Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




22 juin 2015

La bibliothèque des coeurs cabossés, Katarina Bivald

imageLa bibliothèque des coeurs cabossés est le premier roman de la suédoise Katarina Bivald paru en 2013 en Suède et qui connaît aujourd'hui un important engouement. Publié dans vingt et un pays, il est paru en janvier cette année chez Denoël.

Sara Lindqvist est une jeune suédoise de vingt-huit ans dont la vie se résume à son amour pour les livres. Employée dans une librairie, Sara entretient une correspondance littéraire avec Amy Harris, une sexagénaire américaine aussi amoureuse des livres qu'elle. Le jour où Sara perd son emploi, Amy lui propose de venir lui rendre visite dans sa petite ville de l'Iowa.
Séduite par l'idée et bravant sa timidité, Sara quitte sa Suède natale pour découvrir les Etats-Unis et rencontrer Amy. Mais à son arrivée à Broken Wheel, une terrible nouvelle l'attend : Amy est décédée. Désemparée, Sara est néanmoins très bien accueillie par les habitants de la petite ville et décide de rester. Mais la jeune femme ne veut pas être inutile et décide de se lancer dans un projet fou : ouvrir une librairie à Broken Wheel, alors que personne ne semble être intéressé par la littérature.  

Voilà un roman feel good, à n'en pas douter. Et si l'expression vous fait fuir et suscite votre mépris, essayez de dépasser vos a priori et autorisez-vous, peut-être, à succomber à un  roman qui vous détend et vous fait passer un agréable moment. Amoureux des livres (et les autres aussi !) plongez à corps perdu dans La bibliothèque des coeurs cabossés, rejoignez Sara et les habitants de Broken Wheel, ces personnages un peu cabossés mais terriblement attachants, comme l'annonce le titre du roman, et laissez-vous contaminer par leur énergie collective pour fonder cette librairie dans cette petite ville de l'Iowa.
Si l'intrigue est un peu éculée et que certains clichés hantent les pages (et notamment celui de la lectrice asociable qui ne vit qu'à travers ses livres), le tout se déroule avec simplicité et se lit agréablement. Rien de surprenant, mais finalement, ce n'est pas ce qu'on attend quand on ouvre ce roman.
Les livres sont partout dans ces pages, évoqués au fil des lettres échangées entre Amy et Sara, et par cette dernière lorsqu'elle conseille chaque personne qui pousse la porte de sa librairie et tente, au fil des jours, de trouver le livre qui lui conviendra.
Les références littéraires abondent dans ces pages - Harper Lee, Kathryn Stockett, Fannie Flagg, Jane Austen, entre autres - et offrent au roman une atmosphère singulière propice à la lecture. 
On ne peut pas ne pas penser à deux autres textes fondés sur une correspondance littéraire - 84, Charring Cross Road et Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - le premier tiré d'une histoire vraie, le second fictionnel.
La bibliothèque des coeurs cabossés fait partie de ces textes doudou dans lesquels il est bon de se plonger et dont on sort avec un sourire aux lèvres... et l'envie de dévorer tous les romans évoqués au fil des lignes ! Hommage à la littérature et ode à l'amitié, ce roman est un condensé de bonne humeur dont je ne peux que vous conseiller la lecture ! Oui au roman feel good de temps en temps : ça ne fait de mal à personne, bien au contraire !

D'autres lecteurs de ce roman : Azilis,  EmeraldaFaelys, KeishaMelisende, Miss Alfie, Vilvirt, etc. 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature suédoise - Vos commentaires [38] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,


20 juin 2015

Les trois lumières, Claire Keegan

Les trois lumières, Claire KeeganLes trois lumières est un très court roman de la femme de lettres irlandaise Claire Keegan paru en 2011 aux éditions Sabine Wespieser.

Alors que sa mère est sur le point d'accoucher d'un énième enfant, la jeune narratrice est confiée à des parents éloignés, les Kinsella, un couple aimant et sans enfant.  
A leurs côtés, la jeune Pétale, comme l'homme la surnomme, va découvrir un monde bienveillant et chaleureux, où l'amour prend le pas sur les blessures anciennes.

En moins de 90 pages, Claire Keegan offre à son lecteur un roman court et dense à la fois, où chaque mot compte, où les émotions sont là, lisibles entre les lignes, perceptibles au milieu des silences.  
La vie s'étire calmement et paisiblement pour la jeune narratrice qui goûte à un quotidien aimant bien loin de la rudesse de sa vie de famille. Discrète et calme, l'enfant observe le couple qui l'accueille et démêle subtilement les écheveaux de leur douleur sous-jacente. Les deux époux sont taiseux mais hantent les pages de leur présence rassurante. Des forces tranquilles qui apaisent la fillette qui semble trouver sa place dans ce quotidien structuré qui est le leur.  
P1020611
Une belle plongée dans la campagne irlandaise au charme suranné. Un roman court, très court, trop peut-être. J'aurais aimé rester plus longtemps aux côtés de ces personnages et écouter leurs silences pour mieux les comprendre. Mais une belle immersion dans cette Irlande que j'aime tant, qui m'a fait repenser avec délice à ma découverte de l'île d'émeraude, il y a bientôt quatre ans.

D'autres avis : Alex, CanelChoco, Clara, Cynthia, Delphine, Kathel, Keisha, LeiloonaLiliba, Lili Galipette, Noukette,  PaulineSandrine, etc.

Un grand merci à celui qui a souhaité m'offrir ce livre, pour mon changement de décennie !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

17 juin 2015

Reckless T.1 Le Sortilège de pierre, Cornelia Funke

Reckless TReckless est une série de fantasy imaginée par la romancière et illustratrice allemande Cornelia Funke, connue pour son best-seller Coeur d'encre. Le premier tome, Le sortilège de pierre, est paru en 2010 chez Gallimard.

Jacob Reckless a douze ans lorsqu'il découvre un monde parallèle derrière le miroir du bureau de son père. Un monde fascinant mais dans lequel rôdent des créatures maléfiques. Le garçon s'y évade toutes les nuits et devient chasseur de trésors jusqu'à son entrée dans l'âge adulte. Mais une nuit, Will, son jeune frère, le suit et faute de prudence, est victime d'un sortilège le transformant peu à peu en Goyl, une créature en pierre. Le temps compte, car Will commence déjà à se transformer et oublier Clara, celle qu'il aime. Jacob n'a que deux jours pour sauver Will avant que ce dernier ne se transforme totalement en pierre et oublie son passé d'humain.

Je ne suis pas une grande lectrice de Fantasy, en témoignent mes chroniques de lecture. Mais depuis que je suis (assidûment même !) un MOOC consacré au sujet, mon horizon littéraire s'élargit, tout comme mes envies ! Je n'ai donc pas résisté à l'appel de ce nouveau roman de Cornelia Funke que j'avais sous la main.  
Le roman s'ouvre sur la découverte du monde derrière le miroir par le jeune Jacob, puis après quelques descriptions qui plantent le décor d'un univers de fantasy, le récit fait un bond de douze ans dans le futur et le lecteur retrouve Jacob, vingt-quatre ans, en prise avec la malédiction de son frère qui le ronge peu à peu et transforme sa peau en pierre.  Cette ellipse temporelle, si elle déroute de prime abord, annonce dès le début l'enchevêtrement de l'intrigue qui se déroule de façon linéaire mais délivre au fur et à mesure des éléments du passé qui permettent de la comprendre.  
L'intrigue poursuit le schéma traditionnel de la quête d'un héros solitaire et les allusions aux contes de fées sont légion (les prénoms des deux frères n'étant pas sans rappeler ceux des frères Grimm, bien entendu). Les créatures merveilleuses se succèdent, empruntées à différents folklores, et le lecteur de suivre les aventures de Jacob et de son frère, dans cet univers onirique et inquiétant.  
Un roman qui se lit très vite, à la particularité d'être illustré par l'auteure elle-même, et qui ouvre de belles perspectives d'aventures pour le trio de personnages. Si j'ai passé un bon moment de lecture, j'avoue avoir été quelque peu déçue en comparaison de Coeur d'encre et de son hommage aux livres. Mais peut-être que le deuxième tome, que j'ai sous la main également, saura me faire changer d'avis ?

 Et hop ! Une nouvelle participation au Reading Challenge 2015 :

24. Un livre choisi pour sa couverture

10906451_613545512106612_7981170696396259077_n

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

03 juin 2015

Belle-île en père, Patrick Weber et Nicoby

Belle-île en père

Belle-île en père est un album écrit par Patrick Weber et dessiné par Nicoby paru chez Vents d'Ouest en mars cette année.

Vanessa Blue, actrice principale d'une série télévisée sentimentale, décide de s'écarter du tourbillon médiatique qu'est sa vie. Elle part se ressourcer loin des paillettes à Belle-île, en Bretagne, comme Sarah Bernhardt, un siècle avant elle. C'est dans ce lieu sauvage et à la nature violente que la jeune femme se lance sur les traces de son passé pour tenter de découvrir pourquoi son père a disparu, des années aupravant. 

En ce moment j'ai une obsession, c'est la Bretagne. Ne me demandez pas pourquoi, je ne le sais pas mais cette région m'attire irrésistiblement et je n'ai pas su résister à l'appel de cet album.   
Mais voilà une BD bien singulière, hybride, entre fiction, échappées biographiques vers Sarah Bernardt et hommage au lieu. Un mélange assez singulier qui peine malheureusement à fonctionner car les trois visées semblent se télescoper et aucune n'aboutit réellement.       

Planche 1Les dessins de Nicoby laissent la part belle aux couleurs vives et aux contours bien définis. Les personnages ont des traits esquissés rapidement, tout comme les paysages, ce qui laisse au lecteur une belle part d'imagination. Mais de mon côté, la magie visuelle n'a pas opérée, pas même sur les paysages sauvages de Bretagne.    
Un album qui se termine par des photos de Belle-île, ce qui participe encore davantage à la confusion liée au genre. Une lecture qui m'a plu pour son cadre mais dont je n'ai pas réellement saisi la portée.  

C'était ma BD de la semaine, aujourd'hui chez Yaneck !

 BD_de_la_semaine_BIG_red

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

01 juin 2015

Moi après mois... avril et mai 2015

 Un rendez-vous initié par Moka.
Un peu de moi à Bouquinbourg. Beaucoup des autres, surtout.

 moi après mois

Un moi après mois pour deux mois, parce qu'à Bouquinbourg, le temps a sa propre définition... / Rénover un château du 12e siècle pendant une semaine au soleil / Faire des choses de mes mains, sans penser à autre chose et adorer / M'inscrire dans la foulée pour un autre chantier cet été / Et être rejointe par une copine pour ce projet / Tessa est là, Tessa est là ! Youpi ! Un peu en avance, mais tout va bien ! / Et puis Marcus, aussi. Un baby musicien à n'en pas douter ! / Celle qui profite d'un Colibri pour m'annoncer une belle nouvelle. Très très contente pour vous / Et puis le changement de décennie tant redouté qui arrive enfin / Celles qui étaient là, ce soir-là, avec qui trinquer. Mes essentielles. / Et celui avec qui j'ai fêté cet événement dans un bon resto / Une enceinte Bose à relier en bluetooth avec mon Ipad, de quoi écouter tout plein de musique à la maison. Merci ! / Celle qui m'a prévu un cadeau sur 9 jours, en mode Cité de la peur  : "On peut avoir 30 ans une fois..." Adorable / Et puis tous ces super messages hyper agréables / Et ces livres si bien choisis et que je n'attendais pas. Merci / Et puis notre Spa rituel, à refaire le monde. Mon little Bouddha à moi se nomme Alice :) / Tirer définitivement un trait sur le fait de savoir jouer la Valse en C mineur de Chopin avant trente ans. Un rêve de jeunesse que je laisse derrière moi, mais sans regret / 30, 60, 90 qui approche... Il faut que je peaufine des choses / Une échappée vénitienne des plus intéressantes. Architecturalement. Et puis pour le reste aussi. / Venise, Venise. C'était bien avec toi / Et des retrouvailles en Alsace à quatre dans la foulée / Un bracelet et des boucles d'oreilles magnifiques, parce que ça reste / Et puis des cadeaux pour NY mais qui serviront un peu plus tard / Chachat qui revient à la maison, après un mois gardé par super soeurette / Qu'il est chouette mon chaton ! / Discuter beaucoup, avec celles qui m'entourent et apprécier tant nos amitiés et leurs formes variées / Une virée shopping en Allemagne qui tourne à l'indigestion pour ma CB. Mais c'est pour la bonne cause : l'été arrive ! / Décider de redonner des cours particuliers, encore, parce que l'époque n'est pas simple / Une fête de la nature en bonne compagnie et un jus de groseille siroté sereinement au soleil / Décider de vacances entre copines à l'océan, carnet de voyage et crayons sous le bras / Avoir furieusement envie de créer / Farfouiller dans mes affaires de couture et me dire que décidément, je n'ai plus de tissus d'été / Prévoir donc une virée au Marché Saint Pierre pour remédier à tout ça et piquer des patrons aux copines / Organiser une fête de départ pour celle qui rejoint enfin son Sud / Une surprise venue d'Islande, quel bonheur !/ Et puis mon premier mariage, ça y est ! Dans le Sud, dans un champ et sur des bottes de paille. Même que c'était chouette / Next one le 15 août... Je serai prête les gars ! Même si les Lacs du Connemara n'ont pas droit de cité chez vous. So sad... / Pinterest, ma maison virtuelle, mes rêves inavoués, mes désirs cachés / Une pizza aux artichauts pour celui qui tente d'éradiquer la viande de son alimentation / Penser de plus en plus au végétarisme... Il ne me reste pas grand chose à éliminer, mais arrêter les brochettes de boeuf au fromage de mon japonais, c'est hyper dur ! / Je me remets en cuisine : crumble et salades au menu ! Oui je sais, vous êtes méga impressionnés (quand on pense que pendant 2 ans j'ai eu un blog de cuisine...) / Et puis des Tinto de verano pour refaire le monde en terrasse. Parce que c'est bon de refaire le monde autour de Tinto / Rêver d'une coloc inspirée et inspirante : 2JF créatives cherchent coloc artiste pour atelier créatif dans grande maison avec dépendance. C'est bon de rêver... / Recevoir le réalisateur tant attendu au boulot et apprécier cette rencontre parce que les élèves ont bien géré / Amorcer la fin de l'année. Ranger, trier, jeter. Prévoir les nouveaux projets pour l'an prochain : développement durable, club lecture méga organisé et projets linguistiques. Ca va être bien. Ca va être très bien même / Devenir tutrice d'une stagiaire en Master 2, c'est chouette aussi / M'inscire à un MOOC sur la Fantasy et me régaler / Une aprèm couture qui se transforme en aprèm au soleil à refaire le monde. Parce que le soleil c'est bien aussi / "J’suis comme rempli d’espoir, ce matin je renais, emmène-moi près du phare, allons jusqu’aux rochers" / Bouger les meubles, encore et encore. Comme une envie de changement... / Découvrir après tout le monde Dr Who et adorer / Les jours qui filent, qui filent, mais du temps nécessaire et dont je n'avais pas conscience. Comme quoi, la vie est bien faite / Arrêter de vouloir aller plus vite que ce que je peux / Faire des pas de géant et vivre des expériences qui me le confirment / Me délester, encore, de ces casseroles encombrantes et me retrouver, enfin / I'm back, sorry guys /

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


24 mai 2015

Nymphéas noirs, Michel Bussi

Nymph_as_noirsNymphéas noirs est un roman de l'auteur, professeur de géographie et chercheur au CNRS Michel Bussi paru en 2011 aux Presses de la Cité. 

Giverny, son moulin, ses ruelles aux couleurs chatoyantes, ses jardins de Monet avec leurs célèbres nymphéas. Tout y est paisible et la vie suit son cours, au rythme des hordes de touristes qui se déversent chaque jour pour visiter les lieux et marcher dans les pas du maître, chevalet et peintures à la main.   
Mais ça serait sans compter ce cadavre, dans le ruisseau, le crâne écrasé. Et ces trois femmes, dont on sait d'avance le destin scellé. Trois femmes singulières. Mais que se passe-t-il vraiment à Giverny ?

J'ai découvert il y a quelques temps Michel Bussi avec le roman N'oublier jamais. J'avais été happée par ce polar et agréablement surprise par son dénouement. J'ai voulu retenter l'expérience avec ce roman, demandé par une de mes élèves pour le lycée (et parce que Giverny et Monet sont singulièrement plus présents dans ma vie ces derniers temps).

Dès les premières pages, Michel Bussi plante son décor, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il le fait d'une main de maître. C'est même le point fort de ce roman : cette peinture de Giverny qui se déroule sous les yeux du lecteur. Tel un peintre, il dresse en quelques mots un portrait du village et c'est avec ravissement que le lecteur voit naître Giverny sous ses yeux. Les descriptions sont imagées et colorées et permettent de remarquablement se représenter le théâtre des macabres événements à venir.

Véritable architecte du suspense, Michel Bussi tisse la toile de son intrigue et emmêle son lecteur dans son filet dès le prologue, présentant trois personnages, trois femmes, et annonçant la mort de deux d'entre elles. Tel un marionnettiste un peu cruel, il joue avec ses personnages, et par là même, avec son lecteur qui se voit pris dans ses filets et obscurci par une intrigue très simple en apparence. Trop simple, évidemment.

Si la plume de Michel Bussi n'a rien de particulièrement remarquable, elle n'en demeure pas moins efficace. La peinture est omniprésente dans l'intrigue, par le biais de peintres, d'amateurs d'art ou encore de Monet, dont l'ombre plane sur le village. 

Nymphéas noirs est un roman policier agréable à lire, à l'intrigue bien construite et au décor enchanteur. Rajoutez à cela que l'inspecteur dépêché sur la scène de crime est un toulousain qui n'a pas froid aux yeux, et vous aurez compris que ce roman a assouvi mes attentes et m'a donné une envie : celle de découvrir Giverny !

D'autres lecteurs : Aifelle, Alex-mot-à-mots, Canel, CottageMyrtille, Sandrine, Yuko, etc.

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

20 mai 2015

The very inspiring blogger award

Quand CottageMyrtille et FondantOchocolat me décernent de concert un Award et quand en plus celui-ci s'appelle The Very Inspiring Blogger Award, je ne peux que rosir de plaisir... Merci beaucoup les filles, c'est très gentil et vos mots m'ont beaucoup touchée.

The very inspiring Blogger Award 

La minute d'effusion étant passée (vous remarquerez que je ne m'éternise pas, pour une fois, à remercier ma famille et mes amis, qui m'ont toujours soutenue...) les règles de cet Award sont simples : il faut désigner dix blogueurs que l'on aime lire, que l'on admire et tout et tout
Bon, ça c'est le côté super formel, mais vous imaginez bien à quel point c'est compliqué de choisir dix personnes parmi celles que l'on apprécie de lire. Alors je vais plutôt lister ceux chez qui je vais systématiquement et ce que j'aime chez eux (même si je vais en oublier, même si l'idée de choisir me dérange, mais vue l'heure et les neurones qui me restent ce soir, vous me pardonnerez j'espère !) :

  • Hilde - ma copinaute de challenges indiens - parce que j'aime toujours autant suivre tes projets
  • L'Irrégulière pour ta plume acérée et ton oeil de photographe
  • L'Or parce que L'Or : pour ce que tu es et les émotions que tu transmets à travers tes textes
  • Faelys parce que lorsque je cherche une belle idée en jeunesse, je file chez toi, et parce que le nom d'Hermux vient de ton blog...
  • Martine pour tes mots, ta tendresse et ton amitié
  • Estellecalim pour tes magnifiques photos de voyages et ton regard sur le monde
  • Jérôme  pour ton regard critique et tes chroniques de BD qui m'inspirent bien souvent
  • Karine :) parce que j'adore ton ton décalé pour parler d'un livre ou pour raconter tes aventures rocambolesques !
  • Syl parce que je me sens toujours bien quand je viens sur ton blog, comme dans un cocon chaleureux
  • Tiphanie pour nos similitudes, ta sympathie, ta gentillesse et tes chroniques alléchantes
  • Violette pour ton éclectisme et tes billets toujours stimulants
  • Marion pour ta fraîcheur et le ton de tes articles
  • Moka parce que j'adore ton Moi après mois et tout ton univers
  • ...Et bien d'autres encore !

La blogosphère regorge de belles plumes, de regards vifs et de personnalités attachantes, et c'est drôlement chouette ! Même si la vie ne permet pas toujours d'être aussi régulier qu'on le souhaiterait dans ses chroniques, écrire un blog et participer à une communauté comme la blogosphère littéraire est une expérience des plus enrichissantes que je ne regrette pas d'avoir tentée, il y a bientôt six ans. Ah... Voilà, je savais bien que j'allais sombrer un peu dans le cucul larmoyant. Il est l'heure de fermer mon clavier et d'aller reposer mon dernier neurone. Merci à tous pour ces beaux moments, cette émulation et ce partage (et bravo si vous avez lu jusque là mes digressions !)

Award

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]

12 mai 2015

Bilan de lecture : mars et avril 2015

Bilan de lecture

Les livres chroniqués

(cliquez sur les couverture pour lire mes billets)

Les livres en attente d'une chronique

 

 

 Bilan de ces deux mois de lecture

Un bilan qui survient un peu tard (mi-mai , c'est plus qu'un peu tard !) mais à l'image de ces deux derniers mois de lecture : intense et hétérogène. Le Chardonneret a occupé une partie de mon temps, contrairement à L'affaire Harry Québert que j'ai dévoré en moins d'une semaine. J'ai lu beaucoup d'albums, aussi, et j'ai renoué avec le roman jeunesse avec Le Mystère Isolde (qui ne fut malheureusement pas une belle rencontre).

Au vu de ce bilan, je me dis que ça vaut peut-être le coup que je revienne à mon rythme mensuel de publication de bilan. J'avais adopté celui d'un pour deux mois comme je lisais très peu ces derniers temps, mais finalement, l'envie est revenue alors pourquoi ne pas changer encore ? A ffaire à suivre...

Mai s'annonce chargé en lecture, comme les deux mois qui viennent de s'écouler. J'ai plein de livres sous la main qui me tentent drôlement et j'ai une belle énergie pour partir à la rencontre de nouveaux textes.

Je vous souhaite donc un beau mois de lecture !

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

11 mai 2015

" Venise, Venise, qui pourra nous faire oublier Venise !"

J'emprunte à l'architecte Viollet-le-Duc ces quelques mots pour exprimer mon ressenti face à ma découverte de Venise. Me voilà de retour, rentrée de mes quelques jours d'échappée vénitienne. Et si la Sérénissime ne s'est pas montrée sous son ciel le plus radieux, elle nous a néanmoins permis de parcourir ses ruelles et ses canaux et nous perdre dans ce dédale magnifique. Une merveille architecturale qui a su me séduire au-delà de mes espérances. Je laisse place aux photos, bien plus convaincantes que mes mots.

Le Grand Canal

Le Grand Canal Palais au bord du Grand Canal

  P1060190

L'arrivée par le Grand Canal reste un moment inoubliable. Voir la Sérénnisime s'offrir sous nos yeux ébahis. Ses palais les pieds dans l'eau, son fleuve calme qui se déroule comme une encre, son architecture hétérogène aux relents orientaux et l'ombre de la Basilique Santa Maria della Salute qui plane sur la ville... 

Le Palais des Doges 

L'escalier des Géants au Palais des Doges Une bouche de lions, pour dénoncer anonymement

Façade du Palais des Doges Les coursives du Palais des Doges

Le Pont des soupirs

La visite du Palais des Doges, à l'architecture bien singulière fondée sur le principe de masse inversée, suscite chez moi beaucoup d'émotion. Arpenter ce haut lieu des institutions vénitiennes depuis le 14e siècle, des salles du palais jusqu'aux prisons - pour lesquelles il faut franchir le célèbre Pont des Soupirs - reste un des grands moments de mon voyage.

La Fenice La Fenice

Et puis la Fenice, l'opéra mondialement connu, deux fois détruit par les flammes et reconstruit à l'identique. Du stuc et des dorures trop récentes qui me laissent finalement de marbre, là où je pensais être conquise.

L'Ile de la Giudecca

Canal vénitien Les Gondoles, qui font partie du paysage vénitien

 Vue de la fondation Peggy Guggenheim

Venise by night !

Max Ernst Le grand Hitch  Magritte, of course !

Arpenter les ruelles et les canaux, de jour comme de nuit, pour saisir ce qui fait l'essence de cette ville. Voir que tout ce qui constitue les clichés de cette ville est finalement beau, très beau. Profiter d'un jour un peu pluvieux pour visiter la Fondation Peggy Guggenheim. Rêver devant les oeuvres de cette collection privée.

  Vue du campanile

Vue du campanile

Monter en haut du Campanile et admirer la vue sur la lagune. Etre ébloui, encore une fois, par cette architecture et ces eaux turquoises.

 

 

 

 

 

 

L'île de Burano L'île de Burano

Le campanile sur l'île de Burano L'île de Burano

Le campanile sur l'île de Burano Vue de Venise en revenant de Burano

Terminer le voyage par l'Ile de Burano, au Nord de la lagune, réputée pour ses façades colorées. Se balader dans ce petit village de pêcheurs qui conserve une âme, malgré les hordes de touristes qui l'envahissent chaque jour.

Et parce que la gastronomie vénitienne est singulière et réputée, voilà un petit aperçu de ce que nous avons choisi de déguster lors de ce séjour...

Des cicchettis Une montagne de charcuterie !

Des cicchettis (équivalent des tapas espagnoles) et un plateau de charcuterie dantesque !

Le chocolat chaud à la menthe de chez Florian Des cannolis au chocolat

Un chocolat chaud à la menthe bu au Florian et des canolis au chocolat

 Pizza, vous avez dit pizza ? A la roquette, ma préférée !

Des pizzas, déclicieuses et nombreuses durant ce séjour !

Friture de poisson Spritz

Une friture de poissons et un Spritz, l'apéritif local

Moi, dos au Grand Canal !

***

Une ville singulière et qui ne ressemble à rien de ce que j'ai pu visiter auparavant. J'en ressors enchantée et charmée. Et c'est rare, mais sitôt rentrée, je n'ai eu qu'une envie : y retourner pour continuer à la découvrir !

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

28 avril 2015

Chut... Je prolonge mon exil à Venise

Venise

C'est sous les cieux vénitiens que je pars demain,
dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne.
Découvrir la Sérénissime, sa place San Marco, me perdre dans ses calle et rêver de ses palais,
humer les alléchants étals des épiciers, flâner au bord de l'eau, arpenter le Palais des Doges...

A très vite, en photos et avec des conseils !

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,