Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

16 octobre 2017

L'Oncle Silas, Joseph Sheridan Le Fanu

L'oncle Silas, Sheridan Le FanuL'Oncle Silas est considéré comme le chef d'oeuvre de l'écrivain irlandais Joseph Sheridan Le Fanu. Paru en 1864, il a été traduit pour la première fois en français en 1988 aux Nouvelles Editions Oswald.

Angleterre, 19e siècle. Un gentilhomme veuf vit isolé dans son domaine avec son unique fille, Mathilde. Coupés du monde, le père et sa fille vivent en autarcie, leur quiétude uniquement troublée par les rares visites au domaine. Au décès de son père, Mathilde est contrainte de quitter la demeure familiale pour rejoindre celle de son oncle Silas, devenu son tuteur. Personnage mystérieux et énigmatique, ce dernier souffre d'une réputation entachée par une obscure histoire de meurtre. La jeune Mathilde, héritière de son nom, prudente dès son arrivée au domaine, offre rapidement sa confiance à son oncle, vieil homme souffreteux et rempli de bonté à son égard. Mais rapidement, d'étranges événements viennent troubler la jeune fille et Silas dévoile peu à peu son vrai visage...

J'avais adoré l'adaptation en album de Carmilla, autre oeuvre majeure de Le Fanu et j'étais très curieuse de découvrir ce roman, offert par Nesto (coucou si tu passes par ici !) lors du Swap Partners in Crime que j'avais organisé il y a quelques années.

Roman gothique par excellence, L'oncle Silas fait partie de ces livres qui vous happent et vous enferment dans un univers sombre et inquiétant, sans perspective de fuite. Tels Horace Walpole, Ann Radcliffe, Wilkie Collins ou encore Charles Robert Maturin, dignes représentants du genre, Le Fanu excelle dans l'art de créer une ambiance pesante à souhait. La jeune Mathilde se retrouve rapidement  prise au piège dans la demeure de son oncle et les perspectives de fuite s'amenuisent au fil des chapitres.

L'univers du roman est diffus mais suit un fil conducteur décliné au fil des oeuvres du romancier : les spectres y côtoient la science, les jeunes filles persécutées sont en proie à des personnages masculins dominateurs, la religion et la théosophie s'opposent tandis que les assassinats et amours contrariées envoûtent le lecteur.

Un classique du genre absolument délicieux, un roman gothique des plus réussis (et étonnamment moins connu que ses contemporains), une intrigue qui vous enferre et ne vous laisse aucune chance d'en sortir indemne. Bref, un coup de coeur qui me rappelle avec délices mes cours de littérature anglaise à la fac et dont il serait dommage de se priver en cette période d'Halloween...

Challenge Halloween

Et voici ma quatrième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,


19 mai 2017

Mon midi, mon minuit, Anna McPartlin

 Mon midi, mon minuitMon midi, mon minuit est le septième roman de l'irlandaise Anna McPartlin et le second publié en France. Il est paru en avril aux éditions du Cherche Midi.

Emma et John sont ensemble depuis leur adolescence. Dans la vingtaine, ils filent un amour sans nuage, abordant la vie main dans la main. Mais tout s'effondre le soir où John est fauché par une voiture. Emma est dévastée. Comment survivre à la perte de l'être aimé ? Comment continuer ? Heureusement, ses amis sont là. Sean, le meilleur ami de John, Clo, son amie carriériste qui enchaîne les histoires d'amour et Anne et Richard, le couple solide comme un roc. Entourée d'amour et d'attention, Emma va reprendre goût à la vie.

Non, je n'ai pas une passion pour les livres qui débutent par le décès d'un conjoint (cf. Les gens heureux lisent et boivent du café), oui entre l'Irlande et moi c'est une grande histoire d'amour et j'étais curieuse de découvrir ce roman dont j'ai eu beaucoup d'échos positifs.

Anna McPartlin plonge son lecteur au milieu d'un groupe d'amis, dans l'Irlande des 90's, touché par un drame. Si le propos est assez sombre au début, l'intrigue ne s'attarde pour autant pas sur la question du deuil et de la résilience (petit bémol du coup, l'auteure passant rapidement sur la douleur d'Emma pour se concentrer sur l'après). L'intrigue revêt assez rapidement un caractère positif parfois prévisible, en suivant le quotidien de ces jeunes irlandais à l'approche de la trentaine, leurs choix de vie, leurs doutes, leurs errances parfois.

La question du couple au sens large est finalement le centre de ce roman qui explore un large spectre de situations par  le biais de ses personnages. De ceux qui sont ensemble depuis le lycée à ceux qui ont un coup de foudre qui met à mal leurs certitudes, Anna McPartlin s'interroge. Le décès de John n'est finalement qu'un prétexte pour qu'Emma voit son bonheur imploser et réfléchisse à cette notion. La narration à la première personne permet d'explorer son intériorité et l'humour est là, malgré tout, dans cet âge des possibles. La bande d'amis fait penser à celle de Friends ou de Quatre mariages un enterrement, évidemment (notamment grâce au poème liminaire d'Auden). On rit, on sourit, on est émus parfois par les situations rencontrées.

Mais si j'ai passé un agréable moment dans ces pages (en réalité, le temps d'une après-midi, au soleil en maillot dans mon jardin !), je doute qu'elles me laissent un souvenir impérissable. J'ai été bien plus émue par la lecture d'Un jour de David Nicholls, qui aborde des thématiques similaires sur fond d'Angleterre de la même époque.

"Il était mon nord, mon sud, mon est, mon ouest,

Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste,

Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson ;

Je croyais que l'amour jamais ne finirait : j'avais tort."

W.H. Auden, Funeral Blues (p.9)

Logo Challenge Feel good

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

20 juin 2015

Les trois lumières, Claire Keegan

Les trois lumières, Claire KeeganLes trois lumières est un très court roman de la femme de lettres irlandaise Claire Keegan paru en 2011 aux éditions Sabine Wespieser.

Alors que sa mère est sur le point d'accoucher d'un énième enfant, la jeune narratrice est confiée à des parents éloignés, les Kinsella, un couple aimant et sans enfant.  
A leurs côtés, la jeune Pétale, comme l'homme la surnomme, va découvrir un monde bienveillant et chaleureux, où l'amour prend le pas sur les blessures anciennes.

En moins de 90 pages, Claire Keegan offre à son lecteur un roman court et dense à la fois, où chaque mot compte, où les émotions sont là, lisibles entre les lignes, perceptibles au milieu des silences.  
La vie s'étire calmement et paisiblement pour la jeune narratrice qui goûte à un quotidien aimant bien loin de la rudesse de sa vie de famille. Discrète et calme, l'enfant observe le couple qui l'accueille et démêle subtilement les écheveaux de leur douleur sous-jacente. Les deux époux sont taiseux mais hantent les pages de leur présence rassurante. Des forces tranquilles qui apaisent la fillette qui semble trouver sa place dans ce quotidien structuré qui est le leur.  
P1020611
Une belle plongée dans la campagne irlandaise au charme suranné. Un roman court, très court, trop peut-être. J'aurais aimé rester plus longtemps aux côtés de ces personnages et écouter leurs silences pour mieux les comprendre. Mais une belle immersion dans cette Irlande que j'aime tant, qui m'a fait repenser avec délice à ma découverte de l'île d'émeraude, il y a bientôt quatre ans.

D'autres avis : Alex, CanelChoco, Clara, Cynthia, Delphine, Kathel, Keisha, LeiloonaLiliba, Lili Galipette, Noukette,  PaulineSandrine, etc.

Un grand merci à celui qui a souhaité m'offrir ce livre, pour mon changement de décennie !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature irlandaise - Vos commentaires [20] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,