Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

13 décembre 2012

Tante Mame, Patrick Dennis

Tante MameTante Mame est le roman le plus connu de l'américain Patrick Dennis (1921-1976) paru en 1955 aux Etats-Unis avant d'être publié en France en 1994.

Lorsque le jeune Patrick, orphelin, est recueilli par Tante Mame, la soeur de son père, il n'imagine pas la vie qu'il va mener. Mondanités, futilités, mais aussi fantaisies font partie du quotidien de cette grande New Yorkaise qui a la folie des grandeurs. Le petit garçon est emmené dans un tourbillon de fêtes et d'aventures aux côtés de sa chère tante. Et son éducation prend une coloration singulière.

Cela faisait quelques temps que ce livre, prêté par ma soeurette, patientait sur mes étagères. J'étais sûre qu'il me plairait. Le personnage de Tante Mame ressemblait, d'après ce que j'avais compris, à Holly Golightly de Breakfast at Tiffany's. Je m'attendais à une mondaine excentrique, fantasque et farfelue, héritant d'un enfant de dix ans et s'en accommodant tant bien que mal.
En réalité, le personnage de Tante Mame tient un rôle mineur dans ce roman et ce sont plutôt ses aventures, toutes plus rocambolesques les unes que les autres, qui tiennent une grande part dans le récit. Beaucoup sont prévisibles et traînent en longueur, ralentissant l'intrigue. Au fil des pages, même Patrick, le narrateur, semble s'attendre aux chutes des aventures de Tante Mame. L'excentrique disparaît au profit d'un humour parfois facile, jamais acide. On est loin d'Holly Golightly, du New York des années 30 et de sa vie nocturne. Cela pourrait être n'importe où, n'importe quand. Et c'est ce qui m'a réellement déçue.
J'ai tenu bon, malgré tout, mais j'ai refermé ce livre sans réellement savoir quoi en penser. L'idée de départ est excellente mais ne correspond pas du tout à ce que l'auteur a développé. J'ai davantage eu l'impression de lire une succession de
Lectures communesgags et de situations ubuesques qu'un roman sur une mondaine sentimentale affublée d'un garçonnet.

J'ai lu ce roman dans le cadre d'une lecture commune avec Manu.
D'autres avis sur ce livre : Theoma, Violette, Lounima, Patacaisse, Shopgirl, Keisha...

Et voici ma lettre d pour le Challenge ABC de Babelio. Et ma quatrième participation au Challenge La littérature fait son cinéma 2 de Will. Tante Mame a en effet été adapté au cinéma en 1958 par Morton DaCosta avec Rosalind Russell dans le rôle de l'extravagante femme.

                                          Challenge ABC Babelio

En voici la bande-annonce.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


26 mai 2012

Les Triades de Shanghai, Bi Feiyu

Les Triades de ShanghaiLes Triades de Shanghai est un roman du journaliste et écrivain chinois Bi Feiyu publié pour la première fois en 1995 chez Piquier.

Années 30. Le jeune Tang quitte sa campagne pour s'installer à Shanghai. Introduit dans le milieu de la mafia, son rôle est de servir Bijou, la maîtresse du patron du gang de la Tête du Tigre. Envoûtante, la jeune femme séduit tous les hommes sur son passage grâce à ses chants et ses déhanchements. Mais Tang, rebaptisée Oeuf pourri par la jeune femme, va vite s'apercevoir que la vie dans un gang est loin d'être de tout repos.

Je poursuis ma découverte de la Chine à travers sa littérature afin de me préparer pour cet été.
J'avais été séduite par la quatrième de ce roman, imaginant me plonger dans la mafia chinoise et en comprendre le fonctionnement. Peine perdue ! Je n'ai absolument pas été charmée par les histoires de Bijou et de ses acolytes. Le récit semble être constitué d'une succession de faits, sans lien entre eux si ce n'est Tang, le narrateur. Celui-ci permet un oeil naïf sur la situation, mais rien n'est expliqué au lecteur.
Pour faire court, Bijou est belle et infidèle au patron, elle noie son chagrin dans l'alcool en brûlant d'amour pour un de ses amants, les personnages meurent à tour de bras à cause des gangs, et Oeuf pourri/Tang, au milieu de tout ça, n'en saisit pas la moitié.
Bref, je me suis ennuyée avec ce roman qui n'offre rien de plus que ce que sa quatrième ne nous dit. Aucun détail sur la Chine, son Histoire, sa mafia ou ses traditions. L'intrigue pourrait se dérouler n'importe où, àShanghai Triad n'importe quelle époque, ce serait pareil. Décevant...

Une adaptation de ce roman a été réalisée en 1995 par le cinéaste Zhang Yimou sous le titre Shanghai Triad. Une fois n'est pas coutume, je vous épargne la bande-annonce qui a extrêmement mal vieillie.

 Voici ma quatrième participation au  Challenge Dragon organisé par Catherine et 
ma deuxième participation au Challenge La littérature fait son Cinéma de Will.

                                 Challenge Dragon    

                                          

Une chronique de soukee rangée dans Littérature chinoise - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

24 avril 2011

La mort muette, Volker Kutscher

23_1046383La mort muette est le second roman policier de l'écrivain allemand Volker Kutscher qui met en scène le commissaire Rath. Son premier titre, Le poisson mouillé, a été publié en France en 2010.

1930, Berlin.  Le cinéma parlant en est à ses prémisses. Une actrice meurt en plein tournage, écrasée par un projecteur.
Dépêché sur place, le commissaire Gereon Rath interroge les témoins, et très vite, la piste s'oriente vers un meurtre : le projecteur concerné avait en effet été dévissé...
Alors que l'enquête stagne, un nouveau cadavre fait son apparition : une autre actrice est découverte sans vie dans un ancien cinéma, les cordes vocales enlevées...

Si la quatrième de ce roman m'avait complètement conquise et intéressée, cette lecture m'a en réalité ennuyée. Volker Kutscher abuse de clichés et autres archétypes des romans policiers, ce qui annule tout suspense.
Avec un pavé de 666 pages comme celui-ci, je m'attendais à une intrigue riche et élaborée, et non à des stéréotypes parfois grossiers. Si le contexte historique et culturel est intéressant - la frontière entre le cinéma muet et le parlant - l'auteur ne l'exploite que peu, et sombre dans bien des écueils.
Si je vous dis qu'à la page 350 précisément, j'ai découvert l'identité du criminel, son mobile et sa situation personnelle... J'ai poursuivis néanmoins (et non sans vaillance !) cette lecture longue et parfois éculée pensant, à tord, qu'un retournement de situation improbable et inespéré  allait renverser  l'intrigue et donner à ce roman la portée qui lui manquait... Peine perdue ! Je me suis à moitié endormie sur la fin, tant ce retournement n'était en fait qu'un leurre de mon imagination désespérée qui a persévéré pour rien...
Bref, vous l'aurez compris, un rendez-vous complètement manqué, que je ne vous conseillerais même pas pour le contexte historique ou cinématographique tant il s'agit d'une toile de fond insipide.

Je tiens néanmoins à remercier Club_Libfly et les seuil pour ce roman policier reçu dans le cadre d'un partenariat.

Une chronique de soukee rangée dans Polars historiques - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,