Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

30 juin 2018

La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane, Abby Clements

La merveilleuse boutique de crèmes glacées de VivianeLa merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane est le premier roman de la londonienne Abby Clements paru en 2013 aux éditions Prisma.

Anna et Imogene sont soeurs. Mais si Anna mène une vie paisible et routinière à Brighton dans le service marketing du centre culturel de la ville, Imogene est plus baroudeuse et tente sa chance depuis quelques mois en Thaïlande, en préparant une expo photo sur les fonds sous-marins. Quand Viviane, leur grand-mère, décède, les deux jeunes femmes héritent du Sunset 99, sa petite boutique de crèmes glacées sur le front de mer ouverte au milieu des années 50. Les deux soeurs n'hésitent pas et décident d'honorer la mémoire de leur grand-mère en reprenant sa jolie boutique. Mais très vite, les ennuis s'accumulent : la météo capricieuse attire peu de clients et des commentaires haineux les discréditent sur internet. Anna décide de partir se former une semaine en Italie auprès d'une spécialiste des gelati pour revenir avec des recettes originales tandis qu'Imogene tient la boutique en vendant des glaces retro en l'attendant.

Si vous souhaitez un roman feel good pour cet été, ne cherchez plus : celui-ci est parfait ! Un charme so british, une histoire de famille un brin compliquée (la tante malveillante qui souhaite racheter la boutique), des personnages attachants (mention spéciale aux commerçants et amis de Viviane), un cadre idyllique (la petite boutique est un enchantement qui rappelle celle de Vianne Rocher dans Chocolat de Joanne Harris) et un chouïa de romance. L'ensemble forme une intrigue certes un peu prévisible mais qui fait du bien. Léger bémol pour la traduction française un peu lourde mais quand on ouvre un roman feel good, on ne s'attend pas à une plume du tonnerre donc le préjudice est moindre. 
L'échappée florentine d'Anna est un régal et la douceur de vivre de la ville vient contrebalancer l'été humide mais cosy de Brighton. Les glaces à la framboise rivalisent avec celles au caramel au beurre salé et au chocolat et ne sont pas sans rappeler l'échappée gourmande d'Elizabeth Gilbert dans Mange, prie, aime   
En bref, un roman doudou qui fait du bien, parfait pour clôturer le Mois anglais de Lou et Cryssilda. Merci à Fondant de m'avoir donné envie de le lire quand elle l'avait chroniqué. A l'heure où l'été bat son plein, il est agréable de se glisser dans ce genre de romans qui détendent autant qu'ils donnent le sourire. Je n'ai qu'une hâte : découvrir la suite des aventures des deux soeurs avec Les divines glaces à l'italienne d'Anna.

Logo Challenge Feel good   Le mois anglais

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,


22 juin 2018

Black Coffee, Agatha Christie

Black coffeeBlack Coffee est à l'origine la première pièce de théâtre de la Reine du crime, écrite en 1930. Elle a été adaptée en roman par l'écrivain et critique australien Charles Osborne en 1998. 

Quand Sir Claude Amory, physicien atomiste renommé, fait appel à l'éminent Hercule Poirot, celui-ci se laisse convaincre de le rejoindre dans sa demeure victorienne pour le protéger de son cercle familial. Sir Claude est en effet persuadé qu'un membre de son entourage cherche à lui dérober la formule d'un nouvel explosif redoutable qu'il vient de mettre au point. Mais Poirot arrive trop tard à Abbot's Cleve et y découvre Sir Claude empoisonné. Avec son allié Hastings, il s'empresse de mener l'enquête pour découvrir le coupable. 

Je me réjouissais de découvrir un Agatha Christie avec Hercule Poirot que je ne connaissais pas (il faut dire que j'en ai lu un paquet...). Mais je suis largement restée sur ma faim avec cette adaptation en roman. Si l'essence même de la Reine du crime transperce au fil des pages - le suspense croissant, le manoir isolé, le huis-clos familial et Poirot, fidèle à lui-même - elle est malheureusement noyée dans une narration insipide et plate.      
Charles Osborne a certainement fait du mieux qu'il pouvait pour transposer la pièce de théâtre en roman mais ses descriptions ressemblent tant à des didascalies que j'ai préféré les considérer comme telles et m'imaginer la pièce jouée plutôt qu'être déçue par le roman.      
Malgré ces lourdeurs stylistiques dues à l'adaptation, Black Coffee demeure une très bonne intrigue d'Agatha Christie avec un dénouement inattendu et un Hercule Poirot au meilleur de sa forme ! J'adorerais la voir jouée... 
 

  Le mois anglais

 Et voilà ma cinquième participation au Mois anglais de Lou et Cryssilda (avec le joli logo de Syl. !) 

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

15 juin 2018

Toute résistance serait futile, Jenny Colgan

toute resistance serait futileToute résistance serait futile est le dernier roman de la romancière britannique Jenny Colgan paru en mars 2016 aux éditions Milady. 

Quand Connie MacAdair est nommée à l'Université de Cambridge, elle ne s'imagine pas une seconde que ça n'est pas en qualité de professeur. La mathématicienne découvre à son arrivée qu'elle va participer à un travail de recherche classé secret défense portant sur une séquence numérique indéchiffrable. Accompagnée de confrères de sa discipline, elle se met alors à la tâche. Mais très vite, ils se rendent compte que ledit code est un message venant d'une autre planète. Tout se complique lorsque le directeur du laboratoire est retrouvé assassiné, son cadavre rendu translucide comme une sculpture de glace. 

Vous connaissez mon amour pour Jenny Colgan et ses deux romans La petite boulangerie du bout du monde et Une saison à la petite boulangerie, deux romans feel good comme je les aime, bien ficelés et dans un décor so british au charme fou. Et vue la couverture de la version poche, je me suis plongée dans les pages de ce roman avec les mêmes attentes et pensant y retrouver le même type d'ambiance.      
Oui, mais... Mais si Jenny Colgan a rajouté un T. a son nom, c'est en référence au Tardis, la machine à remonter le temps de la série Doctor Who. Et ça, c'est indiqué dès la biographie de l'auteur dans les premières pages. Ce détail aurait dû me mettre la puce à l'oreille, tout comme la référence à Star Trek avec le titre, parce que l'intrigue bascule de romance à science-fiction en quelques pages. Autant être prévenu ! Passé un moment d'incompréhension et d'adaptation, j'ai finalement aimé me plonger dans ce roman rocambolesque et feel good quand même.     
L'intrigue est bien ficelée et interroge certains sujets intéressants comme la différence et la tolérance, et malgré quelques longueurs, avance à bon pas. L'
humour est bien présent - les piques entre physiciens et mathématiciens alternant avec les vannes sur les geeks - et les personnages féminins consistants, Connie et Evelyn étant des scientifiques renommées qui vont à l'encontre des stéréotypes du genre.    
Si vous pensiez comme moi que l'intrigue allait se dérouler sur le campus de Cambridge et qu'elle ressemblerait au quasi huis-clos de La petite boulangerie, détrompez-vous ! Mais Jenny Colgan réussit le changement de genre et nous offre un roman de science-fiction drôle et bien ficelé  avec une bonne pincée d'amitié et d'amour. 

Logo Challenge Feel good  Le mois anglais

Et zou ! Une énième participation à mon Challenge Feel Good et ma quatrième au Mois anglais de Lou et Cryssilda (avec le joli logo de Syl. !) 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

12 juin 2018

Agatha Raisin enquête T.5 Pour le meilleur et pour le pire, M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête TPour le meilleur et pour le pire est le cinquième tome des aventures d'Agatha Raisin inventées par la britannique M.C. Beaton. Il est paru en mai 2017 chez Albin Michel.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le séduisant James Lancey a succombé au charme de l'acariâtre et grincheuse Agatha Raisin ! Les deux tourtereaux s'apprêtent à s'unir lorsque surgit à Carsely Jimmy, l'ancien mari d'Agatha. Ce dernier, toujours uni à la tempétueuse quinquagénaire, refuse qu'elle convole à nouveau. James, furieux d'apprendre que sa promise est toujours mariée, l'abandonne devant l'autel, en pleine cérémonie. Agatha est au comble du désespoir. Mais lorsque le lendemain le cadavre de Jimmy est retrouvé dans un fossé, James et elle n'ont d'autre choix que d'unir leurs intelligences pour résoudre cette enquête dans laquelle tout les désigne comme coupables.

Je vous avais dit que ma lecture du quatrième tome m'avait plu mais laissée un peu sur ma faim. Mais M.C. Beaton est très forte et m'a une nouvelle fois donné envie de connaître la suite des aventures d'Agatha et je me suis précipitée sur ce cinquième opus de la série une fois le quatrième refermé.    
Comme dans les tomes précédents, l'intrigue est rocambolesque, l'enquête prévisible et les péripéties un peu grosses mais le charme opère quand même. Le duo formé par Agatha et James est irrésistible et le charmant petit village des Cotswolds est à nouveau le théâtre de spéculations en tous genres. Le charme anglais est toujours là, à chaque page, et suffit à offrir à la série un petit quelque chose d'irrésistible. Reste à savoir si je vais continuer la série, ayant lu ces deux derniers tomes l'été dernier (non non, je n'ai pas de retard sur ces chroniques !^^) et n'ayant pas éprouvé le besoin ni l'envie jusqu'à présent de découvrir le sixième tome...

Logo Challenge Feel good  Le mois anglais

Et voilà une nouvelle participation au Challenge Feel Good et ma troisième participation au Mois anglais de Lou et Cryssilda (avec le joli logo de Syl. !) pour le rendez-vous du jour, "Let's meet Agatha" (Agatha Frost, Raisin ou Christie !)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

10 juin 2018

Tea time pour le Mois anglais

Tea time

Cet après-midi, la maison a embaumé grâce à la recette de scones vegan d'Hélène du blog Tasting Good Naturally. Accompagnés d'un peu de confiture de fraises, de quelques cerises et d'une grande théière d'earl grey vert, c'était excellent ! Il n'y a pas à dire, Le Mois anglais, c'est quand même l'occasion de se régaler de romans et de douceurs. Belle fin de dimanche à tous !

 Le mois anglais

Et voilà ma deuxième participation au Mois anglais de Lou et Cryssilda
(avec le joli logo de Syl. !)

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


09 juin 2018

Agatha Raisin enquête T.4 Randonnée mortelle, M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête TRandonnée mortelle est le quatrième tome des aventures d'Agatha Raisin imaginées par la romancière britannique  M.C. Beaton paru en nomembre 2016 chez Albin Michel. 

Après un séjour de six mois à Londres pour aider son ancienne boîte de relations publiques, Agatha n'aspire qu'à une chose : retrouver ses chères Cotswolds, son cottage au toît de chaume à Carsely et sa vie bien rangée. Quand elle apprend que son charmant et célibataire voisin James Lancey a monté un club de randonnée, Agatha enfile ses chaussures et se joint aux marcheurs. Mais elle reprend très vite aussi sa casquette d'enquêtrice : Jessica, une jeune femme qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs, est retrouvée assassinée. Les pistes sont nombreuses, entre les propriétaires terriens et les membres du club agacés par Jessica, mais Agatha garde la tête froide et se lance dans l'enquête !

Entre Agatha et moi, c'est une drôle d'histoire ! A chaque fois que je lis une de ses aventures, je la trouve facile et prévisible, me disant que je vais arrêter là ma lecture de la série, mais à chaque fois, je rempile pour un nouveau tome, cherchant une détente indéniable aux côtés de cette retraité acariâtre et bourrée de mauvaise foi.   
Et force est de constater que M.C. Beaton fait mouche à chaque fois, avec une intrigue drôle et décalée, des personnages attachants et un décor de rêve (les Cotswolds jouent beaucoup en faveur de cette série, le charme anglais opérant à chaque page). Alors ce n'est pas un coup de coeur, ni un roman incroyablement novateur, mais je l'ai lu l'été dernier quand j'étais moi-même dans les Cotswolds et j'avais été grandement divertie (je vous rassure, mon brouillon était rédigé et attendait d'être publié !). Il me reste encore dans mes brouillons Pour le meilleur et pour le pire et je verrai si je reprends la suite de la série cet été ! L
es avis de  Alex-Mots-à-MotsFondant, MéloSharon, etc.

 Le lien vers mes chroniques de trois premiers tomes :

Agatha Raisin T Agatha Raisin T 119673049

Logo Challenge Feel good Le mois anglais

 Une nouvelle participation au Challenge Feel Good   
et ma première au Mois anglais (avec le joli logo de Syl. !)

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

09 mai 2018

Maggy Garrisson T.1 Fais un sourire, Maggy, Lewis Trondheim et Stéphane Oiry

Maggy Garrisson

Fais un sourire, Maggy est le premier tome de la série Maggy Garrisson imaginée par Lewis Trondheim et mise en dessins par Stéphane Oiry. Il est paru en mars 2014 aux éditions Dupuis. 

Londres. Maggy n'a ni de mec, ni de boulot depuis deux ans, ni la langue dans sa poche. Quand sa voisine lui dégote un job d'assistante chez un privé, Maggy ne fait pas la fine bouche. Même si le patron est un petit minable un peu louche porté sur la bouteille. Mais Maggy a à peine le temps de commencer son emploi que son patron est passé à tabac. A l'hôpital, il lui demande de cacher de toute urgence son portefeuille. Maggy est circonspecte : s'il ne semble rien contenir de particulier, ledit portefeuille semble attiser bien des convoitises. Alors Maggy décide de s'en mêler un peu, quitte à ne pas être tout à fait nette non plus...

Voilà un album qui sort de l'ordinaire ! Lewis Trondheim nous plonge dans une intrigue un peu glauque portée par une anti-héroïne attachante. Maggy n'est ni vraiment jolie, ni totalement honnête mais elle est touchante dans ses failles. Le trait assez minimaliste de Stéphane Oiry accompagne ce polar sombre dans lequel  l'intrigue se met progressivement en place. Héroine à l'humour caustique, un peu trash, Maggy est non conventionnelle et c'est jubilatoire, tout autant que la plongée dans ce Londres pluvieux où la pègre et la violence règnent. Dit comme ça, je sens que je ne vous fais pas rêver. Et pourtant... Les avis de Jerome et Un amour de BD, tout aussi enthousiastes que moi !

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

La BD de la semaine

Cette semaine chez Noukette !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

05 avril 2018

Agatha Raisin enquête T.3 Pas de pot pour la jardinière, M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête TPas de pot pour la jardinière est le troisième tome de la série Agatha Raisin imaginée par la romancière britannique M.C. Beaton. Il est paru en 2016 chez Albin Michel. 

A son retour de vacances dans son paisible village des Cotswolds, Agatha Raisin apprend avec stupeur que son taciturne voisin James Lacey est tombé sous le charme d'une nouvelle venue. Mary Fortune, c'est son nom, est drôle et élégante, et possède un incroyable talent de jardinière. La journée portes ouvertes des jardins de Carsely approche à grand pas et Mary est certaine d'y triompher. Mais la jalousie d'Agatha n'a pas le temps de parvenir à son apogée : Mary est retrouvée morte, la tête enfoncée dans un grand pot de fleurs. Encore une enquête pour Agatha ! 

J'avais succombé au charme d'Agatha il y a deux ans, et cette chronique patiente dans mes billets de lecture depuis l'été dernier, alors que j'étais moi-même dans les Cotswolds. Heureusement que j'en avais rédigé le brouillon ! Si le premier tome m'avait enchantée, j'avais trouvé le deuxième un peu gros et prévisible. Et c'est malheureusement le cas aussi avec ce tome, cousu de fil blanc. L'intrigue est trop rapidement esquissée pour être crédible et le paisible petit village des Cotswolds se transforme, au fil des tomes, en théâtre de faits divers rocambolesques.  
Mais malgré ce gros bémol, je dois avouer que j'ai passé un bon moment à Carsely avec Agatha. Cette dernière est toujours aussi comique, pleine de mauvaise foi et dotée d'un sacré caractère, et si le lecteur ne peut pas réellement éprouver de l'empathie pour elle, il peut néanmoins s'attacher à cette célibataire endurcie que la vie n'a pas épargnée. Un bon moment de lecture, drôle et divertissant. 
Les avis de Alex-Mots-à-Mots, Chroniques Littéraires, Fondant, Melo, Sharon sur ce tome et celui de Chicky Poo sur l'adaptation télévisuelle de la série !

Le lien vers mes chroniques de deux premiers tomes :

Agatha Raisin T Agatha Raisin T

 

Logo Challenge Feel good

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

16 octobre 2017

L'Oncle Silas, Joseph Sheridan Le Fanu

L'oncle Silas, Sheridan Le FanuL'Oncle Silas est considéré comme le chef d'oeuvre de l'écrivain irlandais Joseph Sheridan Le Fanu. Paru en 1864, il a été traduit pour la première fois en français en 1988 aux Nouvelles Editions Oswald.

Angleterre, 19e siècle. Un gentilhomme veuf vit isolé dans son domaine avec son unique fille, Mathilde. Coupés du monde, le père et sa fille vivent en autarcie, leur quiétude uniquement troublée par les rares visites au domaine. Au décès de son père, Mathilde est contrainte de quitter la demeure familiale pour rejoindre celle de son oncle Silas, devenu son tuteur. Personnage mystérieux et énigmatique, ce dernier souffre d'une réputation entachée par une obscure histoire de meurtre. La jeune Mathilde, héritière de son nom, prudente dès son arrivée au domaine, offre rapidement sa confiance à son oncle, vieil homme souffreteux et rempli de bonté à son égard. Mais rapidement, d'étranges événements viennent troubler la jeune fille et Silas dévoile peu à peu son vrai visage...

J'avais adoré l'adaptation en album de Carmilla, autre oeuvre majeure de Le Fanu et j'étais très curieuse de découvrir ce roman, offert par Nesto (coucou si tu passes par ici !) lors du Swap Partners in Crime que j'avais organisé il y a quelques années.

Roman gothique par excellence, L'oncle Silas fait partie de ces livres qui vous happent et vous enferment dans un univers sombre et inquiétant, sans perspective de fuite. Tels Horace Walpole, Ann Radcliffe, Wilkie Collins ou encore Charles Robert Maturin, dignes représentants du genre, Le Fanu excelle dans l'art de créer une ambiance pesante à souhait. La jeune Mathilde se retrouve rapidement  prise au piège dans la demeure de son oncle et les perspectives de fuite s'amenuisent au fil des chapitres.

L'univers du roman est diffus mais suit un fil conducteur décliné au fil des oeuvres du romancier : les spectres y côtoient la science, les jeunes filles persécutées sont en proie à des personnages masculins dominateurs, la religion et la théosophie s'opposent tandis que les assassinats et amours contrariées envoûtent le lecteur.

Un classique du genre absolument délicieux, un roman gothique des plus réussis (et étonnamment moins connu que ses contemporains), une intrigue qui vous enferre et ne vous laisse aucune chance d'en sortir indemne. Bref, un coup de coeur qui me rappelle avec délices mes cours de littérature anglaise à la fac et dont il serait dommage de se priver en cette période d'Halloween...

Challenge Halloween

Et voici ma quatrième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

09 octobre 2017

Le protectorat de l'ombrelle T.2 Sans forme, Gail Carriger

Le protectorat de l'ombrelle TSans forme est le deuxième tome de la série Le protectorat de l'ombrelle imaginée par l'américaine Gail Carriger. Il est paru en 2011 aux éditions Orbit.

Une sombre malédiction s'abat sur Londres, exorcisant toute créature surnaturelle. Alexia Maccon s'en rend rapidement compte lorsque son mari - le tumultueux lycanthrope Lord Maccon - s'enfuit, la laissant seule dans leur manoir avec des troupes de loups-garous revenant d'Egypte. Alexia n'a d'autre choix que de suivre son mari en Écosse pour découvrir l'origine de ce fléau. Car pour l'heure, fantômes, loups-garous et vampires du royaume britannique semblent exorcisés dans un périmètre qui semble se déplacer avec Lord Maccon...

J'avais découvert Alexia l'an dernier, dans le premier tome de ses aventures aux faux-airs de pastiche bit-lit d'Orgueil et Préjugés. Je m'étais gardé cette suite au chaud pour le challenge Halloween. Et j'ai bien fait : quel plaisir de retrouver Alexia et Lord Maccon dans cette nouvelle aventure rocambolesque ! Le duo fraîchement marié détonne toujours autant, alternant amour vache et étreintes passionnées. Aucun temps mort dans cette nouvelle intrigue, amorcée dès la fin du premier tome, qui entraîne le couple dans les confins de l'Écosse et dévoilant de nouveaux personnages qui complexifient l'univers imaginé par Gail Carriger.

L'humour est toujours aussi présent, le côté parodique aussi (la palme d'or du personnage le plus nunuche étant attribuée à l'unanimité à Ivy Hisselpenny, pour ses répliques absurdes et sa caricature du personnage féminin attentiste et passif) et l'ensemble fonctionne très bien. C'est bien simple : moi qui ne suis vraiment pas amateur du genre, j'ai dévoré ce deuxième roman avec avidité, curieuse de savoir quelle était la cause de ce fléau mystérieux, et ravie du dénouement (qui encore une fois, amorce un troisième tome détonnant !). Bref, un deuxième tome qui tient ses promesses, augure une suite des plus intéressantes, et une série que je suis ravie d'avoir découverte !

Challenge Halloween

Deuxième participation Challenge Halloween de Lou et Hilde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,