Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




23 novembre 2018

Ma PAL pour les challenges de Noël

Bonjour à tous,

Les fêtes de fin d'année et Noël approchent, l'occasion rêver de rejoindre Christmas Time et Il était six fois Noël, les challenges de MyaRosa et Chickypoo et Samarian !

 

J'ai fouillé dans ma PAL  et trouvé des livres pour l'occasion. Voilà donc mes lectures à venir : doudou, romance et neige, un beau programme en perspective !

- Noël à la petite boulangerie, Jenny Colgan

- Les contes de Beedle le Barde, J.K. Rowling

- Bjorn le Morphir, Thomas Lavachery

- Broadway Limited, Malika Ferdjoukh

- Le bonheur au pied du sapin, Holly Jacobs

- Noël sur la 5e avenue, Sarah Morgan

- La douce caresse d'un vent d'hiver, Sarah Morgan

 

Ma PAL Challenges de Noël

Belles lectures de Noël à tous !

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [27] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,


21 novembre 2018

La tresse, Laetitia Colombani

La tresse, Laetitia ColombaniLa tresse est le premier roman de l'écrivaine et scénariste française Laetitia Colombani. Il est paru chez Grasset en mai 2017 et a connu, dès sa sortie, un succès fulgurant en France et à l'international.

Trois femmes, trois destins. Smita, qui fait partie de la caste des Intouchables, vit à Badlapur, en Inde et subit une vie de labeur ingrat qu'elle souhaite éviter à sa fille. Giulia, de son côté, vit à Palerme, en Sicile, et travaille avec son père dans l'usine familiale. Sarah, enfin, occupe une place importante dans un cabinet d'avocats à Montréal et a placé sa carrière au centre de ses préoccupations. Trois destins qui vont basculer, sur trois continents différents, pour une vie meilleure.

Un premier roman encensé de toutes parts, et j'ai compris pourquoi dès les premières pages.       
Laetitia Colombani emporte son lecteur dans ces trois histoires brèves et intenses à la fois, interrogeant la place de la femme dans la société et la notion de liberté. Ces trois destins, en apparence si différents, se rejoignent et se confondent, offrant au texte un aspect universel.       
Le texte est bref, très fragmenté - les chapitres concernant les trois personnages se succèdent - et très fluide. L'auteure ne s'encombre pas de personnages secondaires inutiles, de dialogues ou de descriptions secondaires, et va à l'essentiel, sans se départir de cette émotion qui empreint ces trois histoires dès les premières lignes.  
Un court roman aussi bref que bouleversant. A lire sans hésiter !

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

14 novembre 2018

Blog : L'union fait la force, Maliki

Maliki BlogBlog : L'union fait la force est un album regroupant les strips parus durant un an sur le site maliki.com. A l'origine du phénomène Maliki, Souillon, son dessinateur et scénariste et Becky, son bras droit, qui l'aide dans l'aspect virtuel et communicationnel. 

Retrouvez dans ces 304 pages Maliki, la jeune dessinatrice aux cheveux roses, et tout son univers : Becky, son amoureuse, Fang, l'adolescente chinoise qu'elle héberge, Fénimale, la fée de l'écologie qui lui donne des conseils pour la planète, ses chats, ses poules. Dans son petit village breton, Maliki a toujours une anecdote à raconter, qu'il s'agisse des aventures de ses poules, de ses séances de dédicaces incongrues, de ses chats et leurs petites habitudes, tout prend vie sous le stylo de Maliki ! 

Je crois que de moi-même, je ne serais pas allée vers Maliki. Trop girlie, trop manga, trop enfantin, je ne sais pas vraiment, mais je crois que j'aurais passé mon chemin sans me poser trop de question. Et ça aurait été une erreur. Celui qui m'a offert cet album me connaît bien, et il avait raison quand il m'a assuré que je serai séduite par la fraîcheur de ses strips, ses valeurs écologiques et son humour.      
Financé grâce à une campagne Ulule, cet album - et les goodies l'accompagnant - et tout d'abord un bel objet, un livre épais et facile à transporter pour se régaler n'importe où des histoires de Maliki.      
Tour à tour humoristiques, graves, fantastiques ou réalistes, les strips se suivent et ne se ressemblent pas, leur point commun étant la fantaisie et le côté pétillant de l'héroïne.           
En partie autobiographique, l'album intègre notamment des photos du voyage de Maliki en Thaïlande sous la forme d'un carnet de voyage hybride, entre BD et photos.     
Le dessin, numérique, est fin et soigné. Les rares expériences que j'avais eues de dessin numérique m'avaient laissé une impression en demi-teinte. J'avais trouvé une certaine froideur à l'ensemble. Ce n'est pas le cas ici, le travail sur les couleurs et les ombres étant particulièrement soigné.           
Personnages attachants, réflexions sociétales, histoires émouvantes (notamment celles liées aux chats que Maliki et Becky sauvent), humour décapant, cet album a su me séduire au-delà de ce que j'imaginais et casser mes représentations. C'est bien simple : je l'ai ouvert un soir, et happée par cet univers mignon et positif, je n'ai pas pu reposer l'album avant de l'avoir complètement dévoré. Merci à mon partner in crime pour ce joli cadeau !

 Strip 1  Strip 2

Strip 3   Strip 4

 

Une interview de Becky et Souillon, le tandem à l'origine de Maliki 

La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Noukette qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [38] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

11 novembre 2018

Sorcières : la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet

Sorcières Mona CholletSorcières : la puissance invaincue des femmes est un essai de la journaliste franco-suisse Mona Chollet. Il est paru en septembre 2018 aux éditions Zones.

La sorcière, cette femme âgée, ridée, au nez crochu et aux cheveux fous, volant sur son balai, hante l'inconscient collectif. Persécutée en Europe durant la Renaissance, l'image de la sorcière est aujourd'hui récupérée par les féministes actuelles et étudiée dans cet essai par Mona Chollet  sous quatre angles d'approche : celui de la femme indépendante, de la femme sans enfant, de la femme âgée mais également à travers le prisme de la guerre faite aux femmes et à la nature et la vision du monde qui en a découlé.

Sujet éminemment sensible et intéressant, la place de la femme dans l'Histoire et plus particulièrement des femmes accusées de sorcellerie a retenu toute mon attention.      
Mona Chollet décortique dans cette essai le mythe de la sorcière en le reliant aux combats féministes d'hier et d'aujourd'hui. Elle n'épargne ni l'actuel aspect mercantile de la sorcellerie (aujourd'hui, il existe un réel marché de grigris, bougies, grimoires, cristaux, etc.), ni l'influence de l'industrie cosmétique censée éviter la vieillesse aux femmes, en passant par la question de la non maternité - toujours aussi peu comprise aujourd'hui - mais aussi le désapprobation de l'indépendance féminine, la contraception ou encore la disqualification des femmes  âgées sur le plan sexuel ou amoureux ou la question des écarts d'âge dans les couples.     
Ce qui m'a le plus marqué, c'est cette construction culturelle, dès l'enfance, de la beauté et de la jeunesse comme idéal. Même Walt Disney, en opposant jeunesse et vieillesse, beauté et laideur, participe de cet élan inconscient qui fera tendre les femmes vers un idéal de beauté (et une dépréciation lorsqu'elles s'en éloigne) et de jeunesse, à grands renforts de produits miraculeux. Les références se succèdent et ne se ressemblent pas, permettant d'ouvrir les yeux sur un regard sociétal biaisé et des injonctions diverses faites aux femmes.    
L'essai est dense, Mona Chollet adjoint à sa réflexion de nombreuses et pertinentes références bibliographiques, et amène à réfléchir. Loin d'être indigeste, l'ensemble se lit avec fluidité, interrogeant sans cesse les représentations de la femme à l'aune de l'image de la sorcière. A lire absolument !

"On peut présumer que si, aujourd’hui, les femmes sont réputées se flétrir avec le temps alors que les hommes se bonifient, si l’âge les pénalise sur le plan amoureux et conjugal, si la course à la jeunesse prend pour elles un tour aussi désespéré, c’est largement en raison de ces représentations qui continuent de hanter notre imaginaire, des sorcières de Goya à celles de Walt Disney. La vieillesse des femmes reste, d’une manière ou d’une autre, laide, honteuse, menaçante, diabolique."

"Le seul destin féminin concevable reste le don de soi."

"Un homme qui ne devient pas père déroge à une fonction sociale, tandis qu'une femme est censée jouer dans la maternité la réalisation de son identité profonde."

"Celles qui refusent la maternité sont aussi confrontées au préjugé selon lequel elles détestent les enfants, telles les sorcières dévorant à belles dents de petits corps rôtis durant le sabbat ou jetant un sort mortel au fils du voisin."

Si vous voulez en savoir plus, deux podcasts dans lesquels Mona Chollet est venue parler de son livre :

Sorcières#1 de La Poudre

 


 Du bûcher à #MeToo, la revanche des "sorcières" ? dans l'émission La Grande table idées sur France Culture

Challenge Halloween 2018, Halloween, logo

 

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

09 novembre 2018

9 ans de Bouquinbourg

Le temps passe. Mais oui, ça fait 9 ans que je blablate ici, que je vous parle de mes lectures, de mes voyages, de moi un peu. Bouquinbourg fait vraiment partie de mon quotidien et m'offre la possibilité d'échanger à grande échelle autour d'une de mes passions, la lecture. Je ne me vois pas sans Bouquinbourg. Même si parfois je publie moins, même si parfois je pars en sac à dos un mois et que je mets le blog en pause (mais dans ce cas-là, vous avez toujours un carnet de bord à mon retour avec plein de photos !), même si je me dis aussi qu'à l'heure du format vidéo, l'écrit est old school. Mais vu que les échanges sont toujours aussi nombreux ici, j'imagine que ça vous plaît. Alors je continue, avec joie et enthousiasme, à faire vivre cet espace pétillant et positif qu'est Bouquinbourg. Depuis trois ans, je l'ai assorti d'un compte Instagram tout aussi vivant et dynamique et j'aime aussi énormément les échanges qui en découlent.       
Cette année, je vous évite l'histoire de la naissance du blog (pour ceux qui l'ignorent, rendez-vous ici !), et je vous donne deux chiffres, représentatifs ou non de Bouquinbourg : 1089 posts et 19 241 commentaires. Dans tous les cas, ça en fait du contenu !  

Et comme chaque année à cette date, je ne peux que vous exprimer toute ma gratitude d'être ici, toujours aussi nombreux. De passer faire un coucou, lire mes articles, commenter (ou non !), m'envoyer des mails, me conseiller des livres. Bref, merci de me permettre de me sentir entourée dans une communauté bienveillante de lecteurs hétéroclites. Merci de faire de Bouquinbourg cet espace d'échange et de partage. Merci à tous.

Annif blog

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,


08 novembre 2018

Le protectorat de l'ombrelle T.3 Sans honte, Gail Carriger

Sans honte, Gail CarrigerSans  honte est le troisième tome de la série Le Protectorat de l'ombrelle, imaginée par l'archéologue et romancière américaine Gail Carriger, nom de plume de Tofa Borregaard. Il est paru en 2012 dans la collection Orbit de Calmann Levy.

Enceinte et accusée d'adultère par son mari, Lord Maccon, Alexia est repartie vivre chez ses parents. La jeune paranaturelle ne bénéficie d'aucun soutien pour l'aider à prouver que sa grossesse avec son loup-garou de mari est possible. Exclue du Cabinet Fantôme par la Reine Victoria et délaissée par son ami le vampire Lord Akeldama, Alexia s'aperçoit rapidement qu'elle est la cible des vampires londonniens. Ceux-ci ont juré sa mort. Elle décide donc de fuir en Italie accompagnée de Mme Lefoux, une inventrice française et Floote, le fidèle serviteur familial, pour trouver de l'aide auprès des Templiers. 

S'il y a bien un moment de l'année où j'aime lire de la bit lit, c'est bien la période d'Halloween. Et cette série, découverte il y a deux ans, me ravit à chaque fois ! Cette année, c'est le tome 3 que j'ai découvert, et comme pour les précédents, la magie a opéré.     
L'intrigue est toujours bien ficelée, rythmée et cohérente, et les personnages gagnent en épaisseur psychologique. Après l'Ecosse, c'est en Italie que se déplacent l'héroïne et sa petite troupe, et la dolce vita et ses douceurs culinaires vont rapidement ravir leurs papilles. 
Ne cherchez pas de la grande littérature ici, vous vous en doutez, mais plutôt un divertissement plaisant, rondement mené, au rythme trépidant. L'écriture de Gail Carriger, assez cinématographique, fait ressembler le roman à un film d'aventure enchaînant batailles et péripéties. L'humour est toujours présent, offrant à l'ensemble une ambiance particulière.     
Je ne vais pas vous cacher que ce n'est d'ordinaire pas mon genre de lecture, mais je me glisse toujours avec plaisir dans cette intrigue mêlant steampunk, aventure, romance et fantastique. Une lecture détente parfaite pour cette période de l'année ! J'hésite même à enchaîner sur le tome 4 dans la foulée, c'est dire... 

Mon avis sur les deux premiers tomes 

Sans âme (Le Protectorat de l'ombrelle*) Sans forme (Le protectorat de l'ombrelle**)

Challenge Halloween 2018, Halloween, logo   Logo Pumpkin Autumn Challenge

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , ,

07 novembre 2018

Pome, Magali Le Huche et Marie Desplechin

Pome, Marie Desplechin, Magali Le HuchePome est un album illustré par Magali Le Huche le 10 octobre aux Editions Rue de Sèvres. Il est l'adapation du roman éponyme de Marie Desplechin paru à L'Ecole des Loisirs en 2007, second tome d'une trilogie consacrée à la petite sorcière Verte. 

Tout va pour le mieux pour Verte : la petite fille, aidée de son ami Soufi, a retrouvé Gérard, son papa, et poursuit sa formation de sorcellerie avec Anastabotte, sa grand-mère. Mais ce joyeux équilibre est rompu lorsqu'une nouvelle voisine vient s'installer à côté de chez Gérard. Pome, c'est son nom, permet à Verte de se sentir moins seule, depuis le déménagement de Soufi. Les deux fillettes se ressemblent et leurs prénoms les rapprochent, les rendant rapidement complices. Verte aurait-elle trouvé une meilleure amie capable de la comprendre ? Y compris son côté sorcière ? 

En grande fan de la trilogie de Marie Desplechin - je m'étais régalée avec les romans Pome et Mauve et j'avais adoré découvrir le travail d'adaptation de Magali Le Huche avec Verte, le premier tome de la série - j'étais impatiente de découvrir ce deuxième album.     
Magali Le Huche poursuit son travail d'adaptation avec brio. Les questionnements de Verte, secouée par une pré-adolescence qui pointe le bout de son nez, sont conservés à travers des dialogues savamment choisis et des cartouches pertinents. La psychologie des personnages est préservée et l'intrigue de Marie Desplechin ne perd pas en intensité. Les personnages masculins trouvent progressivement leur place dans cette histoire féminine. Verte a désormais un père et un grand-père - Ray - et trouve peu à peu une harmonie familiale.
Le trait de Magali Le Huche vient parfaire cette ambiance d'enfance 
douce, malgré les chamboulements de la vie. Les traits ronds confèrent aux personnages une douceur inégalable que les couleurs pastels viennent compléter à merveille. Les planches se suivent et ne se ressemblent pas, offrant parfois une succession de vignettes dynamiques avec des plans rapprochés et à d'autres moments une large double page en plan large bourrée de détails à observer. Bref, un deuxième album tout aussi réussi que le précédent. Une série véritablement délicieuse à mettre entre toutes les petites mains (et pas que !). J'attends le troisième tome avec impatience !  

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album.

  La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Moka qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [32] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

02 novembre 2018

Bilan de lecture octobre 2018

Bilan de lecture Octobre

Mes lectures d'octobre

(cliquez sur les couvertures pour lire mes chroniques)

  Bilan

Un petit mois de lecture, que ce mois d'octobre. J'ai fait de belles découvertes en BD, ceci dit, et une merveilleuse découverte avec le premier roman de Shih-Li Kow, La somme de nos folies, découvert dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire. J'ai été moins productive que les autres années pour le Challenge Halloween de Lou et Hilde mais comme il se prolonge jusqu'au 11 novembre, je vais terminer mes lectures sur ce thème avant de commencer celles concernant Noël ! J'espère avoir plus de temps que le mois dernier pour bouquiner bien au chaud. La météo s'y prête bien...

Bon mois de novembre à tous !

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

31 octobre 2018

Soeurs Sorcières T.1 Jessica Spotswood

Soeurs Sorières TSoeurs Sorcières est une trilogie de l'américaine Jessica Spotswood. Son premier tome est paru en juin 2013 chez Nathan. 

Fin XIXe, dans une Nouvelle-Angleterre imaginaire. Cate est l'aînée de trois soeurs. Trois soeurs sorcières. A bientôt dix-sept ans, la jeune fille va devoir choisir lors d'une cérémonie rituelle entre la vie maritale et la vie monacale. Depuis la mort de leur mère, sorcière aussi, Cate tremble que quelqu'un découvre leur secret. A l'aube du XXe siècle, la chasse aux sorcières fait toujours rage. Sur délation ou simple présomption, des dizaines de femmes disparaissent, certaines envoyées dans un obscur pénitencier, d'autres s'évanouissant dans la nature. Alors que la date fatidique de la cérémonie d'annonce approche, Cate hésite. Son ami d'enfance la demande en mariage, tandis que son coeur penche vers le fils de la libraire de la ville. L'arrivée d'Elena, une gouvernante sensée veiller sur les trois soeurs et les introduire en société, va bousculer le fragile équilibre familial.

Je n'avais aucune attente en ouvrant ce roman lors du Read-a-Thon d'Halloween il y a presque quinze jours. J'étais même circonspecte, mon attrait pour la bit lit - la littérature de vampires - étant très très limité. Mais sur les conseils d'une Instagrammeuse que j'apprécie, j'ai sauté le pas. Et je dois dire que j'ai bien fait !  
Jessica Spotswood construit une intrigue intéressante, empruntant à l'Histoire bien des détails. La question de la chasse aux sorcières, de la condition féminine, et de l'éducation des jeunes filles de bonnes familles au XIXe sont ainsi abordées avec finesse, sur fond d'intrigue fantastique. La sorcellerie est là - les trois soeurs faisant l'objet d'une prophétie qui pourrait changer l'Histoire - mais elle n'est finalement qu'un prétexte à la construction de personnages féminins complexes.   
Les trois soeurs entretiennent des relations qui ne sont pas sans rappeler celles d'Elizabeth Bennet et ses soeurs, les héroïnes de Jane Austen, l'aînée devant s'introduire dans le monde et se marier avant ses cadettes.   
Vous l'aurez donc compris, c'est rare que je dise ça  avec de la young adult, mais allez-y les yeux fermés ! De mon côté, je vais rapidement poursuivre avec la lecture du second tome tant cette intrigue m'a envoûtée. Une parfaite lecture d'automne et d'Halloween...

Challenge Halloween 2018, Halloween, logo   

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

29 octobre 2018

Les animaux fantastiques : le journal du tournage, Jody Revenson

Les animaux fantastiques le journal du tournage Jody RevensonLes animaux fantastiques : le journal du tournage est un documentaire souple de Jody Revenson paru le 3 octobre aux éditions Harper Collins. 

Ouvrez Le journal du tournage pour faire une plongée dans l'univers des Animaux fantastiques. Vous connaîtrez les dernières nouvelles du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d’Amérique), vous aurez un point complet sur la mode et la décoration des sorciers, sur l'art (architecture de New York, la valise de Norbert, le bar Le Cochon aveugle) mais aussi des informations de dernière minute et surtout, un aperçu des coulisses Des Crimes de Grindewald, en bonus !

Vous connaissez mon attrait pour Harry Potter ? Bon, donc vous vous doutez que j'étais la candidate idéale pour découvrir ce documentaire sur le tournage des Animaux Fantastiques, dans l'attente du second film qui sort le 14 novembre.      
Du point de vue de la forme, l'ouvrage emprunte les codes de la presse : souplesse de la couverture et des pages, toucher du papier, mise en page qui alterne horizontalité et verticalité, articles courts et dossiers plus longs. Tout est fait pour que le lecteur ait l'impression de lire une gazette consacrée à la série de films issus de l'imaginaire de J.K. Rowling.      
L'ensemble est très complet et permet d'avoir un bel aperçu du premier film et de son tournage. Jody Revenson donne la parole à J.K. Rowling, évidemment, mais aussi à David Yates, le réalisateur, David Heyman, le producteur, ainsi que les comédiens. Chacun y va de sa petite anecdote pour permettre au lecteur de s'imaginer le contexte de création des films.       
En grande fan de l'univers que je suis, je me suis régalée à la lecture de ce joli livre. J'ai beaucoup appris sur les personnages et l'intrigue des Animaux fantastiques mais aussi sur la façon de le porter à l'écran. Un bel objet pour les fans, un joli documentaire pour quiconque s'intéresse au monde de la magie, un possible cadeau de Noël, qui sait ? 

Un grand merci aux éditions Harper Collins pour ce livre ! 

Lady Fae a fait une chouette vidéo pour nous donner un aperçu du livre :

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,