Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

18 avril 2013

Le canapé rouge, Michèle Lesbre

Le canapé rouge, Michèle LesbreLe canapé rouge est le dixième livre de la romancière française Michèle Lesbre paru aux Éditions Sabine Wespieser en 2007 et en poche chez Folio en 2009.

Anne file à Irkoutsk retrouver un homme qu'elle a aimé. Dans le transsibérien qui la conduit en Russie, la jeune femme ne peut empêcher ses pensées de vagabonder vers Clémence, sa voisine âgée et isolée à qui elle fait la lecture de biographies de grandes dames. Entre son voyage vers son amour perdu et cette amitié fragile avec cette femme fascinante, Anne se perd un peu pour mieux se trouver.

Voilà un roman que L'Or des Chambres avait encensé et auquel je n'ai pas su résister bien longtemps.
Michèle Lesbre nous transporte aux côtés de son personnage dans une quête à la fois personnelle et tournée vers l'autre. La nature défile derrière les vitres du train et avec elle les souvenirs de l'heroïne. Son enfance, ses amours, puis les souvenirs de son amitié avec Clémence et son attachement à la vieille dame bousculent les pensées d'Anne et semblent l'éloigner du but premier de son voyage : retrouver cet homme qu'elle a tant aimé.
La plume de Michèle Lesbre nous transporte en douceur dans ce voyage intérieur. En 138 pages seulement, la romancière parvient avec brio à insuffler à son roman une atmosphère singulière et attachante.
Un roman à lire d'une traite, d'un souffle. Pour voyager au diapason de l'héroïne. Merci L'Or de ce conseil de lecture, j'ai été conquise !

"De longues traînées de brume s'enroulaient autour des troncs d'arbres et les bois semblaient émerger d'un rêve. Par endroits, une lumière fragile ourlait l'horizon, points de suspension lumineux qui couraient avec le train et traçaient les limites au-delà desquelles plus rien n'existait." (p.55)

"Penser à elle dans mon hôtel de transit me ravissait, j'avais très envie de la revoir, vite, de lui conter mon étrange voyage, sans doute le plus étrange de tous mes voyages, parce que plus que tous les autres il m'avait sans cesse ramenée à ma vie, à la simple vérité de ma vie." (p.82)

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


15 mars 2012

Mon Plan d'Action pour jeunes Sorcières Très Amoureuses, Mélanie Lafrenière

Mon Plan d'ActionMon Plan d'Action pour jeunes Sorcières Très Amoureuses est le deuxième ouvrage de la romancière canadienne Mélanie Lafrenière, paru au début de l'année 2012 aux éditions du Chat-qui-bulle. 

Anségisèle Von Wienenberg, dite Gigi, est une jeune adolescente pas tout à fait comme les autres : c'est une sorcière. Et si être une sorcière semble permettre l'impossible grâce à des formules et des potions magiques, Gigi va vite se rendre compte qu'elle est impuissante face à une chose : l'amour ! Lorsqu'elle tombe amoureuse de Lucas, le nouveau du collège, la jeune sorcière va tenter par tous les moyens de se faire remarquer et aimer par lui...

Encore une histoire de sorcières, penseront certains ? Oui, mais une histoire de sorcières bourrée d'humour et qui s'attarde davantage sur la condition pré-adolescente - voire adolescente - que sur le monde de la sorcellerie.
Gigi est une ado quasiment comme les autres, excepté le fait qu'avec sa meilleure amie Méli, elle s'affaire autour d'un chaudron pour concocter des philtres d'amours et autres potions aux effets assez inattendus. Sa psychologie est finement étudiée et en fera sourire plus  d'un.
L'intrigue avance à bon rythme et la jeune fille ne se laisse pas abattre malgré les difficultés liées à sa condition d'amoureuse transie.
Voilà un roman idéal pour les lecteurs dès 9 ans. Un très bon moment de lecture en perspective avec, en sus, une bonne dose d'humour à chaque page et des illustrations très soignées !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Gigi
ou sa créatrice, Mélanie Lafrenière,
rendez-vous sur son site tout coloré !

Blog Mélanie Lafrénière

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

26 janvier 2012

Beignets de tomates vertes, Fannie Flagg

Beignets de tomates vertesBeignets de tomates vertes (Fried Green Tomatoes) est l'oeuvre la plus connue de la romancière et actrice américaine Fannie Flagg. Publiée la première fois en 1987, elle a été traduite en plusieurs langues et a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par John Avnet en 1991.

Evelyn Couch est une quinquagénaire dépressive et malheureuse. Lors d'une visite à sa belle-mère, dans la maison de retraite de Rose Terrace, elle fait la connaissance d'une des pensionnaires, Mrs. Threadgoode. Les deux femmes sympathisent et Mrs. Threadgoode, veuve et sans famille, fait revivre son passé en Alabama, dans la petite ville de Whistle Stop, avec ses habitants, et surtout son café. En 1929, lorsque l'établissement ouvre ses portes, les Noirs n'ont pas le droit d'y entrer, le Ku Klux Klan sévit et les lois raciales ont la dent dure. Mais Ruth et Idgie, qui tiennent le café, n'en ont cure ! Et la petite communauté s'entraide malgré les différences et les forts caractères.

Je ne lis pas beaucoup de littérature américaine, j'avoue. Je suis peu attirée par ce pays et sa littérature. Mais il y a quelques mois, un collègue m'a parlé de ce roman dont le titre m'intriguait depuis des années. Et je ne sais plus où ni à quelle occasion je l'ai acheté, pensant le lire cet été.
Après un été pauvre en lecture, et me trouvant à court de livre un soir (c'est rare !), j'ai ouvert la première page de ce roman. Juste pour lire l'incipit. Juste pour voir si... Juste... Vous m'aurez comprise : je me suis fait avoir dès la première phrase, dès la première ligne de ce roman ! Impossible de décrocher mes yeux du texte ! Au point de quasiment sacrifier ma nuit entière (terminer à 4h quand on se lèvre à 7h, c'est rude !) Et pourtant, les Etats-Unis et moi, c'est loin d'être une grande histoire d'amour...
Tout est aboslument incroyable dans ce roman. Sa construction narrative tout d'abord, qui alterne les époques, mais aussi les genres. Le roman commence en effet en 1929, à l'ouverture du café de Whistle Stop, puis n'a de cesse de varier entre les époques : la fin des années 80 avec le présent d'Evelyn et de Mrs. Threadgoode, à la maison de retraite, l'enfance de Nini, alias Mrs. Threadgoode, etc. La narration est parfois prise en charge par Dot Weems, qui écrit la gazette de Whistle Stop, parfois par le journal de Birmingham, etc. Sans jamais perdre son lecteur, Fannie Flagg l'entraîne dans cette histoire incroyable d'une petite ville d'Alabama, aux habitants drôles et fiers malgré tout. Malgré la menace qui rôde, la pauvreté et la misère qui sévissent, les divergences d'opinion qui persistent.
Les personnages qu'elle dépeint sont furieusement vraisemblables. Evelyn et ses complexes, Mrs. Threadgoode est ses souvenirs d'enfant qui s'estompent, Idgie le garçon manqué au grand coeur, la belle et douce Ruth, etc.
J'ai plongé avec délice dans ce roman, me surprenant à tourner les pages sans me soucier de l'heure. J'ai euCoup de coeur 2012 l'impression de rencontrer une grande famille de personnages aux valeurs profondément humanistes. Fannie Flagg nous permet de lever un voile sur un pan de l'histoire des Etats-Unis et le fait avec brio ! Pas de misérabilisme ni de jugement. Juste une intrigue et des personnages attachants, sur fond de contexte historique. C'est brillant, sans aucun doute ! (et ça file des complexes au point de vue de la construction narrative...)

Un nouveau
coup de coeur, sans aucune hésitation, que je vous conseille de lire
au plus vite !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [59] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

29 septembre 2011

Soeurs chocolat, Catherine Velle

couv_soeurs_chocolatSoeurs chocolat est le troisième roman de Catherine Velle, paru en 2007.

Une petite communauté religieuse en plein coeur de la France subsiste grâce aux savoureux chocolats qu'elle produit. Mais une menace pèse sur son fragile équilibre : tous les dix ans, deux soeurs doivent aller en Colombie faire valoir leur droit sur les fèves de cacao, faute de quoi, leur part sera attribuée à d'autres. L'échéance arrive, mais avec elle les problèmes. Le secret de fabrication de leurs chocolats, jalousement gardé par les soeurs, attise de nombreuses convoitises. Et lorsque les deux soeurs désignées doivent entreprendre le long voyage jusqu'en Colombie, elles ne sont pas seules. Et les péripéties commencent.

J'ai lu ce roman cet été, alors que j'étais en pause de lecture. Je n'arrivais pas, par fatigue, à fixer mon attention sur les livres que je commençais, et bon nombre me sont tombés des mains.
Soeurs chocolat
a eu le mérité de retenir mon attention grâce à une intrigue simple aux péripéties nombreuses. Si les dialogues sont parfois simplistes, les situations prévisibles et les invraisemblances nombreuses, ce roman propose néanmoins une détente non négligeable et possède une fraîcheur et un comique certains !
Rien de transcendant donc, je dois l'avouer, mais un bon moment de lecture qui a su me réconcilier avec la lecture cet été.
Les avis beaucoup plus enthousiastes de
Sharon et Latite.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

21 septembre 2011

Joséphine l'intégrale, Pénélope Bagieu

9782350132389_1_75Cela faisait quelques temps que je n'avais pas lu de BD de blogueuse-dessinatrice, comme Margaux Motin ou encore Diglee. J'ai donc succombé à l'appel de l'intégrale de Joséphine, regroupant les 3 tomes des aventures du personnage éponyme imaginé par Pénélope Bagieu.

Joséphine a la trentaine. Joséphine est célibataire. Joséphine se pose un milliard de questions quant à sa vie, son avenir, son chat, etc. Entre un collègue lourdingue et des copines toujours prêtes à la sortir de son célibat, Joséphine cherche l'homme de sa vie...

Dit comme ça, Joséphine semble être une BD destinée à un public féminin, à la limite de la chick-lit... Mais en réalité, et parce que je ne supporte par l'idée d'un public visé selon son sexe, malgré un personnage féminin égocentré et des préoccupations somme toutes assez superficielles, cet album aborde des thématiques plus larges que celles du célibat des femmes de trente ans et des poussières. L'humour y est omniprésent et si toutes les planches ne se valent pas, elles ont au moins le mérite de m'avoir fait sourire à plus d'un titre. josephine (1)
Le trait de Pénélope Bagieu est assez minimaliste, comme toujours, mais l'utilisation des couleurs prend tout son sens ici, créant des univers particuliers à chaque planche. Pénélope Bagieu soigne les ambiances de ses vignettes, offrant à celles-ci une atmosphère à chaque fois singulière.
Joséphine est un personnage attachant dans ses failles et ses doutes et évolue au fil de ces trois tomes (clairement distingués au sein de cet album intégral).
Si le troisième tome m'a un peu déçue - sans vous en révéler la teneur, j'évoquerais seulement le conformisme dans lequel tombe le personnage, conformisme qui ne colle pas à la psychologie développée dans les deux précédents tomes - j'ai néanmoins passé un bon moment de lecture. Rien de mémorable, certes, mais une détente appréciable parfois.

Elles ont lu aussi Joséphine : C.l!neKikine, Yoshi73, Stemilou.   

   Et voici ma 23e participation
à la BD du mercredi de
Mango !

Logo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

 

Et ma 14e au Top BD des blogueurs de Yaneck!
(note : 14/20)

Logo_top_bd_2011

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [17] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


13 mai 2011

Angleterre, Geneviève Brisac

angCela faisait quelques temps que ce titre me tentait, et je n'avais pas eu le courage de résister lors de mon passage au Salon de Montreuil en décembre dernier...

Ce roman dresse le portrait d'une adolescente un peu en marge. Adélaïde, envoyée par ses parents en voyage linguistique en Angleterre, ne comprend ni les filles de son âge, ni ce que lui raconte sa famille d'accueil, ni ce que les garçons lui trouvent... Loin de sa famille, dans ce pays qui la rebute, la jeune ado va bien évoluer pendant ces trois semaines.

J'avoue tout de suite : ce roman m'a attirée non seulement parce que j'adore l'Angleterre (presque autant que l'Inde, c'est dire !) mais aussi parce que je savais que je m'identifierai à l'héroïne de Geneviève Brisac.
Envoyée moi aussi en voyage linguistique dans ce beau pays malheureusement trop pluvieux à mon goût, j'ai souri en découvrant les péripéties de cette ado mal dans sa peau.
Genevière Brisac réussit un coup de maître en choisissant son héroïne comme narratrice de son récit (un peu comme Claire Ubac dans Le fruit du dragon) et en réussissant pleinement à se faire oublier derrière la parole de son personnage. Identification garantie !
Dévoré lors du Read-a-Thon en avril dernier, ce roman m'a permis un petit retour en arrière très appréciable qui saura séduire aussi bien les nostalgiques comme moi que les ados d'aujourd'hui et leurs questions existentielles !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

17 mars 2011

Ceux qui sauront, Pierre Bordage

Ceux_qui_sauront_Pierre_Bordage_Uchronie_J_ai_LuEt voilà la première uchronie chroniquée sur mon blog ! Pour ceux qui commencent déjà à se demander de quoi je parle, une uchronie "est un temps imaginaire, une autre Histoire que celle que nous connaissons", pour reprendre les mots d'Alain Grousset, directeur de la collection Ukronie chez Flammarion.

Nous sommes en 2008. La Révolution française n'a pas eu lieu. La société est régie par des règles inégalitaires :  les masses populaires n'ont pas accès à l'éducation et sont maintenues dans l'ignorance. La monarchie en vigueur leur interdit toute scolarisation et l'accès aux progrès technologiques.
Deux adolescents, Jean et Clara, tentent d'échapper à leur condition. Le premier en apprenant clandestinement à lire pour ne pas subir les conditions de vie de sa classe sociale ; la seconde en fuyant le mariage arrangé pour le prestige de sa famille. Mais les tensions sociales, très prégnantes, sourdent, et les deux adolescents sont entraînés malgré eux dans la violente opposition sociale.

J'avais ce livre dans ma PAL depuis quelques temps et je suis vraiment contente de l'en avoir sorti ! Pierre Bordage nous entraîne avec brio dans cette uchronie aux relents actuels. Evidemment, la Révolution française a bien eu lien en 1789, mais quand on regarde de plus près la société  française actuelle, très inégalitaire, l'intrigue de Ceux qui sauront n'est pas loin...
En réécrivant ainsi notre Histoire, Pierre Bordage imagine une France encore monarchiste, dans laquelle le peuple n'a pas accès à la lecture et pour qui l'éducation est prohibée pour éviter tout soulèvement. Le propos est certes accentué par rapport à notre situation, mais peu s'en faut...
Pour en revenir à ce roman, l'intrigue est bien ficelée et fonctionne très bien. L'alternance de chapitres avec un narrateur féminin et un narrateur masculin permet de séduire un vaste public.
Pierre Bordage mêle inextricablement le destin de deux personnages que tout oppose : l'une riche, l'autre pauvre ; l'une pour qui l'éducation est un fardeau, l'autre pour qui la lecture est synonyme de liberté. Bien entendu, tout converge vers leur rencontre (et je dois dire que je l'attendais un peu plus tôt dans le roman...) qui occasionne une remise en question des deux côtés.
Le présent imaginé par Pierre Bordage est un savant mélange de ce qui fut et de ce que nous connaissons aujourd'hui (internet est ainsi appelé R2i pour Réseau International et Informatique), même si certaines technologies n'ont pas vu le jour, par peur des dirigeants d'être utilisées comme contre-pouvoirs (comme le téléphone par exemple)

Un roman qui se lit très vite, au rythme étourdissant, et à l'intrigue intéressante 59552646_pqui évite de sombrer dans l'écueil de la facilité. Une approche sombre d'une société perdue, qui résonne étrangement avec les événements mondiaux actuels... J'inscris cette lecture dans le Challenge  Winter Time Travel de Lhisbei, consacré aux uchronies.
L'avis d'Emmyne, qui avait lu ce roman à sa sortie en 2009.

 

Une chronique de soukee rangée dans SF - Vos commentaires [7] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

28 février 2011

Alchimie, Beth Fantaskey

9782702434925Autant vous le dire tout de suite, je n'ai pas choisi cette lecture : c'est une  lecture professionnelle que j'ai faite il y a quelques semaines. Par manque de  temps, je n'avais pas encore pris le temps de la présenter.
Je dois avouer aussi que,
en commençant  ce roman, je n'étais attirée ni par la couverture ni par le bandeau "Par  l'auteur de Comment se débarrasser d'un vampire amoureux ?" et que je redoutais le pire...

Alors qu'elle assiste à l'enterrement de son père, assassiné sur un parking, Jill  Jekel se lie d'amitié avec un garçon de son collège, Tristan Hyde, venue la  soutenir dans cette épreuve. Entre les deux adolescents, aux noms trop évocateurs pour être anodins, une alchimie naît peu à peu.
Lorsque Jill se rend compte que son père, chercheur en biologie, a vidé le compte en banque qui devait servir à financer ses études et que sa mère s'enfonce peu à peu dans une sévère dépression, la jeune fille décide de prendre sa vie en main et de participer à un concours de chimie. Aidé de son acolyte littéraire, elle se lance dans la recréation de la potion qu'a utilisé le célèbre Dr Jekyll pour se transformer en Mr Hyde....

Alors que j'ouvrais ce roman avec beaucoup d'a priori, j'ai été agréablement surprise. Même si les personnages possèdent peu de densité psychologique et que le style de l'auteur est plat, l'intrigue fonctionne bien.
Le suspense est au rendez-vous de ce roman qui, s'il n'est finalement qu'une réécriture moderne de Dr Jekyll et Mr Hyde de Stevenson, possède néanmoins certaines qualités indéniables.
L'alternance de points de vue à chaque chapitre (ou presque), annoncée par le nom du personnage qui prend en charge la narration, permet de dynamiser le récit et d'en apporter plusieurs éclairages. Le choix typographique de l'italique lorsque la Bête prend le contrôle du personnage est aussi une excellente façon de l'indiquer finement au lecteur.
Enfin, le fait que ce roman soit en un seul tome, et non pas le premier opus d'une série, permet d'appréhender dans sa globalité l'intrigue développée par l'auteur et de ne pas avoir une impression d'inachevé une fois la dernière page tournée.

Même si l'intrigue comporte certaines prévisibilités et que la plume de l'auteure est vraiment sans intérêt, ce roman
a le mérite de moderniser l'oeuvre de Stevenson en l'adaptant à des héros adolescents contemporains, ce qui permet de tisser un parallèle entre ces deux œuvres.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

21 février 2011

Les Aigles de Rome livre 1, Marini

aiglesJe vous avais dit dans ce billet sur Murena que j'avais très envie de découvrir une autre série de BD se passant au temps de l'Antiquité romaine : Les Aigles de Rome. C'est chose faite avec le premier tome.

Nous sommes en 9 av. J.C. L'Empire romain vient de soumettre les tribus germaniques. Des jeunes princes issus de familles nobles sont faits prisonniers et donnés à Rome. Parmi eux, Ermanamer.
Éduqué en bon romain par Titus Valerius, un ancien militaire, le jeune Ermanamer se heurte très vite à Marcus, le fils de ce dernier, du même âge que lui. Malgré les  fréquentes disputes, les années passent et les deux jeunes hommes deviennent vite inséparables...

jpg_aiglesderome_t1_08Si les illustrations m'ont véritablement charmée, j'avoue ne pas avoir été complètement conquise par cette BD.
L'Histoire de Rome est complètement secondaire et ce premier tome n'est finalement consacré qu'à la rencontre entre les deux personnages principaux, Ermanamer et Marcus, et à la naissance de leur amitié. L'auteur ne donne nullement à voir des événements historiques ni un quelconque aperçu de la période historique.

De plus, ce qui m'a vraiment gênée et qui ne m'a pas permis de m'immerger complètement dans cette période, c'est l'usage des insultes et autres gros mots actuels à quasiment toutes les pages. Loin d'être facilement impressionnable à ce niveau là (je côtoie des ado à longueur de journée, les insultes font donc partie de mon quotidien), j'ai trouvé ce choix linguistique totalement inapproprié au contexte de la série.
Si les Romains usaient certainement de gros mots et pouvaient être vulgaires, ils le faisaient dans leur langue, en latin donc, et ne se traitaient pas de "connard" à tout bout de champ... C'est vraiment dommage car ces anachronismes linguistiques apparaissent dès le début de la BD et sont si fréquents qu'ils ont vraiment gâché  ma découverte de celle-ci...

J'ai finalement eu l'impression de lire une BD contemporaine relatant une amitié entre deux adolescents, saupoudré d'uLogo_1n décor de Rome antique...
Je ne sais pas encore si je vais poursuivre ma découverte de la série... Quelqu'un connait-il cette BD et peut-il me dire ce qu'il en est du deuxième tome ?
J'inscris cette lecture comme septième participation au Défi Au cœur de la Rome Antique.

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [9] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

26 janvier 2011

Les années douces, Kawakami Hiromi

Les_annees_douces_2Non, je n'ai pas développé une passion subite pour le Japon, malgré ce que laissent à penser mes derniers billets de lectures, consacrées  ces derniers temps à ce pays... C'est juste que cela fait longtemps que je voulais lire ce récit et vous en parler. Et ce soir, j'ai décidé que ce serait l'occasion !

Tsukiko croise un soir dans un café qu'elle fréquente régulièrement, son ancien professeur de japonais. Pour la jeune femme et le vieil homme, cette rencontre est un déclic. Sans jamais vraiment se fixer de rendez-vous, ces deux solitaires vont se retrouver à intervalles réguliers, autour d'une soupe ou d'un flacon de saké, lors d'une cueillette de champignons dans la montagne ou à l'occasion de la fête des fleurs... Et réfléchir ensemble...

Quelle plume ! Je suis tombée complètement sous le charme de ce roman composé de courts récits, chacun représentant une des rencontres entre Tsukiko et Matsumoto Harutsuna.
Kawakami Hiromi fait naître, en peu de mots, une foule d'émotions et donne une profondeur psychologique rare à ses personnages. Chaque événement est sujet à un déferlement d'images poétiques et de réflexions générales sur le temps qui passe, les saisons, ou encore les traditions japonaises. On s'immerge complètement dans cet univers, ayant
même parfois l'impression d'être de trop dans cette relation d'amitié si particulière.
Une bouffée de fraîcheur que cette lecture, un réel petit moment de plaisir que je vous conseille sans tarder !
Et pour ceux qui ont envie de lire plutôt une BD, sachez que Taniguchi en a fait une adaptation BD en deux tomes. Je ne l'ai pas lue pour le moment (mais cela ne saurait tarder, je l'ai au lycée !) mais je ne pense pas trop m'avancer en vous disant que ce doit être une lecture très plaisante aussi !

rentree_annees_douces_couv  9782203034266


Une chronique de soukee rangée dans Littérature japonaise - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,