Bienvenue à Bouquinbourg

✳️Future hypnothérapeute ✨Magicienne en positif 🌍Voyageuse et lectrice 🐰Vegan en transition 🌱Adepte du zéro déchet Metz




20 octobre 2019

Agatha Raisin T.9 Sale temps pour les sorcières, M.C. Beaton

Agatha Raisin TSale temps pour les sorcières est le neuvième tome des aventures d'Agatha Raisin, la quinquagénaire enquêtrice imaginée par l'écossaise Marion Chesney Gibbons et signé sous le pseudonyme de M.C. Beaton. Il est paru chez Albin Michel en mars 2018.

Cette fois, c'est sur la côte qu'Agatha va se ressourcer et tenter d'oublier James, tout en attendant que ses cheveux repoussent (conséquence du précédent tome). Logée dans un hôtel vieillot où habite un petit cercle de retraités, Agatha prend soin d'elle et va jusqu'à consulter une sorcière pour connaître son avenir. Mais celle-ci est retrouvée assassinée le lendemain, ce qui fait d'Agatha le principal suspect ! Tenue de rester dans la ville pour les besoins de l'enquête, Agatha ne peut s'empêcher de fouiner un peu autour d'elle.

Voilà un tome d'Agatha que j'ai adoré ! Dévoré à Amed, sur la côte est de Bali, le cadre de son intrigue était aux antipodes de ce que je vivais et j'ai rudement apprécié !     
Dans cette petit ville balnéaire endormie qui fait penser aux romans d'Agatha Christie, le temps semble s'être figé. Il pleut toujours et fait froid, ce qui encourage les habitants à rester au chaud et à se gaver de plats roboratifs, tandis que dehors la mer se déchaîne et le ciel se voile  
Notre Agatha est amoindrie par son attachement à James, dont elle n'a aucune nouvelle, et accumule les faux-pas avec la gent masculine, dans l'espoir d'oublier son voisin. Elle est agaçante, toujours aussi grinçante, de mauvaise foi, dans le jugement et souffre d'un complexe infério-supério de base mais elle demeure toujours aussi attachante dans sa vulnérabilité  
L'intrigue est très bien menée dans ce huis-clos gris et venteux de la côte anglaise et le dénouement inattendu. Un excellent moment de détente en compagnie d'Agatha !

Et voilà ma troisième participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde

Challenge Halloween 2019, logo

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,


14 octobre 2019

Agatha Raisin T.8 Coiffeur pour dames, M.C. Beaton

Agatha Raisin TCoiffeur pour dames est le huitième tome des enquêtes d'Agatha Raisin imaginées  par l'écossaise Marion Chesney Gibbons et signé sous le pseudonyme de M.C. Beaton. Il est paru chez Albin Michel en novembre 2017.

Agatha, toujours éprise de son cher James, décide de se changer les idées pendant que celui-ci est parti en voyage. Elle essaye un nouveau salon de coiffure et tombe sous le charme de Mr Jonh, un coiffeur aussi séduisant qu'attentionné avec ses clientes  
Mais celui-ci a à peine le temps de courtiser la quinquagénaire qu'il meurt dans ses bras, en plein milieu de son salon de coiffure, empoisonné à la ricine. Agatha se sent investi d'une mission : découvrir ce qui est arrivé au regretté Mr John. Qui pouvait en vouloir à ce génie des ciseaux tant à l'écoute de ses clientes ?

En voilà une intrigue un tantinet capillotractée (et c'est le cas de le dire !). Cette fois, c'est en duo avec son ami Sir Charles qu'Agatha enquête, désespérée que James ne soit pas à ses côtés  
Le rythme de l'intrigue est toujours rondement mené et les visites au salon de coiffure pour dénicher des indices scandent l'ensemble. Le cerveau de la quinquagénaire carbure à plein régime, au risque de court-circuiter l'enquête de police  
Encore un roman divertissant comme il faut, au dénouement un peu prévisible mais qui fonctionne bien, et pourvu de ce charme so british qui fait de la série Agatha Raisin une lecture doudou par excellence !

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [0] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

05 octobre 2019

Agatha Raisin T.7 A la claire fontaine, M.C. Beaton

Agatha Raisin TA la claire fontaine est le septième tome des aventures de la quinquagénaire anglaise imaginée par l'écossaise Marion Chesney Gibbons et signé sous le pseudonyme de M.C. Beaton. Il est paru chez Albin Michel en novembre 2017.

De retour de Chypre après y avoir suivi James, Agatha reprend sa vie routinière à Carsely, le village des Cotswolds où elle s'est installée pour prendre sa retraite. Mais alors qu'elle aspire à un peu de calme, le village s'émeut pour le village voisin, Ancombe, dont la source réputée pour ses bienfaits, est l'objet de virulentes querelles. Une société souhaite acheter son exploitation mais de fervents défenseurs de l'environnement s'y opposent.
La querelle prend une toute autre tournure lorsque le président du conseil municipal est assassiné, alors que devait avoir lieu le vote pour l'exploitation de la source. L'intérêt d'Agatha est éveillé. Son duo avec James se reformera-t-il à cette occasion ?

Durant mon voyage à Bali, j'ai lu (entre autres !) cinq tomes des aventures d'Agatha Raisin. Attendez-vous donc à voir ces chroniques apparaître sur le blog dans les jours qui suivent !    
La série Agatha Raisin n'est pas de la grande
littérature et ne prétend jamais l'être mais offre un divertissement savoureux et un plaisir à chaque fois renouvelé. Cette fois-ci, M.C. Beaton glisse vers le versant écologique avec cette intrigue tournée autour de l'exploitation par un grand groupe d'une source de village. Les opposants sont nombreux, et si le roman est paru il y a  plus de vingt ans en Grande-Bretagne, il n'en demeure pas moins que les arguments mis en avant sont totalement actuels  
Agatha, en anti-héroïne par excellence, rouspète contre les écolos et orchestre même la campagne de communication du groupe souhaitant commercialiser la source.     
L
'humour est toujours aussi présent et les retournements de situation nombreux. Agatha est agaçante dans sa naïveté envers les hommes, après son mariage échoué avec James, mais c'est ce qui la rend d'autant plus attachante. Un roman parfait à lire en vacances !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [12] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

22 août 2019

Agatha Raisin T.6 Vacances tous risques, M.C. Beaton

Agatha Raisin TVacances tous risques est le sixième tome des aventures de la quinquagénaire anglaise Agatha Raisin imaginée par l'écossaise Marion Chesney Gibbons et signé sous le pseudonyme de M.C. Beaton. Il est paru en mai 2017 chez Albin Michel.

Abandonnée par James Lacey alors qu'ils étaient sur le point de se marier, Agatha fulmine. Celui-ci est parti à Chypre, où les tourtereaux avaient prévu de passer leur lune de miel. Ni une ni deux, Agatha prend un vol et se lance à la recherche de l'élu de son coeur. Mais les vacances ne se passent pas tout à fait comme prévu : à peine l'a-t-elle retrouvé que Rose, une touriste britannique, est tuée devant leurs yeux. Agatha le sent : c'est l'enquête dont elle avait besoin pour briller à nouveau devant James !

Ce qui est rigolo avec ce livre, c'est que je l'ai lu une première fois l'été dernier, mais que j'avais complètement oublié de le chroniquer. Voulant continuer la série, je me suis aperçue que je n'en avais quasi aucun souvenir. Je l'ai donc relu la semaine dernière, alors que j'étais en vacances dans ma famille.    
Et voilà un tome assez réjouissant, puisqu'il déplace l'intrigue à Chypre, où Agatha a suivi James. Bye bye les Cotswolds, donc, voici venue l'heure du soleil et de la mer pour la quinquagénaire toujours aussi revêche  
L'enquête est bien ficelée et les personnages secondaires intéressants, tandis qu'en toile de fond se dessine la relation entre Agatha et James. L'humour est toujours aussi présent tandis que l'ensemble se lit avec plaisir. Petit bémol pour un rythme un peu répétitif et une intrigue qui manque de rebondissements, mais rien qui n'empêche de bouder son plaisir.   
Un tome que j'ai eu plaisir à relire (c'est fou d'avoir si peu de mémoire et de ne pas se rappeler le dénouement ! Mais quelque part, c'est agréable, je suis toujours surprise !) et qui m'a donné envie d'enchaîner directement sur le tome 7, que je pense glisser dans ma liseuse pour Bali.

Mes chroniques des précédents tomes :

 Agatha Raisin T Agatha Raisin T

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

07 février 2019

Rendez-vous au Cupcake Café, Jenny Colgan

Rendez-vous au cupcake café

Rendez-vous au Cupcake Café est un roman de la britannique Jenny Colgan paru en février 2017 aux éditions Prisma puis en poche en juin 2018 chez Pocket. 

Izzy a toujours adoré la pâtisserie. Depuis sa plus tendre enfance, son grand-père lui a transmis sa passion des cupackes et autres douceurs sucrées et la jeune femme n'aime rien tant qu'en préparer. Alors que son travail dans l'immobilier l'ennuie fortement, Izzie se fait licencier par son supérieur, celui qu'elle considérait comme son petit ami. Seule et sans travail du jour au lendemain, Izzy profite de son indemnité de départ pour se lancer dans un rêve fou : celui d'ouvrir un café spécialisé en cupcakes sur une petite place un peu reculée, dans le quartier de Stoke Newington à Londres. Un projet un peu fou, risqué et un brin utopique, mais Izzy a envie d'y croire. 

J'aime beaucoup les romans feel good de Jenny Colgan (son roman La petite boulangerie du bout du monde est mon chouchou en la matière, mais si vous me lisez, vous le savez certainement !)
J'avais hâte de me plonger dans cette nouvelle série, entre romance et roman culinaire. Et je n'ai pas été déçue ! Du doudou, en veux-tu en voilà ! Jenny Colgan est là où on l'attend pas. Sous couvert d'une intrigue en apparence facile, elle aborde des thèmes plus lourds - les différences sociales, la séparation, les pressions sociétales sur la maternité, les questions liées à l'âge, les relations intergénérationnelles, etc. - et nous offre un roman touchant, entre romance et introspection. 
Izzy est un personnage attachant, très proche de son grand-père aujourd'hui en maison de retraite, qui s'interroge sur la direction à donner à sa vie. Après une histoire chaotique avec son supérieur  hiérarchique, la jeune femme se sent vide et perdue. Jenny Colgan traite toujours avec beaucoup de finesse ces questions fréquentes de nos jours.   
Si vous cherchez un roman feel good, vous serez donc servi avec celui-ci ! Les cupackes et la pâtisserie vous apporteront une touche de douceur (avec des recettes tout au long du roman !), l'amitié et la relation forte d'Izzy avec son grand-père ce qu'il faut comme émotion, et le charmant quartier bohème et multiculturel londonien Stoke Newington un brin de nostalgie. Une recette parfaite ! Je me garde au chaud précieusement pour l'hiver prochain la suite des aventures d'Izzy, Le Cupcake Café sous la neige

Logo Lecture feel good 2

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [10] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,


23 décembre 2018

Noël à la petite boulangerie, Jenny Colgan

Noël à la petite boulangerieNoël à la petite boulangerie  est le dernier tome de la trilogie imaginée par Jenny Colgan. Il est paru en novembre 2017 aux éditions Prisma.

A Mount Polbearne, Noël approche et Polly et Huckle coulent des jours heureux, entre la boulangerie de la jeune femme et l'exploitation apicole de son compagnon. Mais le jour où Kerensa, la meilleure amie de Polly, lui annonce qu'elle ne sait pas si son mari est le père de son futur enfant, le monde de Polly chavire. La jeune boulangère veut garder le secret tout en ne rompant pas la confiance de Huckle, qui rêve de passer un peu plus de temps avec elle, alors que la boulangerie l'accapare peu à peu. En parallèle, une femme contacte Polly et lui annonce que son père, qu'elle ne connaît pas, est sur le point de décéder et demande à la voir. La veille de Noël est chargée en émotions pour la jeune femme...

J'adore, mais vraiment j'adore, les aventures de Polly ! J'avais dévoré le premier tome (et offert à beaucoup de gens de mon entourage !) et enchaîné sur la suite avec un grand enthousiasme. J'attendais donc avec impatience la fin de la trilogie et son dénouement.

Et je dois vous avouer que j'ai été un peu déçue. Vraiment déçue en fait. Si le cadre est toujours génial - Mount Polbearne, cette presqu'île des Cornouailles accessible que quelques heures par jour par un gué -, les personnages attachants, j'ai trouvé l'intrigue de ce troisième tome vraiment abracadabrante et invraisemblable. Je n'ai aimé ni le traitement de l'enfance de Polly - dont le père ne l'a pas reconnue - ni les questions concernant Kerensa, épouse adultère qui doute de la paternité de son enfant à venir. Les deux sujets sont survolés, manquent de profondeur, et c'est vraiment dommage.

J'attendais aussi que Noël soit magnifié, célébré comme il se doit à Mount Polbearne, mais Jenny Colgan a pris le parti de survoler les festivités et de les associer à une surcharge de travail pour Polly et des tensions dans son couple. Envolées donc, les réjouissances de fin d'année, place aux commandes insurmontables et aux ennuis financiers. Bref, on fait mieux pour faire rêver ! Or, et c'est là que le bât blesse, c'est justement en vendant un peu de rêve que cette série a autant séduit. Reste que ce troisième tome déroge à la règle et nous offre une intrigue un peu réchauffée sur la question de la confiance et de la famille.

Bref, vous l'aurez compris, une lecture largement en demi-teinte. Si je suis contente d'être retournée à Mount Polbearne retrouver Polly, Huckle et Neil, j'ai été vraiment déçue par l'intrigue développée. Dommage que la série se termine ainsi, cela ne lui rend pas hommage...

 Les avis de Chicky Poo, Isabelle, Agdel, Olive, Lilas, Joy, Myrtille, Fondant Grignote et Samarian.

    Résultat de recherche d'images pour "il était six fois noel"

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [16] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

18 octobre 2018

La Somme de nos folies, Shih-Li Kow

La somme de nos foliesLa Somme de nos folies est le premier roman de la malaisienne Shih-Li Kow paru en août 2018 aux éditions Zulma. 

Lubok Sayong, bourgade fictive au nord de Kuala Lumpur coincée entre deux rivières et trois lacs, possède une particularité : une inondation annuelle qui apporte à chaque fois son lot d'anecdotes que la vieille Beevi adore raconter. Cette année-là, l'inondation atteint des records et engendre des conséquences inattendues. Beevi décide de redonner sa liberté à son poisson, la petite Mary Anne, originellement adoptée par la belle-soeur de Beevie, perd sa famille adoptive dans un accident de voiture et vient habiter à Lubok Sayong avec Beevie et cette dernière, en réinvestissant la grande maison familiale, la transforme en chambre d'hôtes et demande à Miss Bonsidik, un  lady boy excentrique et généreux,  de l'aider. C'est sous l'oeil tendre et affectueux de Auyong, le vieux directeur chinois de la conserverie de litchis de la ville, et de Mary Anne, que s'organise la vie à Lubok Sayong.  

Quel roman ! Quelle plume ! Et quelle émotion, surtout, dans cette chronique sociale douce-amère de la Malaisie d'aujourd'hui. Shih-Li Kow y aborde des thématiques graves - la mort, l'adoption, la vieillesse, les problèmes communautaires, le choc des traditions et de la modernité,  le multiculturalisme, les violences sexuelles, la précarité -  sans pathos aucun. 
Il y a du pittoresque et du fabuleux dans ces pages, une imagination loufoque qui offre à l'ensemble une légèreté certaine et un air de conte. La légende de la princesse chinoise qui donna vie au Lac de la Quatrième épouse, mais aussi le poisson de Beevie qui se transforme en peu de temps en créature terrifiante digne de celle du Loch Ness ou encore le fantôme de cet enfant qui erre dans le jardin de la Grande Maison, offrent au 
texte une fantaisie enchanteresse inoubliable.    
Le style est incisif et drôle à la fois, et l'auteure défend en filigrane des valeurs humanistes d'ouverture, de tolérance et de compréhension, le tout porté par une intrigue tendre à la portée universelle.  
La narration polyphonique prise en charge par Auyong et Mary Anne permet un double regard sur la petite ville et ses habitants, semblant faire écho au duel entre traditions et modernité qui se trame à Lubok Sayong. La galerie de personnages qui gravitent autour de Beevie et de la Grande Maison est soignée et d'une vraisemblance rare. Pas d'archétype ni de caricature mais des personnages qui semblent sortis de la vie réelle. Point de manichéisme non plus dans l'histoire, mais une chronique de la Malaisie actuelle et de son ballottement politique et social.    
Un premier roman frais et drôle mais aussi grave et engagé. Une nouvelle voix qui s'élève et que je vais suivre de très près, qui n'est pas sans me rappeler celle de Kevin Wilson dans La famille Fang pour son aspect un brin barré et décalé. Je n'ai plus de macaron coup de coeur, comme aux débuts de mon blog, mais ce roman en est indéniablement un et il figurera sans conteste dans mon bilan annuel. 

Livre reçu et lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire de Rakuten

avec Leiloona comme marraine ! 

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

02 septembre 2018

Les divines glaces à l'italienne d'Anna, Abby Clements

Les divines glaces à l'italienne d'Anna, Abby ClementsLes divines glaces à l'italienne d'Anna est le second roman de la londonienne Abby Clements paru en 2016 aux éditions Prisma.

Anna est désormais heureuse avec Matteo, son mari, à Brighton. Ensemble, ils ont repris la petite boutique de crèmes glacées de Viviane, la grand-mère d'Anna. Le couple a trouvé son rythme et la naissance de leur petite Bella n'a fait que renforcer leur amour. Mais lorsque Matteo lui confie du mal du pays, Anna pressent que les difficultés vont commencer. Le couple décide de partir passer l'été sur la côté amalfitaine en travaillant dans une boutique de glaces à louer. De son côté, Imogène la voyageuse a trouvé une certaine stabilité dans les bras de Finn. Mais la bougeotte la reprend vite et le quotidien à Brighton la lasse rapidement. L'été s'annonce chargé pour les deux soeurs.

Suite de La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane, ce roman nous replonge dans les aventures d'Anna et Imogène, cette fois entre Brighton et Sorrente, en Italie. 
Si le premier tome des aventures des deux soeurs m'avait divertie, en juin dernier, je dois avouer que cette suite m'a parue des plus ennuyeuses. L'intrigue est prévisible au possible, les personnages échappés d'une mauvaise série TV, les lieux caricaturaux, et l'ensemble baigne dans une guimauve évidente et indigeste. Les grains de sable qui viennent coincer l'engrenage de la vie d'Imogène et d'Anna sont à chaque fois minimes, et l'auteure d'en faire des tonnes, à coup de dialogues insipides
. 
C'est bien simple, j'ai mis 2 mois à lire ce roman, le délaissant le temps de mon voyage au Japon au profit d'Outlander, et le retrouvant sans réel plaisir à mon retour. Je suis toujours partante pour du feel good (et je suis en train de remanier le Challenge du même nom !) mais là, je dis non. Pas sûre qu'Abby Clements me revoie après ce roman...

Logo Challenge Feel good 

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [4] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

30 juin 2018

La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane, Abby Clements

La merveilleuse boutique de crèmes glacées de VivianeLa merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane est le premier roman de la londonienne Abby Clements paru en 2013 aux éditions Prisma.

Anna et Imogene sont soeurs. Mais si Anna mène une vie paisible et routinière à Brighton dans le service marketing du centre culturel de la ville, Imogene est plus baroudeuse et tente sa chance depuis quelques mois en Thaïlande, en préparant une expo photo sur les fonds sous-marins. Quand Viviane, leur grand-mère, décède, les deux jeunes femmes héritent du Sunset 99, sa petite boutique de crèmes glacées sur le front de mer ouverte au milieu des années 50. Les deux soeurs n'hésitent pas et décident d'honorer la mémoire de leur grand-mère en reprenant sa jolie boutique. Mais très vite, les ennuis s'accumulent : la météo capricieuse attire peu de clients et des commentaires haineux les discréditent sur internet. Anna décide de partir se former une semaine en Italie auprès d'une spécialiste des gelati pour revenir avec des recettes originales tandis qu'Imogene tient la boutique en vendant des glaces retro en l'attendant.

Si vous souhaitez un roman feel good pour cet été, ne cherchez plus : celui-ci est parfait ! Un charme so british, une histoire de famille un brin compliquée (la tante malveillante qui souhaite racheter la boutique), des personnages attachants (mention spéciale aux commerçants et amis de Viviane), un cadre idyllique (la petite boutique est un enchantement qui rappelle celle de Vianne Rocher dans Chocolat de Joanne Harris) et un chouïa de romance. L'ensemble forme une intrigue certes un peu prévisible mais qui fait du bien. Léger bémol pour la traduction française un peu lourde mais quand on ouvre un roman feel good, on ne s'attend pas à une plume du tonnerre donc le préjudice est moindre. 
L'échappée florentine d'Anna est un régal et la douceur de vivre de la ville vient contrebalancer l'été humide mais cosy de Brighton. Les glaces à la framboise rivalisent avec celles au caramel au beurre salé et au chocolat et ne sont pas sans rappeler l'échappée gourmande d'Elizabeth Gilbert dans Mange, prie, aime   
En bref, un roman doudou qui fait du bien, parfait pour clôturer le Mois anglais de Lou et Cryssilda. Merci à Fondant de m'avoir donné envie de le lire quand elle l'avait chroniqué. A l'heure où l'été bat son plein, il est agréable de se glisser dans ce genre de romans qui détendent autant qu'ils donnent le sourire. Je n'ai qu'une hâte : découvrir la suite des aventures des deux soeurs avec Les divines glaces à l'italienne d'Anna.

Logo Challenge Feel good   Le mois anglais

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , ,

15 juin 2018

Toute résistance serait futile, Jenny Colgan

toute resistance serait futileToute résistance serait futile est le dernier roman de la romancière britannique Jenny Colgan paru en mars 2016 aux éditions Milady. 

Quand Connie MacAdair est nommée à l'Université de Cambridge, elle ne s'imagine pas une seconde que ça n'est pas en qualité de professeur. La mathématicienne découvre à son arrivée qu'elle va participer à un travail de recherche classé secret défense portant sur une séquence numérique indéchiffrable. Accompagnée de confrères de sa discipline, elle se met alors à la tâche. Mais très vite, ils se rendent compte que ledit code est un message venant d'une autre planète. Tout se complique lorsque le directeur du laboratoire est retrouvé assassiné, son cadavre rendu translucide comme une sculpture de glace. 

Vous connaissez mon amour pour Jenny Colgan et ses deux romans La petite boulangerie du bout du monde et Une saison à la petite boulangerie, deux romans feel good comme je les aime, bien ficelés et dans un décor so british au charme fou. Et vue la couverture de la version poche, je me suis plongée dans les pages de ce roman avec les mêmes attentes et pensant y retrouver le même type d'ambiance.      
Oui, mais... Mais si Jenny Colgan a rajouté un T. a son nom, c'est en référence au Tardis, la machine à remonter le temps de la série Doctor Who. Et ça, c'est indiqué dès la biographie de l'auteur dans les premières pages. Ce détail aurait dû me mettre la puce à l'oreille, tout comme la référence à Star Trek avec le titre, parce que l'intrigue bascule de romance à science-fiction en quelques pages. Autant être prévenu ! Passé un moment d'incompréhension et d'adaptation, j'ai finalement aimé me plonger dans ce roman rocambolesque et feel good quand même.     
L'intrigue est bien ficelée et interroge certains sujets intéressants comme la différence et la tolérance, et malgré quelques longueurs, avance à bon pas. L'
humour est bien présent - les piques entre physiciens et mathématiciens alternant avec les vannes sur les geeks - et les personnages féminins consistants, Connie et Evelyn étant des scientifiques renommées qui vont à l'encontre des stéréotypes du genre.    
Si vous pensiez comme moi que l'intrigue allait se dérouler sur le campus de Cambridge et qu'elle ressemblerait au quasi huis-clos de La petite boulangerie, détrompez-vous ! Mais Jenny Colgan réussit le changement de genre et nous offre un roman de science-fiction drôle et bien ficelé  avec une bonne pincée d'amitié et d'amour. 

Logo Challenge Feel good  Le mois anglais

Et zou ! Une énième participation à mon Challenge Feel Good et ma quatrième au Mois anglais de Lou et Cryssilda (avec le joli logo de Syl. !) 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature anglaise - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,