Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




16 novembre 2009

The Big Challenge Livraddict 2010

CHALLENGE_LIVRADDICT_2010_BANNIERE1_300x240En visite sur les autres blogs, je suis tombée sur ce challenge, sur le blog de Livraddict.
L'idée est simple : chaque participant décide, à partir d'une liste de 100 livres donnée (constituée des livres préférés des membres du site), de s'engager à lire un certain nombre de ces titres.
Pour ma part, je me suis engagée pour 10 livres, sans arrêter mon choix précisément encore. Mais certains titres de littérature de jeunesse que je n'ai pas encore lus me font de l'œil depuis un petit moment. C'est l'occasion !!

J'ai copié l'idée de Cynthia de colorer les titres que j'ai déjà lus.
Mais je garde le suspens sur les 10...

1 ~ Anita Blake, tome 02 : Cadavre rieur 
2 ~ Anita Blake, tome 03 : Le cirque des damnés 
3 ~ Le Pacte des Marchombres, tome 2 : Ellana : L'envol 
4 ~ Le Pacte des Marchombres, tome 3 : Ellana : La prophétie 
5 ~ Mercy Thompson, tome 03 : Le baiser du fer 
6 ~ Mercy Thompson, tome 02 : Les liens du sang 

7 ~ La Fée carabine 
8 ~ La petite marchande de prose 
9
~ La voleuse de livres 
10 ~ Le Seigneur des Anneaux, tome 3 : Le Retour du Roi 
11 ~
Charlie et la chocolaterie
12 ~ Le Bon Gros Géant
13 
~ Orgueils et Préjugés
14
~ Geisha
15 ~ Des fleurs pour Algernon 
16 ~
Artemis Fowl, tome 1 
17 ~ Artemis Fowl, tome 2 : Mission Polaire 
18 ~ Artemis Fowl, tome 3 : Code Éternité 
19 ~ Artemis Fowl, tome 4 : Opération Opale 
20 ~ Inconnu à cette adresse
21
~ La Peste 
22 ~ La Quête d'Ewilan, tome 1 : D'un monde à l'autre 
23 ~ La Quête d'Ewilan, tome 3 : L'île du Destin 
24 ~
Jane Eyre 
25 ~ Le Pacte des Marchombres, tome 1 : Ellana 
26 ~ Le Seigneur des Anneaux, tome 2 : Les Deux Tours 
27 ~ Mercy Thompson, tome 01 : L'appel de la lune 
28 ~ Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates
29 ~ L'Assassin Royal, tome 2 : L'Assassin du Roi 
30 ~ L'Assassin Royal, tome 3 : La Nef du crépuscule
31
~ Roméo et Juliette
32 ~ L'Assassin Royal, tome 1 : L'Apprenti assassin 
33 ~ Anita Blake, tome 01 : Plaisirs coupables 
34
~ La Gloire de mon père
35 ~ La nuit des enfants rois 
36 ~ Les âmes vagabondes 
37 ~ Enfants de la terre, tome 1 : Le Clan de l'ours des Cavernes 
38 ~ La Quête d'Ewilan, tome 2 : Les Frontières de Glace 
39 ~ Les Mondes d'Ewilan, tome 1 : La forêt des captifs 
40 ~ Les Mondes d'Ewilan, tome 3 : Les tentacules du mal 
41 ~ A la croisée des mondes - Intégrale 
42 ~ Chroniques des vampires, tome 2 : Lestat le vampire 
43 ~
La sorcière de la rue Mouffetard, et autres contes de la rue Broca 
44 ~ Les Thanatonautes
45
~ L'ombre du vent
46 ~ Cyrano de Bergerac 
47 ~ Le Livre des Étoiles, tome 1 : Qadehar le Sorcier 
48 ~ Le Livre des Étoiles, tome 2 : le Seigneur Sha 
49 ~ Le Nom de la rose 
50 ~ Les Mondes d'Ewilan, tome 2 : L'œil d'Otolep 
51 ~ Les Piliers De La Terre 
52 ~
L'évangile selon Pilate, suivi de Journal d'un roman volé 
53 ~ Ramsès, tome 3 : La bataille de Kadesh 
54
~ Harry Potter, tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
55 ~ Harry Potter, tome 4 : Harry Potter et la Coupe de feu
56 ~ Je suis une légende 
57 ~ Les Trois mousquetaires 
58 ~
Si c'est un homme... 
59 ~
Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers  
60 ~
Harry Potter, tome 6 : Harry Potter et le prince de sang-mêlé 
61 ~ Le meilleur des mondes 
62 ~ Le Seigneur des Anneaux, tome 1 : La Communauté de l'Anneau
63 ~ Harry Potter, tome 7 : Harry Potter et les reliques de la Mort 
64 ~ Ensemble, c'est tout
65 ~ 84, Charring Cross Road
66 ~ Le portrait de Dorian Gray 
67 ~
Ne le dis à personne...
68 ~ L'Épée de vérité, tome 1 : La première leçon du sorcier 
69 ~ Ma vie est tout à fait fascinante, tome 1 : Ma vie est tout à fait fascinante 
70 ~ Des souris et des hommes
71 ~ Les Hauts d'Hurlevent
72 ~
 Matilda
73 ~ Millénium, tome 2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette 
74 ~ Harry Potter, tome 5 : Harry Potter et l'ordre du phénix
75 ~ La grammaire est une chanson douce 
76 ~ Chroniques des vampires, tome 3 : La reine des damnés 
77 ~
Frankenstein 
78 ~ La communauté du sud, tome 3 : Mortel corps à corps
79 ~ La saga des sorcières, tome 1 : Le lien maléfique
80 ~ Les Rivières Pourpres
81 ~ Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur 
82 ~ Le magasin des suicides
83 ~ Coraline
84 ~
L'Empire des anges 
85 ~ Chroniques des vampires, tome 1 : Entretien avec un vampire 
86 ~ Harry Potter, tome 2 : Harry Potter et la chambre des secrets
87 ~ Twilight, tome 4 : Révélation 
88 ~ Le journal 
89 ~ Charlie et le grand ascenseur de verre
90 ~ Hamlet 
91 ~ Le cycle des Dieux, tome 1 : Nous, les Dieux 
92 ~ L'Épée de vérité, tome 2 : La pierre des larmes 
93 ~ Nana 
94 ~
Twilight, tome 1 : Fascination 
95 ~ L'homme aux cercles bleus 
96 ~ Tara Duncan, tome 1 : Les Sortceliers 
97 ~ La jeune fille à la perle 
98 ~
Le joueur d'échecs
99 ~ L'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde 
100 ~ Millénium, tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes
 

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :


La compagnie des spectres, Lydie Salvayre

La_compagnie_des_spectresJe viens de terminer La compagnie des spectres, court roman de Lydie Salvayre, qui a reçu le Prix Novembre puis a été élu "Meilleur Livre de l'année" par le magazine Lire en 1997.

Un huissier vient saisir un appartement habité par une mère et sa fille. Mais cette visite perturbe l'équilibre mental fragile de la mère de la narratrice, qui oscille entre le présent et l'année 1943, année charnière où sa vie a basculé.
L'huissier assiste alors impuissant au déferlement de ses  souvenirs, à l'invasion des fantômes du passé, tempérés tant bien que mal par la narratrice.
Le passé se mêle au présent, les  réminiscences de la guerre contaminent la réalité, jusqu'à ce que la malade confonde l'huissier avec des personnages historiques et se mette à l'insulter.
La situation dégénère alors...

Difficile de parler de ce court roman sans paraître plonger dans le pathos alors que le comique est pourtant là.
Huis-clos dans un appartement de Créteil, le récit alterne intrusions dans le passé et travail méthodique de l'huissier qui prend en note tout le mobilier. L'alternance cocasse de ces situations dédramatise la scène.
L'année 1943 a été très dure pour la mère de la narratrice (nous apprenons dès les premières pages pourquoi) et celle-ci est littéralement perdue dans ses souvenirs, oubliant par là même de s'occuper de sa fille.  Celle-ci en souffre, et tout comme sa mère, se sent abandonnée par la sienne.
Lydie Salvayre manie la langue française avec précision et humour. Son style incisif percute le lecteur de plein fouet.  La ponctuation est rare, laissant au lecteur le soin d'accorder paroles et pensées à chaque personnage.
Le lecteur se sent emporté avec humour dans cette situation pourtant tragique.
A lire pour la plume de
Lydie Salvayre
, trop peu connue encore, et qui mérite grandement de l'être davantage...

"Êtes-vous en possession d'un véhicule terrestre à moteur ? me demanda-t-il à brûle-pourpoint. C'était là un curieux introït. " p.13

"Ma mère, qui a beaucoup souffert, habite synchroniquement le passé et le présent, car la douleur a cette étrange vertu, dis-je métaphysique en diable, qu'elle abolit le temps ou qu'elle le désordonne, cela dépend des cas."p.29

"Son esprit intemporel opère d'incessantes navettes entre l'année 1943 et la nôtre, sans nul égard pour la chronologie officielle, c'est un symptôme, semble-t-il très difficile à expurger." p.29

"La tristesse qui me gagnait n'était pas sans mélange. Mille sentiments pénibles surgis dès le matin et que je m'étais efforcée tant bien que mal de refouler, venaient soudainement y converger. La colère. L'humiliation. La honte. La douleur d'être tiraillée  entre deux volontés ennemies : celle de paraître conforme à tous égards, combattue par celle, non moins tenace, de tout envoyer dinguer : l'huissier, ma mère et d'ailleurs toute cette histoire."p.131

Une chronique de soukee rangée dans Littérature française - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

15 novembre 2009

La bibliothèque, la nuit, Alberto Manguel

bibliothequeVoilà une lecture faite très récemment et que j'ai adorée. La bibliothèque, la nuit est un essai d'Alberto Manguel, écrivain, traducteur et éditeur argentin, paru aux éditions Actes Sud en janvier 2009.
Après Une histoire de la lecture, Alberto Manguel nous livre ici une réflexion sur les bibliothèques, privées ou publiques, immenses ou composées de quelques titres, classées selon un ordre précis ou de façon arbitraire, bref,
une réflexion sur tout rassemblement de livres en un endroit donné.
Il mêle à sa réflexion des anecdotes personnelles, fait des détours historiques et nous donne l'exemple de bibliothèques connues ou encore celles d'auteurs célèbres, comme Jorge Luis Borges, qu'il a beaucoup côtoyé.

J'ai adoré cet essai, ayant l'impression de m'immiscer dans les plus grandes bibliothèques du monde et de fouiner dans celles de certains auteurs pour comprendre comment ils classaient leurs livres et en apprendre un peu plus sur leurs habitudes de lecteurs.
Manguel nous livre ici une merveille de réflexion sur les bibliothèques, dans la droite lignée de son essai précédent sur la lecture,
un essai à la fois documenté et très accessible, accompagné de nombreuses photos et illustrations.
La traduction de Christine Le Boeuf, qui avait déjà traduit
Une histoire de la lecture permet au lecteur de se plonger facilement dans cet essai et de se laisser porter par les réflexions de Manguel.
Je vous préviens, on ne regarde plus sa propre bibliothèque du même oeil ensuite ! Et on s'interroge sur sa propre manie de classification...

"En entrant dans une bibliothèque, je suis toujours frappé par la façon dont elle impose au lecteur, par ses catégories et son ordre, une certaine vision du monde." p.57

"Ensemble, la conservation électronique et la conservation matérielle des imprimés représentent pour une bibliothèque l'accomplissement d'au moins l'une de ses ambitions : être complète. " p.89

"Toute bibliothèque est par définition un choix, et son envergure est par nécessité limitée. Tout choix en exclut un autre, celui qui n'a pas été fait. La lecture coexiste de toute éternité avec la censure." p.118

"Toute bibliothèque, du simple fait de son existence, évoque son double interdit ou oublié : une bibliothèque invisible mais impressionnante, composée des livres qui, pour des raisons conventionnelles de qualité, de sujets ou même de volume, ont été jugés indignes de survivre sous ce toit particulier." p.125

Une chronique de soukee rangée dans Essais - Vos commentaires [7] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

14 novembre 2009

Défi "Une année en Russie"

russieEt voilà, à peine arrivée sur la blogosphère, je m'emballe et suis très enthousiaste à l'idée de partager mes lectures avec des accros aux livres comme moi.

Donc en flânant sur le blog Marque ta page
, je me suis inscrite au défi "Une année en Russie".
Je vais très certainement me plonger dans Crime et Châtiment... Et puis je laisse mes envies me guider pour ce défi !!

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

L'enfant océan, Jean-Claude Mourlevat

oc_anNormalement, ce roman de littérature de jeunesse n'a pas trop besoin de mon acharnement pour le diffuser tant il est connu.
Mais certains ne le connaissent pas encore autour de moi et ne l'ont pas lu, d'où ce billet.
L'enfant Océan est un court roman de littérature de jeunesse écrit par Jean-Claude Mourlevat et publié en 1999 aux éditions Pocket Jeunesse.

Il relate le périple de 7 frères, en fugue  vers l'Océan pour échapper à leurs parents, croyant que ceux-ci veulent les tuer.

Vous aurez sûrement deviné qu'il s'agit là d'une réécriture moderne du conte du Petit Poucet. Yann, le cadet des frères et le plus perspicace, entraîne la petite troupe vers l'Ouest, comme aimanté par l'Océan.
Le récit est une narration à plusieurs voix, chaque chapitre correspondant au récit d'un personnage ayant croisé la fratrie sur son chemin.
Dit comme ça, cet article peut laisser froid et indifférent, mais pour vous convaincre peut-être, je peux vous affirmer que l'écriture de J-C Mourlevat est poignante, que l'alternance narrative permet de maintenir un certain flou sur la fugue des enfants et que l'émotion est présente du début à la fin. Même en connaissant le conte originel, le lecteur se laisse porter par cette adaptation moderne et émouvante.
Considéré comme un classique (même si je déteste employer ce mot aux frontières floues et à la définition hasardeuse...) en littérature de jeunesse, ce roman a connu un très vif succès auprès des jeunes lecteurs et est toujours considéré comme un titre à connaître dans le domaine.
Avis aux retardataires et aux autres !

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,


13 novembre 2009

L'attentat, Yasmina Khadra

attentatIl est de ces livres qui vous bouleversent littéralement, vous poussent dans vos retranchements et vous forcent à réfléchir. L'attentat, roman de nombreuses fois primé de Yasmina Khadra, fait partie de ce genre là.

Tel Aviv. Un attentat suicide dans un restaurant bondé. Amine, jeune chirurgien israélien d'origine arabe, opère les blessés qui arrivent en grand nombre.

Exténué, il rentre chez lui. Au milieu de la nuit, un coup de téléphone le réveille en sursaut. C'est au sujet de sa femme. Elle a été tuée dans l'attentat. Mais ce qu'Amine met beaucoup de temps à comprendre et à admettre, c'est que c'était elle la kamikaze qui a fait sauter ce restaurant plein.

Commence alors pour le narrateur une douloureuse période de recherches sur sa femme, ses fréquentations,  pour comprendre ses motivations, et ce qui l'a incitée à cet acte. La difficulté d'admettre qu'il ne la connaissait pas, qu'il la laissée commettre l'irréparable et l'innommable au nom d'une cause qui lui est étrangère et qu'il ne comprend pas.

La lutte pour survivre  et recommencer à vivre avec cette réalité, la culpabilité de n'avoir rien vu, la haine, aussi.

Un roman poignant, le premier que je lisais de cet auteur. Une écriture à couper le souffle. Des phrases à la prosodie qui fait sens, un rythme narratif qui oblige le lecteur à poursuivre un peu plus loin sa lecture, incapable d'en rester là.

Une grande émotion face à cette histoire, beaucoup d'identification au narrateur pour ma part, de compréhension face à sa culpabilité et ses doutes.  Une belle leçon  de réflexion sur le conflit israëlo-palestinien.

A lire à haute voix à un auditoire (même restreint...) pour apprécier le style incisif et lyrique de l'auteur.

"Je me sens patraque, halluciné, dévitalisé. Ne suis qu'un énorme  chagrin recroquevillé sous une chape de plomb, incapable de dire si j'ai conscience du malheur qui me frappe ou bien s'il m'a déjà anéanti." p.36

"C'était sur le bord d'un lac suisse tandis que l'horizon crépusculaire se prenait pour un tableau de maître : "Je ne te survivrais pas une minute de plus ", m'avait-elle confié." p.80

"Il est des matins qui se lèvent sur d'autres nuits." p.83 (pour Marine !)

"Le matin, à l'heure où la nuit retrousse ses ourlets sur les premiers attouchements du jour, je suis débout." p.229

Une chronique de soukee rangée dans Littérature algérienne - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :

12 novembre 2009

L'étrange histoire de Benjamin Button, Francis Scott Fitzgerald

BUTTONCurieuse comme je suis des adaptations au cinéma des œuvres littéraires, après avoir vu le blockbuster américain sorti en février 2009 sur nos écrans, je me suis ruée dans la librairie derrière chez moi pour acheter la nouvelle de Fitzgerald dont le film s'était inspiré.
J'insiste sur ce dernier mot. En effet, alors que L'étrange histoire de Benjamin Button de David Fincher s'étend sur 2h35, la nouvelle qui en est la source ne fait que 59 pages (enfin 47 si on enlève les pages de garde du début...) Autant dire que les scénaristes ont librement brodé autour de l'intrigue originelle. Rares sont les similitudes entre les deux versions et je suis même étonnée que ce film ait pu prendre ce titre, et non pas "librement inspiré de la nouvelle, etc." Mais tout ceci n'est qu'une question de droit d'auteur...

Bref, pour parler ici de la nouvelle de Fitzgerald, j'ai été agréablement surprise par cette histoire à la fois courte et très imaginative.
Et comme le logo l'indique, cette lecture s'inscrivait dans le Challenge 2 euros initié par Cynthia ici !
1860 aux Etats-Unis. Le couple Button donne naissance à son premier enfant, mais celui-ci, par le plus grand des mystères, s'avère être un vieillard de 70 ans. 
Le temps passant, ses parents s'aperçoivent qu'il subit une croissance inversée et retourne littéralement en enfance, défiant les lois de la nature et de la logique.
Benjamin voit ses proches et sa femme vieillir au fil des années, se raidir  et disparaître avec le temps, tandis qu'il se découvre une nouvelle vigueur et profite de ses années de jeunesse.
Mais au bout de cette inversion du temps, le retour à l'état de nourrisson et à l'origine le guette.
Challenge
L'auteur de Gatsby le Magnifique nous livre ici une nouvelle étrange, à la fantaisie rare.
L'écriture est fluide, la traduction coule sans lourdeur et nous entraîne dans ce conte avec légèreté.
L'intrigue est plus suggérée qu'elle n'est détaillée, et son originalité permet à l'auteur de ne pas s'étendre sur de nombreuses scènes. Des situations générales prennent le pas sur les anecdotes, et les années du personnage défilent à vive allure au fil des pages.
"
Nous ne nous étendrons pas sur la vie de Benjamin Button entre sa douzième et sa vingt-cinquième année. Disons simplement que ce furent des années de décroissance régulière." (p.30)
Ode au temps qui passe et que l'on ne peut retenir, cette nouvelle laisse un sentiment de mélancolie étrange lorsqu'elle se termine. L'inéluctable arrive à grands pas pour le personnage, tel le fatum, ou destin,  qui s'abat sur les héros des tragédies grecques.


Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

Rien, Janne Teller

rienJe viens de terminer ce livre qui m'a bouleversée et fait réfléchir...
Rien de Janne Teller, paru aux éditions du Panama en 2007 est en effet de ces livres dont on ne ressort pas indemne.
Ce roman pour ado, qui a reçu le prix du meilleur livre jeunesse décerné par le Ministère de la Culture Danois, ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire auparavant.

Pierre Anthon, un jeune ado de 14 ans, décide le jour  de sa rentrée en 4ème de grimper dans un prunier et d'y rester , proclamant le fait que la vie n'a pas de sens et que "tout commence pour finir".
Ses camarades de classe cherchent
en vain un moyen  de le déloger de son abri, puis s'interrogent sur sa motivation.
Si Pierre pense que rien n'a de sens, alors ils vont lui prouver qu'il existe une signification au monde en érigeant un "mont de signification" composé d'objets auxquels ils tiennent et qui font sens pour eux.  Le sens naîtra de ce sacrifice.
Chacun oblige alors un de ses camarades à se séparer de quelque chose auquel il tient pour prouver à Pierre que la vie a un sens.
D'une paire de boucle d'oreille à un gant de boxe, les jeunes deviennent de plus en plus durs entre eux et les sacrifices demandés prennent une ampleur incontrôlable. Jusqu'à l'irréparable et l'insoutenable...


A la lecture de ce livre, le lecteur se sent emporté dans un tourbillon de surenchère impossible à contrôler et sent l'horreur poindre son nez. Le petit jeu cruel des personnages, leur volonté de prouver à leur condisciple que la vie est porteuse d'une certaine signification, leurs blessures personnelles à chaque sacrifice, met mal à l'aise en même temps qu'il fascine.
Jusqu'où vont-il aller ? Quelle limite vont-il imposer à cette leçon de réflexion ? Ne vont-il pas perdre en chemin leur lucidité et une part de leur humanité ?
Un roman vraiment très réussi, loin de laisser le lecteur indifférent, et qui résonne longtemps après avoir fermé la dernière page...

Une chronique de soukee rangée dans Romans jeunesse - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

11 novembre 2009

Challenge 2 euros

challenge_2_eurosEn furetant à droite à gauche sur les blogs consacrés à la littérature et à la lecture, je suis tombée sur celui de Cynthia  intitulé qui propose Le challenge 2euros.

Ni une ni deux, vu que j'ai beaucoup de temps devant moi (une fracture au pied et 3 semaines d'arrêt maladie), je me suis inscrite pour participer !

Alors je vous laisse, je vais bouquiner !!

Une chronique de soukee rangée dans - Vos commentaires [0] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

Graines de cabanes, Philippe Lechermeier et illustré par Eric Puybaret

cabanesPour un de mes cours de littérature de jeunesse, il avait fallu que je fasse l'analyse d'un album de mon choix.

Après de nombreuses hésitations, mon choix avait porté sur Graines de Cabanes,écrit par Philippe Lechermeier et illustré par Eric Puybaret, paru aux éditions Gautier-Languereau en 2005.

Le lecteur ouvre avec cet album le carnet de voyage du célèbre explorateur Alphonse Cagibi, qui parcourt le monde à la recherche des mystérieuses graines qui, une fois plantées et arrosées, se transforment en petites maisons.


Cet album est une petite merveille tant à lire qu'à regarder !!! Je vous aurais prévenus !!
Les illustrations sont magnifiques et permettent de se plonger avec délice dans cette histoire merveilleuse. Les cabanes sont toutes plus imaginatives les unes que les autres et sont un appel à la rêverie.
La mise en page joue sur le rapport texte / images et sur les différents styles de cabanes. pour surprendre encore plus le lecteur. Le texte donne vie à tous ces croquis aussi loufoques les uns que les autres...
A mettre entre toutes les mains, petits ou grands, pour faire une place à l'imaginaire dans sa vie !

Une chronique de soukee rangée dans Albums - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés :