Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




11 mars 2015

Ekhö Monde Miroir T.3 Hollywood Boulevard, Arleston et Barbucci

Paris Empire est le deuxième tome de la série Ekhö écrite par Christophe Arleston et dessinée par Alessandro Ekhö THollywood Boulevard est le troisième tome de la série Ekhö écrite par Christophe Arleston et dessinée par Alessandro Barbucci, paru en novembre 2014 chez Soleil.

De passage à Hollywood pour faire signer un contrat à la belle Norma Jean, Fourmille et Yuri découvrent qu'il est possible de faire du cinéma sans électricité !    
Mais leur venue à Los Angeles prend une toute autre tournure lorsque Norma Jean est retrouvée morte dans sa piscine. Et lorsque Fourmille est possédée par l'esprit de la belle actrice, les deux compères n'ont d'autre choix que de découvrir ce qui s'est passé. Meurtre ou suicide, réussiront-ils à élucider la mort de Norma Jean ?

Qu'on se le dise : j'aime beaucoup cette série loufoque ! Ouvrir un nouveau tome est à chaque fois une promesse de détente et d'évasion dans un univers barré et onirique à souhait.     
Ce troisième tome ne déroge pas à la règle et entraîne son lecteur dans les grandes heures du cinéma hollywoodien en lui rendant hommage. Harry Potter côtoie E.T., il est possible de croiser Dark Vador dans un couloir ou encore King Kong et si vous ne craignez pas de louer dans un motel, celui de Bates semble être tout à fait approprié...     
Dans ce monde parallèle de bric et de broc où un film peut être tourné même sans électricité, les créatures fantastiques pullulent et il est bien difficile de faire se côtoyer les tournages. Elizabeth Taylor et Marilyn se crêpent le chignon pour des questions de cachets tandis que les T-Rex de Spielberg s'échappent entre deux prises. Difficile pour nos deux héros de mener l'enquête !     
Un excellent moment de détente et une foultitude d'hommages divers aux grands noms du cinéma à chaque page. Bref, un très bon troisième album qui possède son intrigue propre mais qui stagne légèrement sur l'intrigue générale de la série. On aurait pu le reprocher à Arleston et Barbucci, mais ce tome est tellement loufoque et drôle qu'on leur pardonne allègrement de geler leur série pour pondre un tel titre.     
Un grand merci à Claire et aux éditions pour cet album.

C'était ma BD de la semaine chez Stephie aujourd'hui et ma 62e participation au Top BD des blogueurs de Yaneck (15/20)

  Top BD

Planche 1 Ekhö 3  Planche 2 Ekhö 3

Planche 3 Ekhö 3

Une lecture que j'inscris dans le cadre du Challenge Marilyn de George.

challenge-marilyn-monroe-c3a9crit

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,


09 mars 2015

La pluie, avant qu'elle tombe, Jonathan Coe

La pluie avant qu'elle tombe, Jonathan CoeLa pluie, avant qu'elle tombe est un roman de l'écrivain britannique Jonathan Coe publié en 2007 en Angleterre et en France chez Gallimard l'année suivante.

Rosamond s'éteint à l'âge de soixante-treize ans, laissant derrière elle une confession enregistrée s'appuyant sur vingt photos retraçant sa vie, et destinée à une certaine Imogen. Gill, sa nièce, se charge d'écouter ces enregistrements et de retrouver Imogen. Au fil des heures d'écoute, elle découvre peu à peu l'histoire des femmes de sa famille.

J'ai ouvert La pluie, avant qu'elle tombe et me suis laissé emporter, à l'image de Gill, par la voix de Rosamond. Dans ses souvenirs, dans ses confidences, dans ses chuchotements, parfois lourds. Dans ses vingt photos qui semblent résumer sa vie. Une vie entière.    
Les révélations sont dures, parfois sans espoir, et Rosamond semble dérouler le fil de son existence sans jugement, sans amertume, comme un témoignage froid et distancié. En guise de rédemption, peut-être ? Et Gill d'écouter, avec ses filles, de se faire oublier, de se transformer en personnage prétexte de ce procédé narratif pour mieux laisser sa place au lecteur et découvrir qui est cette mystérieuse Imogen. 
J'ai aimé écouter la voix de Rosamond, semblant entendre au fil des pages les bandes usées et crachotantes et la voix de cette vieille dame aux portes de la mort. J'ai aimé découvrir le destin des femmes de cette famille, ce qui les liaient, leurs blessures, leurs souffrances. Une très belle lecture, au titre ô combien poétique, qui m'a permis de découvrir cet auteur et j'en suis ravie.

D'autres avis sur ce roman : Alex-mot-à-mots, Estellecalim, Hilde, Keisha, Lili Galipette, Metaphore, Nahe, etc.

10906451_613545512106612_7981170696396259077_n

Voici une nouvelle participation au Reading Challenge 2015

44 - Un livre traduit

10906451_613545512106612_7981170696396259077_n

Voici une nouvelle participation au Reading Challenge 2015
50 - Un livre que vous avez commencé et jamais terminé

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2015/02/13/31519757.html#sthash.OTWHGDrH.dpuf

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

06 mars 2015

Hérétiques : Le mystère Isolde, Philippa Gregory

Hérétiques T.1 Le mystère IsoldeHérétiques : Le mystère Isolde est un roman jeunesse de l'auteure de fictions historiques Philippa Gregory, notamment connue pour son roman The Other Boleyn Girl adapté au cinéma sous le titre Deux soeurs pour un roi.

Italie, 1453. Le prêtre novice Luca Vero est mandaté dans un couvent non loin de Rome pour résoudre une sombre affaire. Les soeurs semblent y être frappées de folie et la jeune abbesse, Isolde, accusée d'être à l'origine de ces troubles.

De Philippa Gregory, j'avais lu et apprécié L'Héritage Boleyn. Je pensais retrouver dans ce roman les caractéristiques qui m'avaient séduite dans ce roman : éléments historiques, intrigue rudement bien ficelée, suspense et, il est vrai, un brin de romance.   
Mais ma déception a été grande puisque je n'ai quasi rien retrouvé de tout ça, hormis la romance ô combien prévisible entre les deux personnages principaux. Le mystère Isolde souffre d'une intrigue molle et prévisible et de personnages caricaturaux et anachroniques.   
Luca et Isolde, les deux héros, sont des personnages du XXIe siècle. Leur psychologie est grossière et souffre de contradictions historiques invraisemblables. La jeune fille est émancipée, féministe avant l'heure, tandis que le jeune prêtre porte un regard sur la vie bien loin de ce qu'on peut imaginer venant d'un adolescent élevé en monastère depuis son plus jeune âge.   
Rajoutez à cela la prévisibilité de l'intrigue, sa mollesse, et le fait qu'une fois le mystère résolu au couvent, l'intrigue prenne un tout autre tournant, entraînant les jeunes héros sur les routes, à la découverte de nouvelles aventures et vous comprendrez la construction bancale du roman. 
Enfin, j'ai frôlé l'indigestion des détails historiques.E t pourtant, j'adore ça. Mais avec ce roman, Philippa Gregory semble oublier toute finesse dans l'art d'intégrer subtilement des détails historiques à une intrigue, sans noyer son lecteur. C'est lourd, si lourd, que le lecteur ne peut que sortir de l'intrigue et avoir l'impression de suivre un exposé sur la vie quotidienne au XVe.   
Bref, un roman ennuyeux et prévisible qui me fait douter d'ouvrir à nouveau un ouvrage de cette auteure.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

05 mars 2015

Bilan de lecture : janvier et février 2015

Bilan de lecture

Les livres chroniqués

(cliquez sur les couvertures pour lire mes billets)

 

 

Les livres en attente d'une chronique


Bilan de ces deux mois de lecture

Efficacité, tel a été mon mot d'ordre. Vous avez dû le remarquer... Non pas particulièrement dans mes lectures mais surtout dans la rédaction de mes chroniques. Peut-être est-ce l'effet de mon annonce de bonnes résolutions (et l'aveu public que je ne les tiendrai pas) qui a exacerbé ma motivation et mon esprit de contradiction ? Quoi qu'il en soit, je suis bien contente de ces deux mois de lecture et de chroniques... Pourvu que ça dure !

Je vous souhaite un beau printemps et de belles lectures   
liées à cette saison d'éveil de la nature !

Les livres chroniqués

(cliquez sur les couvertures pour lire mes billets)

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/tag/Bilan%20de%20lecture#sthash.C2xK9KQR.dpuf

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

04 mars 2015

Les Gardiens du Louvre, Jiro Taniguchi

Les gardiens du Louvre, TaniguchiLes Gardiens du Louvre est le dernier album de Jiro Taniguchi paru chez Futuropolis, en partenariat avec les éditions du Louvre, en novembre 2014.

Après un séjour en Europe pour un salon de la bande dessinée, un illustrateur japonais décide de faire escale à Paris afin de visiter ses musées.  
Fiévreux et délirant, il débute son séjour parisien avec un sentiment de solitude exacerbé par la maladie. Alors que celle-ci lui laisse quelque répit, il décide de se perdre dans les dédales du Louvre. Mais là encore, il est pris de vertiges et d'hallucinations et c'est la Victoire de Samothrace qui vient à sa rencontre pour le guider dans ce musée tentaculaire. 
Errant seul dans les couloirs du Louvre, il va se perdre à travers les époques et les genres picturaux. Croiser Camille Corot, Antonio Fontanesi, Asai Chu, ou encore Saint Exupéry, peu avant l'évacuation des oeuvres du musée en 1939. Et lors d'une escapade à Auvers-sur-Oise, c'est bien Van Gogh qui l'entraînera dans son atelier pour lui montrer sa dernière esquisse : Les Jardins de Daubigny. Un séjour parisien des plus mystérieux pour ce dessinateur japonais...

Ouvrir un album de Taniguchi, c'est à coup sûr s'immerger totalement dans un univers contemplatif des plus fascinants. De cet auteur, j'ai adoré Quartier Lointain (qui reste mon préféré), mais aussi Le gourmet solitaire, Le journal de mon père et L'homme qui marche. Et Les Gardiens du Louvre s'inscrit dans cette droite lignée d'albums tout en poésie et en contemplation, signature de l'auteur.   
Et cette fois, ce n'est pas le Japon qui est à l'honneur mais Paris et ses musées. A travers l'oeil de Taniguchi, les traits de la capitale française prennent forme et s'animent, à l'image des mystérieux gardiens
du Louvre que rencontre le héros.   
Véritable hommage à Paris
et à son histoire artistique, cet album trace des parallèles entre le Japon et la France, grâce aux artistes que Taniguchi fait revivre sous son crayon et les inspirations réciproques de leurs travaux.    
L
e trait de Taniguchi est fidèle à ses précédents albums, avec une différence notable : celui-ci est en couleurs. Difficile, peut-être, de rendre hommage au Louvre et à ses oeuvres en noir et blanc. 
J'ai adoré suivre les errements du narrateur dans les dédales du Louvre. Me perdre à ses côtés dans ce musée et m'interroger moi aussi sur la création artistique, sur la question de l'art à travers l'Histoire. Une très belle lecture. Mais ça, ce n'est pas une surprise avec Taniguchi...

C'était ma BD de la semaine et ma 61e participation au Top BD des blogueurs de Yaneck (18/20)

  Top BD

 

Planche 1 Planche 2

Planche 3

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,


02 mars 2015

Moi après moi... février 2015

 Un rendez-vous initié par Moka.
Un peu de moi à Bouquinbourg. Beaucoup des autres, surtout.

Moi après mois

Inspirer, souffler. 2015 fait décidemment beaucoup de bien / Un japonais plutôt qu'un match de foot sous la neige ? A votre avis, j'hésite longtemps ? / Venise, qui sait ? En tout cas ensemble, c'est sûr ! / Des madeleines et des sablés maison offerts un matin, pour accompagner mon café, lors d'une chouette conversation. Merci S. / Sonia Delaunay au MAM, une expo qui se savoure et qui inspire / Et puis un café viennois au Petit Palais dans la foulée. Parce que le beau fait du bien / Et un tour de grande roue aux Tuileries, parce que Paris n'est jamais aussi beau que vu d'en haut / Des sushis, plein de sushis et de brochettes de boeuf au fromage ! Le rêve absolu... / Un colis surprise qui arrive à point nommé. Les grands esprits se rencontrent toujours. Surtout avec Flo. Merci ! / Recevoir une nouvelle commande au CDI et faire le plein de livres pour les vacances / Surveiller le bac blanc, pour la deuxième année consécutive, et me replonger dans mes souvenirs de lycéenne / Une impro shopping avec une copine un soir de semaine qui se conclut par des sushis (oui je sais, encore...) / Les vacances, qui arrivent enfin /Au programme : Paris, les amis et lui / Un weekend qui tombe à l'eau parce que certains se marient / Mais deux wekeends d'affilée ensemble, c'est chouette ! / Être crispée. En parler. Aller mieux. Accepter la différence et les parallèles. Reprendre mon regard bienveillant / Un premier weekend de vacances terni par tout ça, mais utile c'est sûr / La découverte du magazine néerlandais Flow ou mon dernier énorme coup de coeur. Merci Manu pour cette découverte ! / Redécorer mon coin couture avec la guirlande de fanions et les intercalaires offerts avec ce premier numéro / Un anniversaire venu du Nord, à coup de Maroilles, de mojitos à la fraise et de welsh / Choisir mon chantier de restauration et m'inscrire dans un château pour apprendre à réaliser des tuiles et des tomettes en argile / Me régaler avec Nancy Huston et réfléchir / Spa et resto, perfect day avec ma wondercollegue / Et puis retourner à la piscine avec elle et eux pour nager ; me rendre compte que j'adore être dans l'eau / Me remettre en mode healthy, même si je ne l'ai jamais vraiment quitté / Découvrir le Musée Guimet et en tomber amoureuse / Comme une envie de voyages après cette visite... / Stimuler cette envie d'Asie en allant faire un tour chez Tang Frères pour célébrer le Nouvel an chinois / Avoir le plaisir de faire partie du jury des Pépites, catégorie BD/Manga, pour le Salon du Livre de Montreuil / Récupérer des livres à lire pour l'occasion.. C'est vrai que j'en manquais ! / Revoir celle avec qui je partage une vision commune de la vie. Passer l'après-midi ensemble, autour d'un thé et d'un fondant au chocolat maison, échanger plein d'idées et d'ondes positives et en ressortir stimulée et pleine d'energie /  Un chouette weekend avec celui qui a fait 300 km malgré une grippe pour venir me voir / Lui faire des croque-monsieur mozza/tomates séchées pour le guérir (non, ça n'a pas fonctionné contre la grippe...) / Lire, mais pas autant que ce que j'imaginais / Accueillir enfin celle qui quitte son Alsace pour revenir me voir en région parisienne. Trois jours ensemble. A parler, surtout. Et prévoir de se revoir dans l'Est / Une aprèm couture avec la team comme cela fait bien longtemps. Réussir à boucler mon projet de pochette pour livre de poche avant d'engloutir un énorme goûter bien régressif / Terminer la soirée chez celle à qui je dis tout (alors, heureuse ?) / Attendre avec impatience que celle qui est partie en Inde me raconte son périple... Et le reste ! / Attraper enfin ce virus que tout le monde a eu mais écouter mon corps, me battre avec la médecine chinoise et vaincre. Oui, vaincre m'sieurs, dames ! / Merci le gingembre et sus aux sceptiques ! / Retourner chez le coiffeur après cinq mois, youhou ! Bon, pas plus de 2 cm s'il vous plaît ! (faut pas exagérer non plus !) / Un covoit' interminable / Un weekend messin sous le signe des sushis, des mouchoirs et de Worms. Un weekend qui fait du bien / Me sentir apaisée, ancrée, solide et débarrassée de ce qui m'encombrait. 2014 a servi à tout ça, et j'en ai bien conscience / Profiter, savourer en connaissance de cause /

Les mois de Anne Véronique, Caro L’Irrégulière, Sandrine, Champagne, Tiphanie, Lily, Capp, Stephie, Sarah, Un livre un thé, Martine, Laurie, Marion et Moka.

 Flow, mon coup de coeur  Paris vu d'en haut Tang

Un repas japonais dantesque... Sonia et Nancy

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

26 février 2015

Journal intime d'un chat acariâtre, Frédéric Pouhier et Susie Jouffa

Journal intime d'un chat acariâtre

Journal intime d'un chat acariâtre est un petit livre paru en février 2014 aux éditions First.

Edgar est un chaton de six mois lorsqu'il est adopté. Mais pour ce petit chat hautain, la vie avec les humains est loin d'être la panacée. Alors chaque jour, Edgar raconte dans son journal sa vie impossible dans sa famille, sa vie en captivité, comme il la qualifie.

Voilà un petit livre à offrir aux amoureux des chats ! Histoire de rire sur les félins et leurs petites habitudes. Car si Edgar est hautain et parfois méprisant avec sa famille, il n'en demeure pas moins la caricature du chat domestique, indolent et paresseux, câlin quand il en a envie et gourmand, chasseur à ses heures perdues et avide de confort.  
La forme du journal intime permet de prendre le lecteur à partie et fait naître davantage d'humour encore, car Edgar exagère bien souvent, tout en pensant être de bonne foi. Et le lecteur de suivre ses aventures - sa captivité, comme il la définit - et de reconnaître sous les traits de ce félin un brin acariâtre, son  propre chat.   
Pour ma part, j'ai bien ri avec ce petit livre qui se lit très rapidement, et j'ai souvent retrouvé Chachat...

Petit florilège pour que vous cerniez Edgar...

"Les chats ne s'excusent jamais. Ils laissent ça aux chiens." (p.34)

"Cher journal, je viens de découvrir avec effroi que j'étais un animal domestique. Oui, vous l'avez bien lu : do-mes-tique, du latin domesticus. Mais pour qui me prennent-ils ? Pour la femme de chambre d'un hôtel particulier où vit un couple de bourgeois ? Moi, un animal domestique ? Jamais je ne ferai partie d'une quelconque domesticité. Je me considère plus ou moins comme un prince déshérité ayant trouvé le gîte et le couvert chez un couple de gueux qui ne me méritent pas." (p.36)

"Quand je m'ennuie, je mange. Quand je suis heureux, je mange. Quand je suis triste, je mange. Mais qu'on ne vienne pas me dire que je suis gourmand, ça va m'énerver, et quand je suis énervé, je mange." (p.74)

"Je ne crois pas aux relations longues distances. C'est pourquoi, cette nuit, j'ai déplacé mon lit à côté du réfrigérateur." (p.97)

Un grand merci à ceux qui se reconnaîtront de m'avoir offert ce livre pour Noël ! Chachat ne ressemble heureusement pas à Edgar (quoique...).  
Et comme ça fait bien longtemps qu'il n'est pas apparu ici, voici en exclusivité le grand fauve qui fait une tentative de camouflage sur une peau de mouton, tout en faisant semblant de dormir d'un oeil. Je le laisse faire ou je lui dis que noir sur blanc, c'est légèrement visible ??

 WP_20150215_008 WP_20150215_005 WP_20150215_004 WP_20150215_015

WP_20150215_010 WP_20150215_011 WP_20150215_013 WP_20150215_014

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

18 février 2015

Un printemps à Tchernobyl, Emmanuel Lepage

Un printemps à Tchernobyl, Emmanuel LepageUn printemps à Tchernobyl est une BD documentaire d'Emmanuel Lepage parue chez Futuropolis en octobre 2012.

26 avril 1986, le coeur du réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl se met à fondre, provoquant un nuage radioactif d'une envergure sans précédent. L'affaire est étouffée, les risques minimisés. Aujourd'hui encore, il est difficile d'obtenir des informations précises sur les dégâts de cette catastrophe nucléaire. 
Vingt-deux ans plus tard, le dessinateur et scénariste Emmanuel Lepage décide de se rendre sur les lieux du drame, dans une résidence d'artistes. Pour rendre compte, par des mots, par des dessins. Pour se rendre compte. Pour rencontrer ceux qui vivent toujours près de la zone interdite. Pour défier la mort, qui rôde toujours.

Ouvrir Un printemps à Tchernobyl, c'est se garantir une claque. Une vraie claque. De celles qui vous clouent un moment au sol et vous amènent à réfléchir. Par son sujet éminemment tragique et complexe, cet album entraîne son lecteur dès les premières planches dans cette page mouvementée de l'Histoire.  
Le silence se fait dès l'ouverture de l'album, l'angoisse monte et le lecteur de s'identifier à l'auteur et à son projet un peu fou. Partir aujourd'hui à Tchernobyl ? Avec tous les risques que cela comporte ? Avec les non-dits et les flous qui persistent ? Impossible de ne pas en avoir le souffle coupé.
..
Et puis les dessins de Lepage. L'ambivalence de ses planches si sombres, si torturées, au début de l'album, qui se teintent de couleurs, dès le 1er mai, et qui fleurissent au diapason de la nature qui a repris le dessus dans la zone. Emmanuel Lepage lui-même est surpris de voir cette luxuriance, cette verdoyance, cette beauté même, dans cette zone au passé si sinistre.  Si au début ses dessins ressemblent aux représentations que l'on a de Tchernobyl et de la zone - sombres, au trait acéré et menaçantes, comme si l'image de la centrale portait en elle la menace de son nuage radioactif - au fil des pages les couleurs et la vie reprennent le dessus, à l'image de ces habitants si accueillants et joyeux, malgré tout, de ces enfants qui courent et jouent dans l'herbe, en bordure de la zone interdite, de ces rires, de ces musiques, de cette générosité.
L'auteur en est lui-même dérouté et doute de la légitimité de ses dessins colorés alors qu'il pensait venir pour dénoncer les risques du nucléaire. Comme si le passé était recouvert par la nature et enterré sous des couches de non-dits. Comme si ce 26 avril 1986 n'existait que par ses stigmates : cette ville de Pripiat abandonnée, cette centrale désaffectée et cette zone interdite qui s'ouvre désormais au tourisme. Mais les conséquences sont là, même si peu en parlent et que tous préfèrent célébrer la vie plutôt que s'apitoyer.

Il y aurait tant à dire encore, mais je préfère m'arrêter là car il m'est difficile d'organiser ma pensée. Un conseil : ouvrez-le, laissez-vous emporter par cet album documentaire, par la force du trait de Lepage, par ses mots, ses interrogations, ses doutes parfois. Laissez-vous vous immerger par son expérience et envahir par cette page de notre histoire et ses conséquences. 
Les nombreux lecteurs de cet album : Aifelle, Antigone, JérômeKikine, MangoMiss Alfie, Mo’Noukette, OliV, Sandrine, Sandrine, Syl., Yaneck, Yuko, Yvan, etc.

C'était ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Stephie et ma 60e participation Top BDau Top BD des blogueurs de Yaneck (18/20)

 

 

 

Un grand merci à Sébastien pour cette découverte !  
 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

15 février 2015

Une adoration, Nancy Huston

Une adoration, Nancy HustonUne adoration est le dixième roman de la femme de lettres franco-canadienne Nancy Huston paru en 2003 chez Actes Sud.

Le comédien Cosmo est mort, un couteau planté dans le thorax. Pour comprendre ce qui s'est passé, son entourage vient témoigner. Elke, la maîtresse passionnée, Fiona, la fille de celle-ci et grande admiratrice du comédien, Frank, son frère, haineux et envieux, Josette, la mère éplorée, Jonas, l'amant de la dernière heure, le choeur de femmes qu'il a aimées mais aussi la passerelle qui l'a vu improviser ses premiers sketches, le couteau qui l'a tué, la baguette de pain ou encore le Cèdre du Liban qui interviennent à un moment de l'intrigue. Au tribunal où le lecteur est juge défile cette drôle de galerie, pour comprendre qui était Cosmo. Quelle était sa vie. Et ce, jusqu'à l'inévitable...

Je connaissais Nancy Huston de nom mais ne savais pratiquement rien de cette auteure. Après cette première lecture, je sais dorénavant deux choses : non seulement Nancy Huston est une femme de lettres talentueuse, mais aussi que je vais désormais tâcher de découvrir son oeuvre. 
Une adoration est un roman original dans son intrigue comme dans sa construction. De Cosmo, le personnage principal, nous ne saurons que ce que ses proches veulent en dire. Nous n'en aurons qu'une vue biaisée par leur prisme, par leurs regards. De l'amante éplorée à la mère vindicative en passant par les anciennes maîtresses éconduites ou l'ancien amant, chacun porte en lui sa vision du comédien, selon les rapports qu'il entretenait avec lui et ce qu'il a pu saisir de sa personne.  
Dans ce tribunal qu'est le roman, à la barre duquel chacun défile, la vie de Cosmo s'étire donc sous les yeux du lecteur ébahi, pris à parti par chacun sous le terme de "Votre Honneur". Les émotions se succèdent, selon les interventions de chacun, du rire aux larmes, de la colère à l'incompréhension. Et pas une seule fois le pauvre Cosmo ne pourra rétablir sa vérité.   C'est bien le comble : même les personnages décédés interviennent dans cette histoire. Tous, sauf lui...
L'humour est là, lorsque la baguette de pain ou la passerelle prennent la parole, lorsque les personnages, lassés d'attendre leur tour, veulent eux aussi être sous les feux des projecteurs et exigent la parole. 
De ce petit théâtre où chacun se bat pour exister et parler de son Cosmo, le lecteur est spectateur impuissant. Et si le postulat de départ est la mort du comédien, le lecteur peut néanmoins sentir l'émotion palpable, derrière les diverses interventions, et la réticence à avancer davantage dans le temps. Comme si évoquer à nouveau le décès de Cosmo était trop dur pour chacun des personnages. Mais la vérité doit éclater : qui a réellement tué Cosmo ? 
Je ressors absolument enchantée de ce roman polyphonique. Les voix des différents personnages résonnent encore une fois la dernière page tournée et c'est avec regret que j'ai refermé ce drôle de roman vibrant d'énergie et tourbillonnant.
Mais je ne quitte pas Nancy Huston pour autant et me replonge dans un autre de ses livres, un essai cette fois : Reflets dans un oeil d'homme. Merci Flo pour cette chouette continuité !

"On fait ce qu'on veut, ce qu'on peut, n'est-ce pas, avec les souvenirs qui nous constituent..." (p.49)

"Souvent, quand je flâne à Montparnasse, je vois tous ces gens en train de boire, de rire et de bavarder à la terrasse des cafés et je me dis que chacun d'eux, bricolant au petit bonheur la chance, construit dans sa tête le récit de sa vie, l'enchaînement particulier de choses, de jours, de lieux et d'êtres grâce auquel il se reconnaît en se réveillant le matin, oui, tous ces milliers de gens intégreront à l'histoire de leur vie cette soirée passée à la terrasse de tel ou tel café." (p.292)

Une chronique de soukee rangée dans Littérature canadienne - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

13 février 2015

La vie sexuelle des super-héros, Marco Mancassola

La vie sexuelle des super-hérosLa vie sexuelle des super-héros est un roman de l'écrivain italien Marco Mancassola paru chez Gallimard en 2011.

New York, mai 2005. Les super-héros qui ont sauvé l'Amérique au début du siècle dernier ont cessé leurs actions bienfaitrices et se sont recyclés dans diverses activités professionnelles. 
Mais une menace plane au-dessus d'eux, sous la forme de lettres anonymes révélant des détails de leur sexualité. Quand Robin est assassiné, la menace devient réelle et les super-héros commencent à craindre pour leur vie...

Avec un tel titre, je m'attendais à un roman traitant son sujet avec humour. Je m'attendais à du frivole, du léger. Un tueur qui menace ses victimes en leur parlant de leurs fantasmes les plus secrets et en révélant des détails croustillants de leur sexualité ? Voilà qui était amusant et tentant comme approche. 
Malheureusement, il n'en est rien. Non seulement ce roman n'est pas drôle du tout, mais en plus son intrigue est lente et tortueuse, les chapitres se succédant sans réel lien apparent si ce n'est les super-héros. C'est sombre, désabusé et nostalgique, comme si Marco Mancassola embrassait le point de vue de ces anciennes stars déchues. On pourrait y voir une critique de la société, certes, mais on s'interroge sur la nécessité du sexe et de la noirceur pour étayer cette idée.
Si le plaisir de retrouver des grands noms de chez Marvel et DC Comics est là - le lecteur suit tour à tour le quotidien de Mister Fantastic, Batman, Mystique et Superman - il est de courte durée. C'est malheureusement tout l'intérêt que j'ai trouvé à ce roman. Et c'est bien peu.
Les scènes de sexe sont gores et glauques, les personnages seuls et déprimés. Et puis c'est lent. Si lent. Un bien triste portrait de l'Amérique. Si triste que je n'ai même pas réussi à aller au bout de ce roman de près de six cents pages. L'intrigue traîne trop en longueur, s'étire tel le corps de Mister Fantastic. Et puis franchement, quelle idée aussi d'assassiner Batman avec un fist fucking ?  Je crois que c'est le détail qui m'a décidée à arrêter ma lecture. Oui, messieurs dames, Batman mérite une fin plus digne. Non mais.
Une erreur de casting dans mon parcours de lectrice. C'est sûr. Un roman dont je n'ai absolument pas saisi l'intérêt et qui - c'est rare - m'est littéralement tombé des mains. Maintenant, si vous avez vraiment du temps à occuper et de la patience...

10906451_613545512106612_7981170696396259077_n

Voici une nouvelle participation au Reading Challenge 2015
50 - Un livre que vous avez commencé et jamais terminé

Un livre que vous avez commencé et jamais terminé.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature italienne - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,