ce n'est le Musée Le Mayeur, mais proche de l'aéroport de Denpasar, parfait pour se remettre du vol et des 6h de décalage horaire
  • Ubud (6 nuits) : au centre de Bali, très riche historiquement et culturellement, parfait pour découvrir les alentours, les rizières, le nord voire l'ouest de l'île
  • Amed (4 nuits) : réputé pour ses plages de sable noir, ses coraux et ses randonnées possibles près du mont Agung
  • Gili Meno (5 nuits) : la plus calme et sauvage des îles Gili, qui dépendent de Lombok. Parfaite pour découvrir les fonds sous-marins et se prélasser sur les plages de sable blanc
  • Canggu (3 nuits) : pas loin de l'aéroport, sur la côte Ouest de Bali, peu d'intérêt en soi si ce n'est sa proximité avec le temple Tanah Lot

  TRANSPORTS

  • Petit conseil pour les long-courriers, si, comme moi, vous êtes sensibles à l'air conditionné (selon les chiffres, 55% des voyageurs seraient malades après un long-courrier). Après des années à ressortir aphone et prise du nez et de la gorge après des heures en avion et dans les aéroports, j'ai enfin trouvé la solution sur ce voyage et je la pose ici. Ça pourrait toujours servir à quelqu'un ! Alors la première chose à faire c'est investir dans un masque en papier (prenez en deux, un pour l'aller et un pour le retour) qui couvrira votre nez et votre bouche pendant le vol. La majorité des troubles qui surviennent après un long-courrier sont dus aux bactéries contenues dans l'air de l'avion, recyclé non-stop durant toute la durée du vol. Donc pour éviter d'attraper le rhume de la dame trois rangées devant vous ou d'être contaminé par le monsieur à l'avant de l'appareil qui n'arrête pas de tousser, zou ! On enfile son masque ! Deuxième précaution à prendre, c'est vous couvrir, évidemment. Une écharpe, au minimum, pour tenir au chaud votre gorge, voire un sweat à capuche pour vous faire une petite atmosphère cocon dans laquelle vous serez au chaud et pourrez dormir paisiblement. Troisième précaution, et ça c'est la grande découverte de ce voyage, c'est de s'aider avec quelques huiles essentielles. Une goutte de Ravintsara et d'Eucalyptus radié en local sur la gorge avec un peu d'aloé vera pour diluer, une goutte de Clou de girofle dans la bouche pour désinfecter, et un spray nasal à l'eucalyptus pour réhydrater vos muqueuses nasales (n'hésitez pas à demander conseil à un naturopathe). Le tout passe sans problème les contrôles de sécurité du moment que vous mettez les flacons dans un petit sac en plastique transparent hors de votre sac. Enfin, dernière précaution, buvez suffisamment. Les long-courriers dessèchent énormément et cela peut aggraver un début de rhume. J'espère que cela pourra vous servir. Moi, pour la première fois, je n'ai eu aucun désagrément lié à l'air conditionné. Et c'est vraiment chouette !
  • Au début, nous pensions louer un scooter pendant les 3 semaines et nous déplacer comme ça. Mais force est de constater que vu l'état des routes et le fait que nous étions avec nos deux sacs à dos, cette solution nous est vite apparue comme n'étant pas la plus confortable.
  • Du coup, nous avons loué un scooter à Ubud et à Canggu, pour découvrir les alentours mais le reste du temps, nous avons vadrouillé à pied et entre les destinations, nous avons fait appel à des chauffeurs privés, des taxis ou encore des mini-bus. Tout le monde utilise WhatsApp à Bali (chauffeurs, salons de massage, restaurants, etc.) et il est d'usage d'échanger son numéro pour demander ensuite des tarifs, des disponibilités, etc.
  • Il faut aussi savoir qu'à Bali l'état des routes et le trafic sont tels que la vitesse moyenne est de 30km/h. Même si les distances sont courtes, les temps de déplacement sont donc assez longs.
  • Sur les îles Gili, pas de véhicule motorisé, mais des vélos, des calèches - pour l'exploitation animale, on repassera... - et vos petits pieds ! Pour y aller, des bateaux plus ou moins gros déservent les îles, principalement au départ de Sanur, Amed et Padangbai. A l'aller, nous avions pris un petit bateau de chez Free Bird (une cinquantaine de passagers). Si vous avez le mal de mer, oubliez ! Ca tangue beaucoup beaucoup et notre pilote (je ne sais pas si c'est toujours le cas) prenait le vagues de face et non de côté, du coup ça secouait vraiment pas mal, le tout sans clim. Pas super agréable. Au retour nous avons opté pour Eka jaya (super choix !), un gros bateau climatisé qui relie les Gili (avec embarquement en pleine mer, de bateau à bateau) à Padangbai et offre, dans le prix du billet, une navette en mini bus gratuite (vers Ubud, Kuta, etc.). Traversée nickel, alors qu'on fendait les eaux aussi, très reposant et moins cher que certaines compagnies. Parfait !
  • Si vous comptez louer un scooter, outre les conseils habituels (vérifiez l'état des freins, la lumière, le fait que le contrat comporte une assurance, que le prix englobe des casques, etc.) n'oubliez pas que la conduite se fait à gauche, que le code de la route est respecté de façon très aléatoire et que les deux-roues sont majoritaires sur la route. En gros, il faut avoir une expérience de deux-roues avant, c'est clair, mais après, c'est surtout une bonne souplesse face aux situations, pas trop d'hésitation (on vous laissera toujours passer si vous vous engagez) et ne pas chercher à rouler des mécaniques en allant vite. A Bali, ce ne sont pas des comportements que les locaux adoptent et c'est plutôt mal vu. Tout le monde est en deux-roues, de façon très décontractée, de la grand-mère au jeune travailleur en costume en passant pas les enfants, devant leurs parents, les marchands et leurs multiples paniers ou les écolières, assises en amazone dans leur uniforme et en train de nonchalamment déguster une glace (c'est du vécu, à Ubud, et tout de suite, tu te rends compte que tu ne fais pas couleur locale, même si tu ne te tiens pas trop sur ton scooter^^).
  • Je vous déconseille la location d'une voiture, vraiment plus compliquée à conduire à Bali vues les règles de circulation, mais surtout vu l'état du trafic. Les villes sont complètement bouchées à certaines heures - Ubud et le Sud de l'île notamment - et l'usage d'un deux-roues permet de gagner beaucoup, beaucoup de temps !
  • Enfin, ayez toujours sur vous votre permis de conduire international (dont la demande se fait gratuitement sur le site de l'ANTS). Les contrôles peuvent être fréquents et les amendes aussi, si vous ne l'avez pas (pour info, nous ne nous sommes faits contrôler qu'une fois, à Canggu, le Sud de l'île étant très fréquenté par les surfeurs du monde entier mais aussi ceux qui viennent faire la fête, Bali étant considéré comme la Côte d'Azur des Australiens).

REPERAGE ET CARTES

Comme l'an dernier, notre meilleur ami a été Maps.me, une appli libre et gratuite qui a la particularité de pouvoir être utilisée offline. En gros, vous téléchargez vos cartes quand vous avez du wifi, puis vous en profitez librement, même sans réseau, grâce à la fonction GPS de votre smartphone. Parfait pour se balader à pied, chercher des lieux à visiter, des resto, faire des itinéraires, etc.

 

BUDGET

  • La roupie indonésienne est très basse et le coût de la vie très peu onéreux pour les touristes occidentaux.
  • Comptez 8-10€ pour un repas à deux, 1,20€ pour une noix de coco fraîche, 10-15€ la nuit dans un homestay, 60€ pour un hôtel avec piscine privative, 3-5€ la location journalière d'un scooter, 4-6€ pour un massage d'une heure. 
  • Pour les vols, en s'y prenant 6-8 mois à l'avance, vous pouvez en avoir pour 550-600€ l'aller/retour. Sachez qu'il n'existe aucun vol direct pour Bali et que vous ferez forcément une escale à Singapour.
  • Il est de coutume de négocier en Indonésie. C'est une sorte de jeu auquel les balinais se prêtent dès qu'ils vous sentent intéressés par un article, l'idée étant de parvenir à un prix acceptable pour les deux partis. Sachez qu'il existe un prix pour les locaux et un autre pour les touristes et que vous n'aurez jamais accès au prix pour les locaux ! ;)
  • En revanche, n'oubliez pas que le taux de la roupie étant ce qu'il est, vous paierez très peu cher vos souvenirs. Inutile donc de marchander comme si votre vie en dépendait. La vie des balinais oui, par contre. Nous avons pu apercevoir des comportements vraiment limites sur place et lire sur des forums et des blogs des voyageurs fiers d'avoir réussi à négocier férocement. Honnêtement, c'est à vomir. Si vous avez l'argent pour vous payer un vol à 600€ et des vacances à l'autre bout de la terre, ne soyez pas pingres sur place. Levez les yeux, regardez juste autour de vous les conditions de vie balinaise (où le beau côtoie le pire, la précarité et la pauvreté étant omniprésentes en Indonésie) et réfléchissez avant de négocier votre chambre d'hôtel à 7€ au lieu de 10€. Ce n'est que mon avis mais je le défends et il n'est nullement question d'être pris pour une vache à lait. Pour avoir passé 3 semaines à Bali et Gili Meno, je n'ai jamais eu cette sensation. Les balinais sont certainement les gens les plus gentils que j'ai pu croiser en voyage. En revanche, je ne dirais pas la même chose de la majorité des touristes croisés ayant des attitudes colonialistes absolument dégueulasses.

TELEPHONE ET COMMUNICATION

  • Vous pouvez, moyennant une dizaine d'euros, vous procurer une carte SIM à Bali et profiter du wifi en toutes circonstances. Personnellement, nous n'avons pas fait ce choix (comme jamais d'ailleurs) car à Bali, il y a du wifi dans quasi tous les logements, cafés et restaurants. Et quand il n'y en a pas, ça fait du bien d'être déconnectés ! :) Ça n'a pas trop de sens  de partir à l'autre bout du monde dans des endroits paradisiaques si c'est pour être constamment connecté pour partager à droite à gauche ses expériences et oublier d'être dans le ici et maintenant. Enfin, ce n'est que mon avis, hein ?
  • Si vous voulez faire comme nous (et éviter les mauvaises surprises niveau facture^^), pensez bien à couper l'itinérance de vos données avant de partir et à mettre votre téléphone en mode avion pendant toute la durée de votre voyage, tout en laissant juste le wifi allumé. Votre téléphone se connectera au wifi quand il en trouvera, sans utiliser votre forfait, et vous permettra de consulter vos mails, aller sur Internet, Instagram, etc.

LOGEMENTS

  • L'offre en logements à Bali est très importante et à tous les prix (voir la section Budget).
  • Le petit déjeuner est systématiquement compris dans le prix de la chambre. A vous les buffets de fruits, pains, oeufs, etc.
  • Nous avions fait le choix de réserver nos logements en avance, sur Booking, avec annulation gratuite. Je vous les avais montrés en story, mais si vous voulez en savoir plus, les voici :
  • Sanur : Parigata Villas : notre coup de coeur de ce voyage ! Nous avions loué une villa avec piscine privée mais avons aussi profité de la piscine commune, magnifique ! Le personnel était adorable, les lieux très propres et le petit déjeuner excellent ! Nous avions opté pour un pack Honey Moon avec dîner aux chandelles en chambre avec décoration balinaise traditionnelle, massage en duo de 2h et gâteau de mariage, et c'était absolument divin !
  • Ubud : Ananda Cottages : un charmant cottage au milieu des rizières, un peu à l'écart de l'agitation d'Ubud. Nous avions loué un des trois cottages disponibles, l'hôtel proposant ensuite des chambres. Terrasse extérieure sur les rizières très agréable, comme les piscines, mais complexe un peu trop grand et qui faisait un peu usine après le côté familial de Parigata.
  • Amed : Hidden Paradise Cottages : Un petit écrin sur la plage de Lipah Beach (mais vraiment sur la plage !). Un peu éloigné du centre d'Amed mais parfait pour se reposer. La piscine commune était très belle avec ses frangipaniers, donnant sur la mer, le snorkelling vraiment chouette avec la barrière de corail juste devant l'hôtel. Vraiment charmant !
  • Gili Meno : Avia Villa : Bon, là on s'est un peu trompés... Non pas pour l'hôtel mais pour les touristes bling bling qu'il a attirés. On ne s'y attendait pas, vu que Gili Meno est très calme, mais c'était chouette quand même. Petite chambre agréable, même si l'insonorisation n'était pas top, hôtel sur la plage, avec restaurant ouvert aux quatre vents et petit déjeuner délicieux. Le personnel était adorable ! Si nous revenons un jour à Gili Meno, nous réserverons sans hésiter à Biru Meno, petit hôtel / resto plus discret situé face à Lombok, à 10mn à pied d'Avia Villa. Nous y avons passé toutes nos soirées, le lieu était intime et nous correspondait plus et les bungalows avaient l'air charmants. Notre petit coup de coeur sur l'île !
  • Canggu : Imani Villas : pour terminer le voyage, nous avons loué à nouveau une villa avec piscine privative, pas loin de l'aéroport. Seulement trois villas à louer, tout confort. Déco soignée, salle de bain extérieure de folie, cuisine privative où le petit déjeuner est préparé et servi. Parfait à Canggu où la mer est trop dangereuse pour la baignade !

  GILI MENO  

 

LANGUE

  • Bali étant très touristique, l'anglais est très répandu et vous vous ferez facilement comprendre où que vous soyez, même dans les endroits plus reculés. En revanche, comme dans le Bahasa, la langue officielle balinaise, il n'y a pas de conjugaison, il est courant que l'anglais parlé à Bali soit plus pratique que grammaticalement correct ! Mais contrairement à la France, beaucoup de gens le parlent, même sommairement, et chercheront à vous aider si vous avez le moindre problème.
  • Comme à chaque fois que nous visitons un pays, nous apprenons les formules de politesse de base pour communiquer et faire un pas vers la culture que nous découvrons. A Bali, vous n'aurez pas le temps de dire bonjour en balinais, car les "Hello" fusent dès que l'on vous voit !^^(en plus, la formule balinaise change selon l'heure de la journée. Pas facile facile à retenir !) Mais vous pourrez largement vous rattraper en utilisant "terima kasih" pour remercier votre interlocuteur (qui répondra "sama sama", l'équivalent de "je vous en prie"), "permisi" pour vous excuser, "selamat tingall" pour dire au revoir si c'est vous qui partez, "selamat jalan" si c'est vous qui restez et "selamat malam" pour dire bonsoir. Un petit pas qui sera très bien accueilli par les balinais, sensibles aux efforts des touristes pour communiquer en Bahasa.

ACTIVITES

  • Bali est réputé pour ses massages à l'huile de coco dont nous avons largement profité ! Vous pouvez soit vous faire masser sur la plage soit dans des salons de massages. Nous avons opté pour cette deuxième solution.
  • A Sanur, nous avons testé le fish bath et un massage des pieds au Claudia Spa. Agréable mais pas mémorable.
  • A Ubud les massages y sont de très bonne qualité et peu coûteux. Nous sommes tombés par hasard sur le salon Lyang Lyang et nous y avons fait des massages tous les jours tant le lieu était propre, accueillant et le personnel compétent. Nous avons testé un soir le Venezzia Spa, dont le lieu est très chouette, mais les tarifs beaucoup plus élevés (ceci dit, j'y ai fait un excellent soin des cheveux et massage de la tête !)
  • A Canggu, le dernier soir, nous avons fait la meilleure réflexologie plantaire de toute notre vie ! C'était au Massaji Spa, repéré par hasard car pas loin de là où on mangeait le soir. Il a commencé par un gommage et un lavage de pied dans un baquet en bois pour se poursuivre par un massage à l'huile chaude des pieds et des jambes et se terminer par un massage au coussin de noyaux de cerise chauds. Incroyable !
  • Sinon nous avons également assisté à un spectacle de Legong, la danse traditionnelle balinaise au Palais d'Ubud. Les musiciens accompagnent les danseurs qui racontent des légendes balinaises sur scène. C'était magnifique !
  • Nous avons également fait une sortie snorkelling en bateau à Gili Meno pour admirer le Nest, un ensemble de statues sous-marines mises en place pour favoriser le développement des coraux, mais aussi observer les tortues, le Meno Wall, les coraux bleus et l'épave d'un bateau.

Résultat de recherche d'images pour "nest gili meno" 

RESTAURANTS ET CUISINE

  • Contrairement au Japon, manger végétarien voire végétalien est extrêmement facile à Bali et Gili Meno. Bali étant majoritairement hindouiste, les alternatives à la viande sont nombreuses, à commencer par le tempeh, préparation au soja indonésienne. Nous nous sommes donc régalés pendant ces trois semaines, avec un coup de coeur particulier pour le tempeh satay, le nasi goreng, le gado-gado et sa sauce cacahuètes, l'urab et le dadar gulung (une crêpe de coco).
  • Sur les conseils d'une copine (merci P. !) nous avons découvert Bali Buda, une enseigne de boutiques et de cafés qui utilise des produits locaux, bio, de saison et est engagée dans une démarche zéro déchet. Si je vous dis en plus que la nourriture était excellente, le service toujours adorable, et les smoothies à tomber, autant vous dire qu'on était ravis ! Nous avons découvert l'enseigne dès le début de notre voyage, à Sanur, et ça a été notre QG à Ubud et Canggu !
  • L'eau n'est pas potable en Indonésie. Donc pensez à vous munir d'une gourde et de pastilles purificatrices en pharmacie avant de partir. La plupart des logements vous proposeront de remplir votre bouteille gratuitement avec de l'eau potable mais pour être autonome lors de vos déplacements, téléchargez l'appli Refill my Bottle qui permet, partout dans le monde, de connaître les endroits où remplir sa gourde (gratuitement ou non, tout est écrit dans l'appli !). Une superbe initiative qui vise à réduire les déchets que nous avons découverte lors de ce voyage et qui nous a été bien utile !
  • Vous aurez toujours la possibilité d'acheter de l'eau en bouteille sur place, mais c'est pas mal de faire attention à ses déchets y compris en voyage. Si vraiment vous voulez acheter de l'eau en bouteille, préférez les bonbonnes de 5l dispo dans toutes les supérettes aux petites bouteilles. Il vous suffira de remplir votre gourde avec plutôt que de jeter votre micro bouteille une fois son contenu bu !

POUR ALLER PLUS LOIN...

  • Ne partez pas sans avoir lu Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert (regardez l'adaptation ciné avec Julia Roberts à votre retour, pour prolonger votre voyage !) et Sang et Volupté à Bali de Vicki Baum (je dis ça, mais je ne l'ai toujours pas lu^^)
  • Et si vous voulez voir plus de photos, rendez-vous sur mon Insta, et si vous avez un compte, sur mes stories à la une.

***

C'en est fini de ce billet fleuve sur notre voyage à Bali et Gili Meno. J'espère qu'il pourra vous être utile si vous envisagez d'y aller. Nous avons adoré ce voyage, rencontré un peuple serein et souriant comme jamais nous l'avions vu, découvert des paysages fabuleux, des temples somptueux, et nagé dans des eaux turquoises incroyables. Bref, Bali nous a séduits, c'est certain.

Belle fin de journée à tous

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


10 juillet 2019

Quand Bouquinbourg se met à l'heure d'été

Bonjour à tous,

Le mois de juillet est déjà bien entamé et le blog s'est installé doucement dans la torpeur estivale. Contrairement aux années précédentes, je ne vais pas le mettre en pause durant ces deux mois, mais plutôt lever le pied sur le rythme des parutions.

L'été n'est pas synonyme chez moi d'intense lecture. La vie m'appelle à droite à gauche, et la lecture trouve une place, quotidienne, certes, mais plus réduite, dans mes activités nombreuses et variées. Ceci dit, j'ai déjà trois livres à chroniquer depuis que je suis en vacances, mais les chroniques vont arriver tranquillement dans les jours qui viennent. Ne soyez donc pas surpris !

Si vous avez suivi mes aventures, vous savez que je viens de tirer un trait sur l'Education nationale. Après dix ans de bons et loyaux services en tant que professeure documentaliste, je change d'horizon professionnel. Je reprends en effet des études à la rentrée pour devenir psychothérapeute et en parallèle suivre une formation pour devenir hypnothérapeute. J'ai donc pas mal de choses à faire cet été pour préparer cette nouvelle vie qui m'attend, et notamment réorganiser mon espace de travail pour mes futures années d'études. Je range, donc, je trie, et j'aménage mon bureau de manière à le rendre le plus agréable et ergonomique possible, en vue des longues heures de travail à venir.

Je partirai m'évader dans mon Sud natal en août, à l'occasion de retrouvailles familiales autour de la piscine et de weekend entre copains, mais d'ici là, je profite de Metz et tout ce qu'il y a à faire en été.

Bon, vous me connaisez, donc vous vous doutez que mes pieds fourmillent et que je vais partir à un moment ou à un autre. Et vous avez raison ! Mais cette fois c'est en septembre que je vais partir vadrouiller et que je mettrai mon blog en pause. Et cette année, c'est à Bali que nous partirons !#passionasieEmoji Trois semaines de dépaysement total en Indonésie avant d'amorcer mon changement de vie. A nous les plongées, cours de yoga, découvertes de temples, balades dans les rizières, spectacles de danses traditionnelles, randos et autres joyeusetés. J'ai hâte !

Sur ce, je file rédiger l'une de mes chroniques pour vous donner quelques idées de lectures pour cet été.

Belle journée à tous

La terrasse parfaite !

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

26 janvier 2019

Inspiration du jour : films feel good

Bonsoir à tous,

En ce froid et humide samedi de janvier, je voulais vous présenter deux films feel good, deux films que je regarde régulièrement et qui me donnent le sourire, pour des raisons différentes. Il s'agit de Mange, prie, aime et Bridget Jones.

Mange, prie, aime réalisé par Ryan Murphy (2010)

Adaptation cinématographique du témoignage d'Elizabeth Gilbert, Mange, prie, aime relate le parcours d'Elizabeth, qui, alors qu'elle a tout pour elle, décide de tout quitter. En pleine quête d'elle-même, elle décide de partir un an en voyage. D'abord en Italie, pour retrouver goût à la vie, puis en Inde, pour méditer et se nourrir de façon spirituelle, puis à Bali, pour gagner en sérénité.

Pourquoi ce film ? Parce que j'avais adoré le livre d'Elizabeth Gilbert et que lorsque j'ai découvert le film, j'ai plongé avec délice dans la quête introspective d'Elizabeth Gilbert. Les paysages sont magnifiques, tout comme les lumières, Julia Roberts est parfaite pour le rôle et le parcours d'Elizabeth me parle beaucoup. J'adore le regarder à intervalles réguliers, même si le film est moins dense que le livre. J'en ressors toujours avec le sourire et l'envie de profiter de ma vie comme je l'entends !

Le Journal de Bridget Jones réalisé par Sharon Maguire (2001)

Tout le monde connaît Bridget Jones, la trentenaire célibataire anglaise attachante, un brin alcoolique, un tantinet accro à la comfort food, entourée d'amis aussi barrés qu'elle. En quête du grand amour, Bridget s'est amourachée de son patron, Daniel Cleaver, l'archétype de l'enfoiré affectif, tandis que dans les parages rôde Marc Darcy, le fils des amis de ses parents, un avocat bien sous tout rapport, lisse et rempli de valeurs.

Pourquoi ce film ? J'ai découvert le roman d'Helen Fielding - adaptation de ses chroniques  parues dans The Daily Telegraph entre 1995 et 1996 - lorsque j'étais au lycée. Et dès que l'adaptation est sortie au cinéma, je me suis précipitée pour la voir. Depuis, il ne se passe pas une année sans que je regarde avec tendresse les aventures de cette gaffeuse invétérée, maladroite et si attachante. L'humour british est excellent, la romance prévisible mais bien traitée, le casting parfait - Renée Zellweger, Hufg Grant et Colin Firth - et l'ensemble fonctionne à merveille. Dès que je lance ce film, je sais que je vais passer un bon moment, rire et m'attendrir. Bref, le feel good par excellence pour moi !  

Jour 26 du Challenge Feel Good 

  Retrouvez toutes les informations et l'agenda sur la page du challenge !

      

Films feel good

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

04 janvier 2016

Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert

Mange prie aimeMange, prie, aime est l'histoire vraie de l'américaine Elizabeth Gilbert parue en 2006 aux Etats-Unis et traduite en 2008 chez Calmann-Lévy.

Elizabeth a tout pour être heureuse : un mari aimant, une belle maison, un travail passionnant. Mais elle ne l'est pas. Un sentiment de vide l'habite, des doutes l'envahissent, une angoisse sourd au plus profond d'elle. Pour s'en débarasser, Elizabeth décide de tout quitter. Mari, travail, famille, pays. Elle part un an en voyage, à la rencontre des autres, à la recherche d'elle-même. En Italie, tout d'abord, pour se délecter de la dolce vita et reprendre goût à la vie ; en Inde, ensuite, pour se nourrir spirituellement et goûter aux bienfaits de la méditation ; à Bali, enfin, pour trouver la sérénité et la paix intérieures. C'est cette année de solitude et de recherche qu'elle raconte dans ce livre.

J'avais vu il y a quelques années l'adaptation ciné de ce livre avec Julia Roberts dans le rôle-titre. Et si j'avais été divertie par l'ensemble, il ne m'avait laissé qu'un vague souvenir de beaux paysages (l'Inde et l'Indonésie étant deux endroits que je rêve de visiter...) Et parce que je l'ai conseillé à une collègue et qu'elle a été bouleversée par cette lecture, j'ai eu moi aussi envie de découvrir ce livre.

Je ne regrette absolument pas ce choix. Parce que je me retrouve beaucoup dans Elizabeth, ses doutes, ses questionnements, ses errances. Parce que, comme elle, je suis dans une quête introspective qui m'interroge beaucoup. Je me suis retrouvée de nombreuses fois dans ses réflexions et j'ai adoré vivre par procuration son changement de vie. J'adore les voyages, l'Asie m'attire irrésistiblement depuis toujours, et j'ai eu l'impression de voyager avec Elizabeth et de participer à son cheminement intérieur.

Je conviens qu'un tel livre puisse dérouter. Par sa forme, tout d'abord, proche du journal de bord (le livre est scindé en trois parties, chacune étant consacrée à un pays), mais aussi par son contenu. Disons que ses 500 pages peuvent rebuter qui n'est pas un tant soit peu intéressé par la quête de soi. Personnellement, je les ai dévorées avec plaisir, prenant le temps de méditer, parfois, entre deux chapitres, de boire un thé, de regarder par la fenêtre. J'ai pleinement accompagné Elizabeth Gilbert dans son voyage intérieur et j'ai médité à ses côtés. Et j'ai refermé le livre le sourire aux lèvres, des envies plein la tête. Une lecture marquante et inspirante à plusieurs niveaux, c'est indéniable.

La bande-annonce de l'adaptation ciné avec Julia Roberts

(j'ai largement préféré le livre, je le dis tout de suite !)



Et voici ma troisième participation au Challenge Feel Good que j'organise !

RSS 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,