Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




14 janvier 2018

Neverland, Timothée de Fombelle

Neverland Timothée de FombelleNeverland est le premier livre pour adultes de l'écrivain pour la jeunesse Timothée de Fombelle, notamment connu pour ses diptyques Tobie Lolness et Vango. Il est paru en septembre 2017 aux éditions l'Iconoclaste.

L'enfance, ce territoire perdu. Cette terre que chacun quitte un jour, en douceur ou non, et qui demeure en chacun. Le narrateur décide un matin de partir à sa recherche. Dénicher l'enfance, la regarder, la savourer, en saisir chaque pépite. Retourner dans ce territoire perdu, ce Nerveland où le monde adulte n'a pas droit de citer.

Je ne connaissais Timothée de Fombelle que par Le livre de Perle, qui m'avait immensément conquise il y a quelques années. J'étais donc curieuse de découvrir ce livre destiné à un public adulte... et consacré à l'enfance ! Avec un indéniable talent de conteur, il nous plonge au pays de ces rêves oubliés, entre jeux et imagination, entre nostalgie et souvenirs. La poésie est à chaque page, la plume de l'auteur, légère, virevoltant d'une évocation à une autre. Le narrateur entreprend un réel voyage à la recherche de l'enfance perdue et se promène, au gré de ses souvenirs.

Ode à l'enfance, Neverland est un texte lumineux, poétique et onirique à souhait. Un petit délice à dévorer sans tarder ! 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


11 janvier 2018

Extrêmement fort et incroyablement près, Jonathan Safran Foer

Jonathan Safran Foer extrêmement fort et incroyablement prèsExtrêmement fort et incroyablement près est le deuxième roman de l'écrivain américain Jonathan Safran Foer paru en 2006 aux Éditions de l'Olivier. 

Oskar a neuf ans, une sensibilité extrême et une imagination débordante. Cette imagination va lui servir à surmonter le deuil de son père, disparu dans les attentats du World Trade Center. Ce dernier adorait lui poser des énigmes mais n'a pas eu le temps de lui révéler la solution de la dernière. Équipé d'un plan de Central Park et d'une mystérieuse clé, Oskar va parcourir la ville à la recherche d'indices, persuadé que la résolution de cette ultime énigme lui permettra de comprendre l'injustice de la mort de son père. 

Quel roman ! Quelle intrigue ! Et quelle quête initiatique à travers New York ! Je ressors bouleversée de cette narration à la première personne prise en charge par Oskar, personnage attachant s'il en est. L'auteur a réussi avec brio à rendre compte de l'esprit foisonnant de ce personnage hors du commun, hypersensible, extrêmement intelligent, isolé, évidemment, et en quête de sens. Les idées bouillonnent dans sa tête, tout comme les questions, et le petit garçon se lance à corps perdu dans cette quête qui semble impossible dans une ville de plus de huit millions d'habitants. Pour oublier que son papa ne rentrera pas et pour apprendre à vivre avec cette idée.

New York est un personnage à part entière, Oskar arpentant la ville et ses différents quartiers à la recherche de réponses à ses questions. L'ambiance est lourde, post 11 septembre, et elle est perçue à travers les yeux d'un enfant de neuf ans, qui n'y comprend rien si ce n'est que son père est mort. Mais comment est-il mort exactement ? C'est ce que cherche à savoir Oskar. L'intrigue alterne les époques et les personnages, l'histoire familiale du personnage s'imbriquant peu à peu pour donner à voir un tableau d'ensemble cohérent. 

L'objet livre en lui-même est un ovni hybride. Des photos y sont insérées, des pages de journaux intimes, des griffonnages, comme si le livre que le lecteur tenait entre ses mains était un des documents mentionnés dans l'intrigue. Brillant ! Je ressors enchantée de cette lecture, bercée par les quelques jours passés en compagnie de ces personnages, émue parfois aux larmes de leur histoire. Un régal que je vous encourage vivement à découvrir si ce n'est pas encore fait !

Une adaptation ciné a été réalisée par Stephen Daldry en 2012 avec Tom Hanks et Sandra Bullock mais, comme souvent, je préfère m'en tenir à mes images personnelles. 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

10 janvier 2018

Les brumes de Sapa, Lolita Séchan

Les brumes de SapaLes brumes de Sapa est un album autobiographique de Lolita Séchan paru chez Delcourt en 2016.

Lolita a vingt-deux ans lorsqu'elle part seule au Vietnam. Perdue dans ses choix d'avenir, en quête de sens, la jeune femme décide de quitter Paris pour prendre la hauteur sur sa vie et la regarder d'un autre oeil. A Sapa, dans le Nord du pays, elle se prend d'amitié pour Lo Thi Gom, une fillette de 12 ans, dont le quotidien n'a rien d'un conte de fée. Cette amitié nourrira Lolita qui pendant dix ans, reviendra à intervalles réguliers au Vietnam.

Lorsque la fille de Renaud se prête au jeu de l'exercice autobiographique sous forme d'album, le résultat s'avère mitigé. Si j'ai été d'emblée touchée par la fragilité de la narratrice tout juste adulte et sa quête de sens qui la conduit au Vietnam (qui n'est pas sans rappeler mon propre voyage en solo au Vietnam il y a deux ans), j'ai rapidement été lassée. L'ensemble reste en surface, les dessins en noir et blanc sont assez classiques et manquent d'un peu de peps et le caractère répétitif de ces voyages m'a paru indigeste. L'amitié présentée comme essentielle dans la quatrième, les questions d'universalité et les parallèles de deux vies très différentes m'ont semblé effleurés.
L'auteure nous relate une décennie durant laquelle elle entre dans l'âge adulte et connaît premiers émois et premiers emplois, tout en revenant régulièrement au Vietnam voir son amie. Mais l'ensemble manque d'émotion, reste assez plat, et c'est fichtrement dommage ! Une lecture en demi-teinte, donc, alors que de nombreux éloges ont fleuri ici ou là sur ce titre.

Planche 1 Planche 2

BD de la semaine saumon

Cette semaine chez Noukette !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

07 janvier 2018

La Princesse de Montpensier, Madame de Lafayette

La Princesse de Montpensier, Madame de LafayetteLa Princesse de Montpensier est une nouvelle écrite par Madame de Lafayette publiée pour la première fois en 1662.

Promise au duc de Maine, Mademoiselle de Mézière épouse, pour des raisons politiques, le Prince de Montpensier en 1566. Mais si elle n'est que vertu, la jeune femme ne peut oublier l'inclination qu'elle a eue pour le Duc de Guise avant son union. Son mari, jaloux, est occupé par les guerres de religion qui sévissent dans une France meurtrie, et la confie au bon soin de son ami le Comte de Chabannes. Mais celui-ci s'éprend rapidement de la belle Princesse. Et lorsque le Duc de Guise revient lui déclarer sa flamme, le coeur de la jeune femme vacille et le Comte assiste impuissant à la renaissance d'une passion enterrée.

Il est loin le temps où j'avais étudié La Princesse de Clèves en 1ère L. Heureusement, le Reading Classics Challenge 2018 de Lilly, qui propose de se replonger dans une oeuvre de Jules Verne ou de Madame de Lafayette pour ce mois de janvier, m'a permis d'ouvrir les pages de cette courte nouvelle. 
Madame de Lafayette, en une soixantaine de pages, transporte son lecteur dans cette France en proie aux guerres de religion et prend le parti de mettre les passions au-dessus des intérêts politiques, transformant, par là-même, l'Histoire. Mêlant réalité historique et fiction, personnes et personnages, elle construit une intrigue dans laquelle le réalisme réside dans le sentiment amoureux et ses conséquences plutôt que sur la véracité historique.
Dans une plume simple et avec un style neutre, elle décrit le désordre amoureux des personnages, pris en étau entre leur rang et les enjeux politiques et la passion qui les anime.
Intense autant que tragique, le jeu amoureux qui se déroule autour de la Princesse fait écho à la violence qui oppose dans le même temps catholiques et huguenots. Un classique à découvrir ou redécouvrir sans tarder !

READING CLASSICS CHALLENGE 2018

Une chronique de soukee rangée dans Nouvelles - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

06 janvier 2018

L'île des chasseurs d'oiseaux, Peter May

L'île des chasseurs d'oiseaux, Peter MayL'île des chasseurs d'oiseaux est le premier tome de La Trilogie écossaise écrite par le romancier et scénariste écossais Peter May. Il est paru en 2009 aux éditions du Rouergue.

Alors qu'il vient de perdre son fils unique dans un tragique accident, l'inspecteur Fin Macleod est chargé de retourner sur l'île de son enfance, l'île de Lewis, afin d'y enquêter sur un assassinat.  Ce dernier ressemble à s'y méprendre à l'enquête qu'il suit à Edimbourg où un homme a été retrouvé pendu et éventré. Ce retour sur Lewis, dix-huit ans après son départ, le replonge dans son enfance. Cette enfance passée sur cette île venteuse au Nord de l'Ecosse, où l'on parle le gaélique et se chauffe à la tourbe. Fin y retrouve ses anciens camarades d'école, ceux qui sont restés sur Lewis, qui n'ont pas pu quitter l'île. Et il y retrouve aussi Marsaili, son premier amour.

Cela faisait longtemps que cette trilogie me faisait de l'oeil, moi, amoureuse ultime du Royaume-Uni en général et de l'Ecosse en particulier. Et comme je fais une pause dans la série Outlander, j'ai eu envie de me plonger dans l'Ecosse d'aujourd'hui avec cette série.
Peter May nous offre ici une intrigue sombre et violente, à l'image des éléments qui se déchaînent sur cette petite île britannique. Le meurtre qui amène Fin sur l'île est particulièrement sordide et celui-ci va baigner dans un milieu froid et peu amène, où les rancoeurs et les regrets ont pris la part belle sur l'enthousiasme et l'espoir. Rare personnage a avoir réussi à quitter l'île, Fin retrouve ses anciennes connaissances, aigries et lassées de leur vie insulaire et reculée. Il vente fort, il pleut souvent sur l'île de Lewis, et l'alcool est bien souvent l'unique remède pour oublier une vie subie. La galerie de personnages est aussi bien léchée que l'intrigue, qui avance à bon pas.
Vous savez que je suis petite nature niveau lecture (et niveau ciné aussi !), que l'extrême violence me met mal à l'aise et que je peine à me détendre en lisant le récit de tortures et de meurtres. C'est la raison pour laquelle je fuis le polar contemporain, bien souvent trop rude pour moi. Mais l'envie de me plonger dans les pages de Peter May a pris le dessus sur ma réticence. Et si j'ai eu des moments d'horreur dans ma lecture (particulièrement avec cette tradition de chasse au guga) j'ai néanmoins adoré me glisser aux côtés de Fin sur cette île écossaise et me plonger dans ses souvenirs plus ou moins heureux. Le deuxième tome, L'homme de Lewis, m'attend sagement dans ma liseuse. Mais pas pour longtemps !

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,


04 janvier 2018

Home, Toni Morrison

Home Toni MorrisonHome est un roman de la femme de lettres américaine Toni Morrison, lauréate du Prix Nobel de littérature en 1993 et unique auteur afro-américain à l'avoir reçu. Il est paru en  2011 aux Etats-Unis et en 2012 en France aux éditions Christian Bourgois.

La guerre de Corée vient de se terminer. Franck Money en revient traumatisé par ce qu'il y a vécu. Un appel le prévenant que sa soeur est à l'article de la mort à Atlanta, en Géorgie, le contraint à traverser le pays d'ouest en est. Mais dans cette Amérique des années 50 où la ségrégation raciale est à chaque coin de rue, le jeune homme replonge dans ses souvenirs d'enfance et son expérience de la guerre.

En 150 pages, Toni Morrison transporte son lecteur dans cette Amérique inégalitaire, brisée, qui se craquelle progressivement, prête à imploser. Pour Franck Money, la ségrégation est vécue comme une fatalité inacceptable, une violence qui appelle la violence. Le jeune homme, traumatisé par la guerre, entreprend un chemin introspectif sur les routes qui le ramènent en Géorgie. Il y mêle souvenirs personnels et réflexions sur le pays pour lequel il vient de se battre en Corée, et qui ne lui accorde pas les mêmes droits que les blancs.
Roman coup de poing, aussi rapide qu'efficace, violent et beau à la fois, Home est un condensé très fin de cette époque troublée de l'histoire américaine. Toni Morrison y dresse en filigrane le portrait d'un pays qui vacille par le prisme d'un personnage entier et droit. Ma première incursion dans l'oeuvre de cette grande dame de la littérature. Certainement pas la dernière. Beloved fera partie de mes lectures en 2018, c'est une certitude !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

03 janvier 2018

S'enfuir : récit d'un otage, Guy Delisle

S'enfuir, Guy DelisleS'enfuir : récit d'un otage est le dernier album de Guy Delisle paru en septembre 2016 chez Dargaud.

Guy Delisle relate dans cet album de plus de 400 pages la captivité de Christophe André, membre d'une ONG médicale, kidnappé dans la région du Caucase pendant sa première mission humanitaire durant plus de trois mois en 1997.

S'enfuir est un album lent, très lent, comme si Delisle avait voulu en adapter le rythme au temps figé de la captivité. Il ne se passe rien dans la chambre où Christophe est menotté et attend qu'on vienne le délivrer, à peine peut-il se concentrer sur le trajet du soleil sur le mur.
Comment tenir le coup ? Comment garder espoir ? Comment ne pas sombrer dans la folie avec ces journées et ces nuits sans fin à ne rien faire d'autre qu'attendre ?
Delisle met en images le quotidien de Christophe, un quotidien entre torpeur et lucidité, parfois interrompu par un événement infime qui vient rompre cette monotonie, comme le jour où il parvient à subtiliser une gousse d'ail qui améliore son unique repas de la journée constitué d'un bouillon de légumes. L'espoir, chaque soir, que la libération se déroule cette nuit-là. Et la désillusion, lorsque le jour apparaît, d'une nouvelle journée de captivité qui commence. Un album très fort, évitant tout pathos mais toute édulcoration de la condition d'otage aussi. Encore du très bon Delisle !

"Etre otage, c'est pire qu'être en prison. En prison, tu sais pourquoi tu es là et à quelle date tu vas sortir. Quand tu es otage, tu n'as même pas ce genre de repère. Tu n'as rien."

Les avis de Fanny, Karine et Mo’, Noukette et Sandrine.

Planche 1 Planche 2

BD de la semaine saumon

Cette semaine chez Moka !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

01 janvier 2018

Belle année à tous !

Happy-New-Year-Greeting-Card-2018

Je n'ai rien à ajouter, en ce 1er janvier, que vous souhaiter une année lumineuse, rayonnante, joyeuse et sereine. Puisse 2018 vous permettre de trouver en vous la force pour surmonter les épreuves et les souffrances et la joie pour apprécier chaque petit bonheur. De garder en tête les combats à mener et de contribuer à votre juste mesure à un monde meilleur. De sourire à la vie et de faire de belles rencontres, de croire en vos rêves et de tout faire pour les réaliser.

Je vous souhaite à tous une merveilleuse année 2018 !

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [35] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

28 décembre 2017

Mon Best of 2017

Encore une année qui se termine ! Il est l'heure de jeter un oeil à cette année de lecture et de remettre en lumière les livres qui m'ont particulièrement marquée en 2017.

Best of 2017

Mon roman de l'année

Ce n'est certes pas une nouveauté, puisque Watership Down a été écrit par Richard Adams en 1972, mais une nouvelle traduction du chef d'oeuvre de la littérature anglaise par les éditions Monsieur Toussaint Louverture en septembre 2016. Watership Down ou comment l'aventure d'une bande de lapins va vous tenir aux tripes et vous transporter dans une épopée romanesque à la portée universelle. Un chef d'oeuvre.

 

Mes deux albums de l'année

Impossible de départager ces deux albums, parus respectivement en février chez Delcourt et en août chez Rue de Sèvres. L'un aborde le destin d'un personnage condamné à courte échéance et qui décide de profiter du peu de temps qui lui reste, l'autre la question du bonheur à travers l'angle de la philosophie. Deux lectures marquantes, deux lectures que je conseille beaucoup autour de moi. Deux albums à retenir. 

 

Ma série de l'année

Sans conteste Outlander de Diana Gabaldon, qui transporte son lecteur en Ecosse, entre le 18e et le 20e siècle. Voyage dans le temps, roman d'aventure, fresque historique sur fond de romance, de sexe et de violence, un cocktail détonnant que j'adore ! Mon objectif pour 2018 ? Terminer la saga, qui compte 9 tomes.

,  

 

Mon année en livres

39 romans + 34 BD+ 8 romans jeunesse + 3 essais + 1 album  = 85 livres

En préparant ce bilan, j'ai eu peur de me noyer dans mes chroniques, de prendre beaucoup de temps pour départager mes chouchous de l'année... Et en fait non. Pour la simple et bonne raison que j'ai (et je m'en doutais) moins lu de fictions en 2017, et surtout peu de bons romans par rapport aux années précédentes. Si j'ai accordé une place importante aux BD (sachant que je n'ai pas fini de publier mes lectures de cet été...), j'ai clairement pris moins de temps pour lire des romans, et surtout j'ai souvent opté pour la facilité des feel good, voire des romances (deux en décembre !). J'ai manqué de temps, j'ai lu beaucoup d'autres choses en parallèle (dont je parlais dans ce billet), j'ai souvent fragmenté mes lectures donc finalement, heureusement que c'était des lectures prévisibles et faciles !

En 2018, j'ai envie d'être davantage en accord avec mes goûts de lectrice : revenir à la littérature française, certes, mais poursuivre aussi mon exploration de la littérature étrangère, m'attaquer à des monuments littéraires que je n'ai pas encore lus comme Hemingway, sortir de ma zone de confort, ne pas me ménager, et revenir à mes premières amours en élargissant sans cesse mon horizon littéraire. Voilà. Pas de résolutions mais des envies. Des envies de qualité. Des envies de découvrir de nouvelles plumes, de me laisser émouvoir. D'être transportée par la littérature comme j'aime l'être.

Une dernière réflexion, pour terminer. Je l'évoquais lors des 8 ans de Bouquinbourg en novembre mais je m'interroge depuis des mois sur le format du blog. Non je ne deviendrai pas booktubeuse, je suis trop peu à l'aise face à une caméra pour ça, mais j'y réfléchis depuis quelques temps et je pense qu'en 2018 je vais opérer un tournant. Certes, je continuerai à écrire ici, mais je pense que je posterai également mes chroniques sur mon compte Instagram, que beaucoup d'entre vous connaissent. J'aime ce réseau social de photos, j'aime soigner l'esthétique des miennes (merci de ne pas vous moquer !) et j'aime l'idée des fils d'actualité auxquels on s'abonne, sans avoir à sortir du réseau pour aller consulter une page. Cela pourrait être un bon compromis. Voilà. Pas de gros changement ici, donc, mais une nouvelle façon de mettre en valeur mes lectures, là-bas... Sur ce, belle soirée à tous et bonnes lectures !

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

24 décembre 2017

Joyeux Noël Félix !

Home sweet home

[réplique du Père Noël est une ordure dont je ne me lasse pas, c'est vrai...]

Le 24 décembre est déjà là. Cette nuit tant attendue est arrivée... Je me souviens avec tendresse de la magie procurée par les retrouvailles familiales de mon enfance. Je me souviens de l'excitation lors de l'ouverture des cadeaux, les yeux remplis d'étoiles en découvrant sous le sapin les chaussons garnis. Je me souviens de nos traditions familiales : le chocolat chaud et la galette du 24 au soir et les Mon Chéri dans nos assiettes le 25 à midi, sur cette grande tablée décorée de branches de sapin et de pommes de pin. Je me souviens du sapin qui trônait fièrement au milieu du salon, des boules de coton déposées sur ses branches et symbolisant la neige. Je me souviens des rires et des discussions endiablées. Je me souviens de la bûche au praliné au café, aussi, mais avec un souvenir moins ému ! Je me souviens et je souris...

Cette année, Noël se fera pour la première fois ici, à Metz. Et demain  midi, c'est moi qui serai aux fourneaux pour concocter un repas végétalien pour ma famille, ravie d'élargir ses horizons culinaires... Les années passent, les traditions évoluent, mais la joie et l'amour demeurent. 

Puisse cette soirée vous permettre de profiter de vos proches, de partager d'agréables moments et de vous créer de doux souvenirs. D'oublier ce qui vous chagrine et qui pèse dans votre coeur. De laisser l'esprit de Noël vous envahir et vous remplir de douceur.

Je vous souhaite à tous un merveilleux Noël, remplie d'amour et de joie !

Merry Christmas

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,