Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

31 mars 2014

Moi après mois... Mars 2014

Un rendez-vous initié par Moka.

Un peu de moi à Bouquinbourg. Beaucoup des autres, aussi.

 Montre

Une aprèm aux Tuileries, au soleil / Un super haut en jersey fait en temps reccord, merci Eugénie ! /  Un japonais entre sœurs / Des migraines et du stress /  Un goûter anniversaire mémorable chez Angélina, face aux Tuileries / Une soirée entre filles et un inconnu étrange / Un pantalon corail, acheté grâce à de précieux conseils / Des mojitos à la fraise, youhou ! / Une visite à l'hôpital, heureusement dans la bonne humeur / Une soirée visite d'appart et une discussion sur le bouddhisme des plus intéressantes / Une nouvelle aprèm aux Tuileries, en agréable compagnie / Une jupe terminée et une malédiction qui s'envole / Une terrasse fleurie des plus inspirantes / Des mutations, des départs, des questions et du stress / Une choré pas très fun mais qui me défoule quand même / Une conversation qui dissipe des doutes et une amie qui se confie / Une tarte aux légumes du soleil, pour fêter le printemps / Un essai  de planter des graines sur la terrasse et un Chachat très intéressé par la terre retournée / Des croissants sur la terrasse, en amoureux / Une nouvelle robe toute fleurie que j'aime d'amour / Une amie qui écoute, sans juger. Merci Hélène / Des magazines people pour faire rire une amie et des news improbables de gens dont on ignore jusqu'au nom / Un thé au soleil, sur la terrasse, sans rien faire d'autre que laisser son esprit vagabonder / Une Sandrine très forte et une belle conversation / Une rencontre avec une réalisatrice passionnante et des élèves attentifs / Du tri par le vide. Que ca fait du bien ! / Des voyages qui se précisent et une organisation inégale / Peu de sommeil mais peu de fatigue aussi / Des mots rassurants venus de la montagne / Daft Punk en boucle dans mes oreilles / Une année scolaire qui file tout en douceur, en légèreté / Une nouvelle valise trop girlie que j'adore / De chouettes lectures et de bons films / Un "Triple X" comme cri du cœur et une replique devenue culte, c'est évident ! / Un printemps qui sonne comme un apaisement / 

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


28 mars 2014

Liebster award

Liebster Award

Comment résister à un tag ? J'ai personnellement beaucoup de mal... Même quand c'est un tag qui tourne, retourne et reretourne sur la blogosphère depuis quelques années et auquel j'ai répondu maintes fois (ici, ici et encore ici !), sous plusieurs formes.
Mais Parthenia a pensé à moi et je n'ai pas pu résister. Les révélations passionnantes sur mon compte se réduisant comme peau de chagrin au fil des tags, j'ai dû faire preuve d'imagination pour les 11 choses à vous révéler sur moi... Attention, c'est du lourd !

Les 11 choses inédites sur moi

  1. Je sais réciter l'alphabet à l'envers. Oui, ça ne sert strictement à rien dans la vie, je sais. Mais quand même, avouez que ça en jette, non ?
  2. Je suis monstrueusement inculte en musique, ça en est effrayant ! Et en plus, je n'ai pas du tout l'oreille musicale. Donc lancez-moi sur un blind test et riez, chers amis. Riez.
  3. J'ai peur des chaussettes blanches... Non, c'est une blague, mais je garde de mauvais souvenirs de chaussettes blanches...
  4. J'ai un chat noir qui s'appelle Hermux. Comment ça, c'est pas de l'inédit ? Bon ok, je l'ai repabtisé Chachat. C'est bon ? Assez inédit comme révélation ?
  5. Je déteste la viande rouge.
  6. Je rêve de visiter le Vietnam (un jour, un jour !) et je suis complètement fascinée par l'Inde.
  7. Je pleure devant les films. Mais vraiment. Du genre à pleurer vingt minutes après la fin de Million Dollar Baby (et trente minutes avant la fin du film...)
  8. On nous a longtemps prises pour des jumelles, ma soeur et moi. Jusqu'à... l'an dernier encore, en fait ! Et pourtant, nous avons quatre ans d'écart.
  9. Je déteste la purée. Ça n'a pas de goût et ça ne sert à rien dans la vie.
  10. Je suis documentaliste dans un lycée. Vous savez, le métier que personne ne comprend. Les adultes vous croient débile de faire ce métier qui consiste à garder des livres et les élèves vous appellent "la meuf du CDI" et pensent que vous ne servez qu'à dire "Chhhuuuuttt !". Bein voilà, c'est moi !
  11. J'ai commencé la couture il y a presque un an et grâce à mes copines de soirées mojitos-couture, j'ose des trucs incroyables : jersey, fronces, simili-cuir, double-rentré, rien ne me fait peur ! J'ai même eu l'audace d'essayer la surjeteuse (et même que je n'ai pas perdu un doigt dans l'histoire... Grosse victoire venant de moi !)

Les 10 questions de Parthenia

Si tu étais une catégorie de livre, tu serais... Les romans graphiques : exercice périlleux s'il en est mais somptueux quand réussi. J'attends celui de mon ami Antoine avec impatience !
Si tu étais un roman, tu serais... Madame Bovary. On en parlait encore mercredi soir, hein Manuella ?  
Si tu étais un recueil de poésie, tu serais... Un recueil de haïkus, tant j'aime cette forme poétique.
Si tu étais une citation, tu serais... "N'ont d'intérêt en fait que ce que nos esprits retiennent, ce que nos vies ont confié à l'air." Les Sorcières d'Eastwick, John Updike p.477
Si tu étais un titre de livre, tu serais... Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants. Un roman de Mathias Enard dont le titre m'envoûte littéralement tant il suggère un autre temps, un autre lieu.
Si tu étais l'adaptation cinématographique d'un livre, tu serais... Gemma Bovery de Posy Simmonds, qui est en pleine production. Moi qui vénère cette auteure et qui adore Tamara Drewe, je ne peux qu'attendre cette adaptation de pied ferme !
Si tu étais un mot, tu serais... Bucolique. J'adore les sonorités de ce mot !
Si tu étais une recette de cuisine, tu serais... Un Paris-Metz ! 
Si tu étais un personnage, tu serais... Thurday Next, l'héroïne improbable de la série non moins abracadabrante de Jasper Fforde.
Si tu étais la fin d'une histoire, tu serais... Une fin ouverte, laissée libre à l'imagination du lecteur.

Si tu étais la couverture d'un livre, tu serais... Celle de La Famille Fang, le roman que je suis en train de lire. Délicieusement barrée, colorée et onirique. En un mot, parfaite.

 Les 11 questions que je pose à mes malheureuses victimes  

  1. Version papier ou livre numérique ?
  2. Cinéma ou films chez soi ?
  3. Junk food ou sushis ?
  4. Ballerine ou escarpin ?
  5. Voyageuse dans l'âme ou bien chez toi ?
  6. Thé ou café ?
  7. Bavarde ou taiseuse ?
  8. Chaise-longue au soleil ou canapé moelleux au coin du feu ?
  9. Un seul livre en cours ou des lectures qui se chevauchent ?
  10. Habile de tes dix doigts ou allergique au manuel ?
  11. Rêveuse ou pragmatique ?

  Et les taguées sont...

Fondant O Chocolat, Latite, Karine :)CottageMyrtille, Manuella, Estellecalim, Alex-Mots-à-Mots, Faelys, L'Irrégulière, Touloulou et Eimelle
Aucune obligation, bien entendu, mais pour une fois j'avais envie de jouer le jeu jusqu'au bout et vous taguer. Merci beaucoup Parthenia pour ce tag.

Une chronique de soukee rangée dans Tags - Vos commentaires [26] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

23 mars 2014

Cette chère Sylvia... Dawn French

Cette chère SylviaCette chère Sylvia... est un roman de l'humoriste britannique Dawn French paru en France le 5 mars 2014 aux éditions de L'Archipel.

Un balcon, une mauvaise chute. Une femme étendue dans le coma. Chambre numéro 5, Sylvia. A son chevet défilent ses proches : son ex-mari, sa meilleure amie qui est aussi sa maîtresse, sa soeur, sa fille, son employée de maison. A chacun de leurs passages, tous se livrent, évoquent des souvenirs, font ressurgir des rancoeurs. Qui est finalement Sylvia ? Chacun en dresse un portrait parcellaire. Son portrait d'après sa relation à cette femme.

Cette chère Sylvia... est un roman divertissant, malgré son sujet en apparence lourd, et promet de bons moments de détente à son lecteur. Dawn French met en scène une galerie de personnages à la fois attachants - bien qu'un brin caricaturaux - et souvent décapants. Ils se succèdent au chevet de cette femme qui donne son nom au roman, mais qui n'est finalement qu'un prétexte à ce que tous se confient, et évoquent leurs souvenirs.
Si l'intrigue bascule à certains moments dans l'invraisemblable, l'émotion est néanmoins là, palpable au détour d'une page, dans cette histoire familiale finalement universelle. Non-dits et déchirements, rancoeurs et reproches, les visites à Sylvia sont l'occasion pour chacun de régler ses comptes avec celle-ci, son immobilité et son silence étant propices à délier les langues. Et si la mort qui plane autour de cette chambre numéro 5 apporte une gravité à l'intrigue, elle permet à chaque personnage de jouer sa partition à la perfection.
La narration alternée apporte une dynamique toujours appréciable. Chaque chapitre, pris en charge par l'un des proches de Sylvia, amène son lot de révélations et de souvenirs et tisse le fil d'une intrigue riche en rebondissements.
Une lecture drôle et piquante. L'occasion d'un bon divertissement. Un roman dévoré en deux jours et qui m'a séduite ! 

Je tiens à remercier Sibylle de LP Langages&Conseils et les éditions de  l'archipel pour ce roman.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

13 mars 2014

La malédiction des pharaons, Elizabeth Peters

La malédiction des pharaons, Elizabeth PetersLa malédiction des pharaons est un roman de l'américaine Elizabeth Peters, paru en 1981. Second tome de la série policière consacrée aux grandes heures de l'égyptologie écrite par la romancière, il met en scène Amélia Peabody et son mari Emerson, passionnés d'égyptologie.

L'intrépide Amélia et le fougueux Emerson se sont rencontrés dans le premier tome. Ils se sont détestés... mais nous les retrouvons mariés au début de ce roman. Parents d'un petit Ramsès, le couple a décidé de s'installer en Angleterre et de laisser de côté l'Egypte et ses mystères.    
M
ais très vite, l'appel de l'aventure se fait sentir. Une sépulture inconnue découverte dans la Vallée des Rois, la mort de l'archéologue à l'origine de cette découverte et la disparition de son assistant, titillent la curiosité d'Amélia. Et lorsque la très jolie veuve de l'archéologue vient supplier Emerson de poursuivre les recherches, le couple ne tient plus et s'envole vers Louxor.

Qu'il est bon de suivre le duo formé par Amélia et son mari à Louxor et tenter en leur compagnie de percer le mystère de cette sépulture inconnue ! Avec ce deuxième tome, Elizabeth Peters, elle-même égyptologue reconnue, entraîne une nouvelle fois son lecteur dans l'effervescence des découvertes archéologiques du début du siècle dernier.
Les descriptions des lieux sont soignées et permettent une immersion délectable dans cette époque. La part belle est laissée aux vestiges archéologiques et aux détails historiques, le tout porté par un duo de personnages à la fois drôle et grinçant.     
Et si l'intrigue policière souffre parfois de quelques faiblesses ou que certains personnages tendent à être parfois un brin caricaturaux, l'ensemble reste très plaisant et promet une belle détente.      
Laissez-vous séduire par Amélia et Emerson. Laissez-les vous entraîner sur les berges du Nil, dans la moiteur du soleil égyptien, et vous faire partager leur passion des découvertes archéologiques. 
 

  • 4/10 au Challenge Polar historique  organisé par Samlor et repris par Sharon.
  • 3/10 pour le Challenge Voyage dans l'Egypte antique que j'organise (toutes les infos ici)

v h

Une chronique de soukee rangée dans Polars historiques - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

08 mars 2014

Quelques idées pour la Journée des droits de la femme

Née suite à une grève d'ouvrières en 1917, la Journée de la femme est célébrée à travers le monde le 8 mars. Institutionnalisée en France en 1982, elle est devenue aujourd'hui incontournable et permet de faire un bilan sur la condition féminine. Et ça fait peur...

Très sensible à la question de la condition féminine, aujourd'hui, j'ai envie de mettre à l'honneur les femmes sur mon blog. Vous trouverez donc dans ce billet :

  • 10 écrivaines contemporaines à découvrir. Pas de présentation à rallonge. Juste leur photo et leur nom en légende. Histoire de vous les remettre en mémoire, ou d'attiser votre curiosité, à défaut.
  • 10 livres qui traitent de la condition féminine et mettent en scène des personnages forts qui se débattent avec leurs propres contraintes. 
  • 10 films qui mettent en scène des héroïnes bien dans leur époque et engagées dans la vie.
  • 10 idées pour cette journée particulière.

                              Je vous souhaite à toutes une très belle journée !

10 écrivaines à découvrir

Sylvie Testud Laure Adler Michèle Lesbre

Duong Thu Huong Zoyâ Pirzâd Jeanne Benameur

Joyce Carol Oates Posy Simmonds  Agnès Desarthe Marie NDiaye

 

  10 livres à lire, relire et offrir 

(cliquez sur la couverture pour lire ma chronique)

  Beignets de tomates vertes   


  10 films à voir ou à revoir

(cliquez sur l'affiche pour consulter la fiche du film et voir sa bande-annonce)

affiche-Be-happy-Happy-Go-Lucky-851d8

  10 idées à piocher

  1. Porter un ruban blanc pour dénoncer les violences faites aux femmes.
  2. Partager un café gourmand avec une amie.
  3. Se délecter d'un épisose de Girls, une série féminine résolument dans l'air du temps.
  4. Prendre du temps pour soi.
  5. Sortir profiter du soleil qui innonde la France en ce moment.
  6. Ne faire aucune tâche ménagère aujourd'hui. Question de principe.
  7. Participer à l'un des événements organisés à cette occasion (consulter la carte)
  8. Se plonger dans un bon livre avec une tasse de thé.
  9. Se faire les ongles de pied plutôt que de passer l'aspirateur, histoire d'accueillir le printemps
  10. Garder le sourire mais continuer à se battre : le 8 mars c'est tous les jours.

D'autres envies, d'autres idées ?   
Qu'allez-vous faire de spécial aujourd'hui ?

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [35] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


05 mars 2014

Chronique express, ou l'art de laisser une photo parler à ma place

Flemmarde au point de faire un billet sans texte ? Non, quand même... Quoique ?

(en même temps, ce que j'écris est déjà du texte. Enfin, je dis ça...)

Allez, zou ! En détail : 4 services de presse, 2 cadeaux et 2 achats.

Saurez-vous deviner qui est quoi ?

Les nouveautés de ma PAL

Bonne lecture à tous !

 

Une chronique de soukee rangée dans Blablas - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

28 février 2014

Moi après mois... février 2014

Un rendez-vous initié par Moka. 
Un peu de moi à Bouquinbourg. Beaucoup des autres, aussi.
 

Montre

es / P

Un gâteau de couches pour un bébé Disney / Un fabuleux weekend marocain entre filles / Du stress pour un passeport / Une perruche gentille mais envahissante / Courir pour oublier / Une avancée de plus dans une page qui se tourne / Des vacances qui ressourcent / Un nan délicieux / Des retrouvailles parisiennes et une belle nouvelle. Félicitation Emeline ! / Une expo ratée qui fait penser aux Imaginales, une semaine en avance... / Une grand-mère de 89 ans sur Skype. Merci la technologie pour lutter contre les kilomètres ! / Un nouveau projet perso plein de sérénité / " Les crêpes, c'est toute ma vie ! " / Un match de foot dans le froid... Oui oui, j'ai assisté à un match de foot. Moi. Cherchez l'erreur. On appelle ça le dévouement l'amour...  / Un dimanche dans une très belle maison et un excellent potentiel / Une lecture-croisée avec un mini-lecteur de 16 mois en perspective / Un café au soleil et des rires, beaucoup de rires. Merci sœurette ! / Du stress, beaucoup, autour de moi / Un Tour du monde en 80 jours précédé d'un gratin saumon-poireaux délicieux / Comme une envie d'organiser d'ici peu un vide-dressing à la maison. Des fringues, des copines, des gâteaux et du thé, plutôt tentant, non ? / Un voyage scolaire qui approche et des collègues sympas pour m'aider à le financer / Une brioche à la praline rose qui fait un émule / Toujours au niveau 140 de Candy Crush. Riez... / Sex and the City 2 pour la énième fois, histoire de bien se mettre dans le bain marocain / Une jupe home made pour un anniversaire / Une copine plus zen qui a vraiment tiré un trait sur le tabac. Bravo Tiphaine ! /  "Ruben, ton témoin entre en scène..." RIP / Un Chachat toujours plus câlin / Un nouveau sac, doté d'une fantastique doublure, que j'aime d'amour / Des discussions en mode Excel / Une pastilla à se damner / De précieux conseils, merci Marine ! / Une lecture dérangeante mais ô combien intéressante /  Des rêves de Spa et de massages / Une chouette soirée autour d'une pizza et d'un verre de vin. Parler, encore et encore, pour aider à se relever / La fleur d'oranger, ma saveur doudou par excellence / Un Lego Aventure en coopération sur la Xbox One. Cool ! / Un nouveau carnet de croquis / Des fins de soldes over intéressantes / Un "Joyeux anniversaire" en salle des profs, autour d'un moelleux au chocolat qui plaît toujours autant / Lawrence d'Arabie, ou l'erreur à 1000 dirhams / Des jours qui rallongent doucement / Comme une envie de m'inscrire à une course / Des chansons qui rythment mes journées / Une petite Louise née en février / Une urgence à vivre, intensément / 

Une chronique de soukee rangée dans Moi après mois... - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

26 février 2014

4 filles + 3 jours = 1 weekend à Marrakech

Ça s'est décidé comme ça, en un rien de temps. Autour d'une galette des rois maison, un soir de janvier un peu froid. Envie de soleil ? Envie de changer d'air ? Envie de passer 3 jours ensemble et de rigoler ? Les trois peut-être, qui sait finalement ?   
En tout cas, ce soir-là, quatre copines ont eu envie de rêver un peu, de s'évader surtout.  
L'idée a été lancée, entre deux bouchées de galette tièdie, après un verre de cidre rosé. « Et si on partait en weekend entre filles ? Rien que nous quatre »  
En quelques minutes, la destination était choisie : Marrakech. En cinq jours, les billets d'avion étaient achetés et le Riad réservé. Cinq semaines plus tard, elles y étaient, laissant conjoints, enfants et chat derrière elles. 

La place Jemma el-Fna La place Jemma el-Fna. Au loin, l'Atlas. La place Jemma el-Fna, vue du Café Chegrouni P1070110 P1070112 La Koutoubia, ou Mosquée des Libraires La medina, à la nuit tombée P1070141 La nuit tombe sur la place Jemma el-Fna Les stands d'oranges de la place Jemma el-Fna Le labyrinthe des souks Les souks, toujours très animés  P1070235 Le souk des babouches Le Jardin Majorelle P1070191 P1070195 P1070197 P1070179 P1070178 P1070184 P1070175Classique de voyage : moi derrière un livre !

Une parenthèse marocaine enchanteresse / Des rires, beaucoup / Des émerveillements à chaque coin de rue / Des phrases cultes / Des mojitos à la limite de la soupe de légumes / « Free for gazelles ! » / Des couleurs, des myriades de couleurs / Un sac en cuir négocié fermement / Lawrence d'Arabie, ou le prix à payer... / Un délicieux petit déj' au soleil / Des sourires et de la détente / Un tour en calèche mémorable et kitsch à souhait ! / Des rillettes de thon qui resteront une référence /« Foutu pour foutu... » ou notre nouvelle devise / Des déambulations dans les souks / Des pâtisseries à se damner / Une ambiance singulière / « Du reste... » ou l'expression qui fait jaser / Des keftas, pastillas, tajines et couscous délicieux / Un soleil timide mais agréable / Une amitié renforcée, merci les filles ! /

Une chronique de soukee rangée dans Voyages - Vos commentaires [28] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

16 février 2014

Le club des philosophes amateurs, Alexander McCall Smith

Le club des philosophes amateursLe club des philosophes amateurs est le premier tome de la série consacrée au personnage d'Isabel Dalhousie. Imaginée par l'écrivain écossais Alexander Mc Call Smith, la série compte à ce jour neuf tomes, publiés en France aux Éditions des 2 Terres.

Isabel Dalhousie mène une vie confortable dans la capitale Écossaise. Rentière, cette quadragénaire occupe ses journées à lire des articles pour la revue philosophique dont elle est la rédactrice en chef.   
Mais un soir à l'opéra, Isabel est témoin de la chute mortelle d'un jeune homme. Le regard désespéré qu'il lui jette avant de mourir la pousse à s'intéresser à sa vie et aux circonstances de sa mort. Car si tout porte à croire qu'il s'agit d'un accident, Isabel, pour sa part, doute.

Première incursion dans l'univers d'Isabel Dalhousie, Le club des philosophes amateurs est un premier tome des plus dynamique. Alexander Mc Call Smith plante le décor de sa série et soigne ses descriptions. Isabel fait ainsi l'objet d'un portrait complexe et d'une psychologie léchée, tandis qu'Edimbourg se présente comme un personnage à part entière.
Contrairement au schéma classique meurtre / résolution par le héros qui s'érige en enquêteur, l'intrigue de ce roman met en scène l'atypique Isabel, quadra célibataire, paisible et cérébrale, bien éloignée des modèles du genre. Et si elle s'intéresse à ce crime et nous fait part de ses réflexions, ce n'est non pas pour faire régner l'ordre et rétablir une certaine idée de justice - comme les personnages-enquêteurs habituels - mais pour mieux s'interroger sur la nature humaine et sa complexité. Isabel convoque ainsi les grands penseurs pour essayer de comprendre ses contemporains et leurs actes, quels qu'ils soient. Elle qui vit dans un monde protégé de tout soucis matériel, elle se trouve ainsi confrontée à des problématiques pragmatiques qui la dépassent 
Excellent premier tome, ce roman nous ouvre la porte de la maison d'Isabel et de son mode de fonctionnement. Venez, entrez. Installez-vous dans son univers à part, venez flâner avec elle dans les rues d'Edimbourg. Vous serez conquis, je n'en doute pas une seconde.

Voici ma troisième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy.

Voici ma deuxième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy. - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2013/09/05/27959374.html#sthash.5THU75IL.dpuf
Voici ma deuxième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy. - See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2013/09/05/27959374.html#sthash.5THU75IL.dpuf

615583379

.

615583379

Voici ma deuxième participation au Challenge consacré à Alexander McCall Smith organisé par Emy.

615583379

- See more at: http://bouquinbourg.canalblog.com/archives/2013/09/05/27959374.html#sthash.5THU75IL.dpuf

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

13 février 2014

Et si les oeuvres changeaient d'auteur ? Pierre Bayard

Et si les oeuvres changeaient d'auteurEt si les oeuvres changeaient d'auteur ? est un essai de l'universitaire Pierre Bayard paru en octobre 2010 aux éditions de Minuit.

Le postulat de départ de Pierre Bayard est simple et clairement annoncé en guise de prologue : et si nous remplacions un auteur par un autre, parce que nous le jugeons plus approprié à une oeuvre donnée ? Et si finalement la notion d'auteur était une notion mobile qui s'accorderait à un instant t à une oeuvre, pour mieux en changer ensuite, pour permettre une lecture protéiforme des oeuvres ?  
En s'appuyant sur l'analyse de différentes oeuvres auxquelles il attribue d'autres auteurs que ceux communément admis - L'Odysée aurait ainsi été écrit par une écrivaine grecque, Dom Juan par Corneille et L'Etranger par Kafka, par exemple - Pierre Bayard développe sa thèse des possibles filiations entre oeuvres et auteurs pour mieux permettre à son lecteur de réfléchir à la perception que l'on se fait d'une oeuvre selon l'auteur qui lui est attribué et comment, en changeant de paradigme, une même oeuvre peut être perçue d'une manière totalement différente.

Brillant, comme chacun des essais de Pierre Bayard, Et si les oeuvres changeaient d'auteur ? se présente une nouvelle fois comme une réflexion novatrice qui met à mal les conventions de la littérature pour mieux s'interroger.   
Son idée de réattribuer un auteur à une oeuvre pour lire cette dernière différemment permet de réfléchir à l'importance que revêt un auteur - dans toute sa complexité - sur la réception de son oeuvre. A l'aune de cette réflexion, le personnage de Dom Juan, s'il avait été écrit par Corneille et non Molière, n'apparaît plus comme un séducteur perverti, quintessence du mal, mais comme un symbole de la quête de soi et de la réalisation personnelle, envers et contre tout. Un véritable héros cornélien en somme.  
Lecture délectable, qui me replonge innocemment dans mes souvenirs d'études de lettres, Et si les oeuvres changeaient d'auteur ? demeure accessible et évite l'écueil d'un essai littéraire élitiste. Comme à chaque fois avec Pierre Bayard, je me suis régalée. Et maintenant je ne regarderai plus certaines oeuvres comme avant et je ne pourrai m'empêcher de laisser mon esprit vagabonder : et si finalement Madame Bovary avait été écrit par Tolstoï ?
  
Merci soeurette ! Tu m'avais offert cet essai pour le premier bloganniversaire de Bouquinbourg. Plus de trois ans plus tard, je le lis. Bel effort de rapidité, je sais...

"Ce droit à la fiction apparaît comme plus légitime encore quand on reconnaît que l'inconscient joue un rôle déterminant dans notre réception de la littérature et que l'activité imaginaire, de ce fait, ne constitue nullement une part secondaire de la lecture, mais le coeur même de la relation que nous entretenons avec les oeuvres." (p.13)

"Tout nom d'auteur est un roman. Loin d'être un simple mot, il attire autour de lui toute une série d'images ou de représentations, tant personnelles que collectives, qui viennent interférer avec le texte et en conditionnent la lecture." (p.27)

"C'est que la mise en perspective, si elle peut prendre la forme radicale du choix d'un pseudonyme, voire de l'invention d'une identité alternative ou d'une incarnation physique, est un mouvement beaucoup plus large de modification de sa propre image à laquelle tout écrivain participe dès qu'il entreprend de transformer tel ou tel élément de sa biographie pour la rendre plus cohérente avec la représentation qu'il souhaite laisser de lui-même et les lectures de son oeuvre qu'il entend promouvoir." (p.62)

"Préserver le dynamisme du texte et l'intérêt de la lecture en prônant le recours systématique à l'attribution mobile, c'est donc prendre la mesure de tous les mondes possibles qui se rencontrent en chaque oeuvre et de tous les auteurs qui auraient pu l'écrire, et, loin de s'arrêter à telle filiation définitive, nouer sans cesse, entre les écrivains et les textes, de nouvelles unions." (p.151-152)

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,