Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

01 avril 2016

Bilan de lecture février et mars 2016

 Vous allez encore me dire que mon bilan mensuel s'est transformé en bilan bimestriel mais pour une fois j'avais une bonne excuse : j'étais en plein milieu de mon voyage au Vietnam fin février et je n'ai pas pu publier mon bilan de lecture. Donc le voici aujourd'hui, ainsi que celui du mois de mars.

Bilan de lecture

 Les livres chroniqués

(cliquez sur les couvertures pour lire mes billets)

 

Les livres lus en attente d'une chronique


Bilan

Force est de constater que j'ai peu chroniqué ces deux derniers mois, faisant même une pause d'un mois entier sur le blog. Six chroniques seulement, alors que j'ai lu, mais peut-être un peu moins aussi. Deux voyages en deux mois en revanche, et de belles expériences entre le Portugal et le Vietnam ! Je sais ce qu'il me reste à faire : peaufiner mes chroniques et les publier pour vous faire partager mes découvertes (notamment Wild et Les gens dans l'enveloppe !).

Je vous souhaite de belles lectures pour le mois d'avril !

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


31 mars 2016

Quitte Rome ou meurs, Romain Sardou

Quitte Rome ou meurs, Romain SardouQuitte Rome ou meurs est un court roman épistolaire de l'écrivain français Romain Sardou paru en 2009 aux éditions XO.

62 après JC. Pour avoir offensé Néron qui règne en despote sur Rome, Marcus Scaurus est obligé de fuir la ville pour sauver sa vie. Quittant famille et amis, il part en exil, ne gardant contact qu'avec son ami Sénèque. Ils entament une correspondance secrète qui tournent autour des grandes questions métaphysiques. Aux côtés de Sénèque, le jeune Marcus s'assagit et va trouver dans son exil  une certaine forme d'apaisement.

Prêté par un de mes collègues avec qui j'avais discuté de cette époque que j'adore, Quitte Rome ou meurs s'est avérée être une lecture des plus savoureuses. Partant du flou qui règne autour des célèbres Lettres à Lucilus auxquelles s'adressent les lettres de Sénèque regroupées dans le recueil éponyme, Romain Sardou brode un roman intelligent et diablement documenté qui mêle habilement histoire et fiction. Hormis Marcus, qui est un personnage fictif, les autres personnages croisés au fil des pages sont des figures historiques politiques, littéraires ou artistiques de l'époque.

Si Romain Sardou prête attention à rendre son roman accessible et le complète par une postface intéressante, il n'en demeure pas moins que certains pré-requis sont nécessaires pour l'aborder et en saisir toute la portée. Qui ne s'est jamais intéressé à cette période risque de manquer de références pour aborder ces lettres. Ces dernières, si elles donnent assez peu de détails sur le contexte historique et culturel de l'époque, permettent néanmoins de se plonger dans la philosophie de Sénèque et d'en avoir un aperçu des plus intéressants. Donc si vous êtes comme moi passionnés par cette époque, foncez, vous vous régalerez avec cette correspondance ! Si par contre vous connaissez peu la Rome antique, je vous conseille de commencer par les romans de Steven Saylor, qui mêlent avec brio intrigue policière et aperçu complet de la vie quotidienne de l'époque. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu sur cette époque : voici une nouvelle participation au défi Au cœur de la Rome Antique que j'organise ! 

Logo_1

Une chronique de soukee rangée dans Épistolaire - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

29 mars 2016

La nuit de l'oracle, Paul Auster

La nuit de l'oracle, Paul AusterLa nuit de l’oracle est un roman de l’écrivain américain Paul Auster paru en 2004 chez Actes Sud.

Sidney Orr est écrivain, et après une longue maladie, il se remet peu à peu à l’écriture. Il trouve l’inspiration grâce à un étrange petit carnet bleu acheté dans une papeterie minuscule. Mais peu à peu, alors qu’il est pris par la frénésie de l’écriture, Sidney voit peu à peu son univers se détériorer et les frontières entre fiction et réalité s’estomper.

Premier Paul Auster que je lis (il faut bien un début à tout !), La nuit de l’oracle est un roman gigogne des plus fascinants où plusieurs histoires s’emboîtent. Il y a celle, principale et évidente, de Sidney Orr qui raconte sa vie et abonde en notes de bas de page, afin de donner le maximum de précisions à son lecteur, mais celle aussi qu’il écrit dans son carnet bleu et enfin La nuit de l’oracle, le roman que trouve le personnage de son livre. Trois histoires emboîtées, trois frontières de plus en plus poreuses, et un personnage qui ne sait plus si ce qu’il écrit est vrai ou si sa vie est une fiction.

Brillamment orchestré, La nuit de l’oracle est un texte à la narration alambiquée qui plonge dans les méandres de l’imagination d’Auster et dont le lecteur sort à bout de souffle, chamboulé et un peu secoué par ce labyrinthe étourdissant.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

25 mars 2016

Le coeur entre les pages, Shelly King

Le coeur entre les pagesLe coeur entre les pages est un roman de l'américaine Shelly King paru aux éditions Préludes en mai 2015.

Depuis son licenciement, Maggie est complètement désoeuvrée. Pour la jeune femme habituée à travailler dans des start-up branchées de la Silicon Valley, la lecture est la seule échappatoire. Maggie passe ainsi tout son temps libre au Dragonfly, une petite librairie de livres d'occasion où elle a ses habitudes. Lorsqu'elle découvre par hasard, dans une ancienne édition de L'amant de Lady Chatterley, une correspondance amoureuse, Maggie se prend à rêver. Mais qui sont donc ces deux amoureux qui s'écrivent et se répondent dans les marges de ce roman ?

Promesse d'un moment un peu doudou, caricature du roman feel good par excellence, Le coeur entre les pages s'annonçait une lecture parfaite pour terminer l'hiver en douceur en accompagnant Maggie au milieu des livres, dans cette petite librairie étriquée au nom enchanteur.

Mais la magie n'a pas opéré pour moi. Je me suis clairement ennuyée au milieu de ces personnages caricaturaux, dans cette intrigue ô combien éculée et qui peine à avancer. L'auteure s'égare entre les allusions au monde de la Silicon Valley qui est le sien et l'ambiance un brin surannée qu'elle tente d'instaurer autour de sa librairie. Tout semble avoir déjà été dit ailleurs, écrit ailleurs, et Le coeur entre les pages ressemble à un vague melting-pot d'intrigues déjà vues à la saveur un peu rance. Du meilleur ami homosexuel à l'excentrique libraire loufoque, en passant par l'héroïne trentenaire paumée à la vie sentimentale en dents de scie, tout a un goût de déjà vu. Ce n'est ni le style plat de l'auteure ni le petit retournement de situation final qui m'ont convaincue. Une rencontre complètement ratée, qui en a séduit d'autres. Et je vous avoue que la déception est d'autant plus grande que j'attendais certainement autre chose en ouvrant ces pages.  Je crois que ce que j'ai préféré dans ce livre c'est le chat sur la couverture. C'est dire...

D'autres lecteurs de ce roman : HildeLouMyrtille, Shopgirl, etc.

Voilà une nouvelle participation au Challenge Feel Good que j'organise

RSS

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

22 mars 2016

Baguettes et sac à dos : retour sur mon voyage au Vietnam

Une pause d'un mois ici, suite à une nouvelle pas des plus agréables et enthousiasmantes dès mon atterrissage. Je n'avais aucune envie de raconter mon voyage, du coup j'ai préféré différer que de bâcler ce billet. Mais me revoilà pour vous parler de mes deux semaines en sac à dos à 10 000 km de mon cocon douillet. Deux semaines dans le pays que je rêvais de visiter : le Vietnam !

Durant mon voyage, j'ai beaucoup communiqué avec certains d'entre vous sur Instagram, racontant mes aventures, mes mésaventures (notamment avec de féroces reptiles en plein coeur de la nuit^^) et échangeant au jour le jour sur mes impressions. C'était la première fois et je dois vous avouer que c'était très chouette ! Donc si vous m'avez suivie sur mon Instagram, vous avez déjà eu un aperçu de mon voyage. Ça ne m'empêche pas de vous faire un billet plus complet ici avec plus de photos et de détails.

Donc, comme vous le savez, je suis partie solo pendant les vacances au Vietnam, 12 jours. Le temps qui m'était imparti étant trop court pour visiter tout le pays, j'ai décidé de me concentrer sur le Nord, jusqu'au Centre, de Hanoi à Hoi An. Et comme je suis sympa (et nulle en géographie !), je vous mets une petite carte avec mon itinéraire !

J'ai opté pour un voyage minimaliste, à l'image de mes préoccupations actuelles et ne suis partie qu'avec un sac à dos de 8kg comme unique bagage. Mon Kindle chargé et rempli m'a permis de dévorer 4 romans durant ces douze jours (notamment Wild de Cheryl Strayed que j'ai adoré et dont je vous parle très prochainement !)

Donc atterrissage à Hanoï, la capitale, j'y ai passé trois jours, puis je suis partie en bus à Ninh Binh, visiter en barque et à vélo la Baie d'Along terrestre, puis de là j'ai pris un bus de nuit vers Hué, ancienne capitale impériale. Deux jours à Hué, le temps de visiter la Cité impériale, de me reposer un peu, puis départ en bus pour Hoi An, une mignonne petite ville bien conservée mais malheureusement très touristique. J'y ai passé deux jours, le temps de me balader à vélo dans les rizières et d'aller faire un saut à la plage, avant de rejoindre l'aéroport de Da Nang et de prendre un vol intérieur jusqu'à Hanoï. Deux jours pour terminer en jonque sur la Baie d'Along, avant de rentrer en bus à Hanoï et de reprendre tout plein d'avions pour rentrer à Paris.

Douze jours intenses, comme vous voyez, mais sans être non plus la course. J'ai pris le temps de vivre, de m'offrir des massages de pied, de visiter, de prendre un cours de cuisine et de m'immerger dans la culture vietnamienne. Un deuxième voyage en Asie si différent du premier, en Chine il y a quatre ans, et que j'ai vraiment adoré. Je rêvais de visiter le Vietnam depuis dix ans et finalement avoir attendu et le faire dans ces conditions était parfait. Je reviens pleinement heureuse de cette expérience. Une pause salvatrice qui confirme mon amour pour ce continent. Je rentre juste, mais je rêve d'y revenir. Népal, Birmanie, Indonésie, Thaïlande, Laos ? Quelle sera ma prochaine destination ? Mystère... Mais je ne m'arrêterais pas là dans ma découverte de l'Asie, c'est certain. Et ce qui est sûr, c'est que je reviendrai au Vietnam car je n'ai pas du tout visité le Sud, Hô Chi Minh ( ancien Saigon) et le delta du Mékong, entre autres. Bon, trêve de blabla, place aux photos, maintenant, dans l'ordre de mes visites.

Premiers jours à Hanoï : scènes de rues dans le quartier des 36 Corporations,

vibrant, vivant, plein de couleurs d'odeurs et de sons. Un festival pour les sens !

 Vieux quartier, Hanoï Vieux quartier, Hanoï

WP_20160225_063 Hanoï

Vieux quartier, Hanoï

Le coiffeur sur le trottoir Architecture hétéroclite

 Visite du Temple de la Montagne de Jade situé au bord du lac Hoan Kiem

Temple de la Montagne de Jade    

Le Temple de la Littérature (décoré pour le Têt)

Temple de la Littérature, Hanoï Temple de la Littérature, Hanoï 

Moi, au Temple de la Littérature !

 

Où je me suis sentie riche / Où j'ai joué au Monopoly 

 Les Dongs vietnamiens

La Cathédrale Saint Joseph, qui détonne en plein coeur d'Hanoï

WP_20160225_135

Un spectacle traditionnel de marionnettes sur l'eau vu un soir à Hanoï

 Marionnettes sur l'eau de Thang Long  

La Citadelle, à Hanoï

 Bonsaï de la Citadelle, Hanoï  La Citadelle, Hanoï

 Départ en bus pour Ninh Binh, avec un arrêt au Temple du roi Dinh à Hoa Lu

Temple du roi Dinh à Hoa Lu Temple du roi Dinh à Hoa Lu

Temple du roi Dinh à Hoa Lu Un paysan dans le costume tradidionnel

 Temple du roi Dinh à Hoa Lu 

Ninh Binh, la Baie d'Along terrestre et le site de Tam Coc et ses rizières

visitées à vélo (et où le nouveau King Kong est en plein tournage !)

Tam Coc Tam Coc Décor de rêve à Tam Coc Balade en barque à Tam Coc  

Puis bus de nuit pour arriver à Hué

Marchés à Hué Marchés à Hué

 

La cité impériale, Hué

 La cité impériale, Hué 

La cité impériale, Hué La cité impériale, Hué

La cité impériale, Hué  La cité impériale, Hué

 La cité impériale, Hué

La cité impériale, Hué La cité impériale, Hué

La cité impériale, Hué 

Spa incroyable et foot massage de folie à Hué

 WP_20160301_008 WP_20160301_010

 

Hoi An, la petite ville vibrante éclairée de lampions

 Les quais de Hoi An WP_20160301_053

Scènes de rue le soir à Hoi An Hoi An la merveilleuse

WP_20160301_074 Repas sur le trottoir, Hoi An

 

Hoi An de jour, plus mélancolique et surannée

Vieilles échoppes, Hoi An Les murs jaunes de Hoi An

Scènes de vie à Hoi An Hoi An de jour 

Temple Phuc Kien  Temple Phuc Kien

Temple Phuc Kien  WP_20160302_004

Les berges de Hoi An WP_20160302_067

Le Pont-pagode japonais (1593) 

Cours de cuisine : fabrication de nems !

La farce pour les nems  Et hop ! Tout à frire !

Le résultat en image

Balade à vélo dans les rizières, près de Hoi An 

Un boeuf d'eau, broutant Tra Que, jardin éco-biologique

 WP_20160303_018 An Bang Beach, à 4 km de Hoi An

Boeufs d'eau en bord de mer Arrivée sur Hoi An

Arrivée sur Hoi An 

Croisière en jonque sur la Baie d'Along

 La mystérieuse Baie d'Along Le jour se lève sur la Baie d'Along

WP_20160304_040

La Grotte des Merveilles 

 Dernière nuit à Hanoï, avant le retour et vue sur le lac Hoan Kiem et le pont du Temple de la Montagne de Jade

Pont du Temple de la Montagne de Jade

Quelques unes de mes expériences culinaires (histoire de justifier le titre de mon article !). J'ai honnêtement adoré la cuisine vietnamienne, réputée pour être une des meilleures du monde. J'ai surtout apprécié déguster des produits frais, préparés à l'instant et savourer des légumes croquants et goutus.

Nems et poulet aux noix de cajou Boeuf aux légumes Poulet aux légumes WP_20160302_073 Le Pho au foie ! (le carré marron) Des fruits frais !

Le Cao Lau d'Hoi An Poulet aux cacahuètes

Petit déj en terrasse

L'heure du retour a sonné : 32h pour rentrer chez moi, des étoiles plein les yeux

 

 

Il est temps de rentrer...

 

 Vivement la prochaine escapade... 

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [36] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


22 février 2016

Je m'envole dans quelques heures là-bas...

Biae d'Halong

J'en rêvais depuis des années. Le rêve se concrétise...

Dans quelques heures maintenant, je m'envole pour le Vietnam.

Douze jours à découvrir ce pays avec mon sac à dos.

Je reviendrai avec plein de photos, bien entendu, et j'en ferai un billet...

En attendant, vous pourrez suivre mes pérégrinations sur mon Instagram.

A dans 13 jours !

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

19 février 2016

Quand souffle le vent du nord, Daniel Glattauer

Quand souffle le vent du nordQuand souffle le vent du nord est un roman du journaliste viennois Daniel Glattauer paru chez Grasset en 2010.

Emmi veut résilier son abonnement au magazine Like. Elle se trompe d’adresse mail et c’est un certain Léo Leike qui reçoit son mail. D’un banal échange de mails informatifs naît une relation épistolaire entre ces deux inconnus. Une relation intense, addictive et passionnée.

Quand souffle le vent du nord est un roman qui a beaucoup fait parler de lui lors de sa sortie en 2010. Je m’en souviens bien, mais j’étais passée à côté à cette époque-là. Aujourd’hui, je suis bien contente d’avoir eu l’occasion de le lire.

Si le résumé fait penser à Vous avez un message - un film que j’adore dans lequel Meg Ryan et Tom Hanks entretiennent une relation par mails – l’ensemble est nettement plus fin et se centre sur la question de l’émergence du sentiment amoureux. Emmi et Léo échangent des mails par erreur avant de progressivement s’intéresser à l’autre, puis à se passionner jusqu’à devenir dépendants de ces échanges. Daniel Glattauer amène progressivement les sentiments à naître en eux et nous livre une comédie de mœurs intelligente et addictive. Car sous couvert de mails anodins et enfermés dans les règles qu’ils se sont édictées (aucun détail physique ni d’âge, entre autres), la relation bascule progressivement vers de l’intime. Le dialogue entre les deux personnages constitue l’ensemble de ce roman jouissif, à la narration diablement bien construite. Un petit régal, c’est indéniable.

Et voilà ma 3e participation au Challenge Feel Good que j'organise !

Logo Challenge Feel good

Une chronique de soukee rangée dans Littérature autrichienne - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

16 février 2016

Bem-vindo a Porto ! [Bienvenue à Porto !]

Une échappée au mois de janvier. J'en rêvais. Je vous avais dit que j'avais envie de positif et de plaisir pour cette année 2016. J'ai donc décidé de me donner les moyens d'assouvir mes envies. Alors cette idée a germé dans ma tête et a trouvé comme par magie sa concrétisation. Tout comme il y a quasi deux ans jour pour jour j'étais partie un weekend entre copines à Marrakech, j'ai programmé avec mon alsacienne préférée une échappée au coeur de l'hiver pour nous retrouver. Direction le soleil. Direction le Portugal. Direction Porto ! 

Bon, pour le soleil, c'était pas gagné ! Mais niveau retrouvailles et échappée salvatrice et ô combien régénératrice, c'était tout bon ! Nous sommes tombées sous le charme de cette ville, connue pour l'apéritif qu'elle produit au niveau mondial (non non, je ne choisis pas mes destination selon l'alcool qu'elle produit, même si comme pour l'Ecosse, nous n'avons pas pu faire l'impasse sur une petite visite-dégustation !).

Douceur de vivre et calme règnent dans cette ville perchée sur une colline, dont les rives sont baignées par le fantomatique Douro. Une parenthèse hors du temps, entre modernité et conservatisme. Une architecture disparate, mais à laquelle j'ai été des plus sensibles. Un accueil chaleureux et souriant, serviable et généreux. Une gastronomie étonnante, un peu roborative parfois, mais succulente. Une librairie dont je rêvais, aussi, et dont une photo a été un temps ma bannière de blog... Une ville à arpenter à pied, pour en percevoir vraiment l'ambiance. Un weekend entre copines, entre discussions et balades. Une parenthèses qui a illuminé ce mois de janvier un peu sombre, un peu tristounet, et qui m'a permis de recharger mes batteries. Petit retour en images sur ces trois jours à Porto (les légendes s'affichent au survol de la souris sur les photos).

Façade du café Art Nouveau le Majestic  L'intérieur du Majestic

La ligne 1 du Tramway La Capela das Almas, en azulejos

La célèbre et magnifique librairie Lello & Irmao  Dont J.K. Rowling s'est inspirée pour Harry Potter !!

Photo classiqe du blog : moi derrière un livre ! :)

Et zou ! Je vous mets même une petite vidéo de l'intérieur de Lello & Irmao (oui, je sais, il me manque un stabilisateur de caméra, c'est atroce, mais j'ai filmé avec mon téléphone à la main, en trépignant d'excitation... C'est pour ça que ça tremble tant !!)

Vue de Porto et du Pont Luis Ier Vue depuis le Ponte Luis Ier

Vue de Porto, depuis les quais de Vila Nova de Gaia

Iglesia Sao Francisco

Cathédrale Sé de Porto, de nuit Porto, ou la ville aux mille descentes

La nuit se couche sur Porto WP_20160130_053

Porto de nuit, vue des hauteurs

Caldo verde et empadas végétariens Fancesinha et bacalau (morue) frite

Le pain perdu, la spécialité du Majestic ! Visite des chais du Porto Calem

Une seule envie, après ces trois jours : découvrir le reste de ce pays si charmant !

 

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

11 février 2016

Le charme discret de l'intestin, Giulia Enders

Le charme discret de l'intestinLe charme discret de l'intestin est un essai de la toute jeune chercheuse allemande en médecine Giulia Enders paru en avril 2015 chez Actes Sud. Récompensé par le Prix de la Nuit de la Science à Berlin, cet essai un peu intimiste à l'origine est un succès inattendu en librairie publié dans une trentaine de pays.

L'intestin, cet organe mal aimé - comme l'indique la couverture - recèle en réalité moult trésors... C'est en faisant des tests sur son alimentation et en cherchant les causes d'une maladie de peau importante qui se déclare lorsqu'elle a dix-sept ans que l'auteure fait d'importantes découvertes. Et si l'on n'attachait finalement pas assez d'importance à celui que la médecine chinoise appelle notre deuxième cerveau ? Et si finalement, l'adage "je suis ce que je mange" était une réalité ? Et si des choses aussi diverses que l'irritabilité, la dépression, le diabète, le surpoids ou encore des problèmes dermatologiques étaient dus à un déséquilibre de cet organe ? Giulia Enders s'attèle à rétablir la vérité et à restaurer la légitimité de l'intestin en nous invitant à une visite guidée au coeur de notre système digestif, en faisant le point sur les dernières recherches sur le sujet et expliquant très clairement le rôle des bactéries dans notre corps et la différence entre prébiotiques et probiotiques.

Passionnant, je n'aurais pas d'autre mot ! Cet essai est un régal de vulgarisation scientifique, accessible à tous. Je me suis régalée à découvrir ce qui se passe réellement en nous dès que nous ingérons de la nourriture, comprendre le mécanisme en oeuvre lorsque nous vomissons ou encore comment notre flore intestinale est constituée. En ouvrant Le charme discret de l'intestin, vous découvrirez par exemple que les antibiotiques ingérés par les volailles nous sont transmis lorsque nous les mangeons et peuvent causer des dérèglements de notre flore intestinale, qu'une dépression peut cacher un dysfoncionnement de l'intestin ou encore que notre goût pour le sucre est dû en partie au fait que notre cerveau est ravi de recevoir un aliment facilement assimilable et transformable en énergie et nous le fait savoir.

Le gros point fort de cet essai est d'être très drôle et de traiter ce sujet éminemment tabou de notre société avec légèreté et recul. Les bactéries se transforment en petits soldat qui mènent une guerre sans merci dans nos entrailles, nos sphincters se transforment en petits personnages et le gros intestin en paresseux un peu mou. Illustrés par sa soeur, les propos de Giulia prennent une toute autre dimension et évitent de sombrer dans l'écueil de l'essai scientifique rasoir par excellence. On rit, on s'interroge, on s'exclame aussi, en lisant ces pages, et les petits dessins de Jill Enders participent du charme de l'ensemble. 

Peut-être que dis comme ça, je ne vous passionne pas, mais faites-moi confiance ! (et faites confiance aussi au succès surprise bien mérité de ce livre ) Je suis intarissable sur cet essai depuis que je l'ai lu et je l'ai déjà conseillé à pas moins de dix personnes de mon entourage, mue par un enthousiasme que j'espère contagieux. C'est honnêtement un livre qu'il serait bon de mettre dans toutes les mains. Tout le monde a quelque chose à y apprendre sur son propre corps... Et zou ! Même si l'appellation me gêne, c'est quand même un coup de coeur !

 

J'ai découvert cet essai en lecture commune avec Tiphanie. Elle a été conquise elle aussi, n'hésitez pas à aller lire son billet !

Lectures communes


Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

09 février 2016

Intrigue à Giverny, Adrien Goetz

Intrigue à Giverny, Adrien GoetzIntrigue à Giverny est le quatrième roman qui met en scène Pénélope, personnage de conservatrice-détective imaginé par l'historien d'art et écrivain français Adrien Goetz, paru en 2014 chez Grasset.

Après Bayeux, Versailles et Venise, c'est désormais au mobilier national qu'est employée la fringante Pénélope. La jeune femme aspire à un brin de tranquillité mais lors d'un dîner au Musée Marmottan-Monet, elle fait connaissance de deux spécialistes du peintre impressionniste et le lendemain, l'une est portée disparue, tandis que l'autre est retrouvée égorgée. Pénélope, aidée de son journaliste de fiancé Wandrille, se lance sur les traces de ces deux femmes et de leur passion commune : Monet. Était-il l'homme tranquille qu'il semblait être ? Et que dire de son amitié avec Clémenceau ? Du musée Marmottan-Monet à Giverny, en passant par Monaco, où se déroule le mariage princier, Pénélope et Wandrille mènent l'enquête !

J'avais pris beaucoup de plaisir à découvrir les aventures de Pénélope dans les précédents romans de la série, et j'ai éprouvé le même sentiment à la lecture de cette Intrigue à GivernyAdrien Goetz maîtrise son sujet - c'est peu de le dire - et entraîne son lecteur sur les traces de Monet. Porté par une intrigue rythmée et bien ficelée, le roman est l'occasion de rendre hommage au père de l'impressionisme tout en abordant la question de l'oeuvre d'art et de sa conservation. Comme toujours, Adrien Goetz distille avec légèreté foule de détails historiques et artistiques dans son roman. L'ensemble est diablement léger et se dévore rapidement. La postface permet de démêler la fiction de l'Histoire, le fantasme de la réalité.

J'ai adoré plonger dans la vie de Monet aux côtés de Pénélope, découvrir Giverny et Marmottan-Monet à travers ses yeux, réfléchir au devenir d'une oeuvre et à sa délicate question de sa conservation. Petit bonus fort appréciable : nul besoin d'avoir lu les précédents tomes de la série pour se régaler à Giverny. Amateurs de Monet, d'art ou curieux, foncez ! Je vous garantis un divertissement documenté et savoureux !

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,