Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

07 mai 2010

L'héritage Boleyn, Philippa Gregory

9782809801750FSJe n'ai pas su résister à ce roman historique, et ce, pour deux raisons : tout d'abord parce qu'il a été écrit par Philippa Gregory, que je ne connaissais pas avant de savoir qu'elle était l'auteure de Deux sœurs pour un roi, dont j'avais beaucoup apprécié l'adaptation cinématographique ; ensuite parce que l'intrigue se déroule à la cour d'Henry VIII, en Angleterre, et que j'adore ce pays et son histoire. Pour combler mes lacunes dans ce domaine, je me suis donc lancée avec plaisir dans la lecture de ce roman historique !

Angleterre, 1539. Henry VIII s'unit avec Anne de Clèves afin de faire alliance avec les Protestants, en ces temps troublés. Sa jeune épouse, la quatrième après Catherine d'Aragon, Anne Boleyn et Jane Seymour, a beaucoup de difficultés à s'adapter à la vie de la cour, troublée par la barrière linguistique qui l'isole du monde qui l'entoure. A ses côtés, Jane Boleyn, belle-soeur par alliance d'Anne Boleyn, la seconde dans le monde impitoyable de la cour, accompagnée par Catherine Howard, une jeune fille d'une fraîcheur dangereuse... Dans cet univers où chacun tente de s'approcher du pouvoir, les femmes subissent, en silence, les manigances et autres complots.

L'héritage Boleyn est un très bon roman historique dans lequel la part fictionnelle est  somme toute relative : Philippa Gregory centre son propos sur les événements historiques et les relate avec beaucoup de précision ( bien que le résultat soit en définitive une fiction). Le lecteur s'immerge alors dans ces temps troublés de conflits religieux qui prennent vie sous la plume de cette auteure.
L'alternance des points de vue dans chacun des chapitres offre une perspective de lecture dynamique. Les trois femmes principales de ce roman - Anne de Clèves, Jane Boleyn et Catherine Howard - prennent en charge, chacune leur tour, un pan de l'intrigue. Philippa Gregory a le talent de nous faire oublier que derrière le récit de ces événements se cache un écrivain qui s'inspire d'éléments historiques. Le choix de donner la parole à trois femmes dans ce roman permet de mettre en parallèle leur rôle dans l'Histoire, souvent relégué au simple statut de machine à fabriquer des héritiers pour la couronne. Malgré leurs caractères ou leurs désirs, les trois personnages principaux ne sont finalement que des pions entre les mains d'un souverain tyrannique s'il en est, inconstant et à tendance paranoïaque. M'intéressant ces derniers temps à la condition féminine dans l'Histoire,
j'ai passé un très bon moment de lecture, me penchant sur ce pays que j'aime tant.

Je remercie 47286893 et les éditions logo pour ce roman reçu dans le cadre d'un partenariat.

Une chronique de soukee rangée dans Romans historiques - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


06 mai 2010

Au douzième coup de minuit, Patricia Wentworth

52713600Il y a quelques temps, je vous faisais part de ma découverte de Patricia Wentworth, grâce à Caro qui m'avait offert Un pas de trop lors du Swap Irlande.
M'étant renseignée sur cette auteure et ses écrits, j'ai donc décidé il y a peu de m'intéresser à sa célèbre détective, Maud Silver. Comme je l'avais découvert au fil de mes recherches, celle-ci, imaginée avant Miss Marple, est la première occurrence du  personnage de "armchair detective" dans la littérature policière.

James Paradine est à la tête d'une entreprise importante. Le jour où des plans disparaissent de son bureau, il décide d'en faire part à sa famille, unique coupable potentielle, lors du repas de la Saint Sylvestre. Encourageant le coupable à venir dans son bureau pour réparer sa faute et lui assurant sa discrétion, James Paradine s'enferme dans celui-ci.  Mais lorsqu'au matin il est retrouvé mort, l'affaire familiale prend immédiatement une autre ampleur.
Miss Silver, une gentille vieille dame qui réside dans la village avoisinant, s'intéresse à l'affaire, tout en s'affairant à son tricot...

Amateur de romans policiers au charme désuet et suranné, vous serez servi avec ce titre ! Tout est rassemblé pour passer un bon moment : la campagne anglaise, au calme reposant, une imposante demeure, une famille unie, aux apparences trompeuses, un meurtre déguisé en accident, un huis-clos qui devient vite oppressant, les masques qui tombent pour révéler les personnalités... jusqu'à Miss Silver, la gentille voisine à la retraite, inoffensive au premier abord, mais qui observe tout de ses yeux fatigués mais non moins alertes.
L'intrigue développée ici par Patricia Wentworth n'a certes rien d'exceptionnel et certains pourraient y voir un certain goût de déjà vu, mais j'ai néanmoins passé un très bon moment de lecture, me laissant porter par le côté rassurant de ces enquêtes que j'apprécie tant.

Je vais continuer ma découverte des enquêtes de Miss Silver, ayant acheté La roue de Sainte Catherine, que je lirai très prochainement !

Une chronique de soukee rangée dans Polars historiques - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

05 mai 2010

Les p'tites poules album collector 2, Christian Jolibois et Christian Heinrich

9782266187787FSJ'ai découvert il y a quelques années la série des Ptites poules, imaginée par Christian Jolibois et illustrée par Christian Heinrich. J'avais été charmée par ces personnages drôles et ces histoires toutes plus rocambolesques les unes que les autres.
La particularité de cette série ?? Faire intervenir, à chaque épisode, un personnage célèbre, historique ou fictif. Ainsi, Christophe Colomb, le Chat Botté ou encore le Minautore apparaissent dans les aventures de ces charmants gallinacées.
Je n'ai donc pas pu résister à cet album collector qui contient 4 aventures de nos héros :
*Charivari chez les P'tites Poules
*Les P'tites Poules, la Bête et le Chevalier
*Jean qui dort et Jean qui lit
*Sauve qui poule !

Une lecture vraiment agréable, pour les plus petits comme pour les adultes. Un texte imagé, avec de nombreux jeux de mots et truffé de références culturelles, littéraires et cinématographiques. Des illustrations toujours très riches, jouant sur l'organisation de la double page, donnant sens au texte,  ou le contredisant parfois.
Un comique aussi bien dans les textes que dans les illustrations, ponctue tout l'album...
Bref, un double niveau de lecture très appréciable et des albums que je lis toujours avec beaucoup de plaisir !

080207heinrich_a_montsevelier


50241489_p

J'inscris bien entendu cette lecture dans le cadre du Challenge Je lis aussi des albums ! d'Herisson08.

8/11


Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [7] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

04 mai 2010

L'enfant des cimetières, Sire Cédric

9782842283575FSJ'avoue : quand j'ai vu la mention "thriller gothique" de l'éditeur, je me suis vraiment demandé ce qu'il en était. Je ne connaissais absolument pas Sire Cédric et me suis donc lancée dans cette lecture avec la plus grande d'objectivité possible (enfin, dans la mesure où celle-ci est réellement possible...)

Un tragédie familiale vient d'être commise : un fossoyeur d'une trentaire d'années, pris d'un étrange coup de folie, a abattu froidement son épouse et ses deux enfants avec une carabine, avant de se donner la mort.
David, photographe pour un quotidien, se rend immédiatement sur place pour couvrir l'événement avec Aurore, sa collègue journaliste. Le crime est d'une atrocité sans nom.
Les journaux s'emparent de cette affaire, tandis que la police récolte un indice de taille : un individu a assisté au massacre. Il s'agit du neveu du fossoyeur, âgé de dix-neuf ans. Mais ce dernier ne laisse pas à la police le temps de le retrouver et commet une fusillade meurtrière dans un hôpital, tuant au passage Kristel, la compagne de David.
Effondré, celui-ci tente par tous les moyens de comprendre  quelle folie s'est emparée de ces deux hommes. Mais en cherchant à y voir plus clair, David va se confronter aux forces occultes et à la fameuse légende urbaine de l'enfant des cimetières...

Bon, je vous le dis tout de suite : j'ai dévoré ce roman en une journée. Les thrillers me font toujours cet effet là : qu'ils soient bons ou mauvais, je ne peux jamais les lâcher.
N'étant absolument pas spécialiste de ce genre littéraire, j'ai du mal à juger ce type de lecture au regard de références précises ou de lectures antérieures avec lesquelles elles sont susceptibles de résonner. Je peux uniquement parler de ce que j'ai ressenti à cette lecture.
En réponse à ma curiosité pour la dénomination "thriller gothique", beaucoup d'éléments noirs et teintés d'ésotérique parsèment l'intrigue : la légende urbaine de l'enfant des cimetières - un adolescent albinos qui apparaît dans les cimetières et les morgues et qui s'insinue dans l'oeil de celui qui le regarde et le pousse au suicide -, les divers rituels, de sorcellerie, les développements autour des démons et des forces occultes, etc. Rien de rationnel donc, dès le début, mais c'est un pacte de lecture que Sire Cédric passe avec son lecteur dès son prologue. Qui rejette les mondes parallèles et le paranormal pose ce livre tout de suite !
L'ayant lu d'une traite, je n'ai pas eu l'impression que l'intrigue souffrait de longeurs. Le rythme est rapide, les événements s'enchaînent au pas de course et le suspense est dispensé efficacement au fil des pages.  La plume de Sire Cédric est très cinématographique et permet au lecteur de parfaitement se représenter tant les décors que les scènes de ce thriller. La psychologie des personnages principaux est suffisamment approfondie pour permettre une identification à ceux-ci, même si on peut regretter le manque de vraisemblance lorsque le personnage principal, alors en plein deuil de sa compagne, se jette à corps perdu dans la résolution de l'enquête morbide. Certains argumenteront qu'il est poussé à agir ainsi par les apparitions de Kristel et les conseils qu'elle lui prodigue pour l'aiguiller.
En résumé, un bon moment de lecture, malgré néanmoins des passages  que j'ai trouvés vraiment gore, notamment  toutes ces  énucléations et ces meurtres tous plus atroces les uns que les autres.
A savoir avant d'ouvrir ce livre !

Je tiens à remercier 51760138_p et les Editions logo_lepreauxclercs pour ce livre reçu dans le cadre d'un partenariat.

Une chronique de soukee rangée dans Thrillers - Vos commentaires [15] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

02 mai 2010

Lectures communes "Challenge Bienvenue en Inde"

logo_indeLectures communes "Challenge Bienvenue en Inde"Logo
Organisées par Hilde et moi

Vignette_LC

Avis à ceux qui sont inscrits à notre challenge et aux autres, si vous voulez participer à des lectures communes entre blogueurs sur le thème de l'Inde, ce billet est pour vous !

Une lecture commune ?? Une lecture commune c'est quand plusieurs blogueurs décident de lire au même moment un livre et de publier à une date choisie leur billet de lecture.
Quel intérêt ? Partager davantage autour de l'Inde et de sa littérature et connaître les avis d'autres participants (ou d'autres curieux !) sur un livre que nous venons de lire.

Lectures communes : mode d'emploi (inspiré de Neph)

  1. Postez le titre que vous souhaitez proposer pour une lecture commune dans les commentaires.

   2. Une date devra être choisie à partir de deux inscrits.

   3. Pour les autres, il suffit de s'inscrire à une lecture commune en postant un commentaire.

  4. Plusieurs dates pour un même roman peuvent-être proposées si tout le monde ne peut participer à la première lecture commune.

Calendrier des prochaines lectures communes :

N'hésitez pas à vous inscrire !

Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire de Vikas Swarup (30 Juillet) Anne-Sophie. Hilde. Manu

Mes sacrées tantes de Bulbul Sharma (11 août) Séverine. Liyah

Mariage à l'indienne de Kavita Daswani
 (15 septembre) paikanne. mamzellebulle. Eloa. Stellade.Briggy13. soukee.

Le chemin de Sarasvati de Claire Ubac  Hilde

Le roman de l'Inde insolite de Catherine Golliau Hilde

Le vendeur de saris de Rupa Bajwa (Début Juillet) Stemilou

Un homme meilleur d'Anita Nair

Planning familial de Karan Mahajan

Princesse de l'ombre d'Indu Sundaresan Clara
  

 D'autres envies de lectures communes ??

9782264036070FS 9782809701319FS 1034664425 137423229 216311336
9782211097321FS 9782268068893FS 447825457 51527631_p

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,


30 avril 2010

Le point sur le Challenge : les billets d'avril

49862010_pVoilà deux mois que notre challenge Bienvenue en Inde a été lancé. Comme le mois dernier (ici !), voici un récapitulatif des billets publiés :

Pour le mois d'avril :
11 billets publiés, dont 3 par Nane (qui nous a avoué une nouvelle passion pour la littérature indienne grâce à ce challenge... Super !)
Bulbul Sharma
semble toujours autant séduire les blogolecteurs, tandis que
Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire apparaît comme l'un des livres les plus lus du Challenge.

Avis aux curieux, allez jeter un œil sur les blogs des participants pour en savoir un peu plus...

Qui se laissera tenter ??

Bulle : Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire de Vikas Swarup

Hilde : La fille du Rajah de France Alessi et Marie Diaz

Kathel : Aux bords du Gange et autres nouvelles de Rabindranath Tagore

Moi : Les trois erreurs de ma vie de Chetan Bhagat 
             Princesse de l'ombre d'Indu Sundaresan          
             La solitude lumineuse de Pablo Neruda

Nane : La Reine des rêves de Chitra Banerjee Divakaruni
               Mariage à l'indienne de Kavita Daswani
               
India Dreams de Jean-François et Maryse Charles

Penelope : Mes sacrées tantes de Bulbul Sharma

Sybille : La colère des aubergines de Bulbul Sharma

Theoma :
Le livre de Rachel d'Esther David

Voici les 55 participants à notre voyage : Alexiel - Anneso - Antigone37 - Armande -  Austengirl - Babycakes  - Bookine  - Brunissende - Briggy13 - Bulle - Canel - Catherine - Charlotte - Choco -Choupynette -Evertkhorus - **Fleur** - Hilde  - Héloïse -  Iluze - Jeny  - Kathel  - ladyshushin -  lagrandesteph  - Latite  - Liyah  - Lou - Loulou  - Mamoun - Manu  - Marie  - Marie L  - Mary Goodnight - Mea  - MeL  - Mimi - Mme tout va bien - Moi -  Nane   - Nyenna -  Noryane -  Penelope -Pickwick -Pikachu - Saperlipopette  - Séverine- Stellade - Solène  - Stémilou - Sybille - Taliesin -  Theoma -Tinusia -   Tiphanie -Yoshi


Et sur le blog de Hilde vous trouverez un billet récapitulatif par roman, histoire d'avoir plusieurs points de vue sur un même titre !

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

29 avril 2010

Ne vous fâchez pas Imogène, Charles Exbrayat

9782702419069FSPlus jeune, j'ai croisé la route de Charles Exbrayat et d'Agatha Christie dans la bibliothèque de mes parents. Mais par une étrangeté que je n'explique pas, j'avais décidé de ne m'attacher qu'à un seul détective de chacun de ces auteurs et de ne rien lire en dehors d'eux.
Ainsi, Hercule Poirot et Roméo Tarchinini ont eu le privilège de combler mes attentes, contrairement à Miss Marple et Imogène, auxquelles je n'ai pas daigné m'intéresser (n'y voyez aucune misogynie mais plutôt l'influence de mes parents et la façon dont ils m'ont décrit chaque personnage...)
Me voici donc, plus d'une décennie plus tard (...) à découvrir le fameux personnage d'Imogène, crée par Exbrayat en 1959. De façon logique, j'ai donc débuté par le premier roman dans lequel cette charmante femme apparaît : Ne vous fâchez pas Imogène !

Imogène est écossaise, descendante du clan McLeod. Imogène a près de cinquante ans et vit toujours seule à Londres, employée en qualité de sténodactylographe à l'Amirauté. Imogène a une tendance colérique qui fait d'elle une collègue parfois peu sympathique.
Mais le jour où son supérieur hiérarchique décide de lui confier une mystérieuse mission secrète pour l'Amirauté, Imogène exulte. Elle doit livrer des plans secrets à un contact à Callander, le village où elle a grandi en Écosse. Mais les choses se corsent très vite pour la courageuse Imogène : les espions rôdent autour d'elle pour lui dérober son précieux bien...
19266945

C'est avec plaisir que je découvre le personnage d'Imogène ! Vieille fille traditionnelle et pince-sans-rire, c'est un personnage drôle autant dans ses attitudes que dans ses réparties. Exbrayat a certes forcé le trait quant à sa psychologie parfois caricaturale, mais le tout dans une optique satirique et comique très réussie. La naïveté de la pauvre Imogène, notamment dans ses relations avec les hommes, prête à sourire plus d'une fois malgré des répétitions de situation parfois lourdes.
L'intrigue en elle-même est assez simple et prévisible (l'entourage de la vieille écossaise étant réduit, les soupçons se portent très rapidement sur certains personnages ambivalents), avec quelques lenteurs, mais le caractère d'Imogène et ses mésaventures  font que le roman se lit néanmoins très vite.
Le retournement de situation final permet de gommer les défauts d'une intrigue parfois simple et de donner une saveur nouvelle au roman, une fois la dernière page tournée.
Bref, je ne vais pas m'arrêter là dans ma lancée et poursuivrai mes lectures d'Exbrayat avec Imogène très prochainement !

Il va sans dire que la prochaine sortie sur les écrans français du film Imogène Mc Carthery, adaptation de ce roman, m'a permis de dépoussiérer mes vieux Exbrayat et de me pencher d'un peu plus près sur cette héroïne assez déroutante. Le fait que Catherine Frot endosse le rôle de l'écossaise traditionnelle qui a fait rire une génération de lecteurs m'a évidemment empêchée d'imaginer ma propre Imogène, mais a apporté une touche de comique non négligeable à ma lecture !

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

28 avril 2010

La dernière enquête du chevalier Dupin, Fabrice Bourland

9782264049162FSA l'occasion du Festival Quais du Polar de Lyon, j'ai eu le plaisir d'assister à une conférence hommage à Sherlock Holmes en présence de plusieurs auteurs, dont Fabrice Bourland, qui s'est intéressé, dans un de ses romans, à l'œuvre de Doyle.
C'est à cette occasion que j'ai pu discuter avec lui et découvrir ce roman, pastiche d'Edgar Poe, et mettant en scène son célèbre chevalier Dupin.

Paris, 1855. Le poète Gérard de Nerval est retrouvé pendu aux grilles d'une sordide rue. Certains attestent un suicide, arguant la santé mentale défaillante de l'auteur, tandis que d'autres crient au meurtre.
Le chevalier Dupin est dépêché sur place pour enquêter, aidé par un ami, le narrateur de cette histoire. Et ses découvertes vont très rapidement dépasser son entendement.

D'une lecture très rapide, ce roman est un régal. La plume de Fabrice Bourland est d'une fluidité rare et ses phrases s'enchaînent sans lourdeur.
L'intrigue en elle-même est à la fois mystérieuse et fascinante : qu'en est-il réellement de la mort du célèbre poète ? Et que viennent faire un corbeau observateur et une momie égyptienne
dans cette histoire
?
Le personnage du chevalier Dupin est égal à lui-même, à la fois suffisant, comme tout grand détective, et intrigant, pour le lecteur comme pour le narrateur. Ses observations, pertinentes et logiques, s'écoulent lentement au fil de la narration, permettant ainsi de rythmer le suspense du roman et d'orienter progressivement l'intrigue dans une direction originale.
Fabrice Bourland amène son lecteur à franchir les frontières entre fiction et réalité en faisant réfléchir son Dupin à la mort mystérieuse de Poe, le créateur originel de ce personnage.
Une excellente découverte que ce roman et ce auteur ! Moi qui n'étais pas très portée sur les pastiches, les jugeant souvent de qualité inférieure à l'œuvre dont ils proviennent, j'ai passé un très bon moment de lecture.
Je vais poursuivre ma découverte de Fabrice Bourland avec Le fantôme de Baker Street, acheté également à son stand à Quais du polar !

Une chronique de soukee rangée dans Pastiches - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

27 avril 2010

La solitude lumineuse, Pablo Neruda

576380_gf Je ne connaissais Pablo Neruda que pour sa poésie. Quelle surprise de découvrir ce texte en prose ! Extrait de ses mémoires - J'avoue que j'ai vécu - publiées de façon posthume, La solitude lumineuse relate les souvenirs de Neruda à l'époque où il était consul. Nommé à Colombo, à Ceylan, à Singapour puis à Batavia, il donne à voir dans ce court texte ses souvenirs.

Quelle plume ! La prose de Neruda est d'une musicalité rare (et encore, je ne parle que de la traduction française). Ses phrases, imagées et empreintes de poésie, emmènent le lecteur dans ses pérégrinations. La solitude ressentie loin de son pays natal, le Chili, les rencontres qu'il a faites à travers ces pays, les personnes qui l'ont marqué, les événements dont il se souvient... Neruda invite son lecteur dans son voyage. Bien qu'il soit court, ce texte est d'une richesse en évasion vraiment appréciable.
A ma lecture, je m'arrêtais quasiment à toutes les phrases pour m'imprégner de leur poésie et rêver un peu... Une lecture que je conseille à tous !
Je me retiens de vous citer l'intégralité de ce texte tant il m'a conquise mais vous offre néanmoins un petit florilège des phrases qui m'ont arrêtée plus que les autres :
"Un peu plus loin, dans une autre cage, allait et venait une panthère noire, encore pleine de l'odeur de sa forêt natale. C'était un étrange fragment de nuit étoilée, une bande magnétique qui s'agitait sans arrêt, un volcan noir et élastique qui voulait raser le monde, une dynamo de force pure qui ondulait ; et deux yeux jaunes, pré
cis comme des poignards, et qui interrogeaient de tout feu car ils ne comprenaient ni la prison ni le genre humain." (p.15-16)

"Partout les statues de Bouddha, de Lord Bouddha... Les statues sévères, verticales, vermoulues, avec une dorure qui leur communique un éclat animal et un écaillement extérieur qui donne à croire que l'air les détériore." (p.23)

"Et il en émane une odeur non de pièce morte, non de sacristie et de toiles d'araignée, mais d'espace végét49862010_pal, de rafales qui retomb46247012_pent soudain en ouragan de plumes, de feuilles, de pollen de la forêt sans fin..."  (p.25)

J'inscris cette lecture dans le cadre de deux challenges : Bienvenue en Inde, initié par Hilde et moi, et le Challenge 2 euros de Cynthia.

Une chronique de soukee rangée dans Biographies et écritures du moi - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

25 avril 2010

Le bon gros géant, Roald Dahl

bggjpg_b82e0b82e_0811c47287542Cela faisait longtemps que je  voulais lire ce roman de Roald Dahl. Du coup, je l'ai inscrit dans Mon Challenge Livraddict ! Et voilà : 5 livres lus sur les 10 annoncés (en fait  sur 12, car je me suis engagée à lire la trilogie de Pullman...) 5/10

Sophie est orpheline. Un soir, alors qu'elle n'arrive pas à dormir, elle voit apparaître dans la rue une silhouette immense munie d'une gigantesque trompette qui se penche de fenêtres en fenêtres... A la fois horrifiée et intriguée, la fillette ne perd rien de la scène. Malheureusement pour elle, le géant, car il s'agit bien d'un géant, a vu qu'elle l'observait et l'enlève pour l'emmener chez lui, au pays des géants.
Contre toute attente, ce géant s'avère être un compagnon gentil et bienveillant avec la fillette. Végétarien et collectionneur de rêves, il ne ressemble en rien à l'image de géant monstrueux véhiculé d'ordinaire. Mais ses voisins géants ont peu de points communs avec lui : cruels et sanguinaires, ils dévorent d'innocents humains à travers le monde. Le Bon Gros Géant et Sophie vont tout tenter pour mettre fin à ce carnage...

J'adore Roald Dahl et me laisse à chaque fois porter par son imagination hors du commun.  Sa plume a l'art de faire susciter l'imaginaire de ses lecteurs via une intrigue riche en rebondissements. L'univers de ce roman est à la fois onirique et merveilleux. On y retrouve les géants, personnages populaires de la littérature enfantine, mêlés à des éléments historiques et géographiques réels puisque l'intrigue se déroule en partie à Londres.
Les illustrations de Quentin Blake, grand complice de Roald Dahl, complètent le texte parfois loufoque. Le Bon Gros Géant, dyslexique, use de néologismes de son cru et d'expressions souvent désopilantes  (
"Je vais être comme un phoque en pâte" p.204 ; "Envers et carnation ! s'écria-t-il."  p.202 ; "J'entends les petites fourmis qui bavardouillent quand elles trottent sur le sol." p.50...)
Un régal de lecture, longtemps différé par manque de temps, mais dont je suis absolument ravie...

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :