Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




03 avril 2019

Brigade Verhoeven T.2 Irène, Bertho et Corboz

Brigade Verhoeven 2Irène est le deuxième tome de la série Brigade Verhoeven. Cette adaptation en BD du roman de Pierre Lemaître signée Bertho et Corboz est parue le 13 mars dernier aux éditions Rue de Sèvres.

Camille Verhoeven, commandant de la police criminelle parisienne, est obligé d'écourter ses vacances pour enquêter sur un nouveau meurtre. Deux femmes atrocement mutilées sont retrouvées dans un loft à Courbevoie. Les enquêteurs découvrent rapidement que ce double meurtre est à mettre en relation avec un crime plus ancien, survenu à Tremblay. Le meurtrier semble s'inspirer de romans pour mettre en scène ses meurtres. L'enquête patine et Camille s'impatiente : Irène, sa femme, va bientôt accoucher et il aimerait être à ses côtés. 

J'avais découvert Camille Verhoeven avec l'excellent premier tome, Rosie, et j'avais passé un très bon moment dans les locaux de la police criminelle. Autant vous dire que j'étais impatiente de découvrir la suite !   
Ce deuxième volet est tout autant réussi et capte l'attention du lecteur en quelques planches. Celles-ci sont toujours aussi dynamiques et leur découpage - audacieux - participe de cette ambiance sombre et du suspense grandissantL'ensemble est toujours cinématographique et très vivant.
Si le dénouement est un tantinet prévisible, l'intrigue est néanmoins bien menée et respecte les codes du genre. Les personnages aux trognes bien soignées possèdent toujours ce petit quelque chose de suranné qui m'avait tant plu dans le premier tome.
Un deuxième titre sanglant et prenant à souhait. Amateurs de polars contemporains, laissez-vous tenter, l'ensemble vaut largement le détour. 

Planche 1 Planche 2

Planche 3 Planche 4

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour cet album.

La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Noukette qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,


01 avril 2019

Bilan de lecture Mars 2019

Bilan Mars 2019

Mes lectures de mars

(cliquez sur les couvertures pour lire mes chroniques)

Bilan

Ce mois de mars aura résolument été tourné vers deux auteurs à Bouquinbourg : Fabcaro, avec ses deux albums hilarants et dont il serait dommage de se passer, et J.K. Rowling, alias Robert Galbraith, et sa série Les enquêtes de Cormoran Strike, ayant pour décor l'Angleterre contemporaine. J'ai dévoré les deux premiers tomes - plus de 700 pages chacun - en quelques semaines et je suis déjà à la moitié du troisième. Le plaisir est intact : je me régale !   
Les vacances approchent à grand pas (certainement mes dernières petites vacances en tant que prof !) et je sais déjà que le mois d'avril sera moins prolifique niveau lectures vu mon programme chargé.  
Mais avril sera aussi placé sous le signe du Japon, avec
le Mois au Japon organisé par Lou et Hilde. Ce rendez-vous tombe à pic : je me languis de mon voyage au Japon l'été dernier et j'avais une folle envie d'y retourner en lecture. Vous verrez donc fleurir ici et là, quelques titres de littérature japonaise ou évoquant le pays du soleil levant. Un beau mois de lecture en perspective ! 

 challenge un mois au japon,challenge,japon

Je vous souhaite un joli mois d'avril et de belles lectures !

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

28 mars 2019

J'enquête, Joël Egloff

J'enquête, Joël EgloffJ'enquête est le dernier roman de l'écrivain et scénariste Joël Egloff. Il est paru aux éditions Buchet-Chastel en 2016.

Un petit village reculé. Un crime : le vol de l'enfant Jésus dans la crèche de l'église. Un privé est chargé de venir enquêter. Mais sur place, l'enquête piétine. Les témoins se font rares, les langues ne se délient pas, et le détective de peiner à trouver le moindre indice.

Ouvrir un roman de Joël Egloff, c'est plonger dans une sorte de quotidien un peu absurde où il ne passe pas grand chose. C'est le cas avec ce roman à l'intrigue pourtant bien établie mais qui s'attarde sur un quotidien où les choses s'enlisent rapidement.  
Son narrateur, anti-héros par excellence dont on ignore jusqu'au prénom, s'enfonce des jours durant dans une enquête mineure. Le temps semble suspendu à l'image du village recouvert de neige
La langue est travaillée, même si elle est dépourvue d'artifices, et participe de cette impression d'absurde. Les courts chapitres  se suivent et se ressemblent pour le narrateur qui piétine avec comme maigre indice une bouloche de tissus trouvée dans la paille de la crèche. 
L'humour est là, sombre, souvent noir, un peu caustique, et apporte à l'ensemble une touche de burlesque indéniable. 
Un roman étrange autant que rapide à lire, impossible à lâcher alors qu'il ne se déroule pas grand chose, mais qui capte son lecteur par l'absurdité de son propos et ne le relâche qu'une fois la dernière page tournée. Une très belle découverte ! 

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [0] - Lien permanent vers ce billet [#]

27 mars 2019

Appelez-moi Nathan, Catherine Castro et Quentin Zuttion

Appelez-moi NathanAppelez-moi Nathan est une BD documentaire de Catherine Castro et Quentin Zuttion parue en septembre 2018 chez Payot Graphic.

Lila est une enfant heureuse. Mais le jour où l'adolescence opère des changements dans son corps, Lila s'insurge et comprend qu'elle est un garçon enfermé dans un corps de fille. Commence alors un combat pour devenir Nathan, se faire appeler "il" et construire son identité. 

J'avais vu passer cet album il y a quelques mois et je l'ai acheté pour mes lycéens, certaine que le sujet parlerait à certain.es. Et j'ai bien fait ! L'album est très souvent consulté et lu sur place et j'ai pu avoir une discussion sur le sujet avec un élève concerné.  
Je n'avais jamais lu sur la question de la transidentité et j'ai été très émue à la lecture de cet album. Nathan - le vrai prénom a été changé pour conserver l'anonymat - entreprend un véritable combat pour que son corps corresponde à ce qu'il est : rendez-vous avec des psys, formalités à l'état civil, traitement hormonal, opération. La quête identitaire est ardue, beaucoup plus que celle de ses camarades, uniquement liée à l'adolescence, et Nathan s'accroche. La relation avec ses parents est pleine d'incompréhensions au début mais ceux-ci soutiennent leur enfant et font peu à peu le deuil de leur fille pour accueillir leur fils.   
Le dessin en couleur douce est parfois trash, sanglant, cru, pour expliquer ce que traverse Nathan face à son corps. Rien de très choquant en soi, mais de l'anatomique pour expliquer le sujet.   
Les auteurs s'emparent du sujet avec délicatesse et relatent l'histoire vraie de Nathan sans pathos ni voyeurisme. Les termes sont expliqués, le suivi psychologique aussi, et la transition de Lila vers Nathan se déroule sous les yeux du lecteur tel une renaissance. 
Une lecture émouvante autant qu'instructive. Un album parfait sur le sujet. Une réussite ! 

Planche 1  Planche 2

  La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Moka qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [35] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

24 mars 2019

Le Ver à soie, Robert Galbraith

Le Ver à soie, Robert GalbraithLe Ver à soie est le deuxième tome de la série Les Enquêtes de Cormoran Strike que J.K. Rowling signe du pseudonyme Robert Galbraith. Il est paru en 2014 chez Grasset.

Après avoir résolu le meurtre de Lula Landry, le détective Cormoran Strike croule sous les enquêtes. Mais la plupart du temps, celles-ci s'avèrent être des histoires d'adultères et de tromperies. Le jour où Leonora Quine pousse la porte de son agence, Cormoran décide d'aider cette femme effacée. Son mari, célèbre écrivain, a disparu après avoir terminé son dernier roman, Bombyx Mori, dans lequel il règle ses comptes avec son entourage et le monde littéraire. Personne ne prend Leonora au sérieux, jusqu'à ce que Cormoran découvre le cadavre d'Owen assassiné de façon effroyable. Aidé de Robin, qui devient peu à peu sa coéquipière, Cormoran se lance à la poursuite d'un meurtrier aussi froid que calculateur.

En ce weekend de Read-a-thon du Challenge British Mysteries (auquel je ne peux pas participer malheureusement), je voulais vous parler de ce deuxième tome d'une série qui m'ensorcelle depuis un peu plus d'un mois. J'avais en effet beaucoup aimé L'appel du coucou, premier tome des aventures de Cormoran, et c'est avec un plaisir immense que j'ai ouvert la suite de ses enquêtes.  
Le Ver à soie change complètement de décor car si L'appel du coucou plongeait son lecteur dans un décor de mode et de paillettes, cette nouvelle enquête l'entraîne dans le monde éditorial et littéraire. Cormoran et Robin enquêtent dans un univers où les mots sont plus blessants que les actes et où les égos se mesurent à l'aune du nombre de ventes des livres. J.K. Rowling excelle à décrire cet univers dans lequel elle baigne elle-même - même si le succès de ses oeuvres lui a certainement évité les rivalités entres auteurs peinant à percer - et à décortiquer les émois des acteurs du monde du livre. Les personnages sont encore une fois le point fort de cette nouvelle intrigue. De l'agent aigrie à l'auteur prétentieux, de l'attachée de presse volubile à l'éditeur introverti héritier de la maison familiale en passant par son associé alcoolique et naïf, tous ont virevolté aux côtés d'Owen Quine, cet auteur fat et souvent exécrable..   
L'intrigue avance cette fois-ci plus rapidement - j'avais trouvé quelques longueurs au premier tome - et le roman se dévore à une vitesse folle jusqu'au dénouement, aussi réussi qu'inattendu. L'analyse du microcosme littéraire est intelligente, tout comme les allusions à la guerre - Cormoran est un vétéran d'Afghanistan - et la critique est là, finement sous-entendue, entre les lignes.   
C'est un fait : J.K. Rowling réussit avec brio à s'imposer dans le petit monde des auteurs de polars et signe avec ce deuxième tome un excellent policier contemporain. Vous ne serez pas surpris d'apprendre que je suis déjà plongée dans le troisième tome, La Carrière du Mal, si ?

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , ,


20 mars 2019

Le murmure des sorcières, Marianne Renoir

Le murmure des sorcièresLe murmure des sorcières est un roman jeunesse de Marianne Renoir paru en janvier dans la collection Neuf de L'Ecole des Loisirs. 

Kaï est une petite sorcière et comme toutes les sorcières, elle est végétarienne, descend des dragons de Komodo et vit sur une île du Pacifique, en tout quiétude. Mais lorsque la montée des eaux menace leur île, les sorcières sont obligées d'émigrer. Après un long vol en balai, elles se retrouvent à Paris et Kaï, très intriguée par les humains, adore les observer. Mais un soir, alors qu'elle rencontre une petite fille qui lui ressemble énormément, sa mère entre inopinément dans la chambre et les confond. Kaï et Marie-Astrid Caramel de Bellegarde - c'est son nom - échangent donc leur vie. C'est le début des aventures pour les deux fillettes !

J'ai toujours aimé les histoires de sorcières. Depuis que je suis petite et que j'ai dévoré la série des Amandine Malabul puis la saga des Chrestomanci et enfin les Harry Potter, j'avoue avoir un faible pour ces univers. Je n'ai donc pas résisté à l'appel de ce court roman jeunesse, dans lequel les sorcières sont végétariennes.    
Mais j'en ressors en demi-teinte. Si l'idée de départ est assez classique - l'échange de deux personnages qui se ressemblent - le traitement sur fond d'intrigue écologique et de sorcellerie m'intéressait grandement.   
Malheureusement, je n'ai été sensible ni au style narratif, ni à l'univers imaginé qui semble arbitraire et trop peu décrit pour qu'on s'y plonge. Heureusement que l'héroïne est attachante et que les questions de tolérance et d'environnements sont bien traitées. Mais je ressors mitigée de cette lecture. 

Merci  à L'Ecole des Loisirs pour l'envoi de ce roman.

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

13 mars 2019

Et si l'amour c'était aimer ? Fabcaro

Et si l'amour c'était d'aimer, FabcaroEt si l'amour c'était aimer ? est un album de Fabcaro paru en novembre 2017 aux éditions Six pieds sous terre.

Sandrine et Henri sont heureux et amoureux et rien ne semble pouvoir gâcher leur bonheur. Mais un jour, Sandrine tombe sous le charme de Michel, livreur de macédoine à domicile et chanteur d'un groupe de rock un brin ringard. Le bel équilibre de Sandrine et Henri est rompu... 

Quand on aime, on ne compte pas. Deux mercredis BD autour de Fabcaro, mais que voulez-vous, je suis fan. En ouvrant Et si l'amour c'était aimer ?, attendez-vous à un hommage vibrant aux romans photos, avec cucul et ridicule fournis ! L'intrigue est une romance mièvre à souhait qui n'échappe pas à l'humour féroce et l'ironie de l'auteur. La galerie de personnages fait penser à un feuilleton de série B tel Hélène et les garçons et enchaîne les absurderies. L'humour est présent quasi à chaque vignette, avec cette touche propre à Fabcaro, entre absurde, parodie et références aux 90's.  

Le trait de Fabcaro est plus travaillé et ressemble au genre parodié, le dessin en noir et blanc offrant un réalisme désuet aux personnages.   
J'ai ri du début à la fin, de ces répliques cinglantes ou naïves, de ces personnages caricaturaux, de ces références cachées. Du grand Fabcaro ! A lire sans hésiter et un auteur à découvrir de tout urgence pour ceux qui passent ici et qui ne l'auraient pas encore fait ! 

Planche 1 Planche 2

La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Noukette qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

  

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

07 mars 2019

L'appel du coucou, Robert Galbraith

L'appel du coucou

L'appel du coucou est un roman policier de J.K. Rowling écrit sous le pseudonyme de Robert Galbraith. Il est paru en novembre 2013 aux éditions Grasset.

Mayfair, quartier cossu de Londres. Lorsque la jeune mannequin Lula Landry est retrouvée morte, précipitée de son blacon du deuxième étage, la police croit au suicide. Mais le frère de la défunte est sceptique et engage le privé Cormoran Strike. Cet ancien lieutenant revenu d'Afghanistan amputé, gagne maigrement sa vie en menant des enquêtes et se plonge à corps perdu dans l'histoire de la jeune femme, adoptée par un couple fortunée. Et lorsque son agence d'intérim lui envoie Robin Ellacott en guise de secrétaire, le trentenaire ne se rend pas compte qu'il va rapidement former un duo de choc avec sa partenaire. 

Vous connaissez mon amour pour J.K. Rowling, et pourtant je n'avais pas encore mis le nez dans sa série de polars écrite sous pseudonyme.  
C'est chose faite avec ce roman ! Et si sa lecture m'a occupée une partie du mois de février, ce n'est pas tant à cause de ses 700 pages que de mon rythme de tortue du mois dernier (cf. mon bilan de lecture de février !).  
Verdict ? J'ai trouvé des longueurs à l'intrigue, certes, mais elle m'a quand même tenue en haleine et sitôt la dernière page tournée, j'ai emprunté dans la foulée le deuxième opus des aventures de Cormoran et Robin, Le ver à soie. Car finalement c'est le duo d'enquêteurs qui m'a séduite dans ce roman, plus que l'intrigue en elle-même. Il faut reconnaître à J.K. Rowling son talent de romancière : tout se tient, chaque détail de l'intrigue est savamment relié à la toile d'ensemble et le roman policier est une réussite, mais il ne se passe pas grand chose et le rythme est assez lent. Je comprends les avis en demi-teinte !  
Le point d'orgue réside néanmoins dans les personnages, gros atout de la créatrice d'Harry Potter, qui sait construire une psychologie vraisemblable et fine.  
Un premier tome un peu longuet parfois, donc, mais qui fonctionne finalement très bien et m'a donné envie de continuer la série dans la foulée. 

Les avis de Sandrine et Amélie, peu conquises de leur côté par ce premier tome.

Une chronique de soukee rangée dans Romans policiers - Vos commentaires [18] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

06 mars 2019

Moins qu'hier (plus que demain), Fabcaro

Moins qu'hier, plus que demainMoins qu'hier (plus que demain) est le dernier album de Fabcaro paru en mai 2018 chez Glénat. 

Des situations de couple drôles, grinçantes, parfois pathétiques, sont passées à la moulinette de  la plume de Fabcaro. De l'homme qui ne se rend pas compte que sa compagne l'a quitté et pense qu'elle est partie chercher des croissants avec sa valise, au couple qui cherche des excuses pour ne pas être invité par un couple d'amis en passant par la fin de la passion dans les échanges par messages, ce sont autant de situations qui sont présentées dans cet album. 

J'avais découvert Fabcaro il y a 3 ans avec Zaï zaï zaï zaï, un album qui m'avait littéralement fait hurler de rire. J'avais hâte de remettre ça et voir si le plaisir était intact. Et je dois avouer que je n'ai pas été déçue.  
Fabcaro est toujours aussi grinçant et tordant et jette cette fois-ci son dévolu sur le couple. Impossible de ne pas rire devant les situations qui s'enchaînent au fil des planches, certaines vraisemblables, d'autres un peu moins mais toujours finement étudié. C'est piquant, trash parfois, drôle toujours.  
Le trait de Fabcaro est fidèle à lui-même, un peu flou, avec un fort travail sur les ombres, chaque planche évoluant dans une bichromie choisie. Le dessin est là pour compléter le propos acide sans lui voler la vedette. En un mot, parfait ! 
Bref si vous avez envie de rire et que le couple est un sujet qui vous intéresse, foncez ! Pour les autres, si vous ne connaissez pas Fabcaro, commencez par Zaï zaï zaï zaï sans hésiter. Pour ma part, j'ai enchaîné avec Et si l'amour c'était d'aimer (que je vais chroniquer mercredi prochain) et qui confirme le talent de cet auteur et nos accointances au niveau de l'humour. 

Planche 1Planche 2

Planche 4

  La BD de la semaine

Cette semaine, c'est Moka qui accueille le rendez-vous des amoureux des bulles !

 

Une chronique de soukee rangée dans BD et romans graphiques - Vos commentaires [34] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

05 mars 2019

Bilan de lecture février 2019

Bilan février

Mes lectures de février

(cliquez sur les couvertures pour lire mes chroniques)

1 2 

3 4

Bilan

Après le mois de janvier chargé par le Challenge Feel Good, j'ai profité du mois de février et de ses vacances pour faire tout un tas de choses autre que lire. Et cela s'en ressent sur mon bilan de lecture que je publie un chouïa en retard et qui n'est vraiment pas très fourni ! Mais le mois dernier j'ai pris le temps de flâner, profiter de mes amis, de la montagne enneigée, de faire du sport, de jouer, bref, de vivre ! Je viens juste de terminer L'appel du coucou de Robert Galbraith, alias J.K. Rowling et si j'ai mis beaucoup de temps pour le lire (3 semaines !) j'ai néanmoins beaucoup aimé cette intrigue policière dont je vais vous parler sous peu.  
Je débute le mois de mars avec de nouvelles idées de lectures, une belle énergie liée au soleil de ces dernières semaines, et l'envie aussi de lire deux livres plus introspectifs, l'un sur le cycle féminin, La femme optimale de Mirand Gray, que j'ai reçu à Noël en cadeau, et un nouvel ouvrage du moine bouddhiste vietnamien Thich Nath Hanh, Prendre soin de l'enfant intérieur. De belles lectures en perspective, je le sens !

Je vous souhaite un joli mois de mars et de douces lectures !

Une chronique de soukee rangée dans Bilan de lecture - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :