Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.

07 mai 2011

Noces indiennes, Sharon Maas

nocesindiennesSharon Maas est une journaliste spécialisée dans le sous-continent indien, née en Guyane britannique en 1951. Noces indiennes est son premier roman.

L'intrigue de ce roman suit le destin de trois personnages, trois enfants confrontés aux règles d'une société qui leur échappe.
Savitri, dont le père est le cuisinier d'une famille anglaise installée en Inde, tombe amoureuse de son compagnon de jeu, David, le fils de la famille.
Nat, fils adoptif d'un médecin anglais, est partagé entre son pays, l'Inde, et sa découverte de l'Occident lors de ses études.
Saroj, enfin, papillon rieur et multicolore, subit le joug de son père, traditionnaliste à l'extrême qui souhaite la marier dès ses quatorze ans.

Trois enfants, dont l'histoire débute à trois époques différentes (1921, 1947 et 1956), avec pour dénominateur commun l'Inde. Parce qu'ils y vivent ou qu'ils sont indiens, leur vie est régie par des règles et des traditions parfois lourdes face à la modernité de leur temps.
Sharon Maas nous entraîne avec brio dans cette intrigue complexe qui se déroule à des moments charnières de l'Histoire de l'Inde. Savamment construite, elle alterne le destin des trois personnages et leur évolution personnelle au fil du temps.

Noces indiennes est un roman de toute beauté, que j'ai lu avec grand plaisir. S'il arrive, dans ce type de construction narrative, qu'un personnage soit moins intéressant qu'un autre, ce n'est pas le cas ici et chaque chapitre amène son lot de rebondissements et d'évolutions qui le rendent aussi intéressant que le précédent.

coup_de_coeur_2011

Une belle intrigue servie par une jolie plume, un rythme dense et un hommage à l'Inde tout en subtilité, mais aussi une critique de certaines traditions comme de la condition de la femme... J'ai été conquise et j'attribue sans plus tarder à ce roman le titre de cinquième coup de coeur de cette année...

"Soit on aime l'Inde, soit on la déteste, et tout ce que je suis, tout ce que tu sais de moi, c'est à l'Inde que je le dois. L'Inde véritable, l'Inde cachée derrière le chaos, la saleté, la démence, la laideur, l'Inde de l'esprit. Tu le sentiras. J'en suis sûr. Et tu l'aimeras. Tu tomberas sous le charme, tout comme moi." (p.593)

Ce roman a été lu dans le cadre d'une lecture commune avec Elea23, avec un peu de retard (ce billet devait être publié le 30 avril...) Je l'inscris bien entendu dans le Vignette_LCcadre du Challenge "L'Inde en fêtes".

logo_Inde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,


07 avril 2011

L'Inde en fêtes #2 Mewar Festival d'Udaipur et Compartiment pour dames d'Anita Nair

logo_IndeHilde et moi vous proposons "L'Inde en fêtes"

Le principe ? Lire des livres sur l'Inde / de la littérature indienne tout au long de l'année, à l'occasion de 5 fêtes populaires sélectionnées (toutes les informations sont ici ou chez Hilde !)

Deuxième fête : Mewar Festival à Udaipur
(du 6 au 8 avril)

flickr_5011840324_hdUdaipur  est une ville d'Inde située dans l'état du Rajasthan, entourée de lacs et culminant à 577 m d'altitude. Chaque année, elle célèbre le Mewar Festival, qui est un festival dédié à l'arrivée du printemps, considéré en Inde comme la saison reine.
L'ouverture du festival est faite par une procession exclusivement féminine. Les femmes se parent de leurs plus beaux saris et sont considérées commes les reines du festival.
Des bateaux décorés défilent aussi, et donnent lieu à des chants et des festivités à leurs bords et sur les rives.
La ville organise de nombreuses animations culturelles à cette occasion, et une fête foraine prend place au coeur de la vieille ville, tandis que les processions défilent sur les quais du lac Pichola. Un spectaculaire feu d'artifice clôt les festivités au terme des trois jours.

Une vidéo du site Vision Rajasthan :

 

 

compartiment_pour_dames_anita_nair

A l'occasion de ce Festival, nous avions organisé une lecture commune du roman d'Anita Nair, Compartiment pour Dames.

Akhila a quarante-cinq ans. Sans mari ni enfants, elle vit avec sa soeur, son beau-frère et leurs enfants. Mais Akhila en a assez de cette vie. Un jour, elle décide de prendre un train pour l'extrémité Sud de l'Inde. Un voyage pour réfléchir à sa vie, faire un point sur sa situation.
Dans le compartiment du train, elle fait la connaissance de ses compagnes de couchette. Chacune lui raconte alors sa vie et son expérience pour la faire réfléchir à sa propre situation.

Cela faisait quelques années que ce roman me faisait de l'oeil avec sa couverture verte et son visage féminin. Et autant le dire tout de suite : j'ai vraiment adoré cette lecture. Anita Nair nous entraîne dans le quotidien des femmes en Inde. Les récits de chacune des voyageuses sont comme des nouvelles dans le roman et permettent d'aborder un éventail assez large des situations des femmes dans ce pays.
La plume d'Anita Nair possède une intensité poétique rare et donne une dimension toute particulière à ces récits très émouvants. Au coeur de cette nuit qui semble sans fin et de ce huis-clos dans ce compartiment pour dames, la solidarité entre ces femmes qui ne se connaissent pas éclot, chacune tentant d'apporter, par son expérience, un peu de chaleur et de réconfort aux autres.

Vignette_LCUn roman à lire pour découvrir la vie des femmes en Inde et la façon dont elles s'échappent d'un quotidien dicté par les traditions du pays.

Les avis de Nesto, Penelope, Sharon, Sabbio et Hilde qui participent au challenge et Ellcrys et Manu avec qui nous avions programmé cette lecture commune !

 "Des foetus ballotés à l'intérieur d'un utérus, chacun se nourrissant de la vie de l'autre, grâce à l'obscurité environnante et à l'assurance que ce qui était partagé entre ces cloisons n'irait pas au-delà de cette nuit et de ce huis-clos." (p.43)

"C'est en explorant la texture de la vie des autres, en cherchant des ressemblances, susceptibles de connecter nos vies entre elles, que nous essayons de nous libérer d'un sentiment de culpabilité à l'égard de ce que nous sommes et de ce que nous sommes devenues." (p.222)

 

L'ensemble des billets publiés à cette occasion par les participants :

Mini_Taj Hilde

 Mini_TajNesto

Mini_Taj Penelope

 Mini_Taj L'Ogresse de Paris :

Mini_TajSabbio

 Mini_TajSharon

 Mini_Taj soukee

 

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,

02 mars 2011

L'Inde en fêtes #1 Shivaratri

logo_IndeHilde et moi vous proposons "L'Inde en fêtes"

Le principe ? Lire des livres sur l'Inde / de la littérature indienne tout au long de l'année, à l'occasion de 5 fêtes populaires sélectionnées (toutes les informations sont ici ou chez Hilde !)

Première fête : Shivaratri (les 2 et 3 mars)

Shivaratri signifie littéralement "La nuit consacrée à Shiva". C'est la nuit durant laquelle, selon la légende, le dieu se créa lui-même grâce à sa force divine.
Cette fête religieuse, très attendue par les Hindous, est une fête mobile qui tombe le quatorzième jour de la lune décroissante du mois de Falgun (en février ou mars la plupart du temps).

En ce jour sacré,  les fidèles jeûnent toute la journée et à l’aube, les dévots prennent un bain sacré ou se trempent dans la rivière avant d’aller prier au temple. Le temple de Pashupatinath à Kathmandu, considéré par les Hindous comme l’un despèlerinages les plus sacrés glorifiant Shiva, accueille ainsi plus de 100 000 dévots durant la fête de Shivaratri.

Les fidèles réalisent des pûjâ avec des feuilles de bili et du lait. Les femmes sont particulièrement ferventes dans leur célébration et prient pour leurs époux et leurs fils. Ce jour-là, la consommation de substances hallucinogènes est autorisée, considérées alors comme nourritures sacrées des Dieux.

Le Puran, l’un des nombreux textes sacrés hindous, dit que si l’on célèbre cette fête, tous les péchés sont oubliés. shiva

 Selon les textes sacrés, les offrandes au Seigneur Shiva doivent comporter  :

  • des feuilles de Bili, pour calmer la divinité au sang chaud, qui symbolisent la purification de l'âme
  • de la pâte de vermillon qui symbolise la vertu
  • de la nourriture, favorable à la longévité et à la satisfaction des désirs
  • de l'encens, censé apporter l'abondance
  • une lampe allumée, favorable à l'acquisition du savoir
  • des feuilles de bétel, témoignant de la satisfaction des plaisirs profanes.

A l'occasion de cette date, Hilde et moi avons fait une lecture commune que nous vous présenterons dans notre billet de demain.

Et comme ma PAL indienne s'est étoffée ces derniers temps,  je voulais proposer dans le cadre du challenge des lectures communes avec ces titres :

une_passion_indienne_8056244 jours_pluie_madras_L_1 mistry compartiment_pour_dames_anita_nair

 9782203390157g1 India_dreams_V3_018 India_dreams_V4

62354136_p nocesindiennes

9782070399055


Les billets des participants:

Mini_Taj L'Ogresse de Paris : Le Jardin de Badalpour de Kenizé Mourad 

                                           Le festin de rose de Indu Sundaresan

Mini_Taj Penelope La maîtresse des épices de Chitra Banerjee Divakaruni

Mini_Taj Delphine  : India Dreams L'intégrale (T.1 à 4)  de Maryse et Jean-François Charles 

Mini_Taj Sharon  : La chanson du jardinier de Kalpana Swaminathan

Mini_Taj Hilde : India Dreams T. 1 Les Chemins de brume de Maryse et Jean-François Charles 

Mini_Taj Soukee : India Dreams T. 1 Les Chemins de brume de Maryse et Jean-François Charles 

 
Les participants au Challenge : 
Estellecalim, L'Ogresse de Paris, Lily, Mango, Delphine, Sharon, Penelope, Elea23, Sabbio, Choupynette, Wax, Nathalye, Briggy13, Valérie, Touloulou, Nesto, Hilde et soukee

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [11] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

15 septembre 2010

Mariage à l'indienne, Kavita Daswani

mariage Une nouvelle lecture sur l'Inde... Cela faisait quelques temps que je n'avais pas succombé...

Anju est une jeune indienne trentenaire et célibataire. Partie faire ses études à New York, elle a décidé de rester dans cette ville pour se lancer dans le monde de la mode. Mais entre ce modèle occidental et les traditions de son enfance, la jeune femme est tiraillée... Surtout quand sa famille se morfond de la voir toujours célibataire.

La couverture de ce livre semblait me prévenir : attention, roman à l'eau de rose... Pourtant, j'ai décidé de me lancer, intriguée par le résumé de l'éditeur et pensant (à tord) que l'intrigue allait détromper cette couverture guimauve.

En réalité, il s'agit bien d'un roman sentimental comme je déteste, où la mièvrerie et les considérations égocentriques et ô combien inutiles suintent à chaque page. L'héroïne, Anju, est l'archétype de la trentenaire célibataire qui subit la pression de son entourage pour rentrer dans la norme en se mariant.

Malheureusement, cette version indienne de Bridget Jones n'a su en rien me séduire. Le récit est centré sur ce personnage qui n'est en rien attachant et l'intrigue suit un schéma trop prévisible.

La recherche de l'homme parfait qui saura aimer cette jeune femme Logoindépendante et moderne n'a rien d'original, et les  soupçons de détails sur l'Inde et ses traditions sont si maigres qu'il n'ont pas réussi à retenir mon attention. J'ai bien failli arrêter ma lecture en cours, me disant au fur et à mesure que je tournais les pages: "Mais, c'est de la chick-lit en fait..." Mais vu qu'il s'agissait d'une lecture commune, je suis allée au bout, sans surprise ni intérêt... Dommage.

A l'occasion de notre Challenge Bienvenue en Inde, j'avais lancé l'idée de cette lecture commune avec paikanne, mamzellebulle,Elea23, Stellade. Allez donc voir ce qu'elles en ont pensé ! 


Vignette_LC

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [9] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

18 juin 2010

Au bord du Gange et autres nouvelles, Rabindranath Tagore

9782070406043FSCela faisait un petit moment que ce recueil de nouvelles me narguait en librairie, avec sa couverture rouge vraiment très accrocheuse... Je n'ai pas su résister, bien entendu !

Six nouvelles composent ce recueil. Chacune dresse le portrait d'un personnage, dans une Inde intemporelle. Cela pourrait être aujourd'hui, mais il s'agit probablement du début du XXème, qu'importe. Ces intrigues à la fois mystérieuses et vraisemblables emmènent le lecteur au coeur de ce pays à la culture foisonnante.

Une lecture agréable, trop courte à mon goût. Encore une fois, il est difficile d'en parler sans en dire trop...
La plume de Tagore est à la fois poétique et incisive. On suit avec plaisir le destin de ses personnages. On s'émeut, on s'insurge, on s'indigne parfois, mais toujours avec plaisir.
Du fantôme du jeune fille malheureuse en amour à la légende de l'avare qui enterre un de ses proches et
son argent pour mieux retrouver ce dernier dans une autre vie en passant par l'histoire d'un amour impossible entre deux amants ou encore l'amour d'une soeur pour son frère aîné et son courage pour le défendre, ces nouvelles ont le don de faire voyager son lecteur dans le pays des traditions et de l'imagination. Un petit bonheur !  Je suis vraiment ravie d'avoir découvert (enfin !) Tagore, et je ne compte pas m'arrêter là dans la découverte de son œuvre !

Ce recueil de nouvelles faisait l'objet d'une lecture commune avec Pickwick et Delphine dans le cadre de notre Challenge Bienvenue en Inde ! Allez donc voir ce qu'elles en ont pensé. Et une lecture de plus pour le Challenge 2 euros, imaginé par Cynthia !

Vignette_LC 48925717_p 52639973_p

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [13] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , ,


15 juin 2010

Ma soeur, mon amour, Chitra Banerjee Divakaruni

masoeurDepuis que j'ai découvert Chitra Banerjee Divakaruni avec La maîtresse des épices et La reine des rêves, j'apprécie vraiment beaucoup cette auteure. C'est donc tout naturellement que je me suis inscrite à une lecture commune dans le cadre de notre Challenge Bienvenue en Inde pour découvrir ce titre.

Sudha et Anju sont cousines. Orphelines de pères, elles ont été élevées à Calcutta par trois femmes : leurs mères rerspectives et une de leurs tantes. Inséparables et complices, les deux jeunes filles se rêvent un avenir professionnel et sentimental moderne. Mais dans l'Inde traditionnaliste, tout n'est pas si simple... Et quand il est temps pour elles de se marier, leurs voix auront peu de poids dans la balance des castes et des mœurs indiennes.

Encore un roman de
Chitra Banerjee Divakaruni que j'ai lu d'une traite et adoré. Contrairement aux deux précédents romans que j'avais lus de cette auteure, l'Inde ne joue pas un rôle primordial dans cette fiction. C'est une toile de fond peu étayée qui sert à contextualiser l'intrigue sans pour autant permettre au lecteur novice d'en savoir plus sur les codes de ce pays ou encore ses traditions. C'est peut-être mon unique déception avec ce roman.
J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre le parcours de ces deux jeunes filles - puis jeunes femmes - même si celui-ci est malheureusement semé d'embûches et empesé par le poids des traditions. L'alternance de points de vue à chaque chapitre entre les personnages de Sudha et Anju permet de suivre chacune des héroïnes dans son destin singulier sans perdre de vue ce qui se trame pour l'autre.
Vignette_LCBref, une excellente lecture, encore une fois, qui a fait l'objet d'une lecture commune pour notre Challenge Bienvenue en Inde. Allez donc voir les avis d'Hilde (qui a coorganisé ce challenge avec moi !), de Séverine et de L'Or des chambres sur ce roman.

52639973_p

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

06 avril 2010

Les trois erreurs de ma vie, Chetan Bhagat

9782749116709FSJe viens de tourner la dernière page du troisième roman de Chetan Bhagat, Les trois erreurs de ma vie. Et, encore une fois, j'ai été charmée par un roman sur l'Inde contemporaine...

Chetan Bhagat reçoit un matin un mail d'un destinataire inconnu. Celui-ci l'informe qu'à chaque phrase qu'il écrit, il avale un somnifère pour mettre fin à ses jours.
Affolé, Chetan Bhagat décide de retrouver au plus vite ce jeune homme, afin de le sauver. Grâce à ses contacts, il le retrouve dans un hôpital public, à 1000 km de chez lui. L'auteur s'envole immédiatement pour rencontrer l'homme en question et en savoir un peu plus sur sa vie et son envie de mourir.
Govind Patel, c'est son nom, lui raconte alors son histoire. Comment, à vingt-cinq ans, il a commis les trois plus grosses erreurs de sa vie et pourquoi il a décidé d'en finir. Son histoire débute par l'ouverture, avec ses deux meilleurs amis, d'un magasin d'articles de sport dans une petite ville sans histoire...

Ne me passionnant pas pour les romans sur le sport en général et le cricket en particulier, j'ai commencé ma lecture sans a priori particulier, décidant de me laisser porter... Et j'ai bien fait ! La lecture de ce roman est très rapide, le style de l'auteur fluide et le rythme bien mené.

Chetan Bhagat nous entraîne avec brio cette fiction dans l'Inde contemporaine  (car oui ! Il s'agit d'une fiction, même si l'auteur se présente comme un personnage de son roman, recevant une confession de  Govind Patel sur son lit d'hôpital). Les personnages ont une psychologie relativement bien développée, le narrateur - le personnage de Govind, qui a tenté de se suicider - permet au lecteur de se plonger dans cette histoire avec un point de vue subjectif. La narration a posteriori des événements permet au personnage de glisser des effets d'annonce qui sèment du suspense tout au long de la lecture.

Les problématiques de l'Inde actuelle sont abordées, notamment les rivalités entre hindous et musulmans, portées par des personnages haut en couleur et une intrigue bien menée.

49862010_p

Excellente idée, en fin d'ouvrage, de présenter un glossaire avec tous les noms en hindi évoqués en italique dans le texte ! Cela manque trop souvent aux romans de littérature indienne, et c'est bien dommage car on passe à côté de beaucoup de détails,  notamment au niveau des descriptions...

Je tiens à remercier Les Editions Le Cherche-midi de m'avoir offert ce livre. J'inscris bien entendu cette lecture dans le cadre de notre Challenge Bienvenue en Inde.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [5] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,

02 avril 2010

Princesse de l'ombre, Indu Sundaresan

Princesse_de_l_ombre_m_1266937049Voilà un roman à la première de couverture vraiment magnifique (et pourtant, je ne m'attache  pas à l'aspect des livres en général...)

Inde, 1631. L'impératrice Mumtaz Mahal vient de mourir en couche, laissant son mari, l'empereur Chah Jahan, régner seul, entouré de ses sept enfants. Fou de douleur, celui-ci décide de construire un mausolée à la mémoire de celle qui a partagé sa vie, un mausolée en marbre blanc, un mausolée de lumière... Le futur Taj Mahal.
Accablé de chagrin, l'empereur décide de se retirer du pouvoir, laissant à l'un de ses fils le soin de gouverner, et gardant auprès de lui, ses deux filles en âge de se marier. Entre les frères, les animosités font rage pour accéder au trône, tandis que Jahanara et Roshanara, les deux sœurs, mènent une lutte silencieuse pour conquérir le même homme.

J'attendais beaucoup de cette lecture, adorant l'Inde et la littérature qui lui est consacrée. Et je dois dire que je n'ai pas vraiment été emballée. Sous couvert d'une fresque historique pourtant très documentée, Indu Sundaresan ne parvient pas à donner à son roman une dimension individuelle. Les personnages sont certes bien esquissés mais le roman file sans qu'elle nous donne réellement à voir leur quotidien ou leur intériorité. Les années s'égrainent au fil des chapitres, s'intéressant en premier lieu à la construction du fameux mausolée, et donnant à voir très rapidement l'évolution des personnages.
Très centré finalement sur les événements historiques, ce roman se compose d'une part fictionnelle vraiment minime. Au cours de ma lecture, j'ai eu uniquement l'impression de lire un roman historique se penchant sur cette période qu'une fiction se fondant sur un pan du passé et brodant sur les événements personnels autour, comme le laisse sous-entendre le résumé de la quatrième. Au final, peu de détails sur l'Inde, ses coutumes ou encore ses mœurs et les personnages et leurs histoires individuelles...

J'ai néanmoins passé un bon moment de lecture, connaissant peu le contexte socio-historique de la construction du Taj Mahal, mais je dois avouer que ce roman ne m'a pas vraiment captivée...

Logo__2_J'inscris bien évidemment cette lecture dans le cadre de notre Challenge Bienvenue en Inde.

D'autres avis de blogolecteurs : Hilde, Tinusia et Latite.

Je remercie 47286893 et les éditions MICHELLAFON pour ce livre reçu dans le cadre d'un partenariat.

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

28 février 2010

La colère des aubergines, Bulbul Sharma

bulbulJe viens de terminer La colère des aubergines, un recueil de nouvelles ayant pour thème la cuisine indienne écrit par Bulbul Sharma.
Souvent empreintes de souvenirs, ces nouvelles nous emportent dans une Inde parfumée d'épices et de senteurs diverses, accompagnant les femmes qui préparent ces mets fins et gouteux.
Les histoires se succèdent, chacune tournant autour d'une ou plusieurs recettes, et l'on suit avec ravissement la préparation de celles-ci. Amours blessées, adultères, deuils, piques-niques ou encore fêtes sont l'occasion de préparer et déguster ces repas raffinés.

La lecture de ce roman gastronomique est un réel plaisir des sens. L'auteur nous emmène avec brio dans ces cuisines où les épices sont maîtresses et où les femmes officient. Les anecdotes qu'elle relate sont l'occasion de nous faire découvrir un pan de la gastronomie indienne, ainsi que les coutumes rattachées à celle-ci. Très vulgarisées, ces dernières permettent une immersion totale dans ce pays et ses traditions et permettent d'en avoir un aperçu intéressant...
Logo
La colère des aubergines est ma deuxième lecture dans le cadre du Challenge Bienvenue en Inde qu'Hilde et moi avons organisé...

Et je fais d'une pierre deux coups en inscrivant cette lecture dans le cadre du Challenge A lire et A manger de Chiffonnette !

A cette occasion, j'ai donc préparé un Curryd'agneau aux épinards (recette prise évidemment dans La colère des aubergines !)

Pour 2 personnes : 338856901

*1kg d'agneau en morceaux
*1 cuillère à café de curcuma
*4 oignons râpés
*1 gousse d'ail
*3 clous de girofle
*2 cuillères à café de gingembre frais râpé
*2 gousses de cardamome
*1 bâton de cannelle
*6 cuillères à café de yaourt
*1 cuillère à café de sel
*4 cuillères à café d'huile
*1 cuillère à café de ghî (que j'ai remplacé par une noisette de beurre)
*2 tasses d'épinards légèrement cuits, écrasés
*2 grosses tomates hachées

Faites chauffer l'huile et le ghî dans une casserole à fond épais. Faites frire le gingembre, l'ail, la cardamome, le curcuma, la cannelle et les clous de girofle.

Ajoutez la viande, le yaourt et le sel. Faites frire jusqu'à ce que la viande brunisse légèrement. Ajoutez les tomates, une tasse d'eau et les épinards. Laissez mijoter à feu doux jusqu'à ce que la viande soit tendre. Servez avec du riz.
Ce plat est toujours meilleur le lendemain !!


P1000310

L'avis de Tinusia sur ce roman !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [22] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , ,

18 février 2010

Bibliographie sur l'Inde

Idées de lectures indiennes...


RomansPour vous aider à découvrir l'Inde et sa littérature, Hilde et moi avons constitué cette bibliographie non exhaustive. N'hésitez pas à nous aider à la compléter !


Romans 

Aravind Adiga Le tigre blanc

Samina Ali Jour de pluie à Madras

Shauna Singh Baldwin La mémoire du corps

Vikram Chandra Le seigneur de Bombay, Love and changing

Kunzang Choden Le cercle du Karma

Catherine Clément, Pour l'amour de l'Inde

Amitav Gosh   Le Pays des Marées

Ashok-K Banker  Le Râmâyana : Le Prince d'Ayodiâ (cycle de fantasy)

Chitra Banerjee Divakaruni La maîtresse des épices, La Liane du désir, Ma sœur mon amour, La reine des rêves

Sarah Dars La morte du Bombay Express, Bengale Hot, Malabar Connection

Sachi Deshpande La nuit retient ses fantômes

Alexandra David-Néel L'Inde où j'ai vécu : Avant et après l'Indépendance

Irène Frain Le Nabab

Catherine Golliau Le roman de l'Inde insolite

Daswani Kavita Mariage à l’indienne

Githa Hariharan Les Mille visages de la nuit

Indrajit Hazra  Le jardin des délices terrestres

Rudyard Kipling Une vie gaspillée

Dominique Lapierre Il était minuit cinq à Bhopal, Cette nuit la liberté, La Cité de la Joie

Jean-Claude Lattes, Eric Deschodt Le seul amant

John Irwing L'enfant de la balle

Jhumpa Lahiri L'interprète des maladies

Kamala Markandaya Le Riz et la Mousson

Sharon Maas Noces indiennes, La Danse des Paons

Yann Martel L'histoire de Pi

Kenizé Mourad Le Jardin de Badalpour

Rohinton Mistry L’équilibre du monde

Anita Nair Le Chat Karmique, Les neufs visages du cœur, Compartiments pour dames

V.S. Naipul La moitié d'une vie, Semences magiques, Le masseur mystique, Le regard de l'Inde

R.K. Narayan Mémoires d'un Indien du sud, Le Guide, The painter of Signs

Pablo Neruda La solitude lumineuse

Ruth Prawer Jhabvala La vie comme à Delhi

Arundhati Roy Le dieu des petits riens

Salman Rushdie L’enchanteresse de Florence, La terre sous ses pieds, Les enfants de minuit

Lavanya Sankaran Le tapis rouge

Ravi Shankar Etteth La couleur du deuil

Bulbul Sharma La colère des aubergines, Mes sacrées tantes

Siddhart Dhanvant Shanghvi La Jeune Fille qui marchait sur l'eau

Indu Sundaresan Au couvent des petites fleurs, Princesse de l'ombre

Vikras Swarup Slumdog millionaire ou Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire

Shashi Tharoor L'Emeute, Le Grand roman indien

Antonio Tabucci  Nocturne indien

Seth Vikram Un garçon convenable, Deux vies

Farahad Zama Le bureau de mariage de Monsieur Ali


Littérature de jeunesse

Kanchana Arni Bestiaire indien
Samhita Arni Le Mahabharata
Kamala Das Le témoin
Patrice Favaro L'étoile de l'Himalaya (roman), L'Inde de Naïta (roman)
Caroline Laffon et Gwen Le Gac Amrita et la fin de la mousson (documentaire)
Miguel Larrea Les tribulations de Kip Parvati
Jean-Claude Mourlevat et Nathalie Novie, Sous le grand banian (album)
Anne Pouget Les énigmes du vampire
Balwant Singh Une enfance intouchable
Suzanne Ficher Staples Le feu de Shiva (roman)

Bhajju Shyam Mon voyage inoubliable (album)
Marc Varvello et Séverine Assous, Oublie les Mille et unes Nuits !


Jeunesse_Inde


BD et mangas

Sarnath Banerjee Calcutta (Roman graphique)
Amruta Patil Kari T1 (Roman graphique)


Documentaires

Catherine Chaize Inde

Catherine Bourzat Inde

Ameeta Nanji, Mitchell Shelby Crites, Melba Levick, et Ariel Marinie  Aux couleurs de l’Inde Traditions, artisanat, vie quotidienne  

Bénédicte Manier : Quand les femmes auront disparu : l'élimination des filles en Inde et en Asie

Vincent Pierre Etienne Saris et turbans en Inde sur les chemins du vent

 

Cuisine

Cuisine Indienne, Éditions Marabout Chef

Cuisine indienne de BikashKumar, Marcela Kumar, Éditions Hachette Pratique

Bôllyfood ! De Marie-Laure Tombini, Éditions Mango

Cuisine indienne de Vijay Acharya, Éditions Solar

Cuisine indienne de Sylvia Prébois, Aruna Rajendra, Éditions Dormonval

Et le site Internet de Pankaj qui propose des recettes indiennes en vidéo : Pankaj-blog.com (merci Tinusia pour cette adresse et merci Pankaj pour ton autorisation !)


9782501055451 9782016209493 9782842706029 9782263041549 9783034110082

   
Musiques (elles sont disponibles sur Deezer ou Spotify)

*Aaja Nachle disponible unique ment sur Youtube ici !

*Aa Tayar Hoja de Sunidi Chauhan

*Bole Chudiyan d’Amit Kumar, Sonu Nigam, Alka Yagnik, Udit Naraya, Kavita Krishnamurthy

*Kabhi Khushi Kabhie Gham de Lata Mangeshkar

*Maar Dala de Kavita Krishnamurthy

*Yeh Ladka Hai Allah de Alka Yagnik ; Udit Narayan

 

En règle générale, les chansons du film Devdas sont très entraînantes, tout comme celles de Kabhi Khushi Kabhie Gham.

 

Films (n'hésitez pas à compléter non plus, on est preneuses !Merci Taliesin pour tes suggestions !)

*Asoka de Santosh Sivan

*Bunty Aur Babli de Shaad Ali

*Chori Chori Chupke de Abbas et Mastan Alibhai Burmawalla

*Coup de foudre à Bollywood de Gurinder Chadha (Remake indien d'Orgueil et Préjugés, bien pour débuter les films Bollywoods !)

*Devdas de Sanjay Leela Bhansali (chorégraphies magnifiques, bien pour débuter les films Bollywoods aussi !)

*Dhoom (et éventuellemnent la suite Dhoom 2) de Sanjay Gadhvi

*Dilwale Dulhania Le Jayenge de Aditya Chopra

*Fanaa de Kunal Kohli

*Hum Tum de Kunal Kohli

*Jodhaa Akbar de Ashutosh Gowariker

*Kabhi Khushi Kabhie Gham de Karan Johar

*Kal Ho Na Ho ou New-York Masala de Nikhil Advani

*Kuch Kuch Hota Hai de Karan Johar

*La cité de la joie de Rolland Joffé

*Lagaan d'Ashutosh Gowariker

*Mother India de Mehboob Khan

*Paheli de Amol Palekar 

*Salaam Namaste de Siddharth Anand

*Veer Zaara de Yash Chopra


Sans_titre

Une chronique de soukee rangée dans Littérature indienne - Vos commentaires [24] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : ,