Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

09 janvier 2010

Le Samouraï Bambou, Taiyou Matsumoto, Issei Eifuku

fnacJe viens de terminer ce manga, un cadeau du nouvel an cette fois !
Le Samouraî Bambou tome 1 est un manga paru en 2009 aux éditions Kana et qui a obtenu en 2007 le Prix d'excellence du prestigieux Japan Media Arts Festival, section manga.

Quatrième de couverture : Soîchirô, samouraï sans maître, passe ses journées paisiblement, à flâner, à discuter avec les enfants. Jusqu'au jour où des hommes lui cherchent querelle et où il dégaine son sabre et les châtie facilement...
Pour s'éviter la tentation de le dégainer,
Soîchirô décide de ne plus porter à sa ceinture qu'un sabre de bambou. Ainsi commence sa nouvelle vie d'homme fort, faiblement armé !

Je ne connaissais pas cet auteur et été conquise. Qualifié comme "le plus digne  représentant du manga d'auteur japonais" par l'éditeur français, Taiyou Matsumoto n'a pas volé sa reconnaissance.
Derrière des graphismes assez anguleux se cache une histoire intrigante. Mêlant tradition japonaise et fiction, ce manga met en scène un samouraï loin des clichés véhiculés. Il puise sa force dans le contrôle de sa violence, contrôle qui a atteint son paroxysme le jour où il vend son sabre pour éviter de s'en servir trop promptement.
Ode à la non violence, ce manga peut convaincre ceux qui sont réticents à ce genre littéraire. Un rythme lent, des cases poétiques et une complémentarité texte / images équilibrée permettent de se plonger avec plaisir dans cette histoire.
On prend le temps de déguster ce manga comme
Soîchirô prend le temps de regarder le ciel pour réfléchir...
Je suis curieuse de la suite : je vais aller emprunter rapidement le tome 2 à ma bibliothèque de quartier !
Merci Olive et Vanessa pour ce cadeau !! Il m'a conquise !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


08 janvier 2010

Meurtres sur le Palatin, Cristina Rodriguez

9782702434697Et voilà, terminé Meurtres sur le Palatin, de Cristina Rodriguez, premier livre que je lisais de cette auteure.

Nous sommes sous le règne de Tibère à Rome. Un homme a été découvert criblé de coups de poignards, un denier dans la bouche pour payer son passage au royaume des morts. Une affaire de corruption et d'argent sale semble y être liée.
Kaeso, un jeune prétorien, se charge de l'enquête. Accompagné de Io, son fidèle léopard, il parcourt la ville et ses sombres quartiers pour mettre au jour la vérité.

Grande amatrice de polars historiques, et particulièrement sur la Rome Antique, je me suis précipitée sur ce titre ! Je ne connaissais ni cette auteur ni son célèbre personnage.
L'intrigue débute in medias res et semble intéressante de prime abord. Je me suis laissée porter... Les meurtres se succèdent (comme l'indique le pluriel du titre...) et le récit avance à bon rythme.
Les personnages sont bien esquissés, peut-être un peu archétypaux (le héros est d'une beauté rare et ne semble présenter aucun vice, sa cousine folle amoureuse de lui est aussi jolie que futée...), mais cela ne trouble pas la lecture.
Par contre, beaucoup de dialogues, parfois inutiles à mon goût, au détriment de descriptions de l'environnent direct des personnages. Rome n'apparaît pas du tout comme un personnage du roman et ne donne lieu qu'à très peu de descriptions.
De plus, pour un roman qui se passe à cette époque, je m'attendais à beaucoup plus de détails historiques, voire une approche beaucoup plus fouillée des mœurs et traditions de la Rome Antique.
Pour avoir lu de nombreux romans sur cette période, j'ai été un peu déçue de cet aspect là. L'intrigue semble avoir été transposée à cette époque sans en apporter plus de précisions. Les mœurs romaines ne sont pas étudiées (et parfois même des mœurs contemporaines semblent avoir été collées sur les personnages de façon anachronique), ni les traditions ou encore les événements historiques.
Nous n'en apprenons pas plus que l'intrigue policière présentée, qui est assez plate. Ce qui est bien dommage !

C'est donc un r
oman qui se lit très vite mais ne laisse pas forcément un souvenir impérissable pour ma part.
J'ai pris plaisir à me plonger dans cette époque grâce aux connaissances que j'en ai, mais n'est pas été transportée par l'intrigue p
olicière assez banale.

Je remercie Logo_147286519 ainsi que les 47970598_p  de m'avoir offert ce livre !
D'autres critiques de blogueurs : El Jc et Jess.

Et voici ma seconde participation au Défi Au cœur de la Rome Antique.

Une chronique de soukee rangée dans Polars historiques - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

07 janvier 2010

Swap Around Your World, chez Celsmoon et Virginie

swapEncore un Swap !!! C'est une avalanche de Swaps depuis le début de l'année !! Difficile d'y résister !!

Virginie et Celsmoon sont à l'origine du Swap Around Your World, avec ce magnifique logo.


Le swap n'est pas seulement destiné à celles qui lisent dans le texte mais aussi  à celles qui voudraient découvrir une nouvelle langue !


******

Le contenu du colis :

* 2 livres en rapport avec les affinités de votre swap, en langues étrangères ou sur les pays concernés

*2 objets dans le même esprit que les livre

*Des gourmandises


*******

Le planning

Vous avez jusqu'au 31 janvier pour vous inscrire

Vous devrez nous retourner les questionnaires avant le 10 février

Nous vous communiqerons le nom de votre swappé(e) le 15 février

Vous devrez envoyer vos colis entre le 1er et le 10 avril

Pour vous inscrire , un petit mail à swaparoundyourworld@yahoo.fr

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

06 janvier 2010

Quiproquo, Philippe Delerm

32027_2787091Voilà un de mes cadeaux de Noël, dévoré le soir même !!
J'adore Philippe Delerm depuis La sieste assassinée et La Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules.
J'ai découvert avec Quiproquo un court roman publié aux magnifiques éditions Le Serpent à Plumes en 2005.

Comment ne pas trop en dire. Ce roman fait tout juste 85 pages et m'oblige donc à la concision...

Le narrateur, journaliste dans le Nord de la France, décide un jour de tout plaquer et se retrouve presque par hasard dans un petit village du Sud de la France.
Là, il y fait la connaissance d'une troupe de comédiens qui officie dans une petite auberge. La vie est douce et coule au rythme de la Garonne et des longues soirées d'été.

Un petit régal grâce à la plume de Delerm, imagée et poétique. Une douceur de vivre, une ode au Sud, au soleil, à l'été...
Un plaisir par ce froid !! Je n'en dirai pas plus...
Trois citations truculentes pour vous mettre en appétit j'espère !

"A l'onctuosité presque trop profuse de cette campagne normande, où les herbages plongent jusqu'à la mer, avait succédé bientôt un paysage plus austère, qui n'avait pas la  mélancolie de ces petites plages désuètes où les Parisiens viennent promener les amours tristes, le long des cabines de bain abandonnées : Cayeux, Le Crotoy..." p.10

"Derrière l'objectif de l'appareil photo, derrière les phrases rituelles pour déplorer la rareté des spectateurs au concert baroque ou souligner la convivialité du bal de la police, on est quelqu'un que les autres ne savent pas." p.11

"J'avais en moi cette brique du Nord qui s'attache si bien les soirs à bière, les petits matins de pluie et de mélancolie. Ici la brique était tout autre chose, une aquarelle patinée par la douceur du temps." p22-23

Merci Tosty de ce cadeau !!! Il confirme mon goût pour cet auteur...

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

03 janvier 2010

Trajets et itinéraires de l'oubli, Serge Brussolo

trajets_itinerairesJe viens de terminer Trajets et itinéraires de l'oubli de Serge Brussolo (que je connaissais pour avoir écrit la saga Peggy Sue et les fantômes en jeunesse), paru aux Editions Denoël en 1981, et dans la collection Folio 2 euros.

Dans ce court roman, Georges relate sa souffrance. La souffrance d'avoir perdue celle qu'il aimait dans un musée aux dimensions infernales. Embauchée pour en faire l'inventaire, Elsy a disparu mystérieusement dans son antre il y a plusieurs mois de cela.
Rituellement, tel un automate, Georges se rend dans ce lieu gigantesque plusieurs nuits par semaine, repoussant chaque fois les limites, allant chaque fois un peu plus loin, au risque de se perdre, au risque de s'y perdre, au risque aussi d'y laisser la raison.
Pourquoi Elsy a-t-elle tout quitté ? Pourquoi s'est-elle enfoncée dans ce musée étrange, dont elle connaissait le danger ? 


En moins de 120 pages, Serge Brussolo nous entraîne dans une intrigue fascinante.
Son musée, non sans rappeler La bibliothèque de Babel de Borgès, est un lieu fascinant, aux dimensions hors normes.  Dans ce microcosme, reflet de l'univers,  le visiteur trouve de quoi se sustenter, se laver, mais aussi dormir, afin que sa visite se déroule sans encombre. Il possède également une sorte de radar, capable de le ramener à l'entrée de l'édifice, le protégeant ainsi de toute désorientation.
Le musée apparaît à la fois comme un lieu de perdition, de mort si on s'égare, mais peut aussi être considéré comme la métaphore de l'utérus maternel, dans lequel le personnage pénètre pour revenir aux origines.

La narration à la troisième personne alterne le point de vue de Georges et celui d'Elsy, permettant au lecteur de se repérer dans les méandres brumeux de cette intrigue.
Un bon roman, qui frôle le fantastique avec ce musée surdimensionné et permet d'aborder une réflexion sur l'art intéressante, non loin de rappeler celle d'Eric Emmanuel-Schmidt dans Lorsque j'étais une œuvre d'art.

"Un tombeau dont la salle des trésors aurait été protégée par tout un dédale de couloirs destinés à égarer les pillards, par un de ces enchevêtrements de mort comme en recèle le ventre des pyram
47287655ides ? "  p.116

Et hop ! Un titre de plus pour mon Challenge 2 euros initié par Cynthia !!

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


Le SwapôContes d'Emmyne

Il pleut des Swaps avec la nouvelle année comme il pleut sur Bouquinbourg aujourd'hui...48066643
Emmyne lance
 le SwapôContes ici

Le principe :

L'échange sera constitué de 2 ou 3 livres dont :

- 1 version originale d'un conte considéré comme classique, en album ou pas.

- 1 adaptation de conte ( qui ne sera pas forcément celui choisi en version originale ), en littérature jeunesse ou non ( roman, album, BD, manga...).

- 1 p'tite surprise et une gourmandise qui racontent l'univers des contes

Cet échange se fera en binôme.

Le calendrier :

- Inscription dans les commentaires jusqu'au 10 Janvier.

- Envoi des questionnaires le 11 janvier - Retour des questionnaires le 17 Janvier dernier délai.

- Réception du nom et du questionnaire complété de votre swapé le 18 Janvier.

- Envoi du paquet entre le 15 et le 20 Février.

- Présentation collective des colis le 1er mars.

***

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

Swap de la St Patrick

SWAPUn Swap de la Saint Patrick est lancé par Canel !


Règles du jeu : dans chaque paquet, glisser au moins : 

- un livre de poche d'un(e) auteur irlandais(e)... 

-un livre de poche dont l'auteur se nomme ou se prénomme Patrick, Patrice, ou Patricia...

- un marque-page et ou une carte postale vert(e)

-un objet vert ou un objet lié à l'Irlande (déco, ustensile, papeterie, etc.)

-et bien sûr une gourmandise (pas forcément irlandaise) en fonction des goûts de votre swapé(e)

 * * * * * 


Recueil des candidatures jusqu'au 15 janvier (merci d'envoyer un mail à swapirlande@hotmail.fr ), questionnaire à remplir avant le 31 janvier, attribution de votre swappé(e) la semaine suivante.

Envoi des colis avant le 28 février, publication des photos le 17 mars. trefle_irlande 

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

02 janvier 2010

Petit déjeuner chez Tiffany, Truman Capote

Je vous souhaite tout d'abord à tous une excellente année 2010, pleine de bonheur et big_bonne_annee et de joie, mais aussi de lectures !!!! J'espère que vous avez passé de bonnes fêtes de fin d'année, en famille ou avec des amis.


De mon côté, elles ont été productives au niveau de la lecture !!!

Petit_dejeuner_chez_TiffanyJe viens de terminer Petit déjeuner chez Tiffany, de Truman Capote, qui a été à l'origine du film Breakfast at Tiffany's (1961), francisé en Diamant sur canapé, avec Audrey Hepburn dans le rôle titre.


Un écrivain relate sa rencontre avec sa jeune voisine, une croqueuse de diamants du nom de Holly Golightly, qui conquit tous les hommes qu'elle rencontre.  Sa jeunesse et son insouciance font d'elle un personnage fascinant, dans les filets duquel le narrateur tombe avec délice.  Il pénètre alors dans son univers de soirées mondaines  et de rencontres en tous genres.


Très court roman de 120 pages, Petit déjeuner chez Tiffany est un petit bijou (c'est la cas de le dire !) Sa lecture est très fluide, rapide et la traduction réussie. La narration à la première personne jette un halo de mystère autour du personnage fascinant de la jeune Holly, que le narrateur ne parvient pas à appréhender réellement. Le lecteur subit cette fascination et cette domination, et suit  les pérégrinations du jeune auteur pour rencontrer sa voisine.

Tout lecteur a en tête l'interprétation d'Audrey Hepburn, ses minauderies, mais aussi la façon dont elle crève l'écran et capte l'attention du spectateur dans le film de Blake Edwards, et ce souvenir hante la lecture et prolonge le texte de Capote.

J'ai beaucoup aimé cette lecture, et ce personnage de jeune fille un peu instable, insouciante, et obsédante pour la gent masculine m'a fait penser à ma lecture de la biographie de Maryline.

Pour (se) faire plaisir, Folio a sorti un joli coffret tout doux en fourrure avec des brillants (et oui, imitation diamants !)

9782070312832

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

28 décembre 2009

Tag Madeleines de Proust

Taguée encore, par Cynthia cette fois !!
Il s'agit du tag "Madeleines de Proust", créé par Lili Galipette.

Malgré mon 38,5° de fièvre et ma grippe (je suis ravie ravie), je m'y suis attelée ce soir :

210514_705212066_madeleines_momee_H063842_L
1. Quelle odeur, quel parfum, quel fumet déclenche un de vos souvenirs ? 

L'odeur des crêpes préparées par ma mère quand j'étais petite. Une recette super méga bonne, pleine de beurre et de fleur d'oranger, avec une pointe de rhum...
C'était tout un rituel chez moi : ma mère cuisait les crêtes, ma soeur et moi on les sucrait... Une petite fourmilière comme on disait !
Depuis,  c'est moi qui fais les crêpes chez moi maintenant, mais l'odeur reste la même et le rituel est toujours là, même si quelque peu modifié : je cuis, Tosty sucre ;)


2. Quel son, quelle mélodie, quel bruit déclenche un de vos souvenirs ?

Le son de n'importe quel Mac me rappelle ma jeunesse (les accords de guitare d'allumage, les divers bruits quand il se passe quelque chose que l'ordi n'approuve pas, etc.)
Chez mes parents, ça a toujours été Apple et ça le restera.  Pour ma part, je suis passée du côté obscur de la force depuis plus de 5 ans maintenant, et navigue entre les deux quand je reviens dans ma famille. Mais ces bruits caractéristiques des Mac me rappelleront toujours mon enfance et plus particulièrement mon père.

3. Quelle saveur, quel goût déclenche un de vos souvenirs ?

La fleur d'oranger, que j'affectionne tout particulièrement, me rappelle mon enfance. J'ai appris il n'y a pas longtemps que ma mère m'en mettait dans mon biberon pour m'endormir quand j'étais bébé, c'est peut-être pour ça...

4. Quelle matière, quelle surface déclenche un de vos souvenirs ?

Le bois. Il me rappelle les meubles de chez mes grands-parents, les parquets cirés, les marches de l'escalier, le piano, bref, cette maison de famille où j'ai passé beaucoup de temps petite et qui a creusé en moi de nombreux souvenirs.

5. Quelle image, quelle forme, quel objet déclenche l'un de vos souvenirs ?

Les pots de crème de marrons Clément Faugier, la seule, l'unique qui ait le droit de citer chez nous. Depuis ma plus tendre enfance, ce pot, fabriqué en Ardèche, orné d'un bonhomme en bogue de marrons m'a toujours fait penser à ces goûters phénoménaux qu'on faisait, ma soeur, mon grand-père et moi, à coup de crème de marrons additionnée de crème fraîche (si si ! Et même que le mélange des deux est super bon !!)


Et parce que j'ai pris une de ses photos sans lui demander l'autorisation (oups ! et le droit d'auteur dans tout ça ??), je tague en retour Tinusia tout d'abord, puis,
si elles veulent bien y participer, Ankya, Mango, Esmeraldae, et enfin Latite et Mazel dont j'ai découvert les blogs très récemment !!

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

27 décembre 2009

Les vies secrètes de Marilyn Monroe, Anthony Summers

MarilynCela faisait quelques temps que je m'intéressais à la vie de Marilyn, notamment après avoir vu plusieurs titres de sa filmo. Mes parents avaient ce titre dans leur bibliothèque. Je leur ai donc emprunté pour me faire une idée.

Les vies secrètes de Marilyn  Monroe est une sorte de documentaire que l'auteur a voulu réaliser sur la vie de l'actrice, en débutant non pas avec son enfance, difficile, comme tout le monde le sait, mais avec sa carrière d'actrice, de ses débuts à son apogée.
La jeune Norma Jeane n'a que 15 ans lorsqu'elle se marie la première fois, et pour elle débute une carrière de mannequin.
Vont s'ensuivre des années de petits rôles, beaucoup de travail, des rencontres aussi, pour enfin percer dans le milieu du cinéma.
Mais la célébrité va dévoiler des troubles psychologiques latents chez elle, et ses nombreuses addictions vont peu à peu se faire jour. Anthony Summers a segmenté son ouvrage en 7 parties, chacune représentative, selon lui, d'un tournant dans la carrière de la célèbre blonde, mais d'une évolution, aussi, de son état psychique.
De nombreuses photos de l'actrice, parfois jamais publiées, mais aussi de multiples témoignages de ceux qui l'ont côtoyée s'égrainent au fil des pages. L'idée est intéressante, mais le livre ne répond à aucune des questions qu'il soulève (malgré une quatrième de couverture assez élogieuse) : l'auteur se fonde sur des interviews et des documents jusque là jamais dévoilés par le public mais son livre ne permet pas réellement d'appréhender la personnalité complexe et instable de l'actrice. Le livre ne semble être qu'une succession de faits sans analyse...
La mort de l'actrice, ainsi que les heures qui l'ont précédée, occupent une place importante, voire lourde, dans la biographie, sans que celle-ci n'en apporte réellement d'explication tangible. Anthony Summers ne fait que mettre en évidence plusieurs hypothèses qui expliqueraient ce suicide étrange, sans jamais pencher vers l'une d'elle, laissant le lecteur pantois.
Les paragraphes s'enchainent parfois sans transition. La lecture n'est pas fluide, et par endroit j'ai eu l'impression de lire une succession d'anecdotes sans lien apparent si ce n'est chronologique.

Bref, j'ai quand même aimé cette biographie car elle m'a permis d'en apprendre un peu plus sur cette icône cinématographique, mais un aspect morbide, surtout dans les derniers chapitres, m'a gênée. L'auteur semble prendre un malin plaisir à dévoiler la détresse de plus en plus prégnante de l'actrice, ses addictions diverses, ses déboires sentimentaux et sexuels, donnant l'impression d'en tirer partie pour faire sensation.
Comme c'est le premier livre que je lis sur le sujet, il a au moins le mérite d'avoir éclairé ma lanterne, malgré ses défauts. Mais il doit sûrement en exister des mieux écrits et qui donnent moins cette impression de tabloïd...challenge_marilyn_monroe_c3a9crit
Et voilà ma première participation (rétrocative) au Challenge Marilyn Monroe de George !

 

Une chronique de soukee rangée dans Biographies et écritures du moi - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,