Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

16 mai 2016

La fille du train, Paula Hawkins

La_Fille_du_trainLa fille du train est un thriller de la britannique Paula Hawkins publié en 2015 chez Sonatine.

Rachel prend tous les jours le même train, pour rejoindre Londres depuis la banlieue qu'elle habite avec Cathy, sa colocataire. Tous les jours le même trajet, pour mentir à son amie et faire semblant d'aller travailler, alors que Rachel a perdu son emploi il y a quelques mois, à cause de ses problèmes d'alcool. Alors dans le train, en sirotant la plupart du temps du gin tonic, Rachel regarde le paysage défiler. Et tous les matins, alors que le train s'arrête sur la voie, elle regarde une maison en particulier, observe le couple qui y habite et se prête à imaginer leur vie. Jess et Jason, comme elle les nomme, sont heureux et amoureux. Ca, c'est ce qu'elle imagine jusqu'au jour où elle surprend celle qu'elle prénome Jess avec un autre homme chez elle. Rachel se sent investie d'une mission : prévenir Jason que sa femme le trompe. Mais alors qu'elle se persuade que c'est la meilleure des choses à faire, Jess disparaît et tous les soupçons pèsent sur Jason. Rachel voit une occasion de se rendre utile en l'aidant. Mais entre ses souvenirs hésitants et ses matins hagards d'alcoolique, Rachel n'est pas la plus à même pour l'aider...

C'est Mona Lisa Overdrive qui a réussi à me convaincre de succomber à ce thriller qui avait enflammé la blogosphère l'an dernier. Et pourtant, j'avais dit que les thrillers et moi, c'était fini fini... Mais comme elle a su me persuader que je ne finirais pas terrorisée au fond de mon lit, je me suis lancée dans ce roman, lors d'un trajet en train qui plus est (oui, je pousse le vice jusqu'au bout pour m'identifier à l'héroïne... Non, je n'ai pas bu de gin tonic pour parfaire l'illusion !^^)

Et bien m'en a pris ! Je me suis vraiment régalée avec ce thriller psychologique très intense, qu'il est difficile de lâcher. Paula Hawkins prend en otage son lecteur de façon efficace, en alternant les narrateurs. Le personnage de Rachel prend majoritairement en charge la narration, et tout est fait, dès les premières lignes, pour que le lecteur ne lui fasse pas confiance. Son alcoolisme et le fait qu'elle doute de ses souvenirs n'aident pas à lui donner une quelconque crédibilité. Et sa mémoire vacille, à cause de l'aclool. Rachel doute de tout, de tous. Et le lecteur de douter avec elle. Ou d'elle ? Ses mensonges répétés à tous les autres personnages l'empêtrent dans des situations délicates et n'inspirent aucune empathie. Et le lecteur de subir cette narratrice anti-héroïne par excellence qui cumule les tares et les défauts.

Megan - le vrai prénom de celle qu'elle prénomme Jess et qui disparaît au début du roman - et Anna -la femme de l'ex-mari de Rachel - se chargent également partiellement de prendre en charge la narration et possèdent elles aussi quelques secrets que le lecteur peine à percer. Les trois narratrices se succèdent, et avec elles le mystère s'épaissit...

Les époques alternent, les narrateurs aussi, et le suspense croît progressivement. Le lecteur n'accorde sa confiance à personne, doutant des dires de chacun, cherchant dans les bribes de souvenirs une once de vérité. Et comme dans tout  policier, il sait qu'un des personnages est coupable. Reste à savoir lequel ! Et je dois vous avouer que, malgré le nombre incalculable d'Agatha Christie que j'ai dévorés, je me suis fait mener par le bout du nez par l'auteure quasi jusqu'à la fin. Et quel final ! Un dénouement stressant mais ô combien bien orchestré. Bref, un régal ! Merci beaucoup Mona Lisa Overdrive de m'avoir convaincue de dévorer ce roman. J'ai très envie de découvrir dans la foulée Avant d’aller dormir de S. J. Watson que tu me conseilles aussi. Et je dois vous avouer que je lève la tête le matin dans le train maintenant. Qui sait ce que je peux apercevoir, au détour d'un jardin ?

Une chronique de soukee rangée dans Thrillers - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,


16 septembre 2015

Eloge de la névrose en 10 syndromes, Leslie Plée

Eloge de la névroseEloge de la névrose en 10 syndromes est le dernier album de l'illustratrice parisienne Leslie Plée paru en août dans la collection Tapas chez Delcourt.

Du syndrome de l'adultisme à celui de l'imposteur procrastinateur en passant par celui du fardeau, Leslie Plée croque avec humour les petites névroses du quotidien.

J'ai découvert Leslie Plée il y a cinq ans à l'occasion de la lecture de Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses, le petit album dans lequel elle racontait avec un humour féroce son expérience de "libraire" dans une grande surface de produits culturels. A cette occasion, même, je lui avais posé quelques questions pour en savoir un peu plus sur elle et son métier d'illustratice (mon interview ici). Je n'avais jusque là pas eu l'occasion de rouvrir un de ses albums. J'étais donc enthousiaste à l'idée de découvrir cet éloge de la névrose. 

Leslie Plée nous offre encore une fois une analyse des plus fines de notre société et de ses petits travers psychologiques, le tout dans un condensé d'humour qui laisse difficilement indifférent. La jeune illustratrice n'hésite pas à se mettre une nouvelle fois en scène pour illustrer ses propos sur les névroses diverses et variées qui hantent nos quotidiens, inventées par ses soins ou bien réelles. De l'auto-dérision, donc, et pas qu'un peu, de la psychologie, aussi, Michel, son chat obèse et mascotte de ses albums, et un dessin minimaliste pour illustrer le tout. J'ai été conquise !

L'humour est toujours aussi décapant, parfois engagé (notamment pour la condition féminine avec le syndrome des règles bleues), jamais méchant. Leslie Plée est avant tout la cible de son humour et c'est très agréable de retrouver son personnage un peu gauche et complexée mais qui assume désormais ses névroses. L'ensemble est un peu fantasque, entre syndromes réels, syndromes réels mais adaptés par Leslie Plée et pure imagination de cette dernière. Une petite bouffée d'air frais que cet album sans langue de bois dont la lecture va sûrement occasionner chez vous une identification. Alors, êtes-vous atteint par le syndrome du nicodépendant anxieux ou par le syndrome de l'adultisme ? Ouvrez cet album pour le savoir !

Merci beaucoup à Mélanie et aux éditions Delcourt pour cet album.

Planche 2 planche 3

Le blog de Leslie Plée

Leslie Plée

image

 C'est ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Noukette.

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

30 août 2012

Les moitiés, Claire Castillon

Les moitiésLes moitiés est un court roman inédit de Claire Castillon, publié en août 2012 en supplément du magazine Vogue.

Ils se sont connus à quinze ans. Ils sont inséparables. Leurs amis les appellent "les lacets". Leur amour fait pâlir d'envie les autres. Mais sous cette histoire aux allures de conte de fées se cache des fissures.

Découvert par hasard avec le Vogue du mois dernier (j'en entends qui ricanent au fond...), Les moitiés est un texte court qui m'a littéralement conquise.
Avec un humour acide et une plume acérée, Claire Castillon nous entraîne, en 60 pages, au coeur de ce couple fusionnel et imprévisible. Cet amour adolescent qui a grandi et muté pour devenir un amour d'adulte possède pourtant des failles. Leur origine ? Peut-être l'ennui, la lassitude, le temps qui use les personnages.
Leurs errances sont universelles, leurs doutes ont une résonance particulière et leurs erreurs sont familières. 
Un brin surréaliste, le personnage de Paola, femme enfant mélancolique, intrigue. Il intrigue d'autant plus que c'est son compagnon qui prend en charge la narration et donne à voir au lecteur son point de vue sur celle qu'il considère parfois comme une étrangère. Il nous raconte Paola, son couple, son évolution, son quotidien et ses blessures.
Un amour fragile, deux personnages lumineux dans leurs fragilités, une narration qui coule dans un souffle de voix. Un très beau texte, à lire d'une traite, et une auteure à découvrir, notamment avec son dernier texte, Les Merveilles, paru en janvier chez Grasset.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

13 février 2012

La Dame en Noir, Susan Hill

La dame en noirLa Dame en noir est le neuvième roman de l'auteure anglaise Susan Hill, paru pour la première fois en 1983.

Le soir de Noël. Alors que les histoires d'épouvante font la joie des petits et des grands, Arthur Kipps s'isole pour se plonger dans son passé. A ses débuts de notaire, il dut s'occuper d'une étrange histoire qui ne cesse depuis de le hanter. Dépêché dans une petite ville du nord de l'Angleterre pour s'occuper des affaires d'une octogénaire décédée, le jeune homme qu'il était fut confronté à de terrifiants phénomènes et d'inquiétantes rencontres. Bravant son courage, faisant fi des racontars, il décida de s'installer, le temps de sa mission, dans la vieille demeure de sa cliente...

La Dame en noir est un digne héritier de la gothic novel : apparitions ectoplasmiques, vieille demeure réputée hantée, nature envahissante et  inquiétante... Les Mystères d'Udolphe d'Ann Radcliff ou Le Château d'Otrante d'Horace Walpole ne sont vraiment pas loin !  Susan Hill soigne ses descriptions afin de permettre à la tension de s'installer progressivement.Le jeune Arthur Kipps est témoin de phénomènes paranormaux assez inquiétants, et leur apparition dans un tel lieu accroît le suspense du roman.
Si j'ai aimé l'ambiance digne d'un excellent roman gothique - cette maison chargée de passé, isolée par la marée, théâtre d'un drame familial qui hante les esprits - je n'ai malheureusement éprouvé aucune surprise en lisant ce roman. Susan Hill ne parvient pas à surprendre son lecteur et reste trop proche de ses dignes prédecesseurs. Largement inscrit dans la lignée des grands noms de la gothic novel, son roman ne parvient ni à les égaler ni à émerger singulièrement et son intrigue reste assez superficielle. Peut-être est-ce parce que je me suis plongée dans les romans terrifiants d'Ann Radcliff et ses semblables pour mes études que je suis si dure avec cette lecture ? Peut-être aurais-je été séduite si je n'avais pas étudié les mécanismes de la gothic novel ?
J'ai passé un bon moment, certes, mais rien de mémorable pour un roman de ce genre... Les avis de
Mango et Karine, plus enthousiastes.

Je tiens à remercier Julie de Langage & Projets ainsi que les Éditions Capture pour l'envoi de ce roman.
Une adaptation cinématographique de James Watkins sort en mars sur nos écrans, avec Daniel Radcliffe dans le rôle titre.

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [30] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

24 février 2010

La délégation norvégienne, Hugo Boris

22392977_3921710Commencé un soir, lu dans la continuité, La délégation norvégienne est le deuxième roman de l'écrivain Hugo Boris, après Le baiser dans la nuque.

René Derain part en séjour de chasse avec six inconnus, au fin fond de la forêt norvégienne. Peu avant son arrivée, son chien semble terrorisé par quelque chose dans la forêt. René n'y prend garde et arrive au chalet qu'il a réservé avec les autres convives. Plusieurs nationalités et personnalités s'y côtoient. La partie de chasse s'annonce intéressante !
Mais la tension monte lentement. Rien ne semble normal. Le héros ne comprend pas : les paroles sonnent faux et tout semble factice dans ce weekend. Leur hôte est absent mais personne ne semble s'en préoccuper outre mesure...
Le jour où, suite à une tempête de neige, ils se retrouvent isolés dans cette cabane, sans eau ni vivres, la tension atteint son paroxysme et la folie point. Vont-ils s'en sortir ? Et qu'est ce qui les observe, à  l'extérieur, aller lentement vers l'inéluctable ?

Roman très court, certes, mais très bien mené. En 267 pages, Hugo Boris transforme une partie de chasse somme toute banale en lieu de toutes les tensions.
L'aspect bestial est là, représenté par ces animaux victimes, ces gibiers, mais aussi par le côté carnassier des participants. Une question se pose très vite : qui est le bourreau et qui sera le prochain gibier ?
Mais ne vous méprenez pas ! Ni fantastique ni gore dans ce roman, mais plutôt un thriller psychologique qui joue avec les nerfs du lecteur. La tension monte petit à petit, les masques glissent, les apparences s'effondrent... Le héros s'interroge, et avec lui le lecteur.
Une intrigue simple mais bien menée,
une fin très originale, des personnages humains et inquiétants... Bref, un très bon moment de lecture !

Une chronique de soukee rangée dans Thrillers - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,