Bienvenue à Bouquinbourg

Blogueuse littéraire, un brin modeuse, surtout rêveuse, parfois créative, voyageuse à ses heures, yoga addict et buveuse de thé invétérée.




28 juillet 2019

Les chroniques de San Francisco T.5 D'un bord à l'autre, Armistead Maupin

Les chroniques de San Francisco 5D'un bord à l'autre est le cinquième tome du feuilleton littéraire Les Chroniques de San Francisco imaginé par l'américain Armistead Maupin. Il est paru en 1987 aux États-Unis avant d'être traduit en français par les éditions Passage du Marais en 1997.

Tout s'est apaisé, au 28, Barbary Lane. Alors que Mary Ann et Brian étaient au bord du divorce, l'adoption inopinée de Shawna sauve leur couple. Pour s'adapter au nouveau statut de vedette de la télé de Mary Ann, les tourtereaux ont déménagé au 23e étage d'une haute tour qui domine la ville. Michael, quant à lui, gère l'arrivée d'un neveu vierge et un brin désagréable que Mme Madrigal autorise à loger dans l'ancien appartement de Mary Ann et Brian. Ce dernier, alors qu'il tombe inopinément sur une ancienne maîtresse, apprend que celle-ci est séropositive et décide de faire un test sans en parler à Mary Ann. Pour noyer son angoisse, il file en weekend avec Michael. Dede et D'or, de leur côté, décident de partir camper avec les jumeaux au Wimminwood, un festival de musique et d'arts dédié aux lesbiennes. Mais tout ne se passe pas comme prévu sur place...

Voilà un tome que j'ai littéralement dévoré et qui m'a complètement conquise ! Et c'est peu de le dire.
A
rmistead Maupin poursuit son études de moeurs des années 80 en emmenant son lecteur tour à tour dans un festival lesbien, un camp pour hommes, le monde pailleté de la télévision et en faisant vivre mille aventures à ses personnages. Entre le Sida - toujours présent et qui plane comme une menace plus seulement réservée aux homosexuels -, la possible destruction des marches de Barbary Lane contre laquelle Mme Madrigal milite, l'adultère de Brian, les questions de couple de Dede et D'or, le conservatisme reaganien ambiant, les intrigues sont nombreuses et croisées et rythment avec enthousiasme ce cinquième tome.
Aucun temps mort, donc, dans D'un bord à l'autre, mais une intrigue farouchement engagée tout en étant exquisement drôle. Un bon conseil : si vous cherchez une série furieusement 70's-80's qui décortique cette époque extravagante, bourrée de joie de vivre et d'humanité, sur fond de bienveillance et d'humour, ne cherchez plus et dépoussiérez ce classique de la littérature populaire américaine qui n'a pas pris une ride. Pour ma part, j'ai hâte de découvrir le sixième tome, commandé chez ma libraire préférée ! 

Mes billets des quatre premiers tomes :

      

 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,


22 juillet 2019

Les chroniques de San Francisco T.4 Babycakes, Armistead Maupin

Les chroniques de San Francisco TBabycakes est le quatrième tome du feuilleton littéraire Les Chroniques de San Francisco imaginé par l'américain Armistead Maupin. Il est paru en 1984 aux Etats-Unis avant d'être traduit en français par les éditions Passage du Marais en 1997.

1983. Alors que la Reine d'Angleterre visite San Francisco, Mary Ann couvre sa venue pour sa chaîne de télévision et fait la connaissance de Simon Bardill, un lieutenant déserteur de la flotte royale. Elle le présente à la joyeuse troupe du 28 Barbary Lane et Simon propose alors de prêter son appartement londonien pour un mois, en échange d'un des appartements de chez Mme Madrigal. Michael cède à la pression de Mary Ann qui lui propose de se changer les idées après la mort de Jon, son compagnon, décédé trois mois plus tôt du Sida, et part à Londres, lieu de son coming out seize ans plus tôt. 

Six ans et demi ! Oui, six ans et demi séparent ma lecture du troisième de celle du quatrième tome des Chroniques de San Francisco. A l'occasion du visionnage de la série sur Netflix, j'ai eu envie de me replonger dans ce feuilleton et je dois dire que j'y ai pris un certain plaisir.
A
lors que le troisième tome m'avait lassée et avait provoqué mon interruption de lecture, je me suis plongée avec plaisir dans ces nouvelles aventures des habitants du 28 Barbary Lane.
Pour la première fois, l'intrigue quitte San Francisco pour s'exiler en partie à Londres, aux côtés de Michael. Le personnage est en plein deuil de son compagnon, et le sida est évoqué à demi-mot, comme une menace qui plane sur les homosexuels. La maladie est omniprésente dans ce tome - Michael étant lui-même séropositif - et Maupin semble rendre compte de ces terribles années Sida.
De leur côté, Mary Ann et Brian éprouvent des difficultés à concevoir un enfant et l'auteur aborde cette question avec tout autant de pudeur en inversant les stéréotypes de genre, Brian cherchant à être comblé par la paternité tandis que Mary Ann se concentre sur sa carrière.
Un tome plus sombre que les précédents mais non moins dénué d'humour. Armistead Maupin poursuit son étude des moeurs avec brio et étoffe sa galerie de personnages déjà conséquente. Bref, un régal !

Mes billets des trois premiers tomes :

    

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [0] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,

28 décembre 2018

La douce caresse d'un vent d'hiver, Sarah Morgan

La douce caresse d'un vent d'hiverLa douce caresse d'un vent d'hiver est le dernier tome de la trilogie Snow Cristal imaginée par la britannique Sarah Morgan. Il est paru chez Harlequin en octobre 2016.

A Snow Cristal, la station de ski familiale dans le Vermont, tout va pour le mieux. Les visiteurs affluent et la famille O'Neil, un temps en difficulté, a réussi à moderniser l'ensemble pour séduire à nouveau. Pour Brenna en revanche, meilleure amie des frères O'Neil et employée en tant que monitrice de ski dans la station, la situation est délicate. Amoureuse de Tyler, l'un des frères, et obligée de le côtoyer au quotidien dans le cadre de son travail, elle fait tout pour garder son secret, persuadée que son inclination n'est pas réciproque. Mais lorsqu'elle est contrainte de laisser son chalet à la location face à l'affluence de visiteurs et que Tyler propose de l'héberger, la jeune femme n'a pas le choix. Mais comment résister au quotidien à l'ex-champion de ski olympique qui la considère comme une soeur ? Noël approche, et pour Brenna, les ennuis ne font que commencer...

J'avais découvert l'an dernier La danse hésitante des flocons de neige et passé un excellent moment à Snow Cristal, station de ski de rêve dans laquelle j'aurai bien aimé me glisser pour profiter d'un des chalets perdu au milieu de la forêt. Délaissant le second tome, j'avais décidé de garder ce dernier tome pour les challenges de Noël.

Si j'ai retrouvé avec plaisir le cadre du premier tome - la station de ski Snow Cristal, ses chalets en bois, sa forêt enneigée - et ses personnages attachants -la famille O'Neil, la famille idéale où chacun trouve sa place, avec le respect des différentes individualités, de l'amour et de la bienveillance à chaque repas de famille - j'ai été un peu moins charmée par cette nouvelle romance, ô combien prévisible, il faut bien l'avouer. Brenna, personnage secondaire du premier tome, trouve ici une intrigue qui lui permet d'exister pleinement et de se développer. Véritable héroïne de ce dernier tome, elle évolue en marge des O'Neil, à côté des trois frères mais sans faire jamais partie de la famille. Ses sentiments pour Tyler l'enferment dans une zone de confort qu'elle va être obligée de quitter, tandis que sa famille, déçue par son manque d'ambition, n'a de cesse de la dévaloriser. L'intrigue se déroule lentement, mais le dénouement est si prévisible que les pages se tournent sans véritable intérêt.

Un tome qui apporte une conclusion a la trilogie mais ne comporte pas de réel intérêt à mes yeux. A lire si vous avez envie de frémir en lisant l'histoire de Tyler, bad boy bourreau des coeurs, père célibataire d'une fille adolescente un peu bourru. Personnellement, ce n'est pas forcément mon genre et même les scènes de sexe m'ont laissée de marbre - non, elles m'ont fait rire en fait - tant elles étaient caricaturales. Bref, j'ai aimé revenir à Snow Cristal et retrouver la famille O'Neil mais cette énième romance m'a laissée sur ma faim...

    Résultat de recherche d'images pour "il était six fois noel"

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , ,

07 décembre 2018

Le bonheur au pied du sapin, Holly Jacobs

Le bonheur au pied du sapinLe bonheur au pied du sapin est une romance de Noël imaginée par Holly Jacobs et parue chez Harlequin en novembre 2016.

A Valley Ridge, petite ville de l'Etat de New York, Maeve Buchanan est connue de tous. La pétillante jeune femme regorge d'énergie et après son emploi chez un caviste, elle ouvre tous les soirs de façon bénévole la bibliothèque communale. Quand le lendemain d'une tempête de neige elle découvre sur le parking de la bibliothèque le camping-car de Josie et Boyd, elle ne peut que venir en aide au jeune couple et leur fils de trois ans, Carl. Car Maeve tient par dessus tout à honorer l'inscription qu'elle a chez elle : « Je ne peux pas sauver le monde, mais je peux essayer. »

Avec un Harlequin de Noël, je sens que je vais en faire fuir certains, mais qu'importe ! J'assume totalement le fait de lire des romans faciles et très légèrement mièvres à cette période de l'année. Ça me fait du bien, me détend et me permet de passer cette période difficile pour le corps qui ne voit pas beaucoup de lumière avec plus de facilité (tout comme les téléfilms de Noël, que j'assume aussi totalement !)

Quoiqu'il en soit, Le bonheur au pied du sapin contient tous les ingrédients d'une romance réussie : un cadre parfait - Valley Ridge, une petite ville américaine en hiver, couverte de neige -, une héroïne généreuse et bienveillante, une communauté qui répond toujours présente, un événement perturbateur - l'arrivée dans la petite ville de la famille Myers en camping-car -, un inconnu dans la ville - Aaron qui remplace son oncle au magasin général - et un joli projet solidaire. Certes, l'intrigue n'est vraiment pas très originale, la romance caricaturale et le dénouement prévisible dès le premier tiers, mais l'ensemble se lit bien et fait vraiment penser à un film de Noël. Ce n'est certes pas une lecture que je garderais en mémoire, mais elle m'a donné du baume au coeur et fait du bien la semaine dernière quand je l'ai lue, après Ça raconte Sarah, dont je vous parle la semaine prochaine (autre type de lecture, on est largement d'accord !)

 

    Résultat de recherche d'images pour "il était six fois noel"

Challenge Christmas Time chez MyaRosa et Il était six fois Noël chez Chickypoo et Samarian 

Challenge Feel good

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , ,

08 novembre 2018

Le protectorat de l'ombrelle T.3 Sans honte, Gail Carriger

Sans honte, Gail CarrigerSans  honte est le troisième tome de la série Le Protectorat de l'ombrelle, imaginée par l'archéologue et romancière américaine Gail Carriger, nom de plume de Tofa Borregaard. Il est paru en 2012 dans la collection Orbit de Calmann Levy.

Enceinte et accusée d'adultère par son mari, Lord Maccon, Alexia est repartie vivre chez ses parents. La jeune paranaturelle ne bénéficie d'aucun soutien pour l'aider à prouver que sa grossesse avec son loup-garou de mari est possible. Exclue du Cabinet Fantôme par la Reine Victoria et délaissée par son ami le vampire Lord Akeldama, Alexia s'aperçoit rapidement qu'elle est la cible des vampires londonniens. Ceux-ci ont juré sa mort. Elle décide donc de fuir en Italie accompagnée de Mme Lefoux, une inventrice française et Floote, le fidèle serviteur familial, pour trouver de l'aide auprès des Templiers. 

S'il y a bien un moment de l'année où j'aime lire de la bit lit, c'est bien la période d'Halloween. Et cette série, découverte il y a deux ans, me ravit à chaque fois ! Cette année, c'est le tome 3 que j'ai découvert, et comme pour les précédents, la magie a opéré.     
L'intrigue est toujours bien ficelée, rythmée et cohérente, et les personnages gagnent en épaisseur psychologique. Après l'Ecosse, c'est en Italie que se déplacent l'héroïne et sa petite troupe, et la dolce vita et ses douceurs culinaires vont rapidement ravir leurs papilles. 
Ne cherchez pas de la grande littérature ici, vous vous en doutez, mais plutôt un divertissement plaisant, rondement mené, au rythme trépidant. L'écriture de Gail Carriger, assez cinématographique, fait ressembler le roman à un film d'aventure enchaînant batailles et péripéties. L'humour est toujours présent, offrant à l'ensemble une ambiance particulière.     
Je ne vais pas vous cacher que ce n'est d'ordinaire pas mon genre de lecture, mais je me glisse toujours avec plaisir dans cette intrigue mêlant steampunk, aventure, romance et fantastique. Une lecture détente parfaite pour cette période de l'année ! J'hésite même à enchaîner sur le tome 4 dans la foulée, c'est dire... 

Mon avis sur les deux premiers tomes 

Sans âme (Le Protectorat de l'ombrelle*) Sans forme (Le protectorat de l'ombrelle**)

Challenge Halloween 2018, Halloween, logo   Logo Pumpkin Autumn Challenge

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [8] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , ,


21 septembre 2018

Outlander T.4 Les tambours de l'automne, Diana Gabaldon

Outlander 4 Les tambours de l'automneLes tambours de l'automne est le quatrième tome de la série Outlander imaginée par Diana Gabaldon. Il est paru la première fois aux Presses de la Cité en 1995 avant d'être réédité chez J'ai Lu en 2015.

1767. Claire et Jamie ont fuit l'oppression anglaise à bord d'un navire qui les a conduits au Nouveau Monde. Il aspirent au calme, à la paix, mais l'Amérique est à l'aube de son Indépendance et les temps sont durs. Échoués en Caroline du Nord, ils décident de s'installer seuls sur des terres léguées en héritage et de recommencer leur vie. Pendant ce temps, leur fille Brianna est restée en 1967, tentant de poursuivre sa vie. Lorsqu'elle découvre que ses parents vont connaître un funeste destin, elle décide de partir les rejoindre pour changer le cours de l'histoire. 

J'adore cette série, qu'on se le dise ! Je mets peut-être pas mal de temps à lire chaque tome, l'entrecoupant d'autres lectures, mais c'est à chaque fois un plaisir de retrouver Claire et Jamie et de suivre leurs aventures.  
C'est en Amérique que Diana Gabaldon nous entraîne cette fois, et le 18e est synonyme de bien des transformations pour le pays, à commencer par les tribus d'indiens qui vont disparaître, anéanties par les colons. La romancière s'intéresse à cette question et même si Claire sait qu'elle ne peut pas changer le cours des choses - le premier tome et la bataille de Culloden en sont les parfaits exemples - elle n'en demeure pas moins horrifiée de connaître le sort qui sera réservé à ceux qu'elle côtoie.  
Ce tome est un peu plus lent que les précédents, l'intrigue alternant toujours entre passé et présent, Claire et Jamie au 18e et Brianna au 20e siècle. Le couple travaille dur pour réaménager des terres et construire une habitation décente en Caroline du Nord, et le lecteur de suivre leurs efforts. Point positif en revanche : Diana Gabaldon a cessé de ponctuer son récit de scènes de sexes simili torrides mais plutôt ridicules entre Claire et Jamie. Et ça, c'est pas plus mal ! J'avais à chaque fois vaguement l'impression de lire un 50 nuances... dix ans plus tôt. 
Un tome qui permet de balayer un nouveau pan de l'Histoire et d'entraîner le lecteur aux débuts de ce Nouveau Monde et de dynamiser l'intrigue en offrant à Brianna une place plus importante. En bref, j'ai hâte de commencer le tome 5, La Croix de feu !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

22 mars 2018

Un été indien, Truman Capote

Un été indien, Truman CapoteUn été indien est une nouvelle de l'américain Truman Capote publiée de façon posthume en 1986.

Virginie Occidentale. Un jour, les parents de Bobby décident de déménager en Virginie afin que ce dernier aille à l'école. Ils laissent derrière eux leur maison de famille ainsi que les grands-parents de Bobby, confiés aux bons soins des nouveaux exploitants agricoles. Pour Bobby, le départ est terrible. 

J'avais découvert la plume de Truman Capote avec Petit déjeuner chez Tiffany et Cercueils sur mesure il y a quelques années et j'avais été charmée. Le charme s'est poursuivi avec la lecture de cette nouvelle d'une quarantaine de pages à la première personne. Bobby, le narrateur de cette histoire, revient sur la blessure d'enfance suscitée par son départ de sa maison de famille et la séparation avec ses grands-parents. Il évoque, dans un style très poétique et empreint de pudeur, la difficulté de communiquer avec ses parents, froids, et son incapacité à dire à son grand-père à quel point il va lui manquer. 
Le texte est bref, mais Truman Capote fixe avec talent cette blessure d'enfance dans une atmosphère empesée et silencieuse, à l'image de la solitude de son narrateur enfant. La neige survient, précipitant les adieux, et fermant à jamais la page de l'enfance de Bobby. C'est à la fois triste et beau.
Une très belle lecture, poétique et nostalgique, hommage à l'enfance et ses blessures. Un auteur fondateur de la littérature américaine dont j'aime à découvrir progressivement les oeuvres. 


READING CLASSICS CHALLENGE 2018

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [7] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , ,

11 janvier 2018

Extrêmement fort et incroyablement près, Jonathan Safran Foer

Jonathan Safran Foer extrêmement fort et incroyablement prèsExtrêmement fort et incroyablement près est le deuxième roman de l'écrivain américain Jonathan Safran Foer paru en 2006 aux Éditions de l'Olivier. 

Oskar a neuf ans, une sensibilité extrême et une imagination débordante. Cette imagination va lui servir à surmonter le deuil de son père, disparu dans les attentats du World Trade Center. Ce dernier adorait lui poser des énigmes mais n'a pas eu le temps de lui révéler la solution de la dernière. Équipé d'un plan de Central Park et d'une mystérieuse clé, Oskar va parcourir la ville à la recherche d'indices, persuadé que la résolution de cette ultime énigme lui permettra de comprendre l'injustice de la mort de son père. 

Quel roman ! Quelle intrigue ! Et quelle quête initiatique à travers New York ! Je ressors bouleversée de cette narration à la première personne prise en charge par Oskar, personnage attachant s'il en est. L'auteur a réussi avec brio à rendre compte de l'esprit foisonnant de ce personnage hors du commun, hypersensible, extrêmement intelligent, isolé, évidemment, et en quête de sens. Les idées bouillonnent dans sa tête, tout comme les questions, et le petit garçon se lance à corps perdu dans cette quête qui semble impossible dans une ville de plus de huit millions d'habitants. Pour oublier que son papa ne rentrera pas et pour apprendre à vivre avec cette idée.

New York est un personnage à part entière, Oskar arpentant la ville et ses différents quartiers à la recherche de réponses à ses questions. L'ambiance est lourde, post 11 septembre, et elle est perçue à travers les yeux d'un enfant de neuf ans, qui n'y comprend rien si ce n'est que son père est mort. Mais comment est-il mort exactement ? C'est ce que cherche à savoir Oskar. L'intrigue alterne les époques et les personnages, l'histoire familiale du personnage s'imbriquant peu à peu pour donner à voir un tableau d'ensemble cohérent. 

L'objet livre en lui-même est un ovni hybride. Des photos y sont insérées, des pages de journaux intimes, des griffonnages, comme si le livre que le lecteur tenait entre ses mains était un des documents mentionnés dans l'intrigue. Brillant ! Je ressors enchantée de cette lecture, bercée par les quelques jours passés en compagnie de ces personnages, émue parfois aux larmes de leur histoire. Un régal que je vous encourage vivement à découvrir si ce n'est pas encore fait !

Une adaptation ciné a été réalisée par Stephen Daldry en 2012 avec Tom Hanks et Sandra Bullock mais, comme souvent, je préfère m'en tenir à mes images personnelles. 

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [2] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , ,

04 janvier 2018

Home, Toni Morrison

Home Toni MorrisonHome est un roman de la femme de lettres américaine Toni Morrison, lauréate du Prix Nobel de littérature en 1993 et unique auteur afro-américain à l'avoir reçu. Il est paru en  2011 aux Etats-Unis et en 2012 en France aux éditions Christian Bourgois.

La guerre de Corée vient de se terminer. Franck Money en revient traumatisé par ce qu'il y a vécu. Un appel le prévenant que sa soeur est à l'article de la mort à Atlanta, en Géorgie, le contraint à traverser le pays d'ouest en est. Mais dans cette Amérique des années 50 où la ségrégation raciale est à chaque coin de rue, le jeune homme replonge dans ses souvenirs d'enfance et son expérience de la guerre.

En 150 pages, Toni Morrison transporte son lecteur dans cette Amérique inégalitaire, brisée, qui se craquelle progressivement, prête à imploser. Pour Franck Money, la ségrégation est vécue comme une fatalité inacceptable, une violence qui appelle la violence. Le jeune homme, traumatisé par la guerre, entreprend un chemin introspectif sur les routes qui le ramènent en Géorgie. Il y mêle souvenirs personnels et réflexions sur le pays pour lequel il vient de se battre en Corée, et qui ne lui accorde pas les mêmes droits que les blancs.
Roman coup de poing, aussi rapide qu'efficace, violent et beau à la fois, Home est un condensé très fin de cette époque troublée de l'histoire américaine. Toni Morrison y dresse en filigrane le portrait d'un pays qui vacille par le prisme d'un personnage entier et droit. Ma première incursion dans l'oeuvre de cette grande dame de la littérature. Certainement pas la dernière. Beloved fera partie de mes lectures en 2018, c'est une certitude !

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [14] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , ,

09 octobre 2017

Le protectorat de l'ombrelle T.2 Sans forme, Gail Carriger

Le protectorat de l'ombrelle TSans forme est le deuxième tome de la série Le protectorat de l'ombrelle imaginée par l'américaine Gail Carriger. Il est paru en 2011 aux éditions Orbit.

Une sombre malédiction s'abat sur Londres, exorcisant toute créature surnaturelle. Alexia Maccon s'en rend rapidement compte lorsque son mari - le tumultueux lycanthrope Lord Maccon - s'enfuit, la laissant seule dans leur manoir avec des troupes de loups-garous revenant d'Egypte. Alexia n'a d'autre choix que de suivre son mari en Écosse pour découvrir l'origine de ce fléau. Car pour l'heure, fantômes, loups-garous et vampires du royaume britannique semblent exorcisés dans un périmètre qui semble se déplacer avec Lord Maccon...

J'avais découvert Alexia l'an dernier, dans le premier tome de ses aventures aux faux-airs de pastiche bit-lit d'Orgueil et Préjugés. Je m'étais gardé cette suite au chaud pour le challenge Halloween. Et j'ai bien fait : quel plaisir de retrouver Alexia et Lord Maccon dans cette nouvelle aventure rocambolesque ! Le duo fraîchement marié détonne toujours autant, alternant amour vache et étreintes passionnées. Aucun temps mort dans cette nouvelle intrigue, amorcée dès la fin du premier tome, qui entraîne le couple dans les confins de l'Écosse et dévoilant de nouveaux personnages qui complexifient l'univers imaginé par Gail Carriger.

L'humour est toujours aussi présent, le côté parodique aussi (la palme d'or du personnage le plus nunuche étant attribuée à l'unanimité à Ivy Hisselpenny, pour ses répliques absurdes et sa caricature du personnage féminin attentiste et passif) et l'ensemble fonctionne très bien. C'est bien simple : moi qui ne suis vraiment pas amateur du genre, j'ai dévoré ce deuxième roman avec avidité, curieuse de savoir quelle était la cause de ce fléau mystérieux, et ravie du dénouement (qui encore une fois, amorce un troisième tome détonnant !). Bref, un deuxième tome qui tient ses promesses, augure une suite des plus intéressantes, et une série que je suis ravie d'avoir découverte !

Challenge Halloween

Deuxième participation Challenge Halloween de Lou et Hilde

Une chronique de soukee rangée dans Littérature américaine - Vos commentaires [6] - Lien permanent vers ce billet [#]
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,