Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




27 avril 2019

La vérité sur Dix petits nègres, Pierre Bayard

La vérité sur dix petits nègresLa vérité sur Dix petits nègres est le dernier essai de critique policière de l'universitaire et psychanalyste Pierre Bayard. Il est paru en janvier aux éditions de Minuit. 

Tout le monde connaît le célèbre roman d'Agatha Christie, Les dix petits nègres. Dix personnages, sur une île en pleine tempête, sont tués chacun leur tour, tandis qu'une comptine macabre hante les murs et que des statuettes disparaissent au fur et à mesure des meurtres. Et si le meurtrier n'était pas celui que la Reine du crime a désigné comme tel ? Et si, malgré tous les indices, les lecteurs du monde entier s'étaient fourvoyés depuis quatre-vingts ans en n'identifiant pas le bon coupable ? Pierre Bayard donne la parole au meurtrier pour qu'il explique ce qui s'est réellement passé sur l'île. 

Entre Pierre Bayard et moi, c'est une histoire qui dure depuis longtemps. Je l'avais découvert avec sa première critique policière Qui a tué Roger Ackroyd ? il y a dix ans, et, conquise, j'avais poursuivi avec L'affaire du Chien des Baskerville, Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? et enfin Et si les oeuvres changeaient d'auteur ?  
A chaque fois séduite par son style et sa déconstruction des grands classiques de la littérature, j'ai succombé à l'appel de son dernier essai, après être allée l'écouter en parler à la Librairie Autour du Monde près de chez moi.   
Encore une fois, il nous entraîne dans une relecture d'un classique du genre et cherche les invraisemblances du texte pour en proposer une solution alternative élégante, plausible et logique.  
L'exercice de style n'est pas évident mais Pierre Bayard s'en sort avec brio, comme toujours, empruntant aux illusions d'optique, à la psychologie, à la prestidigitation ou encore aux fantasmes liés à l'île pour expliquer son raisonnement.  
Nul besoin d'avoir parfaitement l'oeuvre de Christie en tête, le début de l'essai étant consacré à un résumé des personnages, des faits et de leur chronologie dans l'oeuvre originelle. S'ensuit une deuxième partie consacrée aux invraisemblances et impossibilités de la solution proposée par la romancière. Une troisième partie s'attarde sur ce qui permet de fausser le jugement du lecteur, grâce à une série d'aveuglements multiples, avant une dernière partie consacrée à la solution proposée par Pierre Bayard, à travers son personnage meurtrier.  
L'ensemble, pointu et teinté d'ironie, se lit avec délectation, tout en restant très largement accessible. C'est bien simple, pour ma part j'ai dévoré une grosse moitié dans l'avion qui m'amenait à Londres, avant de le terminer au calme sur ma terrasse. Encore une fois Pierre Bayard réussit le pari de déconstruire une oeuvre littéraire avec élégance. A découvrir sans tarder ! De mon côté, je vais aller fouiner du côté d'Intercripol, association de recherches universitaires pour traquer les personnages criminels. 

"Aborder une île ou en rêver, c'est laisser revenir en soi des récits de l'enfance et se vivre en héros de roman à la découverte de secrets enfouis." (p.127)

"Aussi terrifiante soit-elle, toute histoire nous aide à mettre de l'ordre dans le désordre des faits, le plus souvent aléatoires, qui constituent nos existences." (p.128)

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,


22 juin 2018

Black Coffee, Agatha Christie

Black coffeeBlack Coffee est à l'origine la première pièce de théâtre de la Reine du crime, écrite en 1930. Elle a été adaptée en roman par l'écrivain et critique australien Charles Osborne en 1998. 

Quand Sir Claude Amory, physicien atomiste renommé, fait appel à l'éminent Hercule Poirot, celui-ci se laisse convaincre de le rejoindre dans sa demeure victorienne pour le protéger de son cercle familial. Sir Claude est en effet persuadé qu'un membre de son entourage cherche à lui dérober la formule d'un nouvel explosif redoutable qu'il vient de mettre au point. Mais Poirot arrive trop tard à Abbot's Cleve et y découvre Sir Claude empoisonné. Avec son allié Hastings, il s'empresse de mener l'enquête pour découvrir le coupable. 

Je me réjouissais de découvrir un Agatha Christie avec Hercule Poirot que je ne connaissais pas (il faut dire que j'en ai lu un paquet...). Mais je suis largement restée sur ma faim avec cette adaptation en roman. Si l'essence même de la Reine du crime transperce au fil des pages - le suspense croissant, le manoir isolé, le huis-clos familial et Poirot, fidèle à lui-même - elle est malheureusement noyée dans une narration insipide et plate.      
Charles Osborne a certainement fait du mieux qu'il pouvait pour transposer la pièce de théâtre en roman mais ses descriptions ressemblent tant à des didascalies que j'ai préféré les considérer comme telles et m'imaginer la pièce jouée plutôt qu'être déçue par le roman.      
Malgré ces lourdeurs stylistiques dues à l'adaptation, Black Coffee demeure une très bonne intrigue d'Agatha Christie avec un dénouement inattendu et un Hercule Poirot au meilleur de sa forme ! J'adorerais la voir jouée... 
 

  Le mois anglais

 Et voilà ma cinquième participation au Mois anglais de Lou et Cryssilda (avec le joli logo de Syl. !) 

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

07 septembre 2017

Agatha, es-tu là ?, Nicolas Perge et François Rivière

Agatha es-tu làAgatha, es-tu là ? est un roman de Nicolas Perge et François Rivière paru en janvier aux éditions J.C. Lattès. Il s'intéresse à la mystérieuse disparition de la Reine du crime après la parution de son roman phare Le meurtre de Roger Ackroyd.

Le 3 décembre 1926, Agatha Christie disparaît sans laisser de traces. Arthur Conan Doyle, son prédécesseur dans la littérature policière, décide de mener l'enquête. Alors que sa carrière est au point mort - le père de Sherlock Holmes déplaît par son spiritisme dans les cercles londoniens - Doyle met tout en oeuvre pour découvrir ce qui est arrivé à la jeune femme.

J'adore la Reine du crime et je n'aime rien tant que lire des choses la concernant, qu'il s'agisse d'essai, de biographie ou encore son oeuvre, tout simplement. Ayant été moi aussi largement intriguée par cette disparition inexpliquée, j'ai été curieuse de découvrir ce roman, qui prend le parti d'explorer cette inconnue.

L'ensemble est léger, bien mené, divertissant mais sans plus. Si les auteurs soignent le contexte historique et font se rencontrer Doyle et Christie, il n'en demeure pas moins que l'intrigue est un peu légère et sombre dans quelques clichés du genre. Méchants assassins, journalistes peu scrupuleux, le manichéisme est là, grossier, et confère au roman un air quasi parodique.

Agatha, le sujet principal du roman, est finalement entraperçue. De ses motivations, les auteurs parlent peu et préfèrent s'attarder sur les machinations fictives qui se trament dans son dos au moment de sa disparition. Est-ce là le plus intéressant ? Je ne pense pas. Est-ce ce que je pensais trouver en ouvrant ces pages ? Certainement pas. Je m'attendais à quelque chose de plus documenté, qui mette en perspective cette disparition avec la vie d'Agatha Christie, tout en brodant une fiction autour. Agatha, es-tu là ? est un roman agréable à lire, rapide et léger mais qui ne rend finalement pas hommage à la Reine du crime, que ce soit dans son écriture, son intrigue ou son dénouement.

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

21 février 2013

Agatha Christie, la romance du crime, François Rivière

Agatha Christie, la romance du crimeAgatha Christie la romance du crime est un livre paru en octobre 2012 chez la Martinière. Son auteur, François Rivière, a écrit plusieurs biographies - Enid Blyton, J.M. Barrie, etc.- avant de s'attaquer à cette grande dame qu'est Agatha Christie.

Tout le monde connaît, à travers ses oeuvres, celle que l'on surnommait la Reine du crime. Mais connaissez-vous réellement celle qui préférait qu'on l'appelle la Duchesse de la Mort ? Cette petit fille seule, qui grandit dans le Devon et souffre du décès de son père alors qu'elle n'a que onze ans ; qui passa une partie de sa jeunesse à Paris, espérant devenir chanteuse, avant de revenir en Angleterre, supporter l'effort de guerre en étant infirmière et en maniant des poisons à longueur de journée ? Cette jeune épouse, tout juste mariée à Archibald Christie, qui voit son mariage voler en éclat à cause d'un adultère, qui divorce et se plonge dans l'écriture avant de rencontrer l'archéologue Max Mallowan, qui deviendra son second mari ? Enfin, cette romancière talentueuse, qui sut s'imposer face aux critiques et devint mondialement célèbre avec Hercule Poirot ?

Ce très beau livre, trouvé miraculeusement sous le sapin de Noël, est une petite merveille, tant sur le fond que pour la forme. C'est avant tout un très bel objet : un grand livre imprimé sur un épais papier mat qui permet un beau rendu des photos et illustrations qui s'égrènent au fil des pages. Un beau livre à manipuler avec attention et qui réserve bien des surprises à son lecteur : photos inédites de la romancière, couvertures originelles de ses romans, photos de ses maisons, de l'île qui lui inspira l'île des Dix petits Nègres... et même des cartes postales, à la fin !
Mais c'est également une biographie très complète de la célèbre romancière, qui présente non seulement son statut de romancière mais également les aléas de sa vie privée. Le décès de son père, qui a marqué son enfance, mais aussi ses mariages malheureux, son manque d'affection pour sa fille ainsi que sa passion pour l'écriture qui, petit à petit, a grignoté sur sa vie privée. On suit la vie de cette femme d'exception, capable d'écrire un roman en trois jours et de suivre son époux sur des chantiers de fouilles archéologiques et de servir d'assistante. François Rivière maîtrise son sujet (il n'en est pas à sa première biographie sur la grande dame) et nous brosse ici le portrait de cette femme incroyable que tout le monde connaît... sans vraiment la connaître !

Dévoré en trois jours, ce livre fait partie de ces lectures qui vous hantent une fois terminé. Comme si le fantôme d'Agatha Christie se tenait à côté de moi, pendant que je tape sur mon clavier...

P1050963 P1050966 P1050965

Une chronique de soukee rangée dans Beaux Livres - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,